banner
A dictionary of Mwotlap (Banks Is., Vanuatu)
This dictionary has no finderlist yet. To look up French or English words, open this link (entire dictionary on one page)
or this Pdf version of the dictionary, and search for a string of text [Ctrl+F/Cmd+F].
 

Mtp–Fr–Eng

Mtp–Eng–Fr

Mtp–Fr

Tea–Eng–Fr

Tea–Eng

mwotlap dictionary
Index
a1A
a1B
a2
a-3
a nu-su
a so
aa
A
B
ag
ageA
ageB
Agō
agōh
ak
ak goy
ak magaysēn
ak monog
ak m̄adeg
ak sewsew
ak togyon̄
ak valakas
akē
akmēhtegA
akmēhtegB
akteg
akvisileg
aleA
aleB
alge
alkēt
Alkon
alveg
ami
Amnō
amo
amta~
amtēl
Amwōyig
amyō
am̄ag
am̄eA
am̄eB
Am̄otA
Am̄otB
Am̄sēn
anen
anēyēh
anoy
an̄ēh
an̄qōn̄A
an̄qōn̄B
an̄qōn̄ nēwē
Apnōlap
apol
apwo~
Aqke
aqyig
Asol
at
at kal
at kēlē
at lō
at taqlun̄
at tēqēl
at yak
ate
atgiy
atmētēl
atmi
atmōyō
aveA
aveB
ayme
Ayō
ba1
ba2
ba so
ba wele wo
ba wun?
baēy
baēy lō
bagbaglo
bago
bahA
bahB
bahC
bahD
bah … (en)
bahneA
bahneB
bak
bak yon̄ vagal
baklap
bakolol
bakōs
bal1
bal2
b[a]lakm̄ēt
b[a]las
balbe~
balse~
bastō
batA
batB
baw
be-
bebe
bebes
beg
b[e]he1
Bekyepnō
bel1A
bel1B
bel2
b[e]le2
b[e]le~1
b[e]lebiyA
b[e]lebiyB
b[e]lekatA
b[e]lekatB
bem1
bem2
bem didi
bep
b[e]te
betolol
bey
b{ē}hay
b{ē}lag
1
2
bēl
bēl mem
b[ē]nē~
b[ē]nēmnē~
bēnwar
bēw
bēyih
bia
bigtōw
bin1
bin2
bit
biybiy
b[i]yin̄A
b[i]yin̄B
bo
boelA
boelB
boelC
boelD
bomdete
bomkēn
boy
boyboy
b[o]yoy
boyoy mamah
bōbō
bōg
bōlA
bōlB
bōlōk
bōōt
bōs
bōt
bōtbōt
b[ō]wōy
bōy
bōybōy
bug
b[u]gu~
bul
bulsal
bulsal vogon
bum
bun
bus1
bus2
bus3
busgeg
buste
d[a]hal
damA
damB
dam na-mtehal
dawdaw
day1
day2
d[a]yag
dayday
del
delan̄
deldel
d[e]m̄e
denA
denB
den̄A
den̄B
d[e]n̄eg
den̄hel
den… tiple
d[e]ye~
d{ē}lo~
dēlan̄
dēln̄e~
dēlse~
dēm
dēm liwoA
dēm liwoB
dēm lok
dēm meh
dēm ne-qet
dēm veteg
dēmapA
dēmapB
dēmapC
dēmdēmA
dēmdēmB
dēmdēm hethet
dēn̄1
dēn̄2
dēvet
dēwA
dēwB
d[ē]yē
diAB
didi1
didi2A
didi2B
didin
d[i]lit
din̄
diy1
diy2
dol
dot
doydoy
doydoy goy
1
dōlm̄ele
dōyō
duw1
duw2
egoy
eh
el1
el2
el3
empi
en1
en2
en goy
en hiy
en tō
ep
es
et1
et2
et-3
et liwo
et su
et vēglal
et yak
et yak
ete
etet
etet hethet
etgoy
etgoy liwo
et-misin te
etsas
et-yeh
et-… qete
et-… si te
et-… te
ey2
ē-
ēagōh
ēanen
ēg
ēgēn
ēglalA
ēglalB
ēgōh
ēhA
ēhB
ēhC
ēh lok
ēkal
ēlegA
ēlegB
ēleg goy
ēm̄
ēnen
ēnōk
ēntēl
ēqas
ēqay
ētan
ēteA
ēteB
ētog
ēvet
ēvēp
ēwe~
ēwēA
ēwēB
ēy1
ēy2
ēy-lawlaw
ga1
ga2
ga~2
ga-3
g[a]ban
gadōhō
gagah
gah1
gal1A
gal1B
gal1C
gal1D
gal1E
gal2
gal3
g[a]laA
g[a]laB
galeg
galeg galsi
galgal m̄aya
galgal m̄aya
galingoyA
galingoyB
galsi
gam
gamat
gamatqey
gamlala
gamteg
g[a]nah
ganwon
gap
gap1
gapluwyeg
gapwut
gapyuy
gaqiy
gasel
ga-sēsē
gatakōn̄kōn̄
gatam
gatayA
gatayB
gatgatA
gatgatB
gatgoy
gatqap
gatqēh
gavag
gavan̄
ga-vey
gavilvil
gawol
ga-wow
ga-wuh
gay1
gay2
gay qul goy
g[a]yaq
gayeh
gayētyēt
gayga
gaygay1A
gaygay1B
gaygay2
gayme~
gaymōm
gayte
ge1
ge2
-ge3
geay
geg
geh
g[e]mel
gen1
gen2
gen heylō
gengenA
gengenB
gengenC
gengen vasgēt
gentel
g[e]sew
get1
geyA
geyB
gey hay
g[e]yehA
g[e]yehB
gēl
gēlqaqaA
gēlqaqaB
gēmteg
gēn1
gēn2
gēpne~
gēt1
gēt2
gēt3
g[ē]tē
g[ē]vēg
g[ē]vēg gan tamat
gēy
gēybak
gēymet
-gi
gil
g[i]li~
gin
gin m̄aya
gingin m̄aya
gismamatA
gismamatB
gismamatC
git
gityak
gog
gog
goh
golgol
gomA
gomB
gon1
gon2A
gon2B
gon3
gon goy
gongonA
gongonB
gonteg
gop
goy1
goy2A
goy2B
goy tiwag
goy vētgi
goygoy
g[o]yogyo-
goytig
goytig goy
goyveg
g[ō]bōn
gōgōp
gōh
g[ō]hōw
g[ō]hōwB
g[ō]hōwC
gōm
g[ō]nōm
gōskē
gōyi~
g[ō]yōw
gum
ha
hag1
hag2
hag goy
hag hiy
hag yoy
hag yoy
hagtin̄ goy
hah
hahaA
hahaB
hal1
hal2
hal goy
hal yak
hal yak
h[a]lat
han
han̄
hap2
hap2B
hatig
hatig hag
hawhaw
hay1
hay2
hay3
hay4
hayhay vagal
haytēyēhA
haytēyēhB
haytēyēhC
haytēyēh so
hayveg
he1
he~2
he~3
he hiy
hel
hel bēlag
heleg
helm̄ēt
hepA
hepB
het
hetB
hew1
hew2
hey1
hey2
hey3
hey lō
heyaw
h[e]ye~
h[e]ye-tmat
heylōA
heylōB
heylō hiy
h{ē}lol
h{i}nag

hēgal
h[ē]gēlA
h[ē]gēlB
h[ē]gēl goy
h[ē]gēy
hēlat
h[ē]lēpA
h[ē]lēpB
hēlge
hēmen
hēn
hēnhēn
h[ē]n̄ēn
hēwA
hēwB
hēw goy
hēy
hēywēA
hēywēB
hēywēC
hēywēD
higap
h[i]gi~
higoy
hil
hin̄yeg
hip2
hit
hithit-ep
hiy1A
hiy1B
hiy1C
hiy2
h[i]yi~
h[i]yip
hiyle
hogA
hogB
hoghog goy
hoholeA
hoholeB
hohole legelge
hohole m̄aya
hohōw
hole
hole boyboy
hole goy
hole lō
hole m̄aya
hole siseg
h[o]lo~
h[o]yoA
h[o]yoB
h[o]yoC
1
2A
2B
hōm̄
hōn
hōw
i1
i-2
i-3
igeA
igeB
ige bē-vēnangēn
igni~
ili
ili~
ililA
ililB
il-qōn̄
imamA
imamB
in1
in2
in lō
inin
inm̄eg
inti~
ip1
ip2
iplu~
Iqet
itan
itatA
itatB
itbu~
ithi~
itme~
itōk
itōk vēlēs
ivē~
iyē
iyē geh
-k
kakaA
kakaB
kakaC
kakal
kakamoy
kalA
kalB
kal bat
kal bat
kal lō
kal lō
kalō
kamtēl
kamyō
kasis
kaskas
kay
keh
kemem
ketketA
ketketB
key
keybē
k[e]yen
keykeybeye
k{ē}lan
1
2
3
kēkēn
kēkse~
k[ē]le~A
k[ē]le~B
kēlē
Kēlkēlm̄ōlō
kēmtēl
kēy1
k[ē]yē~
kēytēl
ki
kil1
kis
kofi
kokm̄eg
kokoym̄eg
kom̄a
kon̄
koy
kōlōn̄teg
kōmyō
kōyō
kuap
kumay
kuy
kuy na-mtig
kuykuy vilih
kuykuy-et
kuyqal
lag1
lag2
lahA
lahB
laklak
lal1
lal2
lal matnon
lalm̄eg
laln̄e
lam̄
lam̄heg
lan̄1
lan̄2
lan̄3
lan̄lan̄
lan̄lō
lan̄vēn
laptōA
laptōB
laptōC
laskoy
lat1
lat2
law
lawlawA
lawlawB
lawlawC
le1
le2
le-3
legA
legB
legC
lege
leh1
leh2A
leh2B
leh3A
leh3B
leh3C
leh3D
leh4
Lehalirōp
lel
leleh1A
leleh1B
leleh2
leln̄oln̄o-mtap
le-ln̄oln̄o-mtap
lelo
le-lo
lemA
lemB
lemtap
le-mtap qōn̄qōn̄
le-mtap qōn̄qōn̄
lemyayawoy
lemyēpyep
l[e]m̄eh
le-ngo sil
len̄1
len̄2
l[e]n̄e~
lepA
lepB
lep bat
lep hiy
lep kal
lep lok
lep lō
lep m̄ōl
lep na-mtehal
lep na-mtehal
lep nē-dēmdēm
lep qōtō
lep tēqēl
lep vasgēt
lep vasgēt
lep yak
lep yak
leplep m̄ey
les1
les2
letkelo
le-tno etet vōvōyō
l{ē}wo~
l{i}woA
l{i}woB
l{i}woC
l{i}wo goy
1
2
lēg
l[ē]gē
lē-kēkse~
lēlēge
lēlwomyen
lēlwomyen til
lēm̄lēm̄ nēbē
lēn̄
lēn̄asA
lēn̄asB
lēn̄teg
lēs1
lēs2
lēs na-tmat
lēt1
lēt2
lēt3
lētes
lē-vētne qōn̄
lēw1
lēw2
lēw3
lēw4
lēwomyen
lik
lin̄
lo1
lo~2
lok1A
lok1B
lok2
lok3
lok goy
lok seA
lok seB
lokveg
lol-2
lolmeyen
loloh
lolos
lolqōn̄
lom
loyoy
1
2
lōlhiy
lōlō
lōmgep
lōn̄vegA
lōn̄vegB
lōp
l[ō]qōvēn
lōs
lōslōs
lōwlō
l[u]kun
luw
luw goy
luwyegA
luwyegB
ma~
madap
m[a]day
mag
m[a]gaysēnA
m[a]gaysēnB
m[a]gaysēnC
m[a]gaysēnD
magmaghē et
magtō1
magtō2
magvan
mah
m[a]hay
mahet
mahē
mahē qōn̄
mahgē~
makōh
mal2
m[a]la
m[a]laklak
m[a]lala
m[a]law
maley
malēlē
malēn̄
malhey
mali~
mali m̄agas
mali n̄ey
mali n̄eyda
mali n̄eydi
malig
malmal
malmali bēlag
malnoqoA
malnoqoB
malqon
malsas
maltē
maltow
malun̄
maluw
mal… tō
mamakē
mamasēg
mamot
-mamtēl
-mamyō
man1
man2
manig
manman
man̄an
Man̄go2
man̄go1
map
mas
matA
matB
matC
mat
mat m̄ōl
m[a]ta
matag
m[a]tam̄eA
m[a]tam̄eB
m[a]tam̄eC
m[a]tapA
m[a]tapB
matbē
matmat
matmayge
matmēl
matvēvē
matwēt
matyak
mawē
mawlō~
may1
may2
m[a]ya
m[a]yam
mayanag bē-vētan
mayap
maygayA
maygayB
mayham
maymay
mayok
mE-3
me1
me2
mehA
mehB
m[e]leh
melmel
memA
memB
-mem
memehA
memehB
memehC
memehD
men1
men1
men2
men qōn
men tagde
men te-le-lam
men titikey
men wēwlal
men wōvēl
men yan̄yan̄qōn
m[e]ne~
menteq
met1
met2
met3
m[e]te1
m[e]te~2
m[e]te-3
m[e]tehal
metehal
m[e]telo
m[e]temte~
metemten
m[e]tetē~
m[e]tevu~
m[e]tewotA
m[e]tewotB
m[e]tewōl
mey1
mey2
mey3
mey ave
mey vitwag
m[e]yenA
m[e]yenB
m[e]yen̄1
m[e]yen̄2A
m[e]yen̄2B
m[e]yeyen
mE-… tō
m[ē]lē
m[ē]lēgA
m[ē]lēgB
m[ē]lēglēg
m[ē]lēglēgB
m[ē]lēt
mēlmēlgepnō
mēn
m[ē]nayA
m[ē]nayB
m[ē]nayC
mēne~
m[ē]nēg
mēs
m[ē]tēgtap
m[ē]tēgteg
m[ē]tēgtegB
-mētēl
m[ē]tot
m[ē]yēmyēn̄
m[ē]yēp
m[ē]yēpyep
m[ē]yēpyēp
mi1
-mi2
m[i]lin̄
minista
mino
m[i]sinA
m[i]sinB
m[i]tig
m[i]tiy
m[i]tiy goy
mitiy taq
mitiy tiwag
m[i]vinvin
m[i]yo~
m[o]koko
mokyes
momya
momyiyA
momyiyB
m[o]nogA
m[o]nogB
m[o]tow2
m[o]wotwot
m[o]woy1A
m[o]woy1B
m[o]woy2
moyu~
m[ō]dō
mōkhe~
mōkhegA
mōkhegB
mōkheg goy
mōkhegwēl
mōkmōk-qo
mōmō
mōmōg
mōrsurqōn̄
m[ō]tō
mōy1
mōy2A
mōy2B
mōy2C
-mōyō
m[ō]yōmyōs
m[ō]yōs
m[ō]yōsB
m[ō]yōsC
mōyvililA
mōyvililB
mu~A
mu~B
m[u]lumlum
mun
m[u]tuw
m[u]wumwuA
m[u]wumwuB
m[u]wumwuteg
m[u]yuw
m̄adeg
m̄[a]gaga
m̄[a]gas
m̄agde
m̄ah
m̄[a]ha
m̄ak
m̄[a]lak
m̄alkuyvet
m̄alm̄al
m̄am̄le
m̄at
m̄[a]tak
m̄ay
m̄[a]yaA
m̄[a]yaB
m̄[a]yaC
m̄[a]yayay
m̄e
m̄[e]key
m̄el1
m̄eldēl
m̄[e]le
m̄[e]le gan Qet
m̄ey1
m̄ey2
m̄ey3
m̄[e]ye
m̄[e]ye-sēmA
m̄[e]ye-sēmB
m̄ēl
m̄[ē]lēgleg
m̄ēt1A
m̄ēt1B
m̄ēt2
m̄ētm̄ēt
m̄[ē]yē
M̄ēyig
m̄[i]lig
m̄[i]si
m̄[i]yiyi
m̄olm̄olA
m̄olm̄olB
m̄olm̄olC
m̄on
m̄on goy
M̄otlapA
M̄otlapB
M̄otlapC
m̄oto
m̄oyas
m̄ōlA
m̄ōlB
m̄ōlegA
m̄ōlegB
m̄ōlegC
m̄ōlhiy
m̄[ō]lō
m̄ōlwoy
-n
nA-
na-Pnōlap
na-bago bēlag
na-bago gamgam
na-bago heyhey
na-bago keleklen
na-bago maltē
na-bago mitimtiy
na-bago n̄itn̄it
na-bago qagqag
na-bago qētqoqo
na-bago qoyqoy
na-bago tog
na-bago tuytuy
na-bago vōkvōk
na-bago womtan wenwen
na-bago woswos
na-bago wōwō
na-bago yutyut
na-baklap
na-baknin
na-bakqo
na-balbal tele
na-balbe gētē
na-balbe gētē tekelgi
na-balbe tilig
na-balbe tilig
na-baw lawlaw
na-baw yotlēs
na-baw yo-tlēs
na-duw mēlēglēg
na-duw n̄oyn̄oy
na-duw wōn̄ēlmet
na-gal ne (N)
na-gamat din̄din̄
na-gamat wenwen
na-gasel munmun
na-gasel munmun
na-gasel su
na-gayga non Ham
na-gaygay wōn̄ēlmet
nage
n-age bo-totgal
n-age leplep hohole
n-age leplep yoy
n-age te-
n-age vakvak
n-age voyopyot (qētēnge)
na-gop qagqag
na-gōgōp mēlēmlēg
nagōm su mōy!
na-gtē teteh
na-gtē tē-hēyēt
na-gyogyo ganah
na-gyogyo hōm̄
na-gyogyo-duw
na-han̄ wōbēyih
na-han̄ yogyēn
na-han̄-m̄ēt
na-hap del
na-hlat me
na-hlat te-le-naw
na-kaka t-am̄ag
na-kyen lawlaw
na-lan̄ tanō
na-ln̄e dēmap
na-ln̄e yon̄teg
na-ln̄e yon̄teg
na-lo tighiy
na-mag busbus
na-mag non na-m̄ay
na-mag qeyet
na-mali dō
na-malmali ey
na-malmali ēm̄
na-malmali mōmōg
na-mayham t-ale
na-mlas qo
namnan
na-mte vit
na-mte-ēm̄
na-mte-ge law
na-mte-hal
na-mtehal ne wōl
na-mte-len̄
na-mte-mnēg
na-mtemte yek
na-mte-m̄lō
na-mte-tē~
na-mte-tmat
na-mte-vu~
na-mwōy mēs
na-mwōy mēs
na-mya bē
na-mya bēlag
na-mya dahal
na-mya hōyē
na-mya lawlaw
na-mya mot
na-mya nigiy
na-mya qo
na-mya yoqet
na-m̄lig heyhey
nan
na-nay akak-ēm̄
na-nay bē-tog
na-nay meyen̄
na-nay qōnqōn
na-nay togtil
na-nay togtil
na-nay wuswōm̄el
nanm̄e
na-nyag togle
na-nye tele
na-nye tele
na-n̄ye qēt-ok
na-n̄ye tete
na-n̄yen̄ye mēs
na-psis-gon
na-ptel men
na-ptel Samo
na-ptel wōwō
na-qtēg bēnē ~
na-qyo bē
na-sansan-sis
na-sas namalsas
na-sas qētwawah
na-sas visis-yap-m̄ēt
na-skey wōn̄ēlmet
na-sn̄ēt lawlaw
na-tataqnet susu
na-tkol tē-vēthiyle
na-tle siysiyveg qētēnge
na-tlēs m̄alm̄al
na-tno haghag
na-tno liwo
na-tno mitiy
na-tno muwumwu
na-tno n̄itn̄it
na-tno n̄itn̄it
na-tno plēn
na-tno ququleg
na-tno siseg
na-tno tamge
na-tno tigtig
na-Tno Tog qōn̄
na-tno vēyhe
na-tno waha
na-tqal lawlaw
na-tqal qētmaymay
na-tqal vet
na-tval-ēm̄
na-tval-le
na-tweh dedel
na-tweh dēn̄ēy
na-tweh hephep
na-tweh mitig
na-tweh qōnqōn
na-tweh tēnge non Legtis
na-tyah-gon
na-tyeh bem
na-va tele
na-va yayah
na-vag bēlag
na-vag yēdēp
na-vay ninih
nawA
nawB
nawC
nay1
nay2
-ndō
nE-
-negi
n-eh liwo
n-eh qētqētlen̄
n-eh qētqētlen̄
n-eh stirin̄ban
ne-het so
ne-le ēwē
ne-le higoy
ne-le vētleg
ne-leleh lawlaw
nem2
ne-men gapgap
ne-men wēwlal tē-vēthiyle
ne-met yak
ne-met-sis
ne-mgaysēn!
nen
n-et liwo
ne-Vet Men Tagde
n-ep yayah
ne-ses matwon
ne-ses tē-hēyēt
net
n-et be-phah
n-et bo-towtow-eh
n-et b-ōlōl
n-et hewhew
n-et tēytēy tēnge
n-et vitwag
nethap
netnet
ne-vel wēl
ne-vet susu
ne-vet wiyiwyiy ga
ne-vey lawlaw
ne-vey naglon m̄am̄al
ne-vey qeyet
ne-vey wōwō
n-ey lam
n-ey lawlaw
n-ey wōn̄ēlmet
ne-yek bē
nē-bē maymay
nē-bē qōnqōn
nē-bē sewsew
nē-bē sewsew
nē-dēln̄e gōhōw
n-ēg lawlaw
n-ēg met
n-ēg m̄al
n-ēg te-Ben̄yeteh
nē-gēt n̄oyn̄oy
nē-hēn mōkō
nē-hgē-n vētēl
nē-hgē-n vēvet
nēk
n-ēleg gal
nē-lwo gayme~
nē-lwo gayme ~
nē-mēn map
nē-mēn m̄ah
nē-mēs vōlōplōl
n-ēm̄ gom
n-ēm̄ kap
n-ēm̄ kuk
n-ēm̄ qos
n-ēm̄ su
n-ēm̄ wēlwēl
n-ēm̄ wēlwēl
n-ēm̄ yon̄
n-ēm̄ yoqyoq
n-ēm̄ yot
nē-m̄ēt won
nē-qēt-gogoh
nē-qēthōn gal
nē-sēm ti-mi-gēn
nēte
n-ēte-vēy
nē-tētēleg-hay
nētge
nētm̄ey
nē-vētan qagqag
n-ēwe lolmeyen
-ngēn
ni-
ni-git vey
nihA
nihB
n-in gon
n-in lap
n-in wey
n-in yig
nintigi
ni-n̄i mitig
ni-n̄i motow
ni-n̄i m̄el
ni-n̄i wōh
ni-til adan
ni-tiy bele
ni-tiy kē
ni-tli betolol
nitog
ni-vin-gogoh
ni-vinvin n̄eye~
no1
no~2
n[o]go~
nogolgē
no-hohole non Iqet
no-hohole non Iqet
no-hohole vēyvēy
nok
no-koy sēyēsyē
no-momyiy gom
non ige qagqag
no-qo na-gōm
no-qolqol qagqag
no-soso-gal
no-sosowolō ne ēm̄
no-towtow eh
nowmat
no-yogalēp ne m̄e
no-yom̄-gengen
no-yom̄-yukyuk
no-yosaltam̄ey
nōk
nōnōk
nō-Qōn̄ Lēn
nō-Qōn̄ Liwo
nō-qōn̄ mete
nō-Qōn̄ M̄ōl-kal
nō-wōl ni-hn̄ēn won
nō-wōl ni-tqetqe-qo
nō-wōl ni-tqetqe-qo lok
nō-wōl togyow
nō-wōl wehey
nō-wōl wonwon
nō-wōl (na-)gayte-gi
nō-wōm̄ēl sekeske
nō-wōy gengen
Nōybaybay
-ntēl
nu-duw t-Avap
nu-n̄yun̄yu qo
nu-qug qētmaymay
nu-qul liwo
nu-qul motow
nu-qul n̄ey
nu-qul n̄ey
nu-qul n̄ē
nu-suk na-ma-n bōlōk
nu-tutu tuytuy
nu-vu het
nuy
n̄an
n̄aymeyen
n̄ey
n̄eyda
n̄eydi
n̄[e]ye1
n̄[e]ye~2
n̄[e]yeg
n̄[e]yen̄ye~
n̄eyn̄ey
n̄ē
n̄ēhA
n̄ēhB
n̄ēhlaw
n̄ēlmet
n̄ēy
n̄[ē]yēh1
n̄[ē]yēh1B
n̄[ē]yēh2
n̄i
n̄[i]li~
n̄it
n̄oyhey
n̄oyn̄oy
n̄[u]yun̄yu~
oel
ok
ol
ololA
ololB
ololC
on
op
ow
oytitin
oyveg
ō1A
ō1B
ō2
ōē goy
ōk
ōl1A
ōl1B
ōl taw
ōl vayēg
ōl vēyvēy
ōlōl
ōy
ōyēh
ōyheg
ōynem
q[a]gal
q[a]gay
qagqag
qalA
qalB
qalC
qalD
qal goy
qal mat
qaqaA
qaqaB
qaqay
qaqaye~
qas
qasbōl
q[a]tag
qay
q[a]yan̄
qe
qe1
qe so
qele
qele ave
qele gēn
qele kē
q[e]len̄A
q[e]len̄B
qen
q[e]neg
qentala
q[e]se~
qet1
qet2
qete
qey1
qey2A
qey2B
qey2C
q[e]yet
q[ē]lēgA
q[ē]lēgB
q[ē]lēgC
qēlge~
qēqēl
qēsdi
qēt1A
qēt1B
qēt-2
qēt-3
qētah
qētbuhu~
q[ē]tēgA
q[ē]tēgB
q[ē]tēgC
q[ē]tēgD
qētēgok
qētēnge
q[ē]tēqtēg
qēt-hay
qēthēlēn̄A
qēthēlēn̄B
qēthi~
qēt-hiyi~
qēt-lam̄lam̄-n̄ey
qēt-lap
qētlaw
qētlen̄
qēt-maymay
qēt-meh
qēt-men
qētqētmuhu
qētqoqo
qētsew
qēt-yayah-sēm
q[ē]yēn̄i
q[ē]yēt
q[i]gi~
q[i]ti~
qiyig1A
qiyig1B
-qiyig2
qo
qog
qok lō
qol
qolqol
qon
qonqon
qoqo
qotmet
qoy1A
qoy1B
qoy2
qoy bēl
qoy mem
qoyo1
q[o]yo~2
qoyo … tō
q[o]yoh
qoyqoyA
qoyqoyB
qoywon
qōnA
qōnB
qōnqōnA
qōnqōnB
qōn̄A
qōn̄B
qōn̄C
qōn̄ goy
Qōn̄ Liviyō
qōn̄ liviyō
qōn̄ mete
qōn̄ tēvēlēm
qōn̄ vētēl
qōn̄ vēvet
qōn̄ vitwag
qōn̄ vōyō
qōn̄lēt
qōn̄qōn̄
qōn̄qōn̄lo
qōn̄wotwot
qōqō
qōs
qōs2
qōtō
qōy
qōysē
qu~
qug
qulA
qulB
qul goy
qul tiwag
quln̄iA
quln̄iB
qulqulA
qulqulB
qulqulC
qulqul leh
quq
quqay
ququlegA
ququlegB
raes
rapA
rapB
redio
s[a]gay
sagyet
saklō
sal
sal goy
salak-1
s[a]lak2
salak-yō
saltam̄ey
saltam̄ey lawlaw
saltam̄ey qagqag
salwolwol
sam
samsam
s[a]m̄alA
s[a]n̄an
saq
sas1
sas2
sas3
se1
se2
se3A
se3B
se lō
se m̄ēt
se yak
s[e]key
s[e]leslen̄
s[e]n̄ey
ses
sewA
sewB
sewC
sey1A
sey1B
sey2
sey3A
sey3B
seyap
s[e]yew
seylō
sēg
so nethap
s{i}lat
s{i}latēmē
s{i}men
sēm1
sēmsēmteg wōm̄ēl
sēmteg
s[ē]n̄ēt2
sēsē
sēsēywum
sēysal
si
s[i]di~
s[i]gig
sil1
sil2A
sil2B
sil3
sili
siok
sis1
sis2
sis3
sis4A
sis4B
sis den
sis mete~
sis mete qo
siseg
sisegB
sisegC
sisegD
sisgoy
sisivi
sisiyA
sisiyB
sisqet
sisqet (a)gōh
s[i]yip
so1
so2A
so2B
so2C
so2D
so2E
so tateh
so (ni-)
sok
sokB
soldun̄
s[o]lotegA
s[o]lotegB
solyak
son̄wul
soso
sosol
sosol
sosowolō
sotel
sowo
soy
s{i}to
s[ō]bōy
sōl
sōlsōlA
sōlsōlB
sōn̄teg
sōsōn̄teg
sōwlē
sōwō1
s[ō]wō~2
sōyteg
strin̄
su1
su2
suk
s[u]kul
sumsum
susuA
susuB
susuy
suvay-
suw
suwA
suwB
suw met
suwsuwA
suwsuwB
s[u]wuy
suwyeg
t[a]hathap
t-ak vēh
takle in gon
taktak
talōw
tam1
tam2
tam luwyeg
t[a]malte
t[a]mat
t[a]mat-tēq
t[a]mat-woh
t[a]mayge
tamtam
t-am̄ag
t[a]m̄an
tam̄yeg
tan̄
tan̄ goy
tan̄ goy nogolgē
tan̄del
tan̄tan̄ hephep
taple
tapsey
taptap
taqA
taqB
taq bat
taq goy
taq hiy
t[a]qal2
taqat
taqēs
taqlēn̄lēn̄
taqlun̄A
taqlun̄B
taqn̄ē~
taqtaq
t[a]rak
tasgoyok
tatagA
tatagB
tatag goy
tatag na-myōs
tatal
tatal tēy
tatapsey
tataqnet
tateh
tateh qete
taval-A
taval-B
taval-C
taval he~
taval lam
taval mayam
taval meyen
taval qōn̄
taval qōn̄
tavalgi… tavalgi
t[a]wal
tawhi~
Tawlil
tay1
tay2
tay yak
t[a]yahA
t[a]yahB
t[a]yahC
tayak
t[a]yaymōt
taybē~
tE-3
tE-4
te1
te2
te-le-naw
te-M̄sēn
te-Pnōlap
t[e]bey
tege
t[e]gey
t[e]geygey
teghaA
teghaB
teh
tekel
t[e]le
telen̄len̄
t[e]nepnōA
t[e]nepnōB
t[e]no~
t[e]n̄e~
t[e]n̄etn̄e duw
teq
teqe
t[e]qe~
t[e]qetqe~
t[e]qetqe-qo
t[e]qey
tes
tetetwol
t[e]veg
t[e]velgi
t[e]weh
t[e]wen
tey3
t[e]yeh1
te-Yō
tE-… qiyig
tE-… tō
t{ē}na
t{ē}nas
t{ē}ne~
t{ē}yag
1
tē~2
t[ē]bē
t[ē]bēbē
tēgētgē
tēgvōnō
tēhēl
tēl
tēleg
t[ē]lēh
t[ē]lēs
Tēlmitig
tēnetne qōn̄
tēnge
tēnge liwo
tēnge met
tēn̄ten̄
tēqA
tēqB
t[ē]qē
t[ē]qēlA
t[ē]qēlB
t[ē]qēlhe~
t[ē]qēy
tēqtēq qeyet
tēsol
tēt
tēte~
tētē1
tētē2
tētēnge qon
tēvēlēm
tēvēlyō
t[ē]wē
t[ē]wēhin̄
t[ē]wēhqalat
t[ē]wētis
tēy
tēyB
tēy goy
tēy maymay
tēy na-tmat
tēy qōtō
tēymat
tēymatB
tēytēy tele
tēytēy-bē
tēytēyheg t-Anm̄ēt
tēytēy-ō
ti1
ti2
tig1
tig1B
tig2
tig goy
tig hiy
tig lō
tig m̄agA
tig m̄agB
tig na-mtehal
tigtig-day
tigtig-hal
tigyeg
til1A
til1B
til2
til3
til4
til5
til6
t[i]li~
t[i]lig
ti-mi-gēn
tin1
tinignig
tin̄
tiok
tiqyo
t[i]sis
tit
tit mem
titaA
titaB
titamas
titeg
titi
tititol
t[i]vig
tiwagA
tiwagB
tiwag mē
tiwag mi
tiy1A
tiy1B
tiy2
tiyge
tiytiy
tiy… yeh
tog1A
tog1B
tog2
tog3
tog4
tog mi na-tqa-n
tog qōn̄
t[o]gotgoA
t[o]gotgoB
togtil
togtō
togyon̄
tokel
t[o]kol
tokosm̄eg
tol
tomag
tomtak
ton̄ton̄
tot
tot gal
tot lat
tot woy
tot yak
tot yuw
totgalA
totgalB
tot-matap
toto
totogyegA
totogyegB
totot
t[o]wolA
t[o]wolB
t[o]wotwos
t[o]woyigA
t[o]woyigB
towtow
toy
toyak
t[o]yo
1
2A
2B
3
4
tōap
tōh
t[ō]qō
tōqōn̄
t[ō]qōtqōs
t[ō]qōyon̄
tōti~A
tōti~B
tōti qēthiyi~
tōtō
tōw
tōy
t[ō]yōp
t[u]kuk
t[u]qul
tusu
tutu
tuw
tuw bōt
t[u]wuh
tuytuy
ukēg
va
vaēh
vag1
vag-2
vaga1
v[a]gal
v[a]gapgal
vagvag-tiwag
vahA
vahB
vahC
v[a]hah
vahn̄ēt
vahyeg
vakA
vakB
v[a]kasteg
vakasteg lok
vakse~
val
v[a]lag
valag hiy
v[a]lakasA
v[a]lakasB
valeh
valhiqōqō
valme
vam
van1A
van1B
van hiy
van me
vanvan
vaot
vapA
vapB
vap bat
vap goy
vap m̄ēt
vap t-am̄ag
vasawyeg
vasem
vasem lō
vasgēt
vasuwyon̄
vasuwyon̄B
vatagA
vatagB
vatagC
v[a]tah
vatgoA
vatgoB
vatgoC
vatiqaw
vatiqaw hiy
vatneA
vatneB
vatqepA
vatqepB
vava
vay1A
vay1B
vay2
vay3
vay ne-qet
vayēg
ve
vegA
vegB
vegC
veg so
vege
veg… taple
vek
vel2
vel-1
vel qōn̄
v[e]le~
velqōn̄A
velqōn̄B
v[e]ne
vet1
vet2
vet3
v[e]tegA
v[e]tegB
v[e]tel
vey1
vey2
vey3
v[e]yet
1
vē-2
v[ē]dēl
v[ē]gēlA
v[ē]gēlB
vēgih
vēglalA
vēglalB
vēh
vēh2
vēhbeg
vēhgeA
vēhgeB
vēhgi
vēhiyA
vēhiyB
vēl1A
vēl1B
vēl2
vēl sey
vēl tiwag
vēl yak
vēl yakyak
vēlēgē
vēlēlēy
vēlēs1A
vēlēs1B
vēlēs1C
v[ē]lēs2
vēlēs wē vēlēs
vēli
vēlvēl2
vēlwoyA
vēlwoyB
vēlwoyC
vēne~
vēn̄1
vēn̄2A
vēn̄2B
vēn̄ goy
vēn̄vēn̄
vēp
vēsn̄ēt
vētan
vētgiA
vētgiB
vētleg
vētlin̄
vētne~A
vētne~B
vētne mahē
vētōy
vētqap
vēvēgA
vēvēgB
vēvēh
vēwē
vēy1
vēy-2
v[ē]yē
v[ē]yēyag
vēyhe
vēyleh
vēyn̄ihA
vēyn̄ihB
vēyn̄it
vēysas
vēytititA
vēytititB
vēy-valeh
vēyvēy
v[i]din
viho
v[i]ligA
v[i]ligB
v[i]ligC
v[i]lih
vin
vingey
vinhe
v[i]ni~
vinlah
vis
v[i]si~
v[i]sipteg
v[i]sisA
v[i]sisB
vit
vitwagA
vitwagB
vitwag se
v[o]do
vohog
v[o]nog
v[o]n̄on
vot
v[o]tog
v[o]yoh
v[o]yot
v[o]yoy
v[ō]lōl
v[ō]lōl goy
v[ō]lōplōl
vōlvōl
v[ō]nō
vōy2
vōyō
vōyōnegi
vu
v[u]luA
v[u]luB
v[u]lu goy
Vuyes
wakA
wakB
wakōl
waksē
w[a]laglē
w[a]lakA
w[a]lakB
w[a]lawlē
walēg
wan̄
w[a]tag
waw
wawsē
w[e]hey
wel
welan
wele
wentiy
w[e]seg
w[e]yeh
w{ē}lem
w{ē}ti~

wēh
w[ē]hēyA
w[ē]hēyB
wēl
wēl
wēl na-lqōvēn
wēl na-tmat
w[ē]lēwlēs
wēlwēl tagde
wēmlagA
wēmlagB
Wēmut
Wētamat
w[ē]tē
wēy
wēydēs
w[ē]yēt
wēywēy
wik
w[i]nignig
w[i]n̄i~
wis
wistaban
w[i]yis
w[i]yiwyiy1
w[i]yiwyiy2
wo
woden̄den̄
woh1
woh2
woh lō
wolap
wolat
wolkokon̄ay
wolwolA
wolwolB
wom lewlew
womlōw
womtelo
womtigtig
womwōywōy
wom̄akm̄ak
wom̄elm̄el
won1A
won1B
won2A
won2B
won2C
wonatnat
won-eh
wonn̄eg
wonwon1
wonwon2A
wonwon2B
wonyeg
won̄ey
won̄oln̄ol
Wopnō
wopyak
wosA
wosB
wos na-lgē
wosdi
wos-lēgē
wot1
wot2
wot3
wot4
wot lō
wotdon̄don̄
wothap
wotva
wotwotm̄ag
wotwotm̄ag goy
wow1
wow2
wow yak hag
woy1
woy2
woy3
woyoy
w{u}met
1
2
wō-3
wōgtag
wōh
wōhōwye
wōit
wōkōl
wōl1
wōl2
wōl3A
wōl3B
wōlan̄
wōlēlē
wōlōmgep
wōmn̄as
wōm̄ēl
wōnuy mitig
wōqA
wōqB
wōqōl
wōsēm
wōswōs
wōtēq
wō-tēt
wōtiltil
wōtwōtA
wōtwōtB
wōw
wōwō
wōy1
wōy2
wōy3
wōyō
wu
wuhA
wuhB
wuh mat
wun
wut1
wut2
wut kal
wuy2
wuywuy bēlag
-y
ya-
yakA
yakB
yakC
yan̄
yan̄yan̄
yap1
yap2
yapn̄ēh
yapyap
yatkelA
yatkelB
yatkel qōn̄
yavegA
yavegB
yay1
ye1
ye2
ye yak
Yebek
Yebek weyewyeh
yeg
yeghuquy
yeh1A
yeh1B
yeh2
yek
yemA
yemB
y[e]m̄e
yen̄
y[e]n̄e
y[e]n̄es
yes2
yewyew
yeyey
1
yēdēp
yēg
yēnet
yēn̄
yēpyep
yētyēt
y[ē]wē
yēyē
yim
yipA
yipB
yipyip
yo~1
yo-2
yobem
yobē
yogalēp
yogam̄taqlap
yoge
yogehmyaw
yohē
yoluk
yo-mlele
yomlēs
yomn̄as
yo-mtētēl
yom̄-
yom̄lak
yom̄oyas
yom̄taqgaga
yon̄1
yon̄2A
yon̄2B
-yon̄2A
-yon̄2B
yon̄ vavaleh
yon̄ vavaleh
yon̄-eh
y[o]n̄o1
y[o]n̄o~2
yon̄tegA
yon̄tegB
yon̄teg vēglal
yoq
yoq goy
yo-qēyqēy
yosaltam̄ey
yosvegA
yosvegB
yot
yotelel
yo-teptep
yova
yovel
yow1
yow2
yow hag
yow taq
yow taq goy
yow veteg
yoweg
yoweg goy
yowow
yoy1
yoy2
yoyo~
yoyon̄A
yoyon̄B
yoywē
1
2
-yō3
yōel
yōpdēge
yōōy
yōs
yōs tō
yōs yoyon̄
yōstiwagA
yōstiwagB
yōtyōt
yōvōg
yōwismat
-ytēl
yum
y[u]wu
-(m)
(ni-)… tō
a1   [a] sub.

(1) ⦗entre deux propositions⦘ subordonnant liant les valeurs de vérité de deux propositions: (P1) tel que (P2), (P1) tandis que (P2), (P1) et (P2)….

Kimi me-lep nē-sēm a et-vēhge te no.
Vous avez pris l'argent sans me demander. [litt. … et vous ne m'avez pas demandé]

(2) ⦗entre sujet et verbe⦘ lorsque, comme (P).

a ni-hig qal van e, na-hō ni-hōhō.
À peine l'avait-elle touché, que de la fumée en sortit.

(3) ⦗dépendant d'un nom⦘ relativiseur, introduisant une proposition relative dépendant d'un nom.

Syn : mey a

Syn : mey

n-eh a kēy laklak aē en
la chanson sur laquelle ils sont en train de danser

(4) ⦗entre deux noms⦘ c'est-à-dire, je veux dire. Synt. En principe, le syntagme nominal qui suit a peut être compris comme prédicatif, auquel cas a est un subordonnant (“X qui est N”).

a so ‘c'est-à-dire’

Ēgnōn Jon, a Anē en.
La femme de John, (c'est-à-dire) Annie.

Na-magtō vitwag a bōbō nonon nō-lōmgep en, a ēplōn na-mya en, kē wo “Eeey!”
Une vieille femme, (qui était) la grand-mère du garçon – (je veux dire) l’ami de l’anguille – s'écria soudain “Hééé!”

(5) ⦗Préd1 a Préd1⦘ construction intensive: litt. “(grand) qui est (grand)”, c-à-d. “très (grand)”, extrêmement.

Kēy nō-tōy vel qōn̄: na-wawah a na-wawah.
They would clean it every day: it was shiningly clean.

(6) ⦗structure clivée⦘ focalisateur, précédant le syntagme non-focal dans une construction clivée de type “c'est X qui P”. Synt. Ces phrases sont complexes: l'élément initial constitue la proposition principale, et a introduit une proposition subordonnée de type relative. Cette dernière est typiquement marquée comme définie à l'aide de en.

a1   ptc. focalisateur, précédant le terme focal ou rhématique.

Ros a ete magtō agōh.
Rose, c’est la dame que tu vois.
a2   ptc. marque facultative de rhème, précédant un locatif spatial ou temporel (que ce locatif soit prédicatif ou circonstant). Souvent allongée [aːː] et/ou répétée entre chaque mot du syntagme locatif.

Nē-vētbē vōyō en tō {a antan} {a le-lo siok en}.
Il y a deux bouteilles là-dessous, à l'intérieur de la pirogue.

Kēy tig tō a apwo a– na-mya bē liwo en!
Ils étaient en fait juchés sur l’anguille géante!

Ne-leg {a lō-qōn̄ tēvēlēm an̄qōn̄ en}.
⟨locatif prédicatif⟩ Le mariage [aura lieu] vendredi soir.
a-3   pf. préfixe non productif, présent sur de nombreux toponymes et locatifs spatiaux.

Apnōlap
Vanua Lava

Agō
Gaua

Aqke
l'îlot Qakea

Aya
l'îlot Ra

Aplōw
Valuwa, Volow

alge
en haut, dans le ciel

antan
en bas, par terre

ale
sur la plage

am̄ag
devant, avant, autrefois

atgiy
derrière, après

anoy
hier

aqyig
plus tôt aujourd'hui
a nu-su  expr. (cour) ⦗après verbe V⦘ litt. “qui est petit” : (faire V) en faible quantité, pas longtemps, un peu. Restrictif pour les verbes.

su [1]

Syn : tusu

Nok mitiy ēwē a nu-su.
Je vais juste dormir un peu. [litt. dormir qui est petit]

Nēk in ēwē a nu-su!
Contente-toi d'en boire une gorgée [litt. tu bois juste qui est petit].
a so  conj. tel que….

so [2D]

a so

aa  [] intj. <Disc> Particule énonciative gén. placée après un déictique ou l'anaphorique en, partic. en fin de thème. Sert à souligner un processus anaphorique, en réclamant l'assentiment à l'interlocuteur: hein, tu vois (ce que je veux dire) ? n'est-ce pas ?.

Ēgnōn Jon, a Anē en aa ?
La femme de John, Annie, tu vois ?

Nēk van veteg N̄eye Mētēgtap ; van nen, van hag me Gilgeg Naqyēn̄ en aa ? Bas anen !
⟨noms de lieux⟩ Tu passes devant le Cap-de-la-Porte ; tu continues vers l'est, tu arrives au (lieu appelé) Coup-de-Massue, tu vois ? Eh ben c'est là.

N-et vitwag a– mi gēn gōh en aa, kē n-ēh laptō!
⟨conte de fantômes⟩ Mais cet humain qui est parmi nous, là, il est encore vivant !

Ba ne-leg a lō-qōn̄ tēvēlēm an̄qōn̄ en, aa? Tō la-yavēg, kōmyō m̄ōl lok me hiy no, aa?
Vous serez donc à un mariage vendredi soir, c'est ça ? Et le samedi, vous revenez me voir, n'est-ce pas ?
  [aˈɪ] loc. en, y, là. Adverbe anaphorique renvoyant à un référent non-humain, pour des fonctions syntaxiques obliques.

(1) là, y. Anaphorique de lieu (cf. préposition lE-).

No mal van te muk aē.
J'y suis déjà allé.

na-tamge a kōyō hag tō aē en
⟨en relative⟩ la natte sur laquelle ils sont tous deux assis [litt. la natte qu'ils y sont assis]

(2) en, avec. Anaphorique instrumental (cf. préposition mi). Rem. La tournure en tient lieu de verbe ‘utiliser’, qui n'existe pas: Nu-qul gōh, nok so suwsuw aē. |fe{Je vais utiliser cette lampe pendant ma douche [litt. je vais prendre ma douche avec]}.

Nēk so akteg aē?
Que veux-tu en faire?

No-wotva, am̄ag, kēy ha na-naw aē.
Les calebasses, autrefois, on s'en servait pour puiser de l'eau de mer.

nē-qētēnge a kēy mu-wuh tō no aē en
le bâton avec lequel on m'a frappé [bâton qu'on m'a frappé avec]

n-eh a kēy laklak aē en
la chanson sur laquelle ils sont en train de danser [chanson qu'ils dansent avec]

(3) en, pour cela. Anaphorique de cause (cf. préposition be-).

No m-ak sisgoy nu-qul, tō imam mo-boel aē.
J'ai fait tomber la lampe, ce qui a mis mon père en colère [litt. et papa s'en est fâché]

Na-ga ni-wuh nēk en, tō ni-qti-ge ni-m̄ōlm̄ōl aē.
Quand le kava t'enivre, tu as la tête qui tourne [à cause de cela].

(4) en, y. Utilisé pour divers compléments obliques. Si le complément oblique n'est pas anaphorique, il utilise les prépositions be-2 ou le-3.

Nitog dēmdēm van aē.
N'y pense pas trop.

Tita mal higoy kōmyō aē.
Maman vous l'a déjà interdit.

N-eh mal tenenen van aē.
La chanson y est bien adaptée (à la musique).

Yē ma-vatne nēk aē?
Qui te l'a enseigné [litt. qui t'a instruit de cela]?
  préd. être là; exister, il y a. Étym. Forme prédicative de l'adverbe anaphorique ‘y’. Prédicat invariable, incompatible avec marques TAM (sauf Accompli mal, et Prétérit ).

Ant : tateh ‘être absent; il n'y a pas’

(1) ⦗sujet défini⦘ être là, être présent à tel endroit.

Tan̄a so tita mino aē!
Heureusement que ma mère était là!

Kemem tit-se vēh te a so nēk aē.
Nous n'avons pas le droit de chanter en ta présence [litt. alors que tu y es].

(2) ⦗sujet indéfini⦘ il y a. Prédicat affirmatif d'existence.

Ne-nem aē Apnōlap.
Il y a des moustiques à Vanua-lava.

Na-lavēt liwo aē le-pnō.
Il y a une grande fête au village.

N-et aē hay en?
Il y a quelqu'un là-dedans?

No-yoy na-mu vitwag aē.
Il y a une nouvelle pour toi.

(3) (partic) ⦗syntagme possessif sujet⦘ litt. “le X de Y existe” : Y a X. Traduit le verbe “avoir”.

Inti-k aē.
J'ai des enfants.

Ēgnō-n mal aē.
Ça y est, elle a déjà un mari [litt. Son conjoint existe déjà].

Nē-bē na-ma-y aē?
Ont-ils de l'eau à boire? [litt. Leur eau existe?]

Mino aē tō, ba mal qelen̄.
⟨marquage TAM⟩ J'en avais un, mais je l'ai perdu.

(4) (partic) ⦗N aliénable + aē mi + qqn⦘ litt. “X existe avec Y” : Y a X. Traduit le verbe “avoir”, pour une possession soit temporaire (avoir avec soi) soit permanente (posséder).

Nē-sēm aē mi kē.
[De l'argent est avec lui] Il a de l'argent. (Il est riche)

[ Mota <°aía.  aiathere’. ]

ag  (n-ag) [naɣ] noun. <Bot> Pueraria sp..

[ POc *Rakavine, creeper’. ]

age   (n-age) [naɣɛ] noun. choseMrph. La forme avec article nage est tantôt découpée en n-age (d'où rad. age), tantôt en na-ge (d'où rad. ge). Ainsi, bE- + age donne be-ge ‘pour la chose’, etc

(1) chose, truc, machin: objet concret et spécifique (opp. na-hap, chose indéfinie).

na-ln̄e age nen
le bruit de ce truc

Kēy ne-mlēmlēg qe so n-age gēn.
Ils sont noirs comme ce machin, là (micro).

N-age nen te-myin̄ vēh te nēk.
Cet objet (bijou) ne te servira à rien.

(2) ⦗+nom d'action⦘ forme les périphrases de certains instruments, surtout modernes.

n-age kaykay
[objet à décocher] sagaie, flèche (périphrase pour na-qtag)

(3) animal. Pour traduire ‘animal’, il n'existe pas de terme plus spécifique que ‘chose’ (age, hap).

Kē so et van qele kē : n-age vitwag tig tō metehal nen.
Il lève les yeux: il y avait là un animal [litt. une chose], dressé au milieu du chemin.

Wun n-age gōs kē a ni-wsewseg n-et en!
C'est donc cet animal [cette chose] qui faisait des ravages parmi les hommes!

(4) chose abstraite, activité, idée.

Syn : dēmdēm

n-age te-

Ino no m-etsas van a n-age a kēy gagaleg van la-halgoy en.
Moi, j'ai vu tout ce qui se passe [litt. les choses qu'ils font] dans les sociétés secrètes.

Ba n-age vitwag ēwē so nok so vap van hiy nēk.
Il y a juste une chose que je voudrais te dire.
age   intransitive verb. (rare) ⦗en protase de conditionnelle⦘ faire quoi, faire quoi que ce soit.

akteg ‘faire quoi (vb. interrogatif)’

Nēk wo m-age bah, nēk van gengen.
Quand tu auras fini de ‘choser’ (de faire ce que tu fais), tu iras manger.

Nēk so m-age, nitog vavasem na-halgoy en.
Quoi qu'il arrive [litt. tu peux ‘choser’, mais…], ne révèle pas notre secret.

[ Cfi-ge. ]

Agō  [aɣʊ] -. <Géo> (anc) district nord-est de l'île de Gaua (opp. Alkon, le district sud-ouest). Inclut les villages de Nume, Losalava, et la région de l'actuel aéroport.

[  <°ˌa-ɣaˈua. ]

agōh  [aɣʊh] dx. ici, ceci, voici. Déictique de premier degré, référant à l'action, les paroles ou les pensées du locuteur (opp. anen). La forme conclusive agōh est employée uniquement en fin d'énoncé assertif ou exclamatif (opp. gōh partout ailleurs).

Kē agōh!
Il est ici.

Ithik so ni-leg lō-wōl agōh.
Mon frère doit se marier ce mois-ci.

Na-han William agōh.
Ceci (que je chante) c'est la chanson de William.
ak  [ak] transitive verb. (†) faire.

Syn. relevé : galeg

(1) (concret) fabriquer, réaliser ‹qqch›.

ak n-ēm̄
construire une maison

ak ni-hintōy
confectionner un balai

ak ni-siok
tailler une pirogue

ak n-ep
faire un feu

(2) (abstr) faire, susciter, mettre en œuvre.

ak na-laklak
se livrer à la danse

ak nō-sōq
mettre en œuvre la cérémonie d'initiation

N-ih namuk kē ni-ak na-may, kē ni-ak ne-mes.
Mon arc (magique) est capable de créer la famine ou l'abondance.

Dō ak qele ave?
Comment allons-nous faire?

Kēy tit-ak se vēhte na-hap.
Ils ne pouvaient rien faire d'autre.

(3) se faire ‹un ami+› (de qqn, hiy); traiter qqn comme ‹tel ou tel›. Rem. Pour les relations de parenté, on emploie soit la tournure en ak, soit le verbe directement dérivé du nom de parenté. Ex. No m-ak tita mino hiy kē. Nok tita kē. [‘Je la mère’] Je la considère comme ma mère.

No m-ak ipluk hiy kē.
Je m'en suis fait un ami [litt. j'ai fait mon ami de lui].

(4) ⟨plante⟩  présenter tel ou tel stade de croissance, produire ‹qqch›.

Ne-vey mal ak na-tawhēn.
L'hibiscus a déjà [fait] ses fleurs.

Na-mtig m-ak n-ēwan a na-m̄adeg.
Le cocotier a produit beaucoup de fruits.

(5) ⟨qqch⟩  survenir, arriver à ‹qqn›.

Na-hap m-ak nēk?
Qu'est-ce qui t'arrive [litt. qu'est-ce qui te fait]?

E ! Na-hapqiyig m-ak tamayge kē !
Eh! Il est en train d'arriver quelque chose au vieux!

(6) (d'où) ⟨état physique ou mental⟩  affecter ‹qqn›, être éprouvé par: forme les énoncés renvoyant à des sensations physiques ou mentales, des maladies. Rem. Seul emploi où ak est compatible avec le Statif (n-ak).

Syn : galeg

Syn : qal

No-momyiy m-ak no.
J'ai froid.

Na-mahē-sew m-ak no.
J'ai chaud.

Na-maygay n-ak no a n-ak no!
Je meurs de faim [litt. la faim me fait, me fait]!

Na-matheg bē et-ak te nēk?
Tu n'as pas soif [litt. l'envie d'eau ne te fait pas]?

Na-matmayge et-ak qete no.
Je n'ai pas encore sommeil [litt. le sommeil ne me fait pas encore].

Na-m̄ya ni-ak kē a hiywē!
Il se mit à rire aux éclats [litt. le rire le fit vraiment].

(7) ⦗+ /qe so + Prop⦘ faire comme si; faire en sorte que.

Gēn ak so kēy tog yon̄yon̄teg.
Faisons en sorte qu'ils n'entendent pas.

Nok van soksok hap me, tō ak tō vētmahē ni-qōn̄, mahē ni-myen.
⟨mythe⟩ Je vais chercher quelque chose, pour créer la nuit et le jour [litt. faire qu'il fasse nuit, qu'il fasse jour].

(8) ⦗+ verbe V2⦘ structure causative neutre: rendre ‹qqn› V2, faire ‹qqn› V2. Rem. Si possible, on précise la nature de l'action V1 à l'aide d'un verbe plus spécifique que ak: ex. bōl madamdaw [tēm sisgoy [pousser tomber] ‘faire tomber qqn en le poussant.

ak madamdaw
[faire mou] rendre mou, ramollir qqch

ak magaysēn*
rendre triste, faire du mal à qqn

ak wē
[faire qqn se sentir bien] faire du bien, remercier qqn

ak hethet
[faire mauvais] abîmer, gâcher

ak sisgoy
faire tomber

ak ten̄ten̄
faire pleurer

ak togyon̄
faire taire

ak boel
[faire qqn s'irriter] mettre en colère

ak monog
[faire qqch cuit] cuire qqch

ak metewot
[faire qqn blessé] blesser qqn

ak neneh
[faire délicieux] sucrer
ak goy  [ak ɣɔj] transitive verb.

(1) litt. “agir pour-empêcher” : poser un interdit sur ‹qqch, qqn, qq part›, le consacrer comme sa propriété privée.

Syn : tōqō

ak goy na-mtig
marquer des cocotiers comme étant sa propriété (en y accrochant certaines feuilles symboliques)

(2) (partic) faire des fiançailles, réserver ‹une femme› comme sa future épouse, pour soi-même ou pour son fils.

Syn : hoghog goy

ak goy na-lqōvēn
se fiancer avec une femme, se la réserver (en offrant des présents à ses parents)
ak magaysēn  transitive verb. litt. “faire triste” : faire du tort à ‹qqn›, attrister, gêner, nuire à ‹qqn›.

Kēy mu-su ak magaysēn no.
Ils m'ont quand même causé du tort.

Bulsal mino, tog ak magaysēn no!
Eh l'ami, ne me fais pas de mal!

Tog ak magaysēn nēk!
⟨formule de politesse, tournure réfléchie⟩ Ne te donne pas de mal (pour moi).
ak monog  transitive verb. litt. “faire cuit” : faire cuire ‹qqch›.

m[o]nog [B]

qan̄yis ‘cuire à l'étouffée’

ak m̄adeg  transitive verb. ⦗tournure réfléchie⦘ litt. “se rendre nombreux (??)” : se ridiculiser en public; agir de façon éhontée. Tournure sémantiquement opaque.

m̄adeg

Tshuy! Ak m̄adeg nēk!
Hé ho! Tu devrais avoir honte (de ce que tu viens de dire)!

Kē m-ak m̄adeg kē a hēywē.
Il s'est vraiment ridiculisé.
ak sewsew  ~ galeg sewsew  transitive verb.

sew [C]

No-hohole nōnōm m-ak sewsew no.
ak togyon̄  transitive verb. faire taire, imposer le silence à ‹qqn› ; spéc. calmer ‹un enfant› qui pleure.

Etgoy nētm̄ey en, ak togyon̄ kē !
Occupe-toi du bébé, fais-le taire (fais-le cesser de pleurer).
ak valakas  transitive verb. litt. “rendre magnifique” : décorer, ornementer, enjoliver ‹endroit, maison+›.

v[a]lakas [A]

Syn : hēgēl

akē  [akɪ] ptc. ⦗en début de proposition principale⦘ Présente l'énoncé comme une révélation, ou comme la réponse inattendue à un questionnement présent dans le contexte: d'où ‘en fait’, ‘eh bien en vérité’, ‘en réalité c'est que…’.

wele wo

Gēn a etet higap gēn a le-pnō agōh, akē no-qo kuykuy vitwag aē tege kē!
(Nous nous demandons pourquoi) les gens disparaissent de notre village: eh bien en réalité c'est qu'il y a par ici un cochon géant!

Nok soksok e intik gēn! Akē nēk me-lep tō kē?
J'étais justement en train de chercher mon bébé! En fait c'était toi qui l'avais pris?

Qele ave? – Ooh ! Akē ne-men. Ne-men liwo.
Alors, qu'est-ce que c'était? – Eh bien en fait, c'est un oiseau. Un immense oiseau.

Akē na-wyēt!
Ça alors! En fait c'était une pieuvre!

Akē ino!
En vérité c'était moi!
akmēhteg   [akmɪhtɛɣ] intransitive verb. (‡) se mettre ou être en colère.

Syn. familier : boel

Ige m̄alm̄al me gōh kēy n-akmēhteg towoyig.
Les filles ici elles se fâchent pour un rien.
akmēhteg   transitive verb. être en colère contre, en vouloir à ‹qqn›; prendre ombrage de, être vexé par ‹qqn›.

Nitog akmēhteg no!
Ne m'en veux pas!

akteg  [aktɛɣ] -.

(1) verbe ou adjectif interrogatif: faire quoi? être comment?. Synt. Peut être transitif: ex. Kēy m-akteg nēk? Qu'est-ce qu'ils t'ont fait?

Nēk akteg?
[tu fais-quoi?] Qu'est-ce que tu fais?

Nēk so akteg?
[tu vas faire-quoi?] Qu'est-ce que tu veux faire?

Kēy van me gōh so akteg?
Ils viennent ici pour quoi faire?

Na-mtek n-akteg qiyig?
[mes yeux font-quoi donc?] Qu'est-ce qui arrive donc à mes yeux?

Am̄ag, kēy leplep se na-tamge so heyhey la-taybey, si akteg se?
⟨en coda⟩ Autrefois, on utilisait aussi les nattes comme vêtements, par exemple. [litt. …pour s'habiller, ou pour faire-quoi encore?]

Kē ne-kleklen, si n-akteg?
[il est bigarré, ou bien il est-comment?] Il est ‘bigarré’, si je puis dire.

(2) ⦗sans sujet⦘ que se passe-t-il? qu'arrive-t-il?. Synt. Peut être transitif: ex. M-akteg nēk? Qu'est-ce qui t'arrive?.

No-yoy het! – M-akteg?
Mauvaise nouvelle! – Qu'est-ce qui se passe?

Nēk so vasem lō qēt van so na-hap ni-akakteg geh.
Tu dois me raconter chaque chose qui se passe.

[ Cfak. ]

akvisileg  [akβisilɛɣ] transitive verb. exclure <qqn> d'un groupe ou d'une activité, bannir, ostraciser.

Kimi tog akvisileg no, nok so dam kimi!
Ne me laissez pas tomber, je veux venir avec nous!

Gēn tog akvisileg kē den ni-siseg nongēn.
Ne l'excluons pas de notre jeu.
ale   [alɛ] loc. au bord de mer, sur la côte, vue depuis l'intérieur des terres. Associé au directionnel yow ‘vers l'extérieur’.

Ant : hēyēt

vēthiyle ‘sur la plage’

le-naw ‘à la mer’

aslil ‘vers la côte, vue depuis la mer’

Nok so van yow ale.
Je vais là-bas au bord de mer.

Kē mi-gityak lō n̄a ale ōk.
Il courait du côté de la plage, là-bas.

Talōw le-mtap, kem del qēt ale.
Demain matin, nous irons tous sur la côte.
ale   (n-ale) noun. (rare) la côte, le littoral (en tant que repère spatial).

le [2]

[ PNCV *lausea, shore’. POc *laur. ]

alge  [alɣɛ] loc.

(1) en haut, au-dessus. Adverbe locatif statique, désignant un lieu situé “en haut” dans un contexte donné.

Ant : antan

hag ‘vers le haut’

apwo~ ‘au-dessus’

No-qon kē no-togtog a la-bak alge.
Cette colombe vivait en haut d'un banian.

Na-pnō nonon alge a Wulsi Mitimtiy en.
Sa maison se trouve là-haut, sur la montagne Wulsi Mitimtiy.

(2) (spéc) dans le ciel, dans les airs.

tōk ‘ciel’

Kōyō damti antan, ne-men ni-gapgap alge.
Et alors qu'ils le poursuivaient au sol, l'oiseau s'envola soudain dans les airs.

na-baklap gapgap alge
avion [litt. bateau qui vole dans le ciel]

Iqet ni-lep na-mavin en, ba kē ni-tep hag alge en.
⟨mythe de la nuit⟩ À l'aide d'une obsidienne, Iqet se mit à déchirer la voûte céleste.

[ Cf<°á-lakáu. Mota l[e]ge. PNCV lagauto pass, cross over’.  *lakaucross over’. ]

alkēt  (n-alkēt) [nalkɪt] noun. <Zool> crocodile marin. Crocodylus porosus. ◈ Un crocodile vorace est signalé, depuis plusieurs décennies, dans l'île voisine de Vanua Lava (Apnōlap).

ve

[ Angl. alligator. ]

Alkon  [alkɔn] -. <Géo>

(1) (anc) district sud-ouest de l'île de Gaua (opp. Agō, le district nord-est). Inclut les villages de Qetegaveg, Dolap, Qetevut, Koro, Beam, Dorig.

(2) (mod) l'île de Gaua dans son ensemble, la plus grande île du groupe des Banks.

ige t-Alkon
les gens de Gaua

[  <°ˌa-laˈgona. ]

alveg  [alβɛɣ] transitive verb. saluer ‹qqn› d'un geste de la main, la paume dirigée vers le bas; spéc. faire un geste pour inviter ‹qqn› à s'approcher.

Alalveg no mi na-han̄kesip qagqag
⟨chanson⟩ (Tu) me salues avec ton mouchoir blanc

[ Mota alovag. PNCV *ʔalo-vi. POc *qalo(p). ]

ami  [ami] ~ atmi ~   pp. pronom jussif pluriel: ‘vous’ + injonction.

kimi

Ami van me!
Venez par ici!

Atmi togtogyon̄, yēhē!
Taisez-vous, les gars!
Amnō  [amnʊ] -. <Ethn> le Monde des Morts, les Enfers, dans le monde ancien.

Syn : Wōsōy

N-et so ni-mat en, tō na-taqn̄en ni-saq le-qyan̄, ba na-talan kē ni-van Amnō.
Lorsque quelqu'un meurt, son corps se décompose dans la tombe, mais son âme, elle, rejoint le Monde des Morts.

Kē me-qlen̄, kē ma-van Amnō, tō kē van qelen̄ le-myam agōh, ba n-et tit etsas vēste kē.
Il a disparu pour rejoindre le Monde des Morts ; il vient alors errer dans ce monde, tout en restant invisible aux yeux des hommes.

Van Amnō !
Va au Diable !

[ Mota <°ˌa-baˈnoi. PNCV Panoi.  *banoivolcano, volcanic ash’. ]

amo  (°n-amo) [namɔ] noun. météore, étoile filante.

Syn : ni-vit vanvan

[ Mota m̄ao. ]

amta~  [amta] pp. 3sg : amtan 3pl : amtay (‡) ⦗sujet du prédicat déclaratif wopronom déclaratif de troisième personne: ‘il/elle’, en tant que personne qui parle. Variante littéraire de en récit, dans le cadre du discours rapporté.

Amtan wo “Itōk.”
“D'accord”, déclara-t-il.
amtēl  [amtɪl] ~ atmētēl ~   pp. pronom jussif triel: ‘vous trois’ + injonction.

Amtēl mitiy qōtō!
(Vous trois) reposez-vous un instant.
Amwōyig  [amwʊjiɣ] -. <Géo> Étym. ‘Les petits tamanous’, cf. bōwōy + yig.

(1) lieudit au milieu de l'île de Mwotlap.

(2) désigne l'île de Paama, au sud du Vanuatu.

ige t-Amwōyig
les gens de Paama

[  <°ˌa-baˈɣura-ˈriɣi. ]

amyō  [amjʊ] ~ atmōyō ~   pp. pronom jussif duel: ‘vous deux’ + injonction.

kōmyō

Sōwlē, atmōyō yem!
Allez (vous deux), grimpez!
am̄ag  [aŋ​͡mʷaɣ] loc.

Ant : atgiy

(1) ⦗emploi spatial⦘ devant, situé à l'avant.

m̄ag

Kōyō van hay me, John am̄ag, ba imam atgiy.
Tous les deux se mirent en chemin, John devant, son père derrière.

(2) ⦗emploi temporel⦘ en premier, avant les autres.

no-totgal mey am̄ag en
la première photo

No am̄ag!
Moi d'abord!

Nok suwyeg nō-bōl, et tog so iyē te-lep am̄ag.
Je vais jeter le ballon, voyons voir qui l'attrapera en premier.

(3) auparavant, avant (que, den).

ni-vidio mey am̄ag
le film précédent

am̄ag den nēk so van me
avant que tu ne viennes

Am̄ag den kē ni-mat, nēk so van et kē.
Avant qu'elle ne rende l'âme, il faut que tu ailles la voir.

(4) jadis, autrefois.

Kē m-empi tō am̄ag.
Il a été député, dans le temps.

Am̄ag, ige et-matmat te.
Autrefois, les hommes ne mouraient pas.

Am̄ag kēy totot lēt mi na-lke.
Jadis, on taillait le bois avec une hache de pierre.

Tog tog me am̄ag…
Il était une fois…

[ Mota a-m̄oa. PNCV *muʔabefore, in front, first’. POc *muqa. ]

am̄e   (n-am̄e) [naŋ​͡mʷɛ] n.dép. ⦗suivi d'un radical nominal⦘ qui se trouve avant ou devant.

(1) premier (dans le temps).

Syn : totogyeg

Kē n-am̄e et a kē ma-vay kal lō-wōl.
C'est lui le premier homme qui a marché sur la lune.

(2) principal, central, typique, fondamental.

Syn : tiy

Mey nōk, n-am̄e nan aē.
Il en existe une vraie version.

N-am̄e bele tapēva nongēn anen a na-tamge en.
La natte (de pandanus), c'est le cadeau parfait / typique chez nous.

Ni-tiy am̄e mōyōs non ige to-M̄otlap en, nē-bē.
Le besoin prioritaire des habitants de Motalava, c'est l'eau.

(3) spécial, spécifique.

Syn : tiy

n-am̄e ēm̄ ba-laklak
une maison spéciale pour danser

n-am̄e bē b-inin
de l'eau réservée à la boisson

(4) excellent, supérieur.

Ōōy ! N-am̄e eh nōk!
Eh! Excellente, cette chanson!

N-am̄e et ēanen!
Voilà quelqu'un de bien!
am̄e   (n-am̄e) excl. (fam) excellent, super. Exclamation à la mode en 2005.

Syn : namnan

Ni-vidio en, n-am̄e nowmat!
Ce film est vraiment génial!

[ Mota <°á-m̄oá-i. Cf. Mtp m̄oa-ifirst, foremost, principal’.  am̄ag. ]

Am̄ot   [aŋ​͡mʷɔt] -. <Géo> Mota: petite île au sud-est de Motalava. Outre des contacts culturels anciens avec Motalava, l'influence de l'île de Mota a été la plus forte entre 1850 et 1950 environ, du fait que la langue mota avait été choisie comme langue d'évangélisation par la “Melanesian Mission” anglicane.

Am̄ot   (to-M̄ot) adj.

(1) originaire ou caractéristique de Mota.

no-hohole to-M̄ot
la langue de Mota, le mota

(2) (plais) ⦗après un verbe⦘ agir ‘comme les gens de Mota’: de manière gauche, ridicule ou impolie.

m̄ōl to-M̄ot
[litt. partir à la Mota] filer à l'anglaise, partir impoliment sans prévenir

[  <°a-ˈŋ͡mʷota. ]

Am̄sēn  [aŋ​͡mʷsɪn] -. <Géo> Mosina ou Mwesen: village de l'île voisine Vanua Lava (Apnōlap), proche de la bourgade de Sola (Asol).

anen  [anɛn] dx. là, ça, voilà. Déictique de deuxième degré, référant à l'action, les paroles ou les pensées de l'interlocuteur (opp. agōh). La forme conclusive anen est employée uniquement en fin d'énoncé assertif ou exclamatif (opp. nen partout ailleurs).

Anen! Kē anen!
Oui, c'est ça! (c'est exactement comme tu dis)

N-ēm̄ non tētek anen.
Ça (dont tu parles), c'est la maison de ma cousine.

Tita vatag me anen!
Tiens, voilà maman qui arrive (vers toi/pour toi).
anēyēh  [anɪjɪh] loc.

(1) avant-hier.

anoy ‘hier’

(2) l'autre jour, l'autre fois. Renvoie à une date relativement récente, mais pouvant remonter jusqu'à plusieurs années dans le passé.

Anēyēh an̄qōn̄, no-qoyqoy mino so no m-etsas nēk.
⟨chanson⟩ L'autre nuit, j'ai rêvé de toi.

Mey nen, anēyēh ēwē !
C'est beaucoup plus récent que cela [c'était juste l'autre jour].

[ Mota anarisa. POc *[qa-]na-waʀisaday before yesterday’. Cf. Mtp *waʀisatwo days from today’.  ōyēh. ]

anoy  [anɔj] loc. hier.

No m-et tō kē anoy lemyēpyep.
Je l'ai vue hier soir.

[ Mota <°ˌa-na-ˈnora. POc ananora.  *qa-na-ñoʀap. ]

an̄ēh  [aŋɪh] -. quand, à quel moment. Interroge sur le passé (opp. n̄ēh ‘quand futur’).

Nēk ma-van tō me an̄ēh?
Quand est-ce que tu es arrivé?
an̄qōn̄   [aŋk​͡pʷʊŋ] loc.

qōn̄

(1) la nuit, le soir: durant la nuit, considérée comme repère temporel.

An̄qōn̄, kōyō van laklak.
La nuit, ils avaient l'habitude d'aller danser.

Qiyig an̄qōn̄, gēn qan̄qan̄yis ; talōw le-mtap e, gēn van.
Ce soir, nous préparons à manger ; demain matin, nous nous mettrons en route.

Ne-leg a lō-qōn̄ tēvēlēm an̄qōn̄.
Il y aura une fête de mariage vendredi soir.

An̄qōn̄ nan hōw nen, kē ni-van lok me.
La nuit suivante, il revint.

(2) (spéc) la dernière nuit passée, d'où hier soir. Rem. Le mot anoy correspond exclusivement à “hier dans la journée”, et ne peut pas désigner un moment dans la dernière soirée. La tournure an̄qōn̄ anoy (hier, la nuit) est rare.

Nēk ma-van tō ave an̄qōn̄?
Où es-tu allé hier soir ?

Nok van me an̄qōn̄ so gēn so kaka : kimi tateh.
Je suis venu cette nuit pour discuter avec vous, et vous n'étiez pas là.

Imam, no mo-qoyqoy an̄qōn̄ kē, na-m̄alm̄al ma-van me.
⟨avec déictique Père, cette nuit j'ai rêvé qu'une fille venait à moi.
an̄qōn̄   (n-an̄qōn̄) noun. (rare) nuitée, nuit. S'emploie plutôt pour compter les nuitées, quand la tournure usuelle (par journées, nō-qōn̄) ne convient pas.

vel-an̄qōn̄
chaque nuit
an̄qōn̄ nēwē  intj. (cour) litt. “la nuit c'est bien” : bonne nuit ! – prononcé en se quittant le soir; par_ext. au revoir, adieu – prononcé en se quittant, quelle que soit la circonstance, lorsqu'on pense ne pas se revoir dans la même journée. Lorsqu'on accueille qqn le soir, on le saluera en disant le-myēpyep nēwē bonsoir.

an̄qōn̄ [A]

Ant : lemtap nēwē ‘bonjour’

Apnōlap  [apnʊlap] -. <Géo> litt. “grande île” : désigne Vanua Lava, immense île volcanique en face de Motalava. La population de Motalava est probablement originaire de Vanua Lava, et a toujours entretenu avec des liens avec ce territoire et sa population. Un grand nombre de contes, de légendes et de mythes – notamment celui d'Iqet – se déroulent dans l'île de Vanua Lava.

Nok so van le-pnō liwo, nok van Apnōlap.
Je vais dans la grande île, à Vanua-Lava.

tekel Vōnōlap
de l'autre côté de Vanua Lava

[ Cf<°ˌa-βaˈnua-ˈlaβagrande île’.  vōnō.  lap. ]

apol  (n-apol) [napɔl] noun. <Bot> pomme européenne.

n-ēwe apol
une pomme

nō-tōti apol
un pommier
apwo~  [apwɔ] -.

(1) au-dessus de ‹qqch›.

(2) (fig) qui dépend de, soumis à la décision de ‹qqn›; incombant à.

Dō so van? – Apwē !
On y va ? – Comme tu veux ! [c'est sur toi]

Apwondō ēwē!
Ça ne dépend que de nous deux ! [c'est sur nous seulement]

Kamyō so van, ba apwēk ēwē.
Lui et moi on aurait dû y aller, mais cela dépendait de moi (i.e. mais je n'ai pas voulu).

[ PNCV <°ˌa-βaˈwo. POc *vavo.  *papoabove’. ]

Aqke  [ak​͡pʷkɛ] -. <Géo> Pakea ou Qakea: îlot au large de l'île voisine Vanua Lava (Apnōlap), en face du village Qan̄lap.

[  <°ˌa-g͡bʷaˈgea. ]

aqyig  [ak​͡pʷjiɣ] loc. : aujourd'hui. Désigne la partie déjà écoulée de la journée, l'aujourd'hui passé (opp. qiyig, aujourd'hui futur).

a-2 + q[i]yig.

Asol  [asɔl] -. <Géo> Sola: bourgade au sud-est de l'île voisine Vanua Lava (Apnōlap), auj. chef-lieu de la province Torba.

[  <°a-ˈsola. ]

at  [at] intransitive verb. tourner son regard ou pencher son visage dans telle direction. La direction est généralement indiquée par un adjoint et/ou un directionnel spatial.

et ‘regarder’

at yak

at kal

at tēqēl

at taqlun̄

at lō

at kēlē

Kēy atat goy meh!
Ils gênent trop, à se pencher comme ça!

Ququy goy galgalsi nē-bē den na-tmat, veg kēy tiple atat aē, kēy tiple in.
Fais bien attention de protéger l'eau des démons, de peur qu'ils ne se penchent dessus pour la boire.

[ Mota ateturn the face, direct the look’. ]

at kal  intransitive verb. diriger son regard ou son visage vers le haut.

at

Kē ni-at kal hag le-tō en: ne-men liwo.
Elle leva les yeux vers la montagne (et vit) un immense oiseau.
at kēlē  intransitive verb. se retourner pour regarder en arrière, regarder par-dessus son épaule.

at

at lō  intransitive verb. sortir la tête, jeter un coup d'œil dehors; fig. apparaître, poindre à l'horizon.

at

yay

kal lō

At lō meteēm̄, wo “Ey ! Lemtap nēwē nēk !”
Sortant la tête par la porte, il s'écria “Hé! Bonjour, toi!”

E– misin te, ni-siok vitwag ni-at lō.
Peu après, un navire apparut à l'horizon.
at taqlun̄  intransitive verb. baisser les yeux, ex. par pudeur ou par honte.

at

Ige lōqōvēn e kēy at taqlun̄ den kē.
Les femmes détournaient leur regard de lui (troublées par son charme).
at tēqēl  intransitive verb. diriger son regard ou son visage vers le bas.

at

Tuwuh n-ih namun, tō at tēqēl hōw lē-vētan tō kay ēgēn.
Il bande son arc, fixe le sol du regard, et y décoche sa flèche.

Kēytēl at tēqēl hōw lē-vētan en, yon̄teg, tateh.
Tous les trois posèrent (l'oreille) sur le sol pour écouter, mais n'entendirent rien.
at yak  intransitive verb. lever la tête (alors qu'elle était au repos) pour regarder dans telle direction.

at

At yak tog yow gēn, nēk et ?
Lève donc la tête de ce côté-là, tu vois?

Kē ni-at yak me hiy kēy: “M-akteg?”
Il leva les yeux vers eux: “Que se passe-t-il donc?”
ate  [atɛ] ptc. :

(1) ⦗en début de prédicat⦘ litt. “regarde (at) là (e)” : présentatif, accompagnant la référence déictique: X que voici.

Ate kēy goy vētgi vatag me anen.
Les voici précisément qui s'approchent en foule.

Nēk n-ēglal na-pnō su a ate hag tō hay agōh ?
Tu connais l'îlot que voici, côté ouest?

(2) (spéc) suggère une coïncidence entre la référence déictique et le contexte du discours: d'où (voilà) justement, précisément.

Syn : ete

Ipluk gōh kē no-togtog namun a ate le-pnō a nēk me-leg aē en.
Cet ami habite précisément au village où tu t'es marié.

“Takle ingon” ate agōh.
Le mois d'août, c'est justement maintenant.

at + e.

atgiy  [atɣij] loc.

Ant : am̄ag

(1) ⦗emploi spatial⦘ derrière.

Imam nonon ni-haw am̄ag, kē ni-haw atgiy.
Son père dansait devant, et lui dansait derrière.

(2) ⦗emploi temporel⦘ après, plus tard.

Na-haphap non ige qagqag qoyo van tō me atgiy.
Les objets des Blancs ne sont arrivés que bien plus tard.

[ PNCV, POc <°á-taɣúru.  *takuʀus.o.'s back’. ]

atmētēl  [atmɪtɪl] pp. pronom jussif triel, variante libre de amtēl.
atmi  [atmi] pp. pronom jussif pluriel, variante libre de ami.
atmōyō  [atmʊjʊ] pp. pronom jussif duel, variante libre de amyō.
ave   [aβɛ] -.

(1) où ? Interrogatif de lieu. Mrph. La combinaison avec l'ablatif tE- est irrégulière: tive ‘d'où’: Nēk n-age tive ? Tu es originaire d'où ?

tive

(2) (rare) quel nom (pour un lieu).

qele ave

mey ave

Nu-wutwut gōh, ave ?
Cette montagne ici, comment s'appelle-t-elle ? [litt. où est-elle ?]
ave   loc. quelque part ; où que ce soit. Adverbe de lieu, indéfini non-spécifique (opp. ave-qiyig ‘quelque part’ indéfini spécifique).

[ PNCV *vea. POc *pea. ]

ayme  (°n-ayme) [najmɛ] noun. <Pois> Chirurgien à Lignes bleues, poisson récifal. Acanthurus lineatus. ◈ Mrph. La forme avec article nayme est tantôt découpée en n-ayme (d'où rad. ayme), tantôt en na-yme (d'où rad. yme)

[ Mota aromea. ]

Ayō  [ajʊ] -. <Géo> îles Roua ou ‘Reef Is’, auj. inhabitées, au nord-ouest de Mwotlap. À la suite d'un raz-de-marée (vers 1935 ?), ses habitants quittèrent leur île, et gagnèrent Ureparapara (Nōybaybay). L'île est encore visitée auj., plusieurs fois par an, par les pêcheurs de Mwotlap, lorsqu'une fête nécessite une grosse prise de poissons.

te-Yō

[ Mota Roua. ]

ba1   [ᵐba] conj. et

ba so

ba2   (na-ba) [naᵐba] noun. <Tps> numéro

(1) numéro.

(2) date, numéro du jour dans le mois, dans l'usage calendaire moderne. S'emploie génér. avec la préposition lE-.. Empr. au bislama namba (angl. number), lequel a été resegmenté en na-ba, avec /b/ prénasalisé. Pour l'énoncé des dates, on a parfois toute une séquence en bislama: Julae_namba_fiftin, ‘le 15 juillet’.

Kōyō te-leg la-ba vēvēh ? – La-ba vōyō.
Quelle sera la date du mariage ? –Le deux.
ba so  ptc. ⦗devant un interrogatif⦘ litt. “mais que…” : lorsque le locuteur n'a qu'une connaissance partielle d'une situation, il introduit la question suivante par ba_so. Traduit par ‘oui mais (reste à savoir)…’. Synt. Cet emploi de so est à rapprocher du so Déclaratif, employé notamment pour introduire les questions indirectes. La tournure constitue donc une ellipse: “… oui mais (je me demande) qui / quoi / où…”

ba [1]

N-et vitwag hay alon anen; ba so iyē?
Il y a quelqu'un là-dedans – oui, mais qui cela peut-il bien être?

Na-hapqiyig n̄itn̄it no agōh, ba so na-hap?
Je sens quelque chose qui me picote, mais qu'est-ce que cela peut bien être?

No n-ēglal so kē no-togtog a Wulgēt, ba so na-pnō nan e ave?
Je sais qu'il habite à Wulget, mais où se trouve donc ce village?

Kēy so tu-wuh no qiyig. Ba so qele ave ?
Ils ont l'intention de me tuer. Oui, mais comment?
ba wele wo  ptc. (cour) Introduit, souvent sous forme d'incise, une explication émanant du locuteur, en contradiction directe avec une croyance exprimée dans le contexte. D'où ‘mais en fait’, ‘mais en réalité’.

wele

Kē wo “Tateh, imam, no et-vanvan te hag!” – ba wele wo kē ni-galgal ēwē veg kē mal van hag en.
“Non, mon père, s'écria-t-il, je ne suis jamais allé dans ce village!” – en réalité, c'était un mensonge, car il s'y était déjà rendu.

Nēk ma-gal no so nēk mahgē, ba wele wo kōmyō qulqul nōnōm!
Tu m'as menti en prétendant que tu étais tout seul: en réalité, tu étais avec ta petite amie!

Kēy dēm so na-day – ba wele wo, et-day te : ne-geg ēwē.
Ils crurent que c'était une flaque de sang – mais en réalité, ce n'était pas du sang, ce n'étaient que des pétales d'amarante.
ba wun?  expr. (†) hein, quoi? sans blague?!. Exclamation de surprise, légèrement insolente.

wun

baēy  [ᵐbaˈɪj] intransitive verb. demander la permission (à qqn, hiy ou den).

vēhge ‘demander’

baēy lō

Nēk ma-van me hag nōk, nēk ma-baēy tō hiy tita nōnōm, so tateh?
Avant de partir en voyage, tu as demandé la permission à ta mère, n'est-ce pas?

[ Mota paerebeg, ask for’. ]

baēy lō  transitive verb. litt. “solliciter pour faire sortir qqn” : solliciter l'autorisation pour faire sortir ‹qqn›.

baēy

Nēk ma-baēy lō kemem den imam, tō kē ni-ukēg kemem me.
Tu nous as “réclamés” auprès de mon père (i.e. tu lui as demandé l'autorisation de sortie pour nous), et il nous a laissés venir.

No ma-baēy lō no hiy tita mino.
⟨emploi réfléchi⟩ [litt. je me suis “réclamé” moi-même auprès de ma mère] J'ai demandé à ma mère le droit de sortir.
bagbaglo  (na-bagbaglo) [naᵐbaɣᵐbaɣlɔ] ~ na-babaglo ~   noun. <Ornith> Martinet, petit oiseau migrateur au plumage noir et blanc, semblable à l'hirondelle.

(1) Martinet Soyeux. Collocalia esculenta.

(2) Martinet à Croupion blanc. Aerodramus spodiopygius.

[ Mota pagpagaloa. ]

bago  (na-bago) [naᵐbaɣɔ] noun. <Pois> requinCarcharhinidae spp.

nō-wōm̄el ne bago
aileron de requin

na-glo bago
queue de requin

[ Mota pagoa. PNCV *bakewa. ]

bah   [ᵐbah] intransitive verb.

(1) ⟨qqch⟩  finir, se terminer.

Na-lēt nonmem mal bah.
Nous n'avons plus de bois.

Ne-leg may bah.
Le mariage est terminé.

Mal bah ēgēn!
Ça y est, c'est fini!

Na-vap t-am̄ag nan ni-bah hōw gēn.
⟨clôture de conte⟩ Et c'est ainsi que s'achève ce conte.

(2) ⟨qqn⟩  finir, mettre un terme à une activité.

No mal bah.
De mon côté, j'ai terminé.
bah   transitive verb. terminer, mettre fin à ‹qqch›.

Ige susu so bah nu-skul qiyig.
Les enfants terminent l'école aujourd'hui même.

No mal bah muwumwu.
J'ai fini de travailler.
bah   adv.

(1) finir de.

Ant : qētēg ‘commencer’

No mal muwumwu bah.
J'ai fini de travailler.

Kē ni-teteh, te–h; teh bah en, taq bat.
⟨en récit⟩ Il se mit à tailler (sa pirogue); lorsqu'il eut fini de tailler, il se cacha.

(2) ⦗à l'Accompli⦘ valeur ‘déjà’.

Nēk may suwsuw bah ēnōk?
Ça y est, tu as déjà fait ta toilette?
bah   loc. après cela, ensuite.

Syn : bastō

bah … (en)

Kēy suwsuw le-naw; bah, kēy vēykal lok le-pnō.
Ils allaient se baigner; ensuite [litt. terminé], ils rentraient au village.
bah … (en)  asp. ⦗valeur prospective ou impérative⦘ marque du Prioritif: d'abord, avant tout. Mrph. L'objet ou les compléments s'insèrent normalement entre bah et en; mais on entend parfois bah en en fin de proposition, après les compléments. Nok van fr:bah li-sto en ou Nok van li-sto fr:bah_en.

bah [D]

“E” bah, tō “Y”.
D'abord “E”, et ensuite “Y”.

Ino bah en, tō ikē.
Moi d'abord, elle ensuite.

Nēk m̄ōkheg bah en!
Tu devrais d'abord te reposer.

Nok in bah na-ga en, nok qoyo gengen.
Je veux d'abord boire le kava, et ensuite seulement je mangerai.
bahne   [ᵐbahnɛ] ~ babahne  adj. ⦗+ nom sans article⦘ dernier, ultime (dans le temps ou dans l'espace).

Ant : am̄e

Ikē bahne et a n-ēglal na-gatgat nonon.
C'est la dernière personne qui connaisse sa langue.

Qiyig babahne qōn̄ mino hiy nēk.
⟨chanson⟩ C'est aujourd'hui le dernier jour que je passe avec toi.
bahne   (bahnegi) ~ babahnegi  sb. : le dernier; enfin, finalement.

Ant : totogyeg

qētēg hiy no-totogyeg kē ni-van hiy bahnegi
de la première à la dernière (photo)

Bahnegi: inēk.
Pour finir, c'est à toi (de jouer).

Nok laklak babahnegi qiyig.
Moi je danserai en dernier.

bahne + -gi.

bak  (na-bak) [naᵐbak] noun. <Bot> banian (Moracées). Ficus spp.

[ POc *baga. ]

bak yon̄ vagal  [ᵐbak jɔŋ βaɣal] noun. <Art> litt. “banyan sacré de la guerre” : motif traditionnel dans l'art pictural, représentant de façon stylisée une arme de guerre type sagaie (na-qtag). Ethn. Il s'agit d'un des symboles sacrés que les hommes apprennent au na-halgoy, et auquel les non-initiés n'ont pas accès. Son dessin est très proche du na-mlas_qo.

baklap  (na-baklap) [naᵐbaklap] noun. litt. “grand banian” : grand bateau, navire, spéc. de fabrication occidentale (opp. n-ok ~ ni-siok, pirogue classique).

na-baklap yapyap
bateau de pêche

na-baklap gapgap
[navire volant] avion
bakolol  (na-bakolol) [naᵐbakɔlɔl] noun. <Mer>

(1) médusePelagia noctiluca.

loyoy

Na-bakolol mu-qulqul no !
Une méduse est venue se coller à moi !

(2) (plais) par comparaison avec cet animal venimeux, terme d'insulte adressée à une personne méchante: salaud.

(3) Anémone de mer. Stoichactis sp.

bakōs  (na-bakōs) [naᵐbakʊs] noun. <Pois>

(1) poisson à carapace dure, non comestible, bsl. Boksfis. Ostracion meleagris.

(2) (métph) valise, coffre solide, de fabrication occidentale.

bal1   [ᵐbal] transitive verb. enserrer

[ Mota palawattle, take up with/between two sticks...’. PNCV *bala-tiwattled structure’. ]

bal2   (na-bal) [naᵐbal] noun. ciseaux

b[a]lakm̄ēt  (na-mlakm̄ēt) [namlakŋ͡mʷɪt] noun. <Pois> Poisson écureuil rose, poisson récifal. Sargocentron tieroides.

[ Mota palakom̄ot. ]

b[a]las  (na-mlas) [namlas] noun. <Anat>

(1) ⟨hum⟩  mâchoire inférieure, menton.

balse~ ‘joues’

win̄i~ ‘menton’

na-mlas qo

Na-mlas mino mē-yēg.
J'ai la mâchoire enflée.

(2) ⟨animal⟩  mâchoire, os inférieur du crâne.

na-mlas ne qo
une mâchoire de cochon

[ PNCV *balasejawbone (of pig)’. ]

balbe~  (na-balbe~) [naᵐbalᵐbɛ] -. <Anat> 1s : na-balbe-k 3s : na-balba-n

(1) plante des pieds.

(2) ⟨homme, animal⟩  traces de pas, empreintes.

Syn : belem

na-balbe gētē

na-balbe gētē tekelgi

na-balbe qo
les empreintes laissées par le cochon

[ Cf<°ˌbaleˈba-.  belem. ]

balse~  (na-balse~) [naᵐbalsɛ] -. <Anat> 1s : na-balse-k 3s : na-balsa-n joue.

[ PNCV <°ˌbalaˈsa-. Cf. Mtp *balasejawbone (of pig)’.  balas. ]

bastō  [ᵐbastʊ] conj. :

(1) et ensuite, et alors ; en plus ; donc, du coup ; et enfin. Dans le discours spontané, partic. pour clore ou relancer une énumération, ou ajouter un nouvel argument. Plutôt connecteur argumentatif, typique du discours. Les récits littéraires enchaînent plutôt les événements avec 'puis, alors'

Ba Qasvay tō-Nōybaybay, ikē ignōn aē ; ēntēn aē, na-m̄alm̄al vitwag ; bastō tētan.
Mais Q. d'Ureparapara, lui, il avait une épouse ; il avait un enfant |{endash} une fille ; et_enfin, sa sœur.

(2) (Quest) et alors ? et ensuite ?.

Syn :

bah tō.

bat   [ᵐbat] adj. caché, secret.

na-lqōvēn bat mino
[ma femme cachée] ma maîtresse

nē-vēglal bat
⟨ordinateur⟩ [le signal secret] le mot de passe
bat   adv.

(1) ⦗après V intransitif⦘ (faire V) vers l'intérieur; d'où entrer qqpart.

et bat
regarder à l'intérieur

tig bat
se tenir debout à l'intérieur (de la maison)

kal bat
[avancer vers l'intérieur] entrer

Kēy mi-sikyak bat hay la-maltow.
Ils sont entrés dans la brousse en courant.

Kem ma-kal bat alon, tō ma-hag bat tō aē.
Nous sommes entrés à l'intérieur, et sommes restés assis dedans.

(2) ⦗après V transitif⦘ (faire V) vers l'intérieur, d'où mettre qqch dedans, faire entrer qqch qqpart. Associé au directionnel hay

yaveg bat hay
pousser qqch dans un trou long et étroit

Imam nonon me-hn̄ēn bat nē-sēm hay le-tbey en.
Son père a déposé l'argent à l'intérieur du panier.

Lep bat na-haphap den na-sm̄al!
Rentre tes affaires (à l'abri) de la pluie!

Kēy wuh mat bah kē en, kēy mo-sosm̄eg bat veteg kē van le-qyan̄ vitwag.
Après l'avoir assassiné, ils ont balancé (son corps) dans une fosse.

(3) (faire V) en étant caché, ou de façon à cacher qqch.

taq* bat
[s'accroupir caché] se cacher

hohole bat
[parler caché] parler à mots couverts

Nēk so vap bat den kēy, a so kēy tog ēgēglal.
Il faut parler à mots couverts, afin qu'ils ne puissent te comprendre.
baw  (na-baw) [naᵐbaw] noun. <Pois> Lutjan fauve, poisson récifal. Lutjanus fulvus.

[ Mota pawaSerranus’. ]

be-  [ᵐbɛ] ~ bV-  -. pourPréfixe à copie vocalique.

(1) pour, en vue de (qqch). Tjs suivi d'un nom inanimé. Le cas Animé (“pour quelqu'un”) est rendu par un Directionnel (van, me, hag, etc.) + hiy.

hiy ‘pour, à (+Anim.)’

Kem ma-galeg tō bi-qn̄i ēm̄ yon̄.
Nous l'avions fait pour la fête de l'église.

(2) afin de (+NVb).

Kēy ma-van ba-laklak.
Ils sont allés (pour) danser.

(3) à cause de, pour, par ; en vertu de.

Ba-hap ōk ?
Pourquoi donc ?

(4) au sujet de (qqch). Avec un humain (‘au sujet de qqn’), on utilise la préposition veg.

Kōyō kaka tō bē-vētan.
Ils discutent de problèmes fonciers.

(1) à cause de.

(2) à propos de.

(3) [verbe + bE- + nom/verbe] dans le but de, afin de, pour.

(4) [nom + bE- + nom] dans le but de, afin de, pour.

(5) [nom + bE- + verbe] afin de, destiné à tel usage ou action.

(6) (spéc) [n-et ~ collectif ige + bE- + verbe] forme le nom d'agent.

n-et bē-sēil
le devin (cf. sēil)

(7) introduit les compléments obliques de certains verbes intransitifs.

(8) introduit les compléments obliques de certains verbes transitifs.

(9) pendant.

(10) (arch) marque de locatif: à, dans.

Kēy be-leg.
Ils sont au mariage.
bebe  [ᵐbɛᵐbɛ] transitive verb. attirer, appâter ; séduire.

wo-bebe ‘appât’

[ Mota pea. PNCV *beabait’. POc *bayan. ]

bebes  (°na-bebes) [naᵐbɛᵐbɛs] ~ na-bebes ne mōmō  noun. <Pois> Rémora, poisson allongé qui s'attache à des poissons plus gros. Echeneis naucrates.

[ Mota pepeso. ]

beg  (ne-beg) [nɛᵐbɛɣ] noun. <Bot> arbre à pain, fruit à pain. Artocarpus altilis.

Syn : bte

[ Mota <°béko. PNCV pego. POc *baeko.  *baʀeko. ]

b[e]he1   (°na-mhe) [namhɛ] noun. <Bot> nom d'une plante. Dillenia spp.

Bekyepnō  [ᵐbɛkjɛpnʊ] -. <Géo> : (anc) litt. “aux îles extrêmes” : l'archipel Santa Cruz et les îles Salomon, situées assez loin au nord-ouest de Motalava.

Solomon

Tukopia

be- + k[e]ye- + v[ō]nō.

bel1   [ᵐbɛl] transitive verb. voler
bel1   adv. (faire V) furtivement, en cachette.

No me-lep bel ēwē no-totgal nan.
J'ai pris la photo en cachette, par surprise. [litt. prendre voler]

[ Mota palu. ]

bel2   (ne-bel) [nɛᵐbɛl] noun. <Ornith> Poule sultane, 36 cm. Porphyrio porphyrio.

Tō kōyō ēglal van so ne-men a me-gen na-ptel naga-yō en, kē ne-bel.
Et c'est de cette façon qu'ils comprirent que l'oiseau qui avait mangé leurs bananes, c'était une Poule sultane.

[ Mota palu. ]

b[e]le2   [ᵐbɛlɛ] intransitive verb. jouer aux cartes (na-kat).

belekat

[ Bisl. pleple. Angl. play (cards). ]

b[e]le~1   (°na-mle~) [namlɛ] -.

(1) (rare) (‡) propriétés personnelles, richesses: partic. possessions économiques, jardin, animaux domestiques.

(2) (rare) offrande, présent. Le possesseur du présent peut être le donneur ou le destinataire.

Syn : tapēva

ni-tiy bele

No m-ak nō-sōq hiy nēk, ba tō, nēk qoyo vēl na-mlek atgiy.
Je t'ai aidé à passer l'initiation: tu me donneras plus tard un présent.

Welan, nok so lep na-mle van, na-tan̄ sēm gēn.
Chef, je souhaite t'offrir en présent: ce panier empli de monnaie.

Gēn so ti van na-mlangēn hiy hiqiyig a gēn na-tam kē en, gēn te-lep vēh no-som, si so nu-suk.
Si l'on veut offrir un cadeau [litt. notre cadeau] à quelqu'un qu'on estime, on peut lui donner un savon, ou bien du sucre.
b[e]lebiy   [ᵐbɛlɛᵐbij] intransitive verb. jouer aux billes.

diy

tōqōl

b[e]lebiy   (na-mlebiy) noun. jeu de billes.

[ Angl. play. Fr. billes (?). ]

b[e]lekat   [ᵐbɛlɛkat] intransitive verb. jouer aux cartes (na-kat). Ce loisir, importé au XIXème s., est aujourd'hui partie intégrante de la culture de Mwotlap.

Syn : bele

Dō so belekat?
On joue aux cartes?
b[e]lekat   (na-mlekat) noun. jeu de cartes, le fait de jouer aux cartes.

na-he belekat
chanson en l'honneur du jeu de cartes

[ Angl. play cards. ]

bem1   (ne-bem) [nɛᵐbɛm] noun. <Ins>

(1) papillonLepidoptera spp.

Ne-bem so ma-gapgap lelo ēm̄ en, vasem so hiqiyig ta-van qiyig me.
Si un papillon vole dans la maison, c'est le signe que quelqu'un va nous rendre visite.

(2) désigne toutes sortes de poissons minces et colorés, souvent aux teintes dominantes jaunes.

(3) (partic) Chaetodon linéolé, poisson récifal. Chaetodon lineatus.

(4) (métph) feuille de papier (Cf. empr. pepa) ; lettre (lētes) ; cahier, livre (Cf. empr. bōk).

Syn : no-yobem

[ PNCV, POc *bebebutterfly; chaetodon, cobblerfish’. ]

bem2   [ᵐbɛm] transitive verb. porter ‹qqch, typiq. un enfant› dans le dos, accroché aux épaules.

Syn. familier : bo

Ige qagqag, kēy bem nē-vētbē a na-qtag ni-tig geh aē.
Chez les Blancs, on porte sur l'épaule un bambou plein de flèches (carquois).

Lisēpsēp kē ne-bem ēntēn, na-han Tin̄ielo.
Lisêpsêp portait sur le dos son enfant, Tingielo.

[ Mota pepe. ]

bem didi  (ne-bem didi) [nɛᵐbɛm ⁿdiⁿdi] noun. <Pois> litt. “papillon sonore (?)” : poisson récifal.

(1) Chaetodon linéolé. Chaetodon lineatus.

(2) (ou bien) Poisson-roussette, sorte de poisson-papillon argenté. Platax orbicularis (?).

bep  (ne-bep) [nɛᵐbɛp] noun. <Bot> piment oiseau, piment minuscule mais très fort. Capsicum spp.

Ne-bep gōh ne-sewsew, ay!
Qu'est-ce qu'il est fort, ce piment !
b[e]te  (na-mte) [namtɛ] noun. <Bot> arbre à pain, fruit à pain. Artocarpus altilis.

na-mte ‘tes yeux’

Syn : beg

[ Mota patau. PNCV *batavu. ]

betolol  (ne-betolol) [nɛᵐbɛtɔlɔl] noun. <Ins> chenille

bey  (ne-bey) [nɛᵐbɛj] noun. jupe des femmes, anciennement réalisée en feuilles de pandanus.

[ Mota pariwomen's belt’. ]

b{ē}hay  (nē-mhay) [nɪmhaj] noun. <Pois> Picot vert moucheté, poisson récifal. Siganus canaliculatus.

[ Mota pisara. ]

b{ē}lag  (nē-mlag) [nɪmlaɣ] noun. <Ornith>

(1) Râle à Bandes, oiseau aux longues pattes, 30 cm. Gallirallus philippensis.

(2) (méton) bēlag qualifiant un autre nom⦘ forme des noms d'espèces animales, ex. poissons, caractérisées par des rayures ou des taches bicolores (cf. fçs ‘léopard’): tacheté, rayé.

keleklen ‘multicolore’

na-mya bēlag
murène à points blancs

wuywuy bēlag
Jaunet à taches / à rayures

na-vag bēlag
nason tacheté

na-bago bēlag
requin tacheté

[ Mota pilage. PNCV *bilake. ]

1   (nē-bē) [nɪᵐbɪ] noun. eau

(1) eau douce, eau potable (opp. na-naw, eau de mer); utilisée comme boisson, pour cuisiner, pour se laver, etc.. L'île de Mwotlap n'ayant pas de cours d'eau, ses habitants recueillent (vēyēn) l'eau de pluie dans des réservoirs (ne-ten̄), seule eau potable disponible. Pour d'autres usages, ex. se laver, on puise (ha) l'eau contenue dans quelques puits.

nē-bē (ne) sam̄al
eau de pluie

ha nē-bē le-wel
puiser de l'eau au puits

Nē-bē mino et-haytēyēh te bu-suwsuw.
Je n'ai pas assez d'eau pour me laver.

Nē-bē, kē n-ēh non n-et.
L'eau, c'est la vie. [litt. la vie des hommes]

tēytēy-bē*
[celui qui tient l'eau] guérisseur, médecin traditionnel

(2) toute étendue naturelle d'eau douce: ruisseau, rivière, lac, etc. Sa nature exacte est parfois précisée à l'aide d'un verbe.

Syn : na-qyo bē

s[i]yip

q[ē]lēs bē

nē-bē lon̄
[eau qui coule] rivière

nē-bē hey
[eau qui jaillit] cascade, torrent

Qele ave gēn van yowtig hōw lē-bē liwo?
Si on allait piquer une tête dans la rivière [la grande eau]?

(3) (rare) (poét) eau de mer: nom poétique de l'océan. Plutôt réservé à la “langue d'Iqet” des chants.

(4) (par ext) nom de certains liquides, soit qu'ils ne portent pas de nom spécifique (ex. liquide lymphatique, lave volcanique), soit que ce nom doive être évité.

lig

g[i]li~ ‘jus, liquide, humeur’

nē-bē ne vōy
[l'eau du volcan] la lave

nē-bē (qagqag) non ige tam̄an
[l'eau (blanche) des hommes] le sperme (syn. mōy).

[ Mota pei. PNCV *beiwater’. ]

2   [ᵐbɪ] adj. ⟨yeux⟩  aveugle. Étym. ‘les yeux sont eau’ (?)

matbē

bēl  [ᵐbɪl] transitive verb. (Arg) (vulg) ⟨homme⟩  baiser ‹une femme›, forniquer avec.

Syn : den̄

qoy bēl

[ PNCV *bile (?)female genitals’. ]

bēl mem  transitive verb. violer une femme.

mem [B]

bel

[  <°ˈmeme. ]

b[ē]nē~  (na-mnē~) [namnɪ] -. <Anat> 1s : na-mnē-k 3s : na-mne-n main

(1) ⟨hum⟩  bras ; main : inclut tout le bras, des doigts aux épaules.

m[ō]tō ‘droite’

g[a]la ‘gauche’

na-qtēg bēnē ~

Na-mnē ne-lem.
Tu as les mains sales.

Na-mnēk tekel-gi ni-memeh.
J'ai mal à une main.

Na-mnē et vitwag tan̄tan̄ me agōh.
Je vois une main [d'homme] qui approche.

(2) (rare) doigt.

Syn : qētqēt^buhu~

Na-mnēk vōyō me-sqo.
Je me suis brûlé deux doigts.

(3) ⟨oiseau⟩  aile.

(4) ⟨arbre⟩  branche.

Syn : wēti~

na-mnē qētēnge
[un bras d'arbre] une branche

(5) ⟨fleur⟩  pétale. Le nom simple réfère plutôt à un pétale isolé ; l'ensemble des pétales d'une fleur sera désigné par une forme rédupliquée bēnēmnē~.

Na-tweh tēnge en, tateh benen.
Cette fleur n'a pas de pétale.

[ Mota <°bané-. PNCV pane-i. POc *baniarm, wing, armlet’.  *panicwing’. ]

b[ē]nēmnē~  (na-mnēmnē~) [namnɪmnɪ] -. 3s : na-mnemne-n forme rédupliquée de bēnē~ ‘main’, employée pour désigner métaphoriquement des mains en nombre supérieur à deux.

(1) ⟨fleur⟩  ensemble des pétales, corolle.

gayme~

Na-mnēmnē teweh tēnge en na-lawlaw lēs.
Les pétales de cette fleur sont rouges à souhait.

(2) pattes avant de certains animaux.

bēnwar  (nē-bēnwar) [nɪᵐbɪnwar] noun. <Bot> Bois noir, bsl. Benoa. Albizzia lebbeck.

[ Fr. bois noir. ]

bēw  (nē-bēw) [nɪᵐbɪw] noun. <Bot> nom d'une variété d'igname (Dioscoréacées). Dioscorea bulbifera.

[ Mota pewu. ]

bēyih  (nē-bēyih) [nɪᵐbɪjih] noun. mur latéral de la maison, gén. en bambou tressé (cf. vinhe). Ethn. Dans les plaisanteries (humour, chansons drôles), bēyih évoque les tentatives nocturnes des jeunes gens pour se faufiler (kakal) dans la demeure des jeunes filles.

din ‘mur’

[ Mota paparis. ]

bia  (ni-bia) [niᵐbia] noun. bière. La bière est inconnue dans l'île de Motalava même.

inin

No m-in ni-bia vitwag, tō kē mō-vōy qeleqlen̄ matmayge namuk.
J'ai bu une bière, cela a dissipé ma fatigue.

Ni-bia vitwag so ni-van se me!
Une autre bière, s'il vous plaît!

[ Angl. beer. ]

bigtōw  [ᵐbiɣtʊw] intransitive verb.

(1) mêler deux aliments de nature différente, spéc. agrémenter le repas avec de la noix de coco, que l'on gratte au fur et à mesure.

Nēk so gen nē-kēy, nēk ti-bigtōw vēh mi na-mtig.
Si tu manges du biscuit de fruit-à-pain, tu peux l'accompagner de coco.

(2) (métph) (plais) mêler deux langues; partic. introduire dans la langue mwotlap des emprunts aux langues étrangères, spéc. au pidgin bislama.

Ige yatkelgi kēy vap so ‘nē-plēn’, ba ne-het, veg kēy bigtōw ēwē.
Certains disent nē-plēn (< ang. plane), mais ce n'est pas bien, car ils mélangent les langues.

[ Mota pig toueat cocoa-nut and almonds together’. Cf. Mtp big. ]

bin1   (ni-bin) [niᵐbin] noun. <Bot> haricot, spéc. long haricot comestible, d'importation récente.

Nēk et van ni-bin lol tō yow en, ba nēk he me ni-bin en.
Tu vois le haricot qui rampe (lol) là-bas? Eh bien, va me le cueillir!

[ Angl. bean. ]

bin2   (ni-bin) [niᵐbin] noun. pince à linge.

[ Angl. pin. ]

bit  [ᵐbit] intransitive verb. frapper du pied sur le sol, spéc. afin de démarrer une séance de danses. Mus. Certaines chansons sont réservées à cet usage (n-eh_bi-bitbit).

n-eh bi-bitbit

[ Mota putstamp on the ground (in anger, in singing)’. PNCV *butustamp, step on’. ]

biybiy  (ni-biybiy) [niᵐbijᵐbij] noun. <Bot> arbre, bsl. Napiripiri. Hernandia nymphaeifolia.

[ Mota pirpir. PNCV *biri. ]

b[i]yin̄   [ᵐbijiŋ] transitive verb.

(1) ⟨qqn⟩  se joindre à ‹qqn› au cours d'une activité; d'où assister, aider, rendre un service.

Nēk te-myin̄ vēh no, si?
Tu peux m'aider, s'il te plaît?

Vēwē kimi, kimi mal biyin̄ no a ni-lwo.
Merci beaucoup, vous m'avez rendu un fier service.

(2) ⟨qqch⟩  être utile à ‹qqn›.

N-age gōh et-biyin̄ te n-et.
Ce truc ne sert à rien. [litt. ça n'aide pas l'homme]

Vēwē nēk. – Tateh, kē ne-myin̄.
⟨formule de politesse⟩ Merci. – De rien; si ça peut rendre service… [litt. Ça aide]
b[i]yin̄   (biyin̄) adv. (faire V) pour aider ‹qqn›; (faire V) en se joignant à ‹qqn›, d'où avec ‹qqn›.

Nok so tēytēy biyin̄ nēk hay?
Tu veux que je t'aide à rentrer tes affaires? [transporter aider toi]

Dō so lak biyin̄ kēy?
On va danser avec eux? [danser aider eux]
bo  [ᵐbɔ] transitive verb. porter ‹qqch, spéc. enfant› sur le dos, accroché aux épaules.

Syn. relevé : bem

yuwu

heyaw

oyveg

Kē ni-van sisqet n-ep van no-bo ēntēn.
Elle s'approcha du feu, avec son enfant sur le dos.

[ PNCV *bava (?)carry child, bear child’. ]

boel   [ᵐbɔɛl] intransitive verb. (†) se mettre ou être en colère.

Syn. relevé : akmēhteg

Imam mo-boel tō, ba may bah.
Papa était en colère, mais c'est terminé.
boel   transitive verb. se mettre ou être en colère contre ‹qqn›, en vouloir à ‹qqn›.

Tita vele boel dōyō !
Évitons que maman ne se mette en colère contre nous.
boel   (no-boel) noun. colère, courroux.
boel   (boboel) adj. colérique, irritable.

Egoy kē, kē no-boboel.
Attention à lui, il est colérique.
bomdete  (no-bomdete) [nɔᵐbɔmⁿdɛtɛ] noun. <Bot> pomme de terre. Tubercule inexistant à Mwotlap, connu à la ville.

sn̄an

kumay

[ Fr. pomme de terre. ]

bomkēn  (no-bomkēn) [nɔᵐbɔmkɪn] noun. <Bot> citrouilleCucurbita pepo.

[ Angl. pumpkin. ]

boy  (no-boy) [nɔᵐbɔj] noun. sorte de panier....

boyboy

get

tan̄

[ Mota pora. PNCV *boracoconut leaf basket’. ]

boyboy  (no-boyboy) [nɔᵐbɔjᵐbɔj] noun. sorte de panier....

boy

[ PNCV *boracoconut leaf basket’. ]

b[o]yoy  [ᵐbɔjɔj] transitive verb. essorer

boyoy mamah  transitive verb. essorer ‹du linge› pour le sécher.

b[o]yoy

bōbō  [ᵐbʊᵐbʊ] sb. aïeul

[ PNCV *bubua. POc *(bu)bu. ]

bōg  [ᵐbʊɣ] ~ bōw  transitive verb. nourrir et élever ‹enfant, animal›.

Syn : etgoy

Me gōh kēy bōgbōg no-qo.
Ici on élève des porcs.

Kōyō bōg kē van i bōg en, kē ni-lwo.
⟨introduction de conte⟩ Tous deux l'élevèrent tant et si bien qu'il grandit.

bōw liwo
[nourrir-grand] élever

[ Mota pugato feed and bring up’. ]

bōl   [ᵐbʊl] transitive verb. <Mus>

(1) écraser ‹qqch› en le tenant à la main, et en le frappant contre une surface dure.

Kē ni-lep n-ēwe vag en, ni-bōl tatapsey qēt.
Elle prit les fruits de pandanus, et les fit éclater en mille morceaux (en les frappant contre l'arbre).

(2) frapper sur ‹une surface› avec un objet que l'on tient en main ; par_ext. percuter violemment ‹qqch›.

Ne-men gapgap mō-bōl mat ige bul vet.
L'avion a percuté et tué quatre personnes.

(3) (spéc) jouer ‹du grand tambour fendu no-koy› à l'aide de bâtons lourds, faits en pétiole de palme de cocotier. Bōl produit un son grave et sourd, et correspond aux basses dans l'art du tambour no-koy. Le percussionniste qui joue les basses (bōl) est assis entre deux autres hommes munis de bâtons plus légers, lesquels jouent un rythme plus aigu et plus nerveux (cf. beleg).

Kēy bōl no-koy nen tō kē ni-haw lō me le-gmel.
Lorsqu'on commença à jouer du grand tambour, il sortit de la maison-des-hommes en dansant (haw).
bōl   (nō-bōlbōl) noun. <Mus> action ou manière de tambouriner (bōl) le grand tambour fendu (no-koy); rythme musical ainsi joué, dans les fréquences basses.

No-koy sēyēsyē tiwag mi turbal en, na-mlemleg nan haytēyēh, ba nō-bōlbōl nan ne-tegha.
⟨airs musicaux⟩ Le nokoy_sēyēsyē et le cf. beleg), mais un rythme différent dans les basses (nō-bōlbōl).
bōlōk  (nō-bōlōk) [nʊᵐbʊlʊk] noun. <Zool> De : bullock . bovidé: vache, bœuf, taureau. D'introduction récente, les bœufs ne sont pas très nombreux à Motalava. Pour une cérémonie coutumière, on préférera souvent abattre un cochon (no-qo); le bœuf sert plutôt pour les grands repas collectifs. À noter, le lait de vache n'est pas consommé, ni même connu.

Syn : kuykuy vilih

Van me gēn so wuh nō-bōlōk nōk, tēymat ne-gengen.
Viens, nous allons abattre un bœuf, en préparation de la fête.

ni-sis ne bōlōk
du lait de vache

ni-nti bōlōk
un veau
bōōt  (nō-bōōt) [nʊᵐbʊʊt] ~ nō-bōt  noun. navette, bateau à moteur de taille moyenne, utilisé pour la pêche au gros ou pour les liaisons entre îles, spéc. entre Motalava et Vanua Lava.

nō-bōt ‘nombril’

Ba dōyō hohole tō gōh, nō-bōt ni-nyē no yow le-sle en!
Mais tandis que nous sommes en train de discuter, la navette (pour Vanua Lava) m'attend là-bas dans la rade!

[ Angl. boat. ]

bōs  (nō-bōs) [nʊᵐbʊs] noun. poutre, poteau: nom générique des poutres utilisés dans la construction d'une maison (cf. han̄, salwolwol, soso, etc.). Voir l'encadré à sosowolō.

[ Angl. post. ]

bōt  (nō-bōt) [nʊᵐbʊt] noun. <Anat>

nō-bōt ‘bateau’

(1) nombril.

(2) cordon ombilical, partic. portion du cordon que l'on coupe à la naissance.

(3) (méton) (rare) désigne le cocotier (nō-wōh, na-mtig) que la tante, immédiatement après la coutume du tuw-bōt, a planté avec l'ombilic de son neveu. Associé exclusivement à la vie de ce neveu, cet arbre est symboliquement désigné comme son “nombril”. On reconnaît qu'un cocotier est le “nombril” de qqn, au fait que la base du tronc, ainsi que les fruits eux-mêmes, sont parfaitement ronds (vōkvōk, cf. bōtbōt).

Na-mtig gōh, nō-bōt mino.
Ce cocotier, c'est mon “nombril”.

Nok in ētog nō-wōh ne bōt non Pēlēt.
Je vais boire les premiers (cf. ētog) fruits (issus) du “nombril” de Fred.

[ POc *butoŋ. ]

bōtbōt  [ᵐbʊtᵐbʊt] adj. <Ethn> ⟨cocotier, noix de coco: na-mtig, nō-wōh parfaitement rond ou sphérique, qu'il s'agisse de la base du tronc (nō-qōlten) ou de ses fruits (n-ēwan). Rédupl. de bōt. Allusion directe aux coutumes liées au cordon ombilical d'un enfant (cf. bōt): dire qu'un cocotier est bōtbōt, c'est reconnaître qu'il appartient symboliquement à qqn en particulier.

vōkvōk

walēg ‘rond’

Nō-wōh gōh kē nō-bōtbōt : goh bah en, gēn et vēglal so kē nō-bōt non hiqiyig.
Ce coco vert est rond (comme-un-ombilic): après en avoir enlevé l'écorce, on s'aperçoit que c'est en fait le “nombril” de quelqu'un.
b[ō]wōy  (°na-mwōy) [namwʊj] noun. <Bot> tamanou, bsl. Nambangura. Calophyllum inophyllum. ◈ Art. Ses grosses racines sont utilisées notamment pour sculpter des masques ou statues (na-tmat).

[ Mota pawura. PNCV *bakura. ]

bōy  intransitive verb.

(1)

bōybōy ‘gros’

yan̄bōy ‘elephantiasis’

(2)

M̄otlap gōh en, na-naw ni-bōy qēt.

[ Mota puraelephantiasis’. PNCV *bura. PEO *puRa. ]

bōybōy  [ᵐbʊjᵐbʊj] adj.

(1) gros

Ant : wakah

(2)

Na-tayben Vēnvēntey e kē mi-lwo ēgēn, kē mō-lōmgep a hēywē! Kē mō-bōybōy, a– na-tayben mē-wē a mē-wē a mē-wē!

Qeso nēk mō-bōybōy, ay! Ba namnan!

(3)

bug  (nu-bug) [nuᵐbuɣ] noun. <Christ>

(1) dette

(2) péché

Syn : bugu~

ganganoy ‘pécher’

[ Mota puga debt, fault’. PNCV *bukudebt’. ]

b[u]gu~  (ni-mgu~) [nimɣu] -. <Christ> péché de ‹qqn›.

Syn : bug

ganganoy ‘pécher’

Tigsas ma-mat leh ni-mgu sil.
Jésus est mort pour racheter [leh ‘changer’] les péchés de l'humanité.

[ Mota pug(u)a debt, fault’. PNCV *bukudebt’. ]

bul  [ᵐbul] pf. ⦗suivi d'un numéral >2⦘ préfixe numérateur, présentant le référent dénombré (typiq. humain) comme un groupe homogène. Surtout en prédicat: ‘être au nombre de’, ‘former un groupe de’. Rem. Comparable à un classificateur numéral, à ceci près que son emploi est facultatif. En pratique, la combinaison {bul + radical numéral} constitue une variante libre du numéral seul (préfixé en vē-): ex. na-lqōvēn fr:bul vet = na-lqōvēn |fr{vēvet} ‘quatre femmes’; nō-lōmgep fr:bul son̄wul = nō-lōmgep son̄wul ‘dix garçons’.

n-et bul tēl = tēlge bul tēl
trois personnes, un groupe de trois

na-m̄alm̄al / ige m̄alm̄al bul tēvēlēm
(un groupe de) cinq jeunes filles

ige bul son̄wul
⟨titre de conte⟩ la Bande des Dix

Kimi bul vēh? – Kamtēl bul tēl.
Vous serez combien? – Nous serons trois.

Na-tmat vitwag bah en, me hiy, bul yōnegi.
⟨numéral ordinal⟩ Un premier démon (apparut), et peu après, un deuxième.

Nō-bōlōk mino bul levete.
⟨non-humain⟩ Mes vaches sont au nombre de six.

[ Mota pulprefix with numbers of persons’. PNCV *bulu-tisticky stuff, to stick to; be friends with’. Cf. Mtp qul. ]

bulsal  [ᵐbulsal] sb.

(1) ami, copain, camarade.

yoge bulsal
les deux amis

E, bulsal! Qele ave?
Eh, l'ami! Comment ça va?

(2) (partic) petit(e) ami(e), du sexe opposé.

Bulsal mino ikē.
Ma petite amie, c'est elle.

No ne-myōs so dōyō so bulsal.
J'aimerais que nous sortions ensemble [que nous soyons amis].
bulsal vogon  noun. <Ethn> litt. “ami sérieux” : relation d'amitié particulièrement forte, qu'un adolescent noue avec un autre et un seul, de même sexe ou de sexe opposé. Les deux amis se doivent fidélité, entraide et respect; ils se confient l'un à l'autre tous leurs secrets. Comme pour les relations respectueuses de parenté (cf. na-plig), il m'est interdit de prononcer publiquement le nom de mon bulsal_vogon.

bulsal

bum  (nu-bum) [nuᵐbum] noun.

(1) l'ensemble des aïeux, des ancêtres; la lignée familiale.

bōbō ‘aïeul’

Nu-bum nonmem ma-van me den Apnōlap.
Notre lignée (nos ancêtres) est originaire de Vanua Lava.

(2) (méton) récit généalogique, retraçant les origines d'une lignée familiale.

histri

[ Cf<°na ˈbubu.  bōbō. ]

bun  [ᵐbun] transitive verb.

(1) éteindre ‹feu, lampe+›.

Tog bunbun nu-qul gōh, kē ni-law lap.
N'éteins pas cette lampe, elle reste allumée.

(2) effacer, gommer ‹traces, texte écrit+›.

[ Mota pun. PNCV *bunu-ʔikill, extinguish’. POc *punuq. ]

bus1   (nu-bus) [nuᵐbus] noun. <Zool> chat. Contrairement aux chiens, les chats n'existent pas à Mwotlap.

Nu-bus tam̄an kōyō nu-bus lōqōvēn...
⟨chanson⟩ Monsieur le Chat et Madame la Chatte...

[ Angl. puss. ]

bus2   [ᵐbus] transitive verb.

(1) crachoter: recracher ‹eau+› après s'en être empli la bouche, en produisant un nuage de fine gouttelettes.

Tēytēybē kē n-in nē-bē ba kē et-dol tēqēl te, tō kē ni-bus lō a le-ngon mey a no-gom en.
Le guérisseur boit l'eau sans l'avaler, puis il la recrache sur le visage du malade.

(2) asperger ‹qqch, qqn› avec de l'eau dont on s'est empli la bouche.

busgeg

Tog busbus no!
Arrête de m'éclabousser (en crachant de l'eau)!

[ Mota pupus. PNCV *bubu-sipuff, blow’. POc *pusi(wind) blow’. ]

bus3   [ᵐbus] intransitive verb. claquer des doigts (avec qqn, tiwag_mi): l'index vient se loger, en position recourbée, entre l'index et le majeur de son interlocuteur, puis s'en extrait avec un bruit de claquement. Ethn. Signe de complicité, le busbus ponctue régulièrement les conversations humoristiques entre amis. Très répandu chez les hommes, ce geste ne convient pas aux femmes, du fait de sa connotation sexuelle .

[ PNCV <°busu. Cf. Mtp *bisufinger’.  qēt-buhu~. ]

busgeg  transitive verb. crachoter sur.

bus [2]

Kē ni-bus(geg) na-lo...
buste  [ᵐbustɛ] intransitive verb. forme exceptionnelle que prend mōyōs ‘aimer, vouloir’ à la forme négative: (et-…) buste.

Buste!
⟨familier⟩ J'ai pas envie!

No et-buste kē.
Je ne l'aime pas.

Nēk et-buste nō-mōmō?
Tu n'aimes pas le poisson?
d[a]hal  (na-nhal) [nanhal] noun. <Bot> nom d'une plante (Acanthacées). Pseudoranthemum carruthersii.

[ Mota sasala. ]

dam   [ⁿdam] intransitive verb.

(1) ⦗V de position dans l'espace⦘ être suspendu, accroché en hauteur, typiq. en position tombante.

sal

vēhbeg

Nēk et van a na-qyet a dam tō alge nōk en?
Tu vois les roussettes suspendues là-haut?

Kē n-en hiy hōw nen e n-et hag a l-ēwe tētēnge a dam tō en.
Il s'allongea sur le sol, et se mit à observer les fruits qui pendaient (aux branches).

(2) (spéc) (mélior) ⟨chevelure⟩  longue, tombante, qui descend le long du dos (comme les chevelures des Européennes ou des Polynésiennes). Rem. Plus souvent sous la forme rédupliquée damdam.

N-ēlēn na-damdam dēn̄ a na-wut nonon!
Elle a les cheveux qui descendent jusqu'aux fesses!

(3) ⦗+ Directionnel⦘ ⟨qqn⟩  s'accrocher, se suspendre à un support en hauteur (ex. liane, corde+) pour se mouvoir; d'où grimper (vers le haut) ou se laisser glisser (vers le bas) le long de qqch.

Damdam egal tog van la-gayga agōh!
Essaye donc de grimper le long de cette corde.

Iqet ni-dam van aē, tō ni-dam, tō ni-dam, tō ni-dam tēqēl hōw lē-vētan.
Ikpwet se mit à descendre, descendre, descendre tout le long (de la liane), jusqu'à atteindre le sol.

(4) (métph) ‘se raccrocher’ à qqch devant soi, le prendre comme point de repère pour se mouvoir; d'où se diriger par rapport à (+Locatif), suivre.

hiy

Tētē nōnōm ma-dam goy na-yn̄ēk.
⟨avec applicatif goy Ton bébé s'accroche à mes jambes (il me suit partout).

Dam ēgē lē-klek! Dō yow ēagōh!
Vite, suis-moi [litt. accroche-toi / repère-toi à mon dos]! On va prendre la fuite!

dam hay
⟨+ Direct.⟩ se diriger vers l'intérieur des terres (en suivant un chemin, des traces de pas…)
dam   transitive verb. suivre

Syn : tatag

(1) se déplacer en prenant ‹qqch› comme point de repère; d'où suivre ‹qqch›; emprunter ‹chemin, moyen de transport› pour se déplacer.

Vēnvēntey ni-hō ēgēn; ni-dam a na-yo bak e ma-hal tō aē en.
Venventey se mit à pagayer; il s'orientait par rapport à [litt. il suivait] la feuille de banian qu'il avait vue voler dans cette direction.

dam na-mtehal (yow…)
suivre le chemin (vers la plage…)

No ma-dam me na-baklap gōh den Vila.
[litt. j'ai suivi ce bateau depuis Vila] Je suis venue de Vila dans ce cargo.

(2) marcher dans les pas de, suivre ‹qqn›; d'où venir avec, accompagner, se joindre à ‹qqn› dans son déplacement ou son activité.

Syn : biyin̄

So ne-welan so ni-van ave e, kē ni-dam kē.
Partout où se rend le chef, elle le suit (Elle suit le chef partout où il va).

Ni-siok en, vētmahē aē? Nok so dam kimi!
Il vous reste de la place dans la pirogue? Je veux venir avec vous!

Kēy qētēg laklak ēgēn. Van me, dō dam kēy !
Ils viennent de commencer les danses. Tu viens, on se joint à eux? [litt. on les suit?]

Kē et-vanvan te so ni-damdam ige susu so kēy so siseg.
Elle n'a pas voulu se joindre au jeu des enfants [litt. suivre les enfants pour qu'ils jouent].

[ Vurës <°dame. Mota diam.  nam̄ehang’. ]

dam na-mtehal  expr. litt. “suivre le chemin” : emprunter tel ou tel chemin, passer par (+ loc.).

Dō so dam na-mtehal ale.
On va prendre le chemin de (qui va à) la plage.

Ba tita mino vasem so nok so dam na-mtehal gēn.
Mais maman m'a dit que je devrais passer par ici. [litt. suivre ce chemin-ci]
dawdaw  [ⁿdawⁿdaw] intransitive verb. <Ethn> ⟨sorcier⟩  exécuter une danse magique pour jeter un sort (à qqn ou qqch, hiy).

vēgēl ‘ensorceler’

dawdaw hiy na-sm̄al
danser pour (faire tomber) la pluie

dawdaw hiy na-naw
danser pour l'océan (pour y susciter une tempête)

N-et hewhew ta-dawdaw vēh hiy n-et tegha tō kē ni-mat.
Le sorcier est capable d'exécuter une danse de mort contre quelqu'un d'autre, pour le tuer.
day1   [ⁿdaj] adv. (faire V) en attendant ‹qqn, qqch›. Surtout après un verbe de position spatiale.

dēyē ‘attendre’

tig day
attendre (qqn/qqch) debout

hag day
attendre (qqn/qqch) assis

en day
attendre (qqn/qqch) en position allongée

tog day
passer plusieurs jours en attendant (qqn/qqch)

Kem hag day so nō-mōmō so ni-gon lelo qen.
On attend [assis] que le poisson vienne se prendre dans le filet.

[ Mota narewait, expect’. ]

day2   (na-day) [naⁿdaj] noun. sang

[ PNCV *daʀa. POc *draʀaq. ]

d[a]yag  (na-nyag) [nanjaɣ] noun. <Bot> Muscade de Bombay, bsl. Nandae. Myristica fatua.

dayday  [ⁿdajⁿdaj] adv. (faire V) à toutes fins utiles, ‘au cas où’. Étym. Lié à day ‘en attendant’?

Nok vap dayday ēwē van hiy nēk so kēy tele tit nēk.
C'est juste pour te prévenir, au cas où, de peur qu'ils n'aillent te casser la figure.
del  [ⁿdɛl] dét. tout
delan̄  (ne-delan̄) [nɛⁿdɛlaŋ] noun. <Bot> nom d'une plante. Pongamia pinnata.

deldel  [ⁿdɛlⁿdɛl] intransitive verb. errer

deldel magaysēn

[ Mota nalnalto go continually about’. PNCV *daligo around’. ]

d[e]m̄e  (na-nm̄e) [nanŋ​͡mʷɛ] noun.

(1) (arch) dans la mesure de la monnaie de coquillages (nē-sēm), désigne la portion qui ‘pend’ une fois que l'on a compté les unités principales. Étym. Lié au verbe dam ‘pendre’.

(2) (rare) reste, supplément: par exemple, ce qui reste dans le panier une fois qu'on en a distribué l'essentiel du contenu.

(3) (d'où) dans la numération, relateur (écrit nanm̄e*) séparant les dizaines des unités.

son̄wul tēl nanm̄e vōyō
[trois dizaines supplément deux] trente-deux

son̄wul yō nanm̄e aē
un peu plus de vingt, vingt et quelques
den   [ⁿdɛn] -. Ablatif….

So nēk wo ma-van me am̄ag den, itōk ēwē.
Si tu viens avant, tant mieux.

sili ok lok den na-sam
près de la pirogue, côté flotteur
den   conj.
den̄   [ⁿdɛŋ] intransitive verb. ⟨cloche+⟩  sonner, résonner.
den̄   transitive verb. (Arg) (vulg) ⟨homme⟩  baiser ‹une femme›, forniquer avec.

Syn : bēl

d[e]n̄eg  [ⁿdɛŋɛɣ] intransitive verb. sursauter

yow den̄enn̄eg

[ Mota nin̄agbeat upon, ram down, distress, startle’. PNCV *diŋiknock, hit, beat drum’. ]

den̄hel  [ⁿdɛŋhɛl] adv. ⦗après V de position, spéc. tig ‘debout’⦘ de travers, de guingois.

Na-mtēgtap mi-tig den̄hel, veg ne-len̄wuh mo-lom.
La porte est [debout] de travers, car la tempête l'a fait battre.
den… tiple  -.

den [B]

d[e]ye~  (na-nye~) [nanjɛ] -.

(1) (arch) sang de ‹qqn›.

(2) tache de ‹fruit+›.

[ PNCV *daʀa. POc *draʀaqblood’. Cfday. ]

d{ē}lo~  (nē-nlo~) [nɪnlɔ] -. <Anat> cou, gorge.

Nēk lep nē-sēm, tō oy van lē-nlē.
La monnaie de coquillages, tu la mets autour de ton cou (en collier).

No-gom nan, kē ni-tyatyah a lē-nlē.
Cette maladie (angine), elle te râcle dans la gorge.

Kē ni-hēlat nē-nlon.
Il lui trancha la gorge.

[ PNCV *daleʔovoice ; neck, throat’. ]

dēlan̄  (nē-dēlan̄) [nɪⁿdɪlaŋ] noun. <Bot>
dēln̄e~  (nē-dēln̄e~) [nɪⁿdɪlŋɛ] -.

(1) oreilles.

qoywon ‘sourd’

nē-dēln̄e gōhōw

(2) ⟨poisson⟩  nageoire pectorale.

[ PNCV *daliŋa. POc *taliŋa. ]

dēlse~  (nē-dēlse~) [nɪⁿdɪlsɛ] -.

(1) salive.

ninih ‘crachat’

(2) ⟨poisson⟩  mucus cutané, recouvrant les écailles des poissons.

dēm  [ⁿdɪm] transitive verb. penser

(1) penser, réfléchir. Entre dans de nombreux termes composés désignant des activités mentales ou des dispositions d'esprit.

dēm sosok X
[penser chercher] réfléchir pour se souvenir de X

dēm sas X
[penser trouver] se souvenir de X

dēm* lok X
[penser à nouveau] se rappeler X

dēm* veteg X
[penser laisser] pardonner, oublier, laisser tomber

dēm* liwo hiy X
[penser grand] accorder beaucoup d'importance à X

dēm lōlhiy
[penser en suivant] réfléchir à tous les détails de X

dēm vēglal X
[penser savoir] comprendre X en y réfléchissant

(2) ⦗+ so + complétive⦘ penser que.

Nok dēm so kē ma-mat.
Je pensais qu'il était mort.

[ Mota nom. PNCV *domithink (about), love’. ]

dēm liwo   [ⁿdɪm liwɔ] intransitive verb. litt. “penser grand” : accorder une grande importance (à: [+ Inan.] bE- ; [+ Anim.] hiy).

Ant : dēm su ‘dédaigner’

(1) se sentir concerné, être inquiet pour ; s'intéresser particulièrement au sort de (qqn, qqch).

dēm meh ‘s'inquiéter’

Tog dēmdēm liwo meh van aē.
N'y accorde pas trop d'importance, n'y pense pas trop.

(2) respecter, avoir des égards particuliers envers (qqn).

dēmap

(3) (péj) accorder bcp d'importance à (soi-même): être vaniteux, prétentieux.

Syn : sotel

Syn : waksē

Ant : lep-hiy

Kē ni-dēmdēm liwo meh hiy kē.
Il est très imbu de lui-même.
dēm liwo   transitive verb.

(1) avoir une haute opinion de ‹qqch, qqn›.

(2) ⦗tournure réfléchie⦘ être vaniteux.

Nēk tog dēmdēm liwo len̄ nēk, ba nēk dēm su nēk.
Il ne faut pas avoir une trop haute opinion de soi-même, il faut être modeste.
dēm lok  [ⁿdɪm lɔk] transitive verb. litt. “re-penser” : avoir en mémoire, se rappeler, se souvenir de ‹qqch, qqn›.

Syn : dēm sas

Ant : lolqōn̄

lo~ [2] ‘mémoire’

Nok dēm lok lepgetō, na-lēk et-qōn̄ qete.
Je m'en souviens encore, je n'ai pas encore oublié.

Kimi dēm lok kē?
Vous vous souvenez d'elle?

Nok dēm lok tōqōn̄ anen a dō ma-van tō hōw en.
Je me souviens exactement de ce jour où nous étions allés nous promener.
dēm meh  [ⁿdɪm mɛh] intransitive verb. litt. “penser souffrir / penser trop” : être obsédé par une idée, se faire du souci, s'inquiéter (pour, hiy).

Nēk wo ma-van, ba nitog dēmdēm meh hiy no.
⟨chanson⟩ Quand tu m'auras quitté, ne t'inquiète pas trop pour moi.
dēm ne-qet  intransitive verb. litt. “penser le ne-qet” : pour les hommes qui pratiquent cette danse, se répéter silencieusement les paroles secrètes qui y sont associées, afin de trouver le rythme adéquat pour les pas.

qet [2]

dēm veteg  [ⁿdɪm βɛtɛɣ] transitive verb. litt. “penser laisser” : oublier ‹qqch, qqn›, plutôt volontairement.

(1) laisser tomber ‹un souci›, passer l'éponge sur ‹une querelle› ; oublier volontairement; d'où pardonner.

ukēg ‘laisser tomber’

Nēk galeg a so nēk may dēm veteg na-haphap a kē ma-galeg tō van hiy nēk.
Tu fais comme si tu lui avais pardonné ce qu'il t'a fait.

(2) (rare) oublier involontairement, omettre. La tournure la plus usuelle est du type Na-lēk mō-qōn̄ J'ai oublié: cf. lo~

Syn : lolqōn̄

Syn : yak veteg

Kēy tile dēm veteg qēt na-vap nongēn!
Ils risquent d'oublier leur langue.
dēmap   [ⁿdɪmap] ~ dēm map  transitive verb. litt. “penser (dēm) grave (map)” : respecter, avoir de la considération ou de la crainte pour ‹qqch, qqn›.

Qiyig gōh, kēy et-dēmap si te na-kastom en.
De nos jours, on n'accorde plus guère de respect à la tradition.
dēmap   adv. (agir) respectueusement, avec respect.

Ant : vasawyeg

Ant : lege

Nēk so hohole dēmap!
Tu pourrais parler avec plus de respect!
dēmap   (nē-dēmap) noun. le respect, part. respect pour l'autorité, la tradition, les aînés.

Me gōh, nēk mo-tog leln̄e dēmap tatag van lē-vēnan ige to-M̄otlap.
Ici tu vis dans le respect, vis-à-vis de la tradition de Motalava.
dēmdēm   [ⁿdɪmⁿdɪm] intransitive verb. réfléchir, être pensif (au sujet de qqn, hiy); partic. s'inquiéter, se faire du souci.

Nēk so dēmdēm hiy na-vap t-am̄ag.
Réfléchis à un conte.

Ige le-pnō kēy dēmdēm aē ni-lwo.
Les villageois se posent plein de questions à ce sujet, ils s'inquiètent beaucoup.

Nēk tog dēmdēm me hiy no!
Ne t'inquiète pas pour moi!
dēmdēm   (nē-dēmdēm) noun. idée, pensée, réflexion. Nom dérivé de dēm.

(1) esprit, lieu de la réflexion.

Nē-dēmdēm nonon na-qaqa.
Elle est folle [litt. sa pensée est folle].

Ba nu-vu mal hēw me le-tqan wa lē-dēmdēm nonon.
Mais l'être surnaturel était déjà entré dans son cœur et dans son esprit.

(2) ⟨qqn⟩  idée, contenu de la réflexion. Rem. La tournure nē-dēmdēm mino, so ‘ma pensée est que’ équivaut à Nok dēm so ‘je pense que’: ex. Nē-dēmdēm nonoy a so no mal mat. Ils pensaient que j'étais mort.

Gēn et-ēglal te nē-dēmdēm ne qo, ba…
On ne sait pas ce qu'il y a dans la tête des cochons [litt. la pensée des c.], mais…

Tō kē me-lep a nē-dēmdēm non imam nonon en.
Il appliqua exactement l'idée qu'avait conçue son père.

(3) affaire, propos, sujet de discussion; question, problème.

Nok so vasem te dēmdēm van hiy kē.
Je souhaite lui entretenir de quelque chose [litt. d'une pensée].

Dō hohole lok si tog bē-dēmdēm mino a no ma-van me aē en.
Revenons donc à l'affaire [à la pensée] qui m'a amené ici.

No mal lep nē-dēmdēm a nēk vap me en.
J'ai bien compris ce que tu voulais dire / le problème dont tu me parles.

No ma-van me bē-dēmdēm liwo vitwag.
Je suis venu pour (évoquer) une affaire importante.

(4) ⟨mot, récit+⟩  sens, signification; intention cachée, raison, motivation.

Syn : manig

Na-Tmat n-aksok e so kē ni-wuh Iqet e, nē-dēmdēm nan aē: so kē so ni-lwo goy a na-myam kē.
Mais si Satan s'efforçait de tuer Dieu, c'était pour une raison bien précise: il s'agissait de devenir le maître du monde.

No-hohole gōh, nē-dēmdēm nan qele ave?
Ce terme-là, quelle est sa signification?

ni-tiy dēmdēm ne gatgat to-M̄otlap
[litt. le véritable esprit de la langue…] les fondements de la langue mwotlap (la grammaire)
dēmdēm hethet  [ⁿdɪmⁿdɪm hɛthɛt] intransitive verb. litt. “penser mauvais” : penser du mal de qqn; désapprouver l'attitude de qqn.

Imam m-etsas kamyō e tō kē ni-dēmdēm hethet aē.
Mon père nous a surpris, et il en a pensé du mal (de notre relation).

Ige to-M̄otlap kēy dēmdēm hethet.
⟨emploi absolu⟩ Les gens de Mwotlap ils voient le mal partout.
dēn̄1   (nē-dēn̄) [nɪⁿdɪŋ] noun. demi-natte

tamn̄a

[ Mota non̄. PNCV *doŋicoconut leaf mat’. ]

dēn̄2   [ⁿdɪŋ] transitive verb. atteindre

Bulsal! Nēk mē-dēn̄!
⟨formule de salutation⟩ Te voici arrivé, l'ami!

[ Mota <°diŋa.  nin̄a. ]

dēvet  (nē-dēvet) [nɪⁿdɪβɛt] noun. <Bot> igname_sauvageDioscorea bulbifera.

dēw   [ⁿdɪw] adj. lourd

Ant : momya

(1) qui pèse lourd.

Nē-dēw meh!
C'est trop lourd!

(2) (fig) qui provoque la sensation de pesanteur.

Nēk yon̄teg na-taybē ni-dēw aē, tō nēk mitiy galsi an̄qōn̄.
⟨effets du kava⟩ Tu sens ton corps devenir lourd, ce qui te permet de bien dormir le soir.

(3) (métph) (mélior) qui suscite ou marque le respect, partic. dans le cadre de la coutume; imposant, grave, sérieux, solennel.

Syn : map

Ige m̄ōlm̄ōl van la-halgoy a kem et-lēs tamat qete: nē-dēw mi kemem, kem nē-dēmap so kem so hayveg van.
Lorsque les hommes se réunissaient en sociétés secrètes, nous les non-initiés, nous étions plutôt impressionnés [litt. c'était ‘lourd’ pour nous], nous éprouvions trop de déférence pour y entrer.

(4) ⟨thème, histoire+⟩  important, majeur, sérieux; de grande valeur sociale ou symbolique.

Nē-dēmdēm nan nē-dēw a nē-dēw.
C’est une question de grande importance.

Na-kaka t-am̄ag gōh nē-dēw lē-vēnangēn.
Ce mythe est un des piliers de notre culture.

(5) ⟨œuvre artistique, style+⟩  pourvu d'une grande valeur esthétique, impressionnant par sa beauté (opp. momya ‘léger; sans grande valeur esthétique, bâclé, négligé’): d'où beau, majestueux, grandiose, superbe, de bon goût.

Nok so mōk na-plakas van l-eh so kē n-ak dēw na-he.
J'ai voulu ajouter quelques joliesses au poème, pour rendre cette ode en ton honneur encore plus majestueuse. [litt. encore plus ‘lourde’]

(6) élaboré, parfait, réussi, sophistiqué.

Ige lōmlōmgep nen kēy laklak namuy en, et-dēw galsi te.
Ces jeunes gens ont une façon de danser qui n'est pas très réussie. [litt. qui n'est pas bien ‘lourde’]

(7) (partic) ⟨mot⟩ ⟨tournure⟩  correct, châtié, littéraire; joliment dit; qui correspond à un registre soutenu, empreint de respect (opp. vasawyeg ‘langage familier, désinvolte’); par ext. idiomatique, qui sonne bien dans la langue.

mutuw ‘idiomatique’

“Heleg” nē-dēw veteg “vēlēs”.
Heleg”, c'est un mot plus soutenu que “vēlēs”.

Itōk, ba et-dēw galsi te.
(Cette phrase) est correcte, mais ça ne sonne pas très bien.
dēw   (dēwdēw) adv.

Na-magtō en ni-hag dēwdēw hōw kōyō.
d[ē]yē  [ⁿdɪjɪ] transitive verb. attendre
di   [ⁿdi] transitive verb. <Pêche> claquer

(1) ⟨qqch⟩  claquer, éclater; émettre un bruit de claquement, spéc. sous l'effet d'un choc contre une surface dure.

Nok en hōw e, nok yon̄yon̄teg na-naw ni-didi.
Étendu par terre, j'écoute les vagues qui éclatent (sur les rochers).

(2) ⟨qqn⟩  produire un bruit de claquement, en frappant une surface dure de manière répétée.

Kēy didi mi na-yn̄oy.
⟨natation sportive⟩ Ils produisent des claquements (sur l'eau) avec leurs jambes.

(3) (spéc) produire un bruit de claquement en giflant la surface de l'eau du plat de la main. Technique surtout employée au cours de la pêche collective (cf. gey_hay): les femmes giflent l'eau pour effrayer le poisson à l'intérieur de la zone dessinée par la liane de pêche, pendant que les hommes les visent avec leurs arcs.

Syn : wosdi

Kimi lōqōvēn, di hōw ! Di tō n-ēg ni-hay la-hay !
Allez les femmes, giflez l'eau! Giflez l'eau pour que le poisson nage en direction de la liane-de-pêche!

(4) jouer de la musique à l'aide de la planche musicale (cf. ci-dessous), pour accompagner les dansespercuter ‹la planche musicale› à l'aide de longs bâtons, afin d'exécuter le rythme de la danse (cf. waha). De trois à huit musiciens se tiennent debout en cercle autour de la planche musicale (na-qyēn̄ malbuy), laquelle est posée sur un trou en terre. Ils la frappent en rythme du bout de leurs bâtons (nē-qēt-didi), en suivant les instructions du leader (avus). Le son produit est à la fois sourd et claquant.

Kem tig ketket: n-eh ni-qtēg, tō kem di ēgēn.
Nous nous mettons debout; et au moment où commence le chant, on se met à frapper la planche.

Yatkelgi mey a nē-tēy nē-qēt-didi en, kēy didi hōw na-qyēn̄ malbuy.
Ceux qui tiennent les bâtons à rythme, ils jouent de la planche musicale.
didi1   (ni-didi) [niⁿdiⁿdi] noun. <Ins> petite fourmi rouge, non vénéneuse.

[ Mota niniu. PNCV *duduired ant’. POc *dui. ]

didi2   [ⁿdiⁿdi] intransitive verb. forme rédupliquée de di ‘claquer, faire claquer’.

di

didi2   (ni-didi) noun. <Mus>

(1) claquement.

(2) (spéc) rythme joué sur la planche musicale. Par opposition à la mélodie chantée (eh), ni-didi désigne le rythme instrumental d'une pièce, en tant qu'elle est exécutée sur la planche musicale. Avec d'autres instruments, on emploiera un terme différents (cf. bōlbōl; belemleg; lam̄lam̄…).

di

Kimi vatne n-eh vēlēs, siso ni-didi nan se?
Vous apprenez seulement les paroles du chant, ou bien également son exécution musicale [son rythme]?
didin  (ni-didin) [niⁿdiⁿdin] noun.

(1) cloison interne d'une habitation, tradit. en bambou (ni-vinhe), séparant l'espace en plusieurs chambres (opp. nē-bēyih, paroi externe). La plupart des maisons traditionnelles consistent en une salle unique (cf. tawal), sans cette séparation intérieure.

din ‘emmurer’

(2) (par ext) cloison à l'intérieur des habitations modernes.

d[i]lit  (na-nlit) [nanlit] noun. <Pois> “Carangue à grosse tête”. Caranx ignobilis.

tokel

din̄  [ⁿdiŋ] transitive verb. tapoter

din̄din̄ le-mtēgtap
frapper à la porte

[ Mota nin̄to rattle, tap, rap; to ring’. PNCV *diŋiknock, hit, beat drum’. ]

diy1   [ⁿdij] transitive verb. lancer ‹bille, cauri› avec la main, part. au cours du jeu de billes (belebiy) ou du jeu de cauris (tōqōl).

Kē mi-diy mat nō-wōqōl hohole mino.
⟨jeu tōqōl_hohole Il a joué-tué (cf. “touché-coulé”) mon cauri-à-parole ! (i.e. il a réussi à atteindre ma bille, si bien que je dois me taire maintenant)
diy2   (°na-diy) [naⁿdij] noun. <Zool> crabe de cocotier, crustacé dont la chair fine est particulièrement prisée, et qui fait la gloire des îles Banks-Torres. Birgus latro. ◈ Les chasseurs de crabes (tēytēy_diy) posent des pièges une nuit aux pieds de quelques cocotiers en forêt, puis un ou deux jours plus tard passent les relever.

[ Mota <°daˈuru. PNCV naer.  *daweʀu. ]

dol  [ⁿdɔl] transitive verb. avaler.

Nēk dol qiyig mey geh anen !
Avale tout cela (médicament) !

Tēytēybē kē n-in nē-bē ba kē et-dol tēqēl te.
Le guérisseur boit l'eau sans l'avaler.

[ PNCV *dolo-mi. ]

dot  (no-dot) [nɔⁿdɔt] noun. <Bot> nom d'une plante. Excoecaria agallocha.

doydoy  [ⁿdɔjⁿdɔj] intransitive verb. (poét) ⟨objets solides⟩  émettre un bruit d'entrechoc; cliqueter, tinter, résonner.

Welan, nē-lēw ni-doydoy a le-mnē.
⟨poésie⟩ Grand chef, les bracelets d'ivoire tintent le long de ton bras.
doydoy goy  transitive verb. ⟨objet, lieu⟩  litt. “résonner en retour” : résonner, retentir, émettre un écho.

doydoy

Ne-vet ni-doydoy goy na-pnō.
⟨poésie⟩ Les rochers (entrechoqués par les vagues) font retentir leur écho sur toute l'île.
1   (nō-dō) [nʊⁿdʊ] noun.

dōlm̄ele  (nō-dōlm̄ele) [nʊⁿdʊlŋ​͡mʷɛlɛ] noun. <Bot> igname d'eau, grande igname. Dioscorea alata.

dōyō  [ⁿdʊjʊ] ~ ~   pp. nous deux, nous, i.e. moi & toi ; 1inc Duel.

[ PNCV <°da-rúa.  *kida-ruanous deux’. ]

duw1   (°na-duw) [naⁿduw] noun. <Pois> “Poisson-ange à deux épines”. Centropyge bispinosus.

duw2   (nu-duw) [nuⁿduw] noun. <Bot> nom d'une plante (Ebénacées). Diospyros samoensis.

egoy  [ɛɣɔj] excl. ⦗toujours 2sg⦘ fais attention, prends garde (à ce que ne… pas, tiple + Prop).

etgoy

Egoy!
Attention!

Egoy ni-hiy nan, nēk tiple dolm̄a aē !
Attention aux arêtes, tu risques d'avaler de travers!

Nēk egoy kē tiple wuh nēk.
Prends garde à ce qu'il ne te tue pas.
eh  (n-eh) [nɛh] noun. <Mus>

(1) chant, chanson.

Na-ln̄e eh yoyoy me gēn.
J'entends une chanson qui s'approche.

Mahē kē so ni-tōytōy, kē ni-se n-eh, n-eh non Iqet.
Tout en balayant, elle se mit à chanter une chanson, un chant en langue d'Iqet.

(2) (par ext) mélodie, musique. Sém. N-eh peut désigner toute musique chantable, i.e. mélodique. Mais la plupart des musiques traditionnelles de Mwotlap sont des rythmes à danser; elles sont désignées par le terme na-wha, ou par le nom de la danse. Il n'y a pas d'autre terme générique pour désigner la ‘musique’.

[ Mota <°na ási.  asa song’. ]

el1   [ɛl] intransitive verb. marcher vite.

[ Mota al. Mota alial. PNCV *ali(ali). ]

el2   (n-el) [nɛl] noun. <Pois> poisson récifal, qui se camoufle dans le sable.

(1) “Poisson lézard”. Synodus spp.

(2) “Perche de sable”. Parapercis spp.

el3   (n-el) [nɛl] noun. <Jeu> jeu de ficelles: jeu traditionnel, consistant à donner des formes géométriques diverses à une ficelle (gén. en feuille de pandanus nō-yōpdēge), selon la façon de l'accrocher aux doigts de la main. Ce jeu a normalement lieu dans les jours qui suivent un décès. Les formes les plus connues sont les suivantes: la maison, la pirogue, le lit des Blancs (ne-qe non Misis), le nid de colombe (na-hgēy), le petit nid (ni-tinignig), le coq, le rat, le poulpe, la méduse, la noix de coco, le coco germé, le pandanus sauvage (nē-gēy), le Barringtonia (na-wtag), etc.

Ige susu galeg n-el tiwag mi na-gayga yōpdēge.
Les enfants jouent au jeu de ficelles, avec des ficelles de feuilles-de-pandanus.
empi  [ɛmpi] sb. député, membre du parlement.

Kē m-empi tō am̄ag.
Il a été député, dans le temps.

[ Angl. MP, Member of Parliament. ]

en1   [ɛn] ~ e ~   ptc. marque d'anaphore.
en2   [ɛn] intransitive verb.

(1) ⟨qqn⟩  être allongé, par ex. pour se reposer.

en tō

Kōmyō van enen day no.
Allez donc vous allonger en m'attendant.

Na-mtewot en tō metehal.
Il y a un blessé allongé sur le bord du chemin.

(2) ⟨objet oblong⟩  se trouver qqpart, en position horizontale.

na-tno tamge en tō en
la natte qui se trouve étendue là

N-ēm̄ nonoyō en tō a laln̄e bak.
Leur maison se trouve [allongée] sous le banian.

Nē-vētbē vōyō en tō a antan a le-lo siok en.
Les deux bambous se trouvent [allongés] par terre dans la pirogue.

[ PNCV *ʔeno. POc *qenop. ]

en goy  [ɛn ɣɔj] transitive verb.

(1) litt. “être allongé-bloquer” : être étendu de manière à empêcher l'accès à ‹qqch› (pour qqn, den): d'où recouvrir, cacher; faire obstacle.

Na-m̄at m-en goy na-mtehal en.
Le serpent était allongé en travers de la route.

Na-lam t-en goy dōyō.
⟨poésie⟩ L'océan nous séparera [litt. sera étendu entre nous deux].

(2) être allongé auprès de ‹personne malade+› pour en prendre soin.

Van me en goy qōtō tētē gēn kē tiple qēsdi.
Viens t'allonger auprès du bébé, de peur qu'il ne tombe.
en hiy  [ɛn hij] intransitive verb. se coucher, se mettre en position allongée.

hiy [1] ‘(2)’

Nok so en hiy goy bah tusu.
Je vais m'allonger un instant.

Ige susu en mal enen hiy.
Les enfants (se) sont déjà couchés.
en tō  loc. ⦗+ déictique⦘ en ce moment, dans cette situation.

en [2]

tō [2]

En tō gōh, tita mino mal mat ēgēn.
À l'heure qu'il est, ma mère doit avoir déjà rendu l'âme.

En tō nōk, nēk tog vanvan qete antan.
Les choses étant ce qu'elles sont, tu devrais attendre un peu avant de redescendre.
ep  (n-ep) [nɛp] noun. <Christ>

(1) feu.

N-ep mino tateh.
Je n'ai plus de feu.

Nok hohoh n-ep van : tateh, et-lawlaw te.
J'ai beau frotter, frotter (pour faire) du feu, ça ne prend pas.

Kēy gal n-ep a le-qyēn̄i qōqō ōk, tō n-ep ni-lawlaw.
On allume le feu au fond du four, et le feu se met à brûler.

wiyis n-ep tō kē ni-lawlaw
ajuster (le bois dans) le feu pour le raviver

Dō so bē n-ep van a le-pyēyag agōh.
On va mettre le feu à ces feuilles mortes.

N-ēm̄ mino, n-ep mal gen qēt.
Ma maison a entièrement brûlé [litt. le feu l'a entièrement ‘mangée’].

N-ep me-gen mat ēntēn.
Son fils a péri dans les flammes [litt. le feu l'a mangé-tué].

(2) l'Enfer.

Nēk ta-van l-ep!
[tu iras au Feu] Tu finiras en Enfer!

[ POc *api. ]

es  [ɛs] transitive verb. poignarder: lancer un couteau ou une sagaie sur ‹qqn› (opp. gon, poignarder en gardant le couteau dans la main).

et1   (n-et) [nɛt] noun.

(1) homme, être humain; spéc. personne vivante (opp. na-tmat ‘démon’, etc.).

Iqet mi-tin̄ na-myam; bastō, kē mi-tin̄ n-et van alon en.
⟨cosmogonie⟩ Iqet créa le monde, puis il y créa les hommes.

Tigsas kē et-wot vu te, kē mo-wot et.
Jésus n'est pas né esprit, il est né homme.

Kē n-et si na-tmat?
C'est un vivant, ou un revenant?

(2) (en gén) personne; quelqu'un, celui qui…. Le pluriel de n-et est ige ‘les gens, ceux qui…’ (et non pas *ige et).

n-et qagqag vitwag
un Blanc [une personne blanche]

Nēk n-et m̄aya vitwag!
Toi tu es quelqu'un de rigolo!

N-et aē l-ēm̄ gōh?
Il y a quelqu'un dans cette maison?

Tateh et me agōh.
Il n'y a personne par ici.

n-et mey a mo-gom en
la personne qui est malade

(3) ⦗+ bE- + nom N⦘ personne régulièrement associée à tel objet N.

n-et b-ih
[la personne à l'arc] l'archer

n-et be-non ēm̄
[la personne pour sa maison] le propriétaire

(4) ⦗+ (bE- +) nom d'action⦘ personne qui a l'habitude de (faire V); d'où forme les noms d'agent.

Nok et- n-et be-qneqneg te.
Moi je ne suis pas quelqu'un de jaloux.

Nēk n-et woswos vitwag!
Toi, tu es un bricoleur! [personne à clouer]

n-et bē-sēsēil
[personne pour la divination] le devin

n-et bē-tēytēy tēnge
[personne pour manier les plantes] le guérisseur

n-et behemhe tele
[personne pour joindre le métal] le carrossier, le mécanicien

n-et towtow eh
[personne pour composer les chansons] le poète, le compositeur

n-et vēgēpgēl
[personne pour ensorceler] le guérisseur

(5) ⦗singulier collectif⦘ les gens, on. Valeur indéfinie non spécifique, surtout en position d'objet incorporé. Parfois non traduit en position de complément.

Sisqet n-et ni-qlen̄ qēt.
Pour un peu, toute la population disparaissait.

Imam mino kē nu-kuykuy et.
Mon père est un cannibale [il croque les gens].

ige tēytēy-et
la police [litt. les attrapeurs de gens]

Itōk, veg kē ne-myin̄ n-et.
C'est bien, car c'est utile [ça aide les gens].

N-et ta-galeg vēste qele anen.
On ne peut pas agir comme ça / Ça ne se fait pas.

Nē-bē, kē n-ēh non n-et.
L'eau, c'est la vie. [litt. la vie des gens]

[ PNCV *ʔataspirit, soul; person’. POc *qatashadow, reflection’. ]

et2   [ɛt] transitive verb.

(1) (cour) voir, apercevoir; regarder.

Syn. relevé : halveg

et hiy
regarder attentivement

et lōlhiy
suivre des yeux

et kēlē
regarder derrière soi

Nok so et te muk!
Laissez-moi jeter un coup d'œil.

Kē van me nen, kē et van qele kē : no-woh !
⟨formule de récit⟩ Tout en s'approchant, il lève soudain les yeux [il regarde comme ceci]: un figuier !

(2) (fig) ⦗souvent avec Directionnel⦘ constater que, trouver que; considérer ‹qqch, qqn› de telle façon.

et vēglal

et yak

Kē m-et van so ma-haytēyēh ēgēn.
Il considéra que cela devait suffire.

Nēk et van tita nonon kōyō imam nonon, kōyō na-tam nēk?
Penses-tu que ses parents (de ta fiancée) t'apprécient ? [litt. Tu regardes sa mère et son père, est-ce qu'ils t'aiment ?]

Nēk etet no me qele ave?
⟨plais.⟩ Comment tu me trouves? À tes yeux, je suis comment?
et-3   [ɛt] mod. premier élément des négations et-… te ‘ne… pas’, etc. [cf. encadré].. Synt. Et- n'existe pas seul. En revanche, il disparaît parfois (cf. fçs ne dans ne… pas).

tit-2 ‘fv:te-2 + fv:et-3’

et-… te

et-… qete

et-… si te

et liwo  (n-et liwo) [nɛt liwɔ] noun. litt. “grande personne” :

(1) adulte (opp. n-et su ‘enfant’), aîné.

ige lōmlōmgep, tiwag mi ige lililwo lo-lo vōnō en
les jeunes, ainsi que les aînés au village

(2) personne de haut rang, dignitaire, chef (cf. bsl ‘Bigman’).

n-inti et liwo
un fils de chef, un prince

N-et bi-tigtigheg ni-ha van ni-vinlah hiy ige lililwo, tō kēy in ēgēn.
Le serviteur sert une coupe (de kava) aux dignitaires, qui le boivent.
et su  (n-et su) [nɛt su] noun. litt. “petite personne” : enfant (opp. n-et liwo ‘adulte’).

su

E, n-et su!
Eh, petit!

n-et su vōyō
deux enfants
et vēglal  transitive verb. litt. “voir savoir” : reconnaître ‹qqch, qqn› en le voyant; comprendre (après avoir vu qqch).

et [2]

Bulsal, nēk et-et vēglal te no?
Mon ami, tu ne me reconnais donc pas?

Ne-twoyig ēwē, nēk t-et vēglal nowmat vēh.
C'est facile, ça se reconnaît au premier coup d'œil.

Nok et n-ili men en, tō nok et vēglal so na-gop.
Dès que j'ai vu la plume, j'ai compris qu'il s'agissait d'un héron.
et yak  transitive verb. litt. “voir enlever” : examiner de manière sélective; d'où choisir, sélectionner.

et [2]

Ige lōqōvēn kēy et yak galgalsi na-mtevōn ige tam̄an.
(en Europe, pour se choisir un mari) Les femmes observent soigneusement le caractère des hommes.
et yak  transitive verb. litt. “voir-enlever” : sélectionner, choisir.

yak [C]

Ikē nen a kē t-etyak mayanag ne vōnō.
C'est lui qui choisira le chef du village.
ete  [ɛtɛ] ptc.

(1) litt. “vois (et) là (e)” : présentatif, accompagnant la référence déictique: voici, voilà. Synt. Apparaît en position initiale d'énoncé, suivi soit d'un syntagme nominal (‘Voilà X’), soit du prédicat seul, soit d'une séquence ‹Sujet + Prédicat› (‘Voilà que X’). Le présentatif est presque toujours corrélé à un déictique en fin d'énoncé.

Ete n-ēm̄ mino a hag gēn.
Voici ma maison, là-bas.

Ros a ete magtō agōh.
Rose, c'est la vieille dame que voici.

(2) (spéc) suggère une coïncidence entre la référence déictique et le contexte du discours: d'où (voilà) justement, précisément.

Syn : ate

Syn : ēgōh

Ohoo, ete, kē no-togtog van agōh.
Tiens, voici, c'est (justement) ici qu'elle habite.

Ete ige bul vet hah vatag hag na-tgop anen.
Tiens, voilà justement quatre hommes qui apportent le gâteau de mariage.
etet  (n-etet) [nɛtɛt] noun. (rare) nom dérivé du vb et ‘voir’: manière de voir, vision, opinion.

L-etet nōnōm, ne-qe ni-en lok ave itōk?
À ton avis, où faut-il poser le lit?
etet hethet  [ɛtɛt hɛthɛt] transitive verb. litt. “regarder mal” : éprouver du ressentiment contre, être envieux de ‹qqn›; jalouser, haïr.

Syn : etet wolwol

Syn : dēmdēm hethet

qeneg ‘être jaloux’

Kēy t-etet hethet vēh nēk aē, a so nēk sotel nēk bo-hohole galsi to-M̄otlap en.
Ils risquent d'être jaloux de toi, à te voir si fier de bien parler le mwotlap.

Ige lōmlōmgep en kēy etet hethet kē.
Les autres garçons conçurent de la jalousie / haine envers lui.
etgoy  [ɛtɣɔj] transitive verb. litt. “garder un œil (et) sur (goy)” : ne pas quitter des yeux. Parfois écrit et_goy.

(1) surveiller; espionner.

Ige le-pnō kēy etetgoy meh n-et.
⟨en mauvaise part⟩ Au village, on a trop souvent l'habitude d'observer les autres.

(2) faire attention à, se méfier; prendre garde (à ce que ne… pas, tiple + Prop). Prend régulièrement la forme egoy à l'impératif 2sg.

Nēk so m-ekas na-magtō nēk etgoy galsi!
Si tu rencontres une vieille femme, méfie-toi

Nēk so van ale, nēk etgoy kēy tiple ekas nēk.
Si jamais tu vas sur la plage, fais bien attention qu'on ne t'y voie pas.

(3) (en bonne part) prendre soin de, s'occuper de ‹personne faible›; spéc. éduquer, élever ‹enfant›.

Kē ni-mat en, ino mahgēk no m-etgoy kē.
Quand elle est décédée, j'étais le seul à prendre soin d'elle.

(4) ⟨pouvoir⟩  gouverner, administrer politiquement ‹un territoire›.

Syn : liwo goy

Mayanag ni-etetgoy galsi na-pnō nonon.
Le chef s'occupe bien de son village.
etgoy liwo  transitive verb. litt. “s'occuper grand” : prendre soin de ‹enfant› jusqu'à ce qu'il devienne grand, d'où élever, éduquer.

etgoy

Syn : bōg

Taitus me-lepyak Ivana, tō kē ni-etgoy liwo kē.
Taitus a adopté Ivana, et c'est lui qui l'a éduquée.
et-misin te  expr. (cour) litt. “ça n'a pas tardé” : peu après, aussitôt.

Kōmyō van, et-misin te nē-vēytitit.
[litt. Vous êtes partis, ça n'a pas tardé, ce fut la bagarre] À peine étiez-vous partis qu'une bagarre a éclaté.

Kē ni-wot en, et-misin te tita nonon mi na-tqan lok se.
Peu après sa naissance [litt. il naquit, et sans tarder], sa mère tomba de nouveau enceinte.
etsas  [ɛtsas] ~ eksas ~ ekas  transitive verb. litt. “voir (et) trouver (sas)” :

(1) voir, spéc. après un effort ; réussir à voir.

Ave en? Nok et-etsas te !
Où ça ? Moi, je ne vois rien.

(2) trouver ‹qqch, qqn›, par hasard ou en le cherchant.

sok ‘chercher’

(3) recevoir ‹un objet qui m'est destiné: lettre, colis+›.

Qōn̄ vitwag no m-eksas nē-lētes namu nēk ma-yap me.
⟨chanson⟩ L'autre jour j'ai reçu la lettre que tu m'avais écrite.
et-yeh  (n-et-yeh) [nɛtjɛh] noun. <Bot> (Arg) litt. “le voit-loin” : le riz. Au village de Toglag, un jeune sourd-muet nommé Kaya désignait le riz comme améliorant la vision: le surnom n-et-yeh fut forgé, par plaisanterie, pour désigner le riz.

raes

Ige to-Toglag, kēy et ōl si te 'na-raes' en, kēy ōlōl so 'Nok so van wēl n-et-yeh' !
Les gens de Toglag, ils ne disent plus 'le riz', ils disent 'Je vais acheter du voit-loin' !
et-… qete  mod. ne… pas encore. Négation de l'Accompli (mal).

et- [3]

qete

Mal monog > Et-monog qete.
C'est déjà cuit > Ce n'est pas encore cuit.

No et-eksas qete kē.
Je ne l'ai pas encore trouvé.
et-… si te  mod. ne… plus. Si est un allomorphe de se1 ‘encore’

et- [3]

Kem et- vanvan si te l-ēm̄yon̄.
Nous ne fréquentons plus tellement l'église.
et-… te  mod. Négation realis, portant sur les événements passés, présents ou intemporels. Les deux éléments encadrent le syntagme prédicatif (verbe, nom, etc.), et remplacent les marques aspecto-modales affirmatives (ex. nE- Statif, mE- Parfait…).

et- [3]

No ne-mtēgteg > Nok et-mētēgteg te.
J'ai peur > Je n'ai pas peur.

No ma-van et-van te Toglag.
Je suis allé à T. > Je ne suis pas allé à T.

Kēy et-gengen te hap te.
Ils ne mangent rien. [ne mangent pas quelque chose]

Et-ni-siok nonontēl te.
Ce n'est pas notre pirogue.

Et-haytēyēh te.
Ce n'est pas suffisant.
ey2   (n-ey) [nɛj] noun. <Bot>

(1) Bois de fer de l'Inde, bsl. Oktri. Casuarina equisetifolia.

(2) (fig) coraux en branches.

[ POc *aʀu. ]

ē-  [ɪ] pf. ⦗combiné aux déictiques spatiaux⦘ préfixe formant des déictiques-présentatifs à valeur temporelle ou situationnelle: voici, voilà que; maintenant…. Mrph. Présente trois degrés de déixis, en fonction de l'orientation pragmatique de l'énoncé ou de l'action impliquée: ēgōh* ~ ēagōh ‘voici que’ (orienté sur le locuteur); ēnen* ~ ēanen ‘voilà que’ (orienté sur l'interlocuteur); ēnōk ~ ēgēn* ‘voilà que’ (orientation neutre).

ēagōh  [ɪaɣʊh] dx. : forme prise par le déictique temporel ēgōh* en fin d'assertion ou d'exclamation.

ē- + agōh.

ēanen  [ɪanɛn] dx. : forme prise par le déictique temporel ēnen* en fin d'assertion ou d'exclamation.

ē- + anen.

ēg  (n-ēg) [nɪɣ] noun. (arch) poisson.

[ PNCV *ika. POc *ikanfish’. ]

ēgēn  [ɪɣɪn] ~ ēnōk  dx. : (cour) déictique temporel, pragmatiquement neutre, c-à-d. orienté ni vers le locuteur (opp. ēgōh) ni vers l'interlocuteur (opp. ēnen). Mrph. Le fonctionnement est parallèle aux déictiques spatiaux correspondants (nōk vs gēn). La forme ē-nōk est employée en milieu de phrase, ou en fin de question; la forme ē-gēn, beaucoup plus fréquente, l'est en fin d'assertion ou d'exclamation. Cette forme ē-gēn est prononcée avec une intonation caractéristique (haut + moyen).

(1) ⦗fonctionnement déictique⦘ maintenant; désormais; voici que. Focalise l'énoncé sur l'instant présent, parfois avec effet de contraste (‘désormais’, opp. avant). Rem. Généralement non traduit en frs

Na-lo vēvēh ēnōk? – Na-lo vēvet ēgēn!
Quelle heure est-il [maintenant]? – Il est quatre heures [maintenant].

Mahē ni-qōn̄ ēgēn!
Tiens, voici la nuit qui tombe!

Nēk may suwsuw bah ēnōk?
Ça y est, tu as pris ta douche [maintenant]?

Nēk so m̄ōl ēnōk? – Ò! Nok so m̄ōl ēgēn.
Tu pars [maintenant]? – Oui, je pars [maintenant].

Ma-haytēyēh ēgēn.
Ça y est, c'est suffisant [désormais].

Kēy qētēg laklak ēgēn.
Ils commencent à danser tout juste à l'instant.

Nok suwsuw vag-yō ēgēn!
Eh bé! Voilà que je me douche pour la deuxième fois!

(2) ⦗fonctionnement anaphorique⦘ alors, c'est alors que; désormais. Focalise l'énoncé sur l'instant du récit en cours; génér. articulé à un ou plusieurs événements préalables.

Kē ni-hatig tō ni-se n-eh ēgēn.
C'est alors qu'il entonna un chant.

Na-vap t-am̄ag nan ni-bah ēgēn.
⟨formule de clôture⟩ C'est là que se termine le récit.

Gēn ak monog galsi ewo tō ige del te-gen vēh ēgēn.
Une fois que c'est bien cuit, [c'est alors que] tout le monde peut passer à table.

Kē me-se m̄ēt hōw n-eh nōk ewo tō na-naw ni-mlat ēgēn.
[litt. il s'interrompit, et c'est alors que…] À peine avait-il interrompu son chant, qu'une grande vague vint se briser sur la côte.

ē- + gēn.

ēglal   [ɪɣlal] transitive verb.

vēglal

(1) savoir, connaître ‹qqch, qqn›; savoir (que, so + Prop.).

Ant : lēn̄teg

Nēk n-ēglal so imam mino ave? – Óòó, nok et-ēglal te.
Sais-tu où se trouve mon père? – Non, je ne sais pas.

Kēy et-ēglal galsi te na-vap to-M̄otlap.
Ils ne connaissent pas très bien le mwotlap.

La-taēm nen en, dōyō et-ēglal qete dōyō.
à cette époque, nous ne nous connaissions pas encore.

(2) ⦗+V⦘ être capable de, savoir faire qqch.

te-… vēh ‘Potentiel’

Nok et-ēglal te susuy.
Je ne sais pas coudre.

Kē n-ēglal gagaleg n-et t-ēh lok vēh.
Elle est capable de ressusciter les morts.

(3) comprendre.

lep [A] ‘(9)’

Ba kē mal ēglal a so kēy so wuh mat kē en.
Il avait déjà compris que les gens avaient l'intention de le tuer.

Nēk n-ēglal?
Tu comprends?/Tu vois?
ēglal   intransitive verb. Synt. Avec complément oblique: be-; hiy; ou adv. .

(1) s'y connaître, avoir les idées claires (sur qqch, hiy); être à l'aise sur tel sujet.

Kēy dēmdēm aē, tō kēy ēglal m̄ōleg van hiy no-hohole non Iqet; tō kēy tow n-eh aē.
Un peu de concentration, et les voilà inspirés dans la langue poétique [litt. ils ‘savent’ clairement sur la langue d'Ikpwet]; c'est alors qu'ils peuvent composer leur chant.

(2) (rare) avoir l'habitude (de qqch, be-).

No et-ēglal meh te be-mwumwu a haghag misin en.
Je n'ai pas trop l'habitude de travailler en restant assis tout le temps.

[ POc *kilala. ]

ēgōh  [ɪɣʊh] ~ ēagōh  dx. : déictique temporel, pragmatiquement orienté vers le locuteur. Mrph. Le fonctionnement est parallèle aux déictiques spatiaux correspondants (gōh vs agōh). La forme ē-gōh est employée en milieu de phrase, ou en fin de question; la forme ē-agōh l'est en fin d'assertion ou d'exclamation.

(1) ⦗déixis temporelle⦘ maintenant, sur-le-champ, tout de suite.

Tō m̄on nowmat ēgōh?
On enveloppe la nourriture dès maintenant?

Haa, nok wuh mat nēk ēagōh!
Ha ha, je t'occis sur-le-champ!

Van me! – Nok vanvan me ēagōh!
Viens voir! – J'arrive tout de suite!

(2) ⦗déixis situationnelle⦘ tiens! voici.

Syn : ete

Lahlap ēagōh, a kem togtog aē en.
Voici (maintenant) le village de Lahlap, où nous habitons.

Na-mteēm̄ ēagōh!
Tiens! Un passage!

ē- + gōh.

ēh   [ɪh] adj. vivant (opp. mat ‘mort’).

nu-tutu ēh
un poulet vivant

N-et vitwag a mi gēn gōh en aa, kē n-ēh laptō!
⟨Conte des Morts Vivants⟩ Il y a ici parmi nous un être humain, il est encore vivant!
ēh   intransitive verb. vivre, survivre.

ēh lok

Kēy del matmat qēt, ige nen m-ēh.
Tous les autres étaient morts, eux seuls avaient survécu.

Kē t-ēh vēh?
⟨blessé⟩ Est-ce qu'il va pouvoir (sur)vivre?
ēh   (n-ēh) noun. la vie, la faculté d'être vivant; (rare) la vie de qqn, le cours de son existence.

no-togtog ‘façon de vivre, mœurs’

Nē-bē, kē n-ēh non n-et.
L'eau, c'est la vie. [litt. la vie des hommes]

[ Mota <°esu.  es. ]

ēh lok  intransitive verb. ⟨mort, comateux⟩  litt. “vivre à nouveau” : revenir à la vie, ressusciter.

ēh [B]

Kē n-ēglal gagaleg n-et t-ēh lok vēh.
Elle sait ressusciter les morts. [litt. faire que les gens vivent à nouveau]

Nok vēwē nēk magtō, veg inti-k kē m-ēh lok, nēk m-ak ēh lok kē.
⟨sorcière⟩ Je te remercie, vieille femme, car mon fils a ressuscité, tu lui as rendu la vie.
ēkal  (n-ēkal) [nɪkal] noun. <Zool> lézard silvicole vert. Emoia sanfordii.

ēleg   [ɪlɛɣ] intransitive verb. <Mus> chanter la coda d'un chant coutumier.

ēleg   (n-ēleg) noun. coda, dernière strophe d'un chant coutumier.

Nok se qētēg nō-tōtēn, dēn̄ bahnegi, l-ēleg nan.
Je vais la chanter du début à la fin, jusqu'à la coda.
ēleg goy  transitive verb. litt. “chanter-la-coda après” : conclure ‹un chant, n-eh› par la coda; abs. chanter la coda.

Se bah na-vasig en, tō nēk ēleg goy ēgēn!
Après les couplets, tu passes à la coda.
ēm̄  (n-ēm̄) [nɪŋ​͡mʷ] noun. maison, habitation.

N-et aē l-ēm̄ gōh?
Y a-t-il quelqu'un dans cette maison?

Nēk so van l-ēm̄ non Qasvay.
Il faut que tu ailles chez [dans la maison de] Q.

Kēy may tot nē-qētēnge b-ēm̄ del.
Ils ont déjà coupé toutes les poutres pour la maison.

no-sosowolō* ne ēm̄
les matériaux de construction d'une maison

N-ēm̄ nonmamyō, kamyō mitimtiy l-ēm̄ vitwag, n-ēm̄ qayqayn̄is vitwag, ba n-ēm̄ su vitwag.
Notre habitation (se présente ainsi): nous dormons tous deux dans une maison; il y a une maison pour cuisiner, et enfin une petite maison.

[ PNCV *yumʷa. POc *ʀumaq. ]

ēnen  [ɪnɛn] ~ ēanen  dx. : déictique temporel, pragmatiquement orienté vers l'interlocuteur. Mrph. Le fonctionnement est parallèle aux déictiques spatiaux correspondants (nen vs anen). La forme ē-nen est employée en milieu de phrase, ou en fin de question; la forme ē-anen l'est en fin d'assertion ou d'exclamation.

(1) ⦗déixis temporelle⦘ maintenant, à l'instant; voici que.

Nēk qoyo et ēnen?
[litt. tu la vois seulement maintenant?] C'est la première fois que tu la vois?

Ba so na-ln̄e hap nōk? – Na-ln̄e vētōy, kēy bitbit ēanen.
Qu'est-ce qu'on entend, là? – C'est le son des tambours: voilà la danse qui commence.

(2) ⦗déixis situationnelle⦘ tiens! voilà; comme ça. Tournure présentative.

Na-tataqnet ēanen!
⟨en feuilletant un livre⟩ Tiens, le voilà, ton calmar! (dont tu parlais)

N-am̄e et ēanen!
Voilà quelqu'un de bien!

Iqet en aa, Ḡot ēanen!
Mais cet Ikpwet, c'est Dieu!

ē- + nen.

ēnōk  [ɪnʊk] dx. : forme prise par le déictique temporel ēgēn* dans les questions, ou en milieu d'énoncé.

ē- + nōk.

ēntēl  [ɪntɪl] ~ intēl ~ dētēl ~ idētēl  pp. pronom de 1ère pers. inclusive au triel: nous trois, i.e. moi & toi & lui/elle.

Kōmyō dam no, dētēl van.
Vous deux, suivez-moi, on y va tous les trois.

Wō ēntēl mahgentēl a tog tō le-pnō gōh?
[nous trois] Sommes-nous donc les seuls à habiter cette île?

ēntēl tita
[litt. nous-trois maman] nous deux avec maman; toi, moi et maman

[ PNCV <°ˌida-ˈtolu.  *kida-tolunous trois’. ]

ēqas  (n-ēqas) [nɪk​͡pʷas] noun. <Zool> lézard sauvage noir.

ēqay  (n-ēqay) [nɪk​͡pʷaj] noun. <Pois> “Chirurgien à raies noires”. Acanthurus triostegus.

Lep lō yow ne-qen, suwyeg goy n-ēqay susu.
⟨chanson⟩ (Ils) sortent un filet, puis le lancent sur des petits Chirurgiens.

[ Mota qiarea fish, thorn-tail, sea-surgeon’. ]

ētan  [ɪtan] adj. ⟨femme⟩  enceinte. Une expression synonyme est Kē mo-tog mi na-tqan litt. ‘Elle reste avec son ventre

teqe~

ige ētan
les femmes enceintes

[  <°tianaher belly’. ]

ēte   (n-ēte) [nɪtɛ] noun. an, année.

l-ēte gōh
cette année

l-ēte mey a mal bah
l'année dernière [celle qui est terminée]

l-ēte itan, si so l-ēte mey van hiy
l'année prochaine, ou bien l'année suivante

Na-mlaklak b-ēte gayaq!
Bonne année! [Joie pour la nouvelle année]

N-ēte nōnōm vēvēh?
Quel âge as-tu? [tes ans sont combien?]

Nē-nētm̄ey mi-lwo van, mē-dēn̄ n-ēte son̄wul.
L'enfant grandit, jusqu'à atteindre (l'âge de) dix ans.
ēte   intransitive verb. (rare) ⟨année⟩  passer, se dérouler (à la suite d'un événement).

N-ēte mal ēte goy.
Les années ont déjà passé [ont déjà été années] / cela fait déjà longtemps.

[ POc *taqunyear’. ]

ētog  [ɪtɔɣ] adv. ⦗après V=manger, boire⦘ consommer pour la première fois les prémices ‹d'une récolte›, goûter les premiers fruits d'un arbre : inaugurer.

lō [1] ‘(5) être le premier à, inaugurer’

egal ‘essayer’

Dō in ētog nō-wōh mino?
Si on goûtait aux premiers fruits de mon cocotier [coco à boire, nō-wōh] ?

gen ētog ni-hnag
goûter à la nouvelle récolte d'ignames
ēvet  (n-ēvet) [nɪβɛt] noun. <Bot> gros bambou. Bambusa spp. ◈ Découpé de part et d'autre de deux nœuds (na-ptōy), ce bambou sert à fabriquer les tamtams fendus (nē-vētōy) pour la danse.

vinhe ‘bambou’

ēvēp  (n-ēvēp) [nɪβɪp] noun. <Art> nom d'un diable-masque, celui du premier rang au na-halgoy.

na-mlak le-hye ēvēp
insignes du diable n-ēvēp

[ Mota viov. ]

ēwe~  (n-ēwe~) [nɪwɛ] -. fruit

(1) partie comestible ou bénéfique d'un végétal: fruit, tubercule.

ō ‘fructifier’

n-ēwe lolmeyen

n-ēwe bak
un fruit de banian

n-ēwe man̄go
une mangue

n-ēwe mitig
une noix de coco

n-ēwe tētēnge
des fruits [litt. fruit des arbres]

Na-ptel may galeg n-ēwan.
Le bananier a enfin donné des fruits [a fait ses fruits].

(2) (métph) élément le plus utile d'un objet, ex. l'ampoule d'une lampe.

[ Mota wia-i. PNCV *vua. POc *puaq. ]

ēwē   [ɪwɪ] adj. (rare) bon. Synt. En fonction d'épithète, ‘bon’ se dit ou ēwē; en fonction de prédicat, nēwē (analysable en nē-wē ou n-ēwē), ou plus souvent itōk.

no-yoy ēwē
une bonne nouvelle

N-et ēwē anen.
C'est quelqu'un de bien.

Ne-bem ne Le Ēwē.
Le livre de la Bonne Loi / Bonne Parole (la Bible).
ēwē   adv. (cour) seulement, simplement, sans plus. Restrictif qualitatif, orientant un prédicat argumentativement vers le ‘moins’. Accompagne typiquement les numéraux inférieurs; les adjectifs de faible quantité (ex. ‘petit’, ‘court’, ‘léger’, ‘facile’...); les verbes suggérant des effets limités; les noms d'objets culturellement dévalorisés; etc.. Sém. S'oppose aux restrictifs purement quantitatifs, vēlēs / heleg ‘exclusivement’: ex. vs Kēy in vēlēs nō-wōh.Ils boivent exclusivement du lait de coco’.

Kamtēl vētēl ēwē.
Nous ne sommes que trois.

Kem vanvan vagvag-tiwag ēwē.
Nous n'y allons que très rarement..

Ni-siok gōh no-momya ēwē.
Cette pirogue est toute légère [légère seulement].

Ne-twoyig ēwē!
Mais c'est tout simple!

Nok hohole siseg ēwē.
Ce n'était qu'une plaisanterie.

Kē ni-mwumwu mamah ēwē.
Il travaille gratuitement (sans rien gagner).

Nēk so van ave? – Ohoo, tateh, nok tatal ēwē.
⟨salutation⟩ Tu vas où? – Nulle part, je me promène simplement, comme ça.

[ Mota wiagood, of the right sort; merely, only’. ]

ēy1   (n-ēy) [nɪj] noun. <Pois> crustacé marin de taille moyenne : homard, langouste, langoustine. Panulirus spp.

ēyēy ‘petite crevette’

Nēk so van yow, so vay te kis ēy me.
Je voudrais que tu ailles au bord de mer, pêcher quelques langoustes pour moi.

[ Mota <°ira. POc ura.  *quraŋ. ]

ēy2   (n-ēy) [nɪj] noun. <Bot> Pomme Cythère, bsl. Naos. Spondias cytherea.

[ Mota ur. POc *quʀis. ]

ēy-lawlaw  (n-ēy-lawlaw) [nɪjlawlaw] noun. <Pois> litt. “crustacé (?) rouge” : Poisson écureuil rose, poisson récifal. Sargocentron tieroides.

ga1   [ɣa] intransitive verb.

(1) ⟨feu⟩  se propager, gagner du terrain.

(2) (fig) ⟨nouvelle, rumeur⟩  se propager, se diffuser.

Na-yoyo vōnō gōh kē kē ni-van tō ni-ga vel-vōnō ēgēn.
La renommée de notre île gagne déjà le monde entier.

[ Mota gaospread; burn’. ]

ga2   (na-ga) [naɣa] noun. <Bot> kava

(1) kava, nom d'une plante (Pipéracées). Piper methysticum. ◈ Variétés non buvables de kava: Cf. yogam̄taqlap, yom̄taqgaga.

nō-wōgtag ne ga
la racine de kava

(2) boisson légérement narcotique, traditionnellement consommée par les personnages importants (n-et_liwo) dans leur maison secrète (na-gmel), et aujourd'hui par tous les hommes, en public ou en privé, à la tombée de la nuit vers 19 heures.

Nēk so in na-ga, nēk vatqep na-mte, den no-hohōw ne ga tale qal na-mte.
Quand tu bois du kava, tu dois fermer les yeux, pour les préserver de la “vapeur” de kava.

Na-ga so ni-wuh nēk, tō ni-qti ni-m̄ōlm̄ōl aē, tō itōk.
Quand le kava te prend, tu as la tête qui tourne, et c'est ça qui est bien.

[ PNCV *kawaʀ. POc *wakaʀroot’. ]

ga~2   (°na-ga~) [naɣa] pos. classificateur possessif des comestibles, désignant un fi:x comme nourriture de fi:y.

(1) présente x comme destiné à être mangé par y.

gen

Na-gōm te mahgē ! Na-gan ige del.
Ce n'est pas (à manger) pour toi seul, c'est pour tout le monde.

na-gōm vetel / na-ptel na-gōm
tes bananes (à manger).

(2) (fig) présente x comme destiné à être subi par y, comme source de sensations physiques désagréables et non-maîtrisées. Comporte en germe le sens passif du ClPos ga~: Cf. fijien.

Iyah, na-gōm !
(smash au volley-ball) Tiens, prends ça !

(3) (Arg) ga~ est associé au rapport amoureux ou sexuel. La femme, ou une partie de son corps, est désignée comme une friandise pour l'homme ; et inversement.

Na-kis inēk.
[mon repas c'est toi] j'ai envie de toi

Na-kis wongē.
[ma sucrerie c'est ton visage] j'adore ton visage

Na-gan mal aē si tateh qete ?
Elle a déjà un copain [“à manger”] ou pas encore ?

Kē mo-yon̄teg na-gan manan aē.
Elle a joui / Cela (cadeau, chanson) lui a fait énormément plaisir.
ga-3   [ɣa] pf. <Bot> préfixe dérivatif de quelques noms de lianes ou plantes grimpantes, ex. ga-yētyēt, ga-vag, ga-tqap, ga-sēsē, ga-qiy, etc..

gayga

[ North-V °ɣa[w]e. PNCV *kaʀovine, rope’. ]

g[a]ban  (na-gban) [naɣᵐban] noun.

(1) ⟨bateau⟩  voile.

gam ‘naviguer à la voile’

na-gban ne baklap
une voile de bateau

Am̄ag, kēy leplep na-tamge so gagaleg na-gban ne ok gamgam aē.
Autrefois, on utilisait des nattes (de pandanus, tamge) pour fabriquer les voiles des voiliers.

(2) ⟨poisson⟩  nageoire dorsale, partic. assez grande pour évoquer une voile de navire.

hiyi~

[ Mota <°kabáne. PNCV gapane.  *kabanisail (n)’. ]

gadōhō  (na-gadōhō) [naɣaⁿdʊhʊ] noun. <Bot> nom d'une plante. Gnetum latifolium.

gagah  (na-gagah) [naɣaɣah] noun. <Anat> nom verbal de gah ‘assembler une structure’.

(1) armature de certaines structures confectionnées (gah) à l'aide de matériaux semi-rigides, de type rotin.

na-gagah ne tētvē
l'armature du four-à-biscuit (structure ronde, en bois léger)

na-gagah ne m̄oto
l'armature du garde-manger (en osier)

(2) (métph) ⟨homme⟩ ⟨animal⟩  côtes.

[ Mota gasorafter’. ]

gah1   [ɣah] transitive verb. <Archi>

(1) assembler ‹une structure› à l'aide de matériaux semi-rigides, du type rotin (na-gaqiy) ou autres (ex. na-gawol); faire de la vannerie.

Syn : yēt

Syn : lēg ‘attacher’

gah nō-m̄ōto
fabriquer un garde-manger

(2) (spéc) ériger la structure de ‹la maison›, édifier son armature, sa charpente. Souvent gah kal ‘assembler-monter’.

gilgeg

tēy ‘édifier ‹une maison›’

At tō gōh, veg nu-busmayaw ma-van me, gēn ōl so ‘wos’ n-ēm̄; ba ni-tiy kē en, so ‘gah’.
De nos jours, depuis l'arrivée des clous, on parle de “clouer une maison”; mais le terme authentique, c'est gah “assembler (avec des lianes)”.

Kem may gah kal n-ēm̄.
Ça y est, on a fini d'ériger la structure de la maison.

[ Mota gasoput on the rafters of a house’. ]

gal1   [ɣal] intransitive verb. mentir

(1) mentir involontairement, se tromper dans ses propos.

Syn : gayap

Ēt! No ma-gal!
Hé non, je me suis trompé!

(2) (cour) mentir volontairement, dire des mensonges, ne pas être sincère.

Nēk galgal ēwē!
Menteur! [litt. tu ne dis que des mensonges]

(3) (parf) ne pas tenir sa promesse, se parjurer.

Talōw le-mtap, lelo levete. Tog galgal!
Demain matin à six heures. Sans faute! [litt. ne mens pas!]

(4) (fig) agir pour de faux, simuler, feindre.

Kēy galgal goy ēwē.
⟨danse⟩ Ils dansent pour de faux (pas correctement).
gal1   transitive verb.

(1) mentir à ‹qqn›, volontairement ou non; induire ‹qqn› en erreur, donner une information erronée; faire une fausse promesse à ‹qqn›.

No ta-gal vēste nēk.
Je ne me permettrais pas de te mentir / Je tiendrai ma promesse, sans faute.

Nok so vap van, ba no tele gal nēk.
J'aimerais bien te répondre, mais je crains de t'induire en erreur [litt. de te mentir].

(2) faire croire qqch à ‹un enfant› pour le calmer, le consoler ou le distraire, spéc. en usant d'un stratagème mensonger; par ext. faire risette, amuser ‹un enfant›.

gal1   sf. faux, pseudo-, semi-: suffixe entrant dans quelques composés techniques, en combinaison avec des noms ou des verbes.

Ant : tiy ‘véritable’

n-ēleg-gal
⟨musique⟩ la fausse coda

nē-qēthōn-gal
⟨archit.⟩ pseudo-faîtage

no-soso-gal
pseudo-sablière (i.e. panne intermédiaire)

voyot-gal
scier à moitié, encocher

tot-gal
tailler à moitié (d'où sculpter, représenter: cf. totgal)
gal1   (na-gal) noun. mensonge, invention.

Na-gal!
C'est un mensonge!
gal1   (na-gal) excl. litt. “mensonge!” : bien sûr: expression de l'évidence. Idiom. Il faut comprendre: ‘Tu ne peux pas être sincère (gal) en me posant cette question, car tu es censé en connaître la réponse’.

Ino, na-gal!
C'est moi, évidemment! [litt. C'est moi, menteur!]

[ PNCV *kaletease, joke, deceive’. ]

gal2   [ɣal] transitive verb. Lien incertain avec gal1 ‘mentir’.

(1) souffler dans ses mains sur des feuilles pour allumer ‹un feu, n-ep›.

gal n-ep
allumer un feu

(2) souffler dans ses mains sur des feuilles magiques pour mettre en œuvre ‹un pouvoir magique, na-man›.

N-et tēytēy tēnge en ni-gal na-man nonon e tō ni-leh ne-len̄.
Le sorcier joue de son pouvoir magique, et détourne le vent.
gal3   [ɣal] transitive verb. rouler ‹fibres, ex. nu-nuy› sur la cuisse pour en faire une cordelette.

[ Mota galo. ]

g[a]la   (na-gla) [naɣla] noun. côté gauche du corps humain, spéc. main gauche.

Ant : mōtō

g[a]la   (gala) adv. de la droite vers la gauche.

Ige Arabik kēy yapyap gala.
Les Arabes écrivent vers la gauche.
galeg  [ɣalɛɣ] transitive verb. (‡) faire

Syn. familier : ak

(1) (concret) fabriquer, réaliser ‹qqch›.

ige mey a kēy ma-galeg n-ēm̄ en
ceux qui ont construit la maison

ige galeg-ēm̄
les constructeurs (de maison)

galeg na-tamn̄a
réaliser une natte

galeg n-ep
faire un feu

(2) (abstr) faire, préparer, susciter.

galeg na-ga
préparer [faire] le kava

galeg na-pyēyag
balayer [faire] les détritus

galeg ne-gengen
préparer le repas, cuisiner

Kem galeg na-wha.
On va jouer [faire] de la musique.

Ami galeg qele kimi n-ēglal.
Faites comme vous le savez.

Kēy ma-galeg na-hap mey a ne-het.
Ce n'est pas bien, ce qu'ils ont fait.

(3) (spéc) ⟨plante⟩  présenter tel ou tel stade de croissance.

Kē mal galeg na-yon.
Il a déjà [fait] son feuillage.

Ni-hnag et-galeg galsi te n-ēwan.
L'igname ne s'est pas bien développé [n'a pas bien fait son fruit].

(4) ⦗+ (a) so + Prop.⦘ faire comme si; faire en sorte que, veiller à ce que.

Nēk galeg a so nēk may dēm veteg na-haphap a kē ma-galeg tō van hiy nēk.
Tu fais comme si tu lui avais pardonné ce qu'il t'a fait.

Dōyō mas galeg a so kē mas togolgol.
Nous devons veiller à ce que (la chanson) soit parfaite.

Na-Tmat so ni-galeg so Iqet so tateh.
Satan voulait faire (en sorte) que Dieu disparaisse.

(5) ⦗+ Prop. Aoriste⦘ faire en sorte que. Forme des tournures factitives.

Nok galeg kē ni-ēh lok.
Je le ressuscite [litt. je fais qu'il revive].

(6) (fam) embêter, harceler ‹qqn›.

Tog gagaleg kē van!
Arrête de l'embêter!
galeg galsi  [ɣalɛɣ ɣalsi] transitive verb. litt. “réaliser correctement” : réparer, rafistoler ‹qqch›.

wiyis

No-tos mino me-het, nēk ta-galeg galsi vēh?
Ma lampe ne marche plus, tu peux la réparer?
galgal m̄aya  [ɣalɣal ŋ​͡mʷaja] intransitive verb. litt. “mentir drôle” : jouer la comédie, faire du théâtre pour faire rire le public; par_ext. donner une représentation théâtrale, comique ou non – ex. à l'église.

na-hye galgal m̄aya
⟨mod⟩ salle de théâtre [lieu pour jouer-la-comédie]
galgal m̄aya  intransitive verb. litt. “mentir drôle” : faire du théâtre, jouer un rôle dans une représentation scénique. Le ton peut être comique (Cf. m̄aya) ou non, comme dans les saynètes religieuses, à l'église anglicane.

m̄[a]ya [B]

gal ‘mentir’

galingoy   [ɣalinɣɔj] intransitive verb. comploter (à l'insu de qqn, den), tenir un secret.

goy ‘(13)’

Dō galingoy den kēy.
Nous parlons à leur insu, nous complotons contre eux.
galingoy   transitive verb. préparer ‹qqch› à l'insu de (den).

Dō galingoy na-tapēva gōh den kēy.
Faisons-leur une surprise de ce cadeau.
galsi  [ɣalsi] adv. (cour) bien, correctement, tout à fait.

Nēk te-mtiy galsi qiyig.
Tu verras, tu vas très bien dormir ce soir.

Kōyō m-etgoy galsi ēntēyō.
Tous deux ont pris grand soin de leur enfant.

Nok et-ēglal galgalsi te.
Je ne m'y connais pas parfaitement.

Nēk hohole galsi den no.
Tu parles encore mieux que moi.
gam  [ɣam] intransitive verb. ⟨bateau, marins⟩  naviguer à la voile, faire voile sur l'océan. L'usage des pirogues à voile est aujourd'hui quasiment perdu.

gaban ‘voile’

vak

n-ok gamgam
voilier [pirogue qui fait voile]

Ni-siok vitwag gamgam tō agōh !
Une voile à l'horizon! [litt. une pirogue fait voile ici]

[ Mota gam̄osail, make a sailing voyage’. ]

gamat  (na-gamat) [naɣamat] noun. <Bot> nom générique de quelques plantes.

[ Mota gamata nin̄nin̄. ]

gamatqey  (na-gamatqey) [naɣamatk​͡pʷɛj] noun. <Pois> “Mulet à queue carrée”, poisson récifal. Mugil vaigiensis.

ganah

gamlala  (na-gamlala) [naɣamlala] noun. <Anat> veine

[ Mota gapalaotendons, veins’. ]

gamteg  [ɣamtɛɣ] transitive verb. mener, amener ‹qqn› qqpart (à pied); servir de guide à ‹qqn›, accompagner.

tēy

Nēk so gamteg kē me.
Conduis-la jusqu'à moi.
g[a]nah  (na-gnah) [naɣnah] noun. <Pois> “Mulet à queue bleue”, poisson récifal. Mugil seheli. ◈ Le mulet est pêché en énormes quantités à l'occasion de fêtes, lesquelles impliquent des repas collectifs. Pour cela, une demi-douzaine d'hommes part quelques jours pour l'île voisine d'Ayô, et rapportent des centaines de ces poissons

[ Mota ganase. PNCV, POc *kanase. ]

ganwon  [ɣanwɔn] adv.

(1) (faire V) subitement, à l'improviste, sans crier gare.

Na-sm̄al me-sm̄al ganwon.
La pluie est tombée subitement, sans qu'on s'y attendît (sans aucun signe avant-coureur).

(2) (faire V) d'un coup sec (?).

Kē mē-hēlat ganwon nē-nlon.
Il lui trancha la gorge d'un coup sec.

[ Mota ganawonowantonly, carelessly’. ]

gap  (na-gap) [naɣap] noun. <Zool> crabe, nom générique.

nē-lwo gap
pince [‘dent’] de crabe

Na-gap ma-sak lō den na-qyan̄ nonon.
Le crabe a émergé de son trou.

[ POc *kape. ]

gap1   [ɣap] intransitive verb. voler, spéc. en battant des ailes (opp. hal 'flotter').

Ne-bem so ma-gapgap lelo ēm̄ en, vasem so hiqiyig ta-van qiyig me.
Si un papillon vole dans la maison, c'est le signe que quelqu'un va nous rendre visite.

[ Mota gavato fly with flapping wings’. POc *kapak. ]

gapluwyeg  [ɣapluwjɛɣ] transitive verb. renverser ‹liquide› par mégarde, en faisant un faux geste.

luwyeg ‘déverser’

Yugo ma-gapluwyeg ni-gli wōm̄ēl naman.
Y. a renversé son jus d'orange.
gapwut  [ɣapwut] transitive verb. soulever ‹le sol›, en faisant un petit monticule.

wut

wōq

Gēn wōq nē-tqē mi nē-qētah kē ni-yoy, tō gapwut.
⟨plantage des ignames⟩ On laboure le champ en y enfonçant un bâton-à-fouir, puis (en faisant levier) on soulève la terre.

Ni-hnag ta-gapwut vēh nē-vētan.
L'igname est capable de soulever la terre (en poussant par en-dessous).
gapyuy  (na-gapyuy) [naɣapjuj] noun. <Bot>

Na-glon en, ne-mtēltēl qele na-gapyuy a hag lē-m̄ēt en.

[  < °ɣa-βaruru. ]

gaqiy  (na-gaqiy) [naɣak​͡pʷij] noun. <Bot> rotinFlagellaria spp. ◈ Une fois écorché (nin), le rotin est utilisé pour coudre (tigiy) au toit les bandes de feuilles de sagoutier (no-yot). D'autre part, cette même plante est utilisée en médecine.

gasel  (na-gasel) [naɣasɛl] noun.

(1) (gén) couteau.

(2) (partic) grand couteau de brousse, à lame longue et solide, env. 50 cm. Ce couteau reçoit de très nombreux usages techniques: pour se frayer un chemin en forêt, pour travailler le bois (Cf. teh, tot), pour faire la cuisine (Cf. siy, wul), etc. Quasiment chaque individu possède son propre couteau.

ga-sēsē  (na-gasēsē) [naɣasɪsɪ] noun. <Bot>

(1) nom d'une plante (Amaranthacées). Cyathula spp.

(2) arc-en-ciel.

gatakōn̄kōn̄  (na-gatakōn̄kōn̄) [naɣatakʊŋkʊŋ] noun. <Bot> nom d'une plante (Lauracées). Cassytha filiformis.
gatam  (na-gatam) [naɣatam] noun. <Bot> nom d'une plante (Légumineuse). Canavalia maritima.
gatay   [ɣataj] transitive verb.

(1) évoquer, parler de ‹qqch›; mentionner, citer ‹(le nom de) qqn›.

Kem mō-yōstiwag en, kemem ma-gatay se na-he.
Au cours de notre réunion, nous avons également cité ton nom.

Na-he taq tō gōh kē, kēy et-gatay te van namwumwu namu.
Dans cette ode en ton honneur, ils ont oublié d'évoquer ton travail.

(2) (péj) médire de ‹qqn›, faire courir des bruits sur ‹qqn›.

Syn : lēlēlhiy

Nēk tog gagatay n-et qele nen!
Cesse de médire sur les gens!
gatay   adv. ⟨après V de parole⟩  à propos de, au sujet de ‹qqn, qqch›; (parler) de.

Syn : bE-

Syn : veg

Nok hole gatay na-laklak to-M̄otlap.
Je vais parler des [litt. parler-mentionner les] danses de Motalava.

Dō ma-kaka gatay tō en, et-misin goy qete en!
Mais on vient tout juste d'en parler!

[ Mota <°gato-tara.  gatotalk’.  taramention a person's name’. ]

gatgat   [ɣatɣat] transitive verb. (‡) parler ; spéc. parler ‹une langue étrangère›.

Syn. familier : hohole

Ige qoywon, kēy gatgat nono-y mi na-mne-y.
Les sourds ont la particularité de parler avec les mains.
gatgat   (na-gatgat) noun. (‡) langue, dialecte.

Syn. familier : hohole

Syn. familier : vap

lanwis

na-gatgat to-M̄otlap
la langue de Mwotlap, le mwotlap

Kē et-ēglal te na-gatgat nongēn.
Elle ne connaît pas notre langue.

ige tēytēybē ne gatgat
[les médecins des langues] les linguistes

[ Mota gatospeak; talk another language’. ]

gatgoy  [ɣatɣɔj] transitive verb. : interdire.

[ Mota gato goro. ]

gat + goy1.

gatqap  (na-gatqap) [naɣatk​͡pʷap] noun. <Bot> nom d'une plante (Convolvulacées). Merremia peltata.

[ Mota taqava. ]

gatqēh  (na-gatqēh) [naɣatk​͡pʷɪh] noun. <Bot>
gavag  (na-gavag) [naɣaβaɣ] noun. <Bot> sorte de pandanus, bsl. Big-pandanas. Pandanus spp.

vag

gavan̄  (na-gavan̄) [naɣaβaŋ] noun. <Bot> nom d'une plante (Smilacacées). Smilax spp.
ga-vey  (na-gavey) [naɣaβɛj] noun. <Bot> plante grimpante liée au bourao.

vey

gavilvil  (na-gavilvil) [naɣaβilβil] noun. : liens du balancier (na-sam), fixant les rivets (nē-mtot, cf. mētot) aux extrémités des jougs de raccordement (nē-wtē).

ga-3 + vil.

gawol  (na-gawol) [naɣawɔl] noun. <Bot> rotinFlagellaria spp. ◈ Techn. Cette variété de rotin est utilisée en guise de corde, pour fixer la charpente des constructions temporaires (na-tvēlgapye) ; pour les constructions plus durables, partic. pour attacher le toit, on préfère la variété na-gaqiy.

Nok nin na-gawol, tō yēt maymay nē-qētēnge aē.
J'effibre mon rotin, puis je l'utilise pour attacher les poutres.
ga-wow  (na-gawow) [naɣawɔw] noun. <Bot> plante (non identifiée).

ga-wuh  (na-ga-wuh) [naɣawuh] noun. litt. “kava (ga) qui frappe (wuh)” : état d'ivresse due au kava, mêlant relaxation et somnolence.

Na-gawuh ma-bah?
Alors, on dessaoûle [l'ivresse au kava est terminée]?
gay1   [ɣaj] pf. semi-, à moitié: préfixe faiblement productif.

gay2   [ɣaj] intransitive verb. serrer les dents....

gayēy

gaymōm

[ Mota garagarato clench the teeth’. POc *kaʀatbite’. ]

gay qul goy  transitive verb. recouvrir ‹objet, orifice› de façon incomplète (gay), ex. boucher l'ouverture d'une caverne à l'aide d'une grande pierre.

qul [A]

g[a]yaq  [ɣajak​͡pʷ] adj. neuf

[ Mota garaqa. PNCV *kara-bʷa. ]

gayeh  (na-gayeh) [naɣajɛh] noun. <Bot> nom d'une plante (Schizéacées). Lygodium reticulatum.
gayētyēt  (na-gayētyēt) [naɣajɪtjɪt] noun. <Bot> plante (Agavacées), bsl. Nangaria. Cordyline terminalis. ◈ Ses feuilles sont utilisées comme une ficelle (ga-3) pour nouer (yēt) les paquets de laplap à cuire au four.

gayga  (na-gayga) [naɣajɣa] noun. <Bot>

(1) nom générique des lianes et plantes grimpantes.

ga-

Kem tot na-gayga, yoweg hoyo hiy nē-vēthiyle.
On coupe une liane, et on l'étend dans toute sa longueur sur la plage.

(2) liane en tant qu'elle est investie d'une fonction (ex. pour attacher, relier, accrocher, délimiter, etc.); par anal. corde, cordon, ficelle, fil, câble, fil électrique.

na-gayga mōmō
cordon de poissons

Ige lōqōvēn kēy ye yosveg nō-mōmō, kēy tabay la-gayga nonoy.
Les femmes attrapaient force poissons, et les enfilaient un à un sur leurs cordons.

Kēy wōkwōk na-qyan̄, kēy yoweg na-gayga, kēy wōkwōk na-qyan̄…
⟨culture de l'igname⟩ Ils creusent un trou, tendent un cordeau, creusent un autre trou…

Kē ni-lēg na-gayga van lē-qēthōn, tō ni-lēg mat kē aē.
Après avoir fixé la corde à la poutre faîtière, il se pendit, et rendit l'âme.

Kēy lep na-gayga tō kēy susuy ne-qen aē.
Avec une ficelle, on confectionne un filet.

na-gayga yapyap
fil de pêche, ligne

[ PNCV <°ˌɣaro-ˈɣae. North-V *kaʀovine, rope’.  °ɣa[w]eliana, vine, rope’. ]

gaygay1   [ɣajɣaj] intransitive verb. gratter, démanger.

ēlag ‘urticaire’

gaygay1   (na-gaygay) noun. <Méd> la ‘gratte’: nom générique des maladies de peau prurigineuses (teigne, mycose).

Na-gaygay aē mi kē.
Elle a la teigne.

[ PNCV *kaʀa-tistinging, itchy’. ]

gaygay2   (na-gaygay) [naɣajɣaj] noun. <Pois> litt. “qui gratte / donne la gratte (?)” : poisson récifal: Eleotris à raie bleue. Valenciennea strigata (?).

gayme~  (na-gayme~) [naɣajmɛ] -. <Anat> langue

(1) ⟨humain, animal⟩  langue.

na-gayme m̄at
langue de serpent

Nē-bē sewsew me-sqo na-gaymek.
Je me suis brûlé la langue avec le thé.

Kōyō vēy-wesewseg na-gaymayō.
Ils s'embrassent sur la bouche [litt. se tirent la langue l'un l'autre].

(2) ⟨fleur⟩  pistil.

[ Mota garam̄ea-i. POc *kaʀamaya. ]

gaymōm  [ɣajmʊm] adv. ⦗+ V de parole⦘ (parler) en marmonnant, sans articuler, de façon incompréhensible.

Ige susu, kēy hohole gaymōm.
Les enfants, ça babille. [parler-marmonner]

Nok sese-eh gaymōm ēwē, veg nok et-ēglal te na-vavap nan.
Je chante un peu dans ma barbe / sans articuler [chanter-marmonner], car je ne connais pas les paroles.
gayte  (na-gayte) [naɣajtɛ] -. morceau ; moitié. Synt. On a soit /na-gayte + nom sans article/ ‘morceau de N’, soit /N na-gayte-gi/ ‘N son morceau’.

na-tkel-gi ‘morceau’

na-gayte gengen
un morceau de nourriture

nō-wōl na-gayte-gi
demi-lune

Na-lo vētēl na-gayte-gi.
Il est trois heures et demi.

Nō-bōk mino mal gayte-gi.
Mon cahier en est à sa moitié.

[ Mota garataifragment, remnant’. ]

ge1   (°na-ge) [naɣɛ] noun. chose
ge2   (ne-ge) [nɛɣɛ] noun. hameçon

[ Vurës <°káu. POc ɣo.  *kawil. ]

-ge3   [ɣɛ] sf. SufPers
geay  (ne-geay) [nɛɣɛaj] noun. enclos

[ Mota geara. PNCV *ara. POc *qaʀa(r). ]

geg  (ne-geg) [nɛɣɛɣ] noun. <Bot> fleur. Amaranthus gangeticus.

[ Mota gegaan amaranthus’. PNCV *kekacockscomb plant’. ]

geh  [ɣɛh] adj. Synt. Tantôt épithète d'un nom; tantôt adjoint (après un prédicat).

(1) chacun, les uns comme les autres, tous autant qu'ils sont. Marque du Distributif, consistant à distribuer un même prédicat en parallèle, sur plusieurs référents pris séparément. Du fait de sa valeur de Distributif, la forme en geh s'apparente parfois à une sorte de pluriel.

Ige to-M̄otlap geh anen.
Tous ces gens-là sont de Mwotlap (tous autant qu'ils sont).

Ige geh nen, qulqul nonoy geh aē.
Les (filles) que tu vois là, toutes autant qu'elles sont, elles ont déjà toutes un petit ami.

Kēy gapgap geh ēgēn!
⟨démons ailés⟩ Ils prirent tous leur envol (les uns après les autres, séparément).

Iqet mi-tin̄tin̄ n-et geh.
Iqet créa les hommes, les uns après les autres.

Kēy goy vētgi me, ne-ptig geh na-kaskas lē-qtēy.
Les voici qui arrivent en foule, avec chacun une fleur dans les cheveux.

No-yobem gōh e, na-hek na-taq geh aē.
Dans ce livre, mon nom apparaît plusieurs fois.

Kem et-ēglal te na-kaka geh gōh en.
Nous on ne connaît pas toutes ces histoires-là.

Iyē geh nen?
Qui est-ce? Qui sont ces personnes? (quels sont leurs noms aux uns et aux autres?) – Cf. iyē.

(2) ⦗+ négation⦘ aucun, pas du tout.

Tateh ipluk geh.
Je n'ai aucun ami.

Tateh et geh le-pnō, ige del mē-qēt bi-hilhil !
Il n'y a absolument personne au village, ils sont tous partis aux champs.

Tateh gengen geh so kēy so gen.
Ils n'avaient rien [du tout] à manger.

No et-ēglal geh te.
Je n'en sais rien du tout.
g[e]mel  (na-gmel) [naɣmɛl] noun. <Hist> maison des hommes, bsl. nakamal. Désigne plusieurs sortes de maisons communes réservées aux hommes, et associées à l'exercice du pouvoir.

(1) (arch) palais, maison privée des dignitaires (welan), dans la société ancienne. Parf. terme noble pour désigner la ‘maison’ (n-ēm̄), dans les contes et mythes. La possession d'un haut rang (nō-sōq, welan) obligeait son détenteur à certaines restrictions, partic. de ne pas sortir, durant certaines périodes, de sa maison (na-gmel). Celles-ci étaient anciennement ornées de sculptures en bois, de part et d'autre de leur porte d'entrée.

Iqet mitiy tō a le-gmel nonon.
⟨mythe⟩ Iqet était en train de dormir dans sa demeure.

(2) maison sacrée, dans laquelle se déroulait une partie des cérémonies d'intronisation des dignitaires de haut rang (cf. nō-sōq), dans la société ancienne.

(3) (cour) maison destinée aux chefs (mayanag) de village, voire plus largement aux hommes adultes. Partic. désigne la maison du conseil municipal (également appelée n-ēm̄ qos). Ces constructions ne sont pas seulement le lieu de délibérations collectives, mais aussi de diverses cérémonies politiques ou sociales, voire de détente. En particulier, le na-gmel est depuis toujours associé à la consommation du kava (na-ga), le soir au coucher du soleil.

(4) (par ext) maison destinée à la consommation du kava, y compris sous la forme moderne et urbaine du kava-bar, où l'on paye le kava au verre. Bien que la formule soit originaire de la ville, le premier kava-bar s'est ouvert à Mwotlap en 1998.

[ Mota gamalclub-house of suqe, or of a single high rank’. POc *kamali(ʀ)men's house’. ]

gen1   [ɣɛn] transitive verb. <Ethn> manger

(1) manger ‹viande, légume+›. Pour l'anthropophagie, on utilise kuy ‘croquer’.

Gen !
Mange-le !

Kem me-gen nō-mōmō, kem me-gen ne-beg…
Nous avons mangé du poisson, nous avons mangé du fruit-à-pain…

(2) (fig) subir ‹qqch de pénible›; être obligé de recevoir ou de faire qqch, sous forme d'une épreuve à passer (cf. fr. “avaler la pilule”, “déguster”).

ga~

No mal tēytēy bah nō-wōlin̄lin̄yeg, tō nēk gen ēgēn !
⟨jeu des cailloux dans le sable⟩ Ca y est, j'ai caché les jetons, à toi de les manger maintenant ! [i.e. fouiller le sable avec la main]

(3) litt. “manger les jours de qqn” : prendre un repas pour célébrer ‹un certain nombre de jours, nō-qōn̄*› depuis le décès de qqn; d'où accomplir une cérémonie familiale en l'honneur d'un mort.

Kem gengen nō-qōn̄ son̄wul nonon ēgēn.
Aujourd'hui, nous célébrons [litt. mangeons] le dixième jour (de son décès).

(4) litt. “manger un four” : gravir un échelon dans la hiérarchie des rangs initiatiques. Au cours d'une cérémonie secrète, l'impétrant devait manger ‹le contenu d'un four›, parmi les douze fours-à-pierres (na-qyēn̄i) correspondant aux douze rangs du cursus initiatique (nō-sōq); d'où acquérir ‹tel rang›. L'objet de gen est soit le nom na-qyēn̄i ‘four à pierres’, soit l'un des douze rangs initiatiques.

Kē me-gen nē-tētuw ; kē me-gen na-lan.
Il a gravi [litt. mangé] le rang netetuw, il a gravi le rang nalan.

(5) ⟨feu n-ep consumer, brûler.

lal

N-ēm̄ mino, n-ep me-gen qēt.
Ma maison a été entièrement brûlée.

N-ep me-gen mat kē.
Il est mort dans un incendie [le feu l'a mangé-tué].

[ PNCV, POc *kani. ]

gen2   (ne-gen) [nɛɣɛn] noun. <Ins> grosse fourmi noire, venimeuse. Solenopsis geminata.

didi

[ PNCV *kadiblack biting ant’. ]

gen heylō  ~ gen vaywēg  transitive verb. (d'où) litt. “manger de bout en bout” : franchir l'ensemble des échelons du cursus initiatique (nō-sōq) représentés dans ‹la maison initiatique na-gmel›; d'où compléter entièrement le cursus des grades, atteindre au rang suprême.

gen [1]

Ma-bah ēgēn. Kē me-gen heylō na-gmel.
Voilà, c'est fini: il a franchi toutes les étapes de [litt. mangé entièrement] la maison initiatique.
gengen   [ɣɛnɣɛn] intransitive verb. prendre son repas, manger.

Sōwō, gengen!
[allez, on mange] À table!

Nok gengen, ba na-maygay ni-akak no.
J'ai beau manger, j'ai encore faim.

gengen tot-matap
manger le matin, petit-déjeûner

gengen lēwomyen
manger le midi, déjeûner

gengen yēpyep
manger le soir, dîner

gengen mamah
[manger sec] jeûner

gengen tuvusm̄el
[manger grand-chef] manger avec les doigts, à même le plat
gengen   transitive verb. manger ‹qqch› habituellement, être mangeur de.

No ne-gengen ēwē nō-mōmō.
Je ne mange que du poisson.
gengen   (ne-gengen) noun.

(1) nourriture, aliments.

Ne-gengen nagangēn ma-bah qēt.
Nous n'avons plus rien à manger.

(2) (spéc) ⦗en prédicat⦘ chose comestible, qui se mange.

Na-ptel gōh et-gengen te.
Ce (genre de) banane ne se mange pas [litt. n'est pas un aliment].

(3) repas, spéc. repas collectif; d'où fête, rassemblement autour d'un repas collectif.

lavēt

Kēy so galeg ne-gengen liwo.
Ils vont faire un grand repas collectif.

[ PNCV *kani-kanioccasion of eating (feast, meal); food’. ]

gengen vasgēt  transitive verb. donner un repas de bienvenue pour ‹qqn›.

vasgēt

Ant : gengen vētleg ‘repas d'adieu’

gentel  (ne-gentel) [nɛɣɛntɛl] noun. <Pois> Perche tricolore, poisson récifal. Pterocaesio tile.

g[e]sew  (na-gsew) [naɣsɛw] noun. <Bot> arbre, variété sauvage de navel (ne-vel, na-wtag). Barringtonia racemosa.

get1   (ne-get) [nɛɣɛt] noun. panier

boy(boy)

tan̄

[ PNCV *kete. ]

gey   [ɣɛj] intransitive verb.

(1) évoluer dans l'eau, en touchant le fond ou non; marcher dans l'eau, passer à gué – partic. entre la plage de Lahlap et l'îlot d'Aya.

(2) (spéc) nager, évoluer dans l'eau sans toucher le fond.

suwsuw ‘se baigner’

No me-gey ēwē.
Je n'ai plus pied [litt. je nage seulement].

Nē-nētm̄ey ni-geygey misimsin, na-bago ni-n̄it kē.
L'enfant nageait trop lentement, il s'est fait mordre par le requin.

Kōyō me-gey i gey i gey e, gey yow dēn̄ ni-siok.
Tous deux se mirent à nager, nager, nager, jusqu'à la pirogue.

(3) (Arg) se barrer, filer, partir.

Kē may gey!
Ça y est, elle s'est barrée! [litt. elle a nagé]

Nok so gey m̄ōl ēagōh.
J'ai envie de me tirer. [de nager-rentrer]

Nēk te-gey vēh !
[litt. tu peux aller nager] Va voir ailleurs si j'y suis!

Ukēg kēy, kēy te-gey vēh!
Laisse-les tomber, qu'ils aillent au diable!
gey   transitive verb. faire avancer dans l'eau ‹qqch qui flotte›, alors que l'on est soi-même dans l'eau.

gey hay

gey ni-siok le-naw
pousser une pirogue sur les flots (en nageant à côté, ou en marchant dans l'eau)

gey na-hay
⟨technique de pêche collective⟩ avancer dans l'eau en poussant le filet-de-coco (na-hay)

[ PNCV *karuswim, bathe’. POc *kaʀu. ]

gey hay  voi. “pêcher à la liane”: se livrer à la pêche collective, à l'aide de la grande liane de pêche (na-hay). Cf. encadré

gey [B]

Yatkel mahē, ige yoyoweg goy nō-mōmō mi na-hay lililwo, a so ‘gey hay’ en.
De temps à autre, on encercle le poisson avec une immense liane de pêche, c'est ce qu'on appelle ‘gey_hay’.
g[e]yeh   [ɣɛjɛh] transitive verb. râper

(1) râper, spéc. râper la pulpe de la noix de coco, à l'aide d'un coquillage (ni-vingey) ou d'une planche à râper (nē-qēt-geyegyeh).

yah ‘râper (tubercules)’

(2) (rare) gratter ‹une surface rugueuse›, ex. avec ses ongles.

gaygay ‘se gratter’

g[e]yeh   (na-gyegyeh) noun. action de râper ; résultat de l'action de râper: nourriture (ex. coco) râpée.

na-gyegyeh mitig
coco râpée [du râpé de coco]

[ Mota <°korási. POc gorasscrape out, grate, the hard meat of coconut with cockle-shell’.  *korasscrape (coconut meat)’. ]

gēl  [ɣɪl] intransitive verb. proférer des insultes (à qqn, hiy), engueuler.

vēy-gēl ‘s'engueuler’

Nitog gēlgēl me hiy no! Nok et-ak te na-hap mey ne-het hiy nēk.
Arrête de m'engueuler, je ne t'ai rien fait de mal!

[ Mota goluse angry language’. ]

gēlqaqa   [ɣɪlk​͡pʷak​͡pʷa] intransitive verb. litt. “outrager stupidement” : jurer, dire des gros mots, proférer des insultes (à qqn, hiy).

Nēk so gēlqaqa, nēk ganganoy.
Si tu dis des gros mots, tu commets un péché.
gēlqaqa   (nē-gēlqaqa) noun. gros mots, jurons.

Nēk vatne bah nē-gēlqaqa en, tō nēk qoyo ēglal galgalsi na-gatgat.
Commence par apprendre les gros mots, et tu connaîtras parfaitement la langue.
gēmteg  [ɣɪmtɛɣ] transitive verb. saisir ‹qqch› avec le pied.

sēmteg ‘pousser du pied’

Nēk mē-gēmteg kal nē-qētēnge.
Tu as soulevé un bâton avec le pied.
gēn1   [ɣɪn] pp. nous, i.e. moi & toi & eux/elles (>1) ; 1inc Pluriel.

igēn

dōyō

ēntēl

ti-mi-gēn

[ PNCV *kida. POc *kita. ]

gēn2   [ɣɪn] dx. là, ça, voici. Déictique de troisième degré, à valeur de démonstratif focalisé. Rem. La forme conclusive gēn est employée uniquement en fin d'énoncé assertif ou exclamatif (opp. nōk partout ailleurs). Lorsque gēn constitue lui-même le prédicat, il prend la forme igēn.

(1) ⦗déixis spatiale⦘ ici, là, là-bas. Réfère à un endroit précis, désigné physiquement (avec la main ou la tête), qu'il soit proche ou éloigné. Souvent précédé d'un directionnel spatial.

No ne-myōs mey gēn!
Je veux celui-là!

Intik gēn!
Voici mon fils.

Na-ln̄e eh vanvan me gēn!
J'entends un chant qui me vient de ce côté…

At yak tog yow gēn, nēk et?
Tiens, regarde là-bas (vers la plage)! Tu vois?

Ete n-ēm̄ mino a hag gēn, a isqet n-ēm̄-yon̄ en.
Ma maison, la voici là-bas (vers l'est), à côté de l'église.

(2) ⦗référence temporelle⦘ voici que; maintenant. Pointe sur le présent d'énonciation.

ēgēn

Na-vap t-am̄ag nan ni-bah hōw gēn.
⟨formule de clôture⟩ C'est ici/ainsi que (mon histoire) se termine.

(3) ⦗référence à la situation⦘ ceci, voici, ainsi. Réfère à une action (gestes+) en cours.

Ne-hyo tege qele gēn.
⟨accompagnant un geste des mains⟩ C'était à peu près long comme ceci.

Nēk laklak qele gēn!
⟨accompagnant une démonstration par le locuteur lui-même ou par un autre⟩ Voici comment tu dois danser.

(4) ⦗référence au discours⦘ voici, comme ceci. Réfère aux paroles du contexte immédiat, soit juste avant (fr. ‘voilà’, pour conclure), soit juste après (fr. ‘voici’, pour introduire la suite).

Kē gēn!
Voilà, c'est ça! (comme tu dis).

Tō ni-bah. Na-maltē ēwē gēn.
(L'histoire) est finie. Voilà, c'est très court.

Tō kē vēlēs gēn.
Voilà, c'est tout.

Tō no-towtow-eh e, ikē qele gēn.
⟨conclusion⟩ Voilà donc en quoi consiste la poésie.

N-eh nan qele gēn:…
⟨introduction⟩ Voici ce que donnait la chanson en question [litt. le chant était comme ceci]: …

No-woslēgē en, kē qele gēn, so: …
Le mariage traditionnel, voici comment ça se passe [litt. c'est comme ceci]: …
gēpne~  (nē-gēpne~) [nɪɣɪpnɛ] -. <Anat> aisselle

gēpnah

[ PNCV <°káviná-.  *ʔavi-ŋaarmpit’. ]

gēt1   [ɣɪt] adj. raide, rigide.

hag gētgēt
[s'asseoir raide] être accroupi

Na-lwek mē-gēt.
Je suis en érection.

Nē-gēt?
⟨allusion sexuelle⟩ Alors, en forme? [litt. elle est bien raide?]

[ Mota getrise, stand, stiffly’. ]

gēt2   [ɣɪt] transitive verb. (rare) détester, haïr.

gēt3   (nē-gēt) [nɪɣɪt] noun. <Pois>

(1) Picot cerclé, poisson récifal. Siganus doliatus.

(2) (ou bien) “Picot varié”, poisson récifal. Siganus sp.

g[ē]tē  (na-gtē) [naɣtɪ] noun. <Zool> Pagure ou Bernard-l'ermite, petit crustacé qui se loge dans des coquillages. Pagurus spp. ◈ On le donne en appât aux poissons pour la pêche à la ligne (yapyap). Dans les contes animaliers, il a parfois le rôle de la petite bête fragile mais maline.

[ Mota gatou. PNCV, POc *katou. ]

g[ē]vēg  (na-gvēg) [naɣβɪɣ] noun. <Bot> pomme canaque, bsl. Nakavika. Syzygium malaccense.

[ PNCV *kavika. POc *kapika. ]

g[ē]vēg gan tamat  (na-gvēg gan tamat) [naɣβɪɣ ɣan tamat] noun. <Bot>

(1) litt. “pommier-canaque bon à manger pour les Esprits” : variété sauvage, non comestible, de Pomme canaque (na-gvēg), bsl. Wael_kavika. Syzygium spp.

(2) nom du principal motif traditionnel de dessin sur le sable, aux formes géométriques.

gēy  (nē-gēy) [nɪɣɪj] noun. <Bot> pandanusPandanus tectorius.

ga-vag

yōpdēge ‘(feuilles de) pandanus’

[ Mota gire. PNCV, POc *kiʀePandanus tectorius’. ]

gēybak  (nē-gēybak) [nɪɣɪjᵐbak] noun. <Bot> nom d'un arbre. Syzygium spp. ◈ Arbre assez solide pour fournir les piliers (na-han̄) dans la construction de maisons

gēymet  [ɣɪjmɛt] adj. variante longue de met2.

(1) ⟨noix, amandes⟩  mûr.

met [2]

Na-wtag mal gēymet.
Les navelles sont mûres.

(2) (métph) ⟨qqn⟩  d'âge mûr, adulte.

Syn : mata

Kē mal liwo, kē mal gēymet.
Elle a grandi, elle est adulte.

[ Cfmet2. ]

-gi  [ɣi] sf. suffixe.

bahne-gi
le dernier

vōyōne-gi
le second

na-gayte-gi
la moitié

na-tvel-gi
un morceau

tekel-gi

taval-gi
de l'autre côté
gil  [ɣil] transitive verb. creuser

[ PNCV <°kíli. POc *k(e,i)li.  *kelito dig’. ]

g[i]li~  (ni-gli~) [niɣli] -.

(1) jus ‹fruit, végétal›.

ni-gli wōm̄ēl
jus d'orange

ni-gli yan̄yan̄
jus extrait des feuilles d'Acalypha

(2) (gén) liquide.

gin  [ɣin] transitive verb.

(1) pincer ‹qqch, qqn›, avec le pouce et l'index.

Gin gin i gen e
⟨comptine⟩ Pince pince la fourmi

(2) (partic) arracher un par un les folioles de ‹fougère Cycas ne-m̄el›, pour décompter les jours.

m̄el*

gin m̄aya

Imam nonon gin ne-m̄el van nō-qōn̄ son̄wul nen en, e tō kē ni-van lok me.
Son père détacha une à une les folioles de son Cycas pendant dix jours, puis il revint vers lui.

[ PNCV *kini-tipinch, nip’. POc *ŋkinit. ]

gin m̄aya  transitive verb. litt. “pincer drôle” : pincer pour faire rire, chatouiller.

gin

Tog gingin m̄aya kē van!
Arrête de la chatouiller!

gingin m̄aya  transitive verb. litt. “pincer drôle” : chatouiller.

m̄[a]ya [B]

gin ‘pincer’

gismamat   [ɣismamat] transitive verb. (‡) préparer ‹repas collectif, fête›.

Syn : tēymat ‘préparer’

Kēy hay ne-qet, gil ni-hnag, wuh no-qo, gismamat qēt ne-gengen nagay del ēgēn.
Ils récoltent des taros, déterrent des ignames, abattent des cochons… et préparent ainsi un immense repas pour tout le monde.
gismamat   intransitive verb. accomplir tous les préparatifs, spéc. pour un repas collectif ou une fête.

Gēn so gismamat ēgēn.
C'est le moment de commencer les préparatifs (pour la fête).
gismamat   (ni-gismamat) noun. préparatifs d'une fête.

Na-tamn̄a en, gēn te-vet yosveg vēh lō-qōn̄ vitwag woy ēwē, yakhagyeh a bi-gismamat be-leg.
Les nattes, il arrive qu'on en tresse un grand nombre en une seule journée – en particulier lors des préparatifs d'un mariage.

[ Mota gismamateget ready beforehand, prepare overnight’. ]

git  (ni-git) [niɣit] noun. <Ins> pou.

lōp

ni-git vey

[ PNCV, POc *kutu. ]

gityak  [ɣitjak] intransitive verb. ⟨homme⟩ ⟨animal⟩  courir, partir en courant.

Syn : plag

gog  (no-gog) [nɔɣɔɣ] noun. <Bot> arbre (Euphorbiacées), bsl. Navenue. Macaranga dioica.

gog  (no-gog m̄am̄al) noun. <Bot> Macaranga tanarius.

[ PNCV, PEO *kokaBischofia sp.’. ]

goh  [ɣɔh] transitive verb. écorcer

[ PNCV *koso-mito husk a coconut’. POc *kojom. ]

golgol  [ɣɔlɣɔl] intransitive verb. faner, se rider ?.

[ PNCV *kolowither’. ]

gom   [ɣɔm] adj. (tomber ou être) malade.

Nēk tiple gom aē.
Attention de ne pas tomber malade.

No-momyiy m-ak no, nok so gom.
J'ai froid, je vais tomber malade.

Kē mo-gom e tō kē ni-mat.
Il est mort de maladie [Il était malade et puis il est mort].
gom   (no-gom) noun. maladie, pathologie.

n-ēm̄ gom
[maison de maladie] dispensaire, hôpital

no-momyiy gom
[le froid maladie] le paludisme

[ Mota gopato be sick, ill’. ]

gon1   [ɣɔn] adj. ⟨nourriture, boisson⟩  amer, aigre ; qui a un mauvais goût.

Ant : neneh ‘sucré, délicieux’

Ne-gengen gōh kē no-gon naw.
Ce plat est amer (comme le) sel !

Na-ga kē no-gon!
Le kava, ça a un goût bizarre.

[ PNCV *konabitter’. POc *(ŋ)kona. ]

gon2   [ɣɔn] intransitive verb.

(1) ⟨qqch⟩  être bloqué, coincé, accidentellement immobilisé.

gongon ‘occupé’

Kem hag day so nō-mōmō so ni-gon lelo qen.
On attend que le poisson vienne se prendre dans le filet.

Ēt! Ne-qen mo-gon le-vetvet!
Aïe ! Le filet s'est pris dans les rochers !

(2) ⟨fil⟩  embrouillé, inextricable.

Syn :

vogongon

(3) (par ext) ardu, difficile, compliqué.

Syn : meh

Syn : galēs

Syn : vēgih

gon2   intsf. Intensificateur du vb d'état mētēmteg ‘avoir peur, être effrayé’. Cf. fr. “bleue” dans “une peur bleue”.

No ne-mtēmteg gon na-bago.
J'ai une peur bleue des requins !

[ Mota gonaentangled, intricate, so difficult; to be engaged, occupied’. PNCV *konacaught, tangled’. ]

gon3   [ɣɔn] transitive verb. <Techn>

(1) enfoncer un objet long et pointu (ex. sagaie) dans ‹un objet plus large›: poignarder, harponner ; ficher, planter, transpercer. Sém. Pour gon, l'agent ne lâche pas l'objet pointu (kay ‘décocher ‹flèche›’, es ‘lancer ‹sagaie, couteau›’); il l'enfonce en le tenant d'une main (wōq ‘enfoncer des deux mains’). Enfin, gon implique que l'objet large est transpercé de part en part (opp. hig).

gon goy

Kēy mo-gon Jises.
Ils ont frappé Jésus d'une lance.

Gon bat ni-vinhe tiwag mi nē-qētah, tō na-ptōy nan ni-m̄lō.
On enfonce une perche [cf. nē-qētah] dans le bambou, afin d'en transpercer les nœuds.

Luw na-qyan̄, tō gon maymay nō-tōti han̄, kē taple mōmōgēg.
On creuse un trou, puis on y enfonce solidement le pilier [na-han̄], pour l'empêcher de branler.

(2) (partic) tasser ‹la terre› à l'aide d'un bâton lourd tenu à deux mains, à l'endroit où l'on est en train de dresser (vētgiy) un poteau, ex. dans la construction d'une maison. Le but de ce geste est de raffermir le sol à cet endroit, et donc éviter la chute du poteau.

Vētgiy na-han̄, tō gon nē-vētan ēgēn.
Après avoir dressé ton poteau, tu tasses la terre (autour).
gon goy  transitive verb. <Techn> (rare) litt. “enfoncer fermer” : fermer solidement ‹porte, cadenas› en enfonçant un objet long dans un autre ; verrouiller, cadenasser (opp. vēhbeg goy, fermer par simple accrochage).

gon [3]

goy [1] ‘(5) en refermant’

tabeg ‘fermer’

Gon goy galsi na-mteēm̄ !
Verrouille bien la porte !
gongon   [ɣɔnɣɔn] adj. (rare) ⟨qqn⟩  pas libre de son temps, empêché par une autre activité, occupé. Souvent remplacé par l'emprunt bisi < angl. busy.

gon [2] ‘bloqué’

Dō so muwumwu, ba veg no no-gongon.
J'aimerais bien qu'on travaille tous les deux, mais je n'ai pas le temps.
gongon   (no-gongon) noun. occupation, empêchement.

Ne-mgaysēn, ba no-gongon aē mi no.
Désolé, je suis occupé [j'ai un empêchement]
gonteg  [ɣɔntɛɣ] adv. uniquement dans l'expression ōl_gonteg_goy....

[ Mota gonatagto secure as by tying’. PNCV *konacaught, tangled’. ]

gop  (°na-gop) [naɣɔp] noun. <Ornith> Aigrette des Récifs, héron marin, 50 cm. Egretta sacra.

Koloyni na-Gop, na-n̄ye en ne-heyhey ne-mlēmlēg.
⟨comptine⟩ Ô joli Héron, ton bec est pointu et tout noir.
goy1   [ɣɔj] adv. toujours suffixé à un verbe V. Schéma gén.. un sujet A recouvre un objet B au moyen d'un objet couvrant C, spéc. de telle sorte qu'il empêche, volontairement ou non, une tierce personne D d'accéder à B. D'où |fb{A interpose C pour protéger B et/ou pour repousser D}. Les divers sens de goy résultent en partie des diverses combinaisons entre ces éléments

(1) ⦗A,B,C⦘ couvrir, recouvrir, entourer, ceindre ‹qqch› avec un instrument enveloppant, la nature de cet instrument étant explicitée. Cf. [V+goy] avec V: m̄on, quy, yoq.

Na-tmatwoh, lep no-yot tō yēt goy na-mtan.
Le grand tambour, on prend des feuilles de sagoutier et on les attache (yēt) de façon à couvrir (goy) son orifice.

Hey goy ni-qti mi na-hat anen!
Protège-toi donc la tête avec ce chapeau !

Nēk wēdē goy no mi ne-vet.
⟨conte⟩ Recouvre-moi de pierres (dans le four, cf. wdē).

(2) ⦗A,B,(C)⦘ idem, la nature de l'instrument enveloppant étant suggérée par le verbe V. Cf. [V+goy] avec V: geay, bey, hey2, luw, tetey, talvip, vet3, wēdē.

Kem me-geay goy nē-vētan, kē tale sisgoy soloteg.
Nous avons clôturé (geay 'clôture') la terre, de peur qu'elle ne s'effondre de tous côtés.

Kē me-bey goy kē.
Elle s'est ceinte d'une jupe (bey).

(3) ⦗A,B,(C)<A⦘ recouvrir, boucher, cacher: V implique que A couvre B avec une partie de lui-même (hig 'avec le doigt', tēy 'avec la main'). Cf. [V+goy] avec V: hig, ol, tan̄, tēy, qosos, sil.

Nok tēy goy nē-dēln̄ek.
Je me bouche les oreilles (avec les mains).

Nēk mi-sil goy kē!
Tu l'as prise dans tes bras !

(4) ⦗A=C,B⦘ recouvrir, envahir ‹un endroit›: l'objet couvrant (C) se confond avec le sujet (A). Cf. prépos. fr. sur. Cf. [V+goy] avec V: gay, hey1, hin̄yeg, yō1, yoq.

Nō-wōl me-hey goy na-pnō del.
La lune brille sur tout le village.

N-ēm̄ ni-yoq goy ne-men ē-gēn !
Alors le piège s'effondre sur l'oiseau.

Ige van wolat goy na-mtehal.
Les gens traversent la rue.

(5) ⦗A,B=C⦘ couvrir une chose avec elle-même, d'où: fermer, refermer ; boucler ; joindre, rejoindre. Cf. [V+goy] avec V: tabeg, vēhbeg, gon2, qul1, won, lok2, qal, yam.

qul goy no-totgal
recoller une photo

gon goy na-mteēm̄
verrouiller la porte

Lok hōw, kē ni-van qal goy mey lok hag.
Le côté ouest va rejoindre le côté est.

Kē ni-yam goy lok me.
Elle règle sa dette envers moi.

(6) ⦗A,B,(C),D⦘ de façon volontaire ou non, agir ou se trouver dans une telle position (verbe V) qu'on occulte un objet ‹B›, empêchant du même coup une personne (D) de le voir ou d'y accéder; d'où bloquer, occuper, monopoliser ; cacher ‹qqch›, préserver, protéger ‹qqch› (contre D, den D) [Obj=B]. Cf. [V+goy] avec V: en2, hag2, tig, vay1, hal1, qoy, myuw, ōy, vay1, vlōl.

Nēk ma-tan̄ melmel goy nō-bōk.
Avec ta main (tan̄) tu fais de l'ombre (mel) à mon cahier.

Nēk ma-hag goy na-tnēk!
Tu es assis à ma place [tu es assis-bloques ma place] !

In̄glan, na-naw na-hal goy.
L'Angleterre est une île [la mer flotte-bloque].

Ige mayanag mi-hig goy na-tmat so kē nitog leplep.
Les chefs ont protégé les masques en empêchant (le touriste) de les emporter.

(7) ⦗A,B,‘C’,(D)⦘ protéger ‹qqch› du contact d'autrui, en employant des paroles consacrées ; se réserver ‹objet, personne, endroit› en le marquant comme sa propriété, s'approprier ; rendre sacré ou tabou ; bénir. Cf. [V+goy] avec V: pour ‘se réserver’, ak, vēg, lēlēp, sal, tan̄, ōl_gonteg, tōqō ; pour ‘fiancer’ ak, vatlēg, hoghog ; pour ‘rendre sacré’, vap, tatay.

No mē-vēg goy so na-kis.
Je me le suis réservé pour moi (à manger, kis).

Kem van ak goy na-lqōvēn.
Nous allons faire des fiançailles (pour mon fils).

salsal goy n-ēm̄
marquer sa propriété privée sur sa maison [en y accrochant qqch, sal].

Ige qagqag kēy mi-lilip goy Numea.
La Nouvelle-Calédonie a été colonisée par les Blancs.

(8) ⦗A,B⦘ agir (V) de façon à protéger, obtenir, contrôler ‹qqch› ; avoir une position dominante sur ; agir sur, agir par rapport à ‹qqch›. Cf. [V+goy] avec V: wotwotm̄ag ; mitiy.

Kem mitiy goy ni-mit.
Nous, nous surveillons la viande [en dormant, mitiy].

Kē no-wotwotm̄ag goy kemem.
Il est l'aîné de [litt. sur] nous tous.

Magra kē ni-lwo goy na-gmel agōh.
C'est Magra qui dirige [qui est ‘grand sur’] ce bar à kava.

No no-bos goy mahgēk !
C'est moi qui suis mon propre patron [bos] (je suis libre de faire ce que je veux)

Na-Tmat m-aksok so kē ni-wuh Iqet, so kē ni-lwo goy a na-myam kē.
Satan cherchait à tuer Dieu, pour devenir le maître du monde.

(9) ⦗A,B⦘ agir et spéc. se déplacer pour obtenir ‹qqch›, aller chercher ‹qqch, qqn›. Cf. [V+goy] avec V: van1, gityak, at, sōyteg, dam, tatag, yow2 ; daeva, munuw, tvēy ; vēhge, yav1.

Na-trak so ni-van goy na-mtewot!
Il faut une voiture pour aller chercher un blessé !

Kēy tēvēy goy nō-mōmō.
Ils plongent chercher du poisson (ils font de la pêche sous-marine).

Nok vēhge goy ne-gengen na-ga-mem.
Je vais me renseigner sur (goy) le repas que nous allons manger.

(10) ⦗A,B⦘ agir (V) de façon à prendre soin de ‹qqn› ; s'occuper de, soigner ; aider ; entretenir. Cf. [V+goy] avec V: hag2, en2, vkasteg, tatag, wow1, et2.

etgoy ‘faire attention à, prendre soin de’

Nēk haghag goy qōtō Makmak veg kē mo-gom.
Viens t'asseoir un moment auprès de Makmak, il est malade.

No me-tron̄, ay! Nēk te-pkasteg goy vēh no?
Je suis bourré, dis donc ! Tu peux venir m'aider (à rentrer chez moi) ?

Na-mtig non Wotlōlan, kē no-dowdow goy vaga.
Wotlôlan entretient toujours très bien ses cocotiers [en désherbant autour, dowdow]

(11) ⦗A,‘B’⦘ valeur Bénéfactive: agir en fonction de ‹qqn, qqch›: cf. fr. “pour, à cause de”. Goy se comporte alors comme un morphème de diathèse applicative. Cf. [V+goy] avec V: boel, qeneg, dēmdēm, malaklak, mētēmteg, wēh, wawlil.

dēmdēm goy ‘s'inquiéter’

Kē me-qneg goy nēk.
Elle est jalouse pour toi, à cause de toi.

No mo-boel goy intik (/No mo-boel inti-k).
Je suis en colère pour (défendre) mon fils (/Je suis en colère contre mon fils).

Tjibau kē so ni-pgal goy na-pnō nonon.
Tjibaou combattait pour (défendre) son pays.

Nok dēmdēm goy nēk aē.
Cela me rend inquiet pour toi.

Dō mal kaka goy.
Nous avons déjà parlé de cela.

(12) ⦗A,(B),D⦘ de façon volontaire ou non, agir ou se trouver dans une telle position (V) qu'on gêne une personne ‹D›, en l'empêchant d'agir, ou d'accéder à qqch (B). D'où: s'interposer contre ; retenir, empêcher ; refuser un droit à, interdire à ‹qqn› [Obj=D]. Cf. [V+goy] avec V: hig, tig, gat, tēy.

gatgoy ‘interdit’

Roland kē ni-tēytēy goy kōyō.
Roland les a empêchés (de se battre).

Kēy mi-tig goy kē hag le-tno baklap gapgap en.
C'est là-bas, à l'aéroport, qu'ils lui ont barré la route (pour l'empêcher de partir).

Nok hig goy kōmyō so kōmyō tele vanvan hep na-n̄ye mey gēn.
⟨conte⟩ Je vous interdis d'aller plus loin que la pointe de terre là-bas.

(13) ⦗A,D⦘ agir secrètement, à l'insu de ‹qqn› ; tenir à l'écart de ses actions ou de ses paroles ; comploter contre. Cf. [V+goy] avec V: galin, lōn̄veg.

halgoy ‘secret, société secrète’

Dō hole lon̄veg goy Edga!
Parlons de façon à ne pas être entendus d'Edgar !

(14) ⦗A,D⦘ valeur Détrimentale: agir de façon gênante, importuner ‹qqn› ; Cf. sens “empêcher”. Cf. [V+goy] avec V: wow1, siseg, wlēg, luwyeg ; qal, van.

siseg goy ‘se jouer de’

Nitog wowow goy no.
Arrête de me déranger !

Nok hel goy no-hohole nonmoyō.
Je vous interromps.

Na-naw t-ōy goy no.
L'océan me séparera (de vous).

Nē-bē ma-mah goy kēy.
La rivière les a surpris en baissant soudain de niveau.

Tateh age het ni-van goy me.
Pas de problème ! [Aucun ennui qui survienne].

(15) ⦗A,‘D’⦘ si V exprime le temps qui passe, goy indique que ce passage du temps est défavorable à une action envisagée, qu'il est trop tard ; Cf. '(le temps) joue contre ‹qqn›'. Par_ext. passer (pour le temps), en faveur ou en défaveur de ‹qqn›. Cf. [V+goy] avec V: qōn̄, ēte, wōl2, misin, van1.

Mahē tō-qōn̄ goy qiyig dōyō!
[la nuit va tomber sur nous] Ça va nous prendre toute la journée (donc ne commençons pas maintenant) !

n-ēte mal m̄adeg goy
il y a de nombreuses années [litt. les années ont été nombreuses depuis]

Dō ma-kaka gatay tō en, et-misin goy qete en!
Mais on vient tout juste d'en parler! [litt. nous en avons parlé, il ne s'est pas encore écoulé longtemps depuis]

(16) ⦗A,(B),(C),‘D’⦘ faire qqch (V) par réaction à un événement, réagir ; faire une action pour compenser ou annuler les effets néfastes d'une autre action. Ex. après avoir bu le kava, manger (gen) qqch pour en enlever le goût ; le groupe gen_goy a alors pour objet soit ce que l'on mange (C), soit le kava (D), soit la bouche elle-même (B). Cf. [V+goy] avec V: in, gen1, tig ; mōkheg, en2, mtiy, yap1 ; tēngeg.

ne-gengen so gen goy na-ga aē. / so gen goy na-ple.
de la nourriture pour manger 'sur' (compenser) le kava./ pour manger 'sur' (soulager) ta bouche.

Kēy mōkheg goy ne-legleg.
Ils se reposent (à la suite) des fêtes de mariages (qui les ont épuisés).

tēngeg goy n-ēm̄
soutenir une maison qui risque de s'effondrer (à l'aide de contreforts)

(17) ⦗A,‘D’⦘ agir en alternance avec qqn d'autre ; répondre à une première action d'autrui par une seconde action, que ce soit de façon unique ou répétitive. Cf. [V+goy] avec V: hole, vlu, ēleg, yav1 ; tēy, vēl.

v[u]lu goy ‘répondre’

Nok ti, kēy ti goy.
Je chante d'abord, puis ils chantent en réponse.

Nēk tēy goy, ba kē ni-in.
Pendant que tu tiens (la coupe), il boit.

Nok yem n-aranis, ba nēk sekeske goy.
Moi je grimpe sur l'oranger, et toi tu réceptionnes (les fruits).

Nok vap na-vap t-am̄ag, ba nēk sese goy n-eh nan.
Moi je raconte le conte, toi tu en chantes la chanson.

Sowo kēy ne-mlaklak goy...
S'ils en sont contents...

(18) (spéc) (exécuter telle ou telle danse) en même temps que ‹une certaine musique›; (danser) sur. Cf. [V+goy] avec V: lak, haw, lōs.

Ige tam̄an haw goy na-hek.
Les hommes viennent danser le no-yon̄yep sur ma chanson (composée en mon honneur).

(19) ⦗A,‘D’⦘ avoir tel ou tel comportement (V) de façon systématique, en réaction à une action d'autrui, elle-même répétitive (Cf. Rédup.) ; d'où valeur de répétition.

Nēk vavap me, ba na-lēk qōn̄qōn̄ goy.
Bien que tu me le répètes, j'oublie à chaque fois.

Kē ni-balbal goy nē-lēn.
Il a l'habitude de se couper les cheveux (s.-e. à chaque fois qu'ils poussent).

Na-plih ni-mtomtow aē ewa kē ni-dow goy, kē ni-koko goy.
Chaque fois que l'herbe poussait, il l'arrachait, il désherbait.

(20) ⦗A⦘ faire qqch souvent ou récemment (?), en contexte négatif.

Nok et-lam̄lam̄ goy te ni-ḡita.
Cela fait longtemps que je n'ai pas joué / Je ne joue pas souvent de la guitare.

[ Mota goropreposition of motion towards, around, against...’. PNCV *korosurround, cover, obstruct ; shelter, enclosure’. POc *koroto surround ; fortified village’. ]

goy2   [ɣɔj] intransitive verb.

(1) ⟨mer⟩  déferler, faire une vague.

yēm ‘vague’

Na-naw mo-goy vag-tēl.
La mer a déferlé trois fois, a fait trois vagues.

na-naw goygoy
grandes vagues, raz-de-marée

(2) ⟨foule humaine, troupeau⟩  envahir un endroit, déferler, se déplacer en masse.

goy* tiwag
se déplacer en foule

goy* vētgi
se déplacer en troupe
goy2   transitive verb. déferler sur, recouvrir, submerger ‹qqch, qqn›.

lil ‘raz-de-marée’

Na-naw mo-goy kēy.
La mer les a submergés: ils ont été victimes d'un raz-de-marée.

[ Mota gorasweep, away or together’. ]

goy tiwag  [ɣɔj tiwaɣ] intransitive verb. ⦗fonctionne comme un verbe de mouvement⦘ ⟨foule humaine⟩  litt. “déferler ensemble” : se déplacer en masse.

Ige ta-la-Man̄go goy tiwag vatag hag Sarakata.
Ceux du village Mango se rendent ensemble au village Sarakata.

Kemem goy tiwag tēy nēk me.
⟨chanson de mariage⟩ Nous sommes venus en foule t'accompagner ici.
goy vētgi  [ɣɔj βɪtɣi] intransitive verb. ⟨hommes, animaux⟩  litt. “déferler en groupe” : se déplacer en foule (en troupeau, horde, nuée, etc.).

Ige nonon mey na-tm̄an goy vētgi me le-mtēgtap non mey na-lqōvēn.
La famille du marié se rassemble en foule devant la porte de la mariée.

Ne-men ni-goy vētgi me.
Les oiseaux arrivent par nuées.

Nō-mōmō goy vētgi tō gēn.
Les poissons évoluent par bancs entiers.
goygoy  (no-goygoy) [nɔɣɔjɣɔj] noun. <Pois> Brème noire, Brème à longues nageoires: gros poisson océanique. Taractichtys longipinnis.

g[o]yogyo-  (na-gyogyo-) [naɣjɔɣjɔ] pf. (rare) préfixe permettant de désigner un poisson de petite taille, à partir du nom de l'espèce.

na-gyogyo-gnah
un petit Mulet (ganah)

na-gyogyo-hōm̄
un petit Poisson-Perroquet

na-gyogyo-duw
un petit Poisson-Ange
goytig  (no-goytig) [nɔɣɔjtiɣ] noun. ceinture, vêtement traditionnel faisant le tour de la taille.

goytig goy  transitive verb. ceindre ‹qqn›, mettre une ceinture à ‹qqn›.

goytig

Nēk so goytig goy nēk!
⟨en voiture⟩ Tu dois mettre ta ceinture!
goyveg  [ɣɔjβɛɣ] transitive verb. nettoyer, ratisser: ramasser ‹herbe, sable, saletés+› sur le sol pour en faire un tas.

m̄ōgteg ‘nettoyer’

g[ō]bōn  (na-gbōn) [naɣᵐbʊn] noun. <Zool> Décapode brachioure: petit crabe de platier corallien, comestible. Zozimus sp.

[ Mota gapuna kind of crab’. ]

gōgōp  (°na-gōgōp) [naɣʊɣʊp] noun. <Pois> Picot

(1) Picot cerclé, poisson récifal. Siganus doliatus.

(2) (ou bien) autre Picot, bsl. Waetspot_piko. Siganus sp.

gōh  [ɣʊh] ~ gōs  dx. Dx1:Th
g[ō]hōw  (na-ghōw) [naɣhʊw] noun. <Zool> rat, souris. Rattus rattus.
g[ō]hōw   intransitive verb. (fig) litt. “agir comme un rat” : agir en parasite.

g[ō]hōw   transitive verb. quémander, obtenir ‹des biens› d'autrui en jouant le parasite.

[ Mota gasuwe. POc *kasupe. ]

gōm  (°na-gōm) [naɣʊm] pos. ‘ton, ta’ : forme irrégulière que prend ga~, ClPos des comestibles, à la 2ème p. sg.

ga~

Nēk so gen te gōm ?
Tu en veux ?
g[ō]nōm  (na-gnōm) [naɣnʊm] noun. <Bot> nom d'une plante. Diospyros ferrea.

gōskē  ~ gōh kē  dx. (même sens). Synt. La combinaison agōh kē n'existe pas.

kē [1]

qele kē

tog tō qiyig gōskē
de nos jours

M̄alm̄al gōskē itōktōk a itōktōk !
Cette fille est absolument magnifique!

M̄otlap gōskē, kemem qan̄qan̄yis vēlēs a hōw le-qyēn̄i.
Ici à Mwotlap, nous ne cuisinons que dans le four-à-pierres.
gōyi~  (nō-gōyi~) [nʊɣʊji] -. racineCour. On utilise plutôt la forme redoublée nō-gōygōyi~, évoquant la multiplicité des racines

(1) ⟨plante⟩  racine.

nō-gōygōyi gēvēg
les racines du pommier

nō-gōygōyi qētēnge vitwag
une racine (d'arbre)

(2) ⟨poulpe⟩  tentacules.

gagi~ ‘ventouse’

nō-gōygōyi wēyēt
les tentacules de la pieuvre

[ Mota <°kúarí- (?). PNCV gari-u. POc *kawa-riroot’.  *wakaʀ. ]

g[ō]yōw  (na-gyōw) [naɣjʊw] noun. <Zool> crabe blanc.

[ Mota garuwea flattened crab’. PNCV *kaʀuveghost crab’. ]

gum  (nu-gum) [nuɣum] ~ nu-wum  noun. moustache, barbe.

wn̄i~ ‘menton’

[ PNCV *kumʷibeard’. POc *kumi. ]

ha  [ha] transitive verb. puiser ‹liquide›, spéc. eau douce (nē-bē) ou eau salée (na-naw), en y plongeant un récipient (ex. seau, bambou); aller chercher ‹de l'eau+›.

Nēk ha nē-bē van le-ketel agōh.
Va chercher de l'eau avec la bouilloire que voici.

Am̄ag, kēy haha na-naw a le-tn̄e wotva.
Autrefois, on allait puiser de l'eau de mer à l'aide de calebasses.
hag1   [haɣ] dir. <Géo> en haut, vers le haut.

Ant : hōw

(1) ⦗directionnel statique⦘ en haut. Situe un objet ou une action sur un point verticalement surélevé.

hag lō-tōk
là-haut dans le firmament

Welan e ni-tig ketket hag lo-won.
Le chef se dressa du haut de sa tribune.

Kē ma-hag hiy hag lē-wēt n̄ey nen e, kē me-ten̄.
Il s'assit là-haut, sur la branche de l'amandier, et se mit à pleurer.

Kōyō hag ketket hag li-siok.
Ils prirent place [en hauteur] à bord de la pirogue.

Kōyō sal hag ni-tintin dēvet nagayō.
Ils se sont grillé quelques ignames sauvages (litt. en haut, car on pose les ignames au-dessus des pierres du four).

(2) ⦗directionnel dynamique⦘ vers le haut. Qualifie la plupart des actions dirigées vers le haut, ex. ‘croître’, ‘se lever’, ‘soulever’, etc.. Synt. Le directionnel est compatible avec d'autres lexèmes ayant le même sens: ex. yem kal hag algeescalader en-montant vers-le-haut’, avec yem ‘grimper’ (Vb), kal ‘en montant’ (AdP), hag ‘en haut’ (Dir), alge ‘au-dessus’ (Adv).

hatig hag
se mettre debout, se dresser [vers le haut]

N-ey en ni-mlaw hag.
L'arbre se mit soudain à grandir [vers le haut].

Kē ni-et hag le-ptel alge en.
Il regarda en haut du bananier.

Kē me-ywu yak hag nētm̄ey en ba kē ni-whewheg kē.
Elle souleva l'enfant dans ses bras, et se mit à le bercer.

(3) (fig) en s'accroissant (âge, nombre, vigueur, prix…).

Tō kōyō bōg hag nētm̄ey e, tō kē mu-su liwo hag.
Ils élevèrent leur enfant [litt. vers le haut], jusqu'à ce qu'il devînt grand [vers le haut].

(4) qualifie une activité qui démarre (opp. hōw, suggérant l'arrêt d'une activité). L'opposition haut/bas correspond ainsi à une opposition début/fin. Cf. yak hag ‘commencer’ vs yak hōw / qēt hōw ‘(se) terminer’.

Kēy mitiy tō matyak hag.
Après avoir passé la nuit, ils s'éveillèrent [litt. le lendemain vers-le-haut]

Taval qōn̄ nan lok se hag en…
Le lendemain matin [litt. vers-le-haut]…

Qētēg a le-mtap en! Kem a se hag en, se me en.
Ça commence le matin: on se met à chanter [litt. on chante vers-le-haut] et on continue.

Kēy hi yak lok se hag…
Ils recommencèrent à battre la musique… (cf. yak)

Kē ni-hēgeg n-eh hag nen…
Il entonne une chanson…

(5) ⦗directionnel géocentrique⦘ vers le sud-est, vers le sud et/ou vers l'est (opp. hōw). Partic. dans l'île de Motalava: en suivant l'île dans sa longueur, d'en gén. en longeant les côtes, du nord-ouest au sud-est. Entre les îles : hag réfère aux îles du sud (Mota, Gaua, Santo, Efate…), ainsi qu'aux pays étrangers (Australie, Europe…). Étym. L'origine de cette équation ‘haut = sud-est’ s'explique par la pratique ancienne de la navigation: faire voile face aux alizés du sud-est, c'était ‘monter au vent’.

Hag en, mahē ni-myen ēgēn!
Voyez vers l'Est, c'est le jour qui se lève!

hag Aplōw
⟨vu depuis Lahlap⟩ à Valuwa, là-bas vers l'est [litt. là-haut]

hag Am̄eg
⟨vu depuis Motalava⟩ à Maewo, là-bas vers le sud [litt. là-haut]

hag Vila en
à Port-Vila, là-bas vers le sud

hag Franis en
en France, là-bas vers le sud (car l'aéroport international se trouve à Port-Vila)

N-et tēytēy-bē nonoy, kē ni-leh lok ne-len̄ en : ne-len̄ tig lō me hag Len̄yeqo en, ba ni-yip lok hōw.
Leur sorcier changea la direction du vent : alors qu'il soufflait en direction du sud (hag), qu'il était Vent-du-Sud (Len̄yeqo), il se mit à souffler vers le nord (hōw).

(6) (partic) indique la même direction (vers le sud-est), dans l'espace proche. Rem. En l'absence d'opposition droite/gauche, le mwotlap emploie un système d'orientation géocentrique. Hag s'oppose non seulement à hōw, mais aussi à hay1 (vers l'intérieur des terres) et à yow1 (vers l'extérieur, vers la mer).

Nitog vanvan yeh lok hag!
Ne t'aventure pas trop vers l'est!

Kē ni-tanem tegha kē, na-ngon lok hag; nē-klan lok hōw.
Il se mit à marcher à l'envers, le visage tourné vers l'est, et le dos vers l'ouest..

Et hag en!
Regarde de ce côté (vers le sud-est)!

Tita ave? – Hag l-ēm̄ en.
Où est maman? – Dans la maison, là-bas (côté sud-est).

[ POc *sake. ]

hag2   [haɣ] intransitive verb. être en position assise (opp. hag hiy ‘s'asseoir’).

(1) ⦗typ. suivi de locatif⦘ ⟨qqn⟩  être assis; se trouver assis qqpart.

hag gētgēt
[assis raide] être accroupi

hag day
attendre (qqn, qqch) en position assise

hag kēlē
être assis de dos

hag yoyon̄
être assis et calme

hag hiy
s'asseoir, se mettre en position assise

Dō ma-haghag misin meh!
On est restés trop longtemps assis!

(2) (par ext) demeurer, se trouver qqpart (pas forcément en position assise).

hag qaqa
rester oisif

hag qōn̄
faire un pique-nique, passer la journée qqpart [syn. tog_qōn̄]

(3) ⟨objet ni long ni haut⟩  se trouver à tel endroit.

(4) ⟨qqch⟩  demeurer immobile.

(5) (partic) ⟨liquide⟩  se solidifier, soit sous l'effet du froid (ex. eau en glace), soit sous l'effet de la chaleur (ex. lait de coco en crème).

hag goy  [haɣ ɣɔj] transitive verb.

(1) litt. “s'asseoir-bloquer” : être assis de manière à empêcher l'accès à ‹qqch› (à qqn, den): d'où couvrir, cacher, garder.

Nēk ma-hag goy ni-vidio den no.
Tu m'empêches de voir la télévision.

(2) être assis auprès de ‹personne malade+› pour en prendre soin.

Nēk haghag goy qōtō Ian veg kē mo-gom.
Reste assis un moment auprès de Ian, il est malade.
hag hiy  [haɣ hij] intransitive verb. :

(1) s'asseoir, à partir de la position debout (opp. hag_ketket, à partir de la position allongée).

Ant : hatig

Hag hiy hōw.
Assieds-toi.

Kem a se me en, kem tig ēwē. Van van van, n-eh ni-bah, kem hag hiy.
Pendant que nous chantons, nous sommes debout; par la suite, une fois que le chant est fini, nous nous asseyons.

(2) (spéc) siéger, assister à une réunion; d'où [réunion] prendre place, avoir lieu.

Iyē geh ni-haghag hiy bō-yōstiwag nan?
Qui est-ce qui siège dans ce conseil?

Art Festēvol hōw Torba en, kē ta-hag hiy ate lō-wōl agōh.
Le Festival des Arts aux Torba se tiendra [litt. siégera] ce mois-ci.

(3) ⟨oiseau⟩  se poser, atterrir.

Syn : yow taq

hag2 + hiy1.

hag yoy  [haɣ jɔj] intransitive verb. ⟨embarcation⟩  litt. “être-immobile couler” : chavirer, couler.

yoy

Na-sam ma-yak, tō ni-siok ma-hag yoy.
Le flotteur a décollé (de la surface), ça a fait chavirer la pirogue.
hag yoy  intransitive verb. ⟨bateau⟩  litt. “assis-s'enfoncer” : chavirer, couler.

yoy [1]

Na-sam ma-yak, tō ni-siok ma-hag yoy.
Le flotteur a décollé (de la surface), ça a fait chavirer la pirogue.
hagtin̄ goy  [haɣtiŋ ɣɔj] transitive verb. (‡) (poét) demeurer qqpart de manière à prendre soin de; garder ‹objet, endroit›, surveiller, s'occuper de.

Syn. familier : hag goy

Ignik ni-hagtin̄ goy n-ēm̄ mino, mi nē-sēm mino.
Mon épouse est là pour prendre soin de ma demeure et de ma fortune.
hah  (na-hah) [nahah] noun. (rare) nom, appellation. Terme aliénable correspondant au terme plus fréquent he~.

Tiy hah nan aē.
Il existe un terme spécifique pour cela.

[  <°na sása. ]

haha   [haha] adj. ⦗sujet non-sg⦘ séparés, éloignés l'un de l'autre.
haha   adv. séparément.

Kōmyō mitimtiy tiwag, so kōmyō mitimtiy haha?
Vous dormez dans le même lit, ou séparément?

Qōn̄magde, ige no-togtog haha.
Au village de Qeremagde, les habitations sont éparpillées [litt. les gens habitent séparément]

[ Mota sasaedifferent’. ]

hal1   [hal] intransitive verb. flotter

(1) flotter, dériver sur l'eau.

Ne-vet ma-hal !
La pierre, elle flotte !

hal hotog
[flotter-être à l'arrêt] être au mouillage

Na-mtig ma-hal kal Alkon.
La noix de coco a flotté [flotter-monter] jusqu'à Alkon.

Ni-siok ma-hal ēwē.
La pirogue dérivait (i.e. nous étions à la dérive, nous n'avancions pas en ramant).

N-age nen ma-hal ēwē tō me.
Ce truc est arrivé ici en flottant (sur la mer).

(2) (par anal) ⟨qqch⟩  flotter en l'air, d'où évoluer dans les airs en gardant une position stable: voler, planer (flopp. gap ‘voler en battant des ailes’).

hal goy

Ne-men en n-et vēglal m̄alm̄al en, tō kē ni-hal tēqēl hōw.
Dès qu'il eut reconnu la jeune fille, l'oiseau descendit vers elle en vol plané [litt. il plane vers-le-bas].

Na-qtag ni-hal van hiy na-tvale mino
La flèche vole vers mon ennemi.

Na-yo bak ni-hal, tō ni-qlen̄ tege yow le-mtam̄e en.
La feuille de banian s'envola dans les airs un certain temps, puis finit par disparaître quelque part dans l'océan.

Ne-bemyowyow ma-hal lōlō me le-ngēk.
Les étincelles du feu volent devant mes yeux.

(3) (fig) (rare) ⟨qqn⟩  prendre son essor, s'élancer, ‘s'envoler’.

Syn : yow

Kē ni-mtēmteg, tō ni-hal yow nen, ni-plag valag i valag e ni-qlen̄.
Soudain prise de panique, elle s'élance [litt. elle vole], et court à perdre haleine, jusqu'à disparaître totalement.

Kē ni-hal lege na-qyan̄ en.
[litt. il vole au-dessus du trou] Il enjambe le fossé d'un bond.

[ PNCV *salefloat, flow’. ]

hal2   (na-hal) [nahal] noun.

(1) (anc) route.

mtehal

(2) message venu de l'extérieur (par la route) ; nouvelle particulière..

Syn : yoy

Na-hal na-mu aē.
Il y a une nouvelle / un message pour toi.

No mē-vētleg hōw na-hal, so ...
[chanson] J'ai envoyé là-bas le message que ...

[ POc *salan. ]

hal goy  transitive verb. litt. “flotter occulter” : flotter (sur l'eau fl:ou dans les airs) de manière à empêcher l'accès à ‹qqch›.

hal [1]

halgoy ‘secret’

In̄glan, na-naw na-hal goy.
L'Angleterre est une île [litt. l'A., la mer la flotte-bloque].

Nē-plēn ma-hal goy van na-mtelo.
L'avion passe devant le soleil [litt. vole-occulte le soleil].

Nō-wōl ma-hal goy na-lo.
⟨éclipse solaire⟩ La lune passe devant le soleil.
hal yak  [hal jak] intransitive verb. s'élever du sol.

(1) faire un bond en l'air, par_ex. pour franchir un obstacle.

Syn : yow (kal)

Kēy ōl vag tēl, tō kēy hal yak, tō kēy ōl taw, tō kēy kay.
(Au combat) on pousse trois cris, on fait un bond en l'air, on pousse le cri de guerre, et puis on lance la sagaie.

(2) ⟨avion⟩  décoller.

(3) ⟨soleil⟩  se lever.

Le-ln̄oln̄o-mtap na-lo ni-hal yak tiwag mi nēk.
⟨chanson⟩ À l'aube ce matin le soleil se lève avec toi.
hal yak  intransitive verb. bondir, s'élever.

yak [C]

hal yak

h[a]lat  (na-hlat) [nahlat] noun. <Bot> ortie blanche, bsl. Nangalat. Dendrocnide spp.

han  (na-han) [nahan] -. <Gram> se comporte comme un nom, tjs suivi d'un autre nom sans article.

(1) quel. Interrogatif suivi d'un nom N sans article ; han est lui-même préfixé comme n'importe quel nom, soit avec l'article nA-, soit avec une préposition.

na-ha-n ‘son nom (fv:he~)’

na-han vōnō ?
quel pays ?

la-han vōnō ?
dans quel pays ?

Kēy so se na-han eh ?
Quelle chanson veulent-ils chanter ?

Nēk ta-van me la-han lo (= le-lo vēvēh)?
À quelle heure viendras-tu ?

(2) le pronom ‘lequel’ ne se traduit jamais avec han, mais avec la périphrase mey_ave ‘celui d'où ?’, même sans valeur spatiale.

Nēk ne-myōs na-han gasel? = Nēk ne-myōs mey ave ?
Tu veux quel couteau ? = Tu veux lequel ?
han̄  (na-han̄) [nahaŋ] noun. <Archi> pilier, principal poteau vertical soutenant la charpente d'une maison. Outre les piliers situés à chaque coin de la maison, on peut en trouver également, à intervalles réguliers, sur les côtés des édifices longs, soutenant les sablières (no-soso).

Syn : bet

‘poteau’

na-han̄ wōbēyih

na-han̄ yogyēn

na-han̄-m̄ēt

Vētgiy na-han̄, sal n-ēvet hag aē.
On érige les piliers, puis on pose dessus des gros bambous.

Iqet mi-gin na-han̄ gōskē, ba kem kal bat a alon.
Iqet a gratté (magiquement) ce poteau, et nous sommes tous rentrés à l'intérieur.

[ Mota san̄aa fork, crotch, forked stick or post’. ]

hap2   (na-hap) [nahap] -.

(1) quoi, quelle chose? Interrogatif des non-humains (opp. ‘qui’), en question directe ou indirecte. Synt. Se comporte comme un nom (article nA-, préposition bE-, etc.).

Na-hap gōh?
Qu'est-ce que c'est que ça?

Nēk ne-myōs na-hap?
Qu'est-ce que tu veux?

Na-ln̄e hap qele nen?
C'est le son de quoi, qu'on entend?

Na-tmat, si na-hap?
C'est un fantôme, ou quoi?

Ba-hap?
Pourquoi?

Kem et-ēglal te so na-hap ni-ōlōl en.
Nous ne savons pas ce qui fait tant de bruit.

(2) ⦗valeur indéfinie⦘ ce que (P); quoi que ce soit.

Nēk et na-hap nok galeg.
Regarde ce que je fais.

Na-hap a no ma-vap tō van hiy nēk en, nēk mal lep qēt.
Tout ce que je t'ai dit, tu l'as compris.

Kē so ni-vap na-hap en, ami so tatag kē.
Quoi qu'il dise [litt. il peut bien dire quoi], obéissez-lui.

(3) ⦗avec négation⦘ rien.

Tateh hap alon.
Il n'y a rien dedans. [litt. il n'y a pas quoi]

No et-vap te hap te van hiy kē.
Je ne lui ai rien dit [litt. je ne lui ai pas dit quelque chose]

Nēk tog hohole na-hap vitwag van hiy kē!
Ne lui adresse pas la parole [litt. ne lui dis pas quoi]

Kē tit-ak se vēste na-hap.
Il ne peut plus rien faire.
hap2   noun. chose, concrète ou abstraite. L'emploi en assertion est le seul compatible avec le redoublement pluralisant (na-haphap).

Syn : age

hapqiyig ‘quelque chose’

na-hap del

Kē ni-vēl yak na-haphap nonon, tō ni-van.
Il rassembla toutes ses affaires [ses choses], et partit.

na-haphap be-leg
les choses du mariage (vêtements, voile de la mariée, accessoires divers)

na-haphap non ige qagqag
les objets du monde moderne [litt. les choses des Blancs]

Nēk so et na-haphap non Iqet?
⟨héros mythique⟩ Veux-tu voir les vestiges d'Iqet? [litt. les choses d'Iqet]

Nēk mas van heylō yatkel haphap maymay nok galeg hiy nēk.
Il te faudra d'abord passer au travers de quelques épreuves [litt. choses difficiles] que je te réserve.
hatig  [hatiɣ] intransitive verb.

(1) se lever, se mettre en position debout (à partir de la position allongée ou assise).

Hatig tog!
Lève-toi.

Kōyō matyak tō hatig.
Ils se réveillent, et se lèvent.

(2) (fig) ⟨qqch⟩  surgir, s'élever, prendre son essor.

Nē-bē ni-hatig lu-wutwut alge.
Le ruisseau prend sa source en haut de la montagne.

Na-bago ni-lm̄eh na-naw e tō na-naw liwo ni-hatig.
Le requin (avec sa queue) claqua la mer, si bien qu'une immense vague (raz-de-marée) prit son essor.

Kē ni-wseg yak na-qtag namun en, nō-vōy ni-hatig.
⟨mythe⟩ Quand il arracha la flèche (du sol), surgit un volcan.

Na-may ni-hatig le-pnō nonoy!
Que la famine survienne dans leur pays!

(3) partir, se mettre en route.

Ami hatig qēt a Wotō!
Mettez-vous tous en route pour Woto.

Talōw a nok hatig, nēk tin ni-tintin nakis vitwag.
Demain, quand je me mettrais en route, tu me prépareras une grillade.

(4) (cour) ⦗en récit, hatig (hag) + proposition P2⦘ annonce le début d'une nouvelle action; d'où et ensuite, alors; aussitôt, soudain. Sém. Malgré la présence systématique du directionnel hag, le sens spatial de hatig (‘se dresser’) disparaît; la locution est employée simplement pour annoncer une nouvelle action dans un récit, même sans déplacement spatial.

Kēy hatig hag tō wuh mat kē.
Soudain ils se mirent à le frapper à mort. [litt. Ils se dressèrent et le frappèrent…]

Kē ni-hatig hag ni-vap van hiy kēy wo “…”
Et à ce moment-là, il leur dit “…” [litt. Il se dressa et dit…]

Kē wo “Nok gengen!” Kē ni-hatig hag nen tō ni-gengen.
Il se dit “Mangeons!” Et aussitôt, il se mit à manger [litt. Il se dressa et mangea].

[ Cftig. ]

hatig hag  intransitive verb. (cour) ⦗en récit⦘ litt. “se dresser vers-le-haut” : se mettre soudain à (faire une nouvelle action). Sém. Le sens spatial de hatig_hag (‘se dresser’) disparaît; la locution est employée simplement pour annoncer une nouvelle action dans un récit, même sans mouvement.

hag [1]

hatig

Kēy hatig hag nen, tō gengen.
[litt. ils se dressèrent et mangèrent] Alors ils se mirent à manger.
hawhaw  (na-hawhaw) [nahawhaw] noun. <Mus> nom dérivé du vb haw.

(1) danse virile où les hommes lèvent les genoux en même temps qu'ils baissent les coudes, tout en brandissant les feuilles sacrées liées à leur rang (ex. ne-m̄el).

(2) motif dans l'art pictural traditionnel des Banks, représentant un personnage vertical symétrique: en haut et en bas, une tête anthropomorphe et deux bras levés, rappelant l'attitude typique de la danse no-yon̄yep.

na-tmatwoywoy

hay1   [haj] dir. dedans

Ant : yow ‘dehors’

(1) dedans, vers l'intérieur (avec ou sans mouvement). Synt. Fréquemment associé aux morphèmes de même sens: verbe hayveg ‘entrer’, adjoint bat ‘en entrant’, adverbe alon ‘dedans’, préposition lelo ‘à l'intérieur de’.

Ige lōqōvēn et-vanvan te hay le-gmel non ige tam̄an.
Les femmes ne peuvent pénétrer dans la maison des hommes.

Dō tig bat hay lo-m̄olm̄ol en!
[Entrons debout…] Mettons-nous donc à l'ombre!

Iqet e kal bat hay lelo mitig en.
Iqet pénétra à l'intérieur de la noix de coco.

Hēn̄ēn bat lok tog nē-sēm hay le-tbey.
Remets donc l'argent dans le panier.

(2) vers l'intérieur de l'île: soit en s'approchant d'une île si l'on est en mer, soit en montant vers les hauteurs, si l'on est sur terre. Avec son symétrique yowen descendant vers la plage, en allant vers la haute mer’, hay forme un des deux axes cardinaux dans le système de référence géographique. L'axe transversal est composé de hag / hōw.

hay hēyēt / lē-tqē
là-haut [litt. dedans] au jardin

hay lō-tōti bē
là-haut [litt. dedans] à la source du ruisseau

Dōyō vēykal n̄a hay a lu-wutwut alge gēn.
Nous allons monter en haut de cette montagne [litt. dedans].

hay Wōvet
⟨depuis Lahlap⟩ là-haut [litt. dedans] au quartier Wôvet

hay la-Man̄go
⟨depuis le centre de Luganville, à Santo⟩ là-haut [litt. dedans] au quartier Mango

hay lē-vēthiyle
⟨vu depuis la mer⟩ là-haut [litt. dedans] sur la plage

Rastētē ni-van me, ni-hō kal hay me nen tō ni-vay kal hay me.
Rastêtê s'approche, pagaie en direction de l'île [litt. entre en pagayant], puis (sur la plage) marche vers l'intérieur.

(3) (rare) ⦗d'une île à l'autre⦘ s'emploie pour désigner une île perçue comme plus haute et/ou plus isolée. La plupart du temps, les directions d'une île à l'autre emploient les deux directionnels hag et hōw.

hay Aya
⟨depuis Mwotlap⟩ dans l'îlot d'Aya

Ige to-M̄otlap van lok se hay Apnōlap.
⟨depuis Mwotlap⟩ Les mwotlaviens retournèrent à Vanua-lava.

[ Mota sarodraw into’. ]

hay2   [haj] transitive verb.

(1) déchirer; couper ou arracher en déchirant avec les mains.

mhay ‘déchiré’

Lep no-yomtig vitwag, hay woy, ba galeg na-tamn̄a aē.
On prend une palme de coco, et on la déchire en deux pour en faire une natte.

(2) (fig) briser, mettre fin à.

hay mamayge
déchirer la honte……………

(3) (spéc) cueillir ‹le taro d'eau Colocasia› en tirant dessus; récolter ‹le taro›.

ko

tveg

Kēy hay ne-qet, gil ni-hnag, van yow me, wuh no-qo.
Ils cueillirent des taros, récoltèrent des ignames, tuèrent des cochons.

[ Mota sare. ]

hay3   [haj] intransitive verb. (rare) ⟨souffle de vie⟩  s'achever, s'arrêter (évoque la mort). Étym. Lien avec hay2 ‘déchirer’?

Kēy hew nēk tō nō-mōkhe ni-hay.
Ils t'empoisonnent, et tu rends ton dernier souffle.
hay4   (na-hay) [nahaj] noun. <Techn> “liane de pêche”: sorte de liane géante utilisée dans la pêche collective (gey_hay). Techn. La technique est également connue dans d'autres îles du Pacifique (ex. hukilau à Hawai'i, yavirau à Fidji, etc.).

qen ‘filet’

tēleg na-hay
confectionner la liane de pêche

qoy sey na-hay
enrouler la liane (pour la ranger par terre)

ige ba-hay
les pêcheurs à la liane

hēwhēw hay
descendre la liane dans l'eau

yoweg na-hay
tendre la liane (dans l'eau)

ni-qti hay
la tête de la liane (l'extrémité qui entre en premier dans l'eau)

lok goy na-hay
boucler la boucle de la liane (la liane fait le tour du récif, chaque extrémité se trouvant sur la plage)

wēhēy na-hay
remonter progressivement la liane vers la plage, en resserrant l'étau autour du poisson

Nō-mōmō mo-gon lelo hay.
Le poisson est coincé à l'intérieur de la liane.

[ Mota saroa string of coco-nut fronds used in shooting fish’. ]

La pêche collective à la liane (na-hay).
hayhay vagal  [hajhaj βaɣal] noun. <Bot> litt. “éclate-guerre” : plante à fleurs blanches (Malvacée), bsl. Waetbrum. Sida rhombifolia. ◈ Ethn. On affiche cette plante en signe de conflit (vēhyu), notamment pour la terre.

hay [2] ‘déchirer’

vagal

haytēyēh   [hajtɪjɪh] attr. qui correspond exactement (à qqch).

(1) qui correspond bien à autre chose, d'où égal, équivalent, semblable, analogue.

Kōyō haytēyēh vēlēs.
Ils sont exactement identiques, c'est exactement la même chose.

(2) qui correspond bien à un besoin, d'où suffisant, adéquat.

Nō-mōmō mal haytēyēh.
Nous avons déjà suffisamment de poisson.

Nē-bē et-haytēyēh te.
Il n'y a pas assez d'eau.

Gēn et-haytēyēh te so gēn so wuh kē !
Nous ne sommes pas de taille à le vaincre.

Nēk tē-gēy vēh, kemem may haytēyēh!
⟨plais.⟩ Tu peux aller voir ailleurs, nous autres nous sommes au complet!

(3) qui correspond bien aux convenances, d'où correct, convenable, bon.

Et-haytēyēh te nen.
Ça ne se fait pas, ça n'est pas bien (d'agir comme ça).
haytēyēh   transitive verb. suffire, convenir à ‹qqn›.

Et-haytēyēh te dōyō.
Il n'y en a pas assez pour nous deux.
haytēyēh   (na-hayhaytēyēh) noun. (rare) la correspondance, l'analogie, la ressemblance.

[ Mota sarita. Mwesen tatērēs. ]

haytēyēh so  expr. ⦗+ complétive⦘ litt. “il est convenable que” : il conviendrait que, il faudrait que; il est temps que.

Haytēyēh so dō m̄ōl qelen̄.
Il est temps pour nous de nous échapper d'ici.

Ba n-ep ta-lal lap qele nen bi-wik vōyō, tō haytēyēh so na-lēt so ni-m̄adeg.
Le feu va brûler ainsi pendant deux semaines: aussi est-il nécessaire de prévoir du bois en grande quantité.
hayveg  [hajβɛɣ] intransitive verb.

(1) entrer, pénétrer qqpart.

Syn : kal bat

hayveg hay l-ēm̄yon̄
entrer dans l'église

Hayveg me!
Entre (ici)!

No-qo ma-hayveg lelo tēqē hinag nonmem.
Un cochon a pénétré dans notre jardin d'ignames.

(2) se joindre à (hiy) un groupe, participer à une activité collective.

Nok so hayveg hiy ige be-geyhay en.
J'ai envie de me joindre au groupe de la pêche collective.

(3) (spéc) ⟨canine de cochon⟩  entrer dans la bouche, d'où former un cercle complet.

Nē-lēw nonon mal kalō, mal hayveg.
Sa canine est déjà sortie et rentrée (elle a fait un tour complet).

[ Mota sarovagto enter, draw into’. Cf. Mtp hay1. ]

he1   [] transitive verb. cueillir ‹un fruit comestible›.

vēl

Nok so he ta gan intik wōy vēvet.
Je vais en cueillir quatre pour mon fils.

he sey
[cueillir rassembler] cueillir des fruits en grand nombre, et les rassembler
he~2   (°na-he~) [nahɛ] -. nom

(1) ⟨qqn⟩ ⟨qqch⟩ ⟨lieu⟩  nom.

Syn : hah

(2) (méton) réputation, gloire.

Syn : yoyo~

Picasso, na-han ne-ketket.
Picasso est un homme célèbre [son nom est haut].

[ Mota <°ná sasá-. PNCV sasa-i. POc *asa.  *qasan. ]

he~3   (°na-he~) [nahɛ] -. <Ethn>

(1) litt. “nom (?) de” : récit littéraire, mythe, chanson ayant pour sujet principal ‹qqn, qqch›.

na-he plēn
la chanson de l'avion

(2) (partic) ode de prestige, composée en l'honneur de ‹qqn› par un poète professionnel (n-et towtow-eh, cf. towtow*).

Nēk ne-myōs so nok so tow na-he: nēk van tēy me nē-sēm, so ti na-he me hiy no.
Si tu veux que je compose ton ode, tu m'apportes de l'argent (nē-sēm): c'est ainsi que tu me ‘commandes’ (ti) ta chanson.

[ Cfhe~1 (?).  eh (?). ]

he hiy  [hɛ hij] transitive verb. litt. “cueillir (?) descendre” : attraper ‹qqch› situé en hauteur et le descendre.

Syn : lep hiy

Nēk te-he hiy vēh me na-gasel sal tō alge en?
Pourrais-tu me descendre le couteau qui se trouve accroché là-haut?
hel  [hɛl] transitive verb.

(1) couper en deux ‹qqch› avec une lame que l'on tire lentement vers soi (opp. tot, couper avec une lame qu'on laisse tomber de haut en bas).

Kēy lep nē-phog tō hel susu.
Ils prennent la viande et la coupent en petites lamelles.

(2) circoncire ‹qqn›. Ethn. Les garçons sont normalement circoncis entre huit et dix ans.

Et-hel te nēk!
⟨insulte⟩ T'es même pas circoncis!
hel bēlag  [hɛl ᵐbɪlaɣ] ~ hel nē-mlag  intransitive verb. <Danse> litt. “couper (?) [comme un] Râle” : désigne un pas de danse particulier, consistant à rejeter ses pieds en arrière, l'un après l'autre, en soulevant la poussière. Ce pas apparaît dans une danse ancienne comme le na-mag ; on le retrouve également, aux yeux de certains, dans la récente mode du hip-hop (na-rap). Cette action rappelle la démarche de l'oiseau nē-mlag [cf. bĒlag], qui jette en arrière ses longues pattes.

Na-rap en, qe so ne-hel-bēlag non ige qagqag !
Le hip-hop, c'est un peu le hel-bēlag des Blancs !
heleg  [hɛlɛɣ] adv. (‡) (rare) juste, seulement, exclusivement: restrictif accompagnant les prédicats minorés.

Syn. familier : vēlēs

Kōyō haytēyēh heleg.
C'est exactement la même chose.
helm̄ēt  [hɛlŋ​͡mʷɪt] adv.

(1) (faire V) en s'arrêtant à mi-chemin.

Yogyogveg nonon mi-tig helm̄ēt a metehal.
Son serviteur s'arrêta au milieu de la route.

(2) (fig) (faire V) à moitié, de façon inachevée.

Kē me-se helm̄ēt ēwē.
Il a chanté à moitié (il s'est arrêté au milieu de la chanson).
hep   [hɛp] adj.

(1) en excès, qui dépasse la limite.

wotig-hep
[Debout au-delà] nom du doigt majeur

(2) ⦗structure comparative⦘ plus grand que, supérieur à.

Ne-ketket nan en, ne-hep a nē-lē gōh en.
La hauteur (du monstre) était supérieure à la grotte que voici.
hep   adv.

(1) (faire V) au-delà de la limite.

Tog vanvan hep na-n̄ye mey gēn.
Tu n'as pas le droit de dépasser / d'aller plus loin que ce cap là-bas.

tan̄tan̄ hephep
[toucher outrepasser] toucher à la propriété d'autrui

(2) ⦗après Adjectif, en structure comparative⦘ (être P) davantage que. Rem. Hep est facultatif dans cette tournure.

Ni-lwo hep den mey t-anoy.
C'est beaucoup plus grand que celui d'hier.
het  [hɛt] adj. mauvais

Ant : itōk

Ant : ‘bon’

(1) ⟨comportement+⟩  mal, mauvais; qu'il ne faut pas faire.

no-yoy het
mauvaise nouvelle

Nok et-ak te na-hap mey ne-het hiy nēk.
Je ne t'ai rien fait de mal.

(2) ⟨qqn⟩  immoral, méchant.

Ba na-magtō nan, kē itōk si kē ne-het?
Et cette vieille, elle est gentille ou elle est méchante?

(3) ⟨qqch⟩  de mauvaise qualité; en mauvais état, en panne.

Na-mtek ne-het.
J'ai une mauvaise vue [mes yeux sont mauvais].

(4) ⟨qqn⟩  en mauvaise santé, mal en point.

(5) laid.

het   (ne-het) noun. le mal.

Tateh het nan.
Il n'y a pas de mal à ça.

[ PNCV <°s(a)áti. POc *saʔa-ti.  *saqatbad’. ]

hew1   [hɛw] transitive verb. <Ethn> empoisonner par magie, ensorceler pour tuer ; jeter un sortilège sur ‹qqn›.

ol ‘faire une offrande magique’

Syn : manheg

n-et hewhew

Kē ni-vēl na-gayte gengen nagay e kē ni-hew kēy aē.
(Le sorcier) prélève un morceau de leur nourriture, et il s'en sert pour leur jeter un mauvais sort.
hew2   [hɛw] transitive verb.

(1) arracher ‹les plumes, n-ili~› à un oiseau.

(2) plumer ‹un oiseau›, partic. en préparation culinaire.

hewhew nu-tutu
plumer une poule
hey1   [hɛj] intransitive verb. briller ; jaillir
hey2   [hɛj] transitive verb. revêtir

hey lō

hey3   [hɛj] intransitive verb. pointu, acéré.
hey lō  transitive verb. ôter ‹vêtement›.

hey [2]

‘à travers’

heyaw  [hɛjaw] transitive verb. porter ‹qqch› sur les deux épaules (sans bâton), ex. ‹un enfant›.

h[e]ye~  (na-hye~) [nahjɛ] -. 1s : na-hye-k 3s : na-hya-n

(1) ⟨qqch⟩  endroit de ‹qqch›, espace pour ‹activité›.

Syn : t[e]no~

le-hye muwumwu mino
sur mon lieu de travail

na-hye galgal m̄aya
⟨mod⟩ salle de théâtre [lieu pour jouer-la-comédie]

na-hye kikik wōm̄ēl
terrain de football

(2) (rare) ⟨qqn⟩  lieu de résidence ou de travail de ‹qqn›.

Syn : teno~

No le-hyek en.
Je me trouvais à mon bureau.

(3) (partic) propriété de ‹qqn, spéc. chef de famille›, composée des maisons familiales, et de l'aire publique (na-tnepnō) qui les sépare; par_ext. propriétés privées, incluant les possessions personnelles et les épouses.

vōnō ‘espace habité’

(4) ⦗gén. au locatif le-hye⟨Esprit⟩  “domaine ‹d'un Esprit›”: désigne chacun des grades hiérarchiques, dans le système de grades des sociétés secrètes (halgoy); heye~) d'un Esprit particulier (cf. tamat).

na-mlak le-hye ēvēp
[les ornements du domaine de n-ēvēp] les insignes de l'Esprit n-ēvēp

na-sas le-hye matvēvet
[le croton au domaine de Matvēvet] les feuilles-de-Croton, insignes de l'Esprit Quatre-Yeux (Mat-vēvet)

[ PNCV *zaravillage clearing’. ]

h[e]ye-tmat  (na-hye-tmat) [nahjɛtmat] noun. <Ethn> litt. “domaine des Esprits” : grade hiérarchique dans la société secrète (na-halgoy), et réservé aux hommes initiés (lēs).

Nēk mu-wuh goy na-yaw van le-hye-tmat mino.
Tu as sacrifié un porcin (hermaphrodite, yaw) pour (accéder à) mon grade sacré.
heylō   [hɛjlʊ] transitive verb.

(1) (arch) accomplir de bout en bout ‹qqch›, passer au travers de.

(2) (partic) accomplir entièrement ‹l'épreuve initiatique du nō-sōq›, litt. traverser ‹la maison initiatique na-gmel›.

Kē me-heylō na-gmel qele ino.
Il a accompli la ‘maison’ initiatique tout comme moi.
heylō   adv. à travers.

‘enlever (un habit)’

Syn. relevé : vaywēg

(1) à travers ‹qqch›, au travers de.

“Ne-m̄yayay” en, so nēk t-et heylō vēh.
“Transparent”, ça veut dire qu'on peut voir à travers.

(2) complètement, en entier, d'un bout à l'autre; notion de réussite, de parcours complet.

Kē ma-van heylō na-tnon.
Il a remporté les élections. [litt. il est allé jusqu'à son siège]
heylō hiy  -. (fig) par le moyen de, à l'occasion de.

Heylō van hiy na-vanvan nonmi me hiy kemem, kem tiqyo ēglal hiy so kimi hag Franis en, kimi qele ave.
À travers vos voyages chez nous, nous apprenons à mieux connaître comment vous vivez là-bas en France.
h{ē}lol  (nē-hlol) [nɪhlɔl] noun. <Pois> poisson récifal, sorte de girelle sans queue. Halichoeres sp.

h{i}nag  (ni-hnag) [nihnaɣ] noun. <Bot> igname: tubercule principal de l'alimentation, et investi d'une haute valeur symbolique. Dioscorea alata.

ni-hnag bepwopwoy
les ignames offerts au mariage

Kēy lōslōs a lē-tqē alon tō ni-hnag ni-galeg galsi n-ēwan.
⟨rite magique⟩ On exécute une danse à l'intérieur du jardin pour faire prospérer les ignames.
  [] -. sujet, proposition répétée⦘ litt. “qui fait-P, qui fait-P” : chacun fait-P.

Hē ni-m̄on nagan, hē ni-m̄on nagan.
Chacun enveloppait sa part de nourriture.

Hē ni-salsal nagan ēntēn, hē ni-salsal nagan ēntēn.
Chacun faisait les grillades pour ses enfants.
hēgal  [hɪɣal] intransitive verb. (rare) feindre de (frapper, lapider+), d'où menacer.

gal

h[ē]gēl   [hɪɣɪl] transitive verb. décorer, embellir ‹lieu, village+› temporairement avec des feuilles et des fleurs multicolores, fl:spéc. en préparation d'une cérémonie ou d'un événement festif.

valakas ‘décoré, magnifique’

Ige lelo vōnō e kēy me-hgēl na-tno waha.
Les villageois ont décoré/fleuri la place de danse.
h[ē]gēl   (na-hgēhgēl) noun. décoration.

hay na-hgēhgēl
démonter [litt. déchirer] les décorations, une fois la fête terminée

[ Mota sagilodecorate a place with leaves and flowers’. ]

h[ē]gēl goy  [hɪɣɪl ɣɔj] transitive verb. <Mus> ⟨nom de qqn⟩  litt. “orner clore” : clore ‹un chant› en beauté*.

Hē so ni-hgēl goy na-hek?
Qui donc (par son nom) embellira mon ode?
h[ē]gēy  (na-hgēy) [nahɣɪj] noun. nid, emplacement usuel d'un grand oiseau.

tinignig ‘nid d'un petit oiseau’

na-hgēy ne qon
un nid de pigeon

[ Mota <°sakér(i,u). Cf. Mtp sageraperch, roosting-place of birds, flying-foxes’.  hagsit’. ]

hēlat  [hɪlat] transitive verb. trancher ‹le cou, dĒlo~›, décapiter.

lat ‘couper en deux’

Kē ni-hēlat nē-nlo m̄at en.
Il trancha la gorge du serpent.
h[ē]lēp   [hɪlɪp] transitive verb. se laver ‹le visage›.

sōwōl ‘se laver les mains’

Lep me nē-bē nok hēlēp na-ngēk aē.
Va me chercher de l'eau, que je me rafraîchisse le visage.
h[ē]lēp   intransitive verb. ⦗emploi absolu⦘ se laver le visage, se débarbouiller.
hēlge  (nē-hēlge) [nɪhɪlɣɛ] noun. <Bot> nom d'une plante. Rhus simarubaefolia.

hēmen  [hɪmɛn] transitive verb. renifler ‹une odeur›, sentir activement (fl:opp. yon̄teg ~ m̄ōkheg ‘sentir passivement’).

Syn : qōnqōn

No-tok mē-hēmen sas no-qo.
Le chien a trouvé le cochon en reniflant (sa trace).

[ Mota so-manput the nose to, smell’. Cf. Mtp mdi~. ]

hēn  (nē-hēn) [nɪhɪn] noun. <Bot> nom d'une plante (Rutacées).

(1) sorte de mimosa (?). Melicope kajewskii.

(2) (ou) autre Rutacée. Euodia spp.

[ Mota sina. ]

hēnhēn  (nē-hēnhēn) [nɪhɪnhɪn] noun. <Bot> nom d'une plante. Argusia argentea.

h[ē]n̄ēn  [hɪŋɪn] transitive verb. enfourner
hēw   [hɪw] intransitive verb.

(1) descendre.

tēqēl

hōw

Ant : vēykal

Na-lo may hēw.
Le soleil est déjà descendu (dans le ciel).

Hēw tēqēl me!
Descends ici!

(2) (parf) se diriger dans la direction géographique correspondant à hōw: aller vers le nord-ouest.

Nēk tē-hēw M̄otlap n̄ēh?
⟨depuis Port-Vila⟩ Quand est-ce que tu descends à Mwotlap?

(3) ⟨corps de qqn⟩  vieillir, perdre de sa vigueur.

(4) ⟨estomac⟩  digérer.

hēw   transitive verb. <Techn>

(1) (rare) ⟨esprit nu-vu descendre dans, investir le corps de ‹qqch, qqn›.

vu*

Nu-vu kē ni-hēw na-haphap soloteg, qe so n-et, nu-bus, na-mtig…
Les esprits peuvent ‘descendre’ dans toutes sortes d'objets: être humain, chat, cocotier…

Anoy, nu-vu het mē-hēw tō Lōlō, ba aqyig gōh mal bah lok.
Hier, un esprit maléfique avait investi (le corps de) Lolo, mais aujourd'hui c'est terminé.

(2) ⟨pêcheurs⟩  descendre avec ‹qqch›; (partic.) lors de la pêche collective (gey* hay), désigne l'activité d'un premier groupe qui descend vers la mer en tirant derrière lui ‹la liane de pêche na-hay›; d'où commencer la pêche à la liane.

Kēy tē-hēw qiyig na-hay.
Aujourd'hui ils vont descendre la liane. (i.e. ils vont faire une pêche collective)

[ PNCV *sivo. POc *sipo. ]

hēw goy  [hɪwɔj] transitive verb. <Techn> ⟨pêcheurs⟩  litt. “descendre chercher / descendre en second” : lors de la pêche collective (gey hay), désigne l'action du second groupe, qui descend vers la mer pour aller réceptionner l'extrémité de la liane, et boucler la boucle en la rapportant sur la plage (la liane trace alors un grand demi-cercle dans la mer).

Dō tog vanvan bē-hēwhēw hay ! Dō so van a bē-hēw goy.
N'allons pas pour descendre la liane (avec le premier groupe)! Allons plutôt dans le groupe qui ‘descend en second’.
hēy  (nē-hēy) [nɪhɪj] noun. <Bot>

hēywē   [hɪjwɪ] ~ hiywē  attr. vrai

(1) vrai, véridique.

Hēywē?
⟨incrédulité⟩ C'est vrai? Vraiment?

Kemem nē-dēmtig so na-tmat hiyhiywē.
Nous croyions que c'était un vrai fantôme.

(2) ⦗en réponse à une information⦘ marque l'acquiescement: ‘ah bon, d'accord’; parf. avec une pointe d'étonnement ‘ça alors!’.

itōk ‘oui, d'accord’

“Na-hek Womtelo.” Wo “Oo, hēywē.”
“Je m'appelle Womtelo. – Ah bon, d'accord.” [litt. Oui, vraiment]

(3) ⦗valeur exclamative, spéc. après une première proposition⦘ incroyable, inouï.

Kēy gengen tō gōh, hiywē!
C'est incroyable comme ils s'empiffrent ici [litt. Ils mangent ici, vraiment!]

Na-m̄ya ni-ak kē a hēywē!
Il éclata de rire très fort [litt. Le rire le prit, vraiment!]

Nēk m-et na-laklak en? Hiywē nowmat!
Tu as vu la danse? Incroyable! [litt. Carrément vrai!]

Na-baklap hiywē!
Incroyable [litt. Vrai], le bateau!
hēywē   adv. (faire V) vraiment.

No-qo e kē ma-mat hiywē.
Le cochon était bel et bien mort.
hēywē   intransitive verb. dire la vérité, être sincère.

Ant : gal ‘mentir’

Ohoo, nok hēyhēywē!
Mais je dis la vérité!
hēywē   noun. (rare) véracité. Uniq. dans l'expression Hēywē nōnōm Tu as raison [litt. ‘ton vrai’].
higap  [hiɣap] adv. rater

h[i]gi~  (ni-hgi~) [nihɣi] -. <Anat> 1s : ni-hgi-k 3s : nē-hgē-n

(1) coude.

(2) ⟨figure géométrique+⟩  angle, coin.

(3) ⟨maison⟩  lien de faîtage, renfort diagonal soutenant la charpente, et reliant les entraits (na-salwolwol) au faîte (nē-qēthi~).

Syn : hyi~

Nē-hgēn vēvet, so tēntēngeg goy nē-qēthōn.
Ces quatre renforts sont là pour soutenir la poutre faîtière
higoy  [hiɣɔj] ~ hig goy ~   transitive verb. litt. “tendre le doigt (hig) contre qqch (goy)” : bloquer

(1) boucher ‹un trou› avec ses doigts.

goy [1] ‘(3)’

qosos

ol

No mi-hig goy nē-dēln̄ek.
Je me bouche les oreilles.

(2) bloquer, physiquement ou non, l'accès à ‹qqch›: d'où protéger d'un danger.

Ige mayanag mi-hig goy na-tmat so kē nitog leplep.
Les chefs ont protégé les masques en empêchant (le touriste) de les emporter.

(3) empêcher ‹qqn› d'agir, par un geste de la main; barrer la route, arrêter ‹qqn› dans son élan.

goy1 (13)

tig goy

Kēy lak van i lak i lak en, kē ni-hig goy lok kēy.
Tandis qu'ils continuaient à danser sans s'arrêter, il les interrompit de nouveau.

(4) (par ext) empêcher verbalement ‹qqn› d'agir, en usant de menaces ou de son autorité: d'où interdire, proscrire, défendre à ‹qqn› (de faire qqch: so + Prohib. / so + taple).

gatgoy

Nok higoy kōmyō so kōmyō tele vanvan hep na-n̄ye mey gēn.
⟨conte⟩ Je vous interdis d'aller plus loin que la pointe de terre là-bas.

No mi-higoy nēk, mi-hig goy nēk, Qētlas, so nēk tog vanvan tiwag mi ige be-gey-hay en !
Je t'ai déjà défendu maintes et maintes fois, Qêtlas, de fréquenter ces pêcheurs !

ne-le higoy
l'interdit, le secret (cf. le)
hil  [hil] transitive verb.
hin̄yeg  [hiŋjɛɣ] intransitive verb. briller, illuminer, produire de la lumière.

Syn : law

Nu-qul nōnōm mi-hin̄yeg meyen.
Ta lampe est restée allumée toute la nuit.

nu-qul hin̄hin̄yeg
[lampe très brillante] lampe-torche
hip2   [hip] attr. (fam) nombreux, beaucoup, plein.

Syn : m̄adeg

Ige m̄alm̄al hip a hip a hip.
Des filles, il y en avait plein, plein, plein!

Mela kēy mē-vēl na-gap a hip a hip.
Mélanie et les autres ont attrapé tout plein de crabes.

Ige susu mi-hip tō me agōh an̄qōn̄.
⟨conjugué⟩ Cette nuit, il y a eu plein d'enfants ici.

[ Angl. heap. ]

hit  [hit] transitive verb. transporter ‹du feu, n-ep› d'un endroit à l'autre, à l'aide d'un brandon (spéc. en feuilles ou en spathe de cocotier).

Kē ni-yēt no-yomtig vōyō nen tō ni-van yow tō ni-hit.
Elle attacha deux palmes de cocotier, (les alluma) et transporta le feu vers la plage.
hithit-ep  voi. ⦗verbe à objet incorporé⦘ transporter le feu.

hit

No-yomn̄as a nō-wōlēlē ne mitig, a hithit-ep aē en.
Le spathe, c'est la bractée du cocotier; on s'en sert pour transporter le feu.
hiy1   [hij] adv. indique qu'une action V s'effectue selon un mouvement d'application (partic. en direction de qqch).

(1) indique un mouvement descendant, d'un endroit en hauteur en direction du sol.

Syn. relevé : taqlun̄

taq hiy
se courber, se baisser

vatiqaw hiy
s'agenouiller penché vers l'avant, se prosterner

at hiy
baisser le regard

yap hiy
tirer vers le bas

lep hiy
descendre (un objet qui se trouve en hauteur) ; (fig.) mépriser, humilier

he hiy
cueillir

(2) ⦗+ vb de position⦘ indique que la position V tend vers l'immobilité, la stabilité. Le groupe ‹V+hiy› est naturellement suivi du directionnel hōw 'vers le bas'.

m̄ōl hiy
diminuer, s'affaiblir

hag hiy
s'asseoir

en hiy
s'allonger

Kē ni-vahyeg na-tno tamge nonon hōw, ni-en hiy van.
Après avoir étendu sa natte sur le sol, il s'y allongea.

tig hiy
s'arrêter debout (au cours de la marche)

Kōyō van me wa tig hiy sey hōw.
Ils s'arrêtèrent brusquement dans leur marche, debout l'un à côté de l'autre.

(3) ⦗+ vb de mouvement⦘ indique que l'action V est orientée dans un but précis, spatialement ou mentalement. Rem. Lorsque hiy oriente un verbe intransitif vers un objet précis, il peut parfois le rendre transitif.

aē [A] ‘y, là’

van [2] ‘Itif’

Tēymat qēt na-haphap van hiy kōyō nen, tō kōyō del hiy.
Lorsqu'ils eurent fini leurs préparatifs, ils se mirent en route [avec un but précis en tête].

Kēytēl yem ketket hag li-siok nen tō hō hiy ēgēn.
Ils grimpèrent dans leur bateau, puis se mirent à pagayer [dans la direction prévue].

valag / gityak hiy
courir [dans une direction précise, pour atteindre un but qu'on s'est fixé]

Kē ma-van hiy me.
Il est venu exprès.

wow hiy
se tourner vers, s'adresser à; convoiter, désirer, être amoureux de

(