banner
A dictionary of Mwotlap (Banks Is., Vanuatu)
This dictionary has no finderlist yet. To look up French or English words, open this link (entire dictionary on one page)
or this Pdf version of the dictionary, and search for a string of text [Ctrl+F/Cmd+F].
 

Mtp–Fr–Eng

Mtp–Eng–Fr

Mtp–Fr

Tea–Eng–Fr

Tea–Eng

mwotlap dictionary
Index g
ga1
ga2
ga~2
ga-3
g[a]ban
gadōhō
gagah
gah1
gal1A
gal1B
gal1C
gal1D
gal1E
gal2
gal3
g[a]laA
g[a]laB
galeg
galeg galsi
galgal m̄aya
galgal m̄aya
galingoyA
galingoyB
galsi
gam
gamat
gamatqey
gamlala
gamteg
g[a]nah
ganwon
gap
gap1
gapluwyeg
gapwut
gapyuy
gaqiy
gasel
ga-sēsē
gatakōn̄kōn̄
gatam
gatayA
gatayB
gatgatA
gatgatB
gatgoy
gatqap
gatqēh
gavag
gavan̄
ga-vey
gavilvil
gawol
ga-wow
ga-wuh
gay1
gay2
gay qul goy
g[a]yaq
gayeh
gayētyēt
gayga
gaygay1A
gaygay1B
gaygay2
gayme~
gaymōm
gayte
ge1
ge2
-ge3
geay
geg
geh
g[e]mel
gen1
gen2
gen heylō
gengenA
gengenB
gengenC
gengen vasgēt
gentel
g[e]sew
get1
geyA
geyB
gey hay
g[e]yehA
g[e]yehB
gēl
gēlqaqaA
gēlqaqaB
gēmteg
gēn1
gēn2
gēpne~
gēt1
gēt2
gēt3
g[ē]tē
g[ē]vēg
g[ē]vēg gan tamat
gēy
gēybak
gēymet
-gi
gil
g[i]li~
gin
gin m̄aya
gingin m̄aya
gismamatA
gismamatB
gismamatC
git
gityak
gog
gog
goh
golgol
gomA
gomB
gon1
gon2A
gon2B
gon3
gon goy
gongonA
gongonB
gonteg
gop
goy1
goy2A
goy2B
goy tiwag
goy vētgi
goygoy
g[o]yogyo-
goytig
goytig goy
goyveg
g[ō]bōn
gōgōp
gōh
g[ō]hōw
g[ō]hōwB
g[ō]hōwC
gōm
g[ō]nōm
gōskē
gōyi~
g[ō]yōw
gum
ga1   [ɣa] intransitive verb.

(1) ⟨feu⟩  se propager, gagner du terrain.

(2) (fig) ⟨nouvelle, rumeur⟩  se propager, se diffuser.

Na-yoyo vōnō gōh kē kē ni-van tō ni-ga vel-vōnō ēgēn.
La renommée de notre île gagne déjà le monde entier.

[ Mota gaospread; burn’. ]

ga2   (na-ga) [naɣa] noun. <Bot> kava

(1) kava, nom d'une plante (Pipéracées). Piper methysticum. ◈ Variétés non buvables de kava: Cf. yogam̄taqlap, yom̄taqgaga.

nō-wōgtag ne ga
la racine de kava

(2) boisson légérement narcotique, traditionnellement consommée par les personnages importants (n-et_liwo) dans leur maison secrète (na-gmel), et aujourd'hui par tous les hommes, en public ou en privé, à la tombée de la nuit vers 19 heures.

Nēk so in na-ga, nēk vatqep na-mte, den no-hohōw ne ga tale qal na-mte.
Quand tu bois du kava, tu dois fermer les yeux, pour les préserver de la “vapeur” de kava.

Na-ga so ni-wuh nēk, tō ni-qti ni-m̄ōlm̄ōl aē, tō itōk.
Quand le kava te prend, tu as la tête qui tourne, et c'est ça qui est bien.

[ PNCV *kawaʀ. POc *wakaʀroot’. ]

ga~2   (°na-ga~) [naɣa] pos. classificateur possessif des comestibles, désignant un fi:x comme nourriture de fi:y.

(1) présente x comme destiné à être mangé par y.

gen

Na-gōm te mahgē ! Na-gan ige del.
Ce n'est pas (à manger) pour toi seul, c'est pour tout le monde.

na-gōm vetel / na-ptel na-gōm
tes bananes (à manger).

(2) (fig) présente x comme destiné à être subi par y, comme source de sensations physiques désagréables et non-maîtrisées. Comporte en germe le sens passif du ClPos ga~: Cf. fijien.

Iyah, na-gōm !
(smash au volley-ball) Tiens, prends ça !

(3) (Arg) ga~ est associé au rapport amoureux ou sexuel. La femme, ou une partie de son corps, est désignée comme une friandise pour l'homme ; et inversement.

Na-kis inēk.
[mon repas c'est toi] j'ai envie de toi

Na-kis wongē.
[ma sucrerie c'est ton visage] j'adore ton visage

Na-gan mal aē si tateh qete ?
Elle a déjà un copain [“à manger”] ou pas encore ?

Kē mo-yon̄teg na-gan manan aē.
Elle a joui / Cela (cadeau, chanson) lui a fait énormément plaisir.
ga-3   [ɣa] pf. <Bot> préfixe dérivatif de quelques noms de lianes ou plantes grimpantes, ex. ga-yētyēt, ga-vag, ga-tqap, ga-sēsē, ga-qiy, etc..

gayga

[ North-V °ɣa[w]e. PNCV *kaʀovine, rope’. ]

g[a]ban  (na-gban) [naɣᵐban] noun.

(1) ⟨bateau⟩  voile.

gam ‘naviguer à la voile’

na-gban ne baklap
une voile de bateau

Am̄ag, kēy leplep na-tamge so gagaleg na-gban ne ok gamgam aē.
Autrefois, on utilisait des nattes (de pandanus, tamge) pour fabriquer les voiles des voiliers.

(2) ⟨poisson⟩  nageoire dorsale, partic. assez grande pour évoquer une voile de navire.

hiyi~

[ Mota <°kabáne. PNCV gapane.  *kabanisail (n)’. ]

gadōhō  (na-gadōhō) [naɣaⁿdʊhʊ] noun. <Bot> nom d'une plante. Gnetum latifolium.

gagah  (na-gagah) [naɣaɣah] noun. <Anat> nom verbal de gah ‘assembler une structure’.

(1) armature de certaines structures confectionnées (gah) à l'aide de matériaux semi-rigides, de type rotin.

na-gagah ne tētvē
l'armature du four-à-biscuit (structure ronde, en bois léger)

na-gagah ne m̄oto
l'armature du garde-manger (en osier)

(2) (métph) ⟨homme⟩ ⟨animal⟩  côtes.

[ Mota gasorafter’. ]

gah1   [ɣah] transitive verb. <Archi>

(1) assembler ‹une structure› à l'aide de matériaux semi-rigides, du type rotin (na-gaqiy) ou autres (ex. na-gawol); faire de la vannerie.

Syn : yēt

Syn : lēg ‘attacher’

gah nō-m̄ōto
fabriquer un garde-manger

(2) (spéc) ériger la structure de ‹la maison›, édifier son armature, sa charpente. Souvent gah kal ‘assembler-monter’.

gilgeg

tēy ‘édifier ‹une maison›’

At tō gōh, veg nu-busmayaw ma-van me, gēn ōl so ‘wos’ n-ēm̄; ba ni-tiy kē en, so ‘gah’.
De nos jours, depuis l'arrivée des clous, on parle de “clouer une maison”; mais le terme authentique, c'est gah “assembler (avec des lianes)”.

Kem may gah kal n-ēm̄.
Ça y est, on a fini d'ériger la structure de la maison.

[ Mota gasoput on the rafters of a house’. ]

gal1   [ɣal] intransitive verb. mentir

(1) mentir involontairement, se tromper dans ses propos.

Syn : gayap

Ēt! No ma-gal!
Hé non, je me suis trompé!

(2) (cour) mentir volontairement, dire des mensonges, ne pas être sincère.

Nēk galgal ēwē!
Menteur! [litt. tu ne dis que des mensonges]

(3) (parf) ne pas tenir sa promesse, se parjurer.

Talōw le-mtap, lelo levete. Tog galgal!
Demain matin à six heures. Sans faute! [litt. ne mens pas!]

(4) (fig) agir pour de faux, simuler, feindre.

Kēy galgal goy ēwē.
⟨danse⟩ Ils dansent pour de faux (pas correctement).
gal1   transitive verb.

(1) mentir à ‹qqn›, volontairement ou non; induire ‹qqn› en erreur, donner une information erronée; faire une fausse promesse à ‹qqn›.

No ta-gal vēste nēk.
Je ne me permettrais pas de te mentir / Je tiendrai ma promesse, sans faute.

Nok so vap van, ba no tele gal nēk.
J'aimerais bien te répondre, mais je crains de t'induire en erreur [litt. de te mentir].

(2) faire croire qqch à ‹un enfant› pour le calmer, le consoler ou le distraire, spéc. en usant d'un stratagème mensonger; par ext. faire risette, amuser ‹un enfant›.

gal1   sf. faux, pseudo-, semi-: suffixe entrant dans quelques composés techniques, en combinaison avec des noms ou des verbes.

Ant : tiy ‘véritable’

n-ēleg-gal
⟨musique⟩ la fausse coda

nē-qēthōn-gal
⟨archit.⟩ pseudo-faîtage

no-soso-gal
pseudo-sablière (i.e. panne intermédiaire)

voyot-gal
scier à moitié, encocher

tot-gal
tailler à moitié (d'où sculpter, représenter: cf. totgal)
gal1   (na-gal) noun. mensonge, invention.

Na-gal!
C'est un mensonge!
gal1   (na-gal) excl. litt. “mensonge!” : bien sûr: expression de l'évidence. Idiom. Il faut comprendre: ‘Tu ne peux pas être sincère (gal) en me posant cette question, car tu es censé en connaître la réponse’.

Ino, na-gal!
C'est moi, évidemment! [litt. C'est moi, menteur!]

[ PNCV *kaletease, joke, deceive’. ]

gal2   [ɣal] transitive verb. Lien incertain avec gal1 ‘mentir’.

(1) souffler dans ses mains sur des feuilles pour allumer ‹un feu, n-ep›.

gal n-ep
allumer un feu

(2) souffler dans ses mains sur des feuilles magiques pour mettre en œuvre ‹un pouvoir magique, na-man›.

N-et tēytēy tēnge en ni-gal na-man nonon e tō ni-leh ne-len̄.
Le sorcier joue de son pouvoir magique, et détourne le vent.
gal3   [ɣal] transitive verb. rouler ‹fibres, ex. nu-nuy› sur la cuisse pour en faire une cordelette.

[ Mota galo. ]

g[a]la   (na-gla) [naɣla] noun. côté gauche du corps humain, spéc. main gauche.

Ant : mōtō

g[a]la   (gala) adv. de la droite vers la gauche.

Ige Arabik kēy yapyap gala.
Les Arabes écrivent vers la gauche.
galeg  [ɣalɛɣ] transitive verb. (‡) faire

Syn. familier : ak

(1) (concret) fabriquer, réaliser ‹qqch›.

ige mey a kēy ma-galeg n-ēm̄ en
ceux qui ont construit la maison

ige galeg-ēm̄
les constructeurs (de maison)

galeg na-tamn̄a
réaliser une natte

galeg n-ep
faire un feu

(2) (abstr) faire, préparer, susciter.

galeg na-ga
préparer [faire] le kava

galeg na-pyēyag
balayer [faire] les détritus

galeg ne-gengen
préparer le repas, cuisiner

Kem galeg na-wha.
On va jouer [faire] de la musique.

Ami galeg qele kimi n-ēglal.
Faites comme vous le savez.

Kēy ma-galeg na-hap mey a ne-het.
Ce n'est pas bien, ce qu'ils ont fait.

(3) (spéc) ⟨plante⟩  présenter tel ou tel stade de croissance.

Kē mal galeg na-yon.
Il a déjà [fait] son feuillage.

Ni-hnag et-galeg galsi te n-ēwan.
L'igname ne s'est pas bien développé [n'a pas bien fait son fruit].

(4) ⦗+ (a) so + Prop.⦘ faire comme si; faire en sorte que, veiller à ce que.

Nēk galeg a so nēk may dēm veteg na-haphap a kē ma-galeg tō van hiy nēk.
Tu fais comme si tu lui avais pardonné ce qu'il t'a fait.

Dōyō mas galeg a so kē mas togolgol.
Nous devons veiller à ce que (la chanson) soit parfaite.

Na-Tmat so ni-galeg so Iqet so tateh.
Satan voulait faire (en sorte) que Dieu disparaisse.

(5) ⦗+ Prop. Aoriste⦘ faire en sorte que. Forme des tournures factitives.

Nok galeg kē ni-ēh lok.
Je le ressuscite [litt. je fais qu'il revive].

(6) (fam) embêter, harceler ‹qqn›.

Tog gagaleg kē van!
Arrête de l'embêter!
galeg galsi  [ɣalɛɣ ɣalsi] transitive verb. litt. “réaliser correctement” : réparer, rafistoler ‹qqch›.

wiyis

No-tos mino me-het, nēk ta-galeg galsi vēh?
Ma lampe ne marche plus, tu peux la réparer?
galgal m̄aya  [ɣalɣal ŋ​͡mʷaja] intransitive verb. litt. “mentir drôle” : jouer la comédie, faire du théâtre pour faire rire le public; par_ext. donner une représentation théâtrale, comique ou non – ex. à l'église.

na-hye galgal m̄aya
⟨mod⟩ salle de théâtre [lieu pour jouer-la-comédie]
galgal m̄aya  intransitive verb. litt. “mentir drôle” : faire du théâtre, jouer un rôle dans une représentation scénique. Le ton peut être comique (Cf. m̄aya) ou non, comme dans les saynètes religieuses, à l'église anglicane.

m̄[a]ya [B]

gal ‘mentir’

galingoy   [ɣalinɣɔj] intransitive verb. comploter (à l'insu de qqn, den), tenir un secret.

goy ‘(13)’

Dō galingoy den kēy.
Nous parlons à leur insu, nous complotons contre eux.
galingoy   transitive verb. préparer ‹qqch› à l'insu de (den).

Dō galingoy na-tapēva gōh den kēy.
Faisons-leur une surprise de ce cadeau.
galsi  [ɣalsi] adv. (cour) bien, correctement, tout à fait.

Nēk te-mtiy galsi qiyig.
Tu verras, tu vas très bien dormir ce soir.

Kōyō m-etgoy galsi ēntēyō.
Tous deux ont pris grand soin de leur enfant.

Nok et-ēglal galgalsi te.
Je ne m'y connais pas parfaitement.

Nēk hohole galsi den no.
Tu parles encore mieux que moi.
gam  [ɣam] intransitive verb. ⟨bateau, marins⟩  naviguer à la voile, faire voile sur l'océan. L'usage des pirogues à voile est aujourd'hui quasiment perdu.

gaban ‘voile’

vak

n-ok gamgam
voilier [pirogue qui fait voile]

Ni-siok vitwag gamgam tō agōh !
Une voile à l'horizon! [litt. une pirogue fait voile ici]

[ Mota gam̄osail, make a sailing voyage’. ]

gamat  (na-gamat) [naɣamat] noun. <Bot> nom générique de quelques plantes.

[ Mota gamata nin̄nin̄. ]

gamatqey  (na-gamatqey) [naɣamatk​͡pʷɛj] noun. <Pois> “Mulet à queue carrée”, poisson récifal. Mugil vaigiensis.

ganah

gamlala  (na-gamlala) [naɣamlala] noun. <Anat> veine

[ Mota gapalaotendons, veins’. ]

gamteg  [ɣamtɛɣ] transitive verb. mener, amener ‹qqn› qqpart (à pied); servir de guide à ‹qqn›, accompagner.

tēy

Nēk so gamteg kē me.
Conduis-la jusqu'à moi.
g[a]nah  (na-gnah) [naɣnah] noun. <Pois> “Mulet à queue bleue”, poisson récifal. Mugil seheli. ◈ Le mulet est pêché en énormes quantités à l'occasion de fêtes, lesquelles impliquent des repas collectifs. Pour cela, une demi-douzaine d'hommes part quelques jours pour l'île voisine d'Ayô, et rapportent des centaines de ces poissons

[ Mota ganase. PNCV, POc *kanase. ]

ganwon  [ɣanwɔn] adv.

(1) (faire V) subitement, à l'improviste, sans crier gare.

Na-sm̄al me-sm̄al ganwon.
La pluie est tombée subitement, sans qu'on s'y attendît (sans aucun signe avant-coureur).

(2) (faire V) d'un coup sec (?).

Kē mē-hēlat ganwon nē-nlon.
Il lui trancha la gorge d'un coup sec.

[ Mota ganawonowantonly, carelessly’. ]

gap  (na-gap) [naɣap] noun. <Zool> crabe, nom générique.

nē-lwo gap
pince [‘dent’] de crabe

Na-gap ma-sak lō den na-qyan̄ nonon.
Le crabe a émergé de son trou.

[ POc *kape. ]

gap1   [ɣap] intransitive verb. voler, spéc. en battant des ailes (opp. hal 'flotter').

Ne-bem so ma-gapgap lelo ēm̄ en, vasem so hiqiyig ta-van qiyig me.
Si un papillon vole dans la maison, c'est le signe que quelqu'un va nous rendre visite.

[ Mota gavato fly with flapping wings’. POc *kapak. ]

gapluwyeg  [ɣapluwjɛɣ] transitive verb. renverser ‹liquide› par mégarde, en faisant un faux geste.

luwyeg ‘déverser’

Yugo ma-gapluwyeg ni-gli wōm̄ēl naman.
Y. a renversé son jus d'orange.
gapwut  [ɣapwut] transitive verb. soulever ‹le sol›, en faisant un petit monticule.

wut

wōq

Gēn wōq nē-tqē mi nē-qētah kē ni-yoy, tō gapwut.
⟨plantage des ignames⟩ On laboure le champ en y enfonçant un bâton-à-fouir, puis (en faisant levier) on soulève la terre.

Ni-hnag ta-gapwut vēh nē-vētan.
L'igname est capable de soulever la terre (en poussant par en-dessous).
gapyuy  (na-gapyuy) [naɣapjuj] noun. <Bot>

Na-glon en, ne-mtēltēl qele na-gapyuy a hag lē-m̄ēt en.

[  < °ɣa-βaruru. ]

gaqiy  (na-gaqiy) [naɣak​͡pʷij] noun. <Bot> rotinFlagellaria spp. ◈ Une fois écorché (nin), le rotin est utilisé pour coudre (tigiy) au toit les bandes de feuilles de sagoutier (no-yot). D'autre part, cette même plante est utilisée en médecine.

gasel  (na-gasel) [naɣasɛl] noun.

(1) (gén) couteau.

(2) (partic) grand couteau de brousse, à lame longue et solide, env. 50 cm. Ce couteau reçoit de très nombreux usages techniques: pour se frayer un chemin en forêt, pour travailler le bois (Cf. teh, tot), pour faire la cuisine (Cf. siy, wul), etc. Quasiment chaque individu possède son propre couteau.

ga-sēsē  (na-gasēsē) [naɣasɪsɪ] noun. <Bot>

(1) nom d'une plante (Amaranthacées). Cyathula spp.

(2) arc-en-ciel.

gatakōn̄kōn̄  (na-gatakōn̄kōn̄) [naɣatakʊŋkʊŋ] noun. <Bot> nom d'une plante (Lauracées). Cassytha filiformis.
gatam  (na-gatam) [naɣatam] noun. <Bot> nom d'une plante (Légumineuse). Canavalia maritima.
gatay   [ɣataj] transitive verb.

(1) évoquer, parler de ‹qqch›; mentionner, citer ‹(le nom de) qqn›.

Kem mō-yōstiwag en, kemem ma-gatay se na-he.
Au cours de notre réunion, nous avons également cité ton nom.

Na-he taq tō gōh kē, kēy et-gatay te van namwumwu namu.
Dans cette ode en ton honneur, ils ont oublié d'évoquer ton travail.

(2) (péj) médire de ‹qqn›, faire courir des bruits sur ‹qqn›.

Syn : lēlēlhiy

Nēk tog gagatay n-et qele nen!
Cesse de médire sur les gens!
gatay   adv. ⟨après V de parole⟩  à propos de, au sujet de ‹qqn, qqch›; (parler) de.

Syn : bE-

Syn : veg

Nok hole gatay na-laklak to-M̄otlap.
Je vais parler des [litt. parler-mentionner les] danses de Motalava.

Dō ma-kaka gatay tō en, et-misin goy qete en!
Mais on vient tout juste d'en parler!

[ Mota <°gato-tara.  gatotalk’.  taramention a person's name’. ]

gatgat   [ɣatɣat] transitive verb. (‡) parler ; spéc. parler ‹une langue étrangère›.

Syn. familier : hohole

Ige qoywon, kēy gatgat nono-y mi na-mne-y.
Les sourds ont la particularité de parler avec les mains.
gatgat   (na-gatgat) noun. (‡) langue, dialecte.

Syn. familier : hohole

Syn. familier : vap

lanwis

na-gatgat to-M̄otlap
la langue de Mwotlap, le mwotlap

Kē et-ēglal te na-gatgat nongēn.
Elle ne connaît pas notre langue.

ige tēytēybē ne gatgat
[les médecins des langues] les linguistes

[ Mota gatospeak; talk another language’. ]

gatgoy  [ɣatɣɔj] transitive verb. : interdire.

[ Mota gato goro. ]

gat + goy1.

gatqap  (na-gatqap) [naɣatk​͡pʷap] noun. <Bot> nom d'une plante (Convolvulacées). Merremia peltata.

[ Mota taqava. ]

gatqēh  (na-gatqēh) [naɣatk​͡pʷɪh] noun. <Bot>
gavag  (na-gavag) [naɣaβaɣ] noun. <Bot> sorte de pandanus, bsl. Big-pandanas. Pandanus spp.

vag

gavan̄  (na-gavan̄) [naɣaβaŋ] noun. <Bot> nom d'une plante (Smilacacées). Smilax spp.
ga-vey  (na-gavey) [naɣaβɛj] noun. <Bot> plante grimpante liée au bourao.

vey

gavilvil  (na-gavilvil) [naɣaβilβil] noun. : liens du balancier (na-sam), fixant les rivets (nē-mtot, cf. mētot) aux extrémités des jougs de raccordement (nē-wtē).

ga-3 + vil.

gawol  (na-gawol) [naɣawɔl] noun. <Bot> rotinFlagellaria spp. ◈ Techn. Cette variété de rotin est utilisée en guise de corde, pour fixer la charpente des constructions temporaires (na-tvēlgapye) ; pour les constructions plus durables, partic. pour attacher le toit, on préfère la variété na-gaqiy.

Nok nin na-gawol, tō yēt maymay nē-qētēnge aē.
J'effibre mon rotin, puis je l'utilise pour attacher les poutres.
ga-wow  (na-gawow) [naɣawɔw] noun. <Bot> plante (non identifiée).

ga-wuh  (na-ga-wuh) [naɣawuh] noun. litt. “kava (ga) qui frappe (wuh)” : état d'ivresse due au kava, mêlant relaxation et somnolence.

Na-gawuh ma-bah?
Alors, on dessaoûle [l'ivresse au kava est terminée]?
gay1   [ɣaj] pf. semi-, à moitié: préfixe faiblement productif.

gay2   [ɣaj] intransitive verb. serrer les dents....

gayēy

gaymōm

[ Mota garagarato clench the teeth’. POc *kaʀatbite’. ]

gay qul goy  transitive verb. recouvrir ‹objet, orifice› de façon incomplète (gay), ex. boucher l'ouverture d'une caverne à l'aide d'une grande pierre.

qul [A]

g[a]yaq  [ɣajak​͡pʷ] adj. neuf

[ Mota garaqa. PNCV *kara-bʷa. ]

gayeh  (na-gayeh) [naɣajɛh] noun. <Bot> nom d'une plante (Schizéacées). Lygodium reticulatum.
gayētyēt  (na-gayētyēt) [naɣajɪtjɪt] noun. <Bot> plante (Agavacées), bsl. Nangaria. Cordyline terminalis. ◈ Ses feuilles sont utilisées comme une ficelle (ga-3) pour nouer (yēt) les paquets de laplap à cuire au four.

gayga  (na-gayga) [naɣajɣa] noun. <Bot>

(1) nom générique des lianes et plantes grimpantes.

ga-

Kem tot na-gayga, yoweg hoyo hiy nē-vēthiyle.
On coupe une liane, et on l'étend dans toute sa longueur sur la plage.

(2) liane en tant qu'elle est investie d'une fonction (ex. pour attacher, relier, accrocher, délimiter, etc.); par anal. corde, cordon, ficelle, fil, câble, fil électrique.

na-gayga mōmō
cordon de poissons

Ige lōqōvēn kēy ye yosveg nō-mōmō, kēy tabay la-gayga nonoy.
Les femmes attrapaient force poissons, et les enfilaient un à un sur leurs cordons.

Kēy wōkwōk na-qyan̄, kēy yoweg na-gayga, kēy wōkwōk na-qyan̄…
⟨culture de l'igname⟩ Ils creusent un trou, tendent un cordeau, creusent un autre trou…

Kē ni-lēg na-gayga van lē-qēthōn, tō ni-lēg mat kē aē.
Après avoir fixé la corde à la poutre faîtière, il se pendit, et rendit l'âme.

Kēy lep na-gayga tō kēy susuy ne-qen aē.
Avec une ficelle, on confectionne un filet.

na-gayga yapyap
fil de pêche, ligne

[ PNCV <°ˌɣaro-ˈɣae. North-V *kaʀovine, rope’.  °ɣa[w]eliana, vine, rope’. ]

gaygay1   [ɣajɣaj] intransitive verb. gratter, démanger.

ēlag ‘urticaire’

gaygay1   (na-gaygay) noun. <Méd> la ‘gratte’: nom générique des maladies de peau prurigineuses (teigne, mycose).

Na-gaygay aē mi kē.
Elle a la teigne.

[ PNCV *kaʀa-tistinging, itchy’. ]

gaygay2   (na-gaygay) [naɣajɣaj] noun. <Pois> litt. “qui gratte / donne la gratte (?)” : poisson récifal: Eleotris à raie bleue. Valenciennea strigata (?).

gayme~  (na-gayme~) [naɣajmɛ] -. <Anat> langue

(1) ⟨humain, animal⟩  langue.

na-gayme m̄at
langue de serpent

Nē-bē sewsew me-sqo na-gaymek.
Je me suis brûlé la langue avec le thé.

Kōyō vēy-wesewseg na-gaymayō.
Ils s'embrassent sur la bouche [litt. se tirent la langue l'un l'autre].

(2) ⟨fleur⟩  pistil.

[ Mota garam̄ea-i. POc *kaʀamaya. ]

gaymōm  [ɣajmʊm] adv. ⦗+ V de parole⦘ (parler) en marmonnant, sans articuler, de façon incompréhensible.

Ige susu, kēy hohole gaymōm.
Les enfants, ça babille. [parler-marmonner]

Nok sese-eh gaymōm ēwē, veg nok et-ēglal te na-vavap nan.
Je chante un peu dans ma barbe / sans articuler [chanter-marmonner], car je ne connais pas les paroles.
gayte  (na-gayte) [naɣajtɛ] -. morceau ; moitié. Synt. On a soit /na-gayte + nom sans article/ ‘morceau de N’, soit /N na-gayte-gi/ ‘N son morceau’.

na-tkel-gi ‘morceau’

na-gayte gengen
un morceau de nourriture

nō-wōl na-gayte-gi
demi-lune

Na-lo vētēl na-gayte-gi.
Il est trois heures et demi.

Nō-bōk mino mal gayte-gi.
Mon cahier en est à sa moitié.

[ Mota garataifragment, remnant’. ]

ge1   (°na-ge) [naɣɛ] noun. chose
ge2   (ne-ge) [nɛɣɛ] noun. hameçon

[ Vurës <°káu. POc ɣo.  *kawil. ]

-ge3   [ɣɛ] sf. SufPers
geay  (ne-geay) [nɛɣɛaj] noun. enclos

[ Mota geara. PNCV *ara. POc *qaʀa(r). ]

geg  (ne-geg) [nɛɣɛɣ] noun. <Bot> fleur. Amaranthus gangeticus.

[ Mota gegaan amaranthus’. PNCV *kekacockscomb plant’. ]

geh  [ɣɛh] adj. Synt. Tantôt épithète d'un nom; tantôt adjoint (après un prédicat).

(1) chacun, les uns comme les autres, tous autant qu'ils sont. Marque du Distributif, consistant à distribuer un même prédicat en parallèle, sur plusieurs référents pris séparément. Du fait de sa valeur de Distributif, la forme en geh s'apparente parfois à une sorte de pluriel.

Ige to-M̄otlap geh anen.
Tous ces gens-là sont de Mwotlap (tous autant qu'ils sont).

Ige geh nen, qulqul nonoy geh aē.
Les (filles) que tu vois là, toutes autant qu'elles sont, elles ont déjà toutes un petit ami.

Kēy gapgap geh ēgēn!
⟨démons ailés⟩ Ils prirent tous leur envol (les uns après les autres, séparément).

Iqet mi-tin̄tin̄ n-et geh.
Iqet créa les hommes, les uns après les autres.

Kēy goy vētgi me, ne-ptig geh na-kaskas lē-qtēy.
Les voici qui arrivent en foule, avec chacun une fleur dans les cheveux.

No-yobem gōh e, na-hek na-taq geh aē.
Dans ce livre, mon nom apparaît plusieurs fois.

Kem et-ēglal te na-kaka geh gōh en.
Nous on ne connaît pas toutes ces histoires-là.

Iyē geh nen?
Qui est-ce? Qui sont ces personnes? (quels sont leurs noms aux uns et aux autres?) – Cf. iyē.

(2) ⦗+ négation⦘ aucun, pas du tout.

Tateh ipluk geh.
Je n'ai aucun ami.

Tateh et geh le-pnō, ige del mē-qēt bi-hilhil !
Il n'y a absolument personne au village, ils sont tous partis aux champs.

Tateh gengen geh so kēy so gen.
Ils n'avaient rien [du tout] à manger.

No et-ēglal geh te.
Je n'en sais rien du tout.
g[e]mel  (na-gmel) [naɣmɛl] noun. <Hist> maison des hommes, bsl. nakamal. Désigne plusieurs sortes de maisons communes réservées aux hommes, et associées à l'exercice du pouvoir.

(1) (arch) palais, maison privée des dignitaires (welan), dans la société ancienne. Parf. terme noble pour désigner la ‘maison’ (n-ēm̄), dans les contes et mythes. La possession d'un haut rang (nō-sōq, welan) obligeait son détenteur à certaines restrictions, partic. de ne pas sortir, durant certaines périodes, de sa maison (na-gmel). Celles-ci étaient anciennement ornées de sculptures en bois, de part et d'autre de leur porte d'entrée.

Iqet mitiy tō a le-gmel nonon.
⟨mythe⟩ Iqet était en train de dormir dans sa demeure.

(2) maison sacrée, dans laquelle se déroulait une partie des cérémonies d'intronisation des dignitaires de haut rang (cf. nō-sōq), dans la société ancienne.

(3) (cour) maison destinée aux chefs (mayanag) de village, voire plus largement aux hommes adultes. Partic. désigne la maison du conseil municipal (également appelée n-ēm̄ qos). Ces constructions ne sont pas seulement le lieu de délibérations collectives, mais aussi de diverses cérémonies politiques ou sociales, voire de détente. En particulier, le na-gmel est depuis toujours associé à la consommation du kava (na-ga), le soir au coucher du soleil.

(4) (par ext) maison destinée à la consommation du kava, y compris sous la forme moderne et urbaine du kava-bar, où l'on paye le kava au verre. Bien que la formule soit originaire de la ville, le premier kava-bar s'est ouvert à Mwotlap en 1998.

[ Mota gamalclub-house of suqe, or of a single high rank’. POc *kamali(ʀ)men's house’. ]

gen1   [ɣɛn] transitive verb. <Ethn> manger

(1) manger ‹viande, légume+›. Pour l'anthropophagie, on utilise kuy ‘croquer’.

Gen !
Mange-le !

Kem me-gen nō-mōmō, kem me-gen ne-beg…
Nous avons mangé du poisson, nous avons mangé du fruit-à-pain…

(2) (fig) subir ‹qqch de pénible›; être obligé de recevoir ou de faire qqch, sous forme d'une épreuve à passer (cf. fr. “avaler la pilule”, “déguster”).

ga~

No mal tēytēy bah nō-wōlin̄lin̄yeg, tō nēk gen ēgēn !
⟨jeu des cailloux dans le sable⟩ Ca y est, j'ai caché les jetons, à toi de les manger maintenant ! [i.e. fouiller le sable avec la main]

(3) litt. “manger les jours de qqn” : prendre un repas pour célébrer ‹un certain nombre de jours, nō-qōn̄*› depuis le décès de qqn; d'où accomplir une cérémonie familiale en l'honneur d'un mort.

Kem gengen nō-qōn̄ son̄wul nonon ēgēn.
Aujourd'hui, nous célébrons [litt. mangeons] le dixième jour (de son décès).

(4) litt. “manger un four” : gravir un échelon dans la hiérarchie des rangs initiatiques. Au cours d'une cérémonie secrète, l'impétrant devait manger ‹le contenu d'un four›, parmi les douze fours-à-pierres (na-qyēn̄i) correspondant aux douze rangs du cursus initiatique (nō-sōq); d'où acquérir ‹tel rang›. L'objet de gen est soit le nom na-qyēn̄i ‘four à pierres’, soit l'un des douze rangs initiatiques.

Kē me-gen nē-tētuw ; kē me-gen na-lan.
Il a gravi [litt. mangé] le rang netetuw, il a gravi le rang nalan.

(5) ⟨feu n-ep consumer, brûler.

lal

N-ēm̄ mino, n-ep me-gen qēt.
Ma maison a été entièrement brûlée.

N-ep me-gen mat kē.
Il est mort dans un incendie [le feu l'a mangé-tué].

[ PNCV, POc *kani. ]

gen2   (ne-gen) [nɛɣɛn] noun. <Ins> grosse fourmi noire, venimeuse. Solenopsis geminata.

didi

[ PNCV *kadiblack biting ant’. ]

gen heylō  ~ gen vaywēg  transitive verb. (d'où) litt. “manger de bout en bout” : franchir l'ensemble des échelons du cursus initiatique (nō-sōq) représentés dans ‹la maison initiatique na-gmel›; d'où compléter entièrement le cursus des grades, atteindre au rang suprême.

gen [1]

Ma-bah ēgēn. Kē me-gen heylō na-gmel.
Voilà, c'est fini: il a franchi toutes les étapes de [litt. mangé entièrement] la maison initiatique.
gengen   [ɣɛnɣɛn] intransitive verb. prendre son repas, manger.

Sōwō, gengen!
[allez, on mange] À table!

Nok gengen, ba na-maygay ni-akak no.
J'ai beau manger, j'ai encore faim.

gengen tot-matap
manger le matin, petit-déjeûner

gengen lēwomyen
manger le midi, déjeûner

gengen yēpyep
manger le soir, dîner

gengen mamah
[manger sec] jeûner

gengen tuvusm̄el
[manger grand-chef] manger avec les doigts, à même le plat
gengen   transitive verb. manger ‹qqch› habituellement, être mangeur de.

No ne-gengen ēwē nō-mōmō.
Je ne mange que du poisson.
gengen   (ne-gengen) noun.

(1) nourriture, aliments.

Ne-gengen nagangēn ma-bah qēt.
Nous n'avons plus rien à manger.

(2) (spéc) ⦗en prédicat⦘ chose comestible, qui se mange.

Na-ptel gōh et-gengen te.
Ce (genre de) banane ne se mange pas [litt. n'est pas un aliment].

(3) repas, spéc. repas collectif; d'où fête, rassemblement autour d'un repas collectif.

lavēt

Kēy so galeg ne-gengen liwo.
Ils vont faire un grand repas collectif.

[ PNCV *kani-kanioccasion of eating (feast, meal); food’. ]

gengen vasgēt  transitive verb. donner un repas de bienvenue pour ‹qqn›.

vasgēt

Ant : gengen vētleg ‘repas d'adieu’

gentel  (ne-gentel) [nɛɣɛntɛl] noun. <Pois> Perche tricolore, poisson récifal. Pterocaesio tile.

g[e]sew  (na-gsew) [naɣsɛw] noun. <Bot> arbre, variété sauvage de navel (ne-vel, na-wtag). Barringtonia racemosa.

get1   (ne-get) [nɛɣɛt] noun. panier

boy(boy)

tan̄

[ PNCV *kete. ]

gey   [ɣɛj] intransitive verb.

(1) évoluer dans l'eau, en touchant le fond ou non; marcher dans l'eau, passer à gué – partic. entre la plage de Lahlap et l'îlot d'Aya.

(2) (spéc) nager, évoluer dans l'eau sans toucher le fond.

suwsuw ‘se baigner’

No me-gey ēwē.
Je n'ai plus pied [litt. je nage seulement].

Nē-nētm̄ey ni-geygey misimsin, na-bago ni-n̄it kē.
L'enfant nageait trop lentement, il s'est fait mordre par le requin.

Kōyō me-gey i gey i gey e, gey yow dēn̄ ni-siok.
Tous deux se mirent à nager, nager, nager, jusqu'à la pirogue.

(3) (Arg) se barrer, filer, partir.

Kē may gey!
Ça y est, elle s'est barrée! [litt. elle a nagé]

Nok so gey m̄ōl ēagōh.
J'ai envie de me tirer. [de nager-rentrer]

Nēk te-gey vēh !
[litt. tu peux aller nager] Va voir ailleurs si j'y suis!

Ukēg kēy, kēy te-gey vēh!
Laisse-les tomber, qu'ils aillent au diable!
gey   transitive verb. faire avancer dans l'eau ‹qqch qui flotte›, alors que l'on est soi-même dans l'eau.

gey hay

gey ni-siok le-naw
pousser une pirogue sur les flots (en nageant à côté, ou en marchant dans l'eau)

gey na-hay
⟨technique de pêche collective⟩ avancer dans l'eau en poussant le filet-de-coco (na-hay)

[ PNCV *karuswim, bathe’. POc *kaʀu. ]

gey hay  voi. “pêcher à la liane”: se livrer à la pêche collective, à l'aide de la grande liane de pêche (na-hay). Cf. encadré

gey [B]

Yatkel mahē, ige yoyoweg goy nō-mōmō mi na-hay lililwo, a so ‘gey hay’ en.
De temps à autre, on encercle le poisson avec une immense liane de pêche, c'est ce qu'on appelle ‘gey_hay’.
g[e]yeh   [ɣɛjɛh] transitive verb. râper

(1) râper, spéc. râper la pulpe de la noix de coco, à l'aide d'un coquillage (ni-vingey) ou d'une planche à râper (nē-qēt-geyegyeh).

yah ‘râper (tubercules)’

(2) (rare) gratter ‹une surface rugueuse›, ex. avec ses ongles.

gaygay ‘se gratter’

g[e]yeh   (na-gyegyeh) noun. action de râper ; résultat de l'action de râper: nourriture (ex. coco) râpée.

na-gyegyeh mitig
coco râpée [du râpé de coco]

[ Mota <°korási. POc gorasscrape out, grate, the hard meat of coconut with cockle-shell’.  *korasscrape (coconut meat)’. ]

gēl  [ɣɪl] intransitive verb. proférer des insultes (à qqn, hiy), engueuler.

vēy-gēl ‘s'engueuler’

Nitog gēlgēl me hiy no! Nok et-ak te na-hap mey ne-het hiy nēk.
Arrête de m'engueuler, je ne t'ai rien fait de mal!

[ Mota goluse angry language’. ]

gēlqaqa   [ɣɪlk​͡pʷak​͡pʷa] intransitive verb. litt. “outrager stupidement” : jurer, dire des gros mots, proférer des insultes (à qqn, hiy).

Nēk so gēlqaqa, nēk ganganoy.
Si tu dis des gros mots, tu commets un péché.
gēlqaqa   (nē-gēlqaqa) noun. gros mots, jurons.

Nēk vatne bah nē-gēlqaqa en, tō nēk qoyo ēglal galgalsi na-gatgat.
Commence par apprendre les gros mots, et tu connaîtras parfaitement la langue.
gēmteg  [ɣɪmtɛɣ] transitive verb. saisir ‹qqch› avec le pied.

sēmteg ‘pousser du pied’

Nēk mē-gēmteg kal nē-qētēnge.
Tu as soulevé un bâton avec le pied.
gēn1   [ɣɪn] pp. nous, i.e. moi & toi & eux/elles (>1) ; 1inc Pluriel.

igēn

dōyō

ēntēl

ti-mi-gēn

[ PNCV *kida. POc *kita. ]

gēn2   [ɣɪn] dx. là, ça, voici. Déictique de troisième degré, à valeur de démonstratif focalisé. Rem. La forme conclusive gēn est employée uniquement en fin d'énoncé assertif ou exclamatif (opp. nōk partout ailleurs). Lorsque gēn constitue lui-même le prédicat, il prend la forme igēn.

(1) ⦗déixis spatiale⦘ ici, là, là-bas. Réfère à un endroit précis, désigné physiquement (avec la main ou la tête), qu'il soit proche ou éloigné. Souvent précédé d'un directionnel spatial.

No ne-myōs mey gēn!
Je veux celui-là!

Intik gēn!
Voici mon fils.

Na-ln̄e eh vanvan me gēn!
J'entends un chant qui me vient de ce côté…

At yak tog yow gēn, nēk et?
Tiens, regarde là-bas (vers la plage)! Tu vois?

Ete n-ēm̄ mino a hag gēn, a isqet n-ēm̄-yon̄ en.
Ma maison, la voici là-bas (vers l'est), à côté de l'église.

(2) ⦗référence temporelle⦘ voici que; maintenant. Pointe sur le présent d'énonciation.

ēgēn

Na-vap t-am̄ag nan ni-bah hōw gēn.
⟨formule de clôture⟩ C'est ici/ainsi que (mon histoire) se termine.

(3) ⦗référence à la situation⦘ ceci, voici, ainsi. Réfère à une action (gestes+) en cours.

Ne-hyo tege qele gēn.
⟨accompagnant un geste des mains⟩ C'était à peu près long comme ceci.

Nēk laklak qele gēn!
⟨accompagnant une démonstration par le locuteur lui-même ou par un autre⟩ Voici comment tu dois danser.

(4) ⦗référence au discours⦘ voici, comme ceci. Réfère aux paroles du contexte immédiat, soit juste avant (fr. ‘voilà’, pour conclure), soit juste après (fr. ‘voici’, pour introduire la suite).

Kē gēn!
Voilà, c'est ça! (comme tu dis).

Tō ni-bah. Na-maltē ēwē gēn.
(L'histoire) est finie. Voilà, c'est très court.

Tō kē vēlēs gēn.
Voilà, c'est tout.

Tō no-towtow-eh e, ikē qele gēn.
⟨conclusion⟩ Voilà donc en quoi consiste la poésie.

N-eh nan qele gēn:…
⟨introduction⟩ Voici ce que donnait la chanson en question [litt. le chant était comme ceci]: …

No-woslēgē en, kē qele gēn, so: …
Le mariage traditionnel, voici comment ça se passe [litt. c'est comme ceci]: …
gēpne~  (nē-gēpne~) [nɪɣɪpnɛ] -. <Anat> aisselle

gēpnah

[ PNCV <°káviná-.  *ʔavi-ŋaarmpit’. ]

gēt1   [ɣɪt] adj. raide, rigide.

hag gētgēt
[s'asseoir raide] être accroupi

Na-lwek mē-gēt.
Je suis en érection.

Nē-gēt?
⟨allusion sexuelle⟩ Alors, en forme? [litt. elle est bien raide?]

[ Mota getrise, stand, stiffly’. ]

gēt2   [ɣɪt] transitive verb. (rare) détester, haïr.

gēt3   (nē-gēt) [nɪɣɪt] noun. <Pois>

(1) Picot cerclé, poisson récifal. Siganus doliatus.

(2) (ou bien) “Picot varié”, poisson récifal. Siganus sp.

g[ē]tē  (na-gtē) [naɣtɪ] noun. <Zool> Pagure ou Bernard-l'ermite, petit crustacé qui se loge dans des coquillages. Pagurus spp. ◈ On le donne en appât aux poissons pour la pêche à la ligne (yapyap). Dans les contes animaliers, il a parfois le rôle de la petite bête fragile mais maline.

[ Mota gatou. PNCV, POc *katou. ]

g[ē]vēg  (na-gvēg) [naɣβɪɣ] noun. <Bot> pomme canaque, bsl. Nakavika. Syzygium malaccense.

[ PNCV *kavika. POc *kapika. ]

g[ē]vēg gan tamat  (na-gvēg gan tamat) [naɣβɪɣ ɣan tamat] noun. <Bot>

(1) litt. “pommier-canaque bon à manger pour les Esprits” : variété sauvage, non comestible, de Pomme canaque (na-gvēg), bsl. Wael_kavika. Syzygium spp.

(2) nom du principal motif traditionnel de dessin sur le sable, aux formes géométriques.

gēy  (nē-gēy) [nɪɣɪj] noun. <Bot> pandanusPandanus tectorius.

ga-vag

yōpdēge ‘(feuilles de) pandanus’

[ Mota gire. PNCV, POc *kiʀePandanus tectorius’. ]

gēybak  (nē-gēybak) [nɪɣɪjᵐbak] noun. <Bot> nom d'un arbre. Syzygium spp. ◈ Arbre assez solide pour fournir les piliers (na-han̄) dans la construction de maisons

gēymet  [ɣɪjmɛt] adj. variante longue de met2.

(1) ⟨noix, amandes⟩  mûr.

met [2]

Na-wtag mal gēymet.
Les navelles sont mûres.

(2) (métph) ⟨qqn⟩  d'âge mûr, adulte.

Syn : mata

Kē mal liwo, kē mal gēymet.
Elle a grandi, elle est adulte.

[ Cfmet2. ]

-gi  [ɣi] sf. suffixe.

bahne-gi
le dernier

vōyōne-gi
le second

na-gayte-gi
la moitié

na-tvel-gi
un morceau

tekel-gi

taval-gi
de l'autre côté
gil  [ɣil] transitive verb. creuser

[ PNCV <°kíli. POc *k(e,i)li.  *kelito dig’. ]

g[i]li~  (ni-gli~) [niɣli] -.

(1) jus ‹fruit, végétal›.

ni-gli wōm̄ēl
jus d'orange

ni-gli yan̄yan̄
jus extrait des feuilles d'Acalypha

(2) (gén) liquide.

gin  [ɣin] transitive verb.

(1) pincer ‹qqch, qqn›, avec le pouce et l'index.

Gin gin i gen e
⟨comptine⟩ Pince pince la fourmi

(2) (partic) arracher un par un les folioles de ‹fougère Cycas ne-m̄el›, pour décompter les jours.

m̄el*

gin m̄aya

Imam nonon gin ne-m̄el van nō-qōn̄ son̄wul nen en, e tō kē ni-van lok me.
Son père détacha une à une les folioles de son Cycas pendant dix jours, puis il revint vers lui.

[ PNCV *kini-tipinch, nip’. POc *ŋkinit. ]

gin m̄aya  transitive verb. litt. “pincer drôle” : pincer pour faire rire, chatouiller.

gin

Tog gingin m̄aya kē van!
Arrête de la chatouiller!

gingin m̄aya  transitive verb. litt. “pincer drôle” : chatouiller.

m̄[a]ya [B]

gin ‘pincer’

gismamat   [ɣismamat] transitive verb. (‡) préparer ‹repas collectif, fête›.

Syn : tēymat ‘préparer’

Kēy hay ne-qet, gil ni-hnag, wuh no-qo, gismamat qēt ne-gengen nagay del ēgēn.
Ils récoltent des taros, déterrent des ignames, abattent des cochons… et préparent ainsi un immense repas pour tout le monde.
gismamat   intransitive verb. accomplir tous les préparatifs, spéc. pour un repas collectif ou une fête.

Gēn so gismamat ēgēn.
C'est le moment de commencer les préparatifs (pour la fête).
gismamat   (ni-gismamat) noun. préparatifs d'une fête.

Na-tamn̄a en, gēn te-vet yosveg vēh lō-qōn̄ vitwag woy ēwē, yakhagyeh a bi-gismamat be-leg.
Les nattes, il arrive qu'on en tresse un grand nombre en une seule journée – en particulier lors des préparatifs d'un mariage.

[ Mota gismamateget ready beforehand, prepare overnight’. ]

git  (ni-git) [niɣit] noun. <Ins> pou.

lōp

ni-git vey

[ PNCV, POc *kutu. ]

gityak  [ɣitjak] intransitive verb. ⟨homme⟩ ⟨animal⟩  courir, partir en courant.

Syn : plag

gog  (no-gog) [nɔɣɔɣ] noun. <Bot> arbre (Euphorbiacées), bsl. Navenue. Macaranga dioica.

gog  (no-gog m̄am̄al) noun. <Bot> Macaranga tanarius.

[ PNCV, PEO *kokaBischofia sp.’. ]

goh  [ɣɔh] transitive verb. écorcer

[ PNCV *koso-mito husk a coconut’. POc *kojom. ]

golgol  [ɣɔlɣɔl] intransitive verb. faner, se rider ?.

[ PNCV *kolowither’. ]

gom   [ɣɔm] adj. (tomber ou être) malade.

Nēk tiple gom aē.
Attention de ne pas tomber malade.

No-momyiy m-ak no, nok so gom.
J'ai froid, je vais tomber malade.

Kē mo-gom e tō kē ni-mat.
Il est mort de maladie [Il était malade et puis il est mort].
gom   (no-gom) noun. maladie, pathologie.

n-ēm̄ gom
[maison de maladie] dispensaire, hôpital

no-momyiy gom
[le froid maladie] le paludisme

[ Mota gopato be sick, ill’. ]

gon1   [ɣɔn] adj. ⟨nourriture, boisson⟩  amer, aigre ; qui a un mauvais goût.

Ant : neneh ‘sucré, délicieux’

Ne-gengen gōh kē no-gon naw.
Ce plat est amer (comme le) sel !

Na-ga kē no-gon!
Le kava, ça a un goût bizarre.

[ PNCV *konabitter’. POc *(ŋ)kona. ]

gon2   [ɣɔn] intransitive verb.

(1) ⟨qqch⟩  être bloqué, coincé, accidentellement immobilisé.

gongon ‘occupé’

Kem hag day so nō-mōmō so ni-gon lelo qen.
On attend que le poisson vienne se prendre dans le filet.

Ēt! Ne-qen mo-gon le-vetvet!
Aïe ! Le filet s'est pris dans les rochers !

(2) ⟨fil⟩  embrouillé, inextricable.

Syn :

vogongon

(3) (par ext) ardu, difficile, compliqué.

Syn : meh

Syn : galēs

Syn : vēgih

gon2   intsf. Intensificateur du vb d'état mētēmteg ‘avoir peur, être effrayé’. Cf. fr. “bleue” dans “une peur bleue”.

No ne-mtēmteg gon na-bago.
J'ai une peur bleue des requins !

[ Mota gonaentangled, intricate, so difficult; to be engaged, occupied’. PNCV *konacaught, tangled’. ]

gon3   [ɣɔn] transitive verb. <Techn>

(1) enfoncer un objet long et pointu (ex. sagaie) dans ‹un objet plus large›: poignarder, harponner ; ficher, planter, transpercer. Sém. Pour gon, l'agent ne lâche pas l'objet pointu (kay ‘décocher ‹flèche›’, es ‘lancer ‹sagaie, couteau›’); il l'enfonce en le tenant d'une main (wōq ‘enfoncer des deux mains’). Enfin, gon implique que l'objet large est transpercé de part en part (opp. hig).

gon goy

Kēy mo-gon Jises.
Ils ont frappé Jésus d'une lance.

Gon bat ni-vinhe tiwag mi nē-qētah, tō na-ptōy nan ni-m̄lō.
On enfonce une perche [cf. nē-qētah] dans le bambou, afin d'en transpercer les nœuds.

Luw na-qyan̄, tō gon maymay nō-tōti han̄, kē taple mōmōgēg.
On creuse un trou, puis on y enfonce solidement le pilier [na-han̄], pour l'empêcher de branler.

(2) (partic) tasser ‹la terre› à l'aide d'un bâton lourd tenu à deux mains, à l'endroit où l'on est en train de dresser (vētgiy) un poteau, ex. dans la construction d'une maison. Le but de ce geste est de raffermir le sol à cet endroit, et donc éviter la chute du poteau.

Vētgiy na-han̄, tō gon nē-vētan ēgēn.
Après avoir dressé ton poteau, tu tasses la terre (autour).
gon goy  transitive verb. <Techn> (rare) litt. “enfoncer fermer” : fermer solidement ‹porte, cadenas› en enfonçant un objet long dans un autre ; verrouiller, cadenasser (opp. vēhbeg goy, fermer par simple accrochage).

gon [3]

goy [1] ‘(5) en refermant’

tabeg ‘fermer’

Gon goy galsi na-mteēm̄ !
Verrouille bien la porte !
gongon   [ɣɔnɣɔn] adj. (rare) ⟨qqn⟩  pas libre de son temps, empêché par une autre activité, occupé. Souvent remplacé par l'emprunt bisi < angl. busy.

gon [2] ‘bloqué’

Dō so muwumwu, ba veg no no-gongon.
J'aimerais bien qu'on travaille tous les deux, mais je n'ai pas le temps.
gongon   (no-gongon) noun. occupation, empêchement.

Ne-mgaysēn, ba no-gongon aē mi no.
Désolé, je suis occupé [j'ai un empêchement]
gonteg  [ɣɔntɛɣ] adv. uniquement dans l'expression ōl_gonteg_goy....

[ Mota gonatagto secure as by tying’. PNCV *konacaught, tangled’. ]

gop  (°na-gop) [naɣɔp] noun. <Ornith> Aigrette des Récifs, héron marin, 50 cm. Egretta sacra.

Koloyni na-Gop, na-n̄ye en ne-heyhey ne-mlēmlēg.
⟨comptine⟩ Ô joli Héron, ton bec est pointu et tout noir.
goy1   [ɣɔj] adv. toujours suffixé à un verbe V. Schéma gén.. un sujet A recouvre un objet B au moyen d'un objet couvrant C, spéc. de telle sorte qu'il empêche, volontairement ou non, une tierce personne D d'accéder à B. D'où |fb{A interpose C pour protéger B et/ou pour repousser D}. Les divers sens de goy résultent en partie des diverses combinaisons entre ces éléments

(1) ⦗A,B,C⦘ couvrir, recouvrir, entourer, ceindre ‹qqch› avec un instrument enveloppant, la nature de cet instrument étant explicitée. Cf. [V+goy] avec V: m̄on, quy, yoq.

Na-tmatwoh, lep no-yot tō yēt goy na-mtan.
Le grand tambour, on prend des feuilles de sagoutier et on les attache (yēt) de façon à couvrir (goy) son orifice.

Hey goy ni-qti mi na-hat anen!
Protège-toi donc la tête avec ce chapeau !

Nēk wēdē goy no mi ne-vet.
⟨conte⟩ Recouvre-moi de pierres (dans le four, cf. wdē).

(2) ⦗A,B,(C)⦘ idem, la nature de l'instrument enveloppant étant suggérée par le verbe V. Cf. [V+goy] avec V: geay, bey, hey2, luw, tetey, talvip, vet3, wēdē.

Kem me-geay goy nē-vētan, kē tale sisgoy soloteg.
Nous avons clôturé (geay 'clôture') la terre, de peur qu'elle ne s'effondre de tous côtés.

Kē me-bey goy kē.
Elle s'est ceinte d'une jupe (bey).

(3) ⦗A,B,(C)<A⦘ recouvrir, boucher, cacher: V implique que A couvre B avec une partie de lui-même (hig 'avec le doigt', tēy 'avec la main'). Cf. [V+goy] avec V: hig, ol, tan̄, tēy, qosos, sil.

Nok tēy goy nē-dēln̄ek.
Je me bouche les oreilles (avec les mains).

Nēk mi-sil goy kē!
Tu l'as prise dans tes bras !

(4) ⦗A=C,B⦘ recouvrir, envahir ‹un endroit›: l'objet couvrant (C) se confond avec le sujet (A). Cf. prépos. fr. sur. Cf. [V+goy] avec V: gay, hey1, hin̄yeg, yō1, yoq.

Nō-wōl me-hey goy na-pnō del.
La lune brille sur tout le village.

N-ēm̄ ni-yoq goy ne-men ē-gēn !
Alors le piège s'effondre sur l'oiseau.

Ige van wolat goy na-mtehal.
Les gens traversent la rue.

(5) ⦗A,B=C⦘ couvrir une chose avec elle-même, d'où: fermer, refermer ; boucler ; joindre, rejoindre. Cf. [V+goy] avec V: tabeg, vēhbeg, gon2, qul1, won, lok2, qal, yam.

qul goy no-totgal
recoller une photo

gon goy na-mteēm̄
verrouiller la porte

Lok hōw, kē ni-van qal goy mey lok hag.
Le côté ouest va rejoindre le côté est.

Kē ni-yam goy lok me.
Elle règle sa dette envers moi.

(6) ⦗A,B,(C),D⦘ de façon volontaire ou non, agir ou se trouver dans une telle position (verbe V) qu'on occulte un objet ‹B›, empêchant du même coup une personne (D) de le voir ou d'y accéder; d'où bloquer, occuper, monopoliser ; cacher ‹qqch›, préserver, protéger ‹qqch› (contre D, den D) [Obj=B]. Cf. [V+goy] avec V: en2, hag2, tig, vay1, hal1, qoy, myuw, ōy, vay1, vlōl.

Nēk ma-tan̄ melmel goy nō-bōk.
Avec ta main (tan̄) tu fais de l'ombre (mel) à mon cahier.

Nēk ma-hag goy na-tnēk!
Tu es assis à ma place [tu es assis-bloques ma place] !

In̄glan, na-naw na-hal goy.
L'Angleterre est une île [la mer flotte-bloque].

Ige mayanag mi-hig goy na-tmat so kē nitog leplep.
Les chefs ont protégé les masques en empêchant (le touriste) de les emporter.

(7) ⦗A,B,‘C’,(D)⦘ protéger ‹qqch› du contact d'autrui, en employant des paroles consacrées ; se réserver ‹objet, personne, endroit› en le marquant comme sa propriété, s'approprier ; rendre sacré ou tabou ; bénir. Cf. [V+goy] avec V: pour ‘se réserver’, ak, vēg, lēlēp, sal, tan̄, ōl_gonteg, tōqō ; pour ‘fiancer’ ak, vatlēg, hoghog ; pour ‘rendre sacré’, vap, tatay.

No mē-vēg goy so na-kis.
Je me le suis réservé pour moi (à manger, kis).

Kem van ak goy na-lqōvēn.
Nous allons faire des fiançailles (pour mon fils).

salsal goy n-ēm̄
marquer sa propriété privée sur sa maison [en y accrochant qqch, sal].

Ige qagqag kēy mi-lilip goy Numea.
La Nouvelle-Calédonie a été colonisée par les Blancs.

(8) ⦗A,B⦘ agir (V) de façon à protéger, obtenir, contrôler ‹qqch› ; avoir une position dominante sur ; agir sur, agir par rapport à ‹qqch›. Cf. [V+goy] avec V: wotwotm̄ag ; mitiy.

Kem mitiy goy ni-mit.
Nous, nous surveillons la viande [en dormant, mitiy].

Kē no-wotwotm̄ag goy kemem.
Il est l'aîné de [litt. sur] nous tous.

Magra kē ni-lwo goy na-gmel agōh.
C'est Magra qui dirige [qui est ‘grand sur’] ce bar à kava.

No no-bos goy mahgēk !
C'est moi qui suis mon propre patron [bos] (je suis libre de faire ce que je veux)

Na-Tmat m-aksok so kē ni-wuh Iqet, so kē ni-lwo goy a na-myam kē.
Satan cherchait à tuer Dieu, pour devenir le maître du monde.

(9) ⦗A,B⦘ agir et spéc. se déplacer pour obtenir ‹qqch›, aller chercher ‹qqch, qqn›. Cf. [V+goy] avec V: van1, gityak, at, sōyteg, dam, tatag, yow2 ; daeva, munuw, tvēy ; vēhge, yav1.

Na-trak so ni-van goy na-mtewot!
Il faut une voiture pour aller chercher un blessé !

Kēy tēvēy goy nō-mōmō.
Ils plongent chercher du poisson (ils font de la pêche sous-marine).

Nok vēhge goy ne-gengen na-ga-mem.
Je vais me renseigner sur (goy) le repas que nous allons manger.

(10) ⦗A,B⦘ agir (V) de façon à prendre soin de ‹qqn› ; s'occuper de, soigner ; aider ; entretenir. Cf. [V+goy] avec V: hag2, en2, vkasteg, tatag, wow1, et2.

etgoy ‘faire attention à, prendre soin de’

Nēk haghag goy qōtō Makmak veg kē mo-gom.
Viens t'asseoir un moment auprès de Makmak, il est malade.

No me-tron̄, ay! Nēk te-pkasteg goy vēh no?
Je suis bourré, dis donc ! Tu peux venir m'aider (à rentrer chez moi) ?

Na-mtig non Wotlōlan, kē no-dowdow goy vaga.
Wotlôlan entretient toujours très bien ses cocotiers [en désherbant autour, dowdow]

(11) ⦗A,‘B’⦘ valeur Bénéfactive: agir en fonction de ‹qqn, qqch›: cf. fr. “pour, à cause de”. Goy se comporte alors comme un morphème de diathèse applicative. Cf. [V+goy] avec V: boel, qeneg, dēmdēm, malaklak, mētēmteg, wēh, wawlil.

dēmdēm goy ‘s'inquiéter’

Kē me-qneg goy nēk.
Elle est jalouse pour toi, à cause de toi.

No mo-boel goy intik (/No mo-boel inti-k).
Je suis en colère pour (défendre) mon fils (/Je suis en colère contre mon fils).

Tjibau kē so ni-pgal goy na-pnō nonon.
Tjibaou combattait pour (défendre) son pays.

Nok dēmdēm goy nēk aē.
Cela me rend inquiet pour toi.

Dō mal kaka goy.
Nous avons déjà parlé de cela.

(12) ⦗A,(B),D⦘ de façon volontaire ou non, agir ou se trouver dans une telle position (V) qu'on gêne une personne ‹D›, en l'empêchant d'agir, ou d'accéder à qqch (B). D'où: s'interposer contre ; retenir, empêcher ; refuser un droit à, interdire à ‹qqn› [Obj=D]. Cf. [V+goy] avec V: hig, tig, gat, tēy.

gatgoy ‘interdit’

Roland kē ni-tēytēy goy kōyō.
Roland les a empêchés (de se battre).

Kēy mi-tig goy kē hag le-tno baklap gapgap en.
C'est là-bas, à l'aéroport, qu'ils lui ont barré la route (pour l'empêcher de partir).

Nok hig goy kōmyō so kōmyō tele vanvan hep na-n̄ye mey gēn.
⟨conte⟩ Je vous interdis d'aller plus loin que la pointe de terre là-bas.

(13) ⦗A,D⦘ agir secrètement, à l'insu de ‹qqn› ; tenir à l'écart de ses actions ou de ses paroles ; comploter contre. Cf. [V+goy] avec V: galin, lōn̄veg.

halgoy ‘secret, société secrète’

Dō hole lon̄veg goy Edga!
Parlons de façon à ne pas être entendus d'Edgar !

(14) ⦗A,D⦘ valeur Détrimentale: agir de façon gênante, importuner ‹qqn› ; Cf. sens “empêcher”. Cf. [V+goy] avec V: wow1, siseg, wlēg, luwyeg ; qal, van.

siseg goy ‘se jouer de’

Nitog wowow goy no.
Arrête de me déranger !

Nok hel goy no-hohole nonmoyō.
Je vous interromps.

Na-naw t-ōy goy no.
L'océan me séparera (de vous).

Nē-bē ma-mah goy kēy.
La rivière les a surpris en baissant soudain de niveau.

Tateh age het ni-van goy me.
Pas de problème ! [Aucun ennui qui survienne].

(15) ⦗A,‘D’⦘ si V exprime le temps qui passe, goy indique que ce passage du temps est défavorable à une action envisagée, qu'il est trop tard ; Cf. '(le temps) joue contre ‹qqn›'. Par_ext. passer (pour le temps), en faveur ou en défaveur de ‹qqn›. Cf. [V+goy] avec V: qōn̄, ēte, wōl2, misin, van1.

Mahē tō-qōn̄ goy qiyig dōyō!
[la nuit va tomber sur nous] Ça va nous prendre toute la journée (donc ne commençons pas maintenant) !

n-ēte mal m̄adeg goy
il y a de nombreuses années [litt. les années ont été nombreuses depuis]

Dō ma-kaka gatay tō en, et-misin goy qete en!
Mais on vient tout juste d'en parler! [litt. nous en avons parlé, il ne s'est pas encore écoulé longtemps depuis]

(16) ⦗A,(B),(C),‘D’⦘ faire qqch (V) par réaction à un événement, réagir ; faire une action pour compenser ou annuler les effets néfastes d'une autre action. Ex. après avoir bu le kava, manger (gen) qqch pour en enlever le goût ; le groupe gen_goy a alors pour objet soit ce que l'on mange (C), soit le kava (D), soit la bouche elle-même (B). Cf. [V+goy] avec V: in, gen1, tig ; mōkheg, en2, mtiy, yap1 ; tēngeg.

ne-gengen so gen goy na-ga aē. / so gen goy na-ple.
de la nourriture pour manger 'sur' (compenser) le kava./ pour manger 'sur' (soulager) ta bouche.

Kēy mōkheg goy ne-legleg.
Ils se reposent (à la suite) des fêtes de mariages (qui les ont épuisés).

tēngeg goy n-ēm̄
soutenir une maison qui risque de s'effondrer (à l'aide de contreforts)

(17) ⦗A,‘D’⦘ agir en alternance avec qqn d'autre ; répondre à une première action d'autrui par une seconde action, que ce soit de façon unique ou répétitive. Cf. [V+goy] avec V: hole, vlu, ēleg, yav1 ; tēy, vēl.

v[u]lu goy ‘répondre’

Nok ti, kēy ti goy.
Je chante d'abord, puis ils chantent en réponse.

Nēk tēy goy, ba kē ni-in.
Pendant que tu tiens (la coupe), il boit.

Nok yem n-aranis, ba nēk sekeske goy.
Moi je grimpe sur l'oranger, et toi tu réceptionnes (les fruits).

Nok vap na-vap t-am̄ag, ba nēk sese goy n-eh nan.
Moi je raconte le conte, toi tu en chantes la chanson.

Sowo kēy ne-mlaklak goy...
S'ils en sont contents...

(18) (spéc) (exécuter telle ou telle danse) en même temps que ‹une certaine musique›; (danser) sur. Cf. [V+goy] avec V: lak, haw, lōs.

Ige tam̄an haw goy na-hek.
Les hommes viennent danser le no-yon̄yep sur ma chanson (composée en mon honneur).

(19) ⦗A,‘D’⦘ avoir tel ou tel comportement (V) de façon systématique, en réaction à une action d'autrui, elle-même répétitive (Cf. Rédup.) ; d'où valeur de répétition.

Nēk vavap me, ba na-lēk qōn̄qōn̄ goy.
Bien que tu me le répètes, j'oublie à chaque fois.

Kē ni-balbal goy nē-lēn.
Il a l'habitude de se couper les cheveux (s.-e. à chaque fois qu'ils poussent).

Na-plih ni-mtomtow aē ewa kē ni-dow goy, kē ni-koko goy.
Chaque fois que l'herbe poussait, il l'arrachait, il désherbait.

(20) ⦗A⦘ faire qqch souvent ou récemment (?), en contexte négatif.

Nok et-lam̄lam̄ goy te ni-ḡita.
Cela fait longtemps que je n'ai pas joué / Je ne joue pas souvent de la guitare.

[ Mota goropreposition of motion towards, around, against...’. PNCV *korosurround, cover, obstruct ; shelter, enclosure’. POc *koroto surround ; fortified village’. ]

goy2   [ɣɔj] intransitive verb.

(1) ⟨mer⟩  déferler, faire une vague.

yēm ‘vague’

Na-naw mo-goy vag-tēl.
La mer a déferlé trois fois, a fait trois vagues.

na-naw goygoy
grandes vagues, raz-de-marée

(2) ⟨foule humaine, troupeau⟩  envahir un endroit, déferler, se déplacer en masse.

goy* tiwag
se déplacer en foule

goy* vētgi
se déplacer en troupe
goy2   transitive verb. déferler sur, recouvrir, submerger ‹qqch, qqn›.

lil ‘raz-de-marée’

Na-naw mo-goy kēy.
La mer les a submergés: ils ont été victimes d'un raz-de-marée.

[ Mota gorasweep, away or together’. ]

goy tiwag  [ɣɔj tiwaɣ] intransitive verb. ⦗fonctionne comme un verbe de mouvement⦘ ⟨foule humaine⟩  litt. “déferler ensemble” : se déplacer en masse.

Ige ta-la-Man̄go goy tiwag vatag hag Sarakata.
Ceux du village Mango se rendent ensemble au village Sarakata.

Kemem goy tiwag tēy nēk me.
⟨chanson de mariage⟩ Nous sommes venus en foule t'accompagner ici.
goy vētgi  [ɣɔj βɪtɣi] intransitive verb. ⟨hommes, animaux⟩  litt. “déferler en groupe” : se déplacer en foule (en troupeau, horde, nuée, etc.).

Ige nonon mey na-tm̄an goy vētgi me le-mtēgtap non mey na-lqōvēn.
La famille du marié se rassemble en foule devant la porte de la mariée.

Ne-men ni-goy vētgi me.
Les oiseaux arrivent par nuées.

Nō-mōmō goy vētgi tō gēn.
Les poissons évoluent par bancs entiers.
goygoy  (no-goygoy) [nɔɣɔjɣɔj] noun. <Pois> Brème noire, Brème à longues nageoires: gros poisson océanique. Taractichtys longipinnis.

g[o]yogyo-  (na-gyogyo-) [naɣjɔɣjɔ] pf. (rare) préfixe permettant de désigner un poisson de petite taille, à partir du nom de l'espèce.

na-gyogyo-gnah
un petit Mulet (ganah)

na-gyogyo-hōm̄
un petit Poisson-Perroquet

na-gyogyo-duw
un petit Poisson-Ange
goytig  (no-goytig) [nɔɣɔjtiɣ] noun. ceinture, vêtement traditionnel faisant le tour de la taille.

goytig goy  transitive verb. ceindre ‹qqn›, mettre une ceinture à ‹qqn›.

goytig

Nēk so goytig goy nēk!
⟨en voiture⟩ Tu dois mettre ta ceinture!
goyveg  [ɣɔjβɛɣ] transitive verb. nettoyer, ratisser: ramasser ‹herbe, sable, saletés+› sur le sol pour en faire un tas.

m̄ōgteg ‘nettoyer’

g[ō]bōn  (na-gbōn) [naɣᵐbʊn] noun. <Zool> Décapode brachioure: petit crabe de platier corallien, comestible. Zozimus sp.

[ Mota gapuna kind of crab’. ]

gōgōp  (°na-gōgōp) [naɣʊɣʊp] noun. <Pois> Picot

(1) Picot cerclé, poisson récifal. Siganus doliatus.

(2) (ou bien) autre Picot, bsl. Waetspot_piko. Siganus sp.

gōh  [ɣʊh] ~ gōs  dx. Dx1:Th
g[ō]hōw  (na-ghōw) [naɣhʊw] noun. <Zool> rat, souris. Rattus rattus.
g[ō]hōw   intransitive verb. (fig) litt. “agir comme un rat” : agir en parasite.

g[ō]hōw   transitive verb. quémander, obtenir ‹des biens› d'autrui en jouant le parasite.

[ Mota gasuwe. POc *kasupe. ]

gōm  (°na-gōm) [naɣʊm] pos. ‘ton, ta’ : forme irrégulière que prend ga~, ClPos des comestibles, à la 2ème p. sg.

ga~

Nēk so gen te gōm ?
Tu en veux ?
g[ō]nōm  (na-gnōm) [naɣnʊm] noun. <Bot> nom d'une plante. Diospyros ferrea.

gōskē  ~ gōh kē  dx. (même sens). Synt. La combinaison agōh kē n'existe pas.

kē [1]

qele kē

tog tō qiyig gōskē
de nos jours

M̄alm̄al gōskē itōktōk a itōktōk !
Cette fille est absolument magnifique!

M̄otlap gōskē, kemem qan̄qan̄yis vēlēs a hōw le-qyēn̄i.
Ici à Mwotlap, nous ne cuisinons que dans le four-à-pierres.
gōyi~  (nō-gōyi~) [nʊɣʊji] -. racineCour. On utilise plutôt la forme redoublée nō-gōygōyi~, évoquant la multiplicité des racines

(1) ⟨plante⟩  racine.

nō-gōygōyi gēvēg
les racines du pommier

nō-gōygōyi qētēnge vitwag
une racine (d'arbre)

(2) ⟨poulpe⟩  tentacules.

gagi~ ‘ventouse’

nō-gōygōyi wēyēt
les tentacules de la pieuvre

[ Mota <°kúarí- (?). PNCV gari-u. POc *kawa-riroot’.  *wakaʀ. ]

g[ō]yōw  (na-gyōw) [naɣjʊw] noun. <Zool> crabe blanc.

[ Mota garuwea flattened crab’. PNCV *kaʀuveghost crab’. ]

gum  (nu-gum) [nuɣum] ~ nu-wum  noun. moustache, barbe.

wn̄i~ ‘menton’

[ PNCV *kumʷibeard’. POc *kumi. ]

▲ Back to top ▲