banner
A dictionary of Mwotlap (Banks Is., Vanuatu)
This dictionary has no finderlist yet. To look up French or English words, open this link (entire dictionary on one page)
or this Pdf version of the dictionary, and search for a string of text [Ctrl+F/Cmd+F].
 

Mtp–Fr–Eng

Mtp–Eng–Fr

Mtp–Fr

Tea–Eng–Fr

Tea–Eng

mwotlap dictionary
Index q
q[a]gal
q[a]gay
qagqag
qalA
qalB
qalC
qalD
qal goy
qal mat
qaqaA
qaqaB
qaqay
qaqaye~
qas
qasbōl
q[a]tag
qay
q[a]yan̄
qe
qe1
qe so
qele
qele ave
qele gēn
qele kē
q[e]len̄A
q[e]len̄B
qen
q[e]neg
qentala
q[e]se~
qet1
qet2
qete
qey1
qey2A
qey2B
qey2C
q[e]yet
q[ē]lēgA
q[ē]lēgB
q[ē]lēgC
qēlge~
qēqēl
qēsdi
qēt1A
qēt1B
qēt-2
qēt-3
qētah
qētbuhu~
q[ē]tēgA
q[ē]tēgB
q[ē]tēgC
q[ē]tēgD
qētēgok
qētēnge
q[ē]tēqtēg
qēt-hay
qēthēlēn̄A
qēthēlēn̄B
qēthi~
qēt-hiyi~
qēt-lam̄lam̄-n̄ey
qēt-lap
qētlaw
qētlen̄
qēt-maymay
qēt-meh
qēt-men
qētqētmuhu
qētqoqo
qētsew
qēt-yayah-sēm
q[ē]yēn̄i
q[ē]yēt
q[i]gi~
q[i]ti~
qiyig1A
qiyig1B
-qiyig2
qo
qog
qok lō
qol
qolqol
qon
qonqon
qoqo
qotmet
qoy1A
qoy1B
qoy2
qoy bēl
qoy mem
qoyo1
q[o]yo~2
qoyo … tō
q[o]yoh
qoyqoyA
qoyqoyB
qoywon
qōnA
qōnB
qōnqōnA
qōnqōnB
qōn̄A
qōn̄B
qōn̄C
qōn̄ goy
qōn̄ liviyō
qōn̄ mete
qōn̄ tēvēlēm
qōn̄ vētēl
qōn̄ vēvet
qōn̄ vitwag
qōn̄ vōyō
qōn̄lēt
qōn̄qōn̄
qōn̄qōn̄lo
qōn̄wotwot
qōqō
qōs
qōs2
qōtō
qōy
qōysē
qu~
qug
qulA
qulB
qul goy
qul tiwag
quln̄iA
quln̄iB
qulqulA
qulqulB
qulqulC
qulqul leh
quq
quqay
ququlegA
ququlegB
q[a]gal  (na-qgal) [nak​͡pʷɣal] noun. <Bot> fleur d'hibiscus. Hibiscus rosa-sinensis.

Syn : na-twēh hephep

[ PNCV *bʷakalaHibiscus sp.’. ]

q[a]gay  (na-qgay) [nak​͡pʷɣaj] noun. <Pois> Diodon ou poisson Porc-épic (angl. Porcupine_fish), poisson récifal comestible, capable de hérisser son dos d'épines très dangereuses. Diodon holacanthus.

[ Mota qagareurchin fish’. PNCV *bʷakaʀeporcupine fish’. ]

qagqag  [k​͡pʷaɣk​͡pʷaɣ] adj.

(1) ⟨qqch⟩  blanc, de couleur blanche; clair.

no-qon qagqag
une colombe blanche

na-kaskas qagqag
une fleur blanche

nē-vētan qagqag
[la terre blanche] le sable

(2) ⟨Mélanésien⟩  à la peau claire.

wok ‘albinos’

Tētē nōnōm na-qagqag a na-qagqag lēs!
Ton bébé a la peau claire, il est magnifique!

(3) ⟨qqn⟩  Blanc, Occidental, d'origine européenne (opp. mēlēmlēg ‘Noir, Mélanésien’).

masta

misis

non ige qagqag

n-et qagqag vitwag
un Blanc

ige qagqag
les Blancs, les Européens

Ige qagqag kēy et-gengen te ni-hnag, ige mēlēmlēg vēlēs.
Les Européens ne mangent pas d'igname, ce sont surtout les Mélanésiens.

Yoge qagqag tig tō hay en.
Il y a deux Blancs debout là-bas.

(4) (par méton) ⟨qqch⟩  occidental.

na-vap qagqag
[litt. un mot blanc] un terme d'origine européenne, un emprunt

[ Mota aqaga. ]

qal   [k​͡pʷal] transitive verb.

(1) atteindre ‹qqch que l'on visait›, toucher ; entrer en contact avec.

Ige kay nō-lōmgep en, ba na-qtag et-qal te kē.
Ils tiraient sur le jeune homme, mais les flèches ne l'atteignaient pas.

Na-tmalte, kē et-qalqal te na-naw.
La pierre magique, ça ne doit pas entrer en contact avec l'eau de mer.

(2) (fig) atteindre, arriver à ‹qqn›.

No-yoy nen ma-qal imam nonon.
La nouvelle finit par arriver jusqu'aux oreilles de son père.

Kē et-ēglal te so na-hap ta-qal kē.
Il ignorait ce qui allait lui arriver.

(3) (spéc) ⟨état physique ou mental⟩  affecter, être éprouvé par ‹qqn›. Tournure usuelle pour les maladies, les états physiques ou mentaux..

Na-tyah gon ma-qal no.
J'ai une angine. [litt. L'angine m'a touché.]

Na-qyoh ma-qal le-pkēk.
J'ai un abcès à la cuisse.

Na-may tiple qal kēy.
Ils risquent d'être victimes de la famine.

Na-mtēmteg ni-qal qēt kēy.
Ils furent tous saisis d'effroi.

No-lolwon ma-qal kemem.
Nous voilà gagnés par la tristesse.

Nō-mōy nage qalqal no.
Je sens que ça va vite m'ennuyer.

Nē-dēmdēm ni-qal kē van so…
Alors il comprit que… [litt. L'idée l'atteignit que…]

(4) (spéc) ⟨désir amoureux⟩  être dirigé sur ‹qqn›; d'où tomber amoureux de ‹qqn›.

Vētmahē ige m̄alm̄al a kēy m-et kē van en, na-myōs nonoy ma-qal qēt kē.
Dès que les jeunes filles l'aperçurent, elles en tombèrent toutes amoureuses. [leur désir le toucha]
qal   intransitive verb. atteindre, aboutir qqpart.

Ne-len̄ ma-qal antan.
[litt. Le vent a atteint en bas] Le cyclône nous a touchés.
qal   adv. (faire V) de façon à toucher, atteindre ‹qqch›.

tan̄ qal
toucher avec la main

hig qal
toucher avec le doigt

vaysig qal
toucher du bout du pied

tēy qal
atteindre en saisissant, réussir à attraper

Nēk wo mē-tēy qal ne-men en…
Si tu réussis à attraper cet oiseau…

Na-lo me-hey qal na-mtek.
[le soleil brille-touche mes yeux] Je suis ébloui par le soleil.
qal   intsf. Intensificateur de hōn en contexte négatif: pas le moins du monde, pas du tout.

Hay le-pnō kē, tateh et hōn qal !
Dans ce village, il n'y a absolument personne.

[ Mota qaloto strike, hit the mark, succeed’. PNCV *bʷaloto fight’. ]

qal goy  [k​͡pʷal ɣɔj] intransitive verb. ⦗+ Locatif⦘ entrer en collision, heurter (un endroit).

Ni-siok nonon ma-qal goy n̄a aslil, a lē-n̄ēlmet.
Son bateau heurta les récifs de corail.

Nē-qtēn Qasvay ma-qal goy tege hag lō-tōk en.
La tête de Qasvay finit par atteindre la voûte céleste, là-haut.

Nō-wōl ma-van qal goy na-lo.
⟨fig.⟩ La lune est entrée en collision avec le soleil. (éclipse)
qal mat  [k​͡pʷal mat] transitive verb. litt. “toucher-tuer” : toucher à mort; fig. séduire, envoûter, rendre fou amoureux ‹qqn›.

Na-lqōvēn en ma-qal mat kē, so kē mas haghag lap mi kē.
Cette femme l'avait rendu fou amoureux, au point qu'il ne pouvait plus la quitter.
qaqa   [k​͡pʷak​͡pʷa] adj.

(1) fou, idiot.

hafmat ‘débile’

qōn̄ [B] ‘(2) sénile’

(2) qui ne se contrôle pas ; qui devient fou temporairement sous l'effet d'une intense émotion (spéc. colère, ivresse, excitation). Le sujet du verbe est soit la personne elle-même, soit son esprit (ni-qti-k 'ma tête'; nē-dēmdēm mino 'ma pensée').

Nēk inin na-waen etō nēk qaqa aē.
Quand on boit de l'alcool, on ne se maîtrise plus.

(3) (plais) stupide, bête.

Nēk na-qaqa!
⟨légère insulte des enfants⟩ Tu es fou! / Espèce d'idiot!

Tog wowow hiy kē, kē na-qaqa.
Laisse-la tomber, elle est stupide.
qaqa   adv.

(1) de façon stupide ou déraisonnable.

Nitog wowow qaqa en!
Arrête de te comporter comme un idiot!

gēl-qaqa
[litt. outrager stupide] dire des gros mots

(2) (par ext) (agir) sans but, sans activité particulière ; vainement, oisivement. Souvent suivi de ēwē 'seulement, sans plus'.

Syn : yeghuquy

No ma-hag qaqa ēwē l-ēm̄.
Moi je suis resté tout simplement [tout bêtement] à la maison.

Kōyō SSPR qaqa qōn̄ !
Ils passent leur journée à vagabonder sans but.

[ Mota qaqaefoolish, a fool’. ]

qaqay  [k​͡pʷak​͡pʷaj] intransitive verb. faire des cauchemars, avoir de mauvais rêves ; part. avoir un délire nocturne, puis se réveiller en sursaut (Cf. den̄enn̄eg).

qoyqoy ‘rêver’

Ige tamat so bel na-han iplu, tō kē ni-qaqay soloteg ē-gēn, ni-qoyqoy veg na-tmat.
Si les esprits (na-tmat) s'emparent du nom de ton ami, celui-ci fera des cauchemars terribles, en rêvant de ces esprits.

[ Mota qarato cry out loudly, scream’. PNCV *bʷarato make noise’. POc *paraq (?)thunder’. ]

qaqaye~  (na-qaqaye~) [nak​͡pʷak​͡pʷajɛ] -. <Anat> flancs, côtés du corps.

kēkse~ ‘côté (abstr.)’

Van me hag sisqet me la-qaqayek.
Viens t'asseoir à mes côtés.
qas  [k​͡pʷas] adj. chauve

qse~

na-qas wilwil...

[ Mota qasa. PNCV *bʷasa-iend, tip’. ]

qasbōl  (na-qasbōl) [nak​͡pʷasᵐbʊl] noun. <Ornith> litt. “crâne lisse” : Carpophage de Baker, Nautou des montagnes: sorte de pigeon (bsl. Nawemba_blong_hil). Ducula bakeri.

q[a]tag  (na-qtag) [nak​͡pʷtaɣ] noun. <Bot>

(1) palmier, fougère arborescente, bsl. Pamtri. Clinostigma spp.

(2) flèche ou sagaie, utilisée autrefois comme arme, lancée avec l'arc (n-ih) ou à la main ; long. 80 cm env.. Le mot est aujourd'hui remplacé par l'emprunt wae, notamment pour désigner le harpon de métal utilisé à la pêche

kay ‘harponner’

Na-qtag ni-hal van hiy na-tvale mino.
La sagaie vole jusqu'à mon ennemi.
qay  [k​͡pʷaj] adj. cru, pas assez mûr.

Ant : men

[ Mota qaro. PNCV *bʷaronew, raw, unripe’. ]

q[a]yan̄  (na-qyan̄) [nak​͡pʷjaŋ] noun. trou

(1) (en gén) trou, naturel ou artificiel, formant un creux dans la matière (opp. na-mte-m̄lō ‘trou traversant une paroi, orifice’): creux, cavité, fosse, fossé.

qoyo~ ‘cavité’

mete- ‘orifice’

na-qyan̄ a nō-qōqō
un trou profond

Ba wele, na-gvēg nan en, na-lon aē; na-qyan̄ nan aē.
Or, ce Pommier canaque avait un intérieur, il était creux [litt. il avait une cavité].

Kē ni-gil qēt na-qyan̄ lē-vētan, tivig veteg hōw tita nonon.
Il creusa un trou dans la terre, et y enterra sa mère.

na-qyan̄ non imam mino
[litt. le trou de…] la tombe de mon père (Cf. quy)

(2) (spéc) cavité dans la roche, anfractuosité; par_ext. grotte, caverne.

Syn : ‘grotte’

Nō-mōmō ni-kal bat le-lo qayan̄, na-lqōvēn ni-ye.
Si le poisson se réfugie dans une anfractuosité (du corail), une femme viendra l'y chercher.

Na-m̄alm̄al en kē no-togtog namun a le-lo qayan̄ liwo len̄.
Cette jeune fille habitait à l'intérieur d'une immense caverne [litt. un immense trou].

Tigsas en, kēy lep hiy kē, tō kē ni-mtiy nō-qōn̄ vētēl le-qyan̄.
Après qu'on l'eut descendu (de la croix), Jésus passa trois nuits dans une grotte.
qe  (ne-qe) [nɛk​͡pʷɛ] noun. toute plateforme construite en bois ou en bambou.

(1) étagère, table.

(2) (mod) lit, en tant que plateforme élevée au-dessus du sol (opp. na-tno tamge, cf. teno~ ‘lit en tant que place pour dormir’). Même s'il est commun de nos jours, le lit n'est pas traditionnel: anciennement, on dormait sur des nattes (na-tamge) étendues sur le sol.

(3) (rare) plancher de bois, dans les maisons sur pilotis. Plutôt répandues dans les îles voisines (ex. Gaua), les maisons sur pilotis sont totalement absentes de Mwotlap.

[ Mota qea. PNCV *bʷeaplatform’. ]

qe1   [k​͡pʷɛ] préd. comme
qe so  conj. comme si; on dirait que….

so [2D]

qe so

qele  [k​͡pʷɛlɛ] préd. comme
qele ave  -. litt. “comme où” : comment, de quelle façon ?.

ave [A]

qele ave

qele gēn  loc. litt. “comme ceci” : de cette façon, comme ceci (cf. gēn). Parf. particule énonciative: ‘pour ainsi dire’, ‘je veux dire’.

qele

Na-haphap del e kē n-ēglal qēt; lanwis del, qele gēn.
Il connaissait absolument tout; enfin, je veux dire, toutes les langues, quoi.
qele kē  loc. <Disc> stt après V ‘voir’, ‘entendre’, ‘aller’⦘ litt. “comme ceci” : soudain, et voilà que. Formule courante dans les récits, servant à introduire un élément nouveau, spéc. à l'origine d'un rebondissement dans l'intrigue.

qele

Kē van me nen, kē et van qele kē : no-woh ! No-woh tig tō.
⟨formule de récit⟩ Tout en s'approchant, il lève soudain les yeux [il regarde comme ceci]: un figuier ! Il y avait là un figuier.

Kē van, van hō me qele kē: so et van qele kē: Qet.
Il continue à pagayer ainsi, et voilà qu'il lève les yeux: Iqet (était là) !
q[e]len̄   [k​͡pʷɛlɛŋ] intransitive verb.

(1) disparaître, s'éclipser, ne plus être visible.

Tutu mino me-qlen̄, yēhē!
Mes poulets ont disparu!

Le-pnō vitwag nen, sisqet n-et ni-qlen̄ qēt.
Les habitants du village disparaissaient les uns après les autres.

Kēy qeleqlen̄ qēt be-mwumwu lē-tqē.
(Leurs parents) s'étaient tous absentés pour travailler aux jardins.

(2) (euph) décéder, trépasser.

Itat me-qlen̄.
Mon oncle est décédé.

(3) ⟨qqch⟩  être oublié, sortir de l'usage.

Qiyig gōh, na-lke mal qeleqlen̄, tō kēy tot vēlēs mi na-baybay.
De nos jours, les haches en pierre ont disparu, on n'utilise plus que des haches en métal.

No-totot tamat nan me-qlen̄ tō, ba kēy may totot lok se ēgēn.
L'art de la sculpture s'était perdu, mais il a été ressuscité.

No-hohole nonoy isqet ni-qlen̄.
Leur langue est près de disparaître.
q[e]len̄   (qelen̄) adv.

(1) ⦗après V intransitif⦘ (faire V) de façon à disparaître aux yeux d'autrui, en étant invisible.

Haytēyēh so dō m̄ōl qelen̄.
Nous ferions mieux de prendre la fuite [litt. repartir-disparaître].

Hē ni-gityak qelen̄, hē ni-gityak qelen̄!
Ils prenaient tous leurs jambes à leur cou [litt. courir-disparaître].

Nok tig qelen̄.
⟨euph⟩ Je disparais debout (Je vais me soulager dans les fourrés)

Kē me-mtiy qelen̄.
Il s'est endormi profondément [s'endormir-disparaître].

(2) ⦗après V transitif⦘ (faire V) de façon à faire disparaître ‹qqch›, se débarrasser de ‹qqch›.

Nē-tyag, kēy mal suwyeg qelen̄.
L'échelle avait été enlevée [ils l'avaient jeté-disparaître]

Ige mal lep qelen̄ ne-vet nan.
Cette pierre (magique) a disparu aujourd'hui. [litt. les gens l'ont prise-disparaître]

No m-in ni-bia vitwag, tō kē mō-vōy qeleqlen̄ matmayge namuk.
J'ai bu une bière, cela a dissipé ma fatigue [cela a expulsé-disparaître ma fatigue].
qen  (ne-qen) [nɛk​͡pʷɛn] noun. filet, spéc. filet de pêche.

qentala ‘toile d'araignée’

hay ‘liane de pêche’

Nēk lep ne-qen tō yoweg goy nō-mōmō en.
On prend un filet, et on le tend pour (attraper) le poisson.

suwyeg qen
⟨objet incorporé⟩ [lancer le filet] pratiquer la pêche au filet

Kem hag day so nō-mōmō so ni-gon lelo qen.
On attend que le poisson vienne se prendre dans le filet.

ne-qen bō-vōlē
filet de volley-ball

[ POc <°bʷena.  *kup(w)enafishing net’. ]

q[e]neg  [k​͡pʷɛnɛɣ] intransitive verb. être jaloux, partic. pour des raisons sentimentales.

matwolwol ‘envieux’

Kē me-qneg nēk.
⟨relation envers le rival⟩ Il est jaloux de toi, il t'envie.

Kē me-qneg goy nēk.
⟨relation envers le bien-aimé⟩ Il est jaloux à cause de toi.

Nok et- n-et be-qneqneg te.
Moi je ne suis pas quelqu'un de jaloux.

[ Mota qonagbe shy, jealous’. ]

qentala  (ne-qentala) [nɛk​͡pʷɛntala] noun. toile d'araignée.

mayaw ‘araignée’

qen ‘filet’

[ PNCV <°-talá(w)a. POc *(ta)lawaspider, spiderweb’.  *lawaq. ]

q[e]se~  (na-qse~) [nak​͡pʷsɛ] -. <Techn> extrémité contondante d'une flèche sans pointe, sa tête (fl:cf. qas 'crâne chauve').

tēq

na-qse tēq

[ Mota qasa-irounded, enlarged, part at top, head of pin...’. PNCV *bʷasa-iend, tip’. ]

qet1   (ne-qet) [nɛk​͡pʷɛt] noun. <Bot> taro (Aracées).

(1) taro d'eau, parfois ne-qet ti-mi-gēn “taro de chez nous”. Colocasia esculenta.

hay yak / ko yak ne-qet
cueillir le taro Colocasia (en tirant dessus)

(2) taro Fiji, parfois ne-qet ti-Viti “taro de Fiji”. Xanthosoma sagittifolium.

gil yak ne-qet
cueillir le taro Xanthosoma (en creusant autour)

[ PNCV *bʷetataro’. ]

qet2   (ne-qet) [nɛk​͡pʷɛt] noun. <Danse> danse sacrée réservée aux hommes, et transmise exclusivement, autrefois, lors des initiations secrètes (na-halgoy). Se danse collectivement au son d'un tambour (nē-vētōy), en alternant les moments calmes et les accélérations rythmiques (bleg). La connaissance de cette danse, ou des paroles qui l'accompagnent, est strictement interdite aux femmes et aux enfants non initiés (Cf. lēs)
qete  [k​͡pʷɛtɛ] ~ teqe  mod.

(1) ⦗annoncé par et-(ne)... pas encore: deuxième élément de la négation à morphème discontinu et-… qete (Cf. et-3).

Nok et-in te ga qete.
Je n'ai encore jamais bu le kava.

Nēk et-et qete kē?
Tu ne l'as pas encore vue?

Et-bah qete.
Ce n'est toujours pas fini.

Tateh qete.
Non, pas encore.

(2) ⦗annoncé par (ni)tog(ne)... pas encore, à valeur de défense.

Tog m̄ōlm̄ōl qete.
Ne pars pas tout de suite.
qey1   (ne-qey) [nɛk​͡pʷɛj] noun. <Bot> nom d'une plante. Sterculia vitiensis.

qey2   (ne-qey) [nɛk​͡pʷɛj] noun. <Bot>

(1) champignon.

(2) (Arg) (métph) gland, extrémité du phallus.

Syn : lwe~ ‘pénis’

qey2   adj. (Arg) gland, tête de nœud: insulte masculine assez forte. En dehors de la colère, s'utilise aussi entre les hommes avec une moins grande force, pour marquer la familiarité.

woqey

Kēy ne-qey.
C'est des connards.
qey2   intransitive verb. ....

[ Mota qero. PNCV *bʷeromushroom, fungus’. ]

q[e]yet  (na-qyet) [nak​͡pʷjɛt] noun. <Zool> roussette, chauve-souris frugivore. Pteropus spp.. ◈ Myth. La roussette est notamment le protagoniste d'un mythe, Vênvêntey.

q[ē]lēg   [k​͡pʷɪlɪɣ] sb. ⟨homme, femme⟩  terme générique désignant les relations par mariage (affines).

qēlge~

(1) (arch) terme par lequel la femme appelait autrefois son mari. De nos jours, on s'appelle par son prénom.

woqel

(2) terme désignant toute relation par mariage indirecte, pour lesquelles il n'existe pas de terme spécifique: ex. parents de mon gendre/ma bru, frères et sœurs de mon gendre/ma bru, parents de mon beau-frère/de ma belle-sœur. Pour les relations affines plus directes, on emploie des termes plus spécifiques. Cf. igni~, qēlge~, yoqlēg, tawayig, isuy.

q[ē]lēg   transitive verb. ⦗tournure délocutive⦘ traiter ‹qqn› comme son parent par alliance (gendre, bru, beau-parent+), devenir le parent par alliance de ‹qqn›.

Nok so qēlēg nēk?
⟨plais.⟩ Tu veux devenir mon gendre, ou quoi?!
q[ē]lēg   (na-qlēg) noun. relation de parenté par alliance; (méton.) respect dû à sa belle-famille, partic. règle du tabou sur les noms.

Syn : vilig

[ PNCV *bʷalikaaffine’. ]

qēlge~  [k​͡pʷɪlɣɛ] -. désigne plusieurs relations par mariage. Ethn. Les règles de respect veulent que ces personnes, même individuellement, soient désignées en utilisant le duel: ex. qēlgek kōyō [mon gendre eux-deux] ‘mon gendre’ ou yoge qēlgek [mes deux gendres] ‘mon gendre’.

qēlēg

wulus

tawayig

(1) ⟨homme⟩  parent de l'épouse: beau-père, belle-mère.

(2) ⟨femme⟩  père de l'époux: beau-père.

yoqlēg

(3) ⟨homme, femme⟩  époux de la fille: gendre.

Ant :

[ PNCV *bʷalikaaffine’. ]

qēqēl  (nē-qēqēl) [nɪk​͡pʷɪk​͡pʷɪl] noun. <Bot> palétuvier, bsl. Natongtong. Rhizophora stylosa.

[ Mota qiqilo. ]

qēsdi  [k​͡pʷɪsⁿdi] intransitive verb. : ⟨qqn, qqch⟩  tomber, spéc. avec un impact violent et/ou bruyant (opp. sisgoy ‘tomber, avec ou sans bruit’).

Kē ni-yon̄teg qele kē a na-hapqiyig vitwag ni-qēsdi yow kē a lē-lē aslil en.
Elle entend que quelque chose est tombé à l'extérieur de la grotte.

Kē mē-qēsdi hōw nen e ma-mat.
Elle a fait une chute, et a rendu l'âme.

qēs + di.

qēt1   [k​͡pʷɪt] intransitive verb.
qēt1   adv. finir

[ Mota qet. ]

qēt-2   (nē-qēt-) [nɪk​͡pʷɪt] pf. tête

(1) tête: entre dans divers composés concernant la tête (cf. qti~).

nē-qēt-meh
[tête douloureuse] céphalée, maux de tête

qētmaymay
[tête dure] obstiné

qēt-sew
[tête chaude] avoir la fièvre

Tagay Qēt-git / Qēt-vōn
⟨personnages⟩ Compère Tête-à-poux / Tête-teigneuse

(2) (fig) extrémité antérieure de ‹qqch›.

nē-qēt-siok, na-n̄ye qēt-ok
proue [litt. tête] de pirogue

nē-qēt-hay
tête de la liane de pêche na-hay

[ PNCV, POc *bʷatuhead’. ]

qēt-3   (nē-qēt-) [nɪk​͡pʷɪt] pf. branche, bâton. Préfixe.

[ Mota qata know, knob-stick, thick-stick’. PNCV *bʷatuclub (weapon)’. ]

qētah  (nē-qētah) [nɪk​͡pʷɪtah] noun. <Techn> bâton à fouir: long bâton que l'on enfonce dans la terre, pour labourer (wōq) le champ, et le préparer à accueillir les nouveaux plants d'ignames (cf. yuw).

Gēn wōq nē-tqē mi nē-qētah kē ni-yoy, tō gapwut.
⟨plantage des ignames⟩ On laboure le champ en y enfonçant un bâton-à-fouir, puis (en faisant levier) on soulève la terre.

[ Cf<°bʷatu-aso. POc qēt-3.  *wasodigging stick’. ]

qētbuhu~  [k​͡pʷɪtᵐbuhu] ~ qētqētbuhu~  -. <Anat>

(1) ⟨qqn⟩  doigt.

bēnē~ ‘(2)’

qētqētbuhuk vitwag
un de mes doigts

(2) ⟨crustacé⟩  pattes les plus fines (opp. pinces, cf. lēwo~).

Gēn vēl na-gap, woh nē-qētqētbōhōn.
On ramasse des crabes, et on en casse les pattes.

[ Cfqēt-2. PNCV *bisufinger, toe, nail’. ]

q[ē]tēg   [k​͡pʷɪtɪɣ] ~ q[i]tig  intransitive verb. commencer, débuter.

Et-qētēg qete.
Ce n'est pas encore commencé.

Ne-legleg ni-qtēg ēgēn.
La cérémonie du mariage commence.
q[ē]tēg   transitive verb. ⦗+ verbe V⦘ commencer, se mettre (à faire V).

Syn. relevé : kes yak

yak

Qētēg lok n̄a lō-tōtēn!
Recommence du début!

Yōs tō gōh kē, gēn qētēg laklak ēgēn.
À l'instant, on commence à danser.

Tita, kamyō ne-myōs so talōw e nēk qētēg vet na-tamge.
Mère, nous voulons que demain tu commences à tresser une natte.

Nu-qulqul nondō a dō me-qtēg yak me a nu-su.
Notre amitié, que nous avons commencée dans notre enfance.
q[ē]tēg   (qētēg) loc. en commençant par, à partir de.

Ant : lat

qētēg a le-mtap dēn̄ a le-myēpyep
du matin au soir

Kē me-qtēg won qētēg lē-qtēn.
Elle a commencé de reconstituer (son corps) en partant de la tête.
q[ē]tēg   (na-qtēg) noun. (rare) commencement.

na-qtēg bēnēk
⟨Anat.⟩ l'épaule [le début du bras]
qētēgok  [k​͡pʷɪtɪɣɔk] sb.

(1) capitaine, pilote de pirogue ou de navire (ok).

(2) (par ext) conducteur de voiture.

N-ēte nonoy ni-dēn̄ 20 en, tō kēy qoyo qētēgok te muy vēh.
C'est à partir de l'âge de vingt ans qu'on a le droit de conduire (une voiture).

[ Mota qat-tagiakachief owner of a canoe, captain’. ]

qētēnge  (nē-qētēnge) [nɪk​͡pʷɪtɪnɣɛ] noun. <Bot> : litt. “tête/bâton de plante” : arbre, bois.

(1) arbre: nom générique des végétaux pourvus d'un tronc (opp. tēnge, végétaux sans tronc, ex. plantes grimpantes). Rem. Remplace le nom de l'espèce lorsqu'elle n'est pas connue ou pas pertinente.

nō-tōti qētēnge vōyō
[pieds d'arbre deux] deux arbres

laln̄e qētēnge en
à l'ombre de cet arbre

na-he qētēnge
les noms d'arbres / de plantes

no-lolmeyen bē-qētēnge
[le savoir sur les arbres] la botanique

Wō na-han qētēnge qele nen?
De quel arbre s'agit-il?

tot yuw nē-qētēnge
abattre un arbre

Nē-qētēnge liwo len̄ en goy tō na-mtehal.
Il y a un arbre immense en travers de la route.

(2) bois, en tant que matériau de fabrication (opp. na-lēt ‘bois de chauffe’); morceau de bois, spéc. utile; d'où bâton (lf:Cf. qēt-), poutre, etc..

yep ‘planche’

Na-gvēg en, nē-qētēnge nan na-maymay.
Le Syzygium a un bois très solide.

Nēk dēm so ne-vet, ba wele wo nē-qētēnge.
On dirait de la pierre, alors qu'en réalité c'est du bois.

Na-mtemah, kem totot vēlēs mi nē-qētēnge.
Les couteaux traditionnels (na-mtemah) sont taillés exclusivement dans du bois.

Kē ni-van ni-tot nē-qētēnge b-ēm̄ del.
Il est allé couper toutes les poutres [litt. les bois] pour la maison.

Nēk lep nē-qētēnge susu, sal apwo qēyēn̄i.
Tu prends des petits bouts de bois / des brindilles, et tu les poses sur le feu.

Kē ni-lep nē-qētēnge, ni-lōplōp geh van a le-pyēyag geh en.
Elle saisit un bâton, et se met à fouiller entre les feuilles mortes.

Nē-vētōy en, nēk lam̄ mi nē-qētēnge vōyō, a so ‘nē-qēt-lam̄lam̄’ en.
Le tambour, ça se joue avec deux bâtons, qu'on appelle les ‘baguettes’.

qēt- + tēnge.

q[ē]tēqtēg  (na-qtēqtēg) noun. nom verbal de qētēg.

(1) début, commencement.

Syn : tōti~

(2) (spéc) ⟨chant+⟩  début, incipit.

Na-wlēwlē liwo, na-qtēqtēg nan : “O ie o ee”.
Le genre na-wlēwlē liwo a pour incipit “O ie o ee”.
qēt-hay  (nē-qēt-hay) [nɪk​͡pʷɪthaj] ~ ni-qti hay  noun. <Techn> : litt. “tête de la liane” : extrêmité de la liane de pêche (na-hay), qui entre en premier dans l'eau, et que l'on ramène (hēwgoy) en premier sur la plage. Cf. encadré à gey_hay.

Na-tm̄an vitwag ni-hēw tēy nē-qēt-hay, ige tekelgi hēwhēwgoy.
Un homme descend (dans l'eau) avec la tête de la liane, tandis que de l'autre côté, on descend pour la réceptionner.

qēt-2 + hay3.

qēthēlēn̄   (nē-qēthēlēn̄) [nɪk​͡pʷɪthɪlɪŋ] noun. appuie-tête; (mod.) oreiller.
qēthēlēn̄   intransitive verb. se servir de qqch comme d'un appuie-tête; poser sa tête (sur qqch).

Nok so qēthēlēn̄ a li-sis nōnōm!
⟨plais. sexuelle⟩ Je vais prendre tes seins pour un oreiller!

[ Mota ilin̄a. ]

qēthi~  (nē-qēthi~) [nɪk​͡pʷɪthi] ~ nē-qēthu~  -. <Archi> poutre faîtière de ‹maison ēm̄›, faîtage. Soutenant les extrémités supérieures des chevrons (nō-qōs), la poutre faîtière est elle-même soutenue par des piliers médians (na-han̄-m̄ēt), ainsi que par des renforts (ni-hyi~).

nē-qēthōn
son/le faîtage

[ Mota qatsuna. ]

qēt-hiyi~  (nē-qēthiyi~) [nɪk​͡pʷɪthiji] -. ⟨fleur⟩  litt. “bois de force” : tige principale.

Syn : tōti qēt-hiyi~

qēt-

hyi~

Nē-qēthiyi teweh tēnge gōh ne-hyo a ne-hyo.
La tige de cette fleur est très longue.
qēt-lam̄lam̄-n̄ey  (nē-qēt-l.n̄.) [nɪk​͡pʷɪt-l.ŋ.] noun. <Bot> litt. “bâton pour battre les amandes” : plante. Aglaia eleagnoidea.

qēt-lap  (nē-qētlap) [nɪk​͡pʷɪtlap] noun. <Ornith> litt. “grosse tête” : Puffin volage, oiseau, 32 cm. Puffinus gavia.

[ Mota qatlavaa petrel’. ]

qētlaw  (nē-qētlaw) [nɪk​͡pʷɪtlaw] noun. <Pois> litt. “tête rouge / brillante” : Blennie quadrillé. Ecsenius fourmanoiri.

Koloyni na-gop, na-gōm nē-qētlaw tol.
⟨comptine⟩ Joli héron, tu aimes manger les petits blennies…
qētlen̄  [k​͡pʷɪtlɛŋ] intransitive verb. chantonner

qēt-maymay  [k​͡pʷɪtmajmaj] adj. litt. “à la tête dure” :

(1) qui a la tête dure.

na-tqal qētmaymay
Loche tête-dure (poisson)

(2) (fig) têtu, obstiné, désobéissant ; tête de mule. Se dit partic. des enfants insupportables.

Syn : qētwon

galeg nē-qtē-n ‘n'en faire qu'à sa tête’

Tog qētqētmaymay en!
Arrête de faire ta tête de mule !

qēt-meh  (nē-qētmeh) [nɪk​͡pʷɪtmɛh] noun. <Méd> : mal de tête, céphalée. Strictement équivalant à la périphrase ni-qti-ge memeh ‘mal à la tête’.

Nē-tētēnge bē-qētmeh.
Un médicament contre le mal de tête.

qēt-2 + meh.

qēt-men  (nē-qētmen) [nɪk​͡pʷɪtmɛn] noun. <Ornith> litt. “tête mûre (?)” : Sucrier cardinal, passereau à la tête rouge, 12 cm. Myzomela cardinalis.

[ Mota qatman. ]

qētqētmuhu  [k​͡pʷɪtk​͡pʷɪtmuhu] intransitive verb. faire un signe de tête; spéc. hocher la tête verticalement, pour signifier ‘Oui’.

Ant : ququleg

qētqētmuhu mi na-mte-ge
dire oui avec les yeux, par un léger mouvement de sourcils.

[ Cfqēt-. ]

qētqoqo  (nē-qētqoqo) [nɪk​͡pʷɪtk​͡pʷɔk​͡pʷɔ] noun. <Zool>

(1) gecko, petit lézard domestique et inoffensif, 8 cm. Gekkonus spp.

(2) plante dont on tire de la colle, bsl. Glue-tree. Cordia dichotoma.

qētsew  [k​͡pʷɪtsɛw] intransitive verb. : (rare) litt. “tête chaude” : avoir chaud à la tête, avoir la fièvre.

Kē mu-su-qētsew.
Elle fait un peu de fièvre.

qēt-2 + sew.

qēt-yayah-sēm  (nē-qēt-yayah-sēm) [nɪk​͡pʷɪtjajahsɪm] noun. litt. “bois pour limer la monnaie” : bâton solide et râpeux, utilisé pour limer et polir (yah) la monnaie de coquillages (nē-sēm).

q[ē]yēn̄i  (na-qyēn̄i) [nak​͡pʷjɪŋi] noun. four traditionnel à pierres, fabriqué à même le sol.

[  <°bʷaráŋi-úi. ]

al ne-vet le-qyēn̄i, on place les pierres sur le four
q[ē]yēt  [k​͡pʷɪjɪt] intransitive verb. appuyer avec le doigt, spéc. sur un bouton, un interrupteur; d'où allumer, éteindre ‹un appareil électrique›.

hig

Qēyēt lawlaw nu-qul.
Allume la lampe (en appuyant sur le bouton).

qēyēt wak na-mtēgtap
appuyer-du-doigt ouvrir la porte (i.e. en faisant le digicode)

[ Mota qeretpress, push’. ]

q[i]gi~  (ni-qgi~) [nik​͡pʷɣi] -. hanche

pkē~ ‘cuisse’

[ Mota pugi-uhip-joints’. PNCV *bukulump, knot, joint’. POc *puku. ]

q[i]ti~  (ni-qti~) [nik​͡pʷti] -. <Anat>

(1) tête.

Ne-men ni-hag hiy hōw lē-qtēn m̄alm̄al en.
L'oiseau se posa sur la tête de la jeune fille.

Kē ni-ququleg nē-qtēn.
Il hoche la tête.

Na-ga so ni-wuh nēk en, tō ni-qti-ge ni-m̄ōlm̄ōl aē.
Un des effets du kava, c'est de faire tourner la tête.

ne-meresin bi-qti-ge memeh
médicament contre le mal de tête

(2) (fig) extrémité de ‹qqch›.

ni-qti hay
la tête / le bout du filet-de-coco

(3) pied de certaines plantes, spéc. de kava.

Na-ga aē, no mo-ko me nē-qtēn vitwag aqyig.
On a du kava: j'en ai cueilli un pied [litt. une tête] ce matin.

[ Mota qatu-i. PNCV, POc *bʷatu. ]

qiyig1   [k​͡pʷijiɣ] loc.

(1) aujourd'hui ‘futur’: désigne la partie de la journée en cours qui ne s'est pas encore écoulée (opp. aqyig ‘aujourd'hui passé’).

Qiyig le-myēpyep, dō van laklak se !
Cet après-midi, nous irons à nouveau danser.

Qiyig an̄qōn̄, dō van vahal.
Ce soir [auj. la nuit], nous allons pêcher à la torche.

(2) aujourd'hui: désigne la journée en cours dans son ensemble (quand l'opposition passé/futur n'est pas pertinente).

Nō-Qōn̄ Liwo qiyig.
Aujourd'hui, c'est Noël.

(3) (fig) de nos jours, à l'époque actuelle (opp. am̄ag, ‘autrefois’).

Qiyig gōh, kēy et-dēmap si te na-kastom en.
De nos jours, on n'accorde plus guère de respect à la tradition.

Ne-vet nan en lepgetō gaydēn̄ qiyig kē.
Ce rocher existe encore jusqu'à nos jours.

(4) tout de suite, immédiatement.

Syn : sisqet agōh

tE-… qiyig

qiyig1   mod. marque d'incertitude, partic. dans les questions.

“Na-lqōvēn vitwag”, nok vap qiyig qele gēn.
C'était “une femme”, appelons-la de cette façon.
-qiyig2   [k​͡pʷijiɣ] sf. ⦗combiné à marques interrogatives⦘ suffixe formant les indéfinis.

hiqiyig
quelqu'un

na-hapqiyig
quelque chose

aveqiyig
quelque part
qo  (no-qo) [nɔk​͡pʷɔ] noun. <Zool>

(1) porc. Sus scrofa.

no-qo tuytuy
cochon sauvage

(2) point au jeu. ClPos ga~ pour celui qui le perd (Cf. supra no-qo_na-gōm), mu~ pour celui qui le gagne.

[ PNCV *boepig’. ]

qog  (no-qog) [nɔk​͡pʷɔɣ] noun. <Bot> arbre. Neuburgia corynocarpa. ◈ On l'utilise notamment pour sculpter des masques ou statues (na-tmat).

[ Mota qoga. ]

qok lō  [k​͡pʷɔk lʊ] intransitive verb. réapparaître partiellement, poindre, émerger.

Na-lo mo-qok lō den nō-wōl.
⟨éclipse⟩ Le soleil commence à réapparaître derrière la lune.

[ Mota qoqoto bud, of flowers’. ]

qol  (no-qol) [nɔk​͡pʷɔl] noun. <Pois> Poisson-chirurgien, pourvu d'une bande blanche sur la queue. Acanthurus olivaceus. ◈ Variété plus grosse que le no-qolqol

[ Mota qolo. ]

qolqol  (no-qolqol) [nɔk​͡pʷɔlk​͡pʷɔl] noun. <Pois> Poisson-chirurgien. Acanthurus leucopareius (?). ◈ Variété plus petite que le no-qol.

[ Mota mes-qoloqoloScarus’. ]

qon  (no-qon) [nɔk​͡pʷɔn] noun. <Ornith> pigeon ; plus_préc. Carpophage pacifique, Nautou des îles, 40 cm. Ducula pacifica.

[ Mota <°bʷóna. PNCV, POc qona.  *bune (?)fruit dove’. ]

qonqon  (no-qonqon) [nɔk​͡pʷɔnk​͡pʷɔn] noun. <Bot> nom d'une plante. Guettarda speciosa.

[ Mota qonaqona. ]

qoqo  (no-qoqo) [nɔk​͡pʷɔk​͡pʷɔ] noun. <Mer> holothurie, bêche-de-mer ou concombre-de-mer. Holothuriidae spp.
qotmet  [k​͡pʷɔtmɛt] noun. <Mer> lagon: espace côtier peu profond, rempli d'eau de mer à marée haute (na-naw ‘eau du lagon’, opp. na-lam ‘eau de l'océan’), et s'étendant entre la laisse de haute mer (bēmgē_naw) et le récif barrière (nē-n̄ēlmet). Sém. Désigne plutôt l'espace du lagon à marée basse, quand l'eau y est à son plus bas niveau

nam̄

nam̄nam̄

n̄ēlmet

qoy1   [k​͡pʷɔj] transitive verb. faire s'enrouler sur lui-même ‹un objet souple et long: corde, filet›, par ex. pour le ranger.

Kēy qoy na-hay.
Ils enroulent la liane de pêche.
qoy1   intransitive verb.

(1) ⟨serpent⟩  lové, enroulé sur soi-même.

Na-m̄at, qoy goy tō na-mtehal !
⟨conte⟩ C'était un serpent, lové en plein milieu du chemin !

(2) (plais) recroquevillé, assis ou allongé de façon paresseuse.

Qoy tō agōh!
Il est ici (nonchalamment installé) !

[ Mota porato coil a line, simply round and round’. ]

qoy2   [k​͡pʷɔj] transitive verb. <Ethn> tenter volontairement de voir qqn en rêve (qoyqoy), dans un contexte magique.

talmiy

No mo-qoy tō nēk an̄qōn̄: nok lep lok nēk me, tō nēk wē.
Je t'ai 'rêvé' cette nuit: je suis allé te récupérer (parmi les morts), et c'est ainsi que tu as guéri.

[ Mota qore. PNCV *boredream’. ]

qoy bēl  intransitive verb. ⟨homme⟩  faire un rêve érotique (à propos de qqn, veg) ; avoir une pollution nocturne.

bēl

qoy mem < mem

qoy mem  intransitive verb. ⟨enfant⟩  litt. “dormir uriner” : faire pipi au lit.

mem [A]

qoy bēl

qoyo1   [k​͡pʷɔjɔ] ~ tiqyo ~ tiqoyo  asp. marque du Focus temporel.

(1) c'est à ce moment-là, et pas avant, que (l'événement V aura lieu): sorte de futur dilatoire. Parfois utilisé dans les promesses.

tE-

qoyo … tō

Nok van, nok qoyo m̄ōl lok me talōw.
J'y vais, je reviendrai demain (et pas avant).

(2) c'est à ce moment-là, et pas avant, que (l'événement V a eu lieu): valeur inaugurative ‘pour la première fois’. Rem. Souvent accompagné d'un présentatif temporel (ē-nen, ē-nōkCf. ē-)

q[o]yo~2   (na-qyo~) [nak​͡pʷjɔ] noun. trou de ‹qqch›, cavité.

qayan̄

na-qyo bē

Na-nay gōh, na-qyon aē.
Cet arbre (nay) a un trou.

na-qyo nay
cavité dans un tronc d'arbre (nay)
qoyo … tō  ~ tiqyo … tō  asp. venir juste de (faire V). Marque du Passé immédiat. Parfois renforcé par le restrictif ēwē, ou yig ēwē.

Kōyō tiqyo leg tō en.
Ils viennent tout juste de se marier.

N-ēm̄ noyō, kōyō qoyo wēl qēt ēwē tō.
Leur maison, ils viennent juste de terminer de la rembourser entièrement.
q[o]yoh  (na-qyoh) [nak​͡pʷjɔh] noun. <Méd> abcès: excroissance douloureuse apparaissant spontanément sous la peau, et disparaissant au bout de quelques jours.

Na-qyoh ma-qal a le-pkēk.
J'ai un abcès à la cuisse.

[ Mota qorosaeared, with projections+’. ]

qoyqoy   [k​͡pʷɔjk​͡pʷɔj] intransitive verb. rêver (de, veg).

qaqay ‘cauchemarder’

Kē ni-qaqay soloteg, ni-qoyqoy veg na-tmat.
Il fait des cauchemars terribles, il rêve des démons.
qoyqoy   noun. rêve.

qoy

Anēyēh an̄qōn̄, no-qoyqoy mino so no m-etsas nēk.
⟨chanson⟩ L'autre nuit, j'ai rêvé que je te rencontrais.
qoywon  [k​͡pʷɔjwɔn] adj. litt. “oreilles-bouchées” : sourd.

ige qoywon susu
les enfants sourds

[ Mota qoro-wono. PNCV *bʷeroear’. ]

qōn   [k​͡pʷʊn] intransitive verb.

(1) puer, avoir une mauvaise odeur.

tan̄ayn̄ay

(2) (spéc) ⟨cadavre⟩  puer, entrer en décomposition, d'où être mort depuis longtemps.

Kē mal mat, mal qētēg qōn.
Il est mort, il est même déjà entré en putréfaction.
qōn   noun. mauvaise odeur, puanteur.

nō-mōkhe qōn
puanteur [litt. odeur de puanteur]

nō-qōn man̄an
odeur de (poisson) pas frais

[ Mota <°bʷúna. PNCV puna.  *bo-nismell, have a smell; smell, scent, odour’. ]

qōnqōn   [k​͡pʷʊnk​͡pʷʊn] transitive verb. (rare) sentir, renifler ‹qqch›.

Syn : hēmen

Qōnqōn egal tog: itōk?
Sens-moi ça: ça sent bon?
qōnqōn   adj. parfumé, qui sent bon. Rédup. de qōn.

Nēk nō-qōnqōn lēs.
Comme tu sens bon.

nē-bē qōnqōn
parfum, eau de toilette
qōn̄   (nō-qōn̄) [nʊk​͡pʷʊŋ] noun. <Tps> jour ; nuit.

(1) (anc) nuit.

an̄qōn̄

qōn̄qōn̄ ‘noir, ténébreux’

mahē qōn̄

lē-vētne qōn̄

Iqet a kē me-lep nō-qōn̄.
⟨mythe⟩ C'est le dieu Iqet qui inventa la Nuit.

(2) journée considérée dans son entier, jour de 24h ; englobe la partie obscure (an̄qōn̄) et la partie éclairée (na-myen) de la journée.

myen ‘jour, journée (fl:opp. nuit)’

taval qōn̄

vel qōn̄

(3) (partic) les jours lorsqu'on les compte.

Qōn̄ vitwag ...
Un jour, ...

qōn̄ vētēlnegi nan en
le troisième jour

Nō-qōn̄ vōyō ni-van goy ewo...
Quand deux jours seront passés...

Kē ni-gengen mamah bō-qōn̄ tēvēlēm.
Elle doit jeûner pendant (bE-) cinq jours.

(4) tel jour particulier, spécifié par une qualité ; date, fête.

ba ‘date’

qn̄i~ ‘jour de’

nō-Qōn̄ M̄ōl-kal

qōn̄ vitwag

qōn̄ vōyō

qōn̄ vētēl

qōn̄ vēvet

qōn̄ tēvēlēm

Dō vonog nō-qōn̄ nan.
Décidons de la date.

nō-qōn̄ non ige Tita / non ige Mayanag
la Fête des Mères / des Chefs

nō-qōn̄ matmat non Tigsas
le jour du décès de Jésus-Christ

Nō-qōn̄ nonon ige susu anoy !
⟨plais⟩ Le jour des enfants, c'était hier ! (i.e. Laisse-nous entre nous !)

lō-qōn̄ be-leg nonoyō
le jour de leur mariage

(5) (partic) qōn̄ compose le nom des jours de la semaine, sauf le samedi (yavēg)..

wik ‘semaine’

qōn̄ liviyō

(6) en parlant d'un mort, on compte “ses jours” (nō-qōn̄ nonon) à partir de son décès. Les coutumes funéraires impliquent un repas à 5 jours, puis 10, puis 15, puis 100 jours: à chaque fois, on "mange (gen) les jours du mort".

qn̄i~ ‘destinée ; pierre magique’

nō-qōn̄ mete

Nō-qōn̄ nonon tēvēlēm ēgēn.
Nous en sommes à son cinquième jour (Clôt la période de deuil principal)

Qiyig, gēn gen nō-qōn̄ non imam mino.
Aujourd'hui, nous allons prendre le repas funèbre de mon père.

(7) (par ext) temps.

Nō-qōn̄ ne-hyo leptō.
[le ‘jour’ est encore long] On a encore le temps (d'en reparler).

Dō tog leplep qōn̄ meh van aē.
Ne perdons pas trop de temps [litt. ne prenons pas trop de ‘jour(s)’] avec ça.
qōn̄   intransitive verb.

(1) ⦗Suj. mahē ‘l'endroit’⦘ faire nuit, laisser place à l'obscurité.

Nok so van lok se me gōh, mahē mal qōn̄ !
Quand je reviendrai ici, il fera déjà nuit !

Mahē ni-qōn̄ hōw nen e...
Lorsque la nuit tomba... (hōw ‘en bas / à l'ouest’)

(2) (expr) ⦗Suj. na-lo~2 ‘(for) intérieur, conscience’⦘ ⦗possesseur humain⦘ litt. “l'intérieur (de qqn) se fait nuit” : perdre conscience, perdre ses esprits, s'évanouir ; perdre la mémoire ; perdre sa lucidité.

Syn : mat m̄ōl ‘s'évanouir’

lo~ [2] ‘intérieur’

Ant : meyen ‘être conscient, être lucide’

Kēy hig n-et tō na-lon ni-qōn̄.
Ils lui font une piqûre qui a pour effet de lui faire perdre conscience.

Na-lon mō-qōn̄.
Il est sénile, il perd la mémoire.

(3) (trans) ⦗Suj. na-lo~2 ‘(for) intérieur, conscience’⦘ ⦗possesseur humain⦘ oublier ‹qqch›.

‘oublier’

Ant : dēm sas

Ant : dēm lok ‘se souvenir’

dēm veteg ‘oublier volontairement (qqch), pardonner’

yak veteg ‘laisser derrière soi (qqch)’

Na-lon ige susu taple qōn̄qōn̄ na-vap to-M̄otlap.
Il ne faudrait pas que les enfants oublient le mwotlap.

Kōmyō wo me-leg, ba na-lē tog qōn̄qōn̄ no !
Quand vous serez mariés, ne m'oublie pas !

Na-lo-ge ni-qōn̄ towoyig.
Cela s'oublie facilement.

Na-lē mō-qōn̄ nu-qul nōnōm a l-ēm̄ mino.
Tu as oublié ta lampe chez moi.
qōn̄   adv. (faire une action V1) toute la journée, jusqu'à la tombée de la nuit. V2 qōn̄ en position de vb résultatif: “faire V1 si bien qu'il finisse par faire nuit”.

Ant : meyen

tog qōn̄

hag qōn̄ l-ēm̄
rester toute la journée chez soi.

Laklak qōn̄, laklak meyen !
On a dansé 24 h d'affilée, sans s'arrêter ! [jusqu'à la nuit, puis jusqu'au jour]

Kōyō SSPR qaqa qōn̄ !
Ils passent leur journée à vagabonder sans but.

[ PNCV *boŋinight ; day (unit of time)’. POc *boŋinight’. ]

qōn̄ goy  [k​͡pʷʊŋ ɣɔj] transitive verb.

(1) ⦗Suj. mahē ‘l'endroit’⦘ faire nuit sur ‹qqn› ; (la nuit) tomber sur, surprendre ‹qqn›, partic. au cours d'une activité nécessitant plutôt la clarté du jour. Transitivation de qōn̄2 au moyen de goy, à valeur détrimentale.

Ant : meyen goy ‘le jour se lève sur (qqn)’

goy [1] ‘(16)’

Mahē mō-qōn̄ goy kemem.
Nous avons continué (à jouer, etc.) même après la tombée de la nuit.

Vētmahē tō-qōn̄ goy qiyig nēk !
(Si tu continues comme ça) la nuit va finir par te surprendre ! / (Dépêche-toi) il va bientôt faire nuit !

Tō mahē ni-qōn̄ goy.
Alors la nuit est tombée (s-e. de façon gênante pour qqn), nous / il / on a été surpris / empêchés par l'obscurité.

(2) ⦗Suj. lo~2 ‘(for) intérieur, conscience’⦘ ⦗possesseur humain⦘ oublier régulièrement, oublier à chaque fois, partic. de façon gênante.

goy [1] ‘(19)’

Nēk vavap me, ba na-lēk qōn̄qōn̄ goy.
Bien que tu me le répètes, j'oublie à chaque fois.
qōn̄ liviyō  noun. dimanche.

qōn̄ [A]

Syn : sande

qōn̄ mete  noun. <Ethn> litt. “les jours du mort” : Quand qqn est décédé, on compte “ses jours” (nō-qōn̄ no-no-n) à partir de son décès. Les coutumes funéraires impliquent un repas à 5 jours, puis 10, puis 15, puis 100 jours: à chaque cérémonie, on “mange à cause (gengen_goy, gengen_veg) des jours du mort”..

m[e]te [1]

qōn̄ [1]

tatwul

Talōw gēn so gengen veg nō-qōn̄ mete en.
Demain nous aurons un repas funéraire (nous mangerons les jours du mort).

Kēy hag goy nō-qōn̄ mete.
Ils sont réunis pour veiller un mort / pour une cérémonie funéraire (spéc. après cinq jours)

qōn̄ tēvēlēm  noun. vendredi.

qōn̄ [A]

Syn : fraede

qōn̄ vētēl  noun. mercredi.

qōn̄ [A]

Syn : wenesde

qōn̄ vēvet  noun. jeudi.

qōn̄ [A]

Syn : tasde

qōn̄ vitwag  noun. lundi.

qōn̄ [A]

Syn : mande

qōn̄ vōyō  noun. mardi.

qōn̄ [A]

Syn : tyusde

qōn̄lēt  (nō-qōn̄lēt) [nʊk​͡pʷʊŋlɪt] noun. <Bot> nom d'une plante. ??.

qōn̄qōn̄  [k​͡pʷʊŋk​͡pʷʊŋ] adj. terme intensif exprimant l'obscurité, partic. employé avec mēlēglēg ‘noir’.

Syn : sil [3]

qōn̄ ‘nuit’

le-mtap qōn̄qōn̄

qōn̄qōn̄lo  (nō-qōn̄qōn̄lo) [nʊk​͡pʷʊŋk​͡pʷʊŋlɔ] noun. <Pois> Dugong, mammifère marin de l'ordre des Siréniens. Dugong dugong.

[ Mota qon̄lau. ]

qōn̄wotwot  (nō-qōn̄wotwot) [nʊk​͡pʷʊŋwɔtwɔt] noun. litt. “jour de naissance” : anniversaire de naissance. Célébrer les anniversaires n'est pas d'usage dans la culture traditionnel; il est même rare que les individus connaissent leur propre âge.

nō-qōn̄wotwot mino
mon anniversaire
qōqō  [k​͡pʷʊk​͡pʷʊ] adj. profond.

Ant : sagyet

Kōyō tēqēl me le-qyan̄ a nō-qōqō.
Tous deux descendent dans une fosse profonde.

[ PNCV *buadeep, bottom (inside)’. ]

qōs  [k​͡pʷʊs] transitive verb. battre ‹la pâte, spéc. de fruit-à-pain› dans le cadre de la préparation du gâteau nē-lēt, à l'aide du pilon nē-qēt-lēt, sur le plat na-tbē; d'où préparer ‹le gâteau nē-lēt›.

lēt*

Kēy qōsqōs nē-lēt.
Ils sont en train de préparer le gâteau nē-lēt.

[ Mota qusapress down, pound, crush’. ]

qōs2   (nō-qōs) [nʊk​͡pʷʊs] noun. <Archi> chevron: poutre légère descendant du faîtage (nē-qēthi~) jusqu'aux sablières (no-soso), et constituant la charpente du toit. Aux chevrons sont attachées (tgiy) les tuiles en feuilles de sagoutier (no-yot).

qōtō  [k​͡pʷʊtʊ] mod. (faire qqch) de façon provisoire, faute de mieux ; spéc. en attendant de pouvoir faire autre chose ; cf. bsl festaem. Présente l'action V comme un pis-aller, avec réf. implicite à un événement V2 plus intéressant, censé se produire par la suite.

bah en ‘d'abord’

am̄ag ‘auparavant’

Dō raskol qōtō!
Tant pis, nous serons donc mal habillés, faute de mieux !

Nok hag qōtō.
Moi je vous attends ici (s-e. jusqu'à ce que vous reveniez).

Nok tēy qōtō na-hanwas nōnōm
J'emprunte ta montre un instant.

Atmi togtog yon̄ qōtō ! Nok so mitiy mōkheg tusu !
Taisez-vous un instant ! J'essaie de dormir un peu !
qōy  [k​͡pʷʊj] adj. ignorant de ce qui se passe, qui n'est pas au courant (opp. yon̄teg_geh / et_geh ‘au courant, témoin’).

Syn : lēn̄

Nok so lan̄lō van no-yoy vitwag hiy nēk, veg nēk nō-qōy leptō den.
Il faut que je te révèle une nouvelle, car tu n'es pas encore au courant.

[ Mota qureignorant, unskilled, foolish’. ]

qōysē  (nō-qōysē) [nʊk​͡pʷʊjsɪ] noun. <Pois> poisson récifal.

(1) Perroquet de Bloch. Scarus blochi.

Syn : ēg m̄al ‘poisson bleu’

hōm̄

(2) (ou encore) Tamarin vert. Hemigymnus melaptarus.

qu~  (nu-qu~) [nuk​͡pʷu] -. <Anat> genou.

[ Mota qau-i. PNCV *bʷauknee’. ]

qug  (nu-qug) [nuk​͡pʷuɣ] noun. <Pois>

(1) poisson baliste; spéc. Baliste Picasso (bsl. Strongskin). Balistes aculeatus.

(2) (plais) par comparaison avec ce poisson mal-aimé, terme d'insulte: salaud, etc.

[ Mota pugtrigger-fish, balistes’. ]

qul   [k​͡pʷul] transitive verb. coller

(1) coller, partic. avec de la colle (nu-qul).

(2) (fig) se lier d'amitié, cf. fr. “se mettre à la colle”.

qulqul

vēt-qul

qul   (nu-qul) noun. <Techn>

(1) colle.

(2) paquet, fagot, botte : objets nouées ensemble et formant un objet compact.

Syn : n̄i

(3) (spéc) torche éphémère, réalisée autrefois en mettant le feu (ti) à un fagot de feuilles de coco entières (no-yomtig) sèches ; donne de la lumière pendant quelques minutes.. Ces torches sont auj. remplacées par des lampes à pétrole (ci-dessous).

(4) (par ext) moyen d'éclairage, lampe, qu'elle soit traditionnelle ou moderne.

Tog bunbun nu-qul gōh, kē ni-law lap.
N'éteins pas cette lampe (électrique), elle reste allumée.

(5) (partic) lampe à pétrole, lampe-tempête (bsl. hariken_lamp). Auj., chaque famille de l'île compte au moins une lampe-tempête.

tos ‘lampe-torche’

nu-qul n̄ey

[ Mota pul. PNCV *bulu-tisticky stuff, to stick to ; be friends with’. POc *bulitgum, resin’. ]

qul goy  transitive verb. recouvrir ‹qqch› d'un objet qu'on colle dessus ; boucher ‹porte, ouverture› à l'aide de colle, ou d'un objet qu'on y fixe.

qul [A]

qul tiwag  [k​͡pʷul tiwaɣ] transitive verb. litt. “coller ensemble” : réunir, rassembler.

Syn : vēl tiwag

Gēn qul tiwag na-mnengēn!
⟨slogan politique⟩ [litt. Rassemblons nos mains] Donnons-nous la main! (Soyons solidaires!)
quln̄i   [k​͡pʷulŋi] intransitive verb. : ⟨végétal⟩  fructifier en grappes, donner des fruits en abondance.

ō ‘fructifier’

Na-gvēg gōh kē mu-quln̄i a hip.
Ce pommier malais a donné beaucoup de fruits.

qul + n̄i.

quln̄i   (nu-quln̄i) noun. paquet de ‹fruits+›, grappe, infrutescence.

Syn : n̄i

nu-quln̄i gēvēg
paquet / grappe de pommes malaises

nu-quln̄i motow
bouquet de cocos germés
qulqul   [k​͡pʷulk​͡pʷul] sb. ami, copain, du même sexe ou partic. du sexe opposé. Implique une relation plus intime que bulsal ‘ami’.

qul [1] ‘coller’

qulqul mino
mon ami(e), ma petite copine

qulqul   (nu-qulqul) noun. amitié.

Qulqul nondō na-maymay.
⟨chanson⟩ Notre amitié est solide.
qulqul   intransitive verb. se lier d'amitié (avec, tiwag_mi), partic. avoir une relation amoureuse.

Nok et-qulqul te tiwag mi na-m̄alm̄al vitwag hag Vila en.
Je ne me suis même pas fait une seule petite copine à Vila.

[ Mota pulpul. ]

qulqul leh  intransitive verb. ⟨garçon⟩  avoir une nouvelle copine, après la fin d'une première relation (cf. leg_leh ‘se remarier’) ; avoir plusieurs relations amoureuses en même temps.

Nēk ne-myōs so qulqul leh lok?
Tu veux te trouver une deuxième petite copine ?
quq  [k​͡pʷuk​͡pʷ] intransitive verb.

(1) se rincer la bouche avec un liquide, ex. sous forme de gargarisme.

Tēytēybē ni-in nē-bē tō ni-ququq.
Le guérisseur boit de l'eau puis l'agite dans sa bouche.

(2) se rafraîchir la bouche avec un aliment sucré (ex. fruit) pour se débarrasser d'un mauvais goût, spéc. celui du kava.

quqay  (nu-quqay) [nuk​͡pʷuk​͡pʷaj] noun. <Bot>
ququleg   [k​͡pʷuk​͡pʷulɛɣ] ~ quleg  intransitive verb.

(1) balancer son corps, se balancer (sur une escarpolette, sur une corde, etc.).

Womtelo ni-ququleg hay en.
W. est là-bas, en train de se balancer (sur une escarpolette).

na-tno ququleg
[l'endroit pour se balancer] la balançoire

(2) hocher la tête horizontalement, partic. pour signifier ‘Non’.

Ant : qētqētmuhu

Kē wo “Van me, dōyō van!” Na-m̄alm̄al kē ni-ququleg.
“Allez, viens!” lui dit-il. Mais la jeune fille hocha la tête (en signe de refus).
ququleg   transitive verb. balancer ‹qqn, qqch›; hocher ‹la tête›.

“Ukēg no nok van!” Na-m̄at en ni-ququleg nē-qtēn.
“Laisse-moi passer!”, dit-il. Mais le serpent hocha la tête (en signe de refus).
▲ Back to top ▲