banner
A dictionary of Mwotlap (Banks Is., Vanuatu)
This dictionary has no finderlist yet. To look up French or English words, open this link (entire dictionary on one page)
or this Pdf version of the dictionary, and search for a string of text [Ctrl+F/Cmd+F].
 

Mtp–Fr–Eng

Mtp–Eng–Fr

Mtp–Fr

Tea–Eng–Fr

Tea–Eng

mwotlap dictionary
Index n
-n
nA-
na-Pnōlap
na-bago bēlag
na-bago gamgam
na-bago heyhey
na-bago keleklen
na-bago maltē
na-bago mitimtiy
na-bago n̄itn̄it
na-bago qagqag
na-bago qētqoqo
na-bago qoyqoy
na-bago tog
na-bago tuytuy
na-bago vōkvōk
na-bago womtan wenwen
na-bago woswos
na-bago wōwō
na-bago yutyut
na-baklap
na-baknin
na-bakqo
na-balbal tele
na-balbe gētē
na-balbe gētē tekelgi
na-balbe tilig
na-balbe tilig
na-baw lawlaw
na-baw yotlēs
na-baw yo-tlēs
na-duw mēlēglēg
na-duw n̄oyn̄oy
na-duw wōn̄ēlmet
na-gal ne (N)
na-gamat din̄din̄
na-gamat wenwen
na-gasel munmun
na-gasel munmun
na-gasel su
na-gayga non Ham
na-gaygay wōn̄ēlmet
nage
n-age bo-totgal
n-age leplep hohole
n-age leplep yoy
n-age te-
n-age vakvak
n-age voyopyot (qētēnge)
na-gop qagqag
na-gōgōp mēlēmlēg
nagōm su mōy!
na-gtē teteh
na-gtē tē-hēyēt
na-gyogyo ganah
na-gyogyo hōm̄
na-gyogyo-duw
na-han̄ wōbēyih
na-han̄ yogyēn
na-han̄-m̄ēt
na-hap del
na-hlat me
na-hlat te-le-naw
na-kaka t-am̄ag
na-kyen lawlaw
na-lan̄ tanō
na-ln̄e dēmap
na-ln̄e yon̄teg
na-ln̄e yon̄teg
na-lo tighiy
na-mag busbus
na-mag non na-m̄ay
na-mag qeyet
na-mali dō
na-malmali ey
na-malmali ēm̄
na-malmali mōmōg
na-mayham t-ale
na-mlas qo
namnan
na-mte vit
na-mte-ēm̄
na-mte-ge law
na-mte-hal
na-mtehal ne wōl
na-mte-len̄
na-mte-mnēg
na-mtemte yek
na-mte-m̄lō
na-mte-tē~
na-mte-tmat
na-mte-vu~
na-mwōy mēs
na-mwōy mēs
na-mya bē
na-mya bēlag
na-mya dahal
na-mya hōyē
na-mya lawlaw
na-mya mot
na-mya nigiy
na-mya qo
na-mya yoqet
na-m̄lig heyhey
nan
na-nay akak-ēm̄
na-nay bē-tog
na-nay meyen̄
na-nay qōnqōn
na-nay togtil
na-nay togtil
na-nay wuswōm̄el
nanm̄e
na-nyag togle
na-nye tele
na-nye tele
na-n̄ye qēt-ok
na-n̄ye tete
na-n̄yen̄ye mēs
na-psis-gon
na-ptel men
na-ptel Samo
na-ptel wōwō
na-qtēg bēnē ~
na-qyo bē
na-sansan-sis
na-sas namalsas
na-sas qētwawah
na-sas visis-yap-m̄ēt
na-skey wōn̄ēlmet
na-sn̄ēt lawlaw
na-tataqnet susu
na-tkol tē-vēthiyle
na-tle siysiyveg qētēnge
na-tlēs m̄alm̄al
na-tno haghag
na-tno liwo
na-tno mitiy
na-tno muwumwu
na-tno n̄itn̄it
na-tno n̄itn̄it
na-tno plēn
na-tno ququleg
na-tno siseg
na-tno tamge
na-tno tigtig
na-Tno Tog qōn̄
na-tno vēyhe
na-tno waha
na-tqal lawlaw
na-tqal qētmaymay
na-tqal vet
na-tval-ēm̄
na-tval-le
na-tweh dedel
na-tweh dēn̄ēy
na-tweh hephep
na-tweh mitig
na-tweh qōnqōn
na-tweh tēnge non Legtis
na-tyah-gon
na-tyeh bem
na-va tele
na-va yayah
na-vag bēlag
na-vag yēdēp
na-vay ninih
nawA
nawB
nawC
nay1
nay2
-ndō
nE-
-negi
n-eh liwo
n-eh qētqētlen̄
n-eh qētqētlen̄
n-eh stirin̄ban
ne-het so
ne-le ēwē
ne-le higoy
ne-le vētleg
ne-leleh lawlaw
nem2
ne-men gapgap
ne-men wēwlal tē-vēthiyle
ne-met yak
ne-met-sis
ne-mgaysēn!
nen
n-et liwo
ne-Vet Men Tagde
n-ep yayah
ne-ses matwon
ne-ses tē-hēyēt
net
n-et be-phah
n-et bo-towtow-eh
n-et b-ōlōl
n-et hewhew
n-et tēytēy tēnge
n-et vitwag
nethap
netnet
ne-vel wēl
ne-vet susu
ne-vet wiyiwyiy ga
ne-vey lawlaw
ne-vey naglon m̄am̄al
ne-vey qeyet
ne-vey wōwō
n-ey lam
n-ey lawlaw
n-ey wōn̄ēlmet
ne-yek bē
nē-bē maymay
nē-bē qōnqōn
nē-bē sewsew
nē-bē sewsew
nē-dēln̄e gōhōw
n-ēg lawlaw
n-ēg met
n-ēg m̄al
n-ēg te-Ben̄yeteh
nē-gēt n̄oyn̄oy
nē-hēn mōkō
nē-hgē-n vētēl
nē-hgē-n vēvet
nēk
n-ēleg gal
nē-lwo gayme~
nē-lwo gayme ~
nē-mēn map
nē-mēn m̄ah
nē-mēs vōlōplōl
n-ēm̄ gom
n-ēm̄ kap
n-ēm̄ kuk
n-ēm̄ qos
n-ēm̄ su
n-ēm̄ wēlwēl
n-ēm̄ wēlwēl
n-ēm̄ yon̄
n-ēm̄ yoqyoq
n-ēm̄ yot
nē-m̄ēt won
nē-qēt-gogoh
nē-qēthōn gal
nē-sēm ti-mi-gēn
nēte
n-ēte-vēy
nē-tētēleg-hay
nētge
nētm̄ey
nē-vētan qagqag
n-ēwe lolmeyen
-ngēn
ni-
ni-git vey
nihA
nihB
n-in gon
n-in lap
n-in wey
n-in yig
nintigi
ni-n̄i mitig
ni-n̄i motow
ni-n̄i m̄el
ni-n̄i wōh
ni-til adan
ni-tiy bele
ni-tiy kē
ni-tli betolol
nitog
ni-vin-gogoh
ni-vinvin n̄eye~
no1
no~2
n[o]go~
nogolgē
no-hohole non Iqet
no-hohole non Iqet
no-hohole vēyvēy
nok
no-koy sēyēsyē
no-momyiy gom
non ige qagqag
no-qo na-gōm
no-qolqol qagqag
no-soso-gal
no-sosowolō ne ēm̄
no-towtow eh
nowmat
no-yogalēp ne m̄e
no-yom̄-gengen
no-yom̄-yukyuk
no-yosaltam̄ey
nōk
nōnōk
nō-Qōn̄ Lēn
nō-Qōn̄ Liwo
nō-qōn̄ mete
nō-Qōn̄ M̄ōl-kal
nō-wōl ni-hn̄ēn won
nō-wōl ni-tqetqe-qo
nō-wōl ni-tqetqe-qo lok
nō-wōl togyow
nō-wōl wehey
nō-wōl wonwon
nō-wōl (na-)gayte-gi
nō-wōm̄ēl sekeske
nō-wōy gengen
-ntēl
nu-duw t-Avap
nu-n̄yun̄yu qo
nu-qug qētmaymay
nu-qul liwo
nu-qul motow
nu-qul n̄ey
nu-qul n̄ey
nu-qul n̄ē
nu-suk na-ma-n bōlōk
nu-tutu tuytuy
nu-vu het
nuy
n̄an
n̄aymeyen
n̄ey
n̄eyda
n̄eydi
n̄[e]ye1
n̄[e]ye~2
n̄[e]yeg
n̄[e]yen̄ye~
n̄eyn̄ey
n̄ē
n̄ēhA
n̄ēhB
n̄ēhlaw
n̄ēlmet
n̄ēy
n̄[ē]yēh1
n̄[ē]yēh1B
n̄[ē]yēh2
n̄i
n̄[i]li~
n̄it
n̄oyhey
n̄oyn̄oy
n̄[u]yun̄yu~
-n  [n] spp. <Gram> son, sa, ses: suffixe possessif personnel ou anaphorique, de 3ème singulier..

(1) Comme tout suffixe de ce type, -n s'attache soit aux lexèmes directement possessibles (ex. na-mtevu~), soit aux classificateurs possessifs (ex. ga~).

(2) Il importe de distinguer les deux structures où entre -n, suffixe possessif de 3ème personne : (a) en fonction d'-n renvoie à tout terme déjà construit, qu'il s'agisse d'un humain singulier, ou d'un non-humain : Nō-mōmō gōh, nēk n-ēglal na-ha-|ub{n ?}, Ce poisson, tu connais son nom ? ; (b) dans son emploi cataphorique, -n précède directement un substantif (nom muni de son article), lequel renvoie obligatoirement à un terme humain référentiel, mais pas nécessairement singulier.. Ces règles s'appliquent à tous les lexèmes possessibles (NOP), ainsi qu'au classificateur no~ ; les trois autres (ga~, ma~, mu~) traitent les non-humains de la même manière que les humains. n i-nti-k n-ēm̄ ne tutu na-rais na-ga-|fr{n nu-tutu} le riz des poules.

na-he mōmō gōh (*Na-ha-n nō-mōmō)
le nom de ce (ces) poisson(s) [+réf, –hum]

na-he lōqōvēn
un nom de femme [–réf, +hum]

na-ha-n (*na-he) intik
le nom de mon fils [+réf, +hum, +sg]

na-ha-n ige yantintik
les noms de mes enfants [+réf, +hum, –sg]
nA-  [na] art. article des noms.. (préfixe à copie vocalique)
na-Pnōlap  -. (rare) l'île de Vanua Lava elle-même.

Yatkelgi mō-hō hiy na-Pnōlap, yatkelgi mō-hō lok se hiy Nōybaybay.
Certains prirent la mer en direction de Vanua Lava, d'autres en direction d'Ureparapara.
na-bago bēlag  noun. litt. “requin tacheté” : variété tachetée du Requin baleine. Rhiniodon typus.

bago

na-bago gamgam  noun. litt. “requin voilier” : Requin citron, Requin des sables, Requin de vase. Negaprion acutidens.

bago

na-bago heyhey  noun. litt. “requin pointu” : “Requin maquereau, bleu pointu”. Isurus oxyrhynchus.

bago

na-bago keleklen  noun. litt. “requin multicolore” : Requin léopard. Stegostoma varium.

bago

na-bago maltē  noun. litt. “requin court” : Carcharhinus sp.

bago

na-bago mitimtiy  noun. litt. “requin dormant / yeux-fermés” : Requin baleine. Rhiniodon typus.

bago

na-bago n̄itn̄it  noun. litt. “requin mordeur” : “Requin à nageoires rondes”. Carcharhinus longimanus.

bago

na-bago qagqag  noun. litt. “requin blanc” : Carcharhinus amblyrhynchos.

bago

na-bago qētqoqo  noun. litt. “requin gecko” : Requin fléau aux gros yeux. Alopias superciliosus.

bago

na-bago qoyqoy  noun. litt. “requin rêveur” : Requin dormeur, Requin nourrice. Nebrius concolor.

bago

na-bago tog  noun. litt. “requin roseau (??)” : “Requin obscur”. Carcharhinus obscurus.

bago

na-bago tuytuy  noun. litt. “requin sauvage” : “Aileron blanc du lagon”. Triaenodon obesus.

bago

na-bago vōkvōk  noun. litt. “requin rond” : “Requin maquereau à longues nageoires”. Isurus paucus.

bago

na-bago womtan wenwen  noun. litt. “requin aux yeux brillants” : sorte de requin.

bago

na-bago woswos  noun. litt. “requin martelant” : Grand requin marteau. Sphyrna mokarran.

bago

na-bago wōwō  noun. litt. “requin gris / cendres” : “Requin faux, Requin à peau soyeuse”. Carcharhinus falciformis.

bago

na-bago yutyut  noun. sorte de requin, particulièrement maigre.

bago

[  <°bákeóa (?). ]

na-baklap  noun. Ficus spp.

bak

baklap

na-baknin  noun. Ficus spp.

bak

na-bakqo  noun. Ficus spp.

bak

na-balbal tele  noun. <Techn> litt. “serre métal” : étau, outil moderne.

bal [1]

na-balbe gētē  noun. <Art> litt. “traces de pagure” : empreintes laissées dans le sable par un Bernard-l'Ermite ou pagure (na-gtē). Désigne un motif géométrique dans l'art pictural traditionnel, en forme de chevrons tournés vers la gauche (|fb{‹‹}).

balbe~

Ilil bah no-won̄ey hōw lē-tnan, nok mōk na-balbe gētē.
Après avoir peint un losange au milieu (du masque), j'ajoute une série de chevrons.
na-balbe gētē tekelgi  noun. <Art> litt. “traces de pagure inversées” : désigne le même motif géométrique que précédemment, en forme de chevrons tournés vers la droite (|fb{››}).

balbe~

na-balbe tilig  noun. <Art> litt. “traces de chiton” : désigne un motif géométrique dans l'art traditionnel, en forme de petites rayures horizontales disposées en colonnes.

balbe~

vēn̄ ‘hachurer’

na-balbe tilig  noun. <Art> litt. “traces de chiton” : motif géométrique.

t[i]lig

balbe~

na-baw lawlaw  noun. “Lutjan bossu”. Lutjanus gibbus.

baw

na-baw yotlēs  noun. litt. “Lutjan feuille-de-Terminalia” : “Dorade à tache noire”. Lutjanus fulviflamma.

baw

na-baw yo-tlēs  noun. <Pois> litt. “Lutjan feuilles-de-Terminalia” : nom d'un poisson récifal.

t[ē]lēs

baw

na-duw mēlēglēg  noun. litt. “Centropyge noir” : “Centropyge joueur de flûte”. Centropyge tibicen.

duw [1]

na-duw n̄oyn̄oy  noun. litt. “Centropyge jaune” : “Centropyge tout jaune”. Centropyge flavissimus.

duw [1]

na-duw wōn̄ēlmet  noun. litt. “Centropyge du récif” : poisson-clown. Amphiprion akindynos.

duw [1]

na-gal ne (N)  -. litt. “un simulacre de N” : un vrai N, on dirait (comme) un N: marque une comparaison de ressemblance, avec une valeur exclamative.

Na-gal ne vōy!
On dirait vraiment un volcan!

Na-gal ne Rambo!
Un vrai Rambo!
na-gamat din̄din̄  noun. <Bot> nom d'une plante (Ampélidacées). Cayratia trifoliata.

gamat

na-gamat wenwen  noun. <Bot> Cardinale, bsl. Bisa. Adenanthera pavonina.

gamat

na-gasel munmun  noun. litt. “couteau plié” : canif pliable, couteau suisse.

gasel

na-gasel munmun  noun. litt. “couteau plié” : canif pliable, couteau suisse.

mun

na-gasel su  noun. litt. “petit couteau” : désigne les couteaux de moins de 30 cm, opp. grand couteau de brousse ; partic. couteau utilisé par les Européens pour manger.

gasel

na-gayga non Ham  noun. <Bot> litt. “liane de Ham” : plante grimpante (Composée), bsl. Amerikan_rop. Mikania micrantha. ◈ Connue après l'arrivée des Américains à Santo pendant la Deuxième Guerre Mondiale (cf. nom bislama), cette plante fut introduite à Mwotlap par un dénommé Ham, d'où son nom.

gayga

na-gaygay wōn̄ēlmet  noun. <Pois> litt. “poisson-gratte du récif” : “Girelle à six bandes noires”. Thalassoma hardwickei (?).

nage  [naɣɛ] asp. (rare) ⦗suivi d'un radical verbal⦘ susceptible de, qui va probablement (faire V). Signale le prédicat comme modérément probable, dans un avenir proche. Étym. Nage résulte probablement de la grammaticalisation de n-age ‘chose’: Je suis chose à me lever tard demain.

age

Kimi so me-lep ni-tli m̄e nan en, kē nage wuh qēt gēn.
Si jamais vous dérobez les œufs du serpent de mer, il est susceptible de / il va sûrement tous nous tuer.

No nage mitiy taq talōw!
Il y a de fortes chances que je me lève tard demain!

Kē et-nage ba-vanvan te me, ba kē wun mo-yon̄teg so dō aē, tō kē ma-van me.
⟨avec négation⟩ Elle n'était pas censée venir, mais elle a peut-être appris que nous étions là, et elle est venue.
n-age bo-totgal  noun. litt. “objet pour (faire des) images” : appareil photo, caméra vidéo.

age [A]

n-age leplep hohole  noun. litt. “objet pour prendre les paroles” : magnétophone.

age [A]

tēprēkota

n-age leplep yoy  ~ n-age tēytēy yoy  noun. litt. “objet pour prendre / retenir les nouvelles” : répondeur téléphonique.

age [A]

n-age te-  expr. ⦗surtout en prédicat⦘ litt. “chose de” : chose ou personne originaire de tel ou tel endroit. Alors que les autres emplois de n-age désignent des non-humains (choses, animaux), cette tournure en n-age_tE- concerne normalement les humains. Il s'agit là probablement de la valeur étymologique de age.

age [A]

N-age to-M̄otlap vitwag.
un motalavien [litt. une chose de Motalava]

Nēk n-age ti-ve? – No n-age te-Pnōlap.
Tu es originaire d'où? – De Vanua-lava.
n-age vakvak  noun. (rare) litt. “objet pour avancer vite” : voiture, véhicule à moteur.

age [A]

n-age voyopyot (qētēnge)  noun. litt. “chose pour ronger (le bois)” : scie; tronçonneuse.

v[o]yot

ne-jenso

na-gop qagqag  noun. litt. “héron blanc” : variété du précédent. Ardea novaehollandiae.

gop

na-gōgōp mēlēmlēg  noun. litt. “Picot noir / foncé” : “Picot à tache orange”. Siganus punctatus.

gōgōp

nagōm su mōy!  excl. (vulg) litt. “ce-que-tu-manges (ga~) c'est un-peu la-honte (?)” : expression de sarcasme envers qqn qui prend manifestement du plaisir à qqch, par_ex. qui déguste qqch avec délectation (Cf. womnes), qui regarde une jolie fille avec lascivité, ou qui reste ébahi d'admiration devant qqch. Rem. L'expression, particulièrement vulgaire (du fait notamment de la connexion avec mōy1), est souvent atténuée à l'aide d'un euphémisme pour remplacer nō-mōy, gēlēge ou age ‘chose’, d'où les expr. équiv. ou Nagōm su gēlēge!

Awē, na-madap gōh ne-neneh a ne-neneh! – Ēt! Nagōm su mōy!
Ouh là là, qu'est-ce qu'il est délicieux cet ananas! – Eh ben dis donc, tu prends ton pied, à ce que je vois!
na-gtē teteh  noun. litt. “pagure de mer (?)” : grand Bernard-l'ermite. Aniculus maximus. ◈ Étym. La forme te-teh est sans doute une trace archaïque de POc *tasikmer’, disparue ailleurs.

na-gtē tē-hēyēt  noun. (rare) litt. “pagure de brousse” : escargot.

g[ē]tē

Syn : ne-ses tē-hēyēt

na-gyogyo ganah  noun. “Mulet grosse écaille”. Mugil macrolepis.

g[a]nah

na-gyogyo hōm̄  noun. “Perroquet à bandes bleues”. Scarus ghobban.

hōm̄

na-gyogyo-duw  noun. litt. “petit Centropyge” : “Poisson-ange jaune et bleu”. Centropyge bicolor.

duw [1]

na-han̄ wōbēyih  noun. pilier latéral, situé à chaque coin du toit, aux extrémités de chaque paroi extérieure (bēyih).

han̄

na-han̄ yogyēn  noun. pilier axial, divisant en deux chaque façade de la maison, et descendant du faîte jusqu'au sol. Ce pilier axial n'existe que sur certaines maisons. Le plus souvent, du faîte descend un poinçon (na-han̄-m̄ēt), qui s'arrête à l'entrait.

han̄

na-han̄-m̄ēt  noun. litt. “pilier brisé” : poinçon: court poteau vertical, descendant du faîte (nē-qēthi~) jusqu'au milieu de l'entrait (na-salwolwol), au lieu de descendre jusqu'au sol (na-han̄); norm. situé au-dessus de chaque porte d'entrée.

han̄

na-hap del  ~ na-haphap del  noun. litt. “toutes les choses” : tout.

Ige in na-ga, tō gengen yēpyep e tō – na-hap del ni-bah.
On boit du kava, puis on dîne, et voilà, tout est terminé.

na-hap del / na-haphap del / tawye hap del
toutes les choses, tout
na-hlat me  noun. <Bot> litt. “ortie rouge” : Dendrocnide latifolia.

h[a]lat

na-hlat te-le-naw  noun. <Mer> litt. “ortie de la mer” : méduse.

h[a]lat

loyoy

bakolol

na-kaka t-am̄ag  ~ na-kaka  noun. litt. “causerie d'autrefois” : conversation historique, relatant des faits considérés comme authentiques, d'où mythe, légende.

Na-kaka t-am̄ag. Veg ma-van tabay me.
C'est ce qu'on appelle l'Histoire, car ç'a été transmis de génération en génération (cf. tabay).

na-kaka (t-am̄ag) non Iqet
le mythe d'Iqet (démiurge)

na-kaka ne Tamat Weywey
la légende du Démon Weywey
na-kyen lawlaw  noun. <Pois> “Poisson soldat”. Adioryx furcatus.

k[e]yen

na-lan̄ tanō  noun. mouche à viande. Calliphora spp. ◈ Peut-être allusion à un toponyme : t-Anō.

na-ln̄e dēmap  noun. (rare) litt. “voix du respect” : respect.

Me gōh, nēk mo-tog le-ln̄e dēmap tatag van lēvēnan ige to-M̄otlap.
Ici tu vis dans le respect [litt. dans la voix du respect], vis-à-vis de la tradition de Motalava.
na-ln̄e yon̄teg  noun. litt. “voix de l'écoute” : obéissance.

Tateh len̄e yon̄teg mi kēy.
[litt. il n'y a pas de ‘voix d'écoute’ chez eux] Ils n'ont aucune obéissance.
na-ln̄e yon̄teg  noun. litt. “voix de l'écoute” : obéissance.

Tateh len̄e yon̄teg mi kēy.
[litt. il n'y a pas de ‘voix d'écoute’ chez eux] Ils n'ont aucune obéissance.
na-lo tighiy  noun. litt. “le soleil arrêté debout” : le soleil à son zénith, à midi.
na-mag busbus  noun. litt. “na-mag claque-doigts” : séquence chorégraphique du na-mag.

mag

na-mag non na-m̄ay  noun. litt. “na-mag de la Tourterelle” : séquence du na-mag.

mag

m̄ay

na-mag qeyet  noun. litt. “na-mag de la Roussette” : séquence du na-mag.

mag

na-mali dō  noun. <Bot> nom d'une plante. Pouteria spp.

dō [1]

na-malmali ey  noun. litt. “Casuarina sauvage” : arbre (Burséracées), bsl. Namalaos. Garuga floribunda.

ey [2]

Syn : m̄am̄le

na-malmali ēm̄  noun. rebords de la maison, avant-toit: partie du toit qui fait saillie hors des limites de la maison elle-même.

mali~

Na-malmali ēm̄ ni-kekeh yak nē-bē kē taple hin alon, taple ak saq nō-tōytōy.
Les rebords du toit permettent d'expulser l'eau (de pluie) pour éviter qu'elle ne s'infiltre à l'intérieur, et ne pourrisse les murs.
na-malmali mōmōg  noun. litt. “namemiwa sauvage” : arbre (Burséracées), bsl. Namalaos. Garuga floribunda.

mōmōg

m̄am̄le

na-mayham t-ale  noun. nom d'une plante (Tiliacées). Triumfella procumbens.

mayham

na-mlas qo  ~ na-mlas ~   noun. <Art> litt. “mâchoire de cochon” : désigne un motif géométrique dans l'art pictural traditionnel, en forme de gueule ouverte ou 'Pacman', et tourné vers la droite. Rem. Des dents permettent de distinguer na-mlas_qo d'un autre motif très ressemblant, le bak_yon̄_vagal Ce motif rappelle l'importance rituelle, dans la société ancienne, du cochon tué ; il est également associé à la guerre.

b[a]las

Nok yap na-mlas qo.
Je dessine une mâchoire-de-cochon.

namnan  [namnan] préd. super
na-mte vit  noun. étoile, astre, considéré individuellement (opp. ni-vit, les étoiles, considérées dans leurs constellations). Spéc. désigne un motif géométrique, en forme d'étoile.

Nok so yap na-mte vit [/ni-vit].
Je veux dessiner une (grosse) étoile [/des (petites) étoiles].
na-mte-ēm̄  noun. litt. “point / trou de la maison” : porte.

m[e]te- [3]

meteēm̄

na-mte-ge law  expr. litt. “les yeux qui brillent” : admiration, convoitise, partic. en rapport avec le désir sexuel. Expr. sarcastique pour se moquer d'un homme au regard concupiscent, qui s'arrête à contempler une femme un instant. L'énoncé peut être accompagné par un geste où l'on tire légèrement sur sa paupière inférieure (Cf. “mon œil” en fçs).

law

wēmlag

Na-mte ma-law
tu as les yeux rouges, ou_plus_souvent :

na-mtege law
[Les yeux brillent !] alors on est amoureux ?

Tog akak na-mtege law
[Arrête de faire les yeux brillants] arrête de mater les filles !
na-mte-hal  noun. route, chemin.
na-mtehal ne wōl  noun. litt. “le chemin de la lune” : le parcours de la lune, les différentes phases par lesquelles elle passe au cours d'un mois.

na-mte-len̄  noun. (mod) litt. “point du vent” : fenêtre.
na-mte-mnēg  noun. lésion cutanée, petite plaie.

m[e]te- [3]

metemnēg

na-mtemte yek  noun. nom de ce même poisson lors de sa première phase de croissance, 15 cm. Après cela, il s'appelle ne-yek.

yek

na-mte-m̄lō  noun. petit trou, orifice, dû à un percement (dans un tissu, une paroi fine...).

m[e]te- [3]

m̄ōlō ‘percer’

Syn : qayan̄ ‘trou (en général)’

na-mte-tē~  -. litt. “trou des excréments (te-n)” : anus.

m[e]te- [3]

metetē~

na-mte-tmat  -. litt. “creux du démon / des Morts” : “salières de Vénus”: fossettes dans le creux des reins.
na-mte-vu~  -. litt. “œil de l'esprit (?)” : caractère, comportement.

m[e]te- [3]

metevu~

na-mwōy mēs  noun. litt. “tamanou à perruches” : variété du précédent. Calophyllum neo-ebudicum.

b[ō]wōy

mēs

na-mwōy mēs  noun. <Bot> litt. “tamanou à perruches” : variété de tamanou. Calophyllum neo-ebudicum. ◈ Cet arbre est, avec le Pterocarpus (na-nay), un de ceux que préfèrent fréquenter les nuées de perruches (nē-mēs).

mēs

b[ō]wōy

na-mya bē  noun. litt. “murène de rivière” : anguille. Anguilliformes spp.

m[a]ya

na-mya bēlag  noun. litt. “anguille râle-à-bandes” : Murène à points blancs. Gymnothorax meleagris.

m[a]ya

na-mya dahal  noun. sorte de murène, zébrée de noir.

m[a]ya

na-mya hōyē  noun. sorte de murène, au corps multicolore.

m[a]ya

na-mya lawlaw  noun. litt. “murène rouge” : Murène javanaise. Gymnothorax javanicus.

m[a]ya

na-mya mot  noun. sorte de murène, blanche.

m[a]ya

na-mya nigiy  noun. “Murène grise des flaques”. Gymnothorax pictus.

m[a]ya

Na-taybē qele na-mya nigiy.
⟨chanson⟩ Ton corps est comme une murène.

na-mya qo  noun. litt. “anguille cochon” : “Murène ondulante”. Gymnothorax undulatus.

m[a]ya

na-mya yoqet  noun. litt. “murène feuille-de-taro” : sorte de murène, au corps sombre comme peuvent l'être les feuilles de taro.

m[a]ya

[  <°mará(e,a). ]

na-m̄lig heyhey  noun. litt. “laslas coupant” : variété du précédent. Polyscias filicifolia.
nan  [nan] pos. Anaph
na-nay akak-ēm̄  noun. litt. “na-nay pour construire les maisons” : variété de na-nay utilisé pour la charpente.

nay [1]

na-nay bē-tog  noun. litt. “na-nay vivant auprès de l'eau ()” : variété de na-nay.

nay [1]

na-nay meyen̄  noun. litt. “na-nay sec” : arbre, bsl. drae_natora.

nay [1]

na-nay qōnqōn  noun. arbre. Premna corymbosa.

nay [1]

na-nay togtil  noun. Padouk ou Narra, bsl. Navilae. Pterocarpus indicus. ◈ Cet arbre est fort prisé par les perruches (nē-mēs_vōlōplōl). On y taille volontiers des pirogues, comme le fit Iqet dans le mythe.

nay [1]

na-nay togtil  noun. <Bot> arbre “Blue-water”.

togtil

nay

na-nay wuswōm̄el  noun. variété de na-nay, habitée par des démons maléfiques (na-tmat, nu-vu). Afin de ne pas réveiller ces démons, il est interdit d'en couper les fruits (totot ne-gengen nan), ou de pousser des cris (wawawlil) à proximité..

nay [1]

m̄el

Na-nay wuswōm̄el, nu-vu het/na-haphap t-am̄ag ni-taqtaq bat alon.
Les n. w. sont habités par des esprits maléfiques / des êtres du passé.

nanm̄e  [nanŋ​͡mʷɛ] num. <Num> ‘plus’: dans la numération, relateur séparant les dizaines des unités.

d[e]m̄e ‘supplément’

son̄wul (tiwag) nanm̄e levetēl
[(une) dizaine plus huit] dix-huit

son̄wul tēl nanm̄e vōyō
[trois dizaines plus deux] trente-deux

son̄wul yō nanm̄e aē
[deux dizaines il y a plus] un peu plus de vingt, vingt et quelques
na-nyag togle  noun. Myristica fatua.

d[a]yag

na-nye tele  noun. litt. “sang du fer” : rouille.

d[e]ye~

tele ‘métal’

[  <°ˌna daˈra-. ]

na-nye tele  noun. litt. “sang du fer” : rouille sur le métal.

t[e]le

na-n̄ye qēt-ok  noun. extrémité avant de la pirogue (n-ok), sur laquelle se tient le capitaine (qētēg-ok).

n̄[e]ye~ [2]

Ant : ni-sdi ok

siok

na-n̄ye tete  noun. extrémité des bambous horizontaux dépassant du toit, sur le devant de la maison. Métph. pointe saillante d'un objet, ex. sur une statuette.

n̄[e]ye~ [2]

qan̄ye

na-n̄yen̄ye mēs  noun. litt. “bec de perruche” : forme recourbée et pointue, partic. nom d'une des formes que peut prendre la lune (nō-wōl).

na-psis-gon  noun. litt. “accouchement pénible” : difficulté d'accoucher, décès en couches.
na-ptel men  noun. litt. “banane mûre” : désignation fréquente du fruit lorsqu'il est consommé seul.

v[e]tel

na-ptel Samo  noun. litt. “banane de Samoa” : variété de banane au goût sucré. Introduite récemment à Mwotlap, c'est la banane connue en Europe.

v[e]tel

na-ptel wōwō  noun. litt. “banane de cendres” : sorte de bananes.

v[e]tel

na-qtēg bēnē ~  noun. litt. “début du bras” : épaule.

Na-qtēg benen tekel-gi ni-memeh.
Il a mal à une épaule.
na-qyo bē  noun. litt. “trou d'eau” : lit d'un cours d'eau; par méton. cours d'eau, rivière.

na-qyo bē liwo len̄
une immense rivière

Velqōn̄ kē ni-haha nē-bē a le-qyo bē anen.
Chaque jour elle allait puiser son eau dans ce ruisseau.
na-sansan-sis  noun. soutien-gorge.
na-sas namalsas  noun. variété de croton. Codiaeum inophyllum.

sas [3]

na-sas qētwawah  noun. <Ethn> litt. “croton du Diable-à-Tête-Lisse” : feuille sacrée, correspondant au plus bas rang des honneurs (Cf. sōq, halgoy), et au premier diable, qui se nomme nē-qēt-wawah “Tête Lisse”.

sas [3]

na-sas visis-yap-m̄ēt  noun. <Ethn> litt. “na-sas pour accoucher-tirer-casser” : feuille sacrée des femmes, interdite aux hommes. On en frotte le ventre des femmes qui ont du mal à accoucher ; on peut également leur en donner en décoction. Cette feuille possède la même efficacité symbolique, pour une femme, que le na-sas pour un homme: elle peut les poser sur un lieu (arbre, maison..., cf. sal_goy) pour en interdire l'accès à autrui |{endash} femme ou homme.. Autre feuille sacrée pour les femmes: no-yo-mayok, feuilles de manioc.

sas [3]

Syn : na-sas non ige lōqōvēn ‘fv:na-sas des femmes’

na-skey wōn̄ēlmet  noun. <Mer> litt. “coraux de la barrière” : coraux vivants, éponges, etc., présents sur la barrière de corail, à quelques dizaines de mètres de la côte (opp. na-skey ‘corail mort du platier’).

s[e]key

ne-leleh

[  <°sagaru. ]

na-sn̄ēt lawlaw  noun. litt. “barbet rouge” : “Barbet à tache noire”. Parupeneus pleurostigma.

na-tataqnet susu  noun. calmar, encornet.

na-tkol tē-vēthiyle  noun. <Ornith> litt. “...du bord de mer” : Courlis courlieu, oiseau au long bec pointu et recourbé, 45 cm. Numenius phaeopus. ◈ Parfois abrégé en na-tkol.

t[o]kol

na-tle siysiyveg qētēnge  noun. <Techn> litt. “fer pour raboter le bois” : rabot.

t[e]le

na-tlēs m̄alm̄al  noun. <Bot> litt. “Terminalia vert / T. jeune-fille (?)” : variété de Terminalia. T. sepicana.

na-tno haghag  noun. litt. “place pour être assis” : siège: banc, chaise.

t[e]no~

na-tno liwo  noun. litt. “place importante” : siège de chef, de député.

t[e]no~

ne-leleh ne teno liwo
les élections législatives [litt. changement des sièges importants]
na-tno mitiy  noun. litt. “place pour dormir” : lit, matelas; spéc. natte de pandanus (na-tamge).

t[e]no~

Kē ni-lokveg yak na-tno mitiy nonon.
Il replia son matelas.
na-tno muwumwu  noun. litt. “place pour travailler” : lieu de travail, bureau.

t[e]no~

na-tno n̄itn̄it  noun. marque, trace physique laissée par une morsure, ou une piqûre d'insecte. Signifie également la morsure amoureuse, généralement sur la poitrine de l'homme.

n̄it

na-tno n̄itn̄it  noun. litt. “place pour mordre” : morsure, marque de morsure.

t[e]no~

na-tno plēn  noun. litt. “place des avions” : aéroport, aérodrome; spéc. aérodrome de Valuwa (Aplōw), à l'est de l'île de Mwotlap.

t[e]no~

Syn : na-tno baklap gapgap ‘endroit des bateaux volants’

na-tno ququleg  noun. litt. “place pour se balancer” : balançoire, escarpolette.

t[e]no~

na-tno siseg  noun. litt. “place pour jouer” : terrain de jeu, ex. terrain de volley, de football.

t[e]no~

na-tno tamge  noun. litt. “place de la natte” : lit (syn. ne-qe), endroit où se trouve habituellement la natte en feuilles de pandanus (na-tamge) pour passer la nuit; par_ext. la natte elle-même, même quand on la déplace.

t[e]no~

Nok mitiy tō le-tno tamge agōh.
J'ai passé la nuit sur le lit que voici.

Vahyeg na-tno tamge nōnōm hōw antan, tō en hiy hōw aē.
Étends ta natte sur le sol, et allonge-toi dessus.
na-tno tigtig  noun. litt. “place pour être debout” : plateforme, part. échafaudage utilisé pour édifier une charpente. L'échafaudage consiste en une poutre horizontale, que l'on fixe provisoirement sur des supports (ni-hgi~)

t[e]no~

Tal netnet na-tno tigtig mi na-tē gaqiy.
On attache solidement l'échafaudage avec le cœur du rotin.
na-Tno Tog qōn̄  loc. <Géo> litt. “la montagne Pique-Nique” : lieu-dit dans la forêt de Mwotlap.
na-tno vēyhe  noun. litt. “lieu de jointure” : articulation, fixation (ex. entre deux poutres); articulation des membres, spéc. poignet du bras.

vēyhe

na-tno waha  noun. <Danse> litt. “place de l'orchestre” : endroit où se trouve installé l'orchestre de musique traditionnelle (na-wha), au centre de la place du village (tēnepnō), pour une journée. Autour d'un trou creusé dans le sol (cf. na-qyēn̄ malbuy), s'élèvent des poteaux, auxquels sont fixés les petits tambours fendus (nē-vētōy).

t[e]no~

Ige le-lo vōnō e kēy me-hgēl na-tno waha.
Les villageois ont décoré la place de l'orchestre.
na-tqal lawlaw  noun. <Pois> Saumonée hirondelle (angl. Lyretail_grouper), poisson récifal, 75 cm. Variola louti.

na-tqal qētmaymay  noun. <Pois> litt. “Loche tête-dure” : “Mère loche”, “Loche ronde”. Epinephelus cylindricus.

na-tqal vet  noun. <Pois> litt. “Loche pierre” : “Loche à lignes blanches”. Anyperodon leucogrammicus.

na-tval-ēm̄  noun. ⟨qqn⟩  litt. “opposé dans la maison” : qui appartient à l'autre moitié exogame (que qqn, no~), d'où que l'on peut épouser.

taval- [A]

taval-ēm̄

na-tval-le  noun. ⟨qqn⟩  litt. “opposé dans la loi” : adversaire politique; ennemi dans la guerre. Plutôt écrit na-tvale, comme s'il s'agissait d'un radical t[a]vale*.
na-tweh dedel  noun. <Bot> nom d'une plante (Zingibéracées). Alpinia purpurata.

t[e]weh

na-tweh dēn̄ēy  noun. <Bot> ylang-ylang, arbre odorant (Annonacées), bsl. Nandingori. Cananga odorata.

t[e]weh

na-tweh hephep  noun. <Bot> litt. “fleur majeure” : fleur d'hibiscus, utilisée à fin décorative lors des fêtes. Hibiscus rosa-sinensis.

t[e]weh ‘greater flower’

vey

na-tweh mitig  noun. <Bot> litt. “fleur de cocotier” : autre nom du riz. Oryza sativa. ◈ Parfois abrégé en na-tweh.

t[e]weh

Syn : raes

na-tweh qōnqōn  noun. <Bot> litt. “fleur odorante” : plante florale. Gardenia taitensis. ◈ Art. Également un motif pictural traditionnel, en forme de fleur.

t[e]weh

Syn : m̄alkuyvet

na-tweh tēnge non Legtis  noun. <Bot> litt. “fleur de Legtis” : plante sauvage, de type ortie ou menthe.

t[e]weh

na-tyah-gon  noun. <Méd> litt. “frottement douloureux” : angine : maladie caractérisée par un resserrement de la gorge, et une difficulté (cf. gon2) à avaler. La plante médicinale la plus usuelle pour soigner l'angine est Acalypha_grandis (na-yan̄yan̄).

Na-tyah-gon so ni-qal nēk e tō nēk in ni-gli yan̄yan̄ e tō ni-bah.
Si tu as une angine, tu n'as qu'à boire du jus d'Acalypha pour en guérir.
na-tyeh bem  noun. <Bot> nom d'une plante (Euphorbiacées). Breynia disticha.
na-va tele  noun. râpe métallique (na-tle), de fabrication moderne, utilisée pour râper des tubercules plus durs comme l'igname.

va

na-va yayah  noun. litt. “fougère pour râper” : variété de fougère, utilisée comme râpe.

va

na-vag bēlag  noun. litt. “Nason tacheté” : “Nason à museau court”. Naso brevirostris (?).

vag [1]

na-vag yēdēp  noun. litt. “Nason feuille-de-palmier” : “Nason à museau court”. Naso brevirostris. ◈ Sa queue en éventail lui vaut cette comparaison avec la feuille de palmier nē-yēdēp.

vag [1]

na-vay ninih  noun. <Anat> litt. “foie pour cracher” : poumons.

nih [B]

naw   (°na-naw) [nanaw] noun.

(1) eau de mer, utilisée notamment dans la cuisine (opp. nē-bē ‘eau douce’); sel.

Lep nē-vētbē naw ba van ha te naw bah me.
Prends un bambou [pour eau-de-mer], et va me puiser de l'eau de mer.

(2) lagon d'eau de mer qui entoure l'île, accessible aux activités humaines (baignade, pêche, etc.) ; d'où mer (opp. na-lam ‘haute mer, océan’).

Kēy no-togtog la-maltow den na-naw.
Ils habitaient plus près de la brousse que de la mer.

(3) (spéc) mer en tant qu'elle est calme (tay) ou agitée (nawnaw) ; vague, houle, raz-de-marée.

na-naw liwo
[grande vague] raz-de-marée

Na-naw me-mlat.
[la mer se brise] Une vague a déferlé.

Na-naw ma-nawnaw.
La mer est agitée.

Na-bago ni-lm̄eh na-naw, na-naw vitwag.
⟨mythe⟩ Le requin gifla la mer, (et provoqua) un raz-de-marée [litt. une ‘mer’].

Na-naw ni-hatig, kē ni-bōy, tō kē ni-van me ni-wuh na-pnō.
La mer a surgi, s'est enflée, puis est venue frapper l'île.

(4) (vulg) terme d'insulte à une femme: traînée, marie-couche-toi-là. Métaphore obscure, liée au sel; cf. bisl. solmit ‘viande salée; traînée’.

Nēk na-naw lōqōvēn!
Tu es une traînée!
naw   intsf. (rare) litt. “comme l'eau de mer” : Intensificateur de l'adj. gon ‘amer’.

Syn : lalm̄eg

Ne-gengen gōh kē no-gon naw.
Ce plat est très amer [est amer eau-de-mer] !
naw   (le-naw) loc. (cour) dans le lagon, en mer ; méton. au bord de mer.

ale ‘au bord de mer’

te-le-naw

Ige susu kēy van suwsuw yow le-naw.
Les enfants vont se baigner en mer.

Kēy muwumwu lē-tqē, kēy von̄opn̄on le-naw.
Tantôt ils travaillaient au jardin, tantôt ils pêchaient dans le lagon / en mer.

Ni-siok mino hōhō tō a yow le-naw!
Mais c'est ma pirogue que je vois naviguer là-bas en mer!

[ Mota nawosalt-water, salt; surf’. PNCV *navowave’. POc *napo. ]

nay1   (na-nay) [nanaj] noun. <Bot> nom de certains arbres.

[ Mota nanara. ]

nay2   (na-nay) [nanaj] noun. veuf, veuve; divorcée; orphelin.

qēlwey ‘célibataire’

[ Mota naroa widow’. ]

-ndō  [nⁿdʊ] spp. <Gram> ‘à toi et moi’: suffixe possessif personnel, 1 inclusif duel (Cf. dōyō). Comme tout suffixe de ce type, -ndō s'attache soit aux lexèmes directement possessibles (ex. na-mtevu~), soit aux classificateurs possessifs (ex. ga~)..

nE-  [nE] asp. (préfixe à copie vocalique)

(1) préfixe aspectuel Statif, présentant le procès qualitativement, sans borne de commencement ou de fin. En particulier, c'est l'aspect associé à tous les verbes de qualité, équivalents de nos adjectifs, lorsque la qualité est prédiquée en dehors du temps, et non pas comme un procès dynamique..

(2) (spéc) présente un procès itératif comme une habitude, sous la forme d'une qualité attribuée au sujet ; l'aspect Statif est alors généralement associé au redoublement de la racine verbale. L'opération a pour effet de transformer un procès dynamique, singulatif et inscrit dans le temps, en un prédicat de qualité..

No ne-gengen vēlēs na-haphap tē-lē-tqē.
Je ne mange que les choses du jardin.
-negi  [nɛɣi] sf. suffixe des numéraux ordinaux (sauf totogyeg ‘premier’).

vōyō-negi
deuxième

lō-qōn̄ tēvēlēm-negi
le cinquième jour

vag-tēl-negi
la troisième fois
n-eh liwo  ~ n-eh kastom  noun. <Poét> litt. “grande chanson” : chant traditionnel, chant coutumier (opp. n-eh stirin̄ban, etc.). La tradition poétique distingue de nombreux styles pour ces chants, définis par une mélodie typique et par un incipit spécifique (cf. nō-tōti_eh). On peut citer: na-malen̄; na-wlēwlē_liwo, na-wlēwlē_togolgol; ne-leq; nē-wēt; na-syēsyē; rōvinēvēsēgme; no-towhiy; vawelop; wōisēwōvēvē. À ces styles de chants, il faut ajouter les divers styles de danses qui leur correspondent (cf. laklak).

eh

n-eh qētqētlen̄  noun. litt. “chant à chanter” : chant a_capella, chanté par un homme seul (opp. n-eh_ba-laklak ‘chant à danser’, interprété par plusieurs chanteurs et accompagné de musique). Désigne en particulier certains genres de chants, ex. vawelop.

eh

n-eh qētqētlen̄  noun. <Mus> litt. “chanson à entonner” : désigne les chants traditionnels qui ne sont pas conçus pour accompagner une danse, mais simplement pour être chantés. Cette catégorie s'oppose aux divers noms de danses (no-yon̄yep, na-mapto, na-lan̄vēn, etc.) associées à chaque chanson traditionnelle.

Vawelop en, n-eh qētqētlen̄ ēwē.
Le vawelop (genre musical), ce sont des chansons qui sont juste faites pour être chantées.
n-eh stirin̄ban  noun. chanson moderne, jouée par les jeunes gens à la guitare ou au banjo (cf._angl. String_band).

eh

ne-het so  expr. ⦗+ complétive⦘ litt. “c'est mauvais que…” : il ne faudrait pas que….

het

taple

Ne-het a so kēy ak magaysēn no.
Il ne faudrait pas qu'ils me fassent du tort.
ne-le ēwē  noun. <Christ> litt. “la Bonne Parole” : la parole chrétienne. Étym. Traduction littérale du grec euaggelion ‘Bonne Parole, évangile’

le [1]

ne-Bem ne Le Ēwē
[le Livre de la Bonne Parole] la Bible
ne-le higoy  noun. ⟨connaissance+⟩  litt. “parole proscrite” : secret, mystère; qui ne doit pas être révélé à n'importe qui.

le [1]

Syn : halgoy

Kēy ne-myōs so van yon̄teg, kēy ta-van vēh. Et-le higoy te.
⟨cérémonie du chant⟩ S'ils ont envie d'aller écouter, ils le peuvent. Ce n'est pas secret.
ne-le vētleg  noun. ⟨connaissance+⟩  litt. “parole émise” : public et non secret; qui peut être révélé à n'importe qui.

le [1]

Ant : halgoy

Na-laklak gōh et-le vētleg te !
Cette danse ne doit pas être révélée à n'importe qui! [litt. ce n'est pas une parole à envoyer]
ne-leleh lawlaw  noun. litt. “corail rouge” :

[  <°lási. ]

nem2   (ne-nem) [nɛnɛm] noun. <Ins> moustiqueCulicidae spp.

[ POc *ñamuk. ]

ne-men gapgap  noun. (rare) litt. “oiseau volant [sic]” : avion.

men [2]

Syn : na-baklap gapgap ‘bateau volant’

plēn

Ne-men gapgap mē-qēsdi goy n-ēm̄.
Un avion s'est écrasé sur les habitations.
ne-men wēwlal tē-vēthiyle  noun. <Ornith> litt. “...du bord de mer” : Œdicnème des Récifs, oiseau, 55 cm. Esacus magnirostris.

ne-met yak  noun. marée basse.

yak [A]

ne-met-sis  noun. marée haute.

sis [2]

Syn : met-yō

Ant : met-mah

ne-mgaysēn!  excl. (cour) (je suis) désolé! Exclamation servant à s'excuser, ou à exprimer sa compassion envers qqn.

Ne-mgaysēn, nēk ta-dam vēste no.
Désolé, tu ne peux pas venir avec moi.

Na-yn̄ēk me-mday. – De? Ne-mgaysēn!
Je saigne à la jambe. – Vraiment? Désolé (pour toi).
nen  [nɛn] dx. Dx2:Th
n-et liwo  noun. Pl. : ige lililwo litt. “grand homme” : dignitaire, chef, gouvernant.

l{i}wo [A]

Syn : welan

Ige nētnētm̄ey nonon ige lililwo, kēy ōlōl so “prinsis”.
Les enfants des grands chefs, ils les appellent “princes”.

n-et liwo ne tamat
le chef des fantômes
ne-Vet Men Tagde  -. <Géo> “le Rocher aux Frégates”, nom d'un îlot désert situé à 50 km au nord de Mwotlap.
n-ep yayah  noun. litt. “feu à frotter” : allumette.

ep

masis

ne-ses matwon  noun. <Mer> litt. “coquillage à orifice bouché (?)” : sorte de coquillage. Coralliophila violacea.

ses

ne-ses tē-hēyēt  noun. <Zool> (rare) litt. “mollusque de la brousse” : escargot.

ses

ne-ses te-le-naw ‘mollusque de la mer’

net  (ne-net) [nɛnɛt] noun. <Bot> doule (Sapotacées), bsl. Naduledule. Burckella obovata.

[ Mota natu. ]

n-et be-phah  noun. litt. “personne pour miracle” : faiseur de miracle, magicien (au sens occidental). Ceux qui pratiquent la magie noire sont plutôt désignés comme n-et hewhew ‘empoisonneur’, n-et manmanheg ou n-et vēgēpgēl ‘ensorceleur’.

v[a]hah

Ige be-phah kēy vēhbeg na-tbē a le-myayawoy.
Les magiciens peuvent faire tenir un plat en l'air.
n-et bo-towtow-eh  noun. litt. “l'homme pour composer des chants” : compositeur, auteur de chants.

towtow

n-et b-ōlōl  noun. <Danse> le crieur : au cours de certaines danses, partic. le na-mag, un jeune homme mène les danseurs en leur donnant une série de signals. Le crieur pousse de longs cris aigus, notamment le fameux “Hiy Sito !”, au fil de la musique jouée par le percussionniste (n-et_ba-lam̄lam̄_vētōy).

ōlōl

Gēn woh tatag n-et b-ōlōl en: woh na-mnengēn, woh nu-qungēn, woh nē-vētan.
⟨danse na-mag Nous claquons des mains en suivant le chant du crieur: nous frappons nos mains, nos genoux, et le sol.
n-et hewhew  noun. litt. “ensorceleur” : sorcier, magicien spécialisé dans les sortilèges malveillants.

hew [1]

tēytēy-bē ‘guérisseur’

Bōbō mino kē n-et hewhew: kē ni-hewhew ige mi na-haphap het.
Mon grand-père était un sorcier: il jetait des sortilèges en usant de magie noire [cf. het].
n-et tēytēy tēnge  noun. litt. “personne qui manipule les plantes” : guérisseur, sorcier.

N-et tēytēy tēnge ni-gal na-man nonon e tō ni-leh ne-len̄.
Le sorcier joue de sa magie pour détourner le vent.
n-et vitwag  noun. litt. “une personne” : quelqu'un (de précis): indéfini spécifique (opp. hiqiyig, indéfini non-spécifique).

et [1]

N-et vitwag ne-myōs so ni-leg mi kē.
Il y a quelqu'un qui voudrait l'épouser.
nethap  [nɛthap] excl. :

(1) (arch) il n'y a pas, il n'y a rien: Prédicatif existentiel négatif; (d'où) non. Équiv. de tateh.

(2) ⦗excl⦘ ‘tant pis!’, ça ne fait rien, ce n'est pas grave.

tateh ‘(7)’

so nethap

Na-sm̄al t-ak hethet vēste qiyig? – Ba nethap!
Et ça ne se risque pas de s'abîmer s'il pleut? – Aucune importance!

(3) ⦗+ (a) so + Aor.⦘ il ne faudrait pas que; ce serait dommage que; attention à ce que… ne pas. Équivalent de la tournure évitative en taple.

Na-m̄at nōnōm kē mi-lwo meh ēgēn. Nethap a so na-maygay ni-ak mat kē, tō kē ni-kuy dētēl!
Ton serpent est désormais trop grand. Il ne faudrait pas qu'un jour il soit pris par la faim, et nous dévore tous les trois!

So vetvet na-tamge en, ne-wnignig a ne-wnignig. Nethap so kimi akak soloteg!
Tresser une natte en feuilles de pandanus, c'est un travail particulièrement minutieux. Attention à ne pas le bâcler!

ne- + t[a]hap.

netnet  [nɛtnɛt] adj. (rare) fort, solide.

Syn. familier : maymay

Tal netnet na-tno tigtig mi na-tē gaqiy.
On attache solidement l'échafaudage avec le cœur du rotin.

[ Mota netenetefirm, close’. ]

ne-vel wēl  noun. Barringtonia edulis.

vel [2]

ne-vet susu  noun. petit(s) caillou(x).

vet [2]

ne-vet wiyiwyiy ga  noun. litt. “pierre à moudre le kava” : pierre de corail utilisée dans la préparation du kava.
ne-vey lawlaw  noun. litt. “raie rouge” : Raie à taches bleues. Taeniura lymma.

vey [2]

Syn : ne-vey keleklen ‘raie bicolore’

ne-vey naglon m̄am̄al  noun. litt. “raie à queue bleue” : Raie à points bleus. Dasyatis kuhlii.

vey [2]

ne-vey qeyet  noun. litt. “raie chauve-souris (qyet)” : grande raie. Dasyatididae spp.

vey [2]

ne-vey wōwō  noun. litt. “raie grise / cendrée” : Raie à taches noires. Taeniura melanospila.

vey [2]

n-ey lam  noun. litt. “Casuarina (n-ey) de mer” : corail noir, en forme de ramifications ; bsl. Nambanga_blong_solwota.

ey [2]

n-ey lawlaw  noun. litt. “corail rouge” :

ey [2]

n-ey wōn̄ēlmet  noun. litt. “corail du récif” : sortes de coraux présentant des branches fines: Gorgones, Alcyonaires.

ey [2]

ne-yek bē  noun. litt. “Ui-ua d'eau douce” : nom de ce même poisson lors de sa troisième phase de croissance, 45 cm. Pour sa dernière phase de croissance, il s'appelle nu-kuyqal.

yek

nē-bē maymay  noun. litt. “eau forte” : alcool: bière (cf. bia), vin ou liqueur (waēn), et spéc. parfum ou alcool pharmaceutique, bu par les jeunes pour se saoûler.

bē [1]

toron̄ ‘saoûl’

nē-bē qōnqōn  noun. litt. “eau sent-bon” : parfum, eau de toilette.

bē [1]

Nok seyap no mi nē-bē qōnqōn.
Je m'asperge de parfum.
nē-bē sewsew  noun. litt. “eau chaude” : boisson chaude, que l'on consomme à divers moments de la journée: gén. thé, parfois café, chocolat chaud.

bē [1]

inin ‘boisson’

nē-bē sewsew  noun.

sew [C]

Nē-bē sewsew tiple soqo na-n̄ye!
nē-dēln̄e gōhōw  noun. <Bot> litt. “oreilles de rat” : nom d'une plante (Ombellifère). Centella asiatica.
n-ēg lawlaw  noun. <Pois> litt. “poisson rouge” : rouget (angl. Red_snapper), poisson récifal. Etelis carbunculus.

ēg

n-ēg met  noun. <Pois> litt. “poisson (ēg) noir (met)” : Polydactylus plebeius.

ēg

n-ēg m̄al  noun. <Pois> litt. “poisson truie (?)” : Perroquet de Bloch (angl. Quoy's parrotfish), poisson récifal, 40 cm. Scarus blochi.

ēg

Syn : qōysē

n-ēg te-Ben̄yeteh  -. <Pois> nom donné, dans le dialecte volow, au poisson na-tn̄etn̄e_duw.

ēg

nē-gēt n̄oyn̄oy  noun. litt. “Picot jaune” : Siganus doliatus.

nē-hēn mōkō  noun. Melicope bonwickii.

hēn

nē-hgē-n vētēl  noun. litt. “ses angles sont trois” : triangle.

h[i]gi~

nē-hgē-n vēvet  noun. litt. “ses angles sont quatre” : carré, rectangle.

h[i]gi~

nēk  [nɪk] pp. 2Sg
n-ēleg gal  noun. litt. “fausse coda” : coda interne, concluant chacun des couplets (na-vasig) d'un chant long (opp. n-ēleg ‘coda proprement dite, concluant l'ensemble du chant’). Les deux types de coda (n-ēleg et n-ēleg gal) ont en commun, musicalement, d'être introduites par des vocalises (ex. ‘o a i ē o e’…), et textuellement, de représenter le point de vue du poète lui-même

Et tiy ēleg te gōh, n-ēleg gal ēwē. Ba ni-tiltil nan haytēyēh qele ni-tiy ēleg.
Il ne s'agit pas de la coda proprement dite, ce n'est qu'une coda interne. Mais il est vrai que la mélodie est la même que pour la vraie coda.
nē-lwo gayme~  -. ⟨fleur⟩  litt. “dents du pistil” : villosités situées le long du pistil de certaines fleurs ; étamine (?).

gayme~

nē-lwo gayme ~  -. ⟨fleur⟩  litt. “dents du pistil” : villosités situées le long du pistil de certaines fleurs ; étamine (?).

l{ē}wo~

gayme ~ ‘langue, pistil’

nē-mēn map  noun. banian. Ficus granatum.

mēn

nē-mēn m̄ah  noun. <Bot> banian. Ficus spp.

mēn

nē-mēs vōlōplōl  noun. <Ornith> litt. “perruche jacasseuse” : surnom de la Perruche des Cocotiers, bsl. Nasiviru. Trichoglossus haematodus.

v[ō]lōl

mēs

n-ēm̄ gom  noun. litt. “maison de maladie” : hôpital, infirmerie. Désigne en particulier le dispensaire de Motalava, situé au village de Lahlap. Les malades s'y rendent pour se faire soigner, parallèlement à l'usage des plantes médicinales (nē-tēnge, cf. tēytēybē).

ēm̄

dokta

n-ēm̄ kap  noun. maison au toit de tôle ondulée (opp. au toit de feuilles, n-ēm̄ yot). Dans l'île de Mwotlap, quelques maisons, partic. les boutiques, sont ainsi édifiées. Quoique demandant moins d'efforts à la construction, on juge que la tôle ne préserve pas suffisamment de la chaleur.

ēm̄

n-ēm̄ kuk  ~ n-ēm̄ qan̄yis  noun. litt. “maison à cuisiner” : cuisine. Petite maison ou construction située à quelques mètres de l'habitat, et dans laquelle se trouve le four à pierres (na-qyēn̄i) et/ou le feu (n-ep) pour la cuisine familiale. Désigne également une vaste cuisine commune au milieu de la place de Lahlap, et dans laquelle les femmes du village, pendant les jours de fête, préparent les grands repas collectifs. Parfois désignée comme “maison des femmes” (n-ēm̄ non ige lōqōvēn) par opp. à la maison du conseil (n-ēm̄ qos, na-gmel), réservée aux hommes, et située juste à côté.

ēm̄

n-ēm̄ qos  noun. litt. “maison du mensonge” : maison du conseil. Désigne la grande construction commune au milieu de la place de Lahlap, dans laquelle se tiennent les conseils municipaux et autres réunions des hommes. Son nom rappelle le secret (qos 'mentir, dissimuler') dans lequel les conseils des hommes doivent se tenir ; femmes et enfants en sont exclus. De ce fait, cette construction récente est parfois assimilée aux traditionnelles maisons d'hommes situées en dehors du village (na-gmel). Cette “maison des hommes” contraste avec la “maison des femmes”, également sur la grand'place (cf. n-ēm̄ kuk)

ēm̄

n-ēm̄ su  ~ n-ēm̄ tes  noun. litt. “petite maison” : latrines, lieu d'aisances: petite cabane construite en retrait de la maison familiale. Autrefois, les latrines individuelles n'existaient pas. Pour se soulager, on se rendait aux abords du village, dans un lieu collectif réservé à cet effet: kohyok pour les hommes, tawlil pour les femmes. On explique aujourd'hui cet usage ancien par la crainte de la magie noire (cf. hew).

ēm̄

Nok van bah l-ēm̄ su en.
Je fais un tour aux toilettes.
n-ēm̄ wēlwēl  noun. litt. “maison des achats” : magasin, boutique. Désigne partic. les petits comptoirs commerciaux (ni-sto) parsemés dans les villages, dans lesquels les gens vont s'approvisionner en marchandises de première nécessité (riz, boîtes, etc.)

ēm̄

sito

n-ēm̄ wēlwēl  noun. litt. “maison des achats” : magasin, boutique.

wēl

Syn : sito

Nok van l-ēm̄ wēlwēl.
Je vais au magasin.
n-ēm̄ yon̄  noun. <Christ> litt. “maison sacrée” : église, temple.

ēm̄

Kem van tatay l-ēm̄-yon̄.
Nous allons prier à l'église.

ni-qn̄i ēm̄-yon̄
le jour de l'église [fête paroissiale]
n-ēm̄ yoqyoq  noun. litt. “maison à [toit] suspendu” : abri provisoire, dont le toit est suspendu en hauteur: tente, chapiteau.

yoq

n-ēm̄ yot  noun. litt. “maison feuilles-de-sagoutier” : chaumière, maison au toit de feuilles (opp. au toit de tôle, n-ēm̄ kap). Ceci correspond à presque toutes les maisons de Motalava.

ēm̄

yot

[  <°ímʷa. ]

nē-m̄ēt won  noun. litt. “brousse compacte” : forêt vierge, impénétrable, non maîtrisée par l'homme.
nē-qēt-gogoh  noun.

goh

nē-qēthōn gal  noun. litt. “pseudo-faîtage” : panne légère, posée au-dessus des chevrons, pour accueillir le haut du toit de feuilles (no-yot).

qēthi~

nē-sēm ti-mi-gēn  noun. litt. “argent de chez nous” : monnaie traditionnelle en coquillages (nē-sēm), opp. l'argent moderne.

sēm [1]

Ant : nē-sēm non ige qagqag ‘l'argent des Blancs (moderne)’

No wo ne-myōs so leg mi na-m̄alm̄al vitwag, imam nonon ni-vap me hiy no so nok wēl mi nē-sēm timigēn.
Si je veux épouser une jeune fille, son père me demandera de l'acheter (wēl) avec de la monnaie traditionnelle.
nēte  [nɪtɛ] loc. (rare) il y a très longtemps, il y a une éternité; jadis. Valeur intensive par rapport à l'adverbe usuel am̄ag ‘avant, autrefois’. Résulte probablement de la grammaticalisation de n-ēte ‘année’.

Kemem soksok tētek a kē me-qlen̄ tō nēte.
Nous cherchons ma sœur, qui a disparu il y a très longtemps.

n-eh tē-nēte
chansons venues du fond des âges (nom des chansons traditionnelles anciennes, dont on ignore l'auteur: cf. eh)

Ige kastom wa ige tē-nēte a m-ōlōl tō a so Iqet.
Ce sont les anciens, les générations d'autrefois, qui lui ont donné le nom d'Iqet.
n-ēte-vēy  noun. litt. “l'année qui change” : le Nouvel An.

Ne-leg en, vētne mahē Krismas tiwag mi N-ētevēy.
Le mariage aura lieu entre la Noël et le Jour de l'An.
nē-tētēleg-hay  noun. (nom verbal) la confection de la liane de pêche.

tēleg

nētge  (nē-nētge) [nɪnɪtɣɛ] noun. <Zool> cochon, spéc. jeune cochon.

qo

[ Mota natgae. ]

nētm̄ey  (nē-nētm̄ey) [nɪnɪtŋ​͡mʷɛj] noun. (‡) enfant, spéc. en bas âge. La langue familière désigne les enfants à l'aide de l'adjectif su ‘petit’: mey nu-su ‘un petit’, ige susu ‘les petits’.

tētē ‘bébé’

inti~ ‘enfant de’

Etgoy nētm̄ey en, ak togyon̄ kē.
Prends-soin du bébé, fais-le taire.

Kōyō me-psis nono-yō nētm̄ey tam̄an vitwag.
Ils donnèrent naissance à un petit garçon [un enfant homme].

ige nētnētm̄ey nonon ige welan
les enfants des chefs

[ PNCV, POc <°nátu-m̄éra. PNCV *natuchild’.  *mʷerachild, person of’. ]

nē-vētan qagqag  noun. litt. “terre blanche” : sable.

vētan

Syn : vēthiyle

n-ēwe lolmeyen  noun. <Bot> litt. “fruit de la connaissance” : Euphorbiacée. Baloghia sp. (?).

ēwe~

-ngēn  [nɣɪn] spp. <Gram> ‘à nous tous’: suffixe possessif personnel, 1 inclusif pluriel (Cf. gēn). Comme tout suffixe de ce type, -ngēn s'attache soit aux lexèmes directement possessibles (ex. na-mtevu~), soit aux classificateurs possessifs (ex. ga~).
ni-  [ni] asp. <Gram> préfixe Aoriste, réservé à la 3ème pers. du singulier. Présente le procès comme un événement nouveau. Mrph. Ne s'élide pas en général (ex. kē n|fr{i-enhiy} ‘il s'allonge’), sauf dans une langue soutenue (ex. kē n-enhiy).

Ne-legleg ni-qtēg ēgēn.
Le mariage commence.

Na-tm̄at ni-tog mi nēk.
⟨salutation chrétienne⟩ Que la paix soit avec toi!

ni-lep ni-hnag e ni-hn̄ēn hōw.
Il saisit une igname et la met/la mit dans son sac.
ni-git vey  noun. litt. “pou raie-de-mer” : morpion.

git

nih   [nih] transitive verb. cracher.

nih   (ni-ninih) noun. crachat.

[ Mota anus. ]

n-in gon  noun. <Tps> litt. “n-in amer” : septembre.

in [1]

n-in lap  noun. <Tps> litt. “n-in grands” : novembre.

in [1]

n-in wey  noun. <Tps> décembre.

in [1]

n-in yig  noun. <Tps> octobre.

in [1]

nintigi  [nintiɣi] noun. <Parenté> : (‡) fils, enfant: terme respectueux, par lequel un père ou une mère s'adresse parfois à son enfant (au lieu de l'appeler par son prénom).

Syn. familier : inti~

Nintigi mino!
Mon fils!

inti~ + -gi.

ni-n̄i mitig  noun. inflorescence du cocotier, sous forme de grappe.

n̄i

Nō-wōlēlē ni-mwoy, tō ni-n̄i mitig ni-kalō.
La bractée se fend, et laisse sortir l'inflorescence du cocotier.
ni-n̄i motow  noun. ballot constitué de plusieurs noix de coco germées (na-mtow) nouées ensemble (nuyteg) par leurs propres fibres.

n̄i

Kēy goh yak ni-pni motow, tō lēg tiwag, so galeg nē-n̄ē motow.
On arrache (un morceau de) l'écorce des cocos, puis on les attache ensemble, pour en faire un ballot.
ni-n̄i m̄el  noun. grappe de jeunes noix de coco (m̄el).

n̄i

Kōmyō van bah tot te n̄i m̄el!
Allez donc me cueillir une grappe de jeunes cocos!
ni-n̄i wōh  noun. ballot constitué de plusieurs noix de coco vertes (nō-wōh) nouées ensemble (nuyteg) par leurs propres fibres. Ethn. Ces ballots font partie des présents offerts par la famille de l'homme à celle de la femme, le jour du mariage (Cf. leg). Ils sont généralement associés à des cocos germés attachés par leur tige (nu-qul_motow)

n̄i

Gēn lep nu-qul motow, nē-n̄ē wōh, mōk tiwag mi na-tgop, wēl na-lqōvēn aē.
On prend une botte de cocos germés et un ballot de cocos jeunes, que l'on ajoute au laplap ; et c'est ainsi que l'on achète une femme.
ni-til adan  noun. “Demi-bec”, sorte d'orphie. Hyporhamphus dussumieri.

til [5]

ni-tiy bele  ~ n-am̄e bele  n.dép. (rare) ⦗+ radical nominal⦘ le parfait exemple de ‹qqch›, le cas typique.

N-am̄e bele tapēva nongēn anen a na-tamge en.
La natte (de pandanus), c'est l'exemple typique de cadeau chez nous.

Nēk mō-m̄ōleg hōw yatkel dēmdēm nōnōm a ni-tiy bele nowmat.
⟨emploi absolu⟩ Ta manière d'expliquer, c'est vraiment le parfait exemple (de ce qu'il faut faire) / ça convient parfaitement!
ni-tiy kē  noun. litt. “le vrai lui-même” : la version la plus authentique, la forme la plus parfaite.

tiy [2]

Et-tiy mayap te nen: ni-tiy kē ne-tegha.
⟨photo de plante⟩ Ça ce n'est pas vraiment un papayer; la vraie (plante) est légèrement différente.

Kēy ma-galeg ni-diksoneri gōh en, ba et-tiy kē te.
Ils ont produit un dictionnaire, mais ce n'est pas la version définitive / ce n'est pas parfait.
ni-tli betolol  noun. litt. “œuf de chenille” : cocon, chrysalide.

betolol

nitog  [nitɔɣ] ~ tog  mod. Prohib
ni-vin-gogoh  noun.

goh

ni-vinvin n̄eye~  noun. (rare) lèvres.
no1   [] pp. 1Sg
no~2   [] pos. <Gram>

(1) classificateur possessif général, désignant un possédé fi:x comme appartenant à un possesseur fi:y, ou comme lui étant associé d'une façon essentielle (opp. mu~, présentant l'association comme contingente ou transitoire). Sém. Ce possessif s'oppose aux structures de possession directe ou inaliénable. En outre, parmi les formes de possession aliénable, no~ doit être distingué sémantiquement des trois autres classificateurs (cf. tableau)

n-ēm̄ mino
ma maison

na-haphap mino
mes affaires

nu-sus mino
mes chaussures

nō-bōlōk mino
mes bovins (que j'élève)

bulsal mino
mon ami

bos mino
mon patron

Nē-bē mino tateh.
Je n'ai pas d'eau (pour me laver, pour la lessive…: opp. nē-bē ne-me-k ‘à boire’)

Na-tapēva na-mu-k, ba nōnōm.
[ce cadeau est détenu-par-moi, mais appartenant-à-toi] C'est un cadeau de moi, pour toi.

Nōnōm te nen, mino!
⟨emploi pronominal⟩ C'est pas à toi, c'est à moi.

(2) (spéc) ⦗après nom ou Collectif⦘ ⟨personne⟩  de la famille, parent (cf. frs ‘les miens’).

imam mino
mon père

na-tm̄an mino
[mon homme] mon mari

Kē n-et mino.
[c'est une personne à moi] Il est de ma famille.

ige mino
[les-gens à-moi, ‘les miens’] ma famille

ige nonon mey a so ni-leg en
[les ‘siens’ de celle qui se marie] la famille de la mariée

Ohoo, Ema nen te; Ema non Sakob!
Non, (je ne parle) pas de cette Emma-là; (je parle de) Emma, la fille / la femme / la parente de Jacob [litt. Emma celle de Jacob]

(3) (rare) ⦗portant sur un verbe⦘ présente une action x comme le devoir ou le propre de y, comme lui revenant normalement.

Kōyō van muwumwu nonoyō.
[Ils vont travailler le-leur] Ils se rendent à leur travail.

Nēk so sēkhan mino van hiy kēy.
[tu salues le-mien à eux] Salue-les de ma part.

Kōyō van noyō le-trak vitwag, ba gēn van nongēn le-trak vitwag.
Eux iront [le-leur] dans une voiture, nous nous serons [le-nôtre] dans une autre.
n[o]go~  (na-ngo~) [nanɣɔ] -. <Anat> visage

(1) ⟨hum⟩  visage.

(2) (métph) face d'un objet, comparable à un visage.

na-ngo tamat
face(s) d'une statue de démon

na-ngo ēm̄
façade de la maison (opp. aqut_ēm̄)

na-ngo wōqōl
la face avant du cauri
nogolgē  [nɔɣɔlɣɪ] noun. <Ethn> ancien nom, de sens auj. perdu ; uniq. dans l'expression figée tan̄_goy_nogolgē ‘consacrer le mariage’ (Cf. tan̄_goy). L'équivalent mota nagolagia permet de traduire ce nom comme ‘la face (nogo~) du mariage (cf. leg)’

leg

[ Mota nagolagia. ]

no-hohole non Iqet  noun. <Poét> litt. “langue d'Iqet” : désigne la langue poétique de Motalava, distincte du mwotlap parlé, et utilisée exclusivement dans les chansons traditionnelles.

hohole [B]

Iqet

no-hohole non Iqet  ~ na-vap non Iqet  noun. <Poét> litt. “langue (du temps) d'Iqet” : désigne la langue poétique de Motalava: Cf. encadré.

Iqet

No-hohole non Iqet e ne-tegha den tiy vap nonongēn.
La langue d'Iqet est très différente de notre langue (le mwotlap).

Nok lolmeyen ba-vap non Iqet etō nok tow n-eh ēgēn.
Lorsque j'ai trouvé l'inspiration en langue d'Iqet, je me mets à composer mon chant.
no-hohole vēyvēy  noun. litt. “nom d'évitement” : terme de rechange, utilisé le cas échéant pour désigner ‹qqn, qqch› à la place de son véritable nom, si un tel évitement est imposé par la coutume du “tabou sur les noms” (cf. vilig*).

‘Na-dal’, no-hohole vēyvēy den na-hah a ‘nē-lēt’ en.
‘Pâteux’ est employé comme terme d'évitement pour le nom ‘Gâteau’. (i.e. au cas où un de tes parents par alliance s'appelle ‘gâteau’, ou porte un nom qui y ressemble phonétiquement)
nok  [nɔk] pp. 1Sg:Pst
no-koy sēyēsyē  noun.

koy

[  <°góre. ]

no-momyiy gom  noun. litt. “le froid maladie” : le paludisme, la malaria: maladie caractérisée par une sensation de froid intense.

momyiy [B]

gom ‘sick’

No-momyiy gom n-ak no a uu!
Aïe, j'ai un de ces paludismes!

[  < °ˌmamaˈriri. ]

non ige qagqag  expr.adj. ⟨qqch⟩  litt. “des Blancs” : occidental, d'origine européenne; d'où moderne (opp. timigēn ou nongēn ‘traditionnel, de chez nous’).

qagqag

no-hohole non ige qagqag
les langues européennes (spéc. français, anglais)

na-laklak non ige qagqag
les danses occidentales

ne-gengen non ige qagqag
la cuisine occidentale

nē-sēm non ige qagqag
l'argent moderne
no-qo na-gōm  expr. litt. “ton cochon (à manger)” : “tu as perdu un point”. Au cours de n'importe quel jeu (volley, pétanque, cartes, no-tow, nō-tōqōl, etc.), on compte en cochons à manger les points perdus par un joueur.

qo

No-qo naganmi vētēl !
[3 cochons à m.] Vous êtes menés par trois points !

No mal van te muk Ostrelia: no-qo na-gōm !
Moi je suis déjà allé en Australie: ça t'en bouche un coin !
no-qolqol qagqag  noun. <Pois> litt. “Chirurgien blanc” : “Chirurgien porteur de feu”. Acanthurus pyroferus.

qolqol

no-soso-gal  noun. litt. “pseudo-sablière” : panne: poutre horizontale de la charpente, située à mi-hauteur du toit, entre la sablière et la poutre faîtière (nē-qēthi~). Dite ‘pseudo-sablière’ (gal), car au contraire de la vraie sablière (ni-tiy soso), elle n'a qu'un rôle secondaire de soutien; sa fonction est surtout de faire le lien entre les chevrons (nō-qōs).

soso

veyet

no-sosowolō ne ēm̄  noun. les matériaux de construction d'une maison, les diverses poutres constituant la charpente.

no-towtow eh  noun. <Art> litt. “la composition de chansons” : art de composer des chants, partic. selon les canons de la tradition savante.

towtow

he~ [3] ‘chant composé pour qqn’

nowmat  [nɔwmat] adv. indique que le prédicat atteint directement son effet maximal.

(1) (faire V) de façon à être prêt pour une action ultérieure ; d'où efficacement, complètement, sans perdre de temps.

Kē ni-teh nowmat n-ih namun ; gal nowmat van na-gabak namun ; votog nowmat na-wae namun.
Il se tailla (efficacement) un arc; y attacha (efficacement) la corde; et se fabriqua (efficacement) des flèches.

(2) ⦗valeur intensive⦘ absolument, carrément.

Kē nowmat!
C'est exactement ça!

Nēk m-et na-laklak en? Hiywē nowmat!
Tu as vu la danse? Incroyable! [litt. Carrément vrai!]

Nēk mō-m̄ōleg hōw yatkel dēmdēm nōnōm a ni-tiy bele nowmat.
Tu es incroyablement doué pour rendre les idées claires.

(3) ⦗valeur temporelle⦘ (faire V) immédiatement, sans attendre.

Gēn m̄on nowmat ēgōh ?
On enveloppe (la purée) tout de suite?

No m-et vēglal nowmat nēk.
Je t'ai reconnu tout de suite.

Dō sēkan nowmat, den nēk tiple higap den nē-plēn.
Disons-nous adieu tout de suite, de peur que tu rates l'avion.

Kē ni-mat nowmat.
Il est mort sur le coup.

An̄qōn̄ nēwē nowmat!
⟨quand on pense ne plus se revoir avant le lendemain⟩ (Je te dis tout de suite) bonne nuit!

Hapinyuya nowmat!
⟨quand on pense ne plus se revoir avant le Réveillon⟩ (Je te dis tout de suite) bonne année!

(4) ⦗contexte futur⦘ (faire V) ‘carrément’ à telle date future, et pas avant.

Talōw nowmat.
(on fera ça) demain, pas avant.

Nēk qoyo yon̄teg nowmat a so kem van tēy me so se lō en.
Tu entendras (cette chanson) quand nous viendrons te la chanter, pas avant.
no-yogalēp ne m̄e  noun. nom d'une plante (Verbénacées). Clerodendron inerme.

yogalēp

m̄e [2]

no-yom̄-gengen  noun. nom d'une plante (Acanthacées). Hemigraphis colorata.

yom̄-

no-yom̄-yukyuk  noun. nom d'une plante (Composée). Blumea spp.

yom̄-

no-yosaltam̄ey  noun. litt. “feuille de Coleus” : Labiée. Ocimum gratissimum.
nōk  [nʊk] dx. Dx3:Th
nōnōk  (nō-nōnōk) [nʊnʊnʊk] noun. <Pois> poisson récifal, plus petit que le “Picot varié”. Siganus sp.

gēt

nō-Qōn̄ Lēn  noun. litt. “le jour ??” : le Vendredi Saint.

Lō-Qōn̄ Lēn en, gēn tit-siseg vēste veg kēy wuh Tigsas qiyig an̄qōn̄.
Le Vendredi Saint, on ne joue pas, car ils vont tuer Jésus cette nuit.
nō-Qōn̄ Liwo  noun. <Christ> litt. “le grand jour” : désigne une date de fête, partic. le 25 décembre jour de Noël.

Gēn so tēytēymat na-haphap bō-Qōn̄-Liwo.
Il nous faut faire les préparatifs pour les fêtes de Noël.

Imam ne Qōn̄-Liwo
le Père Noël (en Europe)

lō-qōn̄ lililwo
les jours de fête
nō-qōn̄ mete  noun. litt. “jours d'un mort” : période de deuil.

qōn̄ [A]

mte1

nō-Qōn̄ M̄ōl-kal  noun. <Christ> litt. “jour de la remontée” : le jour de l'Ascension.

nō-wōl ni-hn̄ēn won  expr. litt. “la lune est complètement remplie” : c'est la pleine lune.

wōl [3A]

hēn̄ēn ‘remplir’

nō-wōl ni-tqetqe-qo  expr. litt. “la lune devient panse-de-cochon” : lune gibbeuse: lune remplie aux deux-tiers environ.

nō-wōl ni-tqetqe-qo lok  expr. litt. “la lune redevient panse-de-cochon” : lune remplie aux deux-tiers, dans sa phase décroissante.

nō-wōl togyow  noun. nouvelle lune.

nō-wōl wehey  noun. litt. “lune nouvelle” : nouvelle lune.

Nō-wōl wehey mo-togyow.
La nouvelle lune est apparue.
nō-wōl wonwon  noun. la pleine lune.

nō-wōl (na-)gayte-gi  noun. <Art> demi-lune. Partic. motif employé dans l'art pictural traditionnel, en forme de croissant de lune.

Nok yap nō-wōl na-gayte-gi tekel-gi, tekel-gi nok yap na-tweh tēnge.
D'un côté (du masque sacré) je dessine un croissant de lune, de l'autre côté je dessine une fleur.
nō-wōm̄ēl sekeske  noun. litt. “orange à lancer” : pamplemousse ou grosse orange. Jeu. Autrefois, ces gros fruits étaient utilisés par les enfants comme ballon, qu'ils se lançaient les uns aux autres (sekeske).
nō-wōy gengen  noun. litt. “nō-wōy comestible” : sans doute synonyme du précédent. Morinda spp.

-ntēl  [ntɪl] spp. <Gram> ‘à nous trois’: suffixe possessif personnel, 1ère pers. inclusive triel (Cf. ēntēl).

tēta-ntēl
notre sœur (à nous 3)

n-ēm̄ no-no-ntēl
notre maison (à nous 3)

ēntēl mahge-ntēl
nous (3) seuls

[  <°-da-ˈtolu. ]

nu-duw t-Avap  noun. Rutacée. Murraya Koeningii.

duw [2]

nu-n̄yun̄yu qo  noun. <Pois> litt. “groin de cochon” : Loche casteix, poisson récifal. Plectorhynchus gibbosus.

nu-qug qētmaymay  noun. litt. “Baliste tête-dure” : Baliste à bandeau noir. Balistes verrucosus.

qug

nu-qul liwo  noun. litt. “grande lampe” : lampe Coleman. Lampe à pétrole onéreuse et imposante, que l'on réserve pour les grandes occasions. L'île de Mwotlap ne compte guère qu'une douzaine de ces lampes.

qul [B]

nu-qul motow  noun. <Ethn> botte de cocos germés (na-mtow) : bouquet de cinq ou six noix de coco germées, attachées ensemble par leur tige, et pouvant atteindre 1,50 m de haut. Ethn. Ces cocos germés, symbole de fertilité et de prospérité, font partie des présents offerts le jour du mariage, par la famille du marié à celle de la mariée.

qul [B]

n̄i

Nēk lep na-mtow, tō lēg mi na-gayga, so galeg nu-qul motow.
Tu prends des cocos germés, puis tu les attaches avec une ficelle, pour faire une “botte de cocos”.
nu-qul n̄ey  noun. litt. “lampe d'amande” : lampe fabriquée autrefois avec de la sève de Canarium en guise de combustible.

n̄ey

qul [2]

[  <°aŋári. ]

nu-qul n̄ey  noun. <Techn> litt. “lampe d'amande” : lampe réalisée, autrefois, à base de sève de Canarium (ni-gli n̄ey) en guise de combustible.

qul [B]

nu-qul n̄ē  noun. fagot fait de brindilles sèches ou de nervures centrales de feuilles de coco (ni-hyi_yomtig) nouées ensemble: env. 60 cm long, 10 cm diam. Très combustible, s'utilise pour transporter le feu d'un endroit à un autre (hit). Le même objet sert de balai, et s'appelle alors ni-hintōy.

qul [B]

nu-suk na-ma-n bōlōk  noun. litt. “sucre pour les vaches” : variété sauvage de canne à sucre (bsl. Waelnaviso), non comestible.

suk

nu-tutu tuytuy  noun. <Ornith> litt. “poule sauvage” : Coq Bankiva, espèce sauvage de gallinacée. Gallus gallus.

tutu

nu-vu het  noun. litt. “esprit mauvais” : puissance maléfique, susceptible d'affecter qqn, et de causer la maladie, le délire, la rage, etc..

vu

Anoy, nu-vu het mē-hēw tō Lōlō, ba aqyig gōh mal bah lok.
Hier, un esprit maléfique avait investi (le corps de) Lolo, mais aujourd'hui c'est terminé.

Nok galeg van nē-tēnge hiy kē tō nu-vu het ni-vanyak den kē.
Je vais lui administrer des remèdes, pour faire sortir l'esprit maléfique de son corps.
nuy  (nu-nuy) [nunuj] noun. bourre de coco (na-mtig): dans la noix de coco, fibres composant l'intérieur de la coque (ni-vin-gogoh). Techn. La bourre est surtout employée aujourd'hui pour allumer le feu (gal / vahn̄ēt n-ep). Jadis, on en tressait des cordelettes (gal / viy na-gayga), ou on l'utilisait pour s'essuyer les mains (men̄).

nu-nuy ne mitig
n̄an  (na-n̄an) [naŋan] noun. gencives

[ PNCV, POc *ŋado. ]

n̄aymeyen  (na-n̄aymeyen) [naŋajmɛjɛn] noun. <Ins> scarabéeBlattidae spp.

n̄ey  (°na-n̄ey) [naŋɛj] noun. <Bot> Nangaille ou Elemi, sorte d'amande (Burséracées) ; bsl. Nangae. Canarium indicum.

nē-glē n̄ey / ni-lig n̄ey
sève de l'amandier

ni-sim n̄ey
huile d'amande

[ PNCV *ʔaŋaʀi. POc *[ka]ŋaʀi. ]

n̄eyda  (°na-n̄eyda) [naŋɛjⁿda] noun. <Bot> une des deux variétés d'amandes (na-n̄ey). Canarium indicum. ◈ Ses fruits se présentent en grappes abondantes

n̄eydi  (°na-n̄eydi) [naŋɛjⁿdi] noun. <Bot> une des deux variétés d'amandes (na-n̄ey). Canarium indicum. ◈ Ses fruits se présentent plutôt isolés
n̄[e]ye1   (na-n̄ye) [naŋjɛ] noun. <Géo> pointe de terre avancée dans la mer, cap, promontoire. Emploi exceptionnel, sans possesseur, du nom inal. n̄eye~2 [5].

Kōyō vēy tekel n̄eye en.
Ils franchissent le cap.
n̄[e]ye~2   (na-n̄ye~) [naŋjɛ] -. <Anat> 1s : na-n̄ye-k 3s : na-n̄ya-n museau, bouche.

(1) ⟨hum⟩  bouche ; partic. extérieur de la bouche (opp. vele~): lèvres, bas du visage.

nogo~ ‘visage’

ni-vinvin n̄eye~

(2) (fig) (rare) la bouche en tant que siège de la parole ; d'où façon de parler, caractère.

Na-gatgat to-M̄otlap mal mat le-n̄ye!
La langue mwotlap succombe dans ta bouche ! (Tu la parles parfaitement)

Kē itōk, ba na-n̄yan ne-het, veg kē ni-boboel memeh.
Elle a un bon fond, mais elle a un mauvais caractère [litt. sa bouche est mauvaise]: elle se met trop facilement en colère.

(3) ⟨animal⟩  gueule, museau, bec.

n̄eyen̄ye~

n̄uyun̄yu~

Koloyni na-Gop, na-n̄ye en ne-heyhey, ne-mlēmlēg.
⟨comptine⟩ Mon ami le Héron, ton bec est pointu et tout noir.

(4) (métph) extrémité allongée d'un objet horizontal, pointe.

Syn : keye~

hey ‘pointu’

na-n̄ye qēt-ok

na-n̄ye tete

(5) pointe de terre avancée dans la mer, cap, promontoire. Entre dans de nombreux toponymes relatifs à des promontoires, souvent préfixés par l'article honorifique wo- (Wo-n̄ye-it, Wo-n̄ye-skey, Wo-n̄yanit). Exceptionnellement, cet emploi de n̄ye~ peut apparaître sans possesseur (Cf. n̄eye1).

[ Mota n̄ere. ]

n̄[e]yeg  [ŋɛjɛɣ] transitive verb. vendre
n̄[e]yen̄ye~  (na-n̄yen̄ye~) [naŋjɛŋjɛ] -. gueule, bec, bouche (Cf. n̄eye~), remarquables pour leur forme.
n̄eyn̄ey  [ŋɛjŋɛj] intransitive verb. geindre

[ Mota n̄erewhine, squeak...’. PNCV *ŋerecry, make noise’. ]

n̄ē  (nē-n̄ē) [nɪŋɪ] -. variante de n̄i*.
n̄ēh   [ŋɪh] -. quand ‘futur’: interroge sur l'avenir (opp. an̄ēh ‘quand passé’).

Nēk tō-m̄ōl lok se n̄ēh?
Quand est-ce que tu dois repartir?
n̄ēh   loc. un jour, (si) jamais: adverbe indéfini portant sur l'avenir, norm. dans les protases hypothétiques ou temporelles.

Dōyō leg n̄ēh nen en…
Si jamais nous nous marions / Pour peu qu'un jour nous nous mariions…

Kimi lep n̄ēh nē-tlēn e, na-m̄at nan kē to-boel kimi.
Si jamais vous lui dérobez ses œufs, ce serpent sera en rage contre vous.

[ Mota a-n̄aisa. PNCV *ŋaʔisa. POc *ŋaican. ]

n̄ēhlaw  (nē-n̄ēhlaw) [nɪŋɪhlaw] noun. <Bot> Scaevola taccata.

n̄ēlmet  (nē-n̄ēlmet) [nɪŋɪlmɛt] noun. <Mer>

(1) barrière de corail, qui borde le lagon; plus_précis. partie supérieure de cette barrière, qui se découvre à marée basse (opp. partie inférieure, nē-n̄ēlm̄al).

M̄eylap, tateh n̄ēlmet, ba qotmet aē.
Dans l'île de Merlav, il n'y a pas de platier corallien (n̄ēlmet), mais il y a quand même un littoral (qotmet).

(2) (par méton) espace délimité par cette barrière de corail: à marée haute, le lagon; à marée basse, le platier corallien.

sekey

qotmet

Nok so van kaykay gantēl mōmō susu a lē-n̄ēlmet, ne-met ma-mah !
Je vais nous pêcher quelques petits poissons dans le lagon, car c'est la marée basse.

[ Mota n̄olmeatthe fringing reef about low water’. ]

n̄ēy  (nē-n̄ēy) [nɪŋɪj] noun. <Bot> nom d'une plante (Simarubacées). Pemphis acidula.

[ POc *ŋiRac. ]

n̄[ē]yēh1   (°na-n̄yēh) [naŋjɪh] noun. mucus
n̄[ē]yēh1   intransitive verb. se_moucher

[ Mota n̄orisafull of mucus’. PNCV *ŋoriedge, upper lip’. ]

n̄[ē]yēh2   (na-n̄yēh) [naŋjɪh] noun. <Bot> variétés non comestibles de gingembre. Alpinia spp.

n̄i  (ni-n̄i) [niŋi] ~ nē-n̄ē ~   noun. <Bot> assemblage d'objets, gén. végétaux, attachés ensemble soit naturellement (grappe) soit artificiellement (ballot, fagot).

ni-n̄i gayga
ligature [paquet de cordes]
n̄[i]li~  (ni-n̄li~) [niŋli] -. bout

ni-n̄li qey...

[ Mota n̄oli-utop shoot of a plant’. PNCV *ŋoli. ]

n̄it  [ŋit] transitive verb.

(1) mordre, avec les dents ; [insecte] piquer.

kuy ‘croquer’

Na-bago mi-n̄it mat kē.
Il a été mordu à mort par un requin.

(2) mordiller, faire une morsure à qqn, partic. d'une femme à un homme au cours de l'acte amoureux. Évoque le plaisir physique, et par méton. le sentiment d'amour entre deux amants.

n̄oyhey  (no-n̄oyhey) [nɔŋɔjhɛj] noun. <Pois> litt. “bec pointu” : poisson récifal, au museau pointu.

(1) “Bec de cane malabar”. Lethrinus miniatus.

(2) “Gueule rouge”. Lethrinus chrysostomus.

[ Mota n̄orasere. ]

n̄oyn̄oy  [ŋɔjŋɔj] intransitive verb. ronfler

[ PNCV, POc *ŋorasnore, grunt, breathe’. ]

n̄[u]yun̄yu~  (nu-n̄yun̄yu~) [nuŋjuŋju] ~ nu-gyugyu~  -. ⟨cochon⟩  groin, nez.

n̄ye~ ‘bouche, bec’

nu-n̄yun̄yu qo

nu-n̄yun̄yu qo
groin de cochon
▲ Back to top ▲