banner
A dictionary of Mwotlap (Banks Is., Vanuatu)
This dictionary has no finderlist yet. To look up French or English words, open this link (entire dictionary on one page)
or this Pdf version of the dictionary, and search for a string of text [Ctrl+F/Cmd+F].
 

Mtp–Fr–Eng

Mtp–Eng–Fr

Mtp–Fr

Tea–Eng–Fr

Tea–Eng

mwotlap dictionary
Index h
ha
hag1
hag2
hag goy
hag hiy
hag yoy
hag yoy
hagtin̄ goy
hah
hahaA
hahaB
hal1
hal2
hal goy
hal yak
hal yak
h[a]lat
han
han̄
hap2
hap2B
hatig
hatig hag
hawhaw
hay1
hay2
hay3
hay4
hayhay vagal
haytēyēhA
haytēyēhB
haytēyēhC
haytēyēh so
hayveg
he1
he~2
he~3
he hiy
hel
hel bēlag
heleg
helm̄ēt
hepA
hepB
het
hetB
hew1
hew2
hey1
hey2
hey3
hey lō
heyaw
h[e]ye~
h[e]ye-tmat
heylōA
heylōB
heylō hiy
h{ē}lol
h{i}nag

hēgal
h[ē]gēlA
h[ē]gēlB
h[ē]gēl goy
h[ē]gēy
hēlat
h[ē]lēpA
h[ē]lēpB
hēlge
hēmen
hēn
hēnhēn
h[ē]n̄ēn
hēwA
hēwB
hēw goy
hēy
hēywēA
hēywēB
hēywēC
hēywēD
higap
h[i]gi~
higoy
hil
hin̄yeg
hip2
hit
hithit-ep
hiy1A
hiy1B
hiy1C
hiy2
h[i]yi~
h[i]yip
hiyle
hogA
hogB
hoghog goy
hoholeA
hoholeB
hohole legelge
hohole m̄aya
hohōw
hole
hole boyboy
hole goy
hole lō
hole m̄aya
hole siseg
h[o]lo~
h[o]yoA
h[o]yoB
h[o]yoC
1
2A
2B
hōm̄
hōn
hōw
ha  [ha] transitive verb. puiser ‹liquide›, spéc. eau douce (nē-bē) ou eau salée (na-naw), en y plongeant un récipient (ex. seau, bambou); aller chercher ‹de l'eau+›.

Nēk ha nē-bē van le-ketel agōh.
Va chercher de l'eau avec la bouilloire que voici.

Am̄ag, kēy haha na-naw a le-tn̄e wotva.
Autrefois, on allait puiser de l'eau de mer à l'aide de calebasses.
hag1   [haɣ] dir. <Géo> en haut, vers le haut.

Ant : hōw

(1) ⦗directionnel statique⦘ en haut. Situe un objet ou une action sur un point verticalement surélevé.

hag lō-tōk
là-haut dans le firmament

Welan e ni-tig ketket hag lo-won.
Le chef se dressa du haut de sa tribune.

Kē ma-hag hiy hag lē-wēt n̄ey nen e, kē me-ten̄.
Il s'assit là-haut, sur la branche de l'amandier, et se mit à pleurer.

Kōyō hag ketket hag li-siok.
Ils prirent place [en hauteur] à bord de la pirogue.

Kōyō sal hag ni-tintin dēvet nagayō.
Ils se sont grillé quelques ignames sauvages (litt. en haut, car on pose les ignames au-dessus des pierres du four).

(2) ⦗directionnel dynamique⦘ vers le haut. Qualifie la plupart des actions dirigées vers le haut, ex. ‘croître’, ‘se lever’, ‘soulever’, etc.. Synt. Le directionnel est compatible avec d'autres lexèmes ayant le même sens: ex. yem kal hag algeescalader en-montant vers-le-haut’, avec yem ‘grimper’ (Vb), kal ‘en montant’ (AdP), hag ‘en haut’ (Dir), alge ‘au-dessus’ (Adv).

hatig hag
se mettre debout, se dresser [vers le haut]

N-ey en ni-mlaw hag.
L'arbre se mit soudain à grandir [vers le haut].

Kē ni-et hag le-ptel alge en.
Il regarda en haut du bananier.

Kē me-ywu yak hag nētm̄ey en ba kē ni-whewheg kē.
Elle souleva l'enfant dans ses bras, et se mit à le bercer.

(3) (fig) en s'accroissant (âge, nombre, vigueur, prix…).

Tō kōyō bōg hag nētm̄ey e, tō kē mu-su liwo hag.
Ils élevèrent leur enfant [litt. vers le haut], jusqu'à ce qu'il devînt grand [vers le haut].

(4) qualifie une activité qui démarre (opp. hōw, suggérant l'arrêt d'une activité). L'opposition haut/bas correspond ainsi à une opposition début/fin. Cf. yak hag ‘commencer’ vs yak hōw / qēt hōw ‘(se) terminer’.

Kēy mitiy tō matyak hag.
Après avoir passé la nuit, ils s'éveillèrent [litt. le lendemain vers-le-haut]

Taval qōn̄ nan lok se hag en…
Le lendemain matin [litt. vers-le-haut]…

Qētēg a le-mtap en! Kem a se hag en, se me en.
Ça commence le matin: on se met à chanter [litt. on chante vers-le-haut] et on continue.

Kēy hi yak lok se hag…
Ils recommencèrent à battre la musique… (cf. yak)

Kē ni-hēgeg n-eh hag nen…
Il entonne une chanson…

(5) ⦗directionnel géocentrique⦘ vers le sud-est, vers le sud et/ou vers l'est (opp. hōw). Partic. dans l'île de Motalava: en suivant l'île dans sa longueur, d'en gén. en longeant les côtes, du nord-ouest au sud-est. Entre les îles : hag réfère aux îles du sud (Mota, Gaua, Santo, Efate…), ainsi qu'aux pays étrangers (Australie, Europe…). Étym. L'origine de cette équation ‘haut = sud-est’ s'explique par la pratique ancienne de la navigation: faire voile face aux alizés du sud-est, c'était ‘monter au vent’.

Hag en, mahē ni-myen ēgēn!
Voyez vers l'Est, c'est le jour qui se lève!

hag Aplōw
⟨vu depuis Lahlap⟩ à Valuwa, là-bas vers l'est [litt. là-haut]

hag Am̄eg
⟨vu depuis Motalava⟩ à Maewo, là-bas vers le sud [litt. là-haut]

hag Vila en
à Port-Vila, là-bas vers le sud

hag Franis en
en France, là-bas vers le sud (car l'aéroport international se trouve à Port-Vila)

N-et tēytēy-bē nonoy, kē ni-leh lok ne-len̄ en : ne-len̄ tig lō me hag Len̄yeqo en, ba ni-yip lok hōw.
Leur sorcier changea la direction du vent : alors qu'il soufflait en direction du sud (hag), qu'il était Vent-du-Sud (Len̄yeqo), il se mit à souffler vers le nord (hōw).

(6) (partic) indique la même direction (vers le sud-est), dans l'espace proche. Rem. En l'absence d'opposition droite/gauche, le mwotlap emploie un système d'orientation géocentrique. Hag s'oppose non seulement à hōw, mais aussi à hay1 (vers l'intérieur des terres) et à yow1 (vers l'extérieur, vers la mer).

Nitog vanvan yeh lok hag!
Ne t'aventure pas trop vers l'est!

Kē ni-tanem tegha kē, na-ngon lok hag; nē-klan lok hōw.
Il se mit à marcher à l'envers, le visage tourné vers l'est, et le dos vers l'ouest..

Et hag en!
Regarde de ce côté (vers le sud-est)!

Tita ave? – Hag l-ēm̄ en.
Où est maman? – Dans la maison, là-bas (côté sud-est).

[ POc *sake. ]

hag2   [haɣ] intransitive verb. être en position assise (opp. hag hiy ‘s'asseoir’).

(1) ⦗typ. suivi de locatif⦘ ⟨qqn⟩  être assis; se trouver assis qqpart.

hag gētgēt
[assis raide] être accroupi

hag day
attendre (qqn, qqch) en position assise

hag kēlē
être assis de dos

hag yoyon̄
être assis et calme

hag hiy
s'asseoir, se mettre en position assise

Dō ma-haghag misin meh!
On est restés trop longtemps assis!

(2) (par ext) demeurer, se trouver qqpart (pas forcément en position assise).

hag qaqa
rester oisif

hag qōn̄
faire un pique-nique, passer la journée qqpart [syn. tog_qōn̄]

(3) ⟨objet ni long ni haut⟩  se trouver à tel endroit.

(4) ⟨qqch⟩  demeurer immobile.

(5) (partic) ⟨liquide⟩  se solidifier, soit sous l'effet du froid (ex. eau en glace), soit sous l'effet de la chaleur (ex. lait de coco en crème).

hag goy  [haɣ ɣɔj] transitive verb.

(1) litt. “s'asseoir-bloquer” : être assis de manière à empêcher l'accès à ‹qqch› (à qqn, den): d'où couvrir, cacher, garder.

Nēk ma-hag goy ni-vidio den no.
Tu m'empêches de voir la télévision.

(2) être assis auprès de ‹personne malade+› pour en prendre soin.

Nēk haghag goy qōtō Ian veg kē mo-gom.
Reste assis un moment auprès de Ian, il est malade.
hag hiy  [haɣ hij] intransitive verb. :

(1) s'asseoir, à partir de la position debout (opp. hag_ketket, à partir de la position allongée).

Ant : hatig

Hag hiy hōw.
Assieds-toi.

Kem a se me en, kem tig ēwē. Van van van, n-eh ni-bah, kem hag hiy.
Pendant que nous chantons, nous sommes debout; par la suite, une fois que le chant est fini, nous nous asseyons.

(2) (spéc) siéger, assister à une réunion; d'où [réunion] prendre place, avoir lieu.

Iyē geh ni-haghag hiy bō-yōstiwag nan?
Qui est-ce qui siège dans ce conseil?

Art Festēvol hōw Torba en, kē ta-hag hiy ate lō-wōl agōh.
Le Festival des Arts aux Torba se tiendra [litt. siégera] ce mois-ci.

(3) ⟨oiseau⟩  se poser, atterrir.

Syn : yow taq

hag2 + hiy1.

hag yoy  [haɣ jɔj] intransitive verb. ⟨embarcation⟩  litt. “être-immobile couler” : chavirer, couler.

yoy

Na-sam ma-yak, tō ni-siok ma-hag yoy.
Le flotteur a décollé (de la surface), ça a fait chavirer la pirogue.
hag yoy  intransitive verb. ⟨bateau⟩  litt. “assis-s'enfoncer” : chavirer, couler.

yoy [1]

Na-sam ma-yak, tō ni-siok ma-hag yoy.
Le flotteur a décollé (de la surface), ça a fait chavirer la pirogue.
hagtin̄ goy  [haɣtiŋ ɣɔj] transitive verb. (‡) (poét) demeurer qqpart de manière à prendre soin de; garder ‹objet, endroit›, surveiller, s'occuper de.

Syn. familier : hag goy

Ignik ni-hagtin̄ goy n-ēm̄ mino, mi nē-sēm mino.
Mon épouse est là pour prendre soin de ma demeure et de ma fortune.
hah  (na-hah) [nahah] noun. (rare) nom, appellation. Terme aliénable correspondant au terme plus fréquent he~.

Tiy hah nan aē.
Il existe un terme spécifique pour cela.

[  <°na sása. ]

haha   [haha] adj. ⦗sujet non-sg⦘ séparés, éloignés l'un de l'autre.
haha   adv. séparément.

Kōmyō mitimtiy tiwag, so kōmyō mitimtiy haha?
Vous dormez dans le même lit, ou séparément?

Qōn̄magde, ige no-togtog haha.
Au village de Qeremagde, les habitations sont éparpillées [litt. les gens habitent séparément]

[ Mota sasaedifferent’. ]

hal1   [hal] intransitive verb. flotter

(1) flotter, dériver sur l'eau.

Ne-vet ma-hal !
La pierre, elle flotte !

hal hotog
[flotter-être à l'arrêt] être au mouillage

Na-mtig ma-hal kal Alkon.
La noix de coco a flotté [flotter-monter] jusqu'à Alkon.

Ni-siok ma-hal ēwē.
La pirogue dérivait (i.e. nous étions à la dérive, nous n'avancions pas en ramant).

N-age nen ma-hal ēwē tō me.
Ce truc est arrivé ici en flottant (sur la mer).

(2) (par anal) ⟨qqch⟩  flotter en l'air, d'où évoluer dans les airs en gardant une position stable: voler, planer (flopp. gap ‘voler en battant des ailes’).

hal goy

Ne-men en n-et vēglal m̄alm̄al en, tō kē ni-hal tēqēl hōw.
Dès qu'il eut reconnu la jeune fille, l'oiseau descendit vers elle en vol plané [litt. il plane vers-le-bas].

Na-qtag ni-hal van hiy na-tvale mino
La flèche vole vers mon ennemi.

Na-yo bak ni-hal, tō ni-qlen̄ tege yow le-mtam̄e en.
La feuille de banian s'envola dans les airs un certain temps, puis finit par disparaître quelque part dans l'océan.

Ne-bemyowyow ma-hal lōlō me le-ngēk.
Les étincelles du feu volent devant mes yeux.

(3) (fig) (rare) ⟨qqn⟩  prendre son essor, s'élancer, ‘s'envoler’.

Syn : yow

Kē ni-mtēmteg, tō ni-hal yow nen, ni-plag valag i valag e ni-qlen̄.
Soudain prise de panique, elle s'élance [litt. elle vole], et court à perdre haleine, jusqu'à disparaître totalement.

Kē ni-hal lege na-qyan̄ en.
[litt. il vole au-dessus du trou] Il enjambe le fossé d'un bond.

[ PNCV *salefloat, flow’. ]

hal2   (na-hal) [nahal] noun.

(1) (anc) route.

mtehal

(2) message venu de l'extérieur (par la route) ; nouvelle particulière..

Syn : yoy

Na-hal na-mu aē.
Il y a une nouvelle / un message pour toi.

No mē-vētleg hōw na-hal, so ...
[chanson] J'ai envoyé là-bas le message que ...

[ POc *salan. ]

hal goy  transitive verb. litt. “flotter occulter” : flotter (sur l'eau fl:ou dans les airs) de manière à empêcher l'accès à ‹qqch›.

hal [1]

halgoy ‘secret’

In̄glan, na-naw na-hal goy.
L'Angleterre est une île [litt. l'A., la mer la flotte-bloque].

Nē-plēn ma-hal goy van na-mtelo.
L'avion passe devant le soleil [litt. vole-occulte le soleil].

Nō-wōl ma-hal goy na-lo.
⟨éclipse solaire⟩ La lune passe devant le soleil.
hal yak  [hal jak] intransitive verb. s'élever du sol.

(1) faire un bond en l'air, par_ex. pour franchir un obstacle.

Syn : yow (kal)

Kēy ōl vag tēl, tō kēy hal yak, tō kēy ōl taw, tō kēy kay.
(Au combat) on pousse trois cris, on fait un bond en l'air, on pousse le cri de guerre, et puis on lance la sagaie.

(2) ⟨avion⟩  décoller.

(3) ⟨soleil⟩  se lever.

Le-ln̄oln̄o-mtap na-lo ni-hal yak tiwag mi nēk.
⟨chanson⟩ À l'aube ce matin le soleil se lève avec toi.
hal yak  intransitive verb. bondir, s'élever.

yak [C]

hal yak

h[a]lat  (na-hlat) [nahlat] noun. <Bot> ortie blanche, bsl. Nangalat. Dendrocnide spp.

han  (na-han) [nahan] -. <Gram> se comporte comme un nom, tjs suivi d'un autre nom sans article.

(1) quel. Interrogatif suivi d'un nom N sans article ; han est lui-même préfixé comme n'importe quel nom, soit avec l'article nA-, soit avec une préposition.

na-ha-n ‘son nom (fv:he~)’

na-han vōnō ?
quel pays ?

la-han vōnō ?
dans quel pays ?

Kēy so se na-han eh ?
Quelle chanson veulent-ils chanter ?

Nēk ta-van me la-han lo (= le-lo vēvēh)?
À quelle heure viendras-tu ?

(2) le pronom ‘lequel’ ne se traduit jamais avec han, mais avec la périphrase mey_ave ‘celui d'où ?’, même sans valeur spatiale.

Nēk ne-myōs na-han gasel? = Nēk ne-myōs mey ave ?
Tu veux quel couteau ? = Tu veux lequel ?
han̄  (na-han̄) [nahaŋ] noun. <Archi> pilier, principal poteau vertical soutenant la charpente d'une maison. Outre les piliers situés à chaque coin de la maison, on peut en trouver également, à intervalles réguliers, sur les côtés des édifices longs, soutenant les sablières (no-soso).

Syn : bet

‘poteau’

na-han̄ wōbēyih

na-han̄ yogyēn

na-han̄-m̄ēt

Vētgiy na-han̄, sal n-ēvet hag aē.
On érige les piliers, puis on pose dessus des gros bambous.

Iqet mi-gin na-han̄ gōskē, ba kem kal bat a alon.
Iqet a gratté (magiquement) ce poteau, et nous sommes tous rentrés à l'intérieur.

[ Mota san̄aa fork, crotch, forked stick or post’. ]

hap2   (na-hap) [nahap] -.

(1) quoi, quelle chose? Interrogatif des non-humains (opp. ‘qui’), en question directe ou indirecte. Synt. Se comporte comme un nom (article nA-, préposition bE-, etc.).

Na-hap gōh?
Qu'est-ce que c'est que ça?

Nēk ne-myōs na-hap?
Qu'est-ce que tu veux?

Na-ln̄e hap qele nen?
C'est le son de quoi, qu'on entend?

Na-tmat, si na-hap?
C'est un fantôme, ou quoi?

Ba-hap?
Pourquoi?

Kem et-ēglal te so na-hap ni-ōlōl en.
Nous ne savons pas ce qui fait tant de bruit.

(2) ⦗valeur indéfinie⦘ ce que (P); quoi que ce soit.

Nēk et na-hap nok galeg.
Regarde ce que je fais.

Na-hap a no ma-vap tō van hiy nēk en, nēk mal lep qēt.
Tout ce que je t'ai dit, tu l'as compris.

Kē so ni-vap na-hap en, ami so tatag kē.
Quoi qu'il dise [litt. il peut bien dire quoi], obéissez-lui.

(3) ⦗avec négation⦘ rien.

Tateh hap alon.
Il n'y a rien dedans. [litt. il n'y a pas quoi]

No et-vap te hap te van hiy kē.
Je ne lui ai rien dit [litt. je ne lui ai pas dit quelque chose]

Nēk tog hohole na-hap vitwag van hiy kē!
Ne lui adresse pas la parole [litt. ne lui dis pas quoi]

Kē tit-ak se vēste na-hap.
Il ne peut plus rien faire.
hap2   noun. chose, concrète ou abstraite. L'emploi en assertion est le seul compatible avec le redoublement pluralisant (na-haphap).

Syn : age

hapqiyig ‘quelque chose’

na-hap del

Kē ni-vēl yak na-haphap nonon, tō ni-van.
Il rassembla toutes ses affaires [ses choses], et partit.

na-haphap be-leg
les choses du mariage (vêtements, voile de la mariée, accessoires divers)

na-haphap non ige qagqag
les objets du monde moderne [litt. les choses des Blancs]

Nēk so et na-haphap non Iqet?
⟨héros mythique⟩ Veux-tu voir les vestiges d'Iqet? [litt. les choses d'Iqet]

Nēk mas van heylō yatkel haphap maymay nok galeg hiy nēk.
Il te faudra d'abord passer au travers de quelques épreuves [litt. choses difficiles] que je te réserve.
hatig  [hatiɣ] intransitive verb.

(1) se lever, se mettre en position debout (à partir de la position allongée ou assise).

Hatig tog!
Lève-toi.

Kōyō matyak tō hatig.
Ils se réveillent, et se lèvent.

(2) (fig) ⟨qqch⟩  surgir, s'élever, prendre son essor.

Nē-bē ni-hatig lu-wutwut alge.
Le ruisseau prend sa source en haut de la montagne.

Na-bago ni-lm̄eh na-naw e tō na-naw liwo ni-hatig.
Le requin (avec sa queue) claqua la mer, si bien qu'une immense vague (raz-de-marée) prit son essor.

Kē ni-wseg yak na-qtag namun en, nō-vōy ni-hatig.
⟨mythe⟩ Quand il arracha la flèche (du sol), surgit un volcan.

Na-may ni-hatig le-pnō nonoy!
Que la famine survienne dans leur pays!

(3) partir, se mettre en route.

Ami hatig qēt a Wotō!
Mettez-vous tous en route pour Woto.

Talōw a nok hatig, nēk tin ni-tintin nakis vitwag.
Demain, quand je me mettrais en route, tu me prépareras une grillade.

(4) (cour) ⦗en récit, hatig (hag) + proposition P2⦘ annonce le début d'une nouvelle action; d'où et ensuite, alors; aussitôt, soudain. Sém. Malgré la présence systématique du directionnel hag, le sens spatial de hatig (‘se dresser’) disparaît; la locution est employée simplement pour annoncer une nouvelle action dans un récit, même sans déplacement spatial.

Kēy hatig hag tō wuh mat kē.
Soudain ils se mirent à le frapper à mort. [litt. Ils se dressèrent et le frappèrent…]

Kē ni-hatig hag ni-vap van hiy kēy wo “…”
Et à ce moment-là, il leur dit “…” [litt. Il se dressa et dit…]

Kē wo “Nok gengen!” Kē ni-hatig hag nen tō ni-gengen.
Il se dit “Mangeons!” Et aussitôt, il se mit à manger [litt. Il se dressa et mangea].

[ Cftig. ]

hatig hag  intransitive verb. (cour) ⦗en récit⦘ litt. “se dresser vers-le-haut” : se mettre soudain à (faire une nouvelle action). Sém. Le sens spatial de hatig_hag (‘se dresser’) disparaît; la locution est employée simplement pour annoncer une nouvelle action dans un récit, même sans mouvement.

hag [1]

hatig

Kēy hatig hag nen, tō gengen.
[litt. ils se dressèrent et mangèrent] Alors ils se mirent à manger.
hawhaw  (na-hawhaw) [nahawhaw] noun. <Mus> nom dérivé du vb haw.

(1) danse virile où les hommes lèvent les genoux en même temps qu'ils baissent les coudes, tout en brandissant les feuilles sacrées liées à leur rang (ex. ne-m̄el).

(2) motif dans l'art pictural traditionnel des Banks, représentant un personnage vertical symétrique: en haut et en bas, une tête anthropomorphe et deux bras levés, rappelant l'attitude typique de la danse no-yon̄yep.

na-tmatwoywoy

hay1   [haj] dir. dedans

Ant : yow ‘dehors’

(1) dedans, vers l'intérieur (avec ou sans mouvement). Synt. Fréquemment associé aux morphèmes de même sens: verbe hayveg ‘entrer’, adjoint bat ‘en entrant’, adverbe alon ‘dedans’, préposition lelo ‘à l'intérieur de’.

Ige lōqōvēn et-vanvan te hay le-gmel non ige tam̄an.
Les femmes ne peuvent pénétrer dans la maison des hommes.

Dō tig bat hay lo-m̄olm̄ol en!
[Entrons debout…] Mettons-nous donc à l'ombre!

Iqet e kal bat hay lelo mitig en.
Iqet pénétra à l'intérieur de la noix de coco.

Hēn̄ēn bat lok tog nē-sēm hay le-tbey.
Remets donc l'argent dans le panier.

(2) vers l'intérieur de l'île: soit en s'approchant d'une île si l'on est en mer, soit en montant vers les hauteurs, si l'on est sur terre. Avec son symétrique yowen descendant vers la plage, en allant vers la haute mer’, hay forme un des deux axes cardinaux dans le système de référence géographique. L'axe transversal est composé de hag / hōw.

hay hēyēt / lē-tqē
là-haut [litt. dedans] au jardin

hay lō-tōti bē
là-haut [litt. dedans] à la source du ruisseau

Dōyō vēykal n̄a hay a lu-wutwut alge gēn.
Nous allons monter en haut de cette montagne [litt. dedans].

hay Wōvet
⟨depuis Lahlap⟩ là-haut [litt. dedans] au quartier Wôvet

hay la-Man̄go
⟨depuis le centre de Luganville, à Santo⟩ là-haut [litt. dedans] au quartier Mango

hay lē-vēthiyle
⟨vu depuis la mer⟩ là-haut [litt. dedans] sur la plage

Rastētē ni-van me, ni-hō kal hay me nen tō ni-vay kal hay me.
Rastêtê s'approche, pagaie en direction de l'île [litt. entre en pagayant], puis (sur la plage) marche vers l'intérieur.

(3) (rare) ⦗d'une île à l'autre⦘ s'emploie pour désigner une île perçue comme plus haute et/ou plus isolée. La plupart du temps, les directions d'une île à l'autre emploient les deux directionnels hag et hōw.

hay Aya
⟨depuis Mwotlap⟩ dans l'îlot d'Aya

Ige to-M̄otlap van lok se hay Apnōlap.
⟨depuis Mwotlap⟩ Les mwotlaviens retournèrent à Vanua-lava.

[ Mota sarodraw into’. ]

hay2   [haj] transitive verb.

(1) déchirer; couper ou arracher en déchirant avec les mains.

mhay ‘déchiré’

Lep no-yomtig vitwag, hay woy, ba galeg na-tamn̄a aē.
On prend une palme de coco, et on la déchire en deux pour en faire une natte.

(2) (fig) briser, mettre fin à.

hay mamayge
déchirer la honte……………

(3) (spéc) cueillir ‹le taro d'eau Colocasia› en tirant dessus; récolter ‹le taro›.

ko

tveg

Kēy hay ne-qet, gil ni-hnag, van yow me, wuh no-qo.
Ils cueillirent des taros, récoltèrent des ignames, tuèrent des cochons.

[ Mota sare. ]

hay3   [haj] intransitive verb. (rare) ⟨souffle de vie⟩  s'achever, s'arrêter (évoque la mort). Étym. Lien avec hay2 ‘déchirer’?

Kēy hew nēk tō nō-mōkhe ni-hay.
Ils t'empoisonnent, et tu rends ton dernier souffle.
hay4   (na-hay) [nahaj] noun. <Techn> “liane de pêche”: sorte de liane géante utilisée dans la pêche collective (gey_hay). Techn. La technique est également connue dans d'autres îles du Pacifique (ex. hukilau à Hawai'i, yavirau à Fidji, etc.).

qen ‘filet’

tēleg na-hay
confectionner la liane de pêche

qoy sey na-hay
enrouler la liane (pour la ranger par terre)

ige ba-hay
les pêcheurs à la liane

hēwhēw hay
descendre la liane dans l'eau

yoweg na-hay
tendre la liane (dans l'eau)

ni-qti hay
la tête de la liane (l'extrémité qui entre en premier dans l'eau)

lok goy na-hay
boucler la boucle de la liane (la liane fait le tour du récif, chaque extrémité se trouvant sur la plage)

wēhēy na-hay
remonter progressivement la liane vers la plage, en resserrant l'étau autour du poisson

Nō-mōmō mo-gon lelo hay.
Le poisson est coincé à l'intérieur de la liane.

[ Mota saroa string of coco-nut fronds used in shooting fish’. ]

La pêche collective à la liane (na-hay).
hayhay vagal  [hajhaj βaɣal] noun. <Bot> litt. “éclate-guerre” : plante à fleurs blanches (Malvacée), bsl. Waetbrum. Sida rhombifolia. ◈ Ethn. On affiche cette plante en signe de conflit (vēhyu), notamment pour la terre.

hay [2] ‘déchirer’

vagal

haytēyēh   [hajtɪjɪh] attr. qui correspond exactement (à qqch).

(1) qui correspond bien à autre chose, d'où égal, équivalent, semblable, analogue.

Kōyō haytēyēh vēlēs.
Ils sont exactement identiques, c'est exactement la même chose.

(2) qui correspond bien à un besoin, d'où suffisant, adéquat.

Nō-mōmō mal haytēyēh.
Nous avons déjà suffisamment de poisson.

Nē-bē et-haytēyēh te.
Il n'y a pas assez d'eau.

Gēn et-haytēyēh te so gēn so wuh kē !
Nous ne sommes pas de taille à le vaincre.

Nēk tē-gēy vēh, kemem may haytēyēh!
⟨plais.⟩ Tu peux aller voir ailleurs, nous autres nous sommes au complet!

(3) qui correspond bien aux convenances, d'où correct, convenable, bon.

Et-haytēyēh te nen.
Ça ne se fait pas, ça n'est pas bien (d'agir comme ça).
haytēyēh   transitive verb. suffire, convenir à ‹qqn›.

Et-haytēyēh te dōyō.
Il n'y en a pas assez pour nous deux.
haytēyēh   (na-hayhaytēyēh) noun. (rare) la correspondance, l'analogie, la ressemblance.

[ Mota sarita. Mwesen tatērēs. ]

haytēyēh so  expr. ⦗+ complétive⦘ litt. “il est convenable que” : il conviendrait que, il faudrait que; il est temps que.

Haytēyēh so dō m̄ōl qelen̄.
Il est temps pour nous de nous échapper d'ici.

Ba n-ep ta-lal lap qele nen bi-wik vōyō, tō haytēyēh so na-lēt so ni-m̄adeg.
Le feu va brûler ainsi pendant deux semaines: aussi est-il nécessaire de prévoir du bois en grande quantité.
hayveg  [hajβɛɣ] intransitive verb.

(1) entrer, pénétrer qqpart.

Syn : kal bat

hayveg hay l-ēm̄yon̄
entrer dans l'église

Hayveg me!
Entre (ici)!

No-qo ma-hayveg lelo tēqē hinag nonmem.
Un cochon a pénétré dans notre jardin d'ignames.

(2) se joindre à (hiy) un groupe, participer à une activité collective.

Nok so hayveg hiy ige be-geyhay en.
J'ai envie de me joindre au groupe de la pêche collective.

(3) (spéc) ⟨canine de cochon⟩  entrer dans la bouche, d'où former un cercle complet.

Nē-lēw nonon mal kalō, mal hayveg.
Sa canine est déjà sortie et rentrée (elle a fait un tour complet).

[ Mota sarovagto enter, draw into’. Cf. Mtp hay1. ]

he1   [] transitive verb. cueillir ‹un fruit comestible›.

vēl

Nok so he ta gan intik wōy vēvet.
Je vais en cueillir quatre pour mon fils.

he sey
[cueillir rassembler] cueillir des fruits en grand nombre, et les rassembler
he~2   (°na-he~) [nahɛ] -. nom

(1) ⟨qqn⟩ ⟨qqch⟩ ⟨lieu⟩  nom.

Syn : hah

(2) (méton) réputation, gloire.

Syn : yoyo~

Picasso, na-han ne-ketket.
Picasso est un homme célèbre [son nom est haut].

[ Mota <°ná sasá-. PNCV sasa-i. POc *asa.  *qasan. ]

he~3   (°na-he~) [nahɛ] -. <Ethn>

(1) litt. “nom (?) de” : récit littéraire, mythe, chanson ayant pour sujet principal ‹qqn, qqch›.

na-he plēn
la chanson de l'avion

(2) (partic) ode de prestige, composée en l'honneur de ‹qqn› par un poète professionnel (n-et towtow-eh, cf. towtow*).

Nēk ne-myōs so nok so tow na-he: nēk van tēy me nē-sēm, so ti na-he me hiy no.
Si tu veux que je compose ton ode, tu m'apportes de l'argent (nē-sēm): c'est ainsi que tu me ‘commandes’ (ti) ta chanson.

[ Cfhe~1 (?).  eh (?). ]

he hiy  [hɛ hij] transitive verb. litt. “cueillir (?) descendre” : attraper ‹qqch› situé en hauteur et le descendre.

Syn : lep hiy

Nēk te-he hiy vēh me na-gasel sal tō alge en?
Pourrais-tu me descendre le couteau qui se trouve accroché là-haut?
hel  [hɛl] transitive verb.

(1) couper en deux ‹qqch› avec une lame que l'on tire lentement vers soi (opp. tot, couper avec une lame qu'on laisse tomber de haut en bas).

Kēy lep nē-phog tō hel susu.
Ils prennent la viande et la coupent en petites lamelles.

(2) circoncire ‹qqn›. Ethn. Les garçons sont normalement circoncis entre huit et dix ans.

Et-hel te nēk!
⟨insulte⟩ T'es même pas circoncis!
hel bēlag  [hɛl ᵐbɪlaɣ] ~ hel nē-mlag  intransitive verb. <Danse> litt. “couper (?) [comme un] Râle” : désigne un pas de danse particulier, consistant à rejeter ses pieds en arrière, l'un après l'autre, en soulevant la poussière. Ce pas apparaît dans une danse ancienne comme le na-mag ; on le retrouve également, aux yeux de certains, dans la récente mode du hip-hop (na-rap). Cette action rappelle la démarche de l'oiseau nē-mlag [cf. bĒlag], qui jette en arrière ses longues pattes.

Na-rap en, qe so ne-hel-bēlag non ige qagqag !
Le hip-hop, c'est un peu le hel-bēlag des Blancs !
heleg  [hɛlɛɣ] adv. (‡) (rare) juste, seulement, exclusivement: restrictif accompagnant les prédicats minorés.

Syn. familier : vēlēs

Kōyō haytēyēh heleg.
C'est exactement la même chose.
helm̄ēt  [hɛlŋ​͡mʷɪt] adv.

(1) (faire V) en s'arrêtant à mi-chemin.

Yogyogveg nonon mi-tig helm̄ēt a metehal.
Son serviteur s'arrêta au milieu de la route.

(2) (fig) (faire V) à moitié, de façon inachevée.

Kē me-se helm̄ēt ēwē.
Il a chanté à moitié (il s'est arrêté au milieu de la chanson).
hep   [hɛp] adj.

(1) en excès, qui dépasse la limite.

wotig-hep
[Debout au-delà] nom du doigt majeur

(2) ⦗structure comparative⦘ plus grand que, supérieur à.

Ne-ketket nan en, ne-hep a nē-lē gōh en.
La hauteur (du monstre) était supérieure à la grotte que voici.
hep   adv.

(1) (faire V) au-delà de la limite.

Tog vanvan hep na-n̄ye mey gēn.
Tu n'as pas le droit de dépasser / d'aller plus loin que ce cap là-bas.

tan̄tan̄ hephep
[toucher outrepasser] toucher à la propriété d'autrui

(2) ⦗après Adjectif, en structure comparative⦘ (être P) davantage que. Rem. Hep est facultatif dans cette tournure.

Ni-lwo hep den mey t-anoy.
C'est beaucoup plus grand que celui d'hier.
het  [hɛt] adj. mauvais

Ant : itōk

Ant : ‘bon’

(1) ⟨comportement+⟩  mal, mauvais; qu'il ne faut pas faire.

no-yoy het
mauvaise nouvelle

Nok et-ak te na-hap mey ne-het hiy nēk.
Je ne t'ai rien fait de mal.

(2) ⟨qqn⟩  immoral, méchant.

Ba na-magtō nan, kē itōk si kē ne-het?
Et cette vieille, elle est gentille ou elle est méchante?

(3) ⟨qqch⟩  de mauvaise qualité; en mauvais état, en panne.

Na-mtek ne-het.
J'ai une mauvaise vue [mes yeux sont mauvais].

(4) ⟨qqn⟩  en mauvaise santé, mal en point.

(5) laid.

het   (ne-het) noun. le mal.

Tateh het nan.
Il n'y a pas de mal à ça.

[ PNCV <°s(a)áti. POc *saʔa-ti.  *saqatbad’. ]

hew1   [hɛw] transitive verb. <Ethn> empoisonner par magie, ensorceler pour tuer ; jeter un sortilège sur ‹qqn›.

ol ‘faire une offrande magique’

Syn : manheg

n-et hewhew

Kē ni-vēl na-gayte gengen nagay e kē ni-hew kēy aē.
(Le sorcier) prélève un morceau de leur nourriture, et il s'en sert pour leur jeter un mauvais sort.
hew2   [hɛw] transitive verb.

(1) arracher ‹les plumes, n-ili~› à un oiseau.

(2) plumer ‹un oiseau›, partic. en préparation culinaire.

hewhew nu-tutu
plumer une poule
hey1   [hɛj] intransitive verb. briller ; jaillir
hey2   [hɛj] transitive verb. revêtir

hey lō

hey3   [hɛj] intransitive verb. pointu, acéré.
hey lō  transitive verb. ôter ‹vêtement›.

hey [2]

‘à travers’

heyaw  [hɛjaw] transitive verb. porter ‹qqch› sur les deux épaules (sans bâton), ex. ‹un enfant›.

h[e]ye~  (na-hye~) [nahjɛ] -. 1s : na-hye-k 3s : na-hya-n

(1) ⟨qqch⟩  endroit de ‹qqch›, espace pour ‹activité›.

Syn : t[e]no~

le-hye muwumwu mino
sur mon lieu de travail

na-hye galgal m̄aya
⟨mod⟩ salle de théâtre [lieu pour jouer-la-comédie]

na-hye kikik wōm̄ēl
terrain de football

(2) (rare) ⟨qqn⟩  lieu de résidence ou de travail de ‹qqn›.

Syn : teno~

No le-hyek en.
Je me trouvais à mon bureau.

(3) (partic) propriété de ‹qqn, spéc. chef de famille›, composée des maisons familiales, et de l'aire publique (na-tnepnō) qui les sépare; par_ext. propriétés privées, incluant les possessions personnelles et les épouses.

vōnō ‘espace habité’

(4) ⦗gén. au locatif le-hye⟨Esprit⟩  “domaine ‹d'un Esprit›”: désigne chacun des grades hiérarchiques, dans le système de grades des sociétés secrètes (halgoy); heye~) d'un Esprit particulier (cf. tamat).

na-mlak le-hye ēvēp
[les ornements du domaine de n-ēvēp] les insignes de l'Esprit n-ēvēp

na-sas le-hye matvēvet
[le croton au domaine de Matvēvet] les feuilles-de-Croton, insignes de l'Esprit Quatre-Yeux (Mat-vēvet)

[ PNCV *zaravillage clearing’. ]

h[e]ye-tmat  (na-hye-tmat) [nahjɛtmat] noun. <Ethn> litt. “domaine des Esprits” : grade hiérarchique dans la société secrète (na-halgoy), et réservé aux hommes initiés (lēs).

Nēk mu-wuh goy na-yaw van le-hye-tmat mino.
Tu as sacrifié un porcin (hermaphrodite, yaw) pour (accéder à) mon grade sacré.
heylō   [hɛjlʊ] transitive verb.

(1) (arch) accomplir de bout en bout ‹qqch›, passer au travers de.

(2) (partic) accomplir entièrement ‹l'épreuve initiatique du nō-sōq›, litt. traverser ‹la maison initiatique na-gmel›.

Kē me-heylō na-gmel qele ino.
Il a accompli la ‘maison’ initiatique tout comme moi.
heylō   adv. à travers.

‘enlever (un habit)’

Syn. relevé : vaywēg

(1) à travers ‹qqch›, au travers de.

“Ne-m̄yayay” en, so nēk t-et heylō vēh.
“Transparent”, ça veut dire qu'on peut voir à travers.

(2) complètement, en entier, d'un bout à l'autre; notion de réussite, de parcours complet.

Kē ma-van heylō na-tnon.
Il a remporté les élections. [litt. il est allé jusqu'à son siège]
heylō hiy  -. (fig) par le moyen de, à l'occasion de.

Heylō van hiy na-vanvan nonmi me hiy kemem, kem tiqyo ēglal hiy so kimi hag Franis en, kimi qele ave.
À travers vos voyages chez nous, nous apprenons à mieux connaître comment vous vivez là-bas en France.
h{ē}lol  (nē-hlol) [nɪhlɔl] noun. <Pois> poisson récifal, sorte de girelle sans queue. Halichoeres sp.

h{i}nag  (ni-hnag) [nihnaɣ] noun. <Bot> igname: tubercule principal de l'alimentation, et investi d'une haute valeur symbolique. Dioscorea alata.

ni-hnag bepwopwoy
les ignames offerts au mariage

Kēy lōslōs a lē-tqē alon tō ni-hnag ni-galeg galsi n-ēwan.
⟨rite magique⟩ On exécute une danse à l'intérieur du jardin pour faire prospérer les ignames.
  [] -. sujet, proposition répétée⦘ litt. “qui fait-P, qui fait-P” : chacun fait-P.

Hē ni-m̄on nagan, hē ni-m̄on nagan.
Chacun enveloppait sa part de nourriture.

Hē ni-salsal nagan ēntēn, hē ni-salsal nagan ēntēn.
Chacun faisait les grillades pour ses enfants.
hēgal  [hɪɣal] intransitive verb. (rare) feindre de (frapper, lapider+), d'où menacer.

gal

h[ē]gēl   [hɪɣɪl] transitive verb. décorer, embellir ‹lieu, village+› temporairement avec des feuilles et des fleurs multicolores, fl:spéc. en préparation d'une cérémonie ou d'un événement festif.

valakas ‘décoré, magnifique’

Ige lelo vōnō e kēy me-hgēl na-tno waha.
Les villageois ont décoré/fleuri la place de danse.
h[ē]gēl   (na-hgēhgēl) noun. décoration.

hay na-hgēhgēl
démonter [litt. déchirer] les décorations, une fois la fête terminée

[ Mota sagilodecorate a place with leaves and flowers’. ]

h[ē]gēl goy  [hɪɣɪl ɣɔj] transitive verb. <Mus> ⟨nom de qqn⟩  litt. “orner clore” : clore ‹un chant› en beauté*.

Hē so ni-hgēl goy na-hek?
Qui donc (par son nom) embellira mon ode?
h[ē]gēy  (na-hgēy) [nahɣɪj] noun. nid, emplacement usuel d'un grand oiseau.

tinignig ‘nid d'un petit oiseau’

na-hgēy ne qon
un nid de pigeon

[ Mota <°sakér(i,u). Cf. Mtp sageraperch, roosting-place of birds, flying-foxes’.  hagsit’. ]

hēlat  [hɪlat] transitive verb. trancher ‹le cou, dĒlo~›, décapiter.

lat ‘couper en deux’

Kē ni-hēlat nē-nlo m̄at en.
Il trancha la gorge du serpent.
h[ē]lēp   [hɪlɪp] transitive verb. se laver ‹le visage›.

sōwōl ‘se laver les mains’

Lep me nē-bē nok hēlēp na-ngēk aē.
Va me chercher de l'eau, que je me rafraîchisse le visage.
h[ē]lēp   intransitive verb. ⦗emploi absolu⦘ se laver le visage, se débarbouiller.
hēlge  (nē-hēlge) [nɪhɪlɣɛ] noun. <Bot> nom d'une plante. Rhus simarubaefolia.

hēmen  [hɪmɛn] transitive verb. renifler ‹une odeur›, sentir activement (fl:opp. yon̄teg ~ m̄ōkheg ‘sentir passivement’).

Syn : qōnqōn

No-tok mē-hēmen sas no-qo.
Le chien a trouvé le cochon en reniflant (sa trace).

[ Mota so-manput the nose to, smell’. Cf. Mtp mdi~. ]

hēn  (nē-hēn) [nɪhɪn] noun. <Bot> nom d'une plante (Rutacées).

(1) sorte de mimosa (?). Melicope kajewskii.

(2) (ou) autre Rutacée. Euodia spp.

[ Mota sina. ]

hēnhēn  (nē-hēnhēn) [nɪhɪnhɪn] noun. <Bot> nom d'une plante. Argusia argentea.

h[ē]n̄ēn  [hɪŋɪn] transitive verb. enfourner
hēw   [hɪw] intransitive verb.

(1) descendre.

tēqēl

hōw

Ant : vēykal

Na-lo may hēw.
Le soleil est déjà descendu (dans le ciel).

Hēw tēqēl me!
Descends ici!

(2) (parf) se diriger dans la direction géographique correspondant à hōw: aller vers le nord-ouest.

Nēk tē-hēw M̄otlap n̄ēh?
⟨depuis Port-Vila⟩ Quand est-ce que tu descends à Mwotlap?

(3) ⟨corps de qqn⟩  vieillir, perdre de sa vigueur.

(4) ⟨estomac⟩  digérer.

hēw   transitive verb. <Techn>

(1) (rare) ⟨esprit nu-vu descendre dans, investir le corps de ‹qqch, qqn›.

vu*

Nu-vu kē ni-hēw na-haphap soloteg, qe so n-et, nu-bus, na-mtig…
Les esprits peuvent ‘descendre’ dans toutes sortes d'objets: être humain, chat, cocotier…

Anoy, nu-vu het mē-hēw tō Lōlō, ba aqyig gōh mal bah lok.
Hier, un esprit maléfique avait investi (le corps de) Lolo, mais aujourd'hui c'est terminé.

(2) ⟨pêcheurs⟩  descendre avec ‹qqch›; (partic.) lors de la pêche collective (gey* hay), désigne l'activité d'un premier groupe qui descend vers la mer en tirant derrière lui ‹la liane de pêche na-hay›; d'où commencer la pêche à la liane.

Kēy tē-hēw qiyig na-hay.
Aujourd'hui ils vont descendre la liane. (i.e. ils vont faire une pêche collective)

[ PNCV *sivo. POc *sipo. ]

hēw goy  [hɪwɔj] transitive verb. <Techn> ⟨pêcheurs⟩  litt. “descendre chercher / descendre en second” : lors de la pêche collective (gey hay), désigne l'action du second groupe, qui descend vers la mer pour aller réceptionner l'extrémité de la liane, et boucler la boucle en la rapportant sur la plage (la liane trace alors un grand demi-cercle dans la mer).

Dō tog vanvan bē-hēwhēw hay ! Dō so van a bē-hēw goy.
N'allons pas pour descendre la liane (avec le premier groupe)! Allons plutôt dans le groupe qui ‘descend en second’.
hēy  (nē-hēy) [nɪhɪj] noun. <Bot>

hēywē   [hɪjwɪ] ~ hiywē  attr. vrai

(1) vrai, véridique.

Hēywē?
⟨incrédulité⟩ C'est vrai? Vraiment?

Kemem nē-dēmtig so na-tmat hiyhiywē.
Nous croyions que c'était un vrai fantôme.

(2) ⦗en réponse à une information⦘ marque l'acquiescement: ‘ah bon, d'accord’; parf. avec une pointe d'étonnement ‘ça alors!’.

itōk ‘oui, d'accord’

“Na-hek Womtelo.” Wo “Oo, hēywē.”
“Je m'appelle Womtelo. – Ah bon, d'accord.” [litt. Oui, vraiment]

(3) ⦗valeur exclamative, spéc. après une première proposition⦘ incroyable, inouï.

Kēy gengen tō gōh, hiywē!
C'est incroyable comme ils s'empiffrent ici [litt. Ils mangent ici, vraiment!]

Na-m̄ya ni-ak kē a hēywē!
Il éclata de rire très fort [litt. Le rire le prit, vraiment!]

Nēk m-et na-laklak en? Hiywē nowmat!
Tu as vu la danse? Incroyable! [litt. Carrément vrai!]

Na-baklap hiywē!
Incroyable [litt. Vrai], le bateau!
hēywē   adv. (faire V) vraiment.

No-qo e kē ma-mat hiywē.
Le cochon était bel et bien mort.
hēywē   intransitive verb. dire la vérité, être sincère.

Ant : gal ‘mentir’

Ohoo, nok hēyhēywē!
Mais je dis la vérité!
hēywē   noun. (rare) véracité. Uniq. dans l'expression Hēywē nōnōm Tu as raison [litt. ‘ton vrai’].
higap  [hiɣap] adv. rater

h[i]gi~  (ni-hgi~) [nihɣi] -. <Anat> 1s : ni-hgi-k 3s : nē-hgē-n

(1) coude.

(2) ⟨figure géométrique+⟩  angle, coin.

(3) ⟨maison⟩  lien de faîtage, renfort diagonal soutenant la charpente, et reliant les entraits (na-salwolwol) au faîte (nē-qēthi~).

Syn : hyi~

Nē-hgēn vēvet, so tēntēngeg goy nē-qēthōn.
Ces quatre renforts sont là pour soutenir la poutre faîtière
higoy  [hiɣɔj] ~ hig goy ~   transitive verb. litt. “tendre le doigt (hig) contre qqch (goy)” : bloquer

(1) boucher ‹un trou› avec ses doigts.

goy [1] ‘(3)’

qosos

ol

No mi-hig goy nē-dēln̄ek.
Je me bouche les oreilles.

(2) bloquer, physiquement ou non, l'accès à ‹qqch›: d'où protéger d'un danger.

Ige mayanag mi-hig goy na-tmat so kē nitog leplep.
Les chefs ont protégé les masques en empêchant (le touriste) de les emporter.

(3) empêcher ‹qqn› d'agir, par un geste de la main; barrer la route, arrêter ‹qqn› dans son élan.

goy1 (13)

tig goy

Kēy lak van i lak i lak en, kē ni-hig goy lok kēy.
Tandis qu'ils continuaient à danser sans s'arrêter, il les interrompit de nouveau.

(4) (par ext) empêcher verbalement ‹qqn› d'agir, en usant de menaces ou de son autorité: d'où interdire, proscrire, défendre à ‹qqn› (de faire qqch: so + Prohib. / so + taple).

gatgoy

Nok higoy kōmyō so kōmyō tele vanvan hep na-n̄ye mey gēn.
⟨conte⟩ Je vous interdis d'aller plus loin que la pointe de terre là-bas.

No mi-higoy nēk, mi-hig goy nēk, Qētlas, so nēk tog vanvan tiwag mi ige be-gey-hay en !
Je t'ai déjà défendu maintes et maintes fois, Qêtlas, de fréquenter ces pêcheurs !

ne-le higoy
l'interdit, le secret (cf. le)
hil  [hil] transitive verb.
hin̄yeg  [hiŋjɛɣ] intransitive verb. briller, illuminer, produire de la lumière.

Syn : law

Nu-qul nōnōm mi-hin̄yeg meyen.
Ta lampe est restée allumée toute la nuit.

nu-qul hin̄hin̄yeg
[lampe très brillante] lampe-torche
hip2   [hip] attr. (fam) nombreux, beaucoup, plein.

Syn : m̄adeg

Ige m̄alm̄al hip a hip a hip.
Des filles, il y en avait plein, plein, plein!

Mela kēy mē-vēl na-gap a hip a hip.
Mélanie et les autres ont attrapé tout plein de crabes.

Ige susu mi-hip tō me agōh an̄qōn̄.
⟨conjugué⟩ Cette nuit, il y a eu plein d'enfants ici.

[ Angl. heap. ]

hit  [hit] transitive verb. transporter ‹du feu, n-ep› d'un endroit à l'autre, à l'aide d'un brandon (spéc. en feuilles ou en spathe de cocotier).

Kē ni-yēt no-yomtig vōyō nen tō ni-van yow tō ni-hit.
Elle attacha deux palmes de cocotier, (les alluma) et transporta le feu vers la plage.
hithit-ep  voi. ⦗verbe à objet incorporé⦘ transporter le feu.

hit

No-yomn̄as a nō-wōlēlē ne mitig, a hithit-ep aē en.
Le spathe, c'est la bractée du cocotier; on s'en sert pour transporter le feu.
hiy1   [hij] adv. indique qu'une action V s'effectue selon un mouvement d'application (partic. en direction de qqch).

(1) indique un mouvement descendant, d'un endroit en hauteur en direction du sol.

Syn. relevé : taqlun̄

taq hiy
se courber, se baisser

vatiqaw hiy
s'agenouiller penché vers l'avant, se prosterner

at hiy
baisser le regard

yap hiy
tirer vers le bas

lep hiy
descendre (un objet qui se trouve en hauteur) ; (fig.) mépriser, humilier

he hiy
cueillir

(2) ⦗+ vb de position⦘ indique que la position V tend vers l'immobilité, la stabilité. Le groupe ‹V+hiy› est naturellement suivi du directionnel hōw 'vers le bas'.

m̄ōl hiy
diminuer, s'affaiblir

hag hiy
s'asseoir

en hiy
s'allonger

Kē ni-vahyeg na-tno tamge nonon hōw, ni-en hiy van.
Après avoir étendu sa natte sur le sol, il s'y allongea.

tig hiy
s'arrêter debout (au cours de la marche)

Kōyō van me wa tig hiy sey hōw.
Ils s'arrêtèrent brusquement dans leur marche, debout l'un à côté de l'autre.

(3) ⦗+ vb de mouvement⦘ indique que l'action V est orientée dans un but précis, spatialement ou mentalement. Rem. Lorsque hiy oriente un verbe intransitif vers un objet précis, il peut parfois le rendre transitif.

aē [A] ‘y, là’

van [2] ‘Itif’

Tēymat qēt na-haphap van hiy kōyō nen, tō kōyō del hiy.
Lorsqu'ils eurent fini leurs préparatifs, ils se mirent en route [avec un but précis en tête].

Kēytēl yem ketket hag li-siok nen tō hō hiy ēgēn.
Ils grimpèrent dans leur bateau, puis se mirent à pagayer [dans la direction prévue].

valag / gityak hiy
courir [dans une direction précise, pour atteindre un but qu'on s'est fixé]

Kē ma-van hiy me.
Il est venu exprès.

wow hiy
se tourner vers, s'adresser à; convoiter, désirer, être amoureux de

(4) ⦗+ vb de perception⦘ marque que l'action V s'effectue d'une manière particulièrement appliquée, en se concentrant exclusivement sur son objet. Synt. Lorsqu'il est inanimé, l'objet du syntagme verbal peut être repris par anaphore zéro.

Syn : van [2]

Mey yan̄fala su en ni-taq bat ba ni-yon̄teg hiy.
Le petit garçon se cacha, et tendit l'oreille attentivement.

et hiy
observer
hiy1   loc.

(1) ⦗après directionnel spatial⦘ établit une direction par référence à un élément déjà mentionné : ‘vers là-bas’, ‘y’.

Haghag, et van hiy, me-mgaysēn kē, dēm so kē ma-mat.
Tout en restant assis, ils le regardèrent [regardèrent vers là], saisis de tristesse à l'idée qu'il était peut-être mort.

Lok hōw hiy !
(Pose-le / Tiens-toi...) un peu plus loin côté ouest !

Lēgmōqōn, hag hiy.
Tu vois le lieudit Lêgmôqôn? Eh bien, c'est encore plus loin côté est.

(2) (fig) en continuant dans la même direction, d'où davantage, encore plus.

Nok so ēglal m̄ōleg van hiy no-hohole anen.
J'aimerais avoir les idées encore plus (van_hiy) claires à propos de cette expression.

(3) (rare) ⦗après directionnel van, meultérieurement : qui vient après, soit en se rapprochant (me) soit en s'éloignant (van) du locuteur.

wotwot-me-hiy
le puîné [né après, donc plus près du locuteur (me)]

L-ēte itan, si so l-ēte mey van hiy.
L'année prochaine, ou bien l'année suivante.

ōyēh van hiy
après-après-demain, un de ces jours
hiy1   -. indique un élément périphérique sur lequel porte l'action.

(1) (rare) ⦗+qqch⦘ indique le lieu ou l'objet sur lequel s'applique l'action.

bē n-ep hiy na-pyēyag
mettre le feu aux ordures

Lep na-gayga, tō yoweg hoyo hiy nē-vēthiyle.
On prend une liane, puis on l'étire tout le long de la plage.

Kēy et-ēglal te hiy na-myam, a so tekel mayam qele ave.
Ils n'ont pas de connaissances sur le monde, (et ignorent) à quoi ressemblent les antipodes.

Qētēg hiy no-totogyeg, kē ni-van hiy bahnegi.
de la première à la dernière (photo) [on commence à la première, on poursuit jusqu'à la dernière]

(2) (arch) indique la cause psychologique d'une action (par, pour) ; le thème d'un discours (à propos de). Cette tournure ancienne en hiy correspond à sur dans la langue poétique de Mwotlap (cf. Iqet), et dans les langues avoisinantes. Dans la langue usuelle, on utilise bE- + non-humain, ou veg + humain.

Ten̄-hiy-lam
⟨ancien prénom féminin⟩ Pleure-sur-l'Océan (femme mariée qui regrette son pays d'origine ?)

(3) ⦗+qqn⦘ en direction de ; auprès de, chez. La traduction habituelle de “chez” est un syntagme l-ēm̄ non dans la maison de.

Nēk tig hōw a-Yō, ba nēk et lok me hiy no M̄otlap agōh.
Tu te dresses là-bas à Roua, et tu regardes dans ma direction, ici, du côté de Mwotlap.

Na-qtag ni-hal van hiy na-tvale mino.
La flèche vole vers mon ennemi.

Nēk m̄ōl lok me hiy igni.
Tu peux rentrer chez ton mari.

Heylō van hiy na-vanvan nonmi me hiy kemem, kem tiqyo ēglal hiy so kimi hag Franis en, kimi qele ave.
À travers vos voyages chez nous, nous apprenons à mieux connaître comment vous vivez là-bas en France.

Tig lap hiy no!
Reste avec moi !

Nok van me hiy imam.
Je viens de chez papa.

(4) (cour) ⦗+qqn⦘ à, marque de Datif. Introduit le bénéficiaire ou le destinataire des verbes type ‘parler’, ‘donner’, ‘acheter’, ‘envoyer’, etc.. Synt. Presque toujours précédé d'un morphème directionnel (me, van, etc.).

No mal vap van hiy imam.
Je l'ai déjà dit à papa.

Tita no-yō ni-lep van hiy kōyō na-qtag.
Leur mère leur donna des flèches.

Nēk so taw en, nēk suwyeg me hiy no !
Chaque coco que tu cueilles, tu dois me le lancer à moi !

Kēy olol van hiy nu-vu.
Ils font des offrandes aux esprits.

Nēk ak nō-sōq hiy no.
Tu me fais passer les épreuves d'initiation (nō-sōq).

[ POc *surifollow’. ]

hiy2   (ni-hiy) [nihij] noun. <Anat> ⟨homme⟩ ⟨animal⟩  os, arête. Ce nom à construction aliénable a remplacé le nom inaliénable hyi~.

Ni-hiy le-qtēg bēnēk lē-klek me-mlat.
Je me suis cassé l'omoplate [l'os de mon épaule dans mon dos s'est cassé].

Egoy ni-hiy nan, nēk tiple dolm̄a aē !
Attention aux arêtes, tu risques d'avaler de travers !

[ POc *suʀibone’. ]

h[i]yi~  (ni-hyi~) [nihji] -. <Anat>

(1) (arch) ⟨homme⟩ ⟨animal⟩  os.

hiy [2]

ni-hyi et
squelette ; ossements humains

(2) (cour) force, puissance, énergie.

Tateh hēyēn !
Il n'a pas de force, il est faible !

Nē-hyēn na-maymay.
Il est costaud [sa force est dure].

Nē-hyēn ne-mdawdaw.
Il est faible [sa force est molle].

(3) ⟨plante⟩  épine.

skoskoy ‘épineux’

(4) ⟨feuille⟩  tige, nervure centrale.

Lep no-yomtig, hay yak nē-hyēn, tō vet na-yon.
⟨jeux de pliages⟩ On prend une feuille de coco (jeune), on en retire la nervure centrale, puis on en tresse la feuille.

(5) ⟨poisson⟩  nageoire dorsale.

dēln̄e~ ‘nageoire pectorale’

(6) ⟨maison⟩  lien de faîtage, renfort diagonal soutenant la charpente, et reliant les entraits (na-salwolwol) à la poutre faîtière (nē-qēthi~).

Syn : higi~

N-ēm̄ gōh, nē-hyēn vēvet.
Cette maison a quatre renforts.

[ POc *suʀibone’. ]

h[i]yip  [hijip] transitive verb. arracher ‹des feuilles d'arbre› en faisant glisser le rameau, d'un coup sec, dans le poing fermé.

hap [1] ‘cueillir’

Kē a me-hyip na-yo bak nen en, ne-len̄ me-lep na-yo bak en, ni-qlen̄.
Il arracha ainsi les feuilles de banian, qui furent aussitôt emportées par le vent.
hiyle  [hijlɛ] loc. : ‘basse brousse’: zone de brousse à faible densité, située tout le long du littoral, et gén. exploitée sous forme de jardins.

Hiyle en, na-tno tēqē a et-lu-wutwut te.
La ‘basse-brousse’, c'est la zone des jardins qui ne se situent pas en hauteur.

Nok so van a hiyle so leplep gengen.
Je vais en basse-brousse pour chercher à manger.

Kēy qētqēt hiyle so totot han̄, n-ēvet, tiwag mi na-gayga.
Ils se rendent tous en basse brousse pour couper des poutres, des bambous et des lianes.

[ Mota sur-lauto follow the beach’. ]

hiy + le2.

hog   [hɔɣ] transitive verb.

(1) tendre ‹la main›.

(2) tendre ‹qqch› à qqn.

Kē mo-hog me nē-lētes namu.
Il m'a tendu / donné une lettre pour toi.

(3) (spéc) offrir en présent. Suggère une plus grande implication affective du sujet que le terme usuel lep (‘donner, transmettre’).

hoghog goy ‘se fiancer à’

Nok so hog van nē-vētan hiy nēk tō nēk so vah nē-tqē aē.
Je voudrais t'offrir un lopin de terre, pour que tu puisses y cultiver ton jardin.
hog   (hoghog) adj. (absol) généreux, partic. en nourriture.

Kē namnan, veg kē no-hoghog.
Elle est très bien, car elle est généreuse [car elle ‘donne’].
hoghog goy  [hɔɣhɔɣ ɣɔj] transitive verb. <Ethn>

(1) ⟨homme⟩  se réserver ‹une femme›, se fiancer à. Au cours d'une cérémonie de fiançailles, un jeune homme obtient l'exclusivité (goy) sur une jeune fille, au moyen de divers présents qu'il offre (hog) à ses futurs beaux-parents.

hoghog goy

Syn : ak goy

Syn : vatlēg goy

(2) effectuer cette cérémonie, en parlant des membres de la famille de l'homme, se rendant chez la famille de la femme, en présence ou non du jeune homme en question.

Kem so van hoghog goy Serah ēgnōn Toni.
Nous partons pour fiancer Serah [comme épouse] à Toni.
hohole   [hɔhɔlɛ] intransitive verb. forme rédupliquée de hole.
hohole   (no-hohole) noun. nom dérivé du vb hole.

(1) le langage, le fait de parler.

Intik mal ēglal no-hohole.
Mon enfant sait déjà parler.

(2) discours, parole, déclaration.

No-hohole nonon vitwag vēlēs, a so kē et bus te vanvan hōw hiy imam.
Sa réponse est systématiquement la même, à savoir qu'il refuse de revenir voir son père.

(3) mot, terme particulier dans une langue.

he~ ‘nom’

Nok so ēglal m̄ōleg van hiy no-hohole anen.
J'aimerais avoir une idée encore plus claire sur ce mot.

(4) langue.

Syn : gatgat

Syn : vap

no-hohole non Iqet

No-hohole no-yō ne-tegtegha.
Ils parlent deux langues différentes.

Iyē ma-vatne nēk bo-hohole to-M̄otlap?
Qui t'a enseigné le mwotlap ?
hohole legelge  transitive verb. litt. “parler au-dessus” : parler d'une manière irrespectueuse à ou de ‹qqn› à qui l'on doit le respect (spéc. une relation de parenté par alliance).

lege

hohole m̄aya  intransitive verb. litt. “parler drôle” : parler de façon drôle, raconter des histoires comiques.

m̄[a]ya [B]

hole

Syn : hohole siseg

Syn : boyboy

hohōw  (no-hohōw) [nɔhɔhʊw] noun. <Bot>

(1) vapeur.

‘fumée’

(2) nom d'une plante (Composée). Wollastonia biflora.

[ Mota sasawui. ]

hole  [hɔlɛ] intransitive verb. parlerGénér. rédupliqué

(1) parler.

vap ‘dire’

Hole !
Vas-y, parle !

Kē ni-hohole memeh.
Elle est bavarde [elle parle trop].

(2) déclarer, adresser la parole (à qqn, Dir.+ hiy). Annonce souvent un discours rapporté (wo, so).

Kē ni-hohole van hiy kē wo “Nēk van me gōh so akteg ?”
Alors il lui adresse la parole (en disant): “Que viens-tu faire ici ?”
hole boyboy  intransitive verb. litt. “parler plaisanter” : plaisanter envers (mi) qqn, se moquer légèrement, avec une pointe d'insolence et de provocation. Ethn. S'emploie partic. dans le cadre des relations de parenté dites “à plaisanterie”: Cf. surtout namas_boyboy, bōbō, itat. Ce type de relation est proscrit notamment avec wulus, qēlge~, yoqlēg, titamas et toute autre personne exigeant le respect (dēmap).

hole

boyboy

hole goy  [hɔlɛ ɣɔj] transitive verb.

(1) litt. “parler par rapport à qqn” : répondre, répliquer.

Syn : vulu

Kēy hole goy qele ave?
Comment ont-ils répondu?

(2) parler de telle sorte qu'on gêne ‹qqn› par le son de sa voix ; interrompre ‹qqn›.

vōlōplōl goy

hole lō  intransitive verb. déclarer, dire au grand jour.

hole

hole m̄aya  intransitive verb. parler de façon drôle, raconter des histoires comiques.

hole

m̄aya

hole siseg  intransitive verb. litt. “parler jouer” : badiner, plaisanter, parler au deuxième degré.

hole

Hohole siseg ēwē !
C'était juste pour plaisanter (ne te vexe pas) !
h[o]lo~  (na-hlo~) [nahlɔ] -. <Anat> ⟨homme⟩ ⟨animal⟩  testicules, bourse.

Syn : wahlo~

Syn : wōlaslas

Syn : wōtiltil

lah

Na-lah en, na-hlē ni-yēg liwo.
L'éléphantiasis, c'est quand tes testicules enflent énormément.

[ PNCV, POc (<°l[o]ho-) <°lasó-.  *laso. ]

h[o]yo   [hɔjɔ] adj.

Syn. relevé : malaw

(1) long, étiré en longueur.

towol ‘large’

Na-gayga kē mas hoyo.
La corde doit être bien longue.

Na-mtehal nonmamyō ne-hyo a ne-hyo.
Notre chemin est encore très long.

(2) ⟨qqn⟩  grand, de grande taille; long verticalement.

(3) long, qui dure longtemps.

No mas dēm a ne-hyo.
Il faut que j'y réfléchisse longtemps (à tête reposée).
h[o]yo   (hoyo) adv.

(1) (concret) longuement, en longueur.

no-qo a nē-lwon ne-wey hoyo
un cochon dont les dents ont fait un long tour

Lep na-gayga, yoweg hoyo hiy nē-vēthiyle.
La liane, on l'étend sur la plage, dans toute sa longueur.

(2) (fig) (parler) de façon explicite, en donnant tous les détails.

So van/hohole hoyo van aē…
[Pour aller/parler en longueur là-dessus] Si tu veux que je te dise tout / Si tu veux tout savoir / En clair…
h[o]yo   (na-hyo) noun. longueur (opp. na-twol ‘largeur’).
1   [] intransitive verb. pagayer

[ Mota sua. ]

2   (°na-hō) [nahʊ] noun. fumée

Na-hō, na-hō !
Que de fumée ! (Sortons d'ici !)
2   intransitive verb. ⟨feu, fumée⟩  fumer, produire de la fumée.

Na-hō mō-hō me van aē, tō no-womtig ni-tnas.
La fumée a fumé dessus, faisant noircir les vieux cocos.

[ Mota asu. PNCV *ʔasu. POc *qasu. ]

hōm̄  (°na-hōm̄) [nahʊŋ​͡mʷ] noun. <Pois> poisson récifal.

(1) Tamarin vert (angl. Blackedge_thicklip_wrasse), poisson récifal, 50 cm. Hemigymnus melaptarus.

(2) (ou plutôt) poisson-perroquet. Scarus spp.

[ Mota saum̄a. ]

hōn  [hʊn] adv.

(1) (pêcher, chasser) avec succès; d'où attraper ‹proie›.

Wō nēk ma-galeg hōn?
⟨à la pêche⟩ Tu as attrapé quelque chose?

(2) (par ext) (faire V) avec succès; réussir à (faire V).

Nēk mi-rin̄ hōn kē?
As-tu réussi à lui téléphoner?

Kēy mo-sok i sok e, et-etsas hōn te kē.
Ils l'ont cherché des heures, sans réussir à mettre la main dessus.

(3) ⦗avec négation⦘ pas du tout, absolument pas. Tournure négative intensive, elle-même intensifiée par qal.

Hay le-pnō kē, tateh et hōn qal !
Dans ce village, il n'y a absolument personne.
hōw  [hʊw] dir. <Géo> en bas, vers le bas.

Ant : hag [1]

(1) en bas, vers le bas. Qualifie toute action dirigée vers le bas, ex. ‘descendre’, ‘poser’, ‘verser’, ‘tomber’…. Synt. Le directionnel est compatible avec d'autres lexèmes ayant le même sens: ex. hēw tēqēl hōw antan descendre en bas, avec hēw 'descendre' (Vb), tēqēl 'en descendant' (AdP), hōw 'en bas' (Dir), antan 'vers le bas' (Adv).

Hag hiy hōw.
Assieds-toi!

Kē ni-at tēqēl hōw lē-bē.
Il scruta le fond de la rivière.

No-qon ni-yow hag hōw wa kēy tit.
Chaque fois qu'une colombe venait se poser (hōw), ils tiraient.

Kēy galeg hōw n-ep.
Ils firent un feu [par terre].

Visis hōw nen : na-tm̄an.
Elle accoucha [litt. en bas] d'un garçon.

Iqet ni-lep ni-hnag e ni-hn̄ēn hōw (lo-boyboy).
Iqet saisit une igname et la fourra (dans son sac) [en bas, car sac posé par terre].

Kē ni-lm̄eh hōw li-qti e tō nēk mat !
Il te fracasse le crâne (d'une massue), et tu meurs sur le coup !

Na-ptel ni-van tō ni-men, tō ni-men galsi hōw...
Les bananes continuaient à mûrir, mûrir... [en bas, car faisaient ployer la branche]

(2) (fig) en diminuant (âge, nombre, vigueur, prix…).

Tō na-tkel qo liwo nen van hōw, tō ni-mat ēgēn.
Alors le terrible monstre se mit à perdre sa force [à descendre], et finit par mourir.

Ige mey malig hōw, kēy tit-van te muy vēh te la-halgoy.
Ceux qui sont en dessous (en âge, i.e. les enfants) n'ont pas le droit de participer aux cérémonies secrètes.

(3) qualifie toute action tendant à l'immobilité, l'interruption (opp. hag1, suggérant le démarrage d'une action).

hiy [1]

Mahē ni-qōn̄ hōw nen e...
Lorsque la nuit fut tombée...

Kōyō van me wa tig hiy sey hōw.
Ils s'arrêtèrent brusquement dans leur marche, debout l'un à côté de l'autre.

Kimi hal hotog hōw, dēyē no a nok dēn̄ me.
Vous arrêterez votre bateau (au mouillage), et attendrez jusqu'à ce que je vienne vous rejoindre.

Kē wo et-bus-te hōw...
Si jamais elle refuse...

(4) orienté vers la suite, la fin d'un processus. L'opposition haut/bas correspond ainsi à une opposition début/fin. Cf. yak hag ‘commencer’ vs yak hōw / qēt hōw ‘(se) terminer’.

Kē ni-van se hōw !
Continue (ton histoire / ton action...) [Ça descend] !

Na-vap t-am̄ag nan ni-bah hōw gēn.
Et c'est ainsi que se termine [se finit en bas] cette histoire.

Na-laklak, kēy ma-yak / mē-qēt ēwē hōw !
Les danses, elles viennent juste de se terminer !

(5) ⦗directionnel géocentrique⦘ vers le nord-ouest, vers le nord et/ou vers l'ouest (opp. hag1). Partic. dans l'île de Mwotlap : en suivant l'île dans sa longueur, d'en gén. en longeant les côtes, du sud-est au nord-ouest. Entre les îles : hōw réfère aux îles du nord-ouest (Roua, Ureparapara, Torres, Salomon). Étym. L'origine de cette équation ‘bas = nord-ouest’ s'explique par la pratique ancienne de la navigation: faire voile en suivant les alizés du sud-est, c'était ‘descendre dans le sens du vent’.

Kēy togtog n̄a hōw Ayō en.
Ils habitent là-bas, à Roua.

Iqet ma-van hōw Avap en, so tin nō-qōn̄.
⟨mythe⟩ Iqet est allé acheter la Nuit là-bas, dans l'île d'Avap [île mythique, mais située du côté des Torres].

Nok so van hōw M̄otlap en.
⟨dit à Santo ou Vila, villes du sud⟩ Je vais [je descends] à Mwotlap.

Le-pnō vitwag, a Aplōw yeh, lok hōw me antan yeh.
⟨prononcé à Lahlap⟩ C'était dans un village... situé avant Aplôw, donc côté ouest (hōw antan ‘en descendant’) par ici (me).

ige hōw en
les gens de là-bas (désigne un endroit, village ou pays côté nord-ouest...)

Imam hōw en vap me so itōk.
En tout cas, mon père de là-bas (côté ouest) m'a dit qu'il était d'accord.

(6) (partic) indique la même direction (vers le nord-ouest), dans l'espace proche. Rem. En l'absence d'opposition droite/gauche, le mwotlap emploie un système d'orientation géocentrique. Hōw s'oppose non seulement à hag1, mais aussi à hay1 (vers l'intérieur des terres) et à yow1 (vers l'extérieur, vers la mer).

Kik namun ige to-lok hōw !
⟨football⟩ Coup franc pour l'équipe (qui joue côté) ouest !

Hag malig tog hōw !
Tu peux t'asseoir un peu plus côté ouest, s'il te plaît ?

[ North-V *suw[e,o]. POc *sipo. ]

▲ Back to top ▲