banner
A dictionary of Mwotlap (Banks Is., Vanuatu)
This dictionary has no finderlist yet. To look up French or English words, open this link (entire dictionary on one page)
or this Pdf version of the dictionary, and search for a string of text [Ctrl+F/Cmd+F].
 

Mtp–Fr–Eng

Mtp–Eng–Fr

Mtp–Fr

Tea–Eng–Fr

Tea–Eng

mwotlap dictionary
Index i
i1
i-2
i-3
igeA
igeB
ige bē-vēnangēn
igni~
ili
ili~
ililA
ililB
il-qōn̄
imamA
imamB
in1
in2
in lō
inin
inm̄eg
inti~
ip1
ip2
iplu~
itan
itatA
itatB
itbu~
ithi~
itme~
itōk
itōk vēlēs
ivē~
iyē
iyē geh
i1   ~ mi  ptc. Durat
i-2   pf. préfixe tonique ; permet de constituer les formes toniques de la plupart des pronoms personnels (no ‘je’ > ino ‘moi’) et de qqs autres mots ( ‘qui’ > iyē), pour les rendre prédicatifs et/ou toniques. Cf. ino, etc..
i-3   art. ancien article personnel, auj. non-productif, formant quelques noms personnels: imam ‘père’, igni~ ‘époux’, inti~ ‘enfant’, etc. Commute avec ya- au pluriel, ex. ya-ntinti-k ‘mes enfants’. S'ouvre parfois en ē- au cours de la flexion: i-plu-k ‘mon ami’, ē-vlō-n ‘son ami’.
ige   [iɣɛ] sb. <Gram> Collectif humain pluriel, renvoyant à un groupe indéfini de personnes (opp. kēy ‘eux’, renvoyant à un groupe défini).

yoge

tēlge

(1) ⦗emploi absolu⦘ les gens ou des gens, on, autrui. Rem. La même valeur indéfinie est parfois assurée par le singulier n-et (cf. et3).

Nitog etet ige!
Arrête de regarder les gens!

Nēk me-mtewot en, ige aē?
Quand tu t'es blessé, il y avait du monde?

Ige tateh.
Les gens ne sont pas là / Il n'y a personne.

Tog vavasem hiy ige!
Ne le dis à personne! [litt. ne le dis pas aux gens]

Iyē ma-vap tō hiy nēk? – Ige.
Qui te l'a dit? – Des gens.

Nēk so taq bat, ige tiple ekas nēk.
Cache-toi, de peur qu'on ne te voie.

(2) ⦗suivi d'un qualificatif: adjectif, quantifieur, etc.⦘ constitue la tête des syntagmes nominaux à référent humain, à valeur plurielle.

ige qagqag wa ige mēlēmlēg
les Blancs et les Noirs

ige susu wa ige lililwo
[les petits et les grands] les enfants et les adultes

ige ta-Franis
[les gens de France] les Français

ige to-M̄otlap
les habitants de Motalava, les Motalaviens

ige be-wha
[les gens pour la musique] les musiciens

ige bi-kikbol
les footballeurs

ige bul son̄wul
la bande des dix

ige del
[litt. ‘les-gens tous’] tout le monde

ige geh gōh
[litt. ‘les-gens chacun ici’] tout le monde ici

ige mino
[litt. ‘les-gens miens’] les miens, ma famille

ige tegha
les autres / autrui

ige hip
beaucoup de monde

ige yatkelgi
quelques-uns, certains

ige mey a mal van en
ceux qui sont déjà partis
ige   art. ⦗suivi d'un nom N⦘ article pluriel pour les noms à référent humain (opp. na- ou zéro pour le singulier). Synt. Dans cette structure, c'est plutôt le nom qui est la tête du syntagme, tandis que le Collectif fonctionne comme un article.

ige welan
les chefs

ige yathithi-k
mes frères

ige lōqōvēn
les femmes

ige mōmō
⟨animal anthropomorphisé dans un conte⟩ les Poissons
ige bē-vēnangēn  sb. litt. “ceux pour notre patrie / culture” : les Anciens; les chefs coutumiers.

vēne~

Syn : ige kastom

ige bē-vēnek
[ceux pour ma patrie] les chefs de mon pays, mon gouvernement

[  <°na ˌβanuˈa-gu. ]

igni~  [iɣni] sop. époux
ili  (n-ili) [nili] noun. <Mer> algues

ili~  (n-ili~) [nili] -. <Anat>

(1) ⟨humain, animal⟩  chevelure, cheveux.

N-ēlēn na-lawlaw.
Elle est blonde.

N-ēlēn na-sam̄sam̄.
Elle a les cheveux souples (non crépus).

N-ēlēn na-damdam.
Elle a les cheveux longs (comme les Blancs).

(2) ⟨animal⟩  poil, pelage.

il ‘poil humain’

(3) ⟨oiseau⟩  plume.

ilto

n-ili tutu
plume de coq

[ PNCV *vuluhair, feather’. POc *pulu. ]

ilil   [ilil] transitive verb. <Art>

(1) peindre ‹qqch› de façon minutieuse et appliquée (opp. suw), dessiner des motifs, partic. dans l'art des masques sacrés (na-tmat). Les moyens traditionnels utilisés dans la peinture sont le charbon (na-vay3, na-malvay) pour le noir (ne-met1) ; le calcaire (n-ow) pour le blanc ; la sève de certains fruits pour le rouge (ne-me).

Syn : lem̄eh

Syn : benem

(2) se peindre ‹le corps›, ex. avant de danser la danse du Tricot-rayé (ne-m̄e).

ilil   (n-ilil) noun.

(1) peinture : matière, couleur ou aspect d'un objet peint.

(2) (d'où) couleur, même naturelle.

Woqse ilil!
Il y a plein de couleurs!
il-qōn̄  (n-ilqōn̄) [nilk​͡pʷʊŋ] noun. <Zool> litt. “poils nuit” : petite chauve-souris sombre. Cet animal symbolise la mort. Lorsqu'une vieille personne, qui a traversé de longues années en bonne santé, en voit passer un près d'elle, c'est signe que la fin de sa vie est arrivée.

lōslōs ‘chauve-souris’

N-ilqōn̄, qe so ni-nti qeyet susu.
Le n-ilqōn̄, c'est comme qui dirait le petit bébé de la roussette.

N-ilqōn̄ vitwag ma-gap me hiy no: wun na-matmat mino ē-gēn, yēhē yantintik !
Je viens de voir une chauve-souris voler vers moi: c'est sans doute ma mort qui s'approche, mes chers enfants!
imam   [imam] sb. <Parenté> père [F, FB, MZH].

(1) papa: terme d'adresse.

(2) (cour) père: terme de référence.

Syn. relevé : itme~

imam   transitive verb. appeler qqn papa, considérer qqn comme son père.

Nok imam nēk, veg nēk me-lep vasgēt tō no l-ēm̄ nōnōm en.
Je te considère comme mon père [litt. je te “papa”], car tu m'as offert l'hospitalité dans ta maison.

[ Mota mama. PNCV *mamafather (term of address)’. ]

in1   (n-in) [nin] noun. <Mer> ver de mer, annélide marine verdâtre, consommée aux mois d'octobre et de novembre, quand elle apparaît à la surface de la mer. Annelides spp. ◈ L'apparition annuelle de ce ver donne leur nom à plusieurs mois de l'année.

[ Mota un. ]

in2   [in] transitive verb. boire.

Syn. relevé : dolm̄eg

in nē-bē
boire de l'eau

in nō-wōh
boire une noix de coco

in mah
[boire-sec] boire cul-sec, boire jusqu'au bout

in tokosm̄eg
boire excessivement

Dō so van in na-ga?
On va boire du kava?

Iyah, nēk so in te me?
Tiens, tu veux boire un coup?

Itōk gēn in!
⟨formule⟩ [litt. buvons bien!] À ta santé!

[ POc *inum. ]

in lō  [in lʊ] transitive verb. litt. “boire inaugurer” :

(1) être le premier parmi les convives à boire ‹qqch›, inaugurer ‹kava+›.

Toy goy nen en, tō kē ni-in lō na-ga.
À la fin de son discours, il boit la première coupe de kava.

(2) célébrer, inaugurer ‹qqch› en levant son verre.

Gēn in lō ne-meskēt gayaq mi na-ga.
Nous allons inaugurer notre nouveau harpon avec du kava (i.e. boire le kava pour ‘marquer le coup’).
inin  (n-inin) [ninin] noun.

(1) (en gén) boisson. Nom dérivé de in ‘boire’.

Kē ni-yon̄teg na-matheg bē ni-ak kē, kē ni-lep n-inin na-man e tō ni-in.
Comme il sentit qu'il avait soif, il saisit sa boisson et se mit à boire.

(2) (spéc) alcool fort, whisky, eau-de-vie.

Syn : nē-bē maymay

inm̄eg  [inŋ​͡mʷɛɣ] transitive verb. harceler ‹qqn›, de façon bénigne (ex. chatouiller) ou maligne (ex. harceler un ennemi).
inti~  [inti] sop. enfant
ip1   (n-ip) [nip] noun. <Bot> Faux teck, bsl. Natora. Intsia bijuga. ◈ Techn. Ce bois très solide est particulièrement apprécié pour tailler les poteaux verticaux (na-han̄) soutenant les charpentes des maisons.

[ PMP *qipilAfzelia bijuga’. ]

ip2   [ip] intransitive verb. souffler
iplu~  [iplu] sop. ami, camarade, compagnon.

[ Mota valu-imatch, fellow, mate’. Cf vulu . ]

itan  [itan] sb.

(1) l'autre (de deux).

Syn : vitwag

Ikē te, mey itan.
C'est pas lui, c'est l'autre.

(2) ⦗dans les dates⦘ prochain.

li-wik itan
la semaine prochaine

lō-wōl itan
le mois prochain

l-ēte itan, si so l-ēte mey van hiy
l'année prochaine, ou l'année d'après

(3) ⦗en structure binaire⦘ l'un... l'autre.

Nēk ukēg itan, tō itan ni-boel lok se aē!
Tu en laisses tomber une, et l'autre se met en colère à son tour.

[ Mota <°í tuána.  tuafellow, companion, assistant’. ]

itat   [itat] sb. oncle maternel.
itat   transitive verb. appeler qqn oncle, considérer qqn comme son oncle.

itbu~  [itᵐbu] ~ itqu~  sop. aïeul
ithi~  [ithi] sop. frère, sœur : germain de même sexe ; inclus également les cousins de même sexe, qu'ils soient parallèles ou croisés.

Ant : tēte~

itme~  [itmɛ] sop. père
itōk  [itʊk] préd. (cour) bon, bien. Synt. Prédicat direct, sans préfixe aspecto-modal. Pour se combiner aux marques TAM, itōk est remplacé par le radical supplétif wē: Ne-telefon itōk? – Et-wē qete, ba tē-wē qiyig. Le téléphone marche? – Il ne marche pas encore, mais il marchera bientôt.

Syn. relevé : m̄isi

Ant : het ‘mauvais’

(1) ⟨qqch⟩  être bien, bon.

Na-haphap del itōk.
[toutes les choses sont bonnes] Tout va bien.

Itōk anen.
C'est bon comme ça, c'est parfait.

Itōk vēlēs.
⟨cour⟩ Ça va, pas de problème.

Itōk gēn in!
⟨formule⟩ [litt. buvons bien!] À ta santé!

(2) ⦗proposition Irrealis (ex. aoriste, futur) + itōkce serait bien que, il vaudrait mieux que.

Nēk rin̄ lok me la-yavēg itōk.
Ce serait bien/mieux que tu téléphones samedi.

Nēk ta-vap ēgē tō me, togtō itōk.
Si tu me l'avais dit plutôt, c'eût été mieux (Il eût mieux valu que…)

(3) itōk seul, en réponse⦘ c'est bon, c'est d'accord; oui; soit, tant pis, admettons.

Dō ak-vayge bah tusu! – Itōk.
Si nous prenions d'abord notre repas. – D'accord.

No et-eksas te kē. – Itōk.
Je ne l'ai pas trouvé. – Bon, tant pis.

Inti may qelen̄. – De? Itōk.
Ton fils a disparu. – Ah bon? D'accord.

(4) ⟨qqn⟩  être en bonne santé, aller bien.

Nēk itōk, si ne-het? – Ino itōk vēlēs, ba inēk?
Tu vas bien [ou non]? – Moi je vais très bien, et toi?

(5) ⟨qqch⟩ ⟨qqn⟩  beau à voir, joli; (homme, femme) bien fait de sa personne. Spécialement sous la forme rédupliquée itōktōk.

Na-m̄alm̄al itōktōk a itōktōk lēs!
Une fille superbe, vraiment superbe!

itōk vēlēs  expr. (cour) litt. “c'est juste bien” : c'est correct, sans plus; ce n'est pas parfait, mais ça peut aller; il n'y a pas de problème; parf. ça n'a pas d'importance, peu importe, c'est égal.

vēlēs [1A]

Syn. relevé : nēwē vēlēs

Kemem itōk vēlēs.
Nous allons bien, sans plus.

Itōk vēlēs, tog dēmdēm van aē.
Il n'y a pas de problème, ne t'inquiète pas.

Ikē itōk vēlēs; ba ēthēn en, kē na-waksē meh.
Elle, ça peut encore aller; mais sa sœur, elle est vraiment trop orgueilleuse.

Nok so wos mi nu-busmayaw, si so lēg mi na-gayga? – Itōk vēlēs.
⟨planches⟩ Je dois les fixer avec des clous, ou bien les attacher avec une corde? – Peu importe / C'est aussi bien.

Dō so van ave? Ino itōk vēlēs.
Où veux-tu qu'on aille? Moi, je n'ai pas de préférence / ça m'est égal [litt. moi, ça va]
ivē~  [iβɪ] sop. mère
iyē  [ijɪ] -. : qui. Forme tonique de , spéc. en fonction de prédicat. Rem. Pour plus d'une personne, on emploie la forme iyē geh: Iyē geh nen? Qui est-ce (ces gens)? Cf. geh

Imam nōnōm iyē?
Ton père, c'est qui?

Na-he iyē?
[ton nom c'est qui?] Comment t'appelles-tu?

Iyē mē-wēl van na-mtehal nōnōm?
Qui t'a payé ton voyage?

Iyē nen?
Qui est-ce?

i- + yē.

iyē geh  -. ⦗valeur plurielle mais accord au singulier⦘ litt. “qui chacun” : question ‘Qui?’ portant sur plusieurs personnes en même temps, mais considérées individuellement (opp. iyē ‘qui?’ portant soit sur une seule personne, soit sur plusieurs personnes vues en tant que groupe homogène).

iyē

geh ‘Distributif’

Iyē geh nen?
Qui est-ce? Qui sont ces personnes? (quels sont leurs noms aux uns et aux autres?)

Iyē geh ni-haghaghiy bō-yōstiwag nan?
Qui est-ce qui siège dans ce conseil? (quels sont leurs noms aux uns et aux autres?)
▲ Back to top ▲