banner
A dictionary of Mwotlap (Banks Is., Vanuatu)
This dictionary has no finderlist yet. To look up French or English words, open this link (entire dictionary on one page)
or this Pdf version of the dictionary, and search for a string of text [Ctrl+F/Cmd+F].
 

Mtp–Fr–Eng

Mtp–Eng–Fr

Mtp–Fr

Tea–Eng–Fr

Tea–Eng

mwotlap dictionary
Index m
ma~
madap
m[a]day
mag
m[a]gaysēnA
m[a]gaysēnB
m[a]gaysēnC
m[a]gaysēnD
magmaghē et
magtō1
magtō2
magvan
mah
m[a]hay
mahet
mahē
mahē qōn̄
mahgē~
makōh
mal2
m[a]la
m[a]laklak
m[a]lala
m[a]law
maley
malēlē
malēn̄
malhey
mali~
mali m̄agas
mali n̄ey
mali n̄eyda
mali n̄eydi
malig
malmal
malmali bēlag
malnoqoA
malnoqoB
malqon
malsas
maltē
maltow
malun̄
maluw
mal… tō
mamakē
mamasēg
mamot
-mamtēl
-mamyō
man1
man2
manig
manman
man̄an
man̄go1
map
mas
matA
matB
matC
mat
mat m̄ōl
m[a]ta
matag
m[a]tam̄eA
m[a]tam̄eB
m[a]tam̄eC
m[a]tapA
m[a]tapB
matbē
matmat
matmayge
matmēl
matvēvē
matwēt
matyak
mawē
mawlō~
may1
may2
m[a]ya
m[a]yam
mayanag bē-vētan
mayap
maygayA
maygayB
mayham
maymay
mayok
mE-3
me1
me2
mehA
mehB
m[e]leh
melmel
memA
memB
-mem
memehA
memehB
memehC
memehD
men1
men1
men2
men qōn
men tagde
men te-le-lam
men titikey
men wēwlal
men wōvēl
men yan̄yan̄qōn
m[e]ne~
menteq
met1
met2
met3
m[e]te1
m[e]te~2
m[e]te-3
m[e]tehal
metehal
m[e]telo
m[e]temte~
metemten
m[e]tetē~
m[e]tevu~
m[e]tewotA
m[e]tewotB
m[e]tewōl
mey1
mey2
mey3
mey ave
mey vitwag
m[e]yenA
m[e]yenB
m[e]yen̄1
m[e]yen̄2A
m[e]yen̄2B
m[e]yeyen
mE-… tō
m[ē]lē
m[ē]lēgA
m[ē]lēgB
m[ē]lēglēg
m[ē]lēglēgB
m[ē]lēt
mēlmēlgepnō
mēn
m[ē]nayA
m[ē]nayB
m[ē]nayC
mēne~
m[ē]nēg
mēs
m[ē]tēgtap
m[ē]tēgteg
m[ē]tēgtegB
-mētēl
m[ē]tot
m[ē]yēmyēn̄
m[ē]yēp
m[ē]yēpyep
m[ē]yēpyēp
mi1
-mi2
m[i]lin̄
minista
mino
m[i]sinA
m[i]sinB
m[i]tig
m[i]tiy
m[i]tiy goy
mitiy taq
mitiy tiwag
m[i]vinvin
m[i]yo~
m[o]koko
mokyes
momya
momyiyA
momyiyB
m[o]nogA
m[o]nogB
m[o]tow2
m[o]wotwot
m[o]woy1A
m[o]woy1B
m[o]woy2
moyu~
m[ō]dō
mōkhe~
mōkhegA
mōkhegB
mōkheg goy
mōkhegwēl
mōkmōk-qo
mōmō
mōmōg
mōrsurqōn̄
m[ō]tō
mōy1
mōy2A
mōy2B
mōy2C
-mōyō
m[ō]yōmyōs
m[ō]yōs
m[ō]yōsB
m[ō]yōsC
mōyvililA
mōyvililB
mu~A
mu~B
m[u]lumlum
mun
m[u]tuw
m[u]wumwuA
m[u]wumwuB
m[u]wumwuteg
m[u]yuw
m̄adeg
m̄[a]gaga
m̄[a]gas
m̄agde
m̄ah
m̄[a]ha
m̄ak
m̄[a]lak
m̄alkuyvet
m̄alm̄al
m̄am̄le
m̄at
m̄[a]tak
m̄ay
m̄[a]yaA
m̄[a]yaB
m̄[a]yaC
m̄[a]yayay
m̄e
m̄[e]key
m̄el1
m̄eldēl
m̄[e]le
m̄[e]le gan Qet
m̄ey1
m̄ey2
m̄ey3
m̄[e]ye
m̄[e]ye-sēmA
m̄[e]ye-sēmB
m̄ēl
m̄[ē]lēgleg
m̄ēt1A
m̄ēt1B
m̄ēt2
m̄ētm̄ēt
m̄[ē]yē
m̄[i]lig
m̄[i]si
m̄[i]yiyi
m̄olm̄olA
m̄olm̄olB
m̄olm̄olC
m̄on
m̄on goy
m̄oto
m̄oyas
m̄ōlA
m̄ōlB
m̄ōlegA
m̄ōlegB
m̄ōlegC
m̄ōlhiy
m̄[ō]lō
m̄ōlwoy
ma~  (na-ma~) [nama] pos. classificateur possessif des boissons, désignant un fi:x en tant que boisson de fi:y (opp. ga~ pour la nourriture, etc.).

Tateh mino ep, tateh mek bē.
Je n'ai pas de feu, je n'ai pas d'eau (à boire).

Nēk so in te me ga?
Tu veux boire du kava?

vitwag naman yoge vōyō
un verre pour deux
madap  (na-madap) [namaⁿdap] noun. <Bot> ananasAnanas sativus.
m[a]day  [maⁿdaj] intransitive verb. saigner

day ‘sang’

[ PNCV *madaʀato bleed’. POc *draʀaqblood’. ]

mag  (na-mag) [namaɣ] noun. <Danse> danse masculine.

[ Mota mago. ]

m[a]gaysēn   [maɣajsɪn] adj.

(1) triste, désolé.

(2) misérable, pauvre.

Syn : m̄asay

ne-mgaysēn!

m[a]gaysēn   transitive verb. être triste pour ‹qqn›, plaindre ‹qqn›; d'où prendre pitié de.

Kem ne-mgaysēn nēk a ni-lwo.
Nous sommes vraiment désolés pour toi.

Su magaysēn tō no!
Aie pitié / Pardonne-moi!
m[a]gaysēn   (magaysēn) adv.

(1) (faire V) en étant triste, penaud, déçu ; d'où pauvre de moi, hélas.

Kē me-ten̄ magaysēn.
Il pleure tristement, parce qu'il est triste.

Kē ni-skiyak m̄ōl magaysēn lok.
Il s'enfuit alors en courant (pauvre de lui).

Tateh non haphap magaysēn.
Il ne possédait rien, pauvre de lui.

Kōmyō so m̄ōl magaysēn ēnōk?
⟨nuance de tristesse⟩ Vous voulez déjà rentrer chez vous? (quel dommage)

(2) ⦗après V transitif⦘ rendre ‹qqn› triste, faire du tort à ‹qqn›.

Kēy mō-vōyvōy magaysēn no.
Ils m'ont expulsé [méchamment, litt. en me rendant triste].
m[a]gaysēn   (na-mgaysēn) noun. (rare) charité, pitié, amour du prochain.

Na-mgaysēn nonmamyō aē mi n-et.
Nous éprouvons de la charité pour notre prochain.
magmaghē et  expr. (rare) litt. “seul à seul” : (jouer+) chacun pour soi.

mahgē~

Gēn so siseg magmaghē et?
On joue chacun pour soi?
magtō1   (na-magtō) [namaɣtʊ] sb.

(1) vieille femme.

tamayge

(2) (‡) épouse, femme (de).

magtō mino
⟨tournure respectueuse⟩ mon épouse

[ Mota magatea. ]

magtō2   (na-magtō) [namaɣtʊ] ~ na-magtō te-le-naw  noun. <Pois> litt. “vieille de la mer” : poisson venimeux: rascasse, poisson-pierre. Synanceae spp.

(1) (partic) “Rascasse à filaments”. Scorpaenopsis cirrhosa.

(2) “Poisson-diable”. Pterois brachyptera.

Syn : valme

(3) (plais) par comparaison avec ce poisson venimeux, terme d'insulte: salaud, etc..

magvan  (na-magvan) [namaɣβan] noun. plante aux feuilles rouges, non identifiée. On lui accorde des vertus magiques.

mah  [mah] adj. sec

[ PNCV, POc *mamasa. ]

m[a]hay  [mahaj] adj. ⟨habit+⟩  déchiré.

hay ‘déchirer’

No-sot gōh kē ne-mhamhay towoyig.
Cette chemise se déchire facilement.
mahet  (na-mahet) [namahɛt] intransitive verb. malchanceux dans sa quête, ex. à la pêche ou au jeu.

Syn : m̄ōlwoy

Ant : mawē

het ‘mauvais’

No na-mahet!
Je n'ai pas eu de chance (j'ai échoué).
mahē  [mahɪ] ~ vētmahē  loc.

(1) lieu, endroit.

Van tig mahē meyeyen.
Mets-toi là où il y a de la lumière [litt. endroit éclairé].

(2) ⦗en sujet⦘ désigne l'espace associé à une situation précise. Fournit l'équivalent de plusieurs des prédicats impersonnels des langues européennes.

Vētmahē no-yoyon̄: tateh len̄e hohole.
L'endroit est silencieux: il n'y a aucun bruit.

Mahē ne-bekbek.
L'endroit est désolé.

Vētmahē nu-su meh.
[l'endroit est trop petit] Ici il n'y a pas assez de place.

Mahē no-momyiy.
Il fait/faisait froid.

Mahē ne-sew meh.
Il fait trop chaud.

Mahē ne-mlēg.
Il fait sombre.

Mahē isqet so ni-qōn̄.
Il va bientôt faire nuit.

Mahē nognog meyen me ēgēn.
[l'endroit s'approche de la clarté] Le jour va bientôt se lever.

(3) ⦗+ Prop⦘ là où (P); spéc. au moment où, lorsque (P).

vētmahē nēk mi-n̄it no
⟨chanson d'amour⟩ le jour où tu m'as embrassé

[ Mota masaoispace, place, time’. PNCV *masawaspace, sky, open sea’. ]

mahē qōn̄  sb. (rare) (poét) litt. “lieu nocturne” : la tombée de la nuit ; le fait qu'il fasse nuit, le ciel nocturne ; la Nuit.

Kēy et ēglal te so mahē qōn̄ qele ave, mahē meyen qele ave.
⟨mythe⟩ Ils ne savaient pas comment la nuit tombait, comment le jour se levait.

Tō Iqet ni-teptep woywoy a mahē qōn̄ en.
⟨mythe⟩ Alors Iqet découpa la Nuit (le ciel nocturne) dans toute sa longueur.
mahgē~  [mahɣɪ] attr. S'accorde avec le sujet, ou avec le possesseur.

(1) seul, tout seul; soi-même.

Ikē mahgen.
Elle était toute seule.

Inēk mahgē ma-vaēh no.
Toi seul tu m'as porté secours.

Nē-wtēn me-mlat mahgen.
La branche s'est cassée toute seule.

Wō ēntēl mahgentēl a tog tō le-pnō gōh?
Sommes-nous donc les seuls à vivre dans ce village?

(2) ⦗tournure réfléchie⦘ soi-même; son propre X. Parfois en combinaison avec lok et/ou se.

Nēk n̄it nē-lwē mahgē.
Tu te grinces les dents [tes propres dents].

Kē mu-wuh mat lok kē mahgen.
Il s'est suicidé [tué lui-même].

Kemem wok nononmem mahgemem.
Nous travaillons pour nous-mêmes (secteur privé).
makōh  [makʊh] ~ makōs ~ akōh ~ nakōh  intj. (cour) attends! un instant!.

dēyē ‘attendre’

Nakōh qete.
Attends une seconde.

Makōh, nēk dēyē.
Un instant, attends-moi.
mal2   (na-mal) [namal] noun. <Ornith> faucon ; part. Busard australien, 55 cm. Circus approximans. ◈ Cet oiseau n'est pas attesté à Mwotlap, et n'est que rarement mentionné.

[ PNCV *malahawk, bird of prey’. ]

m[a]la  (na-mla) [namla] noun. <Bot> nom d'un arbre. Sterculia banksiana.

[ Mota malao. ]

m[a]laklak  [malaklak] adj. content
m[a]lala  [malala] adj. ⟨bois+⟩  souple, aisément ployable.

Ant : maymay

m[a]law  [malaw] adj. long, allongé; grand: syn. de hoyo.

n-et malamlaw
une personne grande

N-ey en ni-mlamlaw hag alge, wa tō kē ni-glōw me a-Pnōlap.
Le bois de fer s'allongea soudain vers le ciel, puis se recourba vers Vanua-lava.

[ Mota malawo. ]

maley  (na-maley) [namalɛj] noun. <Bot> nom d'une plante. Podocarpus nerrifolius.

malēlē  [malɪlɪ] adj.

(1) ⟨lieu⟩  couvert, dense en végétation.

Ant : matam̄e ‘clairsemé’

Vētmahē gōh na-malēlē meh.
L'endroit est trop dense ici.

(2) ⟨végétal⟩  touffu, dru, dense.

malēn̄  (na-malēn̄) [namalɪŋ] noun. <Bot> nom d'une plante utilisée pour empoisonner le poisson, bsl. Melektri. Antiaris toxicaria.

malhey  (na-malhey) [namalhɛj] noun. habit d'apparat, sorte de poncho tressé en natte de pandanus et richement ornementé, que portaient autrefois les dignitaires de haut rang (welan) lors des cérémonies (no-kolkol).

[ Mota malosaru. ]

mali~  (na-mali~) [namali] -.

(1) ⟨plante, animal⟩  variété sauvage. Préfixe permettant de désigner des espèces fi:sauvages ou inutiles, à partir du nom d'une espèce domestique, utile ou plus familière. Ce préfixe suppose la perception d'une analogie entre les deux espèces. Cf. les noms d'arbres , ey, mōmōg, m̄gas, n̄ey, n̄eyda, n̄eydi ; le nom d'animal bēlag.

Syn : tē-lē-m̄ēt ‘de la forêt’

Et-tiy apol te, malmalēn ēwē.
Ce n'est pas un vrai pommier, c'est un pommier sauvage.

Na-m̄am̄le, ēthēn nō-mōmōg, na-malmali mōmōg.
Le Garuga floribunda (arbre), c'est le ‘frère’ du Securinega, c'est sa variante sauvage.

na-malmali bēlag
le coucou [litt. variété sauvage de nē-mlag, Râle à bandes]

(2) (fig) partie extérieure et inutile de ‹objet, endroit› ; ex. rebords du toit.

[ Mota maladistinguishes wild from cultivated plants’. PNCV *malasour, bitter’. ]

mali m̄agas  noun. <Bot> Harpullia spp.

mali n̄ey  (na-mali n̄ey) [namali ŋɛj] noun. <Bot> litt. “amande sauvage” : amande

(1) variété d'amande. Canarium harveyi.

n̄ey

(2) (ou bien) arbre toxique (Méliacées), bsl. Stinkwud. Dysoxylum gaudichaudianum.

mali n̄eyda  noun. <Bot> variété sauvage de ce même arbre. Canarium spp.

n̄eyda

mali n̄eydi  noun. <Bot> variété sauvage de ce même arbre. Canarium spp.

n̄eydi

malig  [maliɣ] adv.

(1) ⦗+ directionnel⦘ (se situer) légèrement dans telle direction. Consiste à atténuer une distance spatiale.

Hag malig van.
Pousse-toi un peu s'il te plaît.

Ne-qe gōh? – Ohoo, malig hōw me.
C'est cette étagère-ci? – Non, un peu plus bas.

(2) pour atténuer une comparaison: un peu (plus), légèrement (plus).

Nēk vet na-tbey mey a ni-lwo malig van den mey itan.
Tresse-moi un panier qui soit légèrement plus grand que l'autre.
malmal  (na-malmal) [namalmal] noun. étoffe

[ Mota malomulberry tree; girdle of leaves and flowers used by secret societies; the Pol. breech cloth’. PNCV *maloloincloth’. POc *malo(loincloth made of the bark of) the paper mulberry Broussonetia papyrifera’. ]

malmali bēlag  (na-malmali bēlag) [namalmali ᵐbɪlaɣ] noun. <Ornith> litt. “variété sauvage de Râle (Cf. bēlag)” : nom de plusieurs espèces de Coucous.

(1) Koel à Longue queue, 40 cm. Eudynamis taitensis.

(2) Coucou Cuivré, 16 cm. Chrysococcyx lucidus.

(3) Coucou à Éventail, 25 cm. Cacomantis pyrrhophanus.

malnoqo   [malnɔk​͡pʷɔ] intransitive verb. être entièrement nu; se dénuder, se déshabiller entièrement.

Ēt! Kē ma-malnoqo!
Ça alors! Il s'est mis tout nu!
malnoqo   adv.

(1) (faire V) en étant tout nu.

tig malnoqo
être [debout] tout nu

suwsuw malnoqo
se baigner / se doucher tout nu

deldel malnoqo
se balader tout nu

(2) ⦗+V transitif⦘ (faire V) de façon à dénuder ‹qqn›.

Nēk so tuw malnoqo kē.
Tu dois le déshabiller [litt. le détacher nu].
malqon  (na-malqon) [namalk​͡pʷɔn] noun. <Ornith> Ptilope de Vanuatu, Pigeon Vert à Tête jaune. Ptilinopus tannensis.

menteq

qon

malsas  (na-malsas) [namalsas] noun. <Bot>
maltē  [maltɪ] adj. court

Ant : hyo

(1) ⟨qqch⟩  court, bref.

Na-kaka nan kē na-maltē ēwē.
Cette histoire est brève.

Nō-mōkhan ni-malmaltē.
Son souffle devient court (il s'essoufle, s'asphyxie).

(2) ⟨qqn⟩  de petite taille.

qētgay ‘nain’

[ Mota malatei (?)a piece broken off+’. ]

maltow  (na-maltow) [namaltɔw] noun.

(1) brousse, terrain envahi par la végétation sauvage, autour des espaces habités ou cultivés. Espace plus sauvage que l'espace villageois (na-pnō), mais moins que la forêt (m̄ēt)

Syn : hēyēt

m̄ēt ‘forêt’

Kēy mētēmteg tō gityak qeleqlen̄ van la-maltow.
Pris de panique, ils se dispersent tous en courant vers la brousse.

Nu-vu aē hay la-maltow en.
La brousse est pleine d'êtres surnaturels.

(2) (spéc) friche, jachère (opp. champ cultivé et bien entretenu).

Nē-vētan mal meyen̄, tō nēk ukēg lok kē ni-maltow lok.
La terre est appauvrie: il faut la laisser se reposer [litt. redevenir brousse].

[ Mota malatoufallow+’. ]

malun̄  (na-malun̄) [namaluŋ] noun. <Bot> ébène, bois noir. Diospyros samoensis.

maluw  (na-maluw) [namaluw] noun. <Bot> arbre (Euphorbiacées), bsl. Namalao. Glochidion ramiflorum.

Na-maluw, ta-galeg vēh ne-bey aē.
Avec le na-maluw, on peut fabriquer des jupes de feuilles.
mal… tō  asp. Accompli éloigné.
mamakē  [mamakɪ] intransitive verb. surpris, étonné.

Syn. relevé : m̄alyow

No ma-mamakē aē.
J'en suis très surpris.
mamasēg  [mamasɪɣ] adj.

Syn : mamah

(1) ⟨liquide⟩  asséché, qui s'est évaporé.

Nē-bē ma-mamasēg.
La rivière est asséchée / Il n'y a plus d'eau.

Na-sm̄al ma-mamasēg ēgēn.
La pluie s'est arrêtée.

(2) ⟨solide⟩  dépourvu de liquide, sec, déshydraté.

nē-phog a na-mamasēg
de la viande sans sauce

[ Mota mamasa-igadry, very dry’. ]

mamot  (na-mamot) [namamɔt] noun. <Bot> nom d'une plante. Dysoxylum arborescens.

[ Mota mamaota. ]

-mamtēl  [mamtɪl] spp. <Gram> ‘à nous trois’: suffixe possessif personnel, 1 exclusif triel (Cf. kamtēl). Comme tout suffixe de ce type, -mamtēl s'attache soit aux lexèmes directement possessibles (ex. na-mtevu~), soit aux classificateurs possessifs (ex. ga~) ; dans ce dernier cas, on trouve souvent une variante -nmamtēl..

Kemem so gen ta ga-mamtēl vetel wōwōh.
⟨comptine⟩ Nous mangerons des bananes.
-mamyō  [mamjʊ] spp. <Gram> ‘à nous deux’: suffixe possessif personnel, 1 exclusif duel (Cf. kamyō). Comme tout suffixe de ce type, -mamyō s'attache soit aux lexèmes directement possessibles (ex. na-mtevu~), soit aux classificateurs possessifs (ex. ga~) ; dans ce dernier cas, on trouve souvent une variante -nmamyō..
man1   (na-man) [naman] noun. <Magie> pouvoir magique, pouvoir surnaturel.

(1) pouvoir magique bénéfique, possédé par quelqu'un en particulier, et qui lui assure le succès dans telle ou telle de ses activités ; chance.

Na-man aē mi kē.
Il a un pouvoir surnaturel, il agit magiquement.

N-et tēytēy tēnge en ni-gal na-man nonon e tō ni-leh ne-len̄.
Le sorcier [litt. l'homme qui manie les feuilles] mit en œuvre [litt. mentit] son pouvoir, et réussit à faire tourner le vent.

lep na-man
recevoir le pouvoir spirituel des mains d'un aîné

Qiyig, nok suw na-man van hiy nēk.
Tout à l'heure, je te transmettrai mon pouvoir [litt. je te laverai (?)]

“Womtelo”, na-hah nan en, na-man nan na-maymay.
Le nom Womtelo a une certaine aura / un certain prestige [litt. son pouvoir spirituel est fort]

(2) force surnaturelle plutôt maléfique, présente dans certains objets; ces derniers sont craints pour cette raison.

[ Mota mana. PNCV *manasupernatural power’. POc *manaŋ. ]

man2   [man] transitive verb. ⟨poisson+⟩  intoxiquer, rendre malade ‹qqn›.

hew

manheg ‘ensorceler, empoisonner par magie’

lēt

hyeg ‘empoisonner (le poisson) pour le pêcher’

Nō-mōmō ma-man no, tō na-tqek ni-memeh aē en.
J'ai été empoisonné par un poisson (toxique), c'est pour cela que j'ai mal au ventre.
manig  (na-manig) [namaniɣ] noun.

(1) ⟨qqch⟩  but, objectif, fonction, raison d'être; raison.

Na-ge nen, na-manig nan aē.
Cet objet, ça a une fonction bien précise.

Nēk m-ōlōl no en, na-manig nan na-hap ?
Tu m'as appelé, c'était pour quelle raison?

Kē gayka tō en, tateh manig nan!
Il est en train de crier sans raison valable, sans intention particulière.

(2) ⟨qqn⟩  intention, “idée derrière la tête”.

No n-ēglal na-manig nōnōm.
Je sais pourquoi tu viens [je sais ton intention].

(3) ⟨mot⟩  signification, valeur.

Syn : dēmdēm

“Wiyiwyis” en, na-manig nan a so “tēytēy tele”.
“Bidouiller”, cela signifie “faire des réparations”.

[ Mota manigiucause, reason, purpose+’. ]

manman  (na-manman) [namanman] intransitive verb. ⟨poisson⟩ ⟨plante⟩  venimeux, toxique. Réduplication de man2 ‘empoisonner’.

Na-valme, kē na-manman.
Le Pterois est un poisson toxique.
man̄an  [maŋan] adj. pourri, pourriture (?). Uniq. dans l'expression nō-qōn man̄an ‘odeur de poisson pas frais’.

saq ‘pourri’

[ Mota man̄anasickly+’. ]

man̄go1   (na-man̄go) [namaŋɣɔ] noun. <Bot> mangue, manguier. Mangifera indica.
map  [map] adj.

(1) (arch) lourd.

Syn : dēw

(2) (fig) sérieux, grave.

dēmap ‘respect’

(3) interdit, proscrit, tabou.

mas  [mas] mod. devoir

[ Eng. must. ]

mat   [mat] adj.

(1) mort; mourir.

Syn. relevé : qel

qelen̄ ‘disparaître’

Ant : ēh

Ēgnōn mal mat a no-qo mal weseg qelen̄ kē.
Son mari est mort, il a été emporté par le monstre.

Imam nōnōm kē mal mat si kē n-ēh leptō?
Ton père est déjà mort, ou il est encore vivant?

mat m̄ōl*
[mourir-revenir] s'évanouir

(2) (fig) (rare) succomber, ne plus offrir de résistance.

Na-gatgat to-M̄otlap mal mat le-n̄ye!
litt. La langue de Mwotlap est morte dans ta bouche (Tu maîtrises complètement le mwotlap, cette langue ne t'offre plus de résistance).
mat   adv.

(1) ⦗après V transitif⦘ agir sur ‹humain, animal› de façon qu'il meure, d'où tuer. Le verbe V indique la manière de tuer. La réduplication de l'adjoint mat indique un procès répété, et donc plusieurs patients, qui meurent les uns après les autres: Nok wuh matmat qēt a yagnigni-mi en! Je vais massacrer tous vos maris, les uns après les autres!.

wuh mat
tuer en frappant de la main; en_gén. tuer

vigiy mat
tuer en serrant dans ses mains, étrangler

kay mat
tuer au harpon, à la sagaie, à la flèche

es / hig mat
tuer en enfonçant un objet pointu, poignarder

lam̄ / lem̄eh mat
tuer en assommant à l'aide d'un objet contondant

qēs mat
tuer en projetant par terre

n̄it / kuy mat
(requin+) tuer en mordant

N-ep me-gen mat kē.
[le feu l'a consumé-mort] Il est mort dans les flammes.

Na-maygay ni-yap mat kēy.
[la faim les tiraille-morts] Ils meurent de faim.

(2) (fig) (rare) agir sur ‹qqn, qqch› de façon qu'il abandonne toute résistance, faire succomber.

Na-lqōvēn en ma-qal mat kē, so kē mas haghag lap mi kē.
Cette femme l'avait subjugué [litt. toucher-tuer], en sorte qu'elle vint vivre auprès de lui.

(3) (plais) ⦗après V intransitif⦘ ⦗structure réfléchie⦘ litt. “faire qqch à en crever” : (faire V) intensément, “à mort”: tournure intensive des verbes intransitifs.

Ne-mtiy a no-n̄oyn̄oy a no-n̄oyn̄oy mat kē !
Dans son sommeil, il ronflait, ronflait, ronflait à en crever!
mat   (matmat) adv. ⦗après V intransitif, spéc. V de position⦘ litt. “en faisant le mort” : immobile et silencieux; tranquille.

yoyon̄ ‘silencieux’

hag matmat
assis en silence

tig matmat
debout arrêté en silence

tog matmat
vivre tranquillement, sans faire d'histoires

Kēy vēyvēykal lok hay tō tog matmat lok se ēgēn.
Ils retournèrent au village, et retrouvèrent leur vie paisible [litt. ils vécurent à nouveau tranquilles].

[ PNCV, POc *mate. ]

mat  (na-mat) [namat] noun. <Techn>

(1) marécage.

(2) (spéc) tarodière irriguée. Les tarodières sont rares dans l'île de Motalava, pauvre en eau courante, mais nombreuses dans l'île voisine Vanua Lava (Apnōlap).

qet ‘taro’

Kēy van la-mat, ko ne-qet, van me, vēl sey.
Après avoir récolté les taros dans leur tarodière, ils reviennent (chez eux) et les empilent.

[ Mota mataa place where there are water springs’. ]

mat m̄ōl  intransitive verb. litt. “mourir revenir” : s'évanouir, défaillir.

Kē ma-mat m̄ōl, sisqet kē ni-mat !
Elle s'est évanouie, pour un peu elle rendait l'âme!
m[a]ta  adj.

(1) mûr; partic. premier stade de la matûrité (opp. men ‘bien mûr’).

Na-ptel mi-lwo, kē ni-ō hōw nen e tō ni-mta.
Les bananiers se mirent à croître, à fructifier, puis commencèrent à mûrir.

Na-ptel me-mta, tō wa kē so ni-qtēg so ni-men.
Les bananes commencèrent à mûrir, et allaient bientôt devenir bien mûres.

(2) (fig) ⟨qqn⟩  mûr, d'âge mûr.

Syn : (gēy)met

Syn : l{i}wo ‘(3)’

Kē n-et mata.
C'est un adulte.

[ POc *mataqripe’. ]

matag  [mataɣ] ~ matalig ~ matalin̄ ~ matan  noun. (parenté)
m[a]tam̄e   [mataŋ​͡mʷɛ] adj. ⟨lieu⟩  dégagé, clairsemé, rare en végétation ; ouvert au plein air, sans toit ni murs.

Ant : malēlē ‘dense, touffu’

Na-hye kikik wōm̄ēl en, mahē nan ne-mtam̄e.
Le terrain de football est un endroit dégagé (sans maison, sans végétation).
m[a]tam̄e   (matam̄e) adv. de façon découverte, dégagée.

deldel matam̄e
aller torse nu [litt. marcher dégagé]
m[a]tam̄e   (le-mtam̄e) loc.

(1) en plein air, à ciel ouvert; dans le vide, dans l'espace, dans le ciel.

Syn : lemyayawoy

Na-yo bak ni-hal, tō ni-qlen̄ tege yow le-mtam̄e en.
Après avoir longtemps plané, la feuille de banian disparut quelque part dans le vide.

(2) (fig) en public, aux yeux de tous ; à la cantonade.

m[a]tap   [matap] intransitive verb. (rare) ⦗Suj. mahēse faire matin, (le jour) se lever.
m[a]tap   (le-mtap) loc. (cour) le matin, entre 6 et 11 h environ.

meyen ‘jour’

le-mtap qōn̄qōn̄

le-ln̄oln̄o-mtap

tot-matap

aqyig le-mtap
ce matin (passé)

qiyig le-mtap
ce matin (futur)

talōw le-mtap
demain matin

Le-mtap nēwē !
⟨salutation⟩ Bonjour (le matin)

[ Mota matava. ]

matbē  [matᵐbɪ] adj.

(1) être aveugle.

bē [2]

(2) cligner des yeux (norm. les deux yeux simultanément).

kilmat ‘faire un clin d'œil’

Tog matmatbē goy, nok so weyeh yak nage nen den na-mte.
Évite de cligner des yeux, j'essaye de t'enlever la poussière que tu as dans l'œil.

Tog matmatbē van hiy ige lōqōvēn!
Arrête de faire des clins d'œil aux femmes!
matmat  (na-matmat) [namatmat] noun. nom verbal de mat ‘mourir’.

(1) la mort.

Am̄ag, ige et-ēglal te na-matmat.
⟨mythe⟩ Au commencement, les hommes ne connaissaient pas la mort.

nō-qōn̄ matmat non Tigsas
le jour du décès de Jésus-Christ

(2) un mort, un cadavre.

Syn : mete1

Syn : tamat

(3) (rare) tombe.

Syn : quy

Syn : quyu~

Nok van hag e nok qoyo et na-matmat nonon intik.
Quand je serai là-bas, j'irai voir la tombe [litt. voir la mort] de mon fils.
matmayge  (na-matmayge) [namatmajɣɛ] noun. sensation de sommeil, somnolence, envie de dormir. Norm. sujet du verbe ak/fv:galeg ‘faire’, qal ‘atteindre’ ou yap ‘tirer’.

tagay ‘fatigue’

Na-matmayge m-ak no.
J'ai envie de dormir. [litt. le sommeil me fait]

No m-in ni-bia vitwag, tō kē mō-vōy qeleqlen̄ matmayge namuk.
J'ai bu une bière, cela a dissipé ma fatigue [cela a expulsé-disparaître ma fatigue].
matmēl  (na-matmēl) [namatmɪl] noun. <Bot> nom d'une plante (Euphorbiacée). Homalanthus spp.
matvēvē  (na-matvēvē) [namatβɪβɪ] noun. <Bot> sorte de champignon, croissant sur les souches d'arbres humides.
matwēt  (na-matwēt) [namatwɪt] noun. <Pois> petit poisson récifal. Pranesus pinguis.

matyak  [matjak] intransitive verb.

(1) ouvrir les yeux (même sans avoir dormi); avoir les yeux ouverts.

Ant : mitiy

Kē me-mtiy en, kē et-mitiy qelen̄ te, kē ni-vatqep ēwē na-mtan e ni-matyak lok.
Il s'est ‘endormi’, en fait ça ne veut pas dire qu'il s'est complètement endormi: il a simplement fermé les yeux et puis les a rouverts.

Mitiy tog. Tog matmatyak qete!
Ferme les yeux. Ne les ouvre pas tout de suite!

(2) (spéc) s'éveiller; être éveillé (opp. mitiy ‘être endormi’). Parfois suivi d'un directionnel: Kēy matyak hagCf. angl. ‘wake up’); Ami matyak meKē ni-matyak yowIl se réveilla (et sortit) dehors’, etc.

Imam na-matyak lavetō.
Papa est encore réveillé.

Matmatyak ēgēn, yēhē, atmi matmatyak !
Réveillez-vous, les gars, réveillez-vous!
mawē  (na-mawē) [namawɪ] intransitive verb. chanceux dans sa quête, ex. à la pêche ou au jeu.

Ant : mahet

‘bon’

mawlō~  (na-mawlō~) [namawlʊ] -. (‡) ⦗en prédicat⦘ mémorial ‹de qqn›: se dit d'une œuvre artistique, en tant qu'elle permet de perpétuer le souvenir de ‹qqn›, soit son auteur, soit son récipiendaire, soit les personnes mentionnées dans l'œuvre.

Nō-bōk gōh, na-mawlōk.
Ce livre, ce sera mon mémorial.

No mo-tow nahe, so se lō van a so na-mawlōndō.
Si j'ai composé ce chant, c'est pour pouvoir en faire notre mémorial, à toi [personne citée] et à moi [auteur].
may1   [maj] asp. Accompli

mal

may2   (na-may) [namaj] noun. famine

[ Mota maro. PNCV *marofamine, hunger’. ]

m[a]ya  (na-mya) [namja] noun. <Pois> poisson très allongé: anguille, murène. Ce terme générique est souvent spécifié en l'une des espèces particulières (Cf. na-waw).

[ Mota mareaeel’. PNCV *maraya. ]

m[a]yam  (na-myam) [namjam] noun. monde

[ Mota maramathe world, i.e. the Banks Is...’. PNCV *maramathe light, shine, be clear; world’. ]

mayanag bē-vētan  noun. chef responsable des problèmes fonciers.

vētan

mayap  (na-mayap) [namajap] noun. <Bot> papayeCarica papaya.
maygay   (na-maygay) [namajɣaj] noun. sensation de faim. Gén. sujet de ak, galeg, qal, weseg, yap + complément de la personne qui a faim.

matheg ‘envie’

Awēē! Na-maygay!
Ouh là là! (J'ai) faim.

Na-maygay et-ak qete no.
Je n'ai pas encore faim [litt. La faim ne me fait pas encore].
maygay   intransitive verb. (rare) avoir faim de qqch; (fig.) ressentir un vif désir, un manque (de qqch, veg).

[ PNCV *maro + *kaʀa-tihunger bites’. Cf. Mtp may. ]

mayham  (na-mayham) [namajham] noun. <Bot> nom d'une plante (Sterculaciée). Commersonia bartramia.

[ Mota marasama. ]

maymay  [majmaj] adj. dur
mayok  (na-mayok) [namajɔk] noun. <Bot> maniocManihot esculenta.
mE-3   [mE] asp. (préfixe à copie vocalique)

(1) ⦗employé seul⦘ préfixe de Parfait : le procès est présenté sans rupture avec la situation de départ. Le procès est présenté comme commencé à un moment dans le passé, mais encore valide au moment présent..

(2) ⦗en corrél. avec suffixe préfixe à valeur de Prétérit. Le couple /mE-+V tō/ situe le procès dans un passé révolu, en rupture avec la situation de référence. D'où des effets d'antériorité (PqPft en français), etc..

me1   [] dir. Vtf

[ PNCV, POc *maicome’. ]

me2   (ne-me) [nɛmɛ] noun. <Bot> rocouyer (bixacées): plante dont les graines produisent un liquide de couleur rouge vif, utilisé en teinture et en peinture corporelle. Bixa orellana.

[ POc *meʀaqred’. ]

meh   [mɛh] adj. pénible

(1) (rare) pénible, douloureux. Plus souvent sous forme rédupliquée: cf. memeh.

(2) (cour) difficile, ardu.

Syn : galēs

Ant : towoyig

Kē nu-suvay meh den no.
C'est un peu trop difficile pour moi.

Na-vap ta-Franis en, ne-meh, ay!
Qu'est-ce que c'est dur, le français!

Mey nōk a et-meh te, ne-twoyig ēwē!
Ça, ça ne pose aucune difficulté [litt. ça ce n'est pas ardu], c'est très facile!
meh   adv.

(1) de façon à dépasser la limite: trop, excessivement. Parfois rédupliqué: cf. memeh.

den ‘trop… pour’

Ni-lwo meh.
C'est trop grand.

Nu-su meh.
C'est trop petit.

Yeh meh.
C'est trop loin.

Taqse sil meh!
Il y a beaucoup trop de monde!

Ne-mnis meh!
Ça dure trop longtemps!

dēmdēm* meh
[litt. penser trop] s'inquiéter, se faire du souci

Ba amyō tog vanvan meh yow gēn!
Vous deux, n'allez pas trop vous aventurer par là!

(2) (rare) valeur intensive, sans nuance péjorative. Rem. La tournure intensive emploie de préférence le redoublement avec a (ex. itōk a itōk ‘très bien’).

Kē nō-wōswōs meh! Kē itōktōk meh!
(Ce garçon) il est trop beau! Il est vraiment trop mignon!

(3) ⦗avec négation⦘ (pas) trop, (pas) vraiment.

Et-galēs meh te.
Ce n'est pas trop difficile.

Et-momyiy meh te, et-sew meh te.
Ce n'est ni trop froid, ni trop chaud.

Ta-vap vēh, ba et-sey meh te.
Ça peut se dire, mais ça ne sonne pas très bien [ça ne convient pas trop].
m[e]leh  (na-mleh) [namlɛh] noun. restes

timleh

gengen meleh t-anoy
manger les restes de la veille

[ Mota malasi-u. PNCV *malazimouldy, leftover food’. ]

melmel  [mɛlmɛl] adj. ombragé

[ Mota malumalu. PNCV *malushade, shady, shadow’. ]

mem   [mɛm] intransitive verb. (vulg) uriner, pisser.

qoy mem

mem   adv. (vulg) litt. agir (V) sur ‹qqn› de telle sorte qu'on le fait pisser, par_ex. sous l'effet de la peur, de la douleur, du rire ; d'où violemment, par la force. Valeur d'intensif pour certains verbes. Les groupes V+ mem fournissent un parallèle argotique aux groupes V+ mat "agir (V) au point de mourir / de tuer".

tit mem

bēl mem

Kē mē-yēyē mem kē aē ē-gēn!
Ça la fait pisser de rire !

sil mem
embrasser de force (qqn)

[ PNCV *meme-re. POc *mimiʀ. ]

-mem  [mɛm] spp. <Gram> ‘à nous autres’: suffixe possessif personnel, 1 exclusif pluriel (Cf. kemem). Comme tout suffixe de ce type, -mem s'attache soit aux lexèmes directement possessibles (ex. na-mtevu~), soit aux classificateurs possessifs (ex. ga~) ; dans ce dernier cas, on trouve souvent une variante -nmem..
memeh   [mɛmɛh] intransitive verb. ⟨partie du corps⟩  faire mal, être douloureux. Mrph. Rédupl. de meh ‘pénible’.

gom ‘malade’

Nē-klek / Ni-qtik ni-memeh.
J'ai mal au dos / à la tête. [litt. mon dos / ma tête me fait mal]

Et-memeh si te.
Ça ne me fait plus mal.
memeh   transitive verb.

(1) ⟨qqch⟩  être pénible à ‹qqn›, faire souffrir ‹qqn›.

Na-lo ni-memeh no.
Le soleil me fait mal.

(2) ⦗tournure réfléchie⦘ se tuer à la tâche, se démener, faire des efforts excessifs.

memeh   adv. litt. “péniblement” : trop, excessivement. Mrph. Rédupl. de meh ‘trop’.

Kē ni-hohole memeh.
Qu'elle est bavarde! [elle parle excessivement]

Kē ni-boboel memeh.
Il se met trop souvent en colère (il est irascible).
memeh   (ne-memeh) noun. douleur.

No mo-yon̄teg nu-su memeh a lē-klek.
Je ressens une petite douleur dans le dos.
men1   [mɛn] adj. mûr

(1) ⟨fruit⟩  bien mûr: assez tendre et sucré pour être consommé. S'emploie seulement pour les fruits charnus (ex. na-ptel ‘banane’, ne-beg ‘fruit à pain’, na-twen ‘litchi’, n-ēy ‘pomme cythère’, na-tlēs ‘badame’, na-mayap ‘papaye’, na-man̄go ‘mangue’, na-madap ‘ananas’), qui deviennent tendres et sucrés en mûrissant. Pour les noix, le terme est met ou gēymet; pour les tubercules, yan̄.

m[a]ta ‘commencer à mûrir’

nō-wōmenmen ‘noix de coco mûre’

Na-man̄go nen en, me-men a– nēk et van en, vēy-law geh tō anen.
Les mangues sont bien mûres: regarde comme elles sont toutes rouges!

Legvēgmen
⟨toponyme⟩ Aux Pommes Mûres

men1   (na-ptel men) noun. litt. “bananes mûres” : type de banane sucrée.

(2) (fig) ⟨fête, danse+⟩  enivrant, grisant, qui bat son plein.

Na-laklak ni-van hōw tō ni-men ēgēn!
La danse continuait, jusqu'à battre son plein!
men2   (ne-men) [nɛmɛn] noun. <Ornith> oiseau

(1) (gén) oiseau, volatile : nom générique de tous les oiseaux.

tēqētqēy men
chasser les oiseaux (en les attrapant à la main)

tuqutqul men
chasser les oiseaux (à l'aide d'un bâton lancé de loin)

yimyim men
chasser les oiseaux (à l'aide de pierres lancées de loin)

tēqtēq men
chasser les oiseaux (à l'aide d'un dispositif de tir: flèches assommantes tirées à l'arc; pierres tirées au lance-pierres; balles tirées à l'arme à feu)

‘Ne-men yeyeh’, na-vap tēngeg so vap so nu-tutu en.
‘L'oiseau qui gratte (le sol)’, c'est une périphrase pour désigner la poule.

(2) nom générique des petits insectes volants: cigales, sauterelles, cousins.

ne-men (yan̄yan̄)qōn
punaise

ne-men titikey
sauterelle

ne-men wōvēl
grillon

ne-men ininbē
libellule

[ Mota manubird, flying creature, beetle, bat’. POc *manukbird’. ]

men qōn  (ne-men qōn) [nɛmɛn k​͡pʷʊn] noun. <Ins> litt. “insecte puant” : punaise des lits. Cimex lectularis.

ne-men yan̄yan̄ qōn

men tagde  (ne-men tagde) [nɛmɛn taɣⁿdɛ] noun. <Ornith> Petite Frégate, oiseau marin, 75 cm. Fregata ariel.

men te-le-lam  (ne-men telelam) [nɛmɛn tɛlɛlam] noun. <Ornith> litt. “oiseau de la mer” : oiseau. Poét. Quand cet oiseau est célébré dans certaines chansons, il prend alors son nom poétique wo-men telelam

(1) Fou à Ventre Blanc, oiseau marin, 75 cm. Sula leucogaster.

(2) (ou plutôt) Pétrel de Tahiti, 40 cm. Pseudobulweria rostrata.

men titikey  (ne-men titikey) [nɛmɛn titikɛj] noun. <Ins> sauterelle.

men wōvēl ‘grillon’

men wēwlal  (ne-men wēwlal) [nɛmɛn wɪwlal] noun. <Ornith> oiseau marin au plumage blanc

(1) Albatros Royal. Diomedea epomophora.

(2) (ou bien) Phaéthon à queue blanche, 35 cm. Phaethon lepturus.

men wōvēl  (ne-men wōvēl) [nɛmɛn wʊβɪl] noun. <Ins> grillon, criquet. Orthoptera spp.

men titikey ‘sauterelle’

men yan̄yan̄qōn  (ne-men yan̄yan̄qōn) [nɛmɛn jaŋjaŋk​͡pʷʊn] noun. <Ins> punaise des bois, insecte malodorant (qōn). Pentatomidae spp.

ne-men qōn

m[e]ne~  (na-mne~) [namnɛ] -. ⟨aliment⟩ ⟨boisson⟩  goût, saveur. La forme na-mna-n ‘son goût’ est aussi devenue un prédicat qualitatif invariable: namnan ‘délicieux; excellent, super, génial’

Nē-bē geh gōh en, na-mnay ne-tegtegha geh.
Toutes ces eaux ont des goûts différents.

Ne-bep ni-galeg so na-mne gengen ni-vēykal me.
Le piment fait ressortir le goût des aliments.
menteq  (ne-menteq) [nɛmɛntɛk​͡pʷ] noun. <Ornith> Ptilope de Grey, Pigeon Vert à Tête rouge, 24 cm. Ptilinopus greyii.

[ Mota mantap. ]

met1   [mɛt] adj. <Art> (anc) couleur noire, partic. dans la pratique artisanale de fabrication des masques et figurines sacrés (na-tmat) ; cf. ow ‘blanc’.

Syn : mlēglēg

ilil

suw met

Nok suw na-tmat mi na-vay, suw del kē kē ni-met.
Je recouvre la statue de charbon, de haut en bas, pour la noircir.

[ PNCV *maʔetoblack’. POc *ma-qetom. ]

met2   [mɛt] adj.

(1) ⟨noix, amandes⟩  mûr. Le terme s'emploie particulièrement pour les noix de type na-n̄ey, na-wtag, ne-vel. Pour les fruits plus tendres, on emploie men1.

Syn : gēymet

Syn : m[a]ta

Na-n̄ey mal met.
Les nangailles sont mûres.

(2) (métph) ⟨qqn⟩  d'âge mûr, adulte.

Syn : m[a]ta

Esra kē mal liwo, kē mal met.
Ezra a grandi, il est adulte.

[ Cfmet1 (?). ]

met3   (ne-met) [nɛmɛt] noun. marée

[ Mota meatebb, low tide’. PNCV *maʔatilow tide, exposed reef’. POc *maqatiebb-tide, reef’. ]

m[e]te1   (°na-mte) [namtɛ] noun. homme mort, cadavre.

Syn : matmat

Syn : tmat

qōn̄ mete

m[e]te~2   (na-mte~) [namtɛ] -. <Anat>

(1) œil, yeux.

na-mte lōqōvēn
des yeux de femme

Na-mtan nē-bē.
Il est aveugle [ses yeux sont eau].

(2) (métph) partie d'un objet dont soit la forme, soit la fonction, peut évoquer l'œil.

No-tos gōh, na-mtan ni-lwo.
Cette torche a un large faisceau [un grand œil].

(3) (partic) ouverture ; bouchon, couvercle..

na-mte botel
le bouchon de la bouteille

na-mte sosbēn
le couvercle de la marmite

(4) ⟨astre⟩  endroit dans le ciel où apparaît ‹tel astre›; par méton. l'astre lui-même.

na-mte lo
le soleil levant; le soleil [cf. metelo]

na-mte wōl
l'endroit où apparaît la lune; la lune
m[e]te-3   (na-mte-) [namtɛ] pf. préfixe désignant un orifice, une ouverture.

[ POc *mata. Cf. Mtp mete~. ]

m[e]tehal  (na-mtehal) [namtɛhal] noun. chemin

(1) sentier, chemin, route; typiq. chemin au parcours reconnaissable sur le sol, et emprunté par les marcheurs.

na-mtehal liwo
[le grand chemin] la route principale

sili metehal
sur le bord du chemin

na-mtehal ne tarak
la route des voitures

na-mtehal hoyo
un long chemin

na-mtehal Avay
le chemin (pour se rendre au village) d'Avay

Nē-qētēnge liwo me-myuw goy na-mtehal.
Il y a un gros tronc d'arbre étendu en travers du chemin.

Vētmahē tō-qōn̄ goy nēk qiyig le-mtehal!
Tu vas être surpris par la nuit (alors que tu seras) au milieu du chemin.

(2) (par anal) passage, itinéraire permettant de se rendre d'un endroit à un autre, sous une forme quelconque.

na-mtehal ne bōōt
chenal pour les bateaux à moteur

na-mtehal ne bē
chemin emprunté par l'eau (ex. lit d'une rivière, canal, canalisations)

(3) itinéraire, voyage.

Yē mē-wēl na-mtehal nōnōm so nēk so van me?
Qui est-ce qui a payé ton voyage [litt. acheté ton chemin] jusqu'au Vanuatu?

(4) (métph) comportement de ‹qqn›.........

metehal

(5) (fig) façon de procéder, manière de faire.

na-mtehal a gēn yapyap no-hohole to-M̄otlap aē
la manière [litt. la voie] dont nous transcrivons le mwotlap (l'orthographe)

[ POc *jalan. ]

metehal  loc. sur la route, en chemin.

tig metehal
debout sur la route

Qele ave, nēk hag tō metehal gōh?
Comment se fait-il que tu restes ainsi assis sur le chemin?

Kē leptō metehal.
Il est encore en chemin.

[  <°mata-i sala. ]

m[e]telo  (na-mtelo) [namtɛlɔ] noun.

(1) (rare) litt. “l'œil du soleil (lo)” : l'endroit d'où le soleil se lève: le soleil levant, l'orient, l'est.

(2) (méton) le soleil, le disque solaire. Nom poétique du soleil, dans des contextes plutôt solennels.

Syn : lo [1]

Womtelo

Nē-plēn ma-hal goy van na-mtelo.
⟨chanson⟩ L'avion, dans son vol, occultait le soleil.
m[e]temte~  (na-mtemte~) [namtɛmtɛ] -.

(1) regard avide de, affamé (+Obj.).

na-mtemte lōqōvēn
regard avide de femmes

(2) (petit ?) ??.

yek

Na-mtemte yek
petit Ui-ua
metemten  [mɛtɛmtɛn] adv. Uniq. dans l'expression hohole_metemten ‘parler volontiers aux gens, être de bonne compagnie’.

Kē itōk, kē no-hohole metemten.
Elle est très gentille, elle parle volontiers aux gens.
m[e]tetē~  (na-mtetē~) [namtɛtɪ] -. : litt. “orifice des excréments” : anus.

Syn : na-wut

m[e]te- + tē~.

m[e]tevu~  (na-mtevu~) [namtɛβu] -. caractère de ‹qqn›, façon d'être, personnalité.

Na-mtevōn itōk.
Elle a une bonne personnalité (elle est gentille, généreuse, etc.).
m[e]tewot   [mɛtɛwɔt] adj. blessé.

n-et metewot vitwag
un blessé

yim metewot
blesser qqn en lui lançant une pierre

Na-ga et-wuh galsi te no, ma-kay metewot ēwē.
⟨plais.⟩ Le kava ne m'a pas bien ‘tué’, il m'a simplement blessé!
m[e]tewot   (na-mtewot) noun. blessure; un blessé.
m[e]tewōl  (na-mtewōl) [namtɛwʊl] noun.

(1) litt. “l'œil de la lune (wōl)” : l'endroit de l'horizon, différent de jour en jour, d'où la lune se lève.

(2) (méton) la lune elle-même.

Syn : wōl [3]

mey1   [mɛj] rel. RelRestr
mey2   [mɛj] intransitive verb. bouder
mey3   (ne-mey) [nɛmɛj] noun. aurore
mey ave  -. litt. “celui qui est où ?” : locution interrogative, proposant un choix entre plusieurs objets définis (fr. fi:lequel). Synt. Ce syntagme pronominal (mey_ave ‘lequel ?’) correspond à l'adjectif interrogatif (na-)han + N ‘quel N ?’

ave [A]

Syn : mey qele ave

Nēk ne-myōs mey ave ?
Lequel préfères-tu ?
mey vitwag  expr.adj. litt. “qui est un” : l'autre, le second ; un autre.

vitwag [A]

Syn : mey itan ‘le suivant, le second’

m[e]yen   (na-myen) [namjɛn] noun. jour
m[e]yen   intransitive verb.

[ PNCV *maranitomorrow, morning’. ]

m[e]yen̄1   [mɛjɛŋ] adj. ⟨végétal⟩  desséché, sec.

nē-qētēnge meyen̄
un arbre mort, du bois sec

no-yomtig meyen̄
palmes de coco sèches

Nō-qōn̄ levetēl, ne-beg ni-myen̄ qēt, tō nēk lepyak.
Après huit jours, quand le fruit à pain est entièrement sec, tu le prends.

[ PEO < *maraŋu.  *(ma)Raŋ(ou). ]

m[e]yen̄2   [mɛjɛŋ] adj. paresseux, nonchalant; qui a la flemme (de façon passagère).

Syn. familier : mōy

Et van nen, Iqet en! Mitiy meyemyen̄ tō en!
Regarde, c'est Iqet, en train de dormir paresseusement!
m[e]yen̄2   (na-myen̄) noun. paresseux, fainéant (par nature).

Yatkel nētm̄ey, tita nono-y na-myen̄ b-etetgoy kēy.
Il y a des enfants dont la mère est trop paresseuse pour (bien) s'en occuper.
m[e]yeyen  [mɛjɛjɛn] adj.

(1) lumineux, éclairé.

Ant : mēlēg

Van tig mahē meyeyen.
Mets-toi là où il y a de la lumière [litt. endroit éclairé].

(2) ⟨photo+⟩  remarquablement clair. Étym. Issu d'un ancien redoublement, lié au radical meyen ‘clarté du jour’.

law

hin̄yeg

mE-… tō  asp. Prétérit.
m[ē]lē  (°ne-mlē) [nɛmlɪ] intransitive verb. (péj) traîner, être lent à la tâche.

misin ‘qui dure longtemps’

Syn : malkōh

Nēk me-mlē tēy ni-diksoneri nōnōm.
Tu es lent à (écrire) ton dictionnaire.
m[ē]lēg   (na-mlēg) [namlɪɣ] noun. nuage ; spéc. gros nuage sombre, annonçant une forte pluie.

Syn : qēyqey

na-mlēg sam̄al
nuage de pluie

Na-mlēg ma-taq goy nō-wōl.
Les gros nuages cachent la lune.
m[ē]lēg   (mēlēg) adv. (faire V) dans le noir, dans l'obscurité ; d'où à tâtons.

mēlēglēg ‘noir’

tan̄tan̄ mēlēg
tâtonner dans l'obscurité

gengen mēlēg
manger dans le noir

yapyap mēlēg
écrire dans le noir

[ Mota maligocloud’. PNCV *maliŋgocloud, dark’. ]

m[ē]lēglēg  [mɪlɪɣlɪɣ] ~ m[ē]lēmlēg  adj.

(1) noir, de couleur sombre.

Ant : qagqag

na-gop mēlēmlēg
un héron noir

Mahē ne-mlēmlēg.
Il fait sombre / nuit.

Vētmahē ni-van hōw tō qe so ni-su mēlēglēg ēgēn.
Le soir tombait petit à petit, et le ciel commençait déjà à s'obscurcir.

(2) ⟨qqn⟩  à la peau foncée; Noir, Mélanésien; d'où indigène (opp. qagqag ‘Blanc, Européen’).

Ige t-Afrika kēy ne-mlēmlēg yeh den kimi.
Les Africains ont la peau plus foncée que vous.

Ige qagqag kēy et-gengen te ni-hnag, ige mēlēmlēg vēlēs.
Les Européens ne mangent pas d'igname, ce sont surtout les Mélanésiens.

(3) ⟨vue⟩  être brouillée, être éblouie.

Na-mtan ni-mlēglēg, tō kē ni-mat m̄ōl.
Sa vue se brouille, puis il tombe dans les pommes.

No m-et na-lo tō na-mtek me-mlēmlēg aē.
J'ai regardé le soleil, et cela m'a ébloui [litt. mes yeux se sont ‘assombris’].
m[ē]lēglēg   (mēlēglēg) adv. ⦗après Adj de couleur⦘ foncé.

Nō-mōmō nen kē na-lawlaw mēlēglēg.
Ce poisson est rouge foncé.

[ Cfmēlēg. PNCV *maliŋgocloud, dark’. ]

m[ē]lēt  (na-mlēt) [namlɪt] noun. <Zool> nom d'un petit lézard.
mēlmēlgepnō  [mɪlmɪlɣɛpnʊ] noun. <Méd> teigne, affection cutanée provoquant un éclaircissement de la peau par endroits. Tinea versicolor.

mēn  (nē-mēn) [nɪmɪn] noun. <Bot> banian (Moracées). Ficus spp.

m[ē]nay   [mɪnaj] adj. intelligent, perspicace; savant, à l'esprit éveillé.

‘brillant’

lolme^yen ‘sage, cultivé’

Nēk n-et mēnay vitwag!
Toi, tu es intelligent!

Wako n-et mēnay aē: kē ni-wuwuh namun e, ne-mtuw a ne-mtuw.
W. s'y connaît parfaitement [litt. c'est une personne intelligente à cela]: sa façon de dessiner est excellente.
m[ē]nay   (nē-mnay) noun. le cerveau, l'esprit, en tant que siège de la réflexion; d'où l'intelligence.

Nē-mnay nonon ni-lwo.
Son intelligence est impressionnante.

So kimi wo hohole goy no en, nē-mnay mino tit-wok galsi vēste.
Si vous parlez en même temps, mon cerveau ne peut pas fonctionner correctement (j'ai du mal à me concentrer).
m[ē]nay   (Wēmnay) sb. : surnom pour qqn d'intelligent: “le sage”.

[ Mota menaroskilful, clever’. ]

wo- + mĒnay.

mēne~  (nē-mēne~) [nɪmɪnɛ] -. <Anat> cerveau, méninges, spéc. en tant que siège de l'intelligence.

Syn : sōl

Ige ti-Japan, nē-mēnay ni-plaplag galsi.
Les Japonais sont très ingénieux. [litt. leur cerveau est très vif]
m[ē]nēg  (na-mnēg) [namnɪɣ] noun. plaie

[ Mota <°maníka. PNCV maniga.  *manukaulcer, sore’. ]

mēs  (nē-mēs) [nɪmɪs] noun. <Ornith> Perruche des Cocotiers, bsl. Nasiviru: oiseau multicolore, volant en nuées bruyantes. Trichoglossus haematodus. ◈ Parfois appelé nē-mēs vōlōplōl, litt. “perruche jacasseuse”.

[ Mota mes. ]

m[ē]tēgtap  (na-mtēgtap) [namtɪɣtap] noun. porte, en tant qu'objet physique (opp. na-mteēm̄ ‘porte en tant qu'issue’).

na-mtēgtap ne tarak
portière de voiture

tēm wak na-mtēgtap
enfoncer la porte

Na-mtēgtap me-tlēh.
La porte est disloquée.

Kē ni-lokēm na-mtēgtap, ni-hag bat.
Il ferme la porte à clef, et se cache à l'intérieur.

[ Mota <°maté-ɣatáβa. PNCV gatavathe shutter, door, of a house’.  *kata(m,v)adoor, outside’. ]

m[ē]tēgteg  [mɪtɪɣtɛɣ] ~ mtēmteg  transitive verb. avoir_peur
m[ē]tēgteg   (na-mtēgteg) noun. peur.
-mētēl  [mɪtɪl] spp. <Gram> ‘à vous trois’: suffixe possessif personnel, 2ème du triel (Cf. kēmtēl). Comme tout suffixe de ce type, -mētēl s'attache soit aux lexèmes directement possessibles (ex. na-mtevu~), soit aux classificateurs possessifs (ex. ga~) ; dans ce dernier cas, on trouve souvent une variante -nmētēl..
m[ē]tot  (°nē-mtot) [nɪmtɔt] noun. <Techn> chevilles de bois permettant de fixer le balancier de la pirogue (na-sam) aux barres horizontales (nē-wtē) qui le relient à la coque. Ces chevilles sont elles-mêmes fixées à l'aide d'attaches végétales (na-gavilvil).

Kēy woswos nē-mtot ne siok nonoy mi ne-vet.
Ils clouent les chevilles de leurs pirogues avec des pierres.
m[ē]yēmyēn̄  [mɪjɪmjɪŋ] intransitive verb. (rare) (poét) trembler, frémir, s'ébranler.

mōyēg ‘(s')agiter’

Nē-sēm mino et mēyēmyēn̄ te.
⟨poésie⟩ Ma fortune ne tremble pas.

[ Mota marin̄orin̄oshaky, quaking’. ]

m[ē]yēp  (na-myēp) [namjɪp] noun. brume

[ Mota marav. PNCV *maʀavufog, mist’. POc *ʀapu(n)haze, mist’. ]

m[ē]yēpyep  (le-myēpyep) [lɛmjɪpjɛp] noun. : après-midi, de 14 à 19h env..

yēpyep.

m[ē]yēpyēp  (°ne-myēpyēp) [nɛmjɪpjɪp] noun. flou

[ PNCV *maʀavufog, mist’. POc *ʀapu(n)haze, mist’. ]

mi1   [mi] -. avec
-mi2   [mi] spp. <Gram> votre: suffixe possessif personnel de 2ème du pluriel (Cf. kimi). Comme tout suffixe de ce type, -mi s'attache soit aux lexèmes directement possessibles (ex. na-mtevu~), soit aux classificateurs possessifs (ex. ga~) ; dans ce dernier cas, on trouve souvent une variante -nmi..
m[i]lin̄  (na-mlin̄) [namliŋ] noun. <Bot> igname de couleur claire, bsl. Waetyam. Dioscorea spp.

[ Mota malin̄. ]

minista  [minista] sb. <Mod> ministre du gouvernement.

empi

Kē mi-minista tō am̄ag.
Il a été ministre (dans le passé).

[ Angl. minister. ]

mino  [minɔ] pos.

(1) mon, ma, mes. Forme invariable de 1sg du Cl.Poss. Général no~|fs{*}. Étym. mi noavec moi

bulsal mino
mon ami

Tateh mino sēm.
Je n'ai pas d'argent.

(2) (spéc) ⦗après nom propre, au vocatif⦘ mon cher, mon chéri. Marque l'affection.

Awē Sandra mino! Dō mal et m̄ēt tō dōyō en!
[litt. oh ma Sandra] Oh là là ma chère Sandra! Cela fait tellement longtemps qu'on ne s'est vus!

Yēhē mino, wō m-akteg?
⟨chanson⟩ Que se passe-t-il, mes chers? [litt. mes gens]
m[i]sin   [misin] ~ m[i]nis  intransitive verb.

(1) (péj) ⟨qqch⟩  durer longtemps, être (trop) long.

Syn : hoyo

Nō-qōn̄ vōyō?! Ne-msin meh!
Dans deux jours?! Comme c'est long (à attendre)!

Kēy mo-tog en, suvay minis.
Ils ont vécu là assez longtemps.

Dō ma-kaka goy tō en, et-misin goy qete en!
Mais on vient tout juste d'en parler! [litt. nous en avons parlé, il ne s'est pas encore écoulé longtemps après cela]

(2) ⟨qqn⟩  être lent à l'action, tarder.

Syn : mēlē ‘lent’

et-misin te

Nēk sōsōn̄teg en, nēk ne-msin meh!
Comme tu es lent à faire tes bagages!
m[i]sin   adv. (faire V) pendant longtemps.

Dō nitog kaka misin meh.
Évitons de discuter trop longtemps.

No et-ēglal meh te be-mwumwu a haghag misin en.
Je n'ai pas trop l'habitude de travailler en restant assis pendant longtemps.
m[i]tig  (na-mtig) [namtiɣ] noun. <Bot> cocotier, noix de coco. Cocos nucifera.
m[i]tiy  [mitij] intransitive verb. <Techn>

(1) (rare) fermer les yeux, même sans dormir.

vatqep ‘fermer les yeux’

matbēy ‘cligner des yeux’

Ant : matyak

Nēk so tatay en, nēk so mitiy.
Quand tu pries, il faut fermer les yeux.

Wulsi Mitimtiy
⟨falaise⟩ le Sommet des Yeux-Fermés (car l'usage veut qu'on ferme les yeux en atteignant son sommet)

Kē me-mtiy en, kē et-mitiy qelen̄ te, kē ni-vatqep ēwē na-mtan e ni-matyak lok.
Il s'est ‘endormi’, en fait ça ne veut pas dire qu'il s'est complètement endormi: il a simplement fermé les yeux et puis les a rouverts.

(2) (cour) dormir, être endormi; s'endormir.

Nok so mitiy, ba nok mitimtiy lēlēge.
Je voulais dormir, mais je n'y suis pas parvenu.

Nēk so in na-ga en, tō nēk mitiy galsi an̄qōn̄.
Quand tu bois du kava, tu dors bien la nuit.

(4) passer une ou plusieurs nuits qq part ; séjourner qq part. Rem. On emploie normalement la forme simple (mitiy) pour une seule nuit, la forme rédupliquée (mitimtiy) pour plusieurs: Vuyes, no me-mtiy tō aē. À Vétubôsô, j'ai passé une nuit.

Nēk van hōw e, nēk mitimtiy ave?
Quand tu vas là-bas, où résides-tu? [où dors-tu?]

Kōmyō tēy n-ēm̄ mino vitwag nok mitiy mahgēk alon.
Construisez-moi une maison, afin que j'y habite [litt. j'y dorme] seul.

(5) (spéc) ⦗lors du tressage de nattes⦘ ⟨feuille⟩  rester au repos à l'horizontale, tandis que l'on manipule une autre feuille.

Na-hal lōqōvēn ni-enhiy goy, ni-mtiy lap.
La feuille-femme (cf. hal) s'allonge au sol, et reste endormie.
m[i]tiy goy  [mitij ɣɔj] transitive verb.

(1) litt. “dormir sur” : dormir de façon à surveiller ‹qqn, qqch›, dormir auprès de.

Nok mitiy goy tētē
Je dors à côté du bébé (ex. pour l'empêcher de tomber).

(2) dormir sous l'effet de ‹qqch›, se remettre de ‹effort+› en piquant un somme.

mitiy goy na-ga
dormir sous l'effet du kava
mitiy taq  intransitive verb. litt. “dormir recroquevillé” : être profondément endormi, au point qu'on ne se réveille pas quand il le faudrait; faire la grasse matinée, se réveiller tard.

m[i]tiy

Ni-bia mu-wuh kē nen e tō kē ni-mtiy taq den.
Saoûlé par la bière, il tomba dans un profond sommeil.

Kē tit-mitiy taq vēh te, den ne-nem e kē ni-n̄itn̄it kē en.
Il ne pouvait trouver vraiment le sommeil, à cause des moustiques qui le piquaient.

No me-mtiy taq, tō no mi-higap den ne-leg ēgēn.
Je me suis réveillé tard, si bien que j'ai raté la cérémonie du mariage.
mitiy tiwag  intransitive verb. (euph) litt. “dormir ensemble” : coucher ensemble, avoir des relations sexuelles; vivre en concubinage avec.

m[i]tiy

Syn : bēlbēl

m[i]vinvin  [miβinβin] ~ mvimvin  adj. fin.

[ PNCV *manivinivi. POc *manipis. ]

m[i]yo~  (ni-myo~) [nimjɔ] -. <Anat>

(1) (anc) (vulg) sperme, foutre.

mōy

(2) (Arg) ⦗avec présentatif en ē-*, type ēnentournure exclamative, signifiant littéralement ‘c'est [ton] foutre’, et consistant à reporter sur qqn la cause d'un problème: ‘c'est [ta] faute, c'est bien fait pour [toi]…’. Expression partic. vulgaire et réservée aux hommes.

Syn : bugu~ ‘faute’

lewe~

Ni-myē ēgēn!
C'est de ta faute! Bien fait pour toi! (tu n'avais qu'à pas agir de la sorte)

Ni-myē ēnen!
⟨à qqn qui se lamente⟩ Mais c'est ta faute à toi! (tu n'as qu'à t'en prendre à toi-même plutôt que d'accuser les autres) (cf. ēnen)

Ni-myēk ēagōh!
⟨regret violent sur sa propre action⟩ Quel con je fais! (je n'aurais jamais dû/je m'en mors les doigts…)

Ni-myomi be-mtimtiy taq ēnen!
⟨reproche explicite, avec be- Bien fait pour vous! Vous aviez qu'à pas faire la grasse matinée comme ça!

Ni-myon Wifton ba-kakal ēnen!
C'est la faute à Wifton, il l'a bien cherché! Il avait qu'à pas aller voir les filles en pleine nuit (kakal)!

[ Cf<°muro-.  mōy. ]

m[o]koko  [mɔkɔkɔ] intransitive verb. ⟨dent⟩  branler, être mal fixée dans la gencive.

Kēy mi-tit kē, tō nē-lwon me-mkoko aē.
Il s'est pris un coup de poing, du coup il a une dent qui branle.
mokyes  (no-mokyes) [nɔmɔkjɛs] noun. <Pois> poisson d'eau douce. Caranx melampygus.

momya  [mɔmja] adj. léger

[ PNCV <°má-maráʔa.  *maraʔalight (in weight)’. ]

momyiy   [mɔmjij] adj. froid

Ant : sew

(1) froid.

nē-bē momyiy
de l'eau froide

Mahē no-momyiy.
Il fait froid.

(2)

Nēk ukēg kē ni-momyiy.
Laisse refroidir.
momyiy   (no-momyiy) noun.

(1) le froid, la sensation de froid.

Ant : mahē-sew

No-momyiy m-ak no, nok so gom.
[le froid me fait] J'ai froid, je vais tomber malade.

Awēē, no-momyiy ee!

(2)

No-momyiy ni-wseg no.
⟨stt pour fièvre⟩ [le froid me tiraille] J'ai très froid, je grelotte.

[ POc *ma-(d)ridriŋcold’. ]

m[o]nog   [mɔnɔɣ] intransitive verb. ⟨nourriture⟩  bien cuit, prêt à être consommé après cuisson.

Mal monog? – Óòó! Et-monog galsi qete.
Ça y est, c'est cuit? – Non, ce n'est pas encore tout à fait cuit.

Na-qan̄yis me-mnog.
Le (contenu du) four est cuit.

Me-mnog mahgen!
Ça a cuit tout seul!
m[o]nog   (monog) adv. [faire V] de façon à faire cuire ‹qqch›.

sal monog ni-tintin
[litt. poser cuit les ignames] faire cuire les ignames en les posant (sal) sur les pierres

[ PNCV, POc *ma-nokacooked’. ]

m[o]tow2   (na-mtow) [namtɔw] noun. <Bot> noix de coco germée, bsl. Navara. Cocos nucifera.

motow1 ‘croître’

m[o]wotwot  (na-mwotwot) [namwɔtwɔt] noun. <Bot> nom d'une plante (Rubiacées). Psychotria trichostoma.
m[o]woy1   [mɔwɔj] intransitive verb.

(1) ⟨qqch⟩  se fendre dans le sens de la longueur (opp. malat ‘se casser en deux’); être fendu.

woy [3]

Nō-wōlēlē ni-mwoy, tō ni-n̄i mitig ni-kalō.
La bractée se fend, et laisse sortir l'inflorescence du cocotier.

Kē ni-vaysig hōw ewa nē-vētbē vitwag ni-mwoy.
Il écrasa du pied le récipient de bambou, qui se fendit/se brisa.

(2) (en gén) se briser, être détruit.

Syn : m̄ēt

Kē ni-vihyeg hōw lē-qēt-siok en, tō ni-siok ni-mwoy.
Il fracasse la proue de la pirogue, et celle-ci éclate en morceaux.

Na-wae namun me-mwomwoy qēt.
Ses flèches se sont brisées les unes après les autres.
m[o]woy1   (mowoy) adv. [agir sur qqch] en sorte qu'il se brise; briser qqch en faisant telle action.

Syn : woy [3]

Egoy nē-tēynin en, nēk ta-galeg mowoy qiyig.
Attention à mes lunettes, tu vas finir par les casser [faire brisé].
m[o]woy2   (°na-mwoy) [namwɔj] noun. <Mer> corail

Na-mwoy mi-tig no.
moyu~  (no-moyu~) [nɔmɔju] sop. oncle
m[ō]dō  (na-mdō) [namⁿdʊ] noun. orphelin

[ PNCV *maduaalone, separate, orphan’. ]

mōkhe~  (nō-mōkhe~) [nʊmʊkhɛ] -. 3s : nō-mōkha-n

(1) respiration, souffle de ‹qqn› ; fl:spéc. souffle de vie, vie.

Nō-mōkhan malmaltē : sisqet kē so ni-mat.
Son souffle était de plus en plus court: il était à deux doigts de mourir.

Nō-mōkhan ma-bah / ma-hay.
Il a rendu l'âme [litt. son souffle est terminé / déchiré].

Nō-mōkhan ma-van lok me.
Il a ressuscité [son souffle est revenu].

(2) senteur bonne ou mauvaise, odeur dégagée par ‹qqn, qqch›.

Nō-mōkhe itōk.
Tu sens bon [ton odeur est bonne].

nō-mōkhe m̄ēt / tētēnge
les senteurs de la forêt / des plantes

nō-mōkhe qōn
puanteur [litt. odeur puante]

Mōkhe sēsēy ta-myam gēn!
⟨formule de l'Ogre⟩ Ça sent la chair fraîche ici! [litt. odeur ?? du monde ici]

[ Cfm̄ōkheg. ]

mōkheg   [mʊkhɛɣ] ~ m̄ōkheg  intransitive verb.

(1) respirer, souffler.

Iqet ni-m̄ōkheg van hiy kē en, ewo tō na-lqōvēn en ni-m̄ōkm̄ōkheg.
⟨Iqet sculpte une femme en bois⟩ Iqet lui souffla (lui insuffla la vie), tant et si bien que la femme, à son tour, commença à respirer.

(2) (rare) sentir ‹une odeur›, involontairement (opp. hēmen ‘renifler’).

Syn : yon̄teg

No mō-mōkheg sas nō-mōkhe hapqiyig vēn̄.
(En respirant) j'ai senti une odeur de brûlé.

(3) se reposer, faire une pause.

Nok m̄ōkheg qōtō.
Je me repose un instant.

Nitog mōkmōkheg qete, veg na-lavēt ni-qtēg ēgēn !
Ce n'est pas le moment de te reposer: la fête ne fait que commencer!
mōkheg   adv. (faire V) pour se reposer, en guise de repos.

tog mōkheg
[rester-respirer] se reposer pendant quelques jours

mitiy m̄ōkheg
[dormir-respirer] faire une sieste

Amyō hag m̄ōkheg.
[assis-respirer] Asseyez-vous un instant (pour vous reposer).

[ Cfmōkhe~. Mota m̄apsagbreathe, take rest’. PNCV *mabu-si. ]

mōkheg goy  transitive verb. se reposer de ‹qqch› ; absol. se reposer.

Ige sil mōkheg goy ne-legleg.
Les gens se reposent des cérémonies du mariage.

Akvayge bah nen, kōyō su m̄ōkheg goy na-tkelgi.
Après avoir mangé, ils se reposèrent quelques instants.
mōkhegwēl  intransitive verb. (‡) variante littéraire de mōkheg: respirer, se reposer.

Kēy mōkmōkhegwēl lēlēge.
Ils avaient du mal à respirer.
mōkmōk-qo  noun. <Football> litt. “metteur-de-point” : attaquant.

qo

Mōkmōk-qo nonoy vitwag mē-qēsdi.
Un de leurs attaquants est tombé.
mōmō  (nō-mōmō) [nʊmʊmʊ] noun. <Pois> (gén) poisson. Les techniques de pêche (von̄on) comportent la pêche à la ligne (yapyap), au filet (suwyeg_qen), au harpon (kay, daeva), à la liane de pêche (gey_hay), etc.

Syn. relevé : ēg

von̄opn̄on mōmō
⟨en gén.⟩ chercher du poisson, pêcher

yapyap mōmō
[tirer le poisson] pêcher à la ligne

kaykay mōmō
[tirer-à-l'arc le poisson] pêcher à l'arc

heyehyeg mōmō
[empoisonner le poisson] pêcher à l'aide de plantes toxiques

suwyeg-qen (goy nō-mōmō)
[lancer le filet (pour du poisson)] pêcher au filet

daeva (goy nō-mōmō)
[plonger (pour du poisson)] faire de la pêche sous-marine

ye nō-mōmō
attraper le poisson à la main dans les anfractuosités du corail

na-tbay mōmō
un cordon de poissons

vēyn̄ih nō-mōmō
écailler le poisson

vētna nō-mōmō
éviscérer le poisson

m̄ōgteg nō-mōmō
nettoyer le poisson

sal nō-mōmō
griller le poisson

yen̄e nō-mōmō
frire le poisson

Nō-mōmō ma-man no.
Le poisson m'a rendu malade.

Nō-mōmō ni-plag kēlkēl.
Le poisson évolue librement (dans l'eau).

Nō-mōmō goy vētgi tō gēn.
Les poissons avancent par bancs entiers.

Kēy lep nō-mōmō nan, vēyn̄ih bah kē, vētna qēt kē, m̄ōgteg, ak monog galsi ewo tō ~ ige del te-gen vēh ēgēn.
Elles prennent le poisson, puis elles l'écaillent, l'éviscèrent, le nettoient, et le font cuire, pour nourrir tout le village.

[ Lemerig n-mōmōbig fish’. ]

mōmōg  (nō-mōmōg) [nʊmʊmʊɣ] noun. <Bot> arbre (Burséracées), bsl. Namemiwa. Securinega flexuosa.

mōrsurqōn̄  [mʊrsurk​͡pʷʊŋ] noun. <Zool> De : fl:Fr. morsure(?). scorpionScorpiones spp.

m[ō]tō  (na-mtō) [namtʊ] noun. côté droit du corps humain, spéc. main droite.

Ant : gala

mōy1   (nō-mōy) [nʊmʊj] noun. <Anat> (vulg) sperme, semence masculine. En général on préfère user d'euphémismes: nē-bē qagqag nonon ‘son eau blanche’; nē-bē nonon ‘son eau’; ne-melek nonon ‘son lait’; n-age nonon ‘sa chose’.

vasweg

Nō-mōy nonon mo-lon̄.
[son sperme a coulé] Il a éjaculé.

Nē-bē aē hag Tin̄vet en a na-qagqag; kēy ōlōl so “nō-mōy non Laokakros”.
Il y a un ruisseau là-bas à Tingvet, dont l'eau est blanche; on l'appelle “le sperme de Laokakros” (héros mythologique).

[ Cf<°na ˈmuro.  miyo~. ]

mōy2   [mʊj] adj. (vulg) terme injurieux, employé pour se moquer d'une personne qui se montre dépassée par la situation (cf. infra). Étym. Emploi argotique, sémantiquement obscur, de mōy1 ‘sperme’ (cf. frs ‘jean-foutre’). S'explique peut-être par association avec l'état psychologique d'une personne en état de jouissance physique

(1) avoir l'air ahuri ou bête ou couillon ou con ou ridicule; avoir les boules ou les glandes. Sém. Se dit à qqn qui perd sa contenance aux yeux d'autrui, et apparaît en état d'infériorité ou de passivité, par ex. parce qu'il trouve qqch délicieux, voluptueux, enivrant, ou parce qu'il est épaté, stupéfait, bouche bée, déconcerté, admiratif, amoureux transi, lascif, intimidé, etc.

Nēk nō-mōy!
T'as les boules! / Ça t'épate! / Ça t'en bouche un coin! / T'as l'air couillon!

(2) pusillanime, qui manque d'audace: trouillard, lâche, poule mouillée.

mētēgteg ‘avoir peur’

Ami vap van hiy kē! Kimi tog mōymōy qele anen!
Allez donc lui dire! Soyez pas trouillards comme ça!

(3) apathique, avachi, indolent, mou, veule; qui n'est pas à la hauteur de ses obligations ou de ses engagements, d'où fainéant, feignant, flemmard, tire-au-flanc, incapable, tocard, glandeur, branleur.

Syn : meyen̄ ‘paresseux’

Na-mun ige lililwo so kēy so dēmdēm aē, ba veg kēy nō-mōy geh!
Ça devrait être aux chefs de s'occuper de ça, mais c'est tous des feignants / des tocards / des branleurs!
mōy2   (mōymōy) adv. (faire V) de façon à rendre ‹qqn› ridicule, ou à lui donner le sentiment qu'il l'est, d'où outrager, humilier; ‘foutre les boules’ à ‹qqn›.

Nēk mi-yis kē a le-ngo sil, nēk m-ak mōymōy kē a hēywē!
Tu l'as rembarré en public, ça lui a bien fichu les boules!
mōy2   (nō-mōy) noun. (fam) Le nom nō-mōy exprime le même sentiment du point de vue de la personne elle-même (opp. adj. mōy, terme dépréciatif employé à la 2ème ou 3ème pers.). Synt. Emprunte la tournure des sensations et états psychologiques: nō-mōy est sujet de ak, galeg ou qal, ex. Nō-mōy ma-qal no litt. La honte m'affecte

(1) se sentir con, bête, ridicule, pas à la hauteur; se sentir humilié, avoir honte.

Kē mi-yis no a le-ngo sil, nō-mōy ni-qal no a hēywē!
Elle m'a rembarré en public, ça m'a bien fichu les boules!

(2) se sentir découragé, démoralisé, impuissant; perdre son énergie ou son enthousiasme; avoir la flemme; être las, en avoir marre (de qqch, den); s'ennuyer, ne plus avoir goût à rien; être mélancolique.

wōl [2] ‘lasser’

Sowo mahē momyiy, nō-mōy nage qalqal lap no.
S'il fait froid, je sens que ça va me paralyser / que je vais rien pouvoir faire du tout.

No-politik en, nō-mōy mal ak no den.
J'en ai ras-le-bol, de la politique.

[ Cfmōy1. ]

-mōyō  [mʊjʊ] spp. <Gram> ‘à vous deux’: suffixe possessif personnel de 2ème du duel (Cf. kōmyō). Comme tout suffixe de ce type, -mōyō s'attache soit aux lexèmes directement possessibles (ex. na-mtevu~), soit aux classificateurs possessifs (ex. ga~) ; dans ce dernier cas, on trouve souvent une variante -nmōyō..
m[ō]yōmyōs  (na-myōmyōs) [namjʊmjʊs] noun. (rare) idylle, amourette, histoire d'amour. Nom dérivé (sens actif) du vb mōyōs ‘aimer, désirer’
m[ō]yōs  (°ne-myōs) [nɛmjʊs] transitive verb. aimer, vouloir. Mrph. À côté de la négation régulière et-mōyōs te, on trouve plus souvent une forme irrégulière: et-bus te.

(1) aimer, apprécier particulièrement ‹qqn, qqch›.

tam ‘avoir de l'affection pour’

No ne-myōs nēk.
Je t'aime / Tu me plais. / J'ai envie de toi.

(2) vouloir, désirer, avoir envie de ‹qqch› ; vouloir que ‹so so +Prosp..

Nēk ne-myōs na-hap ?
Que veux-tu ?

Nēk wo ne-myōs, dō van !
Si tu veux, on y va !

Bus te !
⟨fam⟩ Je veux pas !

No ne-myōs so nok so vap van hiy nēk n-age vitwag.
[je veux que je te dise…] Il y a quelque chose que je voudrais te dire.

Tita ne-myōs a so ithik inēk en.
Maman veut que tu deviennes mon frère.

(3) avoir besoin de, réclamer la venue de ‹qqn›; appeler, inviter. Rem. Cette tournure comporte généralement une prolepse, i.e. ‘Je la réclame qu'elle vienne.’

Ino ne-myōs n-et bul tēvēlēm, kēy van me so biyin̄ no bo-totot lēt.
J'ai besoin de cinq personnes pour venir m'aider à couper du bois.

Tita ne-myōs nēk!
Maman te réclame.

Mayanag me-myōs dōyō so dō so van et kē.
Le chef [nous] réclame que nous allions le voir.
m[ō]yōs   (mōyōs) adv. (rare) ⦗après prédicat⦘ conformément au désir, ‘à souhait’.

Syn : lēs [2]

Kē na-waksē mōyōs.
Elle est orgueilleuse à souhait. [elle est fière à aimer]
m[ō]yōs   (na-myōs) noun. désir, volonté ; (par méton.) objet du désir, chose désirée. Idiom. La tournure type Na-myōs mino (so van) No ne-myōs (so van) Je voudrais (partir).

Ni-tiy am̄e mōyōs non ige to-M̄otlap en, nē-bē.
Le principal besoin des habitants de Motalava, c'est l'eau.

Nēk tatag* ēwē na-myōs nōnōm.
Fais comme tu veux [suis ton désir].

Na-myōs mino tateh van hiy nō-wōh.
Je n'ai pas envie de lait de coco. [mon désir est absent envers le coco]

Na-myōs mino inēk !
Tu me plais [mon désir c'est toi]

Na-myōs nonon so kē so ni-wuh kōyō.
Son intention était de les tuer tous les deux.

[ Mota maros. ]

mōyvilil   [mʊjβilil] adj. (vulg) litt. “couillon (mōy) dangereux (vilil)” : absurde, imbécile.

Nēk n-et mōyvilil vitwag.
Tu es un imbécile.
mōyvilil   (nō-mōyvilil) noun. absurdité, imbécillité.

Nō-mōyvilil namu en! Nēk et-buste tot ēwē, ba nēk mi-ti n-ep hiy aē.
Bougre d'âne [litt. Ta bêtise]! Au lieu de couper l'herbe, tu y as foutu le feu!
mu~   (°na-mu~) [namu] pos. classificateur possessif des relations contingentes, réduites à une situation (opp. no~, relation de possession essentielle).

(1) possessif utilisé pour les objets que je porte ou que j'ai avec moi dans une situation précise, qu'ils m'appartiennent ou non.

na-lēt namuk
mon (fardeau de) bois

Na-raēs namuk gōh, naganmi.
Mon riz (que je tiens en main), il est pour vous.

Ēt! Ne-sea namuk me-mlat!
Hé! Ma chaise (sur laquelle je suis assis) s'est cassée!

(2) (par ext) possessif utilisé pour certains objets de taille réduite, que l'on peut tenir à la main, même lorsque je ne les ai pas sur moi.

nē-pēn namuk
mon stylo

nō-bōk namuk
mon cahier

(3) (abstr) ⟨action, tâche⟩  assumé ou accompli par, qui relève de la responsabilité de, qui est à la charge de ‹qqn›.

no-yoy namu-k
les nouvelles que j'apporte (opp. no-yoy mino les nouvelles me concernant)

na-mwumwu namu-k
le travail que j'ai à faire

Namuk te nen, namun Edga inen.
Ça ce n'est pas mon problème, c'est le problème d'Edgar.

Namuk, so nok so tēymat na-vanvan nonon.
[litt. C'est à moi, de préparer…] J'ai la tâche de devoir préparer sa visite.

No ne-myōs meh ne-gengen namun a kē ni-gagaleg en!
[litt. j'aime beaucoup les repas ‘à elle’ qu'elle prépare] J'adore sa cuisine!

Tateh muy hap so kēy so galeg.
[litt. il n'y a pas ‘leur’ chose pour qu'ils la fassent] Ils n'ont rien à faire.

(4) (cour) ⦗Proposition + namu~ + Prédicat⦘ forme une construction à valeur contrastive: le sujet est présenté comme faisant la même action que d'autres participants, mais d'une façon différente. Parf. traduit ‘(quant à) moi, je…’. Synt. Tout se passe comme si c'était l'action elle-même (la proposition précédant namu~) qui était possédée. L'accord morphologique, et donc le contraste sémantique, portent généralement sur l'agent (Nēk ma-vap me namu, ne-tegha. [ex. Nēk ma-vap me namu-k, ne-tegha. [litt. Tu avais dit le mien c'était différent] À moi, tu m'avais donné une autre version!).

Nok so van lō namu-k lē-plēn.
[je vais aller ‘le mien’ en avion] Quant à moi, j'irai en avion (i.e. contrairement à vous qui irez en bateau).

Kēy ni-tig dēln̄et na-hay en, ba kē tig tō namu-n n̄a yow.
⟨pêche collective⟩ Ils se tenaient tous debout en cercle autour de la liane, tandis que lui se tenait du côté de la mer [litt. il se tenait ‘le sien’ dehors].

No no-togtog namu-k le-pnō su en.
Moi, j'habite dans la petite île (… alors que les autres habitent dans la grande).

Kēy hohole namu-y et-dēw te.
[ils parlent ‘le leur’ ce n'est pas lourd] Eux, ils parlent d'une façon trop désinvolte.

Franis ni-vap namu-n mey nōk, In̄glis ni-vap namu-n mey gēn.
⟨balancement contrastif⟩ Le français dit [‘le sien’] comme ceci, l'anglais dit [‘le sien’] comme cela. (i.e. ce sont deux langues bien différentes).
mu~   (te mu~) ~ ta mu~  adv.

(1) (cour) litt. “un peu du mien” : moi également, moi comme les autres, moi à mon tour. Synt. S'accorde généralement avec l'agent (ex. Vap te mu tog. ex. Vap te mu-k tog me. Raconte-moi à mon tour).

Nēk so lak te mu?
Tu veux danser (à ton tour)? [tu veux avoir ta part de danse?]

Kōyō so van ta muyō me.
Ils ont envie de venir eux aussi.

Nok so et te muk!
Moi aussi je veux voir!

(2) ⦗tournure négative⦘ pas moi, contrairement aux autres.

Nok et-ēglal te muk te.
Moi, je n'en sais rien (contrairement aux autres)

Na-maygay et-ak te muk qete no.
De mon côté, je n'ai pas encore faim.

[ Mota m̄o-. North-V °m[aɣ]u-general possessive classifier’. ]

m[u]lumlum  [mulumlum] adj. lent

[ PNCV, POc *malumusoft, gentle, weak’. ]

mun  [mun] transitive verb. fléchir, plier en deux ‹un objet long: bâton, bras› ; fl:opp. lok 'plier en deux ‹un objet plat›'.

Kē mu-mun lat nē-qētēnge.
Il a plié le bâton en deux.
m[u]tuw  [mutuw] adj.

(1) qui correspond exactement aux règles de l'art: excellent, parfait, idéal, réussi.

Syn : sey ‘adéquat’

N-eh gōh kē ne-mtuw.
Cette chanson est excellente!

Nēk wuwuh namu e, ne-mtuw a ne-mtuw.
Ton style de peinture est génial.

Na-ngon et-mutuw te.
Elle n'a pas un très beau visage.

(2) (spéc) ⟨phrase⟩  idiomatique, naturel, qui sonne bien dans la langue.

dēw ‘lourd; joliment dit’

Ta-vap vēh qele nen, ba et-mutuw meh te.
On peut le dire comme ça, mais ce n'est pas parfait. (i.e. cette phrase est correcte, mais pas très naturelle).
m[u]wumwu   [muwumwu] intransitive verb.

(1) s'adonner aux travaux horticoles, travailler aux champs.

Kēy muwumwu lē-tqē, kēy von̄opn̄on le-naw…
Tantôt ils travaillaient aux champs, tantôt ils pêchaient en mer…

(2) (en gén) travailler; (mod.) avoir une profession rémunérée, (parf.) étudier.

wok

Dōyō so muwumwu ba-vap t-am̄ag nongēn.
On va travailler sur les contes traditionnels.

Kē ne-mwumwu Postofis.
Elle travaille à la Poste.

(3) (fig) ⟨machine, cerveau+⟩  fonctionner, travailler.

Nok hatig e tō– dēmdēm mino e ni-mwumwu ēgēn.
Dès le lever, ma réflexion commence à fonctionner.

Nō-sōl ni-mwumwu a hēywē!
On a le cerveau qui travaille à plein!
m[u]wumwu   (na-mwumwu) noun. <Mod> travail

(1) effort, labeur.

Vēwē van hiy nēk, magtō, veg na-mwumwu nōnōm ni-lwo ba-vavaēh lok se nētm̄ey mino.
Merci à toi, vieille femme: tu as fourni des efforts [litt. un travail] considérable, pour ressusciter mon enfant.

No-towtow-eh e, na-mwumwu liwo len̄.
L'art de la composition poétique, c'est un travail très difficile.

(2) travail, métier, profession.

wok

No et-ēglal meh te be-mwumwu a haghag misin en.
Je n'ai pas trop l'habitude de travailler en restant assis tout le temps.

na-hye muwumwu mino
mon lieu de travail (mon bureau)

[ Mota mawmawuito work’. ]

m[u]wumwuteg  [muwumwutɛɣ] transitive verb. (rare) travailler avec ‹qqn›, assister ‹qqn› dans son travail; prêter main-forte.

biyin̄ ‘aider’

Imam mino me-mwumwuteg no.
Mon père m'a prêté main-forte (dans mon travail).
m[u]yuw  [mujuw] intransitive verb. ⟨arbre⟩  être abattu, gisant à terre.

yuw

Nē-qētēnge vitwag me-myuw goy n-ēm̄ mino.
Il y a un arbre qui s'est abattu devant ma maison.
m̄adeg  [ŋ​͡mʷaⁿdɛɣ] adj. nombreux, beaucoup.

ak m̄adeg

Auu, na-m̄adeg meh!
Aïe, ça fait beaucoup trop!

Kem mu-wuh nō-mōmō a na-m̄adeg a na-m̄adeg.
Nous avons pêché tout plein de poissons [litt. nombreux, nombreux]

Tog tō kē a le-myam en na-mtig ma-m̄adeg.
De nos jours, les cocotiers se sont multipliés dans le monde.

n-ēte mal m̄adeg goy
il y a de nombreuses années [litt. les années ont été nombreuses depuis]
m̄[a]gaga  (na-m̄gaga) [naŋ​͡mʷɣaɣa] noun. <Bot> nom d'une plante.
m̄[a]gas  (na-m̄gas) [naŋ​͡mʷɣas] noun. <Bot> nom d'une plante.

[ Mota m̄agasa. ]

m̄agde  (na-m̄agde) [naŋ​͡mʷaɣⁿdɛ] noun. <Bot> nom d'un arbre. Pisonia grandis. ◈ Cet arbre donne son nom au village de Qēgm̄agde, litt. “tronc (qēg) de Pisonia”.

m̄ah  (na-m̄ah) [naŋ​͡mʷah] noun. <Bot> nom d'une plante (Sapindacées). Allophyllus timorensis.

m̄[a]ha  (na-m̄ha) [naŋ​͡mʷha] noun. étoile du matin (Vénus).

Na-m̄ha mē-vēykal / ma-hatig.
L'étoile du matin est sortie.

[ Mota masoea disc, a planet; esp. the planet of morning and evening’. ]

m̄ak  (na-m̄ak) [naŋ​͡mʷak] noun. <Bot> Châtaignier de Tahiti, bsl. Namambe. Inocarpus fagifer.

m̄[a]lak  (na-m̄lak) [naŋ​͡mʷlak] noun. <Bot> plante (Amaryllidacées), bsl. Lili. Crinum asiaticum.

yo-m̄lak

m̄alkuyvet  (na-m̄alkuyvet) [naŋ​͡mʷalkujβɛt] noun. <Art> litt. “dévore la pierre (?)” : nom d'une fleur. Gardenia taitensis. ◈ Cette plante est typiquement associée au motif des fleurs, dans l'art pictural traditionnel: Tō nok yap na-tweh tēnge a m̄alkuyvet Alors je dessine une fleur de Gardenia (sur le masque).

Syn : na-tweh qōnqōn

m̄alm̄al  (na-m̄alm̄al) [naŋ​͡mʷalŋ​͡mʷal] sb.

(1) fille, jeune fille, adolescente. Désigne surtout les adolescentes pubères, entre la petite fille (cf. yōvōk) et la femme accomplie (lōqōvēn). Par conséq. m̄alm̄al évoque les amours de jeunesse, qui précèdent le mariage et la maternité.

Ant : lōmgep ‘garçon’

Na-m̄alm̄al gōh itōktōk a itōktōk lēs, ay!
Tu as vu cette jeune fille, comme elle est superbe!

(2) (spéc) petite amie, fiancée.

Syn : bulsal

m̄alm̄al mino
ma petite amie

(3) fille (relation filiale).

inti~ ‘fils/fille’

m̄alm̄al mino
ma fille

M̄alm̄al nonon Welan en, Cinderella.
La fille du Roi s'appelait Cendrillon.

[ Mota m̄alam̄ala. ]

m̄am̄le  (na-m̄am̄le) [naŋ​͡mʷaŋ​͡mʷlɛ] noun. <Bot> arbre (Burséracées), bsl. Namalaos. Garuga floribunda.

Syn : na-malmali ey

Syn : na-malmali mōmōg

[ Mota m̄am̄alau. ]

m̄at  (na-m̄at) [naŋ​͡mʷat] noun. <Zool> serpent. Nom générique employé pour toutes sortes de serpents, sans autres noms particuliers, excepté le ne-m̄e ‘serpent de mer’. Mwotlap compte très peu de serpents. Cependant, cet animal est le protagoniste de plusieurs contes, partic. dans le mythe du premier cocotier. Dans une ronde, les enfants chantent la comptine du serpent "teltel i m̄atm̄at"

Na-glo m̄at
La queue du serpent.
m̄[a]tak  (na-m̄tak) [naŋ​͡mʷtak] noun. <Bot> arbre (Sterculiacées), angl. Puzzle_tree, bsl. Namatal. Kleinhovia hospita.

[ Mota m̄ataka. ]

m̄ay  (na-m̄ay) [naŋ​͡mʷaj] noun. <Ornith>

(1) Colombe turvert, sorte de tourterelle, 26 cm. Chalcophaps indica.

(2) (en référence à cet oiseau) nom d'une des séquences de la danse masculine na-mag. Le na-m̄ay est reconnu comme étant l'une des formes les plus anciennes du na-mag (na-mag tē-n-ēte), et par conséquent les plus prisées.

Gēn vay vag yō a na-m̄ay en, tō kē ni-bah.
On danse deux fois la Tourterelle, et puis c'est fini.

[ Mota m̄ara. ]

m̄[a]ya   [ŋ​͡mʷaja] adj. ⟨qqch, qqn⟩  drôle, rigolo, marrant; qui aime la plaisanterie.

Ne-m̄ya a ne-m̄ya !
Qu'est-ce que c'est drôle !

Nēk ne-m̄ya lēs, ay!
Qu'est-ce que tu es marrant, toi !

Kōyō vēlēs m̄aya geh.
Elles sont aussi drôles l'une que l'autre.
m̄[a]ya   adv. de façon à faire rire (Cf. yēyē).
m̄[a]ya   (na-m̄ya) noun. drôlerie, caractère amusant de qqch; rigolade, rire, envie de rire.

Na-m̄ya liwo len̄ !
C'était un grand moment de rigolade !

viy na-m̄ya
se retenir de rire.

[ Mota m̄arae. ]

m̄[a]yayay  [ŋ​͡mʷajajaj] adj. transparent

[ Mota marararatransparent, translucent’. ]

m̄e  (ne-m̄e) [nɛŋ​͡mʷɛ] noun. <Zool>

(1) Tricot-rayé, serpent marin caractérisé par ses rayures noires et blanches. Laticauda semifasciata.

(2) succube, démon féminin tentateur, génér. nuisible.

(3) nom de la danse traditionnelle associée à ce serpent de mer. Myth. Le serpent de mer aurait introduit danse et musique (na-wha) chez les hommes. La danse ne-m̄e est exécutée par les hommes initiés, dont le corps est peint (suw, ilil) en noir et blanc, à l'imitation de l'animal.

Ne-m̄e en, nēk so taq hiy.
Pour la danse du serpent de mer, il faut se pencher en avant.

[ Mota mai. ]

m̄[e]key  (na-m̄key) [naŋ​͡mʷkɛj] noun. <Pois> Poisson-volant. Exocaetidae spp. ◈ Ethn. Diverses légendes lui sont associées. En partic., après l'avoir mangé, il faut se débarrasser de ses arêtes (suwyeg_vasgēt_ni-hiy), car si un chien les mange, c'est signe que je mourrai dévoré par un gros poisson.

[ Mota makaru. ]

m̄el1   (ne-m̄el) [nɛŋ​͡mʷɛl] noun. <Bot> cycas, bsl. Namwele. Cycas circinnalis.

qōn̄*

Imam nonon gin ne-m̄el van nō-qōn̄ son̄wul nen en, e tō kē ni-van lok me.
Son père détacha une à une les folioles de son Cycas pendant dix jours, puis il revint vers lui.
m̄eldēl  [ŋ​͡mʷɛlⁿdɪl] num. cent, centaine. Se multiplie obligatoirement à l'aide du préfixe vag- ‘fois’ + radical numéral.

m̄eldēl (vag-tiwag)
cent [litt. cent (fois-une)]

m̄eldēl vag-tēl vēpnegi tēvēlēm
trois cent cinq [cent fois-trois “plus” cinq]

Me-ptog na-wae namun en, mē-dēn̄ m̄eldēl.
Il se fabriqua des flèches, au nombre de cent.
m̄[e]le  (na-m̄le) [naŋ​͡mʷlɛ] noun. <Ornith> Mégapode, sorte de poule sauvage au plumage noir, 32 cm. Megapodius freycinet.

[ Mota m̄alau. ]

m̄[e]le gan Qet  (na-m̄le gan Qet) [naŋ​͡mʷlɛ ɣan Qɛt] noun. litt. “[les œufs de] mégapode pour Iqet” : lave en fusion d'un volcan. Étym. La lave est comparée à une omelette d'œufs de poule sauvage (na-m̄le, m̄ele), repas (ga~) destiné au démiurge Qet ou Iqet (cf. Iqet).

m̄ey1   [ŋ​͡mʷɛj] rel. variante du pronom relatif mey.

Na-myōs nono-y n-et m̄ey a nē-tēy no-wok.
⟨chanson⟩ Ce qu'ils désirent c'est quelqu'un qui ait un travail.
m̄ey2   [ŋ​͡mʷɛj] adj.

(1) ⟨animal⟩  apprivoisé, domestiqué.

Syn : vatne

Ant : tuytuy

Ant : wael ‘wild’

(2) ⟨enfant+⟩  qui accepte aisément l'interaction avec autrui.

(3) (spéc) ⟨jeune fille⟩  qui se laisse approcher par les garçons; pas farouche.

Ant : wael

m̄ey3   [ŋ​͡mʷɛj] noun. (arch) enfant, bébé.

[ Mota m̄era. ]

m̄[e]ye  (na-m̄ye) [naŋ​͡mʷjɛ] n.dép. ⦗+nom sans article⦘ personne riche en ‹qqch›.

m̄eye-sēm ‘riche’

Kēy na-m̄ye qo / na-m̄ye ban.
⟨richesses coutumières⟩ Ils sont riches en cochons / en bracelets honorifiques.

[ Mota m̄ere. ]

m̄[e]ye-sēm   (na-m̄ye-sēm) [naŋ​͡mʷjɛsɪm] noun. litt. “riche en monnaie” : personne riche, fortunée. Rem. Écrit en un ou deux mots

Ant : m̄asay

Ant : magaysēn ‘pauvre’

Nēk wo na-m̄ye sēm, no mas vap hōw l-eh.
Si tu es riche, je dois l'indiquer dans la chanson (que je compose en ton honneur).

ige m̄eyem̄ye sēm
les riches, les gens riches
m̄[e]ye-sēm   intransitive verb. être ou devenir riche; s'enrichir.

Me gōh, kamyō te-m̄ye-sēm vēh.
Ici, nous pouvons nous enrichir.
m̄ēl  (nē-m̄ēl) [nɪŋ​͡mʷɪl] noun. <Bot> orange, citron. Citrus spp.

Syn : wōm̄ēl

ni-hiy m̄ēl
épine de citronnier
m̄[ē]lēgleg  (na-m̄lēgleg) [naŋ​͡mʷlɪɣlɛɣ] noun. <Ornith> Lunettes, bsl. Nalaklak: petit passereau correspondant à deux espèces proches.

(1) Zosterops de Vanuatu, au plumage jaune, 12 cm. Zosterops flavifrons.

(2) Zosterops à dos gris, au plumage jaune et gris, 13 cm. Zosterops lateralis. ◈ La variété |sc{Z. l. valuensis} est propre à l'île de Mwotlap (Valuwa).

[ Mota m̄aleg. ]

m̄ēt1   [ŋ​͡mʷɪt] adj. ⟨corde, tige fine+⟩  brisé, cassé en deux ou plusieurs morceaux.

Ne-telefon mē-m̄ēt.
Le téléphone est coupé.
m̄ēt1   adv.

(1) ⦗après V transitif⦘ agir sur ‹qqch› de façon à le détacher ou le diviser en morceaux; couper ‹qqch› en faisant l'action V.

bolol m̄ēt na-mtig
détacher une noix de coco en la tournant (blol)

hel m̄ēt nē-dēln̄e qo.
couper les oreilles du cochon (au couteau, hel).

No tu-kuy m̄ētm̄ēt qiyig nagōm qiti !
⟨formule de l'Ogre⟩ Je vais te dévorer la tête en petits morceaux!

(2) (fig) (faire V) à moitié, de façon incomplète.

se m̄ēt n-eh
chanter une chanson de façon incomplète

hi m̄ēt
s'interrompre au milieu de la musique (hi)

vap m̄ēt
dire à moitié, abréger, résumer

[ POc *motu. ]

m̄ēt2   (nē-m̄ēt) [nɪŋ​͡mʷɪt] noun.

(1) forêt, spéc. zone de forêt maîtrisée par l'homme; brousse à faible densité. Le terme est couramment associé à l'utilisation des plantes (semi-) sauvages, que l'on va prélever en brousse: plantes alimentaires, plantes médicinales, bois de construction, bois de chauffe…

Ne-mtēltēl qele na-gayga hay lē-m̄ēt.
C'est épais comme les lianes de la forêt.

Et-vētne m̄ēt meh te gōh.
Ici, ce n'est pas trop la forêt profonde. [litt. le ‘milieu de la forêt’]

(2) (spéc) brousse défrichable et cultivable ; zone des jardins, située en montagne; par méton. le jardin (opp. na-pnō, le village côtier).

hēyēt

maltow

tēqē

Ige del kēy qēt lē-m̄ēt. Taem nen, taem hilhil ēgēn.
Ils se rendirent tous en brousse: c'était la saison des défrichages.

nu-su m̄ēt su
⟨mod⟩ jardin d'agrément, parc public [petite brousse]

[ POc *motu. ]

m̄ētm̄ēt  [ŋ​͡mʷɪtŋ​͡mʷɪt] intransitive verb. ⟨dos, bras, jambes+⟩  fourbu, éreinté suite à un effort physique.

Syn : qōgqōg

Nē-klan ni-m̄ētm̄ēt, veg kē n-ētan ba na-tqan nē-dēw.
Elle a le dos éreinté car elle est enceinte, et son ventre lui pèse.
m̄[ē]yē  (na-m̄yē) [naŋ​͡mʷjɪ] noun. <Pois> Sparide, brême bleue, poisson récifal. Acanthopagrus berda.

m̄[i]lig  (na-m̄lig) [naŋ​͡mʷliɣ] noun. <Bot> plante (Araliacées), bsl. Laslas. P. pinnata. ◈ Cette plante se mange à la manière du chou (Cf. na-tyōp).

m̄[i]si  [ŋ​͡mʷisi] adj. (‡) bon, bien; de bonne qualité; beau; parfait.

Syn. familier : itōk

Syn. familier :

Kē ne-m̄si lēs.
Elle est parfaite (superbe et/ou gentille…).

Me-m̄sim̄si bah!
⟨expr.⟩ C'est absolument parfait!
m̄[i]yiyi  (na-m̄yiyi) [naŋ​͡mʷjiji] noun. <Bot> gaïac, variété d'acacia ; bsl. Namariu. Acacia simplex.

[ PNCV *mariuAcacia spirorbis’. ]

m̄olm̄ol   [ŋ​͡mʷɔlŋ​͡mʷɔl] adj. ⟨lieu⟩  ombragé.

mahē m̄olm̄ol
un lieu ombragé
m̄olm̄ol   adv. (faire V) à l'ombre.

Dō van hag m̄olm̄ol.
Allons nous asseoir à l'ombre.
m̄olm̄ol   (no-m̄olm̄ol) noun. l'ombre, lieu ombragé.

Dō tig bat hay lo-m̄olm̄ol en.
Allons nous mettre à l'ombre.

[ Mota molemoleto cool oneself in a breeze’. ]

m̄on  [ŋ​͡mʷɔn] transitive verb. envelopper
m̄on goy  transitive verb. envelopper ‹qqch, qqn› d'un tissu, d'une feuille d'arbre, d'un papier, d'un bandage, etc..

m̄on

Na-mtewot en, kēy mal susuy, mal m̄on goy kē.
Le blessé, ils l'ont déjà suturé et bandagé.
m̄oto  (no-m̄oto) [nɔŋ​͡mʷɔtɔ] noun. <Techn>

(1) garde-manger: sorte de placard réalisé en osier, et installé au fond de la cuisine, à proximité du feu. Sa fonction est surtout de préserver certains aliments, comme les amandes (na-n̄ey) ou le sucre, des fourmis et autres prédateurs.

(2) poisson-ballon apparenté aux balistes (nu-qug). Canthigaster valentini.

m̄oyas  (no-m̄oyas) [nɔŋ​͡mʷɔjas] noun. (arch) femme de haut rang; dame, femme.
m̄ōl   [ŋ​͡mʷʊl] intransitive verb.

(1) rentrer chez soi, retourner dans sa maison ou son pays.

Ige ba-lavēt kēy so m̄ōlm̄ōl ēgēn.
Les gens de la fête s'apprêtent à rentrer (chez eux).

Nēk tō-m̄ōl lok se Franis n̄ēh?
Quand est-ce que tu retourneras en France?

M̄ōl!
Rentre chez toi!

M̄ōlm̄ōl me ēnōk? – M̄ōlm̄ōl me ēgēn!
⟨salutations de bienvenue⟩ Alors, on est de retour (à la maison)? – On est de retour!

M̄ōl me ee!
⟨quand qqn éternue⟩ À tes souhaits! [litt. Reviens-nous!]

(2) partir vers un endroit où l'on passe au moins une nuit; aller s'installer qqpart.

Nok m̄ōl qiyig Aya.
Je vais m'installer au village d'Aya (pour la nuit).

Talōw a le-mtap en, dō m̄ōl hiy ithik.
Demain matin, nous irons nous installer chez mon frère.
m̄ōl   adv. (faire V) sur le chemin du retour, pour rentrer chez soi.

Sagm̄ōl ni-hō m̄ōl.
Sagmôl rentra (dans son île) en pirogue [litt. pagayer-repartir].

Kē ni-hatig hag tō ni-sikyak m̄ōl.
Il prit ses jambes à son cou et repartit en courant [fuir-repartir].

Na-m̄le ma-gap m̄ōl lok.
⟨chanson⟩ Alors la poule sauvage a repris son envol [voler-repartir].
m̄ōleg   [ŋ​͡mʷʊlɛɣ] adj. clair, facile à comprendre.
m̄ōleg   transitive verb. expliquer ‹qqch› de façon à le rendre clair, clarifier.

Nēk mō-m̄ōleg hōw yatkel dēmdēm nōnōm a ni-tiy bele nowmat.
Tu es vraiment doué pour rendre les idées claires.

So m̄ōleg galsi van hiy nēk en…
Si tu veux que je t'explique mieux…
m̄ōleg   adv. de manière claire, lucide, précise, clairvoyante.

Kēy ēglal m̄ōleg van hiy no-hohole non Iqet.
Ils (les poètes) doivent avoir une connaissance claire de la langue d'Iqet.
m̄ōlhiy  [ŋ​͡mʷʊlhij] intransitive verb. ⟨qqch⟩  s'estomper, se calmer. m̄ōl ‘retourner’ + hiy ‘en descendant’

Talōw le-mtap e, na-ga mal m̄ōlhiy lok den kēy.
Demain matin, les effets du kava se seront déjà évanouis [pour eux].
m̄[ō]lō  [ŋ​͡mʷʊlʊ] intransitive verb. ⟨tissu, bois, peau+⟩  être percé, présenter un ou plusieurs trous normalement indésirables.

Ne-leleh nonon ne-m̄lōlō.
Ses vêtements sont troués, en haillons.

Na-qyoh me-m̄lō mahgen.
L'abcès s'est percé tout seul.

[ Mota m̄alue. ]

m̄ōlwoy  [ŋ​͡mʷʊlwɔj] adj. bredouille : qui ne rencontre pas de succès dans sa quête, ex. chasse ou pêche.

Syn : mahet

Nēk nō-m̄ōlwoy?
Tu es donc bredouille ?
▲ Back to top ▲