banner
A dictionary of Mwotlap (Banks Is., Vanuatu)
This dictionary has no finderlist yet. To look up French or English words, open this link (entire dictionary on one page)
or this Pdf version of the dictionary, and search for a string of text [Ctrl+F/Cmd+F].
 

Mtp–Fr–Eng

Mtp–Eng–Fr

Mtp–Fr

Tea–Eng–Fr

Tea–Eng

mwotlap dictionary
Index t
t[a]hathap
t-ak vēh
takle in gon
taktak
talōw
tam1
tam2
tam luwyeg
t[a]malte
t[a]mat
t[a]mat-tēq
t[a]mat-woh
t[a]mayge
tamtam
t-am̄ag
t[a]m̄an
tam̄yeg
tan̄
tan̄ goy
tan̄ goy nogolgē
tan̄del
tan̄tan̄ hephep
taple
tapsey
taptap
taqA
taqB
taq bat
taq goy
taq hiy
t[a]qal2
taqat
taqēs
taqlēn̄lēn̄
taqlun̄A
taqlun̄B
taqn̄ē~
taqtaq
t[a]rak
tasgoyok
tatagA
tatagB
tatag goy
tatag na-myōs
tatal
tatal tēy
tatapsey
tataqnet
tateh
tateh qete
taval-A
taval-B
taval-C
taval he~
taval lam
taval mayam
taval meyen
taval qōn̄
taval qōn̄
tavalgi… tavalgi
t[a]wal
tawhi~
tay1
tay2
tay yak
t[a]yahA
t[a]yahB
t[a]yahC
tayak
t[a]yaymōt
taybē~
tE-3
tE-4
te1
te2
te-le-naw
te-M̄sēn
te-Pnōlap
t[e]bey
tege
t[e]gey
t[e]geygey
teghaA
teghaB
teh
tekel
t[e]le
telen̄len̄
t[e]nepnōA
t[e]nepnōB
t[e]no~
t[e]n̄e~
t[e]n̄etn̄e duw
teq
teqe
t[e]qe~
t[e]qetqe~
t[e]qetqe-qo
t[e]qey
tes
tetetwol
t[e]veg
t[e]velgi
t[e]weh
t[e]wen
tey3
t[e]yeh1
te-Yō
tE-… qiyig
tE-… tō
t{ē}na
t{ē}nas
t{ē}ne~
t{ē}yag
1
tē~2
t[ē]bē
t[ē]bēbē
tēgētgē
tēgvōnō
tēhēl
tēl
tēleg
t[ē]lēh
t[ē]lēs
tēnetne qōn̄
tēnge
tēnge liwo
tēnge met
tēn̄ten̄
tēqA
tēqB
t[ē]qē
t[ē]qēlA
t[ē]qēlB
t[ē]qēlhe~
t[ē]qēy
tēqtēq qeyet
tēsol
tēt
tēte~
tētē1
tētē2
tētēnge qon
tēvēlēm
tēvēlyō
t[ē]wē
t[ē]wēhin̄
t[ē]wēhqalat
t[ē]wētis
tēy
tēyB
tēy goy
tēy maymay
tēy na-tmat
tēy qōtō
tēymat
tēymatB
tēytēy tele
tēytēy-bē
tēytēyheg t-Anm̄ēt
tēytēy-ō
ti1
ti2
tig1
tig1B
tig2
tig goy
tig hiy
tig lō
tig m̄agA
tig m̄agB
tig na-mtehal
tigtig-day
tigtig-hal
tigyeg
til1A
til1B
til2
til3
til4
til5
til6
t[i]li~
t[i]lig
ti-mi-gēn
tin1
tinignig
tin̄
tiok
tiqyo
t[i]sis
tit
tit mem
titaA
titaB
titamas
titeg
titi
tititol
t[i]vig
tiwagA
tiwagB
tiwag mē
tiwag mi
tiy1A
tiy1B
tiy2
tiyge
tiytiy
tiy… yeh
tog1A
tog1B
tog2
tog3
tog4
tog mi na-tqa-n
tog qōn̄
t[o]gotgoA
t[o]gotgoB
togtil
togtō
togyon̄
tokel
t[o]kol
tokosm̄eg
tol
tomag
tomtak
ton̄ton̄
tot
tot gal
tot lat
tot woy
tot yak
tot yuw
totgalA
totgalB
tot-matap
toto
totogyegA
totogyegB
totot
t[o]wolA
t[o]wolB
t[o]wotwos
t[o]woyigA
t[o]woyigB
towtow
toy
toyak
t[o]yo
1
2A
2B
3
4
tōap
tōh
t[ō]qō
tōqōn̄
t[ō]qōtqōs
t[ō]qōyon̄
tōti~A
tōti~B
tōti qēthiyi~
tōtō
tōw
tōy
t[ō]yōp
t[u]kuk
t[u]qul
tusu
tutu
tuw
tuw bōt
t[u]wuh
tuytuy
t[a]hathap  (na-thathap) [nathathap] noun. <Bot> nom d'une plante. Rapanea amischocarpa.

t-ak vēh  expr. litt. “ça peut survenir” : être possible.

ak

T-ak vēh so kamyō dam nēk?
C'est possible que nous venions avec toi?

Sowo t-ak vēh, dō van.
Si c'est possible, allons-y!
takle in gon  noun. <Tps> litt. “morceau (?) de septembre” : août.

in [1]

taktak  (na-taktak) [nataktak] noun. <Ornith> De : duck . canard, ou oie.
talōw  [talʊw] loc. demain.

ōyēh ‘après-demain’

Talōw nowmat!
(On verra) demain.

ne-gengen ba-talōw
le repas de demain

talōw nan hag
le lendemain
tam1   [tam] transitive verb.

(1) basculer ‹récipient+› pour en déverser ou le remplir d'un liquide.

(2) donner ‹le sein, ni-sis› à un enfant, allaiter.

sis ‘lait, sein; téter’

tam luwyeg

Tita ni-tamtam ni-sis van hiy tētē.
La mère donne le sein au bébé.
tam2   [tam] transitive verb. aimer

(1) éprouver de l'estime, une profonde affection pour ‹qqn› ; aimer. Ce sentiment s'adresse par excellence à ses parents, sa famille, ses amis, toute personne pour qui on éprouve de l'estime. L'amour lié au désir s'exprime autrement (Cf. mōyōs)

No na-tam nēk, no t-ak magaysēn vēhte nēk.
Je t'aime beaucoup, je ne peux pas te vouloir du mal.

Ba no ni-tiy tam yeh nēk, Wotlōlan.
C'est pour toi que je ressens le plus de tendresse, Wotlôlan.

(2) faire preuve d'hospitalité, de générosité envers ‹qqn›; bien traiter ‹un hôte+.

Kē ni-tamtam galsi ige.
C'est une personne généreuse [litt. elle traite bien les gens].

(3) (parf) gratifier ‹qqn› d'un présent en gage d'affection, offrir qqch à ‹qqn›.

tapēva

Nēk ta-tam vēh qēlge mi na-tamge, itōk.
Ton beau-père, tu peux lui offrir une natte, si tu veux.

[ Mota tape. ]

tam luwyeg  transitive verb. renverser ‹liquide, sable› en faisant basculer son récipient (seau, brouette, tasse).

tam [1]

t[a]malte  (na-tmalte) [natmaltɛ] noun. <Magie> pierre magique, douée d'un pouvoir maléfique dans les pratiques de magie noire. Cette pierre cause la mort de celui qui entre en contact avec elle, ne fût-ce que par son ombre; il faut la manier avec prudence.
t[a]mat  (na-tmat) [natmat] noun. <Ethn> esprit d'un mort.

(1) un mort, opp. vivant (mey a n-ēh)..

nu-quy tamat
tombe d'un mort (Cf. quy)

Na-mtig so ni-sisgoy en, nēk suwyeg no-qo ni-gen, tō na-man ne tamat ni-vanyak.
⟨dix jours après la mort⟩ Si un coco tombe d'un arbre, donne-le à manger à un cochon: c'est ainsi que la force magique (na-man) du mort disparaîtra.

(2) esprit d'une personne défunte, se manifestant dans le monde des vivants sous diverses formes, génér. para-humaines. Même s'il n'est pas toujours identifié comme tel, le na-tmat est un revenant, i.e. le fantôme d'un individu précis, éventuellement connu. Celui-ci réapparaît dans le monde, partic. à certaines occasions et dans certains endroits, lesquels sont craints pour cette raison. D'une façon générale, les na-tmat sont associés à la nuit et à la forêt sauvage, par opposition au monde civilisé et diurne du village.

na-tmat non mayanag
le fantôme du chef

(3) démon, esprit, monstre ; opp. être humain (n-et3) ; ogre, dans les contes ; nom générique de tout être surnaturel, doué de pouvoirs supra-humains et génér. maléfiques. Les fées (na-tbunbun), les ogres (Wotamat, Wetmat), les serpents-de-mer (ne-m̄e), de nombreuses catégories de démons (na-taqat, nō-kōs, na-mgēl, yebek, na-psisgon, etc.), appartiennent à l'ensemble des na-tmat. On les évoque pour effrayer les enfants turbulents, en les menaçant d'être dévorés (kuy), et les enfants eux-mêmes s'en servent comme d'une insulte entre eux.

Syn : vu

Na-nay wuswōm̄el en ne-het: na-tmat nan aē.
L'arbre n. w. est dangereux: il est hanté par les esprits.

Kē ni-qaqay soloteg, ni-qoyqoy veg na-tmat.
Il fait des cauchemars terribles, il rêve des démons.

(4) Satan, nom du Diable dans la religion chrétienne.

Na-Tmat m-aksok so kē ni-wuh Iqet, so kē ni-lwo goy a na-myam kē.
Satan cherchait à tuer Dieu, pour devenir le maître du monde.

(5) chacun des grades hiérarchiques dans la société secrète (halgoy), grade désigné métonymiquement par le nom de l'Esprit auquel il est associé. Ces grades ont pour noms: n-Ēvēp, no-Togtil, ni-Wis, Bemtow, ne-Qey, nē-Qētmalwow, na-Laktebes, na-Gap, nē-Qētwawah…

Nēk mu-wuh no-qo van le-tmat nonon imam nōnōm, a le-hye vēp en.
Tu as sacrifié un porcin ‘devant l'Esprit’ (i.e. pour accéder au grade) de ton père, dans le domaine de n-Ēvēp.

(6) représentation d'un esprit dans l'art traditionnel, par ex. sous forme de sculptures en bois ou en fougère arborescente.

totgal ‘sculpture’

tēy na-tmat

(7) masque sacré, représentant les esprits des morts, et portés notamment lors des danses collectives (no-kolkol).

(8) (en gén) masque, déguisement ; chapeau.

hat ‘chapeau’

[ Mota tamate. PNCV *ʔata-matedead person, ghost’. ]

La danse des esprits (na-tmat)
t[a]mat-tēq  (na-tmat-tēq) [natmattɪk​͡pʷ] noun. litt. “le diable qui tire (tēq)” : fusil, arme à feu.
t[a]mat-woh  (na-tmat-woh) [natmatwɔh] noun. <Mus> litt. “le diable tape” : long tambour à membrane, enfoncé verticalement dans le sol au milieu de la place de danse. Le son sourd et grave qui en sort fait penser qu'il s'agit de la percussion (cf. woh) des esprits (na-tmat).

t[a]mayge  (na-tmayge) [natmajɣɛ] noun.

(1) vieillard, vieil homme.

bōbō ‘aïeul’

(2) (‡) époux, mari.

tamayge mino
⟨tournure respectueuse⟩ mon époux
tamtam  (na-tamtam) [natamtam] noun. amour

(1) amour, affection, estime.

tam [2]

mōyōs

Na-tamtam mino inēk mi-kikim.
⟨chanson⟩ L'amour que j'avais pour toi, tu l'as foulé aux pieds !

(2) générosité, hospitalité ; égards ; politesse, altruisme.

M̄otlap, na-pnō tamtam.
Mwotlap est le pays de l'hospitalité.

[ Mota tapetape. ]

t-am̄ag  adj. litt. “d'avant” : ancien, antique, d'autrefois.

am̄ag

ige t-am̄ag
les hommes de jadis (nos ancêtres)

n-eh t-am̄ag
chanson ancienne, traditionnelle

na-vap* t-am̄ag
[parole d'autrefois] conte

na-kaka* t-am̄ag
[causerie d'autrefois] mythe, légende, Histoire

Na-pnō t-am̄ag ale anen.
Il y a sur la côte, là-bas, un ancien village.

[  <°ˌa-mʷoˈa-ɣa. ]

t[a]m̄an  (na-tm̄an) [natŋ​͡mʷan] noun. homme, mâle (opp. na-lqōvēn, femme).

[ PNCV *atamʷaʔane. POc *mʷaqane. ]

tam̄yeg  [taŋ​͡mʷjɛɣ] transitive verb.

Syn. familier : ukēg

(1) relâcher ‹qqch que l'on tient fermement›, lâcher prise.

tam̄yeg na-gayga
lâcher une corde

Tam̄yeg na-yn̄ēk!
Lâche-moi la jambe!

(2) (fig) laisser ‹qqn› agir, autoriser.

tan̄  [taŋ] transitive verb.

(1) (rare) avancer ‹la main› qqpart.

Kē ma-tan̄ na-mnen hag lē-wēt woh.
Elle pose la main sur la branche du figuier.

(2) avancer la main sur ‹qqch›; toucher, tâter.

ol

Kē ni-tan̄ sosok qele nen e, tan̄ sas ni-sis non na-lqōvēn en.
Comme il cherchait ainsi à tâtons, il finit par tomber sur la poitrine de la femme.

(3) (spéc) masser ‹qqn›, faire un massage.

ige tan̄tan̄ et
les masseuses, les sages-femmes
tan̄ goy  [taŋ ɣɔj] transitive verb. <Ethn>

(1) boucher, recouvrir, occulter (goy) avec la main (tan̄).

Syn : tēy goy

(2) “faire main basse sur”: marquer sa propriété sur ‹qqch, qqn, qqpart›, en le touchant symboliquement du plat de la main ; se réserver, se consacrer ‹qqch›.

Syn : hig goy

Syn : tēveg

tan̄ goy nogolgē

Nok so tan̄ goy nē-vētan agōh veg ige susu mino.
Je vais consacrer cette terre pour mes enfants.
tan̄ goy nogolgē  expr. <Ethn> “consacrer le mariage”: coutume propre au jour du mariage, selon laquelle la famille de la mariée restitue à celle du marié un cinquième (20%) de l'argent qu'elle a dépensé pour acheter la jeune fille (wēl_na-lqōvēn). L'argent est ensuite réparti entre les membres de la lignée du mari..

tan̄del  [taŋⁿdɛl] transitive verb. réussir ‹qqch›; acquérir ‹une compétence› de façon brillante.

Syn. relevé : beytan̄tan̄

Nēk ma-tan̄tan̄del na-yapyap.
Tu as parfaitement acquis l'orthographe.

Nēk ma-tan̄del nowmat kē!
⟨expr.⟩ C'est exactement ça [litt. tu as carrément réussi]!

tan̄tan̄ hephep  transitive verb. (péj) litt. “toucher outrepasser” : toucher à ‹la propriété d'autrui›.

tan̄

Nitog tan̄tan̄ hephep na-haphap non ige tegha.
Il ne faut pas toucher à la propriété d'autrui.
taple  [taplɛ] ~ tale ~ teple ~ tele ~ tiple ~ tile ~ vele ~ pele  mod. marque de l'Évitatif. Parfois annoncé par den ou veg, dans des structures type den/fv:veg + Sujet + taple.

(1) ⦗stt après prop P1 à valeur d'injonction ou de défense⦘ (il faut/il ne faut pas P1) de peur que P2, car sinon P2.

Nēk so vēlēgē hiy, (den) ige taple bel.
Tu devrais vite la chercher, de peur qu'on te la vole.

Kōyō tit-vasem vēhte, (veg) imam tale boel.
Ils ne pouvaient pas l'avouer, de peur que leur père ne se mît en colère.

(2) ⦗après V ‘faire attention’, ‘éviter’⦘ (éviter+) que ne… P2, (interdire) de P2. Synt. Fonctionne ici comme une conjonction de subordination.

Nēk egoy kē tale wuh nēk.
Fais attention qu'il ne te tue pas.

Nok hig goy kōmyō so kōmyō tele vanvan hep na-n̄ye mey gēn.
Je vous interdis d'aller plus loin que la pointe de terre là-bas.

(3) ⦗en emploi absolu⦘ attention que… ne P; il faudrait éviter que P; j'ai peur que P; sinon, il y aurait le risque que P.

Lep na-gayga! – Ohoo, kē tile m̄ēt.
Prends donc cette ficelle! – Non, j'ai peur que/elle risquerait de se briser.

Nēk tale gom!
Tu risques de tomber malade. (donc ne sors pas…)
tapsey  [tapsɛj] intransitive verb. brisé, en mille morceaux.

Ne-leg ni-tatapsey ēgēn.
Son mariage est brisé !

Welekut ni-lep n-ēwe vag en, ni-bōl tatapsey qēt.
W. prit les fruits de pandanus, et les fit éclater en mille morceaux.
taptap  [taptap] intransitive verb. déféquer.

mem ‘uriner’

taq   [tak​͡pʷ] intransitive verb.

(1) ⟨qqn⟩  se courber vers le bas, se pencher en avant ; se recroqueviller.

hag gētgēt ‘s'accroupir’

Gēn taq dēyē me agōh.
Attendons ici [accroupis / dissimulés].

(2) (par ext) ⟨qqn, qqch⟩  se trouver qqpart (plutôt dans une position neutre, ni verticale ni horizontale). Pour les objets allongés, on emploiera tig ‘debout’ ou en ‘allongé’.

taq bat

taq goy

taq hiy

Ige tam̄an na-m̄adeg kēy taqtaq si tō.
De nombreux autres garçons se trouvaient là aussi.

Van me, na-gangēn tilto taq tō agōh !
Venez, il y a ici des œufs pour nous!

Ige susu taq yoyon̄ tō en.
Les enfants sont restés calmes.

(3) (abstr) exister, se trouver.

No-yobem gōh e, na-hek na-taq geh aē.
Dans ce livre, mon nom apparaît plusieurs fois.

Kēy weyewyeh nu-tun nan, tō kē ni-taq lap mi kēy.
Ils sifflotent l'air, pour le garder en mémoire [litt. de façon qu'il demeure en eux].
taq   adv. (faire V) en étant recroquevillé ou penché vers l'avant.

tig taq
debout penché en avant

yow taq
⟨oiseau+⟩ atterrir, se poser

mitiy taq
être profondément endormi

[ Mota taqalie forward, be prone+’. PNCV *tabʷalie flat (on)’. ]

taq bat  intransitive verb. litt. “se courber caché” : se cacher, se tapir.

taq [A]

Kē ni-taq bat ba ni-yon̄teg hiy.
Il se cacha (dans les fourrés) et tendit l'oreille.
taq goy  transitive verb. se trouver dans une telle position que l'on cache ‹qqch› avec son corps.

taq [A]

Na-mlēg ma-taq goy nō-wōl.
Les gros nuages cachent la lune.
taq hiy  intransitive verb. se baisser en se penchant vers le sol.

taq [A]

Syn : taqlun̄

Ne-m̄e en, nēk so taq hiy.
Pour la danse du serpent de mer, il faut se pencher en avant.
t[a]qal2   (na-tqal) [natk​͡pʷal] noun. <Pois>

(1) Loche, famille de poissons récifaux. Serranidae.

(2) (partic) “Loche acabit”. Epinephelus merra.

(3) “Saumonée léopard”. Plectropomus leopardus.

[ Mota taqale. ]

taqat  (na-taqat) [natak​͡pʷat] noun. <Ethn> (Diable)
taqēs  (na-taqēs) [natak​͡pʷɪs] noun. <Techn> herminette, outil de charpentier à lame incurvée et perpendiculaire au manche, et servant à tailler (teh) les poutres ou les pirogues. Cet outil est de fabrication moderne.

Na-taqēs, so teh na-han̄ aē, si ni-siok.
Une herminette, pour tailler des poutres ou des pirogues.
taqlēn̄lēn̄  [tak​͡pʷlɪŋlɪŋ] adj. qui ne comprend pas ce qu'on lui dit, soit par simplicité d'esprit, soit par distraction: distrait, tête en l'air, tête de linotte.

Nēk tog vētvētleg inti li-sto, veg kē na-taqlēn̄lēn̄.
Tu ne devrais pas envoyer ton fils au magasin: il est trop tête-en-l'air.

[ Cflēn̄. ]

taqlun̄   [tak​͡pʷluŋ] ~ taqlum̄  intransitive verb. se pencher vers le sol, se baisser.

Syn. familier : taq hiy

Ige Japan kēy taqtaqlun̄ goy n-et.
Au Japon, les gens se prosternent devant autrui.
taqlun̄   adv. (faire V) en étant penché vers l'avant et vers le bas. Forme littéraire de hiy1.

hag taqlun̄
assis, tête baissée

Ige lōqōvēn e kēy at taqlun̄ den kē.
Les femmes baissaient le regard devant lui.

Kōyō tig taqlun̄ hōw.
Ils s'arrêtèrent debout (cf. tig hiy).
taqn̄ē~  (na-taqn̄ē~) [natak​͡pʷŋɪ] ~ taqm̄ē~ ~   -. <Anat>

(1) ⟨hum+⟩  le corps, considéré dans son entier.

Syn : taybē~

na-taqn̄ē lōqōvēn
un corps de femme (euph. pour le sexe)

Iqet ni-wuwuhgeg na-taqn̄ē lōqōvēn en.
Iqet se mit à peindre le corps de cette femme (qu'il sculptait).

Taqm̄ēn tita nonon en mu-su hēw.
Le corps de sa mère était assez affaibli.

(2) (fig) ⟨qqch⟩  partie centrale et essentielle.

na-taqn̄ē qētēnge
la chair du bois

na-taqm̄ē siok
la coque du bateau

[ Mota taqan̄iuside; outside, figure+’. ]

taqtaq  [tak​͡pʷtak​͡pʷ] adj. ⟨le temps mahē se couvrir, s'assombrir – à cause d'un orage, d'une éclipse, ou simplement du soir qui tombe.

Mahē mal taqtaq.
Il fait sombre. (le temps se couvre / il va bientôt faire nuit…)

[ Mota taqataqalowering, threatening+’. Cf. Mtp taq. ]

t[a]rak  (na-trak) [natrak] noun. <Mod> véhicule à moteur, spéc. voiture. Rem. La forme sans article est tantôt trak comme en bislama, tantôt tarak avec insertion d'une voyelle, conformément à la phonologie du mwotlap.

Syn : n-age vakvak

na-mtehal ne trak
la route des voitures

na-mtēgtap ne tarak
portière de voiture

na-yn̄o tarak
[jambe de voiture] roue

Kōyō van noyō le-trak vitwag, ba gēn van nongēn le-trak vitwag.
Eux iront dans une voiture, nous nous serons dans une autre.

[ Angl. truck. ]

tasgoyok  [tasɣɔjɔk] transitive verb. litt. “faire rouler (tas) la pirogue (ok) sur le sable” : attendre sur la plage ‹qqn qui vient du large›, pour lui souhaiter la bienvenue; par_ext. aller chercher ‹qqn› à l'aéroport.

Syn : lep vasgēt ‘accueillir’

Ant : tiok ‘raccom^pagner’

Dō so tasgoyok ige be-pn̄opn̄on mōmō.
Nous allons accueillir le bateau des pêcheurs.
tatag   [tataɣ] transitive verb.

(1) suivre ‹qqn, qqch›.

(2) (fig) agir suivant ‹qqch›, se conformer à.

Nēk tatag na-myōs bah!
Finis d'abord de suivre ton désir (i.e. finis ce que tu es en train de faire…).
tatag   adv. suivant, selon, en fonction de ‹qqch›.

Lep nē-tēp tō sese tatag.
On branche le magnétophone, et on chante en même temps [litt. on chante en suivant].

Nok tow n-eh e, nok tow tatag van a no-hohole nōnōm en.
Quand je compose un chant, je le fais en fonction de tes instructions.
tatag goy  transitive verb. suivre ‹qqn›; assister, prendre soin de.

Nok van tatag goy mey no-gom agōh.
Je vais prendre soin du malade.
tatag na-myōs  ~ tatag nē-dēmdēm  expr. (spéc) (cour) litt. “suivant le désir / la pensée” : en donnant libre cours à son désir, d'où librement, à loisir, autant que tu veux.

Amyō kaka tatag na-myōs.
Vous pouvez discuter autant que vous voulez [discuter en suivant le désir].

Ne-gengen geh hay nōk, kimi ne-myōs na-hap en, ami van lep tatag a nē-dēmdēm nonmi.
Vous voyez tous ces fruits? Si vous en voulez, vous pouvez venir vous servir à volonté [prendre en suivant votre idée].
tatal  [tatal] intransitive verb.

(1) marcher, se rendre qqpart à pied, spéc. dans un esprit de détente (opp. van ‘marcher avec un but précis, aller qqpart’). Plus communément van.

Talōw e, gēn van tatal hiy bulsal n̄a hag Aplōw.
Demain, nous nous rendrons [à pied] chez notre ami d'Aplow.

Ōyēh tege lō-qōn̄ nōk e nok tatal lok se me hiy kimi.
Un de ces jours, je repasserai par chez vous.

(2) (spéc) marcher sans but, se promener par pur plaisir, se balader.

Nēk so van ave? – Ohoo, tateh, tatal ēwē!
⟨cour⟩ Tu vas où? – Nulle part en particulier, je me promène simplement.

Tita, imam, nok van tatal bah yow ale kē.
Maman, papa, je vais me balader un peu du côté de la plage.
tatal tēy  transitive verb. litt. “se.promener tenir” : se promener avec ‹qqn›, emmener ‹qqn› se promener; balader ‹qqn›.

tatal

Dōyō ta-tatal tēy vēh no so nok etet muk mahē?
[litt. Pourrions-nous m'emmener…] Est-ce que tu pourrais m'emmener me promener, que je visite un peu la région?
tatapsey  [tatapsɛj] adj.

(1) éclaté en plusieurs morceaux, au lieu d'être compact: (fruit, verre+) brisé; (cordelette) effiloché.

(2) (fig) brisé, réduit à néant.

Ne-leg nōnōm ma-tatapsey ēgēn.
Et voilà, ton mariage est brisé!
tataqnet  (na-tataqnet) [natatak​͡pʷnɛt] noun. <Mer> seiche (angl. cuttlefish), céphalopode proche du calmar. Sepia.

wēyēt ‘poulpe’

na-tataqnet susu

tateh  [tatɛh] ~ tavege  préd. Existentiel négatif: il n'y a pas.

Ant : ‘Existentiel affirmatif (il y a)’

(1) ⦗sujet humain⦘ être absent, ne pas être là.

Imam tateh, kē aveqiyig.
Papa n'est pas là, il est quelque part (ailleurs).

Imam ma-mat, nēk tateh be-tvitvig kē.
Quand papa est décédé, tu n'étais pas là pour l'enterrer.

Na-Tmat so ni-galeg so Iqet so tateh.
Satan voulait faire que Dieu n'existe plus (voulait éliminer Dieu).

(2) (rare) ne pas avoir le droit de pénétrer sur une terre privée, en vertu des règles de propriété.

Ikē tateh lē-vētan m̄ey nen.
Elle n'avait pas le droit d'entrer [litt. elle n'existait pas] sur cette terre.

(3) ⦗Sujet + tatehExistentiel négatif: il n'y a pas de N. Combiné à des marques possessives, tateh traduit “ne pas avoir”: Ithi-k tatehNē-sēm no-nmem tateh.Nous n'avons pas d'argent.’.

Kimi van me gōh, tō na-valiqōqō tateh.
Venez donc ici, il n'y a pas de bruit.

Nok so hēw, ba nē-tyag tateh.
Je voulais descendre, mais il n'y avait pas d'échelle.

(4) tateh + radical nominal⦘ Existentiel négatif: il n'y a pas de N. Le prédicat est intensifié (‘il n'y a aucun N, pas de N du tout’) au moyen de geh, ou de nowmat: Tateh gengen geh so kēy so gen.Il n'y avait plus rien à manger du tout’.

Am̄ag en, tateh mitig.
Autrefois, il n'y avait pas de cocotiers.

Tateh et bah en!
Attendons d'abord qu'il n'y ait plus personne (à l'intérieur).

Tateh hap alon.
Il n'y a rien [litt. il n'y a pas de chose] dedans, c'est vide.

Tateh et ni-tēy n-ih.
⟨+ subordonnée⟩ Il n'y a personne pour tenir cet arc (Cet arc tient en l'air tout seul, il n'est tenu par personne).

Tateh len̄e hohole.
(On ne prononce) pas un mot!

Tateh mino ep, tateh mek bē.
Je n'ai pas de feu, et je n'ai pas d'eau.

(5) tateh seul⦘ il n'y en a pas, il n'y a rien; d'où non.

óòó ‘non’

so tateh

tateh qete

Tita itōk? – Ohoo, tateh, kē no-gom.
Ta mère va bien? – Non, elle est malade.

(6) ⦗dans un contexte de recherche ou de tentative⦘ sans succès; en vain.

lēlēgē

No me-nyē van, me-nyē van, tateh.
J'ai attendu, attendu, mais en vain.

Kēy sok walēg me le-pnō nono-y nen, tateh.
Ils cherchèrent partout dans l'île, sans rien trouver.

Nok hohoh n-ep van: tateh, et-lawlaw te.
J'essaie d'allumer du feu: mais non, ça ne prend pas.

(7) (cour) ⦗en réponse⦘ ⦗in replying⦘ marque de politesse, équivalant à “il n'y a pas matière à s'inquiéter, il n'y a rien à signaler”.

Kimi so akteg mi n-ep en? – Ohoo, tateh, kem so bēbē ēwē n-ep aē.
Qu'avez-vous l'intention de faire avec ce feu? – Non, rien (de spécial), nous voulons juste allumer un feu.

Nēk so van ave? – Tateh, tatal ēwē.
⟨dialogue courant⟩ Où vas-tu? – Nulle part (en particulier), je me promène simplement.

Qele ave? – Ohoo, tateh, itōk.
⟨courant⟩ Comment vas-tu? – Non, rien, tout va bien (ne t'inquiète pas).
tateh qete  ~ tateh teqe  préd. ne… pas encore.

tateh

qete

Nēk may gengen? – Tateh qete.
Tu as déjà mangé? – Non, pas encore.

Lēlwomyen, ēplōn tateh qete.
À midi, son ami n'était pas encore arrivé.
taval-   [taβal] pf. Quoique préfixe, on le transcrit souvent en deux mots, sans trait d'union.

(1) ⦗forme des adverbes locatifs⦘ au-delà, de l'autre côté de.

Syn : tekel-

taval lam

taval mayam

taval qōn̄

taval meyen

na-tval-le

na-tval-ēm̄

taval he~

taval-vōnō
de l'autre côté de l'île

taval Vōnōlap
de l'autre côté de (l'île de) Vanua Lava

taval tō
de l'autre côté de la montagne

taval bē
de l'autre côté de la rivière, sur l'autre rive

(2) (fig) à l'opposé, de l'autre côté de. Uniq. dans quelques expressions, reprenant métaphoriquement la notion d'opposition ou symétrie.

taval-   (taval) sb. ⟨qqn⟩  personne qui porte le même (pré)nom que ‹qqn, no~›: homonyme. Forme abrégée de taval he~.

Taval! Van me!
⟨si je hèle mon homonyme⟩ Hé! Mon homonyme! Viens voir!
taval-   (tavalgi) loc. : : de l'autre côté (par rapport à un point de repère), en face.

Nēk ta-van tavalgi n̄ēh?
Quand iras-tu de l'autre côté (de l'île)?

taval-.

taval he~  loc. ⟨qqn⟩  litt. “de l'autre côté de mon nom” : personne qui porte le même (pré)nom que ‹qqn›: homonyme, frère de nom.

taval- [A]

Syn : taval

taval lam  [taβaˈlam] loc. litt. “au-delà de l'océan” : outre-mer.
taval mayam  loc. litt. “de l'autre côté du monde” : dans l'autre monde; aux antipodes. Désigne en particulier le monde occidental (Europe, Amérique…), à l'instar de le-Pnō Liwo ‘le grand pays’ (cf. vōnō).

Intik aē, ba a taval mayam!
⟨Royaume des Morts⟩ J'ai des enfants, mais ils sont dans l'Autre Monde (dans le monde des Vivants).

Nēk ma-van me taval-mayam.
Tu es venu des antipodes/de l'autre bout du monde.
taval meyen  loc. litt. “de l'autre côté du jour” : le lendemain. Rem. Associé souvent au directionnel hag ‘vers le haut’ (marquant un commencement): taval meyen nan hag.

taval- [A]

Syn : taval qōn̄

Hēn̄ēn kal le-get; taval meyen, gen lok.
On le range dans un panier; le lendemain, on peut en consommer à nouveau.
taval qōn̄  loc. le lendemain. Parfois associé au directionnel hag ‘vers le haut / vers l'Est’.

qōn̄ [A]

Syn : taval meyen

le-mtap nan hag ‘le matin (vl:matap) suivant’

talōw ‘demain’

Taval qōn̄ nan lok se hag en...
Et le lendemain, une fois encore...
taval qōn̄  loc. litt. “de l'autre côté de la nuit” : le lendemain. Rem. Associé souvent au directionnel hag ‘vers le haut’ (marquant un commencement): taval qōn̄ nan hag.

taval- [A]

Syn : taval meyen

Tō nō-qōn̄ mey nen ni-bah. Taval qōn̄ nan lok se hag en, n-et tēvēlēm kēy qelen̄.
Ce jour-là se termina. Le lendemain, à nouveau, cinq hommes disparurent.
tavalgi… tavalgi  loc. d'un côté… de l'autre.

Kōyō vēlwoy kōyō: so vitwag ni-van tavalgi, vitwag ni-van tavalgi.
Ils se séparèrent l'un de l'autre: l'un alla d'un côté, l'autre de l'autre.
t[a]wal  [tawal] adj. ⟨intérieur de maison⟩  sans division interne (ni-didin), ouvert.

mtam̄e ‘à ciel ouvert’

[ Mota tuwaleone, single’. ]

tawhi~  (na-tawhi~) [natawhi] -. <Bot> fleur de ‹telle espèce›, considérée en tant que stade de développement de la plante (fl:opp. na-tweh ‘fleur en tant qu'objet’).

na-tawhi vey
une fleur d'hibiscus

na-tawhi tēnge
[une fleur de plante] une fleur

Na-mtig mal ak na-tawhēn.
Le cocotier est déjà en floraison [litt. a déjà fait ses fleurs].

Na-tawhi tēnge gōh kē nu-su leptō, kē kalō leptō yow.
Les fleurs de cette plante sont encore minuscules, elles en sont encore au stade de bourgeon.

[ Mota tawagasiu. North-V °tawa[ɣa]siflower’. Cf. Mtp teweh. ]

tay1   [taj] adj. ⟨la mer⟩  calme.

Ant : nawnaw

Na-naw na-tay.
La mer est calme, c'est la bonace.

Vētmahē ni-van hōw tō ni-tay.
La mer se calme [litt. l'endroit redescend et devient bonace].

[ Mota taro. ]

tay2   [taj] transitive verb. tailler dans le bois, avec une hache (na-lke, na-baybay). S'emploie particulièrement pour la taille des pirogues (ni-siok).

Syn : tot

teh

[ Mota tara. ]

tay yak  ~ sol yak  transitive verb. <Ethn> adopter un enfant.

yak [C]

Syn : lep yak

t[a]yah   [tajah] transitive verb. racler ; frotter ‹qqch› avec insistance, de façon à provoquer un bruit ou un effet dû à ce frottement.

yah ‘frotter’

gay ‘gratter’

No me-tyah na-majis vitwag so ti n-ep aē.
Je frotte une allumette pour allumer le feu.
t[a]yah   intransitive verb. racler, provoquer un effet de frottement.

No-gom nan, kē ni-tyatyah a lē-nlē.
Cette maladie (angine), elle te racle dans la gorge.
t[a]yah   (na-tyah) noun. (rare) frottement, raclement.
tayak  [tajak] transitive verb. prendre possession de l'enfant d'autrui, légitimement ou non, en vue de l'éduquer comme son propre enfant: d'où kidnapper; adopter ‹un enfant›.

Syn. familier : lep yak

Syn. relevé : solyak

ōl gonteg goy ‘accomplir la cérémonie d'adoption’

t[a]yaymōt  (na-tyaymōt) [natjajmʊt] noun. <Bot> arbre (Burséracées), bsl. Namemiwa. Securinega flexuosa.

Syn : mōmōg

taybē~  (na-taybē~) [natajᵐbɪ] -. <Anat> corps

Syn : taqm̄ē~

(1) corps de ‹qqn›.

Am̄ag, kēy leplep na-tamge so heyhey la-taybe-y.
Autrefois, on utilisait les nattes pour revêtir son corps.

(2) (fig) corps de ‹qqch›, structure principale.

na-taybē ēm̄
[corps de maison] armature, structure d'une maison en cours de construction

na-taybē siok
coque de pirogue

[ Mota tarape-i. ]

tE-3   [tE] -. (préfixe à copie vocalique)

(1) ⦗préfixé à une forme locative⦘ de, venant de. Permet de former des adjectifs, indiquant l'origine spatiale ou temporelle, spéc. ethnique. On trouve régulièrement la combinaison tE- + lE- + nom X ‘du lieu X’, ex. te-le-naw ‘de la mer, marin’; te-le-pnō ‘du village, villageois’; te-le-myam ‘de ce monde’.

na-gatgat to-M̄otlap
[la langue de Mwotlap] le mwotlap

ige t-Ostrelia
les Australiens

ne-meresin tē-l-ēm̄ gom
médicaments de l'hôpital

na-mya te-le-naw
anguille de mer

(2) ⦗sens temporel⦘ qui appartient à telle époque.

na-vap t-am̄ag
[parole d'autrefois] conte

Kem n-age t-atgiy.
Nous on est de la génération suivante [litt. on est chose d'après].

(3) (cour) ⦗précédé de n-agelitt. “chose de” : originaire de (stt en fonction de prédicat).

age

n-age to-M̄otlap vitwag
un Mwotlavien

Nēk n-age tive?
D'où es-tu originaire?

Kēy n-age t-Apnōlap.
Eux ils sont de Vanua Lava.

(4) (rare) ⦗après V⦘ (faire V) à la manière de (tel endroit).

Kēy laklak ta-Franis.
Ils dansent à la française (des danses de France).

Nēk tog vavap te-le-lam, nēk so vap to-M̄otlap.
Ne parle pas pidgin, parle (en) Mwotlap.

Kē mō-m̄ōl to-M̄ot.
Elle a filé à l'anglaise [litt. filé à la Mota].
tE-4   [tE] asp. préfixe de futur. (préfixe à copie vocalique)
te1   [] ~ ta  dét. marque du Partitif: un, du, des.

(1) (‡) ⦗+ nom N sans article⦘ morphème partitif, consistant à prélever une quantité indéfinie de qqch, sans considération de nombre: du, des.

Nēk so dolm̄eg te ga ?
Tu veux boire du kava ?

Nok so vasem te dēmdēm van hiy kē.
Je souhaite lui entretenir de quelque chose [d'une pensée].

No nemyōs so nēk van sok te ipluk me.
Je voudrais que tu me trouves un copain.

(2) (cour) te + Class. Poss. sans article⦘ marqué en personne, le classificateur spécifie la valeur sémantique du prélèvement (objet prélevé en tant qu'aliment avec ga~, boisson avec ma~, etc.), et la personne qui en sera bénéficiaire (identique ou non au sujet du verbe principal). Cf. fr. ‘à, pour’ ; l'ensemble de la tournure permet d'attribuer à qqn ‘sa part’ de qqch.. Synt. Le classificateur peut lui-même être spécifié par le nom N (sans article) de la matière fi:x prélevée ; si le bénéficiaire fi:y est spécifié, fi:y précède fi:x. Ex. Nok van so tēqtēq ub:ta gan ignikqonJe vais chasser des palombesy.

Nēk so gen te gōm ? – Oo ! Nok so gen te kis !
Tu en veux? – Oui, j'en veux! [litt. tu veux du tien-à-manger? – je veux du mien-à-manger]

Lep te mek me ! – Oo ! Lep ta man van !
Donnes-en moi (à boire) ! |– Oui, donnes-en lui.

Nēk tē-wēl te mino vēh me ?
Tu pourrais m'en acheter une (lampe-torche) pour moi ?

Nok so et te muk !
Je veux voir moi aussi ! [Cf. mu~]

(3) ⦗en contexte négatif⦘ aucun, pas le moindre N; spéc. te_et ‘personne’, te_hap ‘rien’. Synt. Le syntagme partitif te + N est toujours interne au syntagme prédicatif, et donc lui-même encadré par la négation et-… te.

Nok et-et te hap te.
Je n'ai rien vu.

Nok et-et te et te.
Je n'ai vu personne.

(4) (rare) ⦗employé seul ou en fin de SN⦘ un peu, quelque peu. Souvent ne se traduit pas autrement que comme un indéfini ‘un/des’.

lō-qōn̄ tegha te
un jour dans le futur

Kē ni-dyē goy lok te, tateh.
Il attendit encore un peu / un instant, en vain.

Kē ni-soksok so ige lōqōvēn aē te lē-n̄ēlmet?
Il essaya de voir s'il y avait des femmes sur le récif.

Kimi ne-myōs ne-gengen te en, ami lep.
Si vous désirez quelque chose à manger, servez-vous.

[ PNCV *teaone’. ]

te2   [] mod.

(1) (ne)... pas: deuxième élément des négations à morphème discontinu et-… te ‘Négatif Realis’ (et-3) tit-… te ‘Négatif Futur’ (cf. tE-2).

Et-ino te.
Ce n'est pas moi.

No et-ēglal galsi te.
Je ne sais pas bien.

Kōyō et-van te me.
Ils ne sont pas venus.

(2) (fam) ⦗sans premier élément⦘ en prédicat équatif, lorsque le sujet n'est pas exprimé (anaphore zéro), te peut marquer la négation à lui seul: d'où c'est pas.

Qele nen te!
(C'est) pas comme ça!

Ino te, ikē!
C'est pas moi, c'est lui!

“Wokbaot” te, “vanvan me”!
(On ne dit) pas “wokbaot”, (on dit) “marcher”.
te-le-naw  adj. litt. “de la mer” : maritime, marin. Sert à désigner certains objets (animaux, plantes+) en les associant à la mer ou au littoral (opp. tē-hēyēt ‘de l'intérieur de l'île’).

naw [C]

na-hlat te-le-naw
[ortie de la mer] méduse

magtō te-le-naw
[vieille de la mer] rascasse

ne-gengen te-le-naw
[aliments de la mer] poisson et fruits de mer
te-M̄sēn  adj. de Mosina.

Na-gatgat te-M̄sēn isqet so ni-qlen̄.
Le dialecte de Mosina (le ‘mwesen’) est près de disparaître.

[  <°ˌa-ŋ͡mʷoˈsina. ]

te-Pnōlap  adj. ⟨qqch, qqn⟩  originaire ou propre à l'île de Vanua Lava.
t[e]bey  (na-tbey) [natᵐbɛj] noun. <Techn>

(1) sorte de corbeille tressée, circulaire, à bords étroits et à ouverture large. Utilisée pour y déposer de l'argent, des aliments durant la préparation du repas, etc..

na-tbey vēyēyag
corbeille à détritus

Kemem a so m-ōl na-hami en, kimi mas suwyeg nē-sēm hōw a le-tbey en.
⟨coutume du yon̄-eh Dès que vous nous entendez prononcer votre nom (dans notre chant), vous devez déposer un peu d'argent dans la corbeille.

(2) (métph) (rare) escarcelle, propriété de ‹qqn›, au fig..

Na-hap a nēk ma-galeg tō me M̄otlap gōh kē, kē mal van qēt van le-tbey nōnōm ēgēn.
Tout ce que tu as pu découvrir ici à Motalava, c'est déjà tombé dans ton escarcelle (i.e. tu l'as mémorisé, cela fait partie de toi).

(3) (par ext) plat, assiette, en matériau non végétal (plastic, métal…). Rem. Traditionnellement, on ne mange ni dans des assiettes ni dans des corbeilles tressées, mais dans des feuilles, partic. feuilles de bananier (no-yova).

bēlēit

[ Mota <°tabera.  taperaa woven open bag, basket’. ]

tege  [tɛɣɛ] adv. à peu près, environ.

Kē tege gēn.
Elle se trouve dans le coin.
t[e]gey  [tɛɣɛj] transitive verb. tirailler, harceler ‹qqn›.

t[e]geygey  (na-tgeygey) [natɣɛjɣɛj] noun. <Ornith> Rhipidure à collier, bsl. nasiksik: oiseau à la queue en éventail, 15 cm. Rhipidura fuliginosa. ◈ Poét. Cet oiseau véloce est célébré, dans la “langue d'Iqet” des chansons anciennes (Cf. Iqet), sous son nom poétique de wo-tgerger.

[ Mota tagere. ]

tegha   [tɛɣha] adj.

(1) différent, autre (que, den).

Nok so van le-pnō tegha.
Je veux partir dans un autre pays.

Mey gōh? – Ohoo, mey ne-tegha.
Celui-ci? – Non, l'autre. [celui qui est autre]

vētmahē tegha
autre part

na-hapqiyig tegha
autre chose, quelque chose de différent

n-et tegha / hiqiyig tegha
quelqu'un d'autre

ige tegha
les autres (personnes)

Kē suvay-tegha.
Il est légèrement différent.

Kēy dēm so no n-et tegha den kēy.
Ils croient que je suis différent d'eux.

(2) étrange, bizarre.

Nē-qētēnge gōh ne-tegha a ne-tegha!
Comme cet arbre est étrange!

(3) ⦗forme rédupliquée⦘ divers, varié.

Na-taqse kastom nonoy a ne-tetegha.
Chez eux il y a tout plein de traditions différentes.

Kōyō van laklak a le-pnō tegtegha.
Ils allaient danser dans divers villages.
tegha   adv.

(1) ⦗après V intransitif⦘ (être placé) à l'envers.

Kē mi-tig tegha.
Il est debout à l'envers, la tête en bas.

(2) ⦗après V transitif⦘ (faire V) de sorte que qqch se retrouve à l'envers.

Nok so wul tegha kē.
Je vais le retourner (sur son lit).

(3) de façon inversée, de façon erronée.

No me-hey tegha nu-sus / no-sot mino.
J'ai mis mes chaussures / mon maillot à l'envers.
teh  [tɛh] transitive verb. <Techn> tailler

(1) tailler la surface du bois avec un instrument coupant, raboter.

(2) réaliser ‹pirogue +› en taillant dans le bois, sculpter ; partic. dans une phase avancée du travail, vers la finition.

tay

tot

Nok teteh heyhey nē-qētēnge qele so ni-siok.
Je taille en biseau un bout de bois, en forme de pirogue.
tekel  [tɛkɛl] -.

(1) ⦗+ nom N⦘ de l'autre côté de.

tekel bē
de l'autre côté du cours d'eau

tekel wutwut
de l'autre côté de la montagne

tekel Vōnōlap
de l'autre côté de Vanualava

Nitog vanvan tekelgi!
Tu n'as pas le droit de passer de l'autre côté.

(2) ⦗en structure binaire⦘ d'un côté… de l'autre.

Syn : taval

Nok hag tekelgi, nēk hag tekelgi.
Moi je m'assieds d'un côté, toi de l'autre
t[e]le  (na-tle) [natlɛ] noun. <Mer>

(1) Palourde ou Bénitier (bsl. natalae), énorme coquillage marin bivalve, remarquable pour sa solidité. Tridacna spp. ◈ Contrairement au nō-wōyō mobile, il est normalement inamovible. On y fabriquait autrefois des lames d'herminette (na-taqēs).

(2) (métph) métal ou fer, introduits par le monde moderne.

na-va tele
râpe en métal

[ Mota talai. ]

telen̄len̄  [tɛlɛŋlɛŋ] intsf. Intensificateur des adjectifs liwo et kēkēn ‘grand’.

Syn : len̄

na-qyan̄ liwo telen̄len̄
un fossé absolument immense
t[e]nepnō   (na-tnepnō) [natnɛpnʊ] noun. place centrale du village.
na-tnepnō Lahlap, la place du village à Ngerenigmen
t[e]nepnō   (tenepnō) ~ tēlepnō ~ lētnepnō  expr. place

t[e]no~  (na-tno~) [natnɔ] -.

(1) ⦗+nom⦘ place de ‹qqch›, endroit ou objet destiné à ‹qqch›.

(2) ⦗+nom verbal⦘ endroit associé à une action particulière: forme des noms d'instruments ou de lieux.

(3) place de ‹qqn›, lit ou siège de ‹qqn›; partic. natte de ‹qqn› (syn. na-tno mitiy / tamge).

Ne-men nen, na-tnon agōh; kē no-togtog antan agōh.
Cet oiseau, voici où il habite [litt. voici son endroit]; c'est ici qu'il habite.

Kē ma-van heylō na-tnon.
Il a remporté les élections. [il a gagné son siège]

(4) (rare) moment.

(5) (rare) manière, forme (dans certaines expressions).

Na-tno bēnē itōk.
Tu as une jolie écriture [litt. l'endroit de ta main (?)].
t[e]n̄e~  (na-tn̄e~) [natŋɛ] -. (‡) forme possédée de tan̄ ‘sac, étui’.

(1) (arch) ⟨qqn⟩  sac, sacoche, bourse de ‹qqn›. On préfèrera la tournure aliénable na-tan̄ mino ou na-tan̄ namu-k.

(2) (métph) escarcelle, propriété de ‹qqn›, au fig..

tebey

Kōmyō m-et na-haphap mey a nē-lēn̄as me lelo vōnō kē en, tō kē ma-vanvan le-tn̄amōyō.
⟨poésie⟩ Vous avez contemplé les merveilles de notre île, et vous les avez emportées dans votre besace (i.e. prises avec vous, dans votre mémoire).

(3) ⟨qqch⟩  récipient, sac, enveloppe, poche, étui réservé à ‹qqch›.

na-tn̄e wotva
récipient en calebasse

na-tn̄e nētm̄ey
poche du bébé (utérus)

[ POc taŋa. ]

t[e]n̄etn̄e duw  (na-tn̄etn̄e) [natŋɛtŋɛ] noun. <Pois> poisson récifal, non identifié, proche du nu-n̄yun̄yu_qo. S'appelle aussi, dans le dialecte volow, n-ēg_te-Ben̄yeteh.

teq  (ne-teq) [nɛtɛk​͡pʷ] noun. cimetière

quy (tamat) ‘tombeau’

tamat

Nēk so van m̄ag a le-teq ?

[ Cftōqō. Mota tapa quiet day, for death or by order of tamate’. Mota taputaboo, unapproachable...’. Malo tabusacred, forbidden; grave’. PNCV, POc *tabusacred, forbidden’. ]

teqe  [tɛk​͡pʷɛ] mod. (arch) variante rare de qete* ‘pas encore’.

Tateh teqe.
Non, pas encore.
t[e]qe~  (na-tqe~) [natk​͡pʷɛ] -. 1s : na-tqe-k 3s : na-tqa-n

(1) ⟨qqn⟩  ventre.

Na-tqek ni-sis.
Je suis rassasié [mon ventre est plein].

(2) (fig) siège des sentiments, ‘cœur’, for intérieur. Connote la sincérité des sentiments.

Lelo taqan kē ne-myōs, ba kē et-buste vasem lō en.
En son for intérieur [litt. dans son ventre] elle le désirait, mais elle n'osait pas le déclarer.

(3) (métph) ⟨qqch⟩  ventre, partie principale et volumineuse d'un objet.

na-tqe ok
coque de la pirogue

[ Mota toqa-i. ]

t[e]qetqe~  (na-tqetqe~) [natk​͡pʷɛtk​͡pʷɛ] -. ⟨animal⟩  ventre, panse. Réduplication de teqe~ ‘ventre’, à valeur augmentative.

na-tqetqe qo
panse de cochon
t[e]qetqe-qo  intransitive verb. ⟨lune⟩  litt. “devenir panse-de-cochon” : être remplie aux deux-tiers, gibbeuse.

Nō-wōl ni-tqetqe-qo lok.
La lune redevient gibbeuse.
t[e]qey  [tɛk​͡pʷɛj] transitive verb. réussir à attraper ‹un animal qui s'enfuit›.

Syn : tukuk

Nok so teqey ne-men agōh!
J'essaye d'attraper ce volatile!
tes  (ne-tes) [nɛtɛs] noun. (rare) (poét) vaste étendue d'eau douce, lac. La même racine se retrouve dans le nom de l'immense lac volcanique de Gaua, le lac Ates

Syn :

[ POc *tasiksea’. ]

tetetwol  [tɛtɛtwɔl] noun. <Mer>

(1) oursinEchinidae.

(2) (Plais) personne très désagréable.

t[e]veg  [tɛβɛɣ] transitive verb. <Ethn>

(1) consacrer rituellement ‹une terre›, typiq. avec de la monnaie de coquillages (nē-sēm), afin de la marquer comme sa propriété privée et celle de ses enfants; s'approprier ‹la terre›. La monnaie est peut-être employée pour une transaction avec l'ancien propriétaire (?).

tan̄ goy

hig goy

Nok so teveg nē-vētan veg ige susu mino.
Je veux consacrer cette terre au nom de mes enfants.

Kēytēl lep nē-sēm, teveg na-le aē.
Tous trois s'approprièrent la plage avec leur monnaie.

(2) (par ext) (‡) échanger ‹qqch› contre de la monnaie de coquillages; d'où acheter, vendre.

Syn. familier : n̄eyeg ‘vendre’

Syn. familier : wēl ‘acheter’

Ige to-M̄otlap so hō me be-tvetveg qet.
Des gens de Motalava vont bientôt venir pour nous acheter nos taros.

[ Mota tuvagto buy or sell, with or for money’. ]

t[e]velgi  (na-tvelgi) [natβɛlɣi] noun. morceau

[ PNCV <°taválu-.  *tavaluside, moiety’. ]

t[e]weh  (na-tweh) [natwɛh] ~ na-twēh  noun. fleur

(1) fleur (de tel arbre). Employé en concurrence avec la forme inaliénable na-tawhi~.

Syn : kaskas ‘fleur (ornementale)’

na-tweh dēn̄ēy

na-tweh hephep

na-tweh dedel

na-tweh qōnqōn

na-tweh tēnge
une fleur [fleur de plante]

(2) entre dans la composition de certaines dénominations de plantes.

(3) (plais) riz. Abréviation de na-tweh_mitig.

Nēk so gen na-tweh?
Tu veux manger du riz?

[ PNCV *diŋoriperfume tree’. Mota tawagasiu. North-V °tawa[ɣa]siflower’. Cf. Mtp tawhi~. ]

t[e]wen  (na-twen) [natwɛn] noun. <Bot>

(1) Vichy sauvage, sorte de gros litchi, bsl. Nandao. Pometia pinnata.

(2) (Arg) (métph) testicules, couilles.

Syn : hlo~ ‘testicules’

[ POc <°tawáni.  *tawan. ]

tey3   [tɛj] intransitive verb. ⟨poisson⟩  mordre à l'hameçon, [ligne] bouger.

Kē ni-yon̄teg a teytey, a qe so nō-mōmō.
Il sent que ça mord, qu'il y a un poisson.
t[e]yeh1   (°na-tyeh) [natjɛh] noun.

(1) peigne.

(2) (mod) brosse.

na-tyeh ba-yayah lēwo-ge
brosse à dents [brosse pour frotter les dents]
te-Yō  ~ tō-Yō  adj. originaire de Roua.

Ayō

No-qo kuykuy te-Yō.
⟨légende⟩ Le monstre de Roua.

[  <°ˌa-roˈua. ]

tE-… qiyig  asp. Futur immédiat.

Kē tē-wē qiyig.
⟨télévision en panne⟩ Ça va finir par fonctionner.

Gen! Nēk to-yon̄teg qiyig nagōm manan aē !
Mange! Tu vas adorer ça.
tE-… tō  asp. Irréel.
t{ē}na  (nē-tna) [nɪtna] noun. <Anat> ⟨hum⟩ ⟨animal⟩  entrailles, intestins, tripes.

vētna ‘étriper’

ye yak nē-tna ne mōmō
retirer les entrailles d'un poisson en y plongeant la main
t{ē}nas  (nē-tnas) [nɪtnas] adj. enfumé, carbonisé.

Na-hō mō-hō me van aē, tō no-womtig ni-tnas.
La fumée a fumé dessus, faisant noircir les vieux cocos.
t{ē}ne~  (nē-tne~) [nɪtnɛ] -. (rare) milieu, centre.

[ Mota tinaientrails; middle’. Cf. Mtp tÊnaentrailles’. ]

t{ē}yag  (nē-tyag) [nɪtjaɣ] noun. ....
1   (nē-tē) [nɪtɪ] noun. <Pois> Surmulet ? poisson récifal. Mulloidichthys flavolineatus.

[ Mota tioa fish with barbules, like Mullet’. POc *tiqaugoatfish, Mullidae sp.’. ]

tē~2   (°na-tē~) [natɪ] -. ⟨animal+⟩  excréments.

Syn : ta

hel yak na-tē mōmō
retirer le contenu des intestins d'un poisson

[ POc *taqe. ]

t[ē]bē  (na-tbē) [natᵐbɪ] noun. large plat en bois, plan et circulaire, utilisé pour confectionner le gâteau nē-lēt. Le na-tbē peut atteindre 90 cm de diamètre.

Ige be-phah kēy vēhbeg na-tbē a lemyayawoy.
Les magiciens peuvent suspendre un plat en l'air.

[ Mota tapiaa wide flat wooden platter’. ]

t[ē]bēbē  (na-tbēbē) [natᵐbɪᵐbɪ] noun. <Bot> Bourao de mer, bsl. Burao_blong_solwota. Cordia subcordata.

tēgētgē  [tɪɣɪtɣɪ] sb. (rare) toutes sortes de X.

No may gen tēgētgē qēt.
J'ai mangé un peu de tout.
tēgvōnō  [tɪɣβʊnʊ] adj. ⟨qqn⟩  indigène, originaire de l'endroit.

vnō ‘pays’

Ige mēlēmlēg Franis kēy et-tēgvōnō te.
En France, ce ne sont pas les noirs qui sont les indigènes.
tēhēl  (nē-tēhēl) [nɪtɪhɪl] noun. <Pois>

(1) canne à pêche, faite d'un bambou long et effilé.

(2) “Nettoyeur à tête orange”, petit poisson oblong. Labroides rubrolabiatus.

tēl  [tɪl] num. trois

(1) trois. Forme non préfixée de vētēl (Cf. vE-), combinée aux termes vag ‘fois’, bul ‘groupe de N personnes’, et son̄wul ‘dizaine’..

vag-tēl
trois fois

tēlge bul tēl
un groupe de trois personnes

Son̄wul tēl nanm̄e vētēl.
[trois dizaines plus trois] trente-trois

(2) forme nue du radical signifiant ‘trois’, apparaissant dans la formation de plusieurs marques de triel. Cf. les pronoms tēl-ge, tēl-hē, kam-tēl, dē-tēl, kēm-tēl, kēy-tēl, et les désinences personnelles -mam-tēl, -mē-tēl, etc..

[ POc *tolu. ]

tēleg  [tɪlɛɣ] transitive verb. <Techn> fabriquer ‹la liane de pêche, na-hay›.

Kēy tēleg na-hay.
On confectionne la liane de pêche.
t[ē]lēh  [tɪlɪh] intransitive verb. ⟨porte⟩  disloqué, qui a un gond cassé.

Na-mtēgtap me-tlēh, kē mi-tig den̄hel, veg n-et mi-siseg van aē.
La porte est disloquée, elle est de travers, parce que quelqu'un a joué avec.
t[ē]lēs  (na-tlēs) [natlɪs] noun. <Bot> Myrobolan ou Badamier (Combrétacées), bsl. Natavoa. Terminalia catappa.

[ POc *talise. ]

tēnetne qōn̄  ~ lē-tnetne qōn̄  loc. litt. “au milieu de la nuit” : à minuit, en pleine nuit.

t{ē}ne~

an̄qōn̄ ‘la nuit’

An̄qōn̄ a lē-tnetne qōn̄ ewo tō ōgnōn so ni-hatig tō ni-van yapyap.
Le soir, en pleine nuit, son mari se levait pour aller à la pêche.
tēnge  (nē-tēnge) [nɪtɪnɣɛ] noun. <Bot>

(1) (gén) végétal. Hyperonyme des plantes, en concurrence avec son dérivé nē-qēt-tēnge (‘arbre, végétal pourvu d'un tronc’). Remplace le nom de l'espèce végétale particulière, lorsqu'elle n'est pas connue ou pas pertinente.

nē-qēt-tēnge
[tête de végétal] un arbre

n-ēwe tēnge
[fruit de végétal] un fruit

na-twēh tēnge / na-tawhi tēnge
[fleur de végétal] une fleur

na-tawhi tēnge gōh
les fleurs de cette plante / ces fleurs

(2) (spéc) végétal doté de vertus médicinales connues; feuille médicinale.

(3) plante médicinale utilisée par le guérisseur (tēytēy-bē) pour soigner les malades; (méton.) ensemble des connaissances secrètes possédées par un guérisseur, et transmises de génération en génération.

man ‘pouvoir magique’

tēnge met

tēnge liwo

tētēnge qon

Nok so galeg nē-tēnge hiy nēk tō nu-vu het ni-van yak den nēk.
Je vais te préparer des plantes, pour faire sortir de toi l'esprit maléfique.

Tēytēy-bē kē ma-mat tētēy nē-tēnge nonon, tateh et ni-lepyak den kē.
Le guérisseur est mort en gardant (le secret de) ses plantes, il n'y a eu personne pour les lui prendre (pour en recevoir l'enseignement).

(4) médicament, traitement pharmaceutique.

meresin

Nok in bah nē-tēnge ne-mek en !
Attends, je prends d'abord mon cachet.

No-gom en, nē-tēnge nan tateh.
Contre cette maladie, il n'y a pas de médicament.

(5) plantes utilisées dans des rituels magiques non médicinaux, ex. pour agir sur les éléments.

[ Mota tan-gaetree, wood, wooden’. PNCV, POc *kayutree, (piece of) wood’. ]

tēnge liwo  noun. litt. “plante majeure” : nom d'une plante (Polypodiacées). Pyrrosia confluens.

tēnge

tēnge met  noun. nom d'une plante. Diospyros spp.

tēnge

tēn̄ten̄  (nē-tēn̄ten̄) [nɪtɪŋtɛŋ] noun. <Pois> Surmulet cordon jaune, poisson récifal. Mulloidichthys flavolineatus.

[ Mota tan̄tan̄. ]

tēq   [tɪk​͡pʷ] transitive verb. lancer un projectile contondant contre ‹qqch, qqn› à l'aide d'un instrument (opp. yim ‘lancer une pierre à la main’; tuqul ‘lancer un bâton’): ex. lancer un caillou au lance-pierres, lancer une flèche assommante (nē-tēq) à l'arc; tirer avec une arme à feu.

‘projectile’

tamat-tēq ‘fusil’

tēqtēq qeyet
chasser la roussette (au lance-pierres ou au fusil)

Kōyō ma-van tēqtēq men.
Ils sont allés à la chasse aux oiseaux.

Nēk may tēq te mu mi twentētu?
Tu as déjà tiré avec un 22 long rifle?
tēq   (nē-tēq) noun. flèche assommante, dont l'extrémité en bois (na-qsan, cf. qese~) est arrondie et lisse, et qui sert à assommer les proies (oiseaux).
t[ē]qē  (nē-tqē) [nɪtk​͡pʷɪ] noun. jardin

(1) jardin, lopin de terre héréditaire que chaque famille cultive pour sa subsistance alimentaire. On y cultive généralement des tubercules comme l'igname (ni-hnag), le taro (ne-qet), le manioc (na-mayok), mais aussi la banane (na-ptel), et autres plantes alimentaires.. Le jardin proprement dit est normalement situé en dehors du village, voire dans la forêt la plus éloignée ; il faut donc le distinguer des plantes alimentaires présentes aux abords de la maison même. Une famille, et même un individu, peut disposer de plusieurs nē-tqē, ce qui lui permet de distribuer à sa guise les cultures en fonction des sols ou d'autres critères.

(2) (par ext) plantation de cocotiers, dans le cadre de l'économie moderne du coprah, non vivrière. On précisera généralement nē-tqē_mitig, 'jardin de cocotier'..

t[ē]qēl   [tɪk​͡pʷɪl] intransitive verb. (rare) descendre.

Syn : hēw

Kōyō tēqēl me le-qyan̄ a nō-qōqō.
Tous deux glissèrent jusqu'au fond du trou.
t[ē]qēl   (tēqēl) adv. en bas, vers le bas: évoque un mouvement descendant.

Ant : kal

hēw tēqēl
[descendre vers le bas] descendre

van tēqēl
[aller vers le bas] descendre

yow tēqēl
sauter [vers le bas]

munuw tēqēl
plonger la tête sous l'eau

at tēqēl
regarder vers le bas

lep tēqēl
[prendre descendre] descendre qqch/qqn, tirer vers le bas

[ Mota taqelto descend, go down hill’. ]

t[ē]qēlhe~  (na-tqēlhe~) [natk​͡pʷɪlhɛ] -. partie supérieure du dos, comprenant la nuque et les épaules.

[ Mota taqalsa-i. ]

t[ē]qēy  [tɪk​͡pʷɪj] transitive verb. attraper, intercepter avec ses mains ‹qqch de petit et mobile: oiseau+›.

tukuk

Nu-bus so ni-tqēy na-ghōw.
Le chat essaye d'attraper la souris.

Nēk te-tqēy vēh na-bagbaglo nen?
Es-tu capable d'intercepter cette hirondelle (en plein vol)?

Kēytēl tēqētqēy men.
Ils sont partis à la chasse aux oiseaux [litt. attraper les oiseaux].
tēqtēq qeyet  voi. aller à la chasse aux roussettes. La roussette est chassée surtout par les enfants, à la fois par jeu et pour la consommer, car sa chair est appréciée. On tire (tēq) sur les volatiles à l'aide d'un lance-pierres (na-raba) ; cette chasse a lieu à la tombée de la nuit.

q[e]yet

tēsol  (nē-tēsol) [nɪtɪsɔl] noun. raz-de-marée, tsunami.
tēt  (nē-tēt) [nɪtɪt] noun. <Ornith> Hirondelle du Pacifique. Hirundo tahitica.

[ Mota tot. ]

tēte~  [tɪtɛ] -. Pl. : ya(tē)tēta-n germain de sexe opposé: (homme) sœur, (femme) frère.

[  <°tuátuá-gu. ]

tētē1   (nē-tētē) [nɪtɪtɪ] noun. bébé

nētm̄ey ‘enfant’

Tētē ni-sisis ni-sis nonon iven.
Bébé tète le sein de sa mère.
tētē2   (nē-tētē) [nɪtɪtɪ] noun. <Bot>

(1) plante (Euphorbiacées). Euphorbia spp.

(2) (ou bien) (?) Goudronnier, plante venimeuse, bsl. Naolasi. Semecarpus vitiensis.

leh [1]

(3) variété sauvage de cocotier.

sigig

tētēnge qon  noun. litt. “feuilles odorantes” : nom d'une plante. Litsea magnifolia.

tēnge

tēvēlēm  [tɪβɪlɪm] num. cinq

[ Mota tavelima. PNCV, POc *limafive; hand’. ]

tēvēlyō  [tɪβɪljʊ] préd. double.

yō [2] ‘deux’

n-ok gamgam a na-sam tēvēlyō
voilier à double balancier

[ PNCV <°taválu-rúa.  *tavaluside, moiety’. ]

t[ē]wē  (nē-twē) [nɪtwɪ] noun. <Ornith> oiseau.

(1) Bécasseau à Queue pointue, 18 cm. Calidris acuminata.

(2) Noddi Niais, oiseau marin, 40 cm. Anous stolidus.

(3) (ou plutôt) Chevalier Voyageur, 29 cm. Heteroscelus incanus.

[ Mota tiwia. ]

t[ē]wēhin̄  (na-twēhin̄) [natwɪhiŋ] noun. <Bot>
t[ē]wēhqalat  (na-twēhqalat) [natwɪhk​͡pʷalat] noun. <Mer> Némerte, ver marin.

t[ē]wētis  (na-twētis) [natwɪtis] noun. <Pois> poisson récifal, aux rayures verticales.

(1) Poisson-ange à bandes bleues, Poisson-duc. Pygoplites diacanthus.

(2) (ou bien) Sergent-major. Abudefduf coelestinus.

tēy  [tɪj] transitive verb. <Techn> (cour) tenir, avoir.

(1) saisir ‹qqch› ; tenir, avoir dans la main. Au Statif, la forme nē-tēy suit souvent un autre verbe, pour indiquer ce que le sujet tient à la main: Ate kēy goy vētgi vatag me anen, ne-ptig geh na-kaskas lē-qtē-y, fr:nē-tēy geh ni-ḡita. Regarde-les qui arrivent en foule, des fleurs plantées dans les cheveux et des guitares à la main

lep ‘prendre’

tēy maymay

Nok tēy na-tbay na-mu ba dō m̄ōl n̄a l-ēm̄ nōnōm !
Laisse-moi prendre ta guirlande de poissons, et rentrons ensemble chez toi !

Na-wae kē, qe so na-m̄adeg meh, no tē-tēy qele ave?!
Toutes ces flèches, il y en a beaucoup trop ! Comment vais-je pouvoir les tenir toutes en main ? !

Nok tēy na-mnē.
(a) Je te prends par la main. (b) Je te serre la main. (c) Je te prête main-forte (au cours d'une bagarre) [Cf. biyin̄]

Tō, kē ni-tēy na-mnen ni-yap kē me, na-m̄alm̄al et-bus te.
Il lui prit la main pour la tirer vers lui, mais la jeune fille ne voulait pas.

tēy yak
saisir qqch pour l'enlever, retirer [Cf. yak]

tēy tēslan̄
[litt. tenir-glisser] laisser s'échapper qqch de ses mains, faire tomber

(2) (par ext) toucher avec les mains, manipuler ; (péj) tripoter.

Tog tēytēy van na-tan̄ mino en!
Arrête de fouiller dans mes affaires !

Tog tēytēy se no me!
Arrête de me toucher !

(3) (rare) tenir ‹qqn›, spéc. par les deux épaules (opp. yap ‘tirer par la main’ ; oytitin ‘tenir par le bras’; sil ‘embrasser’).

Kē tēy qal van tita nonon wo “Tita, tita, tita !”
Elle s'accroche à sa mère, en disant “Maman, maman !”

(4) (partic) attraper pour tuer ‹homme, animal› ; chasser, pêcher.

Tō ige antan kēy tēytēymat so kēy tēy kē ēgēn.
Déjà, ceux d'en bas se préparaient à attraper le garçon (pour le tuer).

Nēk wo mē-tēy qal ne-men en, nok so gen te kis.
Si tu réussis à attraper cet oiseau, je veux en manger un morceau !

Kem van tēytēy n-on.
Nous allons à la pêche aux barracudas.

ige bē-tēytēy-ō
les chasseurs de tortues [litt. ceux pour tenir les t.]

(5) (par ext) agir sur ‹qqch› pour le transformer: travailler ‹qqch›, fabriquer, s'occuper de. Spéc. construire ‹une maison›, sculpter ‹des statues ou masques›.

Qōn̄ vitwag nen, na-taem tēytēy-tēqē.
Ce jour-là, c'était l'époque des travaux agricoles [litt. le temps de ‘tenir’ le jardin]

tēy na-tmat
sculpter des statues sacrées [Syn. tot]

Tō kē ni-tēy qēt n-ēm̄ mitimtiy ni-bah, n-ēm̄ qayqayn̄is ni-bah, tō n-ēm̄ non ēntēn ni-bah.
Il construisit une maison pour dormir, puis une cuisine, puis une maison pour son fils. [Syn. galeg].

(6) (spéc) ⦗V rédupl. + objet incorporé⦘ périphrase désignant l'activité ou le métier de qqn, en relation avec un objet.

ige (bē-) tēytēytele
les garagistes, les mécaniciens [litt. ceux pour tenir le fer]

tēytēybē
le guérisseur [litt. qui tient l'eau] (voir_ce_mot)

N-et bē-tēytēytēnge en ni-leh ne-len̄.
Le magicien [litt. qui tient les feuilles magiques] changea la direction du vent.

(7) (par ext) avoir, détenir, posséder ‹ressources, argent+›.

Na-myōs nonoy n-et m̄ey a nē-tēy no-wok.
(Tes parents) auraient voulu quelqu'un qui possède un travail.

Ige qagqag kēy tēytēy mahē.
Les Blancs, ils ont l'habitude de s'emparer des terres (ils ont l'âme colonisatrice).

Ne-jenso en, n-et vitwag wo mē-tēy na-laesens nonon tō kē tiqyo lēs bo-totot qētēnge aē.
Quant aux tronçonneuses, seules les personnes qui possèdent un permis ont le droit d'en utiliser.

(8) (fig) (rare) saisir par la pensée, garder en mémoire ; apprendre.

Kem mē-tēy na-kaka geh gōh, a kem lēs tamat.
Nous avons appris tous ces mythes quand nous avons été initiés [lēs_tamat].

Kē ni-vatne kēy aē, tō kēy tēy n-eh ne m̄e ēgēn.
Il leur a tout enseigné, et c'est comme cela qu'ils ont appris la chanson du serpent-de-mer.

Ige del mē-tēy mōtōtō n-eh, kēy m-ēglal qēt.
(Les chanteurs) connaissent la chanson par cœur, et en entier [litt. ils la tiennent de la main droite (cf. mōtō)].
tēy   adv.

(1) ⦗avec tout V⦘ faire V en ayant ‹qqch› en main ; par_ext. en ayant ‹qqch› sur soi ou avec soi, pas forcément dans les mains. Se traduit souvent par la prép. “avec”.

Imam nonon yan̄fala en ni-yow lō tēy me na-gasel.
En un clin d'œil, le père du garçon sortit de sa cachette, un poignard à la main.

Kōyō vatah so “Vitwag, vōyō, vētēl” e kōyō yow ! A yow tēy a na-tamge liwo en !
⟨natte comme tapis volant⟩ Après avoir compté “Un, deux, trois !”, ils sautèrent dans le vide – sautèrent en tenant la grande natte (dans leurs mains ?).

Kē ni-lep nē-qēt-al, tō kē ni-bal na-tmalte. Tō ni-suw tēy ēgēn.
À l'aide d'une pince en bois, il saisit la pierre ensorcelée, puis traversa l'eau (suw) avec [en la tenant avec sa pince].

Kē ma-lak tēy na-savat nonon!
Il danse avec ses sandales (aux pieds / *dans les mains).

(2) (rare) faire V avec ‹qqn›.

(tiwag) mi ‘avec’

Lak tēy yoyon̄ ēwē no.
⟨chanson⟩ Danse avec moi tout doucement.

(3) (fig) (rare) se trouver avec, avoir +N abstrait: ex. travail›. Synt. Tēy permet parfois de transitiver un vb intransitif (Cf. goy).

Nok tig tēy vatag n-ēte wun mal dēn̄ son̄wul.
Cela doit bien faire dix ans que j'ai (ce travail). [litt. que je suis debout avec]

Ige mayanag kēy mēlēmlē tēy na-mwumwu na-mu-y.
Les chefs sont lents à faire [litt. lents en tenant] leur travail.

(4) (cour) ⦗V de mouvement + tēy + Objet inan. + Direc. + Locatif⦘ porter ‹qqch› d'un endroit à un autre: apporter (Direc. centripète me), emporter (autres Direc.).

Ige hah yak na-tgop, sal na-kaskas hōw aē, tō van tēy a vētmahē a kēy so wēl na-lqōvēn aē en.
⟨gâteau collectif au mariage⟩ On soulève le laplap (hors du four), on le décore avec des fleurs, puis on le transporte jusqu'à l'endroit où se déroulera la cérémonie d'achat de la femme.

Na-naw ni-vēl kēy, qele ni-lilip ni-vēl kēy, van tēy kēy, toveg kēy a le-naw vētmahē qōqō.
La mer saisit (les hommes) tel un raz-de-marée, les emporta au loin, et les entraîna jusqu'aux abîmes de l'océan.

(5) ⦗V de mouvement + tēy + Objet inan. + Direc. + Datif hiyapporter ‹qqch› à qqn.

Van tēy me na-tan̄ mino en, nok so van suwsuw le-naw!
Apporte-moi mon sac, je vais me baigner en mer !

Nēk ne-myōs so nok so tow na-he : nēk van tēy me nē-sēm, van tēy me hiy no.
Si tu veux que je compose un chant pour toi, tu dois apporter de l'argent, m'en apporter pour moi.

(6) ⦗V de mouvement + tēy + Objet hum.⦘ mener ‹qqn› vers un endroit : amener, emmener ; guider, accompagner. Idiom. Souvent, le sujet englobe l'objet: ex. au lieu de dire “Tu m'accompagnes”, on dit “Nous m'accompagnons”.

Syn : gamteg

N-et vitwag, kē ni-hō tēy kōyō.
Que quelqu'un les emmène en pirogue ! [litt. Qu'un homme pagaye en-tenant eux-deux]

Kamyō John tō-m̄ōl tēy lok qiyig no me.
John me raccompagnera tout à l'heure. [litt. moi-et-John nous m'accompagnerons]

Kemem goy tiwag tēy nēk me.
⟨chanson de mariage⟩ Nous sommes venus en foule [goy_tiwag] pour t'accompagner.

[ Mota taur. ]

tēy goy  [tɪj ɣɔj] transitive verb.

(1) recouvrir, boucher ‹qqch› avec les mains.

Nok tēy goy nē-dēln̄ek.
Je me bouche les oreilles (avec les mains).

(2) retenir, maintenir fortement ‹qqch qui a tendance à tomber ou s'échapper›; garder précieusement ‹qqch› de peur de le perdre.

Kē mē-tēy goy ēwē nē-vētbē vitwag.
(Après avoir perdu tous les autres) il ne possédait plus qu'un seul bambou rempli d'eau.

Nok tēy goy ne-telefon.
Je m'occupe du téléphone (je décroche quand il sonne).

(3) tenir ‹qqch› pour aider qqn qui n'a pas les mains libres, etc..

Nēk tēy goy, ba kē ni-in.
⟨un malade⟩ Pendant que tu tiens (la coupe), il boit.

(4) garder par devers soi ‹qqch que l'on vous donne›; accepter ‹un présent›.

Nēk van tēy me hiy no, nok tēy goy.
Tu me l'apportes, et moi je le garde par devers moi.

(5) empêcher avec les mains ‹qqn› d'agir; retenir ‹qqn›.

Roland kē ni-tēytēy goy kōyō.
Roland les a empêchés (de se battre).
tēy maymay  transitive verb. litt. “tenir fort” : tenir vigoureusement: garder, retenir, empêcher de s'échapper.

tēy

tēy goy

Ne-men nen ni-gap wa kē ni-tēy maymay nē-lēn.
L'oiseau réussit à s'envoler ; mais (le garçon) avait réussi à attraper une de ses plumes.

So kēy wo mē-tēy maymay nē-sēm en, m̄alm̄al nen nōnōm.
⟨fiançailles officielles⟩ Si ses parents gardent l'argent (que tu leur proposes), alors cette fille est pour toi.
tēy na-tmat  intransitive verb. litt. “tenir les diables” : sculpter, fabriquer des statues ou des masques sacrés, partic. dans le secret du na-halgoy.

t[a]mat

tot

tēy qōtō  transitive verb. litt. “tenir provisoirement” : emprunter: prendre ‹qqch› pour un certain temps, avec l'intention de le rendre.

tēy

Nok tēy qōtō na-hanwas nōnōm!
J'emprunte ta montre deux minutes !
tēymat  [tɪjmat] intransitive verb. s'apprêter, se préparer, être prêt.
tēymat   transitive verb. apprêter
tēytēy tele  voi. litt. “manipuler le fer” : bricoler des objets métalliques, ex. réparer la carrosserie ou la mécanique des voitures.

t[e]le

ige tēytēy tele
les garagistes, les mécaniciens
tēytēy-bē  [tɪjtɪjᵐbɪ] sb. <Ethn>

(1) litt. “qui tient l'eau” : sorcier, magicien; (spéc.) guérisseur, médecin dans la société traditionnelle.

N-et tēytēy bē nonon ige to-M̄otlap, kē ni-leh lok ne-len̄ en.
Le magicien de Motalava se mit alors à changer le cours du vent.

(2) (en gén) docteur, médecin – au sens moderne du terme. Mod. L'île de Mwotlap ne compte qu'un seul médecin, officiant au dispensaire (n-ēm̄_gom) de Lahlap.

Syn : dokta

Kē ni-tēytēybē non ige kuykuy vilih.
Elle est médecin pour les vaches (i.e. vétérinaire).

tēytēybē ne gatgat
[médecin des langues] linguiste
tēytēyheg t-Anm̄ēt  [tɪjtɪjhɛɣ tanŋ​͡mʷɪt] noun. <Art> nom d'un motif géométrique dans l'art pictural traditionnel, en forme de deux arcades, comme notre “m” minuscule. Ce nom évoque un lieu sacré Anm̄ēt, près de Won̄yeskey. Le premier mot tēytēyheg est opaque.

tēytēy-ō  voi. aller pêcher la tortue.

ō [2]

ige bē-tēytēy-ō
les pêcheurs de tortue

[  <°awúa. ]

ti1   [ti] transitive verb. allumer ‹feu, lampe+›; mettre ‹le feu› (à qqch, qqn: hiy), brûler.

Ti (lawlaw) nu-qul.
Allume la lampe.

Kēy ti-ti qiyig n-ep hiy no, kēy tu-wuh qiyig no.
Ils vont me brûler vif [me mettre le feu], ils vont me tuer.

[ Mota tiuapply, set+’. ]

ti2   [ti] ~ ti lō  transitive verb. (rare) attribuer ‹qqch› à qqn (?). Sens incertain; uniq. dans qqs expressions archaïques.

(1) donner, attribuer ‹présent+› à qqn.

Gēn so ti van na-mlangēn hiy hiqiyig a gēn na-tam kē…
Si l'on veut offrir un présent à quelqu'un qu'on estime…

(2) (spéc) infliger à son adversaire ‹des points perdus au jeu, no-qo›; d'où gagner ‹des points›.

qo ‘(2) point’

Kē ti-ti yosveg qiyig nagōm qo.
⟨aux cartes⟩ Tu vas voir, elle va t'infliger un grand nombre de points (c'est elle qui va gagner).

(3) commander ‹une ode de prestige› en son propre honneur, moyennant finance, auprès (hiy) d'un poète (n-et bo-towtow-eh, cf. tow).

he~ [3]

No mi-ti na-hangēn hiy Malkikyak, kēy te-se lō l-ēte itan.
J'ai commandé une ode en notre honneur auprès du (poète) Malkikyak; elle sortira l'année prochaine.

[ Mota tiuapply, set+’. ]

tig1   [tiɣ] intransitive verb. debout

(1) ⟨hum⟩  être debout.

Syn. relevé : tiy

hatig ‘se lever’

Ēy ! Hiqiyig tig tō hay en.
Hé ! Regarde là-bas, il y a quelqu'un [debout] !

Tig qōtō anen, nok van bah en!
Reste [debout] là un instant, je reviens.

Kēy tig walēg / dēln̄et [no].
Ils sont debout en cercle [autour de moi].

Kē ni-tig mah a le-lo.
Il se mit debout pour sécher au soleil.

tig ketket
se tenir debout bien droit (pour être plus haut), ex. pour voir loin

tig maymay
debout bien planté sur ses jambes, fermement

tig matmat
debout arrêté; (voiture) à l'arrêt

tig yoyon̄
debout en silence

tig lap
rester debout

tig lē
debout penché de côté

tig taq
debout penché en avant

tig day
attendre (qqn) debout

tig sey
debout en groupe

tig lō
sortir au grand jour, apparaître

tig tam
debout appuyé à (un arbre…)

tig tegha
debout à l'envers, la tête en bas

yow tig
plonger debout (dans l'eau)

tig qelen̄
⟨euph⟩ [debout caché] se soulager, uriner dans les fourrés

(2) se trouver à tel ou tel endroit, dans une position verticale. Comme pour les autres verbes de position (Cf. hag, en), spécifie la position physique d'un objet que l'on veut situer dans l'espace – ici, la verticalité.

Oo! Na-laklak tig tō hay kē!
Oh ! Mais la danse bat son plein [est debout] là-bas !

Ne-beg en, tig soloteg tege tō agōh !
Des arbres à pain, il y en a [debout] partout par ici !

Na-qyan̄ tig tō hag e qele gēn, na-mteēm̄ vet.
Il y a là-haut une ouverture [verticale], comme une porte dans la roche.

Ige qagqag, kēy bem a nē-vētbē a na-qtag ni-tig geh aē.
Les Blancs, ils portent en bandoulière des bambous (carquois) dans lesquels leurs flèches sont rangées [sont debout].

Na-qtag a ni-van yow me en, ni-tig vah a lō-mōmō en !
La flèche fila dans l'eau, et se planta tout droit [debout] dans le poisson.

(3) (rare) ⦗sujet plutôt humain⦘ se trouver, être de telle ou telle manière.

Nok tig tēy vatag n-ēte wun mal dēn̄ son̄wul.
Cela doit bien faire dix ans que j'ai ce travail. [litt. que je suis debout avec]

Ige mēlēmlēg tu-Numea kēy ne-myōs so kēy so tig mahge-y.
Les Kanaks de Nouvelle-Calédonie veulent leur indépendance [être debout eux-mêmes]

(4) (partic) ⦗+Nom attribut⦘ se transformer en, se présenter sous les traits de.

vēhgi ‘se changer en’

Nēk so van ale, nēk dēmdēm meh hiy na-lqōvēn, tō ne-m̄e ni-tig na-lqōvēn nan. (...) Bah, tō kē ni-tig lok ne-m̄e.
⟨légende⟩ Si jamais, alors que tu marches sur la plage, tu es obsédé à la pensée d'une femme, alors le serpent-de-mer (ne-m̄e) prendra les traits de cette femme. (...) Plus tard, il se retransformera à nouveau en serpent-de-mer.
tig1   transitive verb. (rare) être debout sur ‹route+›.

Kēy mi-tig na-trak / tig ne-vet.
Ils sont debout dans la voiture / sur le rocher.

Tig maymay na-hay !
Restez bien debout auprès de la liane de pêche (na-hay)!

tig na-mtehal
debout sur le chemin
tig2   [tiɣ] transitive verb.

(1) ⟨corail⟩ ⟨oursin⟩  s'enfoncer dans, transpercer ‹pied›.

Na-mwoy mi-tig na-yn̄ēk.
Des coraux pointus me sont rentrés dans le pied!

(2) ⟨hum⟩  piquer ‹qqch, qqn› avec un objet pointu, poignarder.

Syn : es

Kē tiple tig nēk aē!
Attention qu'il ne te blesse pas (avec ce couteau)!
tig goy  [tiɣ ɣɔj] transitive verb. litt. “se dresser contre” : être debout (tig) par rapport ou par réaction (goy) à qqch.

(1) se mettre debout (tig) par réaction: se reposer d'un effort, se dégourdir les jambes, se lever pour digérer.

Nok in bah na-ga, nok tig goy tusu.
Après avoir bu le kava, je reste debout un moment.

(2) être debout qq part, de façon à occulter la vue ou à barrer le passage, de façon involontaire.

Nēk mi-tig goy ni-vidio den no!
Tu m'empêches de voir la télé (en étant debout devant moi) !

(3) se mettre volontairement debout pour empêcher physiquement le passage de ‹qqn, qqch› ; barrer la route à.

(4) se mettre debout pour empêcher autrui d'accéder à ‹qqch› ; protéger.

Kēy mi-tig goy na-tmat den Wilson.
Ils ont protégé les masques contre Wilson (ils ont empêché W. de les prendre)

(5) empêcher ‹qqn› de faire qqch ; éviter ‹qqch›.

Syn : hig goy

Am̄ag, kēy n-ēglal tigtig goy nētm̄ey den ige lōqōvēn kēy tiple ētan.
Autrefois, on connaissait les moyens d'empêcher les bébés chez les femmes, pour éviter qu'elles tombent enceintes.

Ne-nem ni-ōlōl matyak no tō ti-tig goy na-pgal en !
En me réveillant par leur bourdonnement, les moustiques évitent la guerre ! [empêchent quelqu'un de me tuer dans mon sommeil]
tig hiy  [tiɣ hij] ~ tig (taq)lun̄  intransitive verb. s'arrêter debout au cours de la marche, marquer l'arrêt. Suivi du directionnel hōw ‘vers le bas’

hiy [1] ‘(2)’

Kōyō van me wa tig hiy sey hōw.
Ils s'arrêtèrent brusquement dans leur marche, debout l'un à côté de l'autre.
tig lō  [tiɣ lʊ] intransitive verb. litt. “debout vers l'extérieur” :

(1) ⟨qqch⟩  être debout de travers, à moitié dehors (ex. une porte).

Syn : tig den̄hel

Na-mtēgtap mi-tig lō.
La porte est de guingois [debout de travers].

(2) ⟨qqn⟩  sortir en étant debout, surgir (d'un lieu), apparaître.

Kē so ni-tot van wa Iqet ni-tig lō.
Il allait tailler (l'arbre), lorsque soudain Iqet surgit (de sa cachette).

Nok tig lō tō van, so na-hap law tō hay gōh?
Approchons-nous [litt. surgissons], pour voir ce que peut bien être cette lumière.

(3) (spéc) ⟨vent⟩  tourner dans telle direction.

Ni-leh ne-len̄, tō ne-len̄ en tig lō me hōw lo-Togle en.
Il changea donc le vent, lequel se mit à tourner nord-ouest.
tig m̄ag   [tiɣ ŋ​͡mʷaɣ] intransitive verb. litt. “être debout le premier” : être le meneur dans un groupe, servir de guide.

am̄ag ‘devant, avant’

tig m̄ag   transitive verb. guider, diriger ; (fig.) être le chef ou le modèle de ‹un groupe›.

Syn : tig helem̄ag

tig na-mtehal  ~ tig na-hal  transitive verb. litt. “debout sur le chemin de (qqn)” : jouer le rôle de messager (pour qqn, no~) ; partic. servir d'entremetteur amoureux, transmettre les messages de cœur (de qqn, no~) à l'intention de (hiy, mi) sa bien-aimée. Suppose un fort degré de confiance et de complicité entre deux amis, car les relations amoureuses doivent souvent être tenues secrètes.

tig [1B]

hal ‘route, message’

tigtig-hal ‘messager’

Nēk so tig na-hal nonmamyō Lydia !
Je voudrais que tu passes un message (secret) pour moi, à l'intention de Lydia. / J'aimerais que tu sois mon entremetteur auprès de Lydia.
tigtig-day  (ni-tigtig-day) [nitiɣtiɣⁿdaj] noun. litt. “debout attendre” : l'attente, partic. l'attente vaine. Nom d'action du Vb tig_day "rester debout en attendant (qqn)". Partic.. Chez les jeunes gens, évoque la longue attente de la bien-aimée lors des rendez-vous secrets.

Ni-tigtig-day may wōl no!
J'en ai marre d'attendre des heures pour rien !
tigtig-hal  [tiɣtiɣhal] sb. litt. “debout sur la route” : messager, estafette ; partic. entremetteur amoureux: personne de confiance que l'on choisit pour transmettre à la bien-aimée les messages secrets, tels que le prochain rendez-vous.

tig [1B]

hal ‘route ; message’

tig na-mtehal

tigyeg  [tiɣjɛɣ] transitive verb. servir ‹personnes, convives› au cours d'un repas collectif, soit en passant les plats, soit en distribuant les coupes de kava.

Nēk so tigyeg kemem.
C'est à toi de nous servir (le kava).
til1   [til] intransitive verb. s'orienter

til1   (ni-tiltil) noun. <Mus> façon de s'orienter.

(1) manière de s'orienter dans l'espace, partic. système d'orientation, système des points cardinaux; manière d'employer les directionnels spatiaux de la langue, propre à un individu ou un groupe.

(2) direction prise par la voix au cours d'un chant, d'où mélodie.

Et tiy ēleg te gōh, n-ēleg gal ēwē. Ba ni-tiltil nan haytēyēh qele ni-tiy ēleg.
Il ne s'agit pas de la coda proprement dite, ce n'est qu'une coda interne. Mais il est vrai que la mélodie est la même que pour la vraie coda.

[ Mota tulsink’. ]

til2   [til] transitive verb. accuser

[ Mota tul ; tila. ]

til3   [til] transitive verb. De : deal . mélanger ‹les cartes›, au jeu.

til4   [til] transitive verb. enrouler un fil de pêche....

[ Mota til. ]

til5   (ni-til) [nitil] noun. <Pois> Orphie, Aiguille, poisson oblong aux dents acérées. Hemirhamphidae.

[ Mota til(i). ]

til6   (ni-til) [nitil] noun. cérumen

[ Mota tul. ]

t[i]li~  (ni-tli~) [nitli] -. œuf

[ Mota toli-u. PNCV *ʔatolu. POc *qatoluʀ. ]

t[i]lig  (na-tlig) [natliɣ] noun. <Mer> chiton, mollusque comestible qui adhère aux rochers, et que l'on cueille à marée basse. Chiton spp.

[ Mota taligira. ]

ti-mi-gēn  ~ te-mē-gēn  adj. litt. “de chez nous” : traditionnel, originaire de l'île |{endash} opp. moderne, occidental (non ige qagqag ‘des Blancs’).

nē-sēm timigēn
l'argent traditionnel, la monnaie de coquillages (opp. argent occidental nē-sēm non ige qagqag)

ne-qet timigēn
taro local, |sc{Colocasia esculenta} (opp. taro Fiji, ne-qet ti-Viti)
tin1   [tin] transitive verb. <Ethn> montrer, révéler ; partic. indiquer à qqn (ex. ses enfants) la terre qui lui appartient.

Nok tin van nē-vētan hiy nēk.
Je te désigne ton lopin de terre.
tinignig  (ni-tinignig) [nitiniɣniɣ] noun. petit nid.

hgēy

[ Mota nigto build a nest’. ]

tin̄  [tiŋ] transitive verb. fabriquer, créer ‹objet›; partic. créer ‹le monde+›, faire acte de création.

wiyis

Ige Japan kēy mi-tin̄ tō na-trak anen.
Ce sont les Japonais qui ont fabriqué cette voiture.

Iqet mi-tin̄ a na-pnō del me Bankis kē.
C'est Iqet qui a créé toutes les îles, ici dans les Banks.

[ Mota tin̄make, create’. ]

tiok  [tiɔk] transitive verb. litt. “pousser (ti) la pirogue (ok) en mer” : accompagner sur la plage ‹qqn qui part en pirogue›, pour lui dire adieu; par_ext. raccompagner ‹qqn› à l'aéroport.

Ant : tasgoyok ‘accueillir’

Ba iyē ti-tiok magaysēn qiyig nēk hag le-tno plēn ?
Qui aura la triste tâche de te raccompagner tout à l'heure à l'aéroport?
tiqyo  [tik​͡pʷjɔ] ~ tiqoyo  asp. variante libre de qoyo, marque du Focus temporel.

qoyo

Nēk tiqyo yon̄teg te mu n-eh gōh ēnōk?
C'est donc la première fois que tu entends cette chanson?
t[i]sis  (na-tsis) [natsis] noun. <Ornith> Méliphage à Oreillons gris, petit oiseau, 16 cm. Lichmera incana.

[ Mota tasis. ]

tit  [tit] transitive verb.

(1) frapper du poing, cogner ‹qqn›.

vēy-titit ‘se bagarrer’

Kēy tit kē nen e, tit sisgoy kē n̄a antan.
À force de coups de poings, ils l'ont fait tomber par terre.

(2) chasser (oiseaux+), attraper (fruits), prob. en frappant un arbre.

No-qon ni-yow hag hōw wa kēy tit.
Chaque fois qu'une palombe se posait, ils la frappaient (?) pour l'attraper.

titit men
aller à la chasse aux oiseaux

titit n̄ey
aller cueillir des amandes
tit mem  transitive verb. frapper violemment ‹qqn› avec le poing; ‘casser la gueule’.

mem [B]

Tog vanvan, kē tiple tit mem nēk!
N'y va pas, il va te casser la gueule!
tita   [tita] sb. mère [M, MZ, FBW].

(1) maman: terme d'adresse.

Tita! Van tō me!
Maman! Viens voir!

(2) mère: terme de référence.

Syn. relevé : ivē~

tita mino
ma mère

Tita ni-tamtam ni-sis van hiy tētē.
La mère donne le sein au bébé.
tita   transitive verb. appeler ‹qqn› sa mère, considérer ‹qqn› comme sa propre mère.

Nok tita kē.
Je la considère comme ma mère.
titamas  [titamas] sb. tante
titeg  [titɛɣ] intransitive verb. trébucher, heurter du pied.
titi  (ni-titi) [nititi] noun. refrain, chorus.

tititol  [tititɔl] intransitive verb. rire aux éclats, se plier de rire.

[ Mota titioleto laugh uproariously’. ]

t[i]vig  [tiβiɣ] transitive verb.

(1) enterrer, mettre en terre ‹mort, plante›.

Tin̄ielo e ma-mat, ba no me-tvig kē hōw gēn.
Tingielo est mort, et je l'ai enterré ici.

Nēk tivig hōw nen, ba nēk etgoy galsi n-age nan kē te-mtow.
Tu mets (la plante) en terre, et si tu en prends bien soin, tu la verras pousser.

(2) (fig) garder ‹qqch› secret.

dēm veteg ‘oublier’

Na-kaka namuntēl, tivig ēwē, tō ni-bah.
Notre discussion, on l'enterre, motus et bouche cousue.

[ Mota tavig. ]

tiwag   [tiwaɣ] num. un, une. Forme non préfixée de vitwag (Cf. vĒ-), combinée avec les termes vag ‘fois’, et son̄wul ‘dizaine’..

son̄wul tiwag nanm̄e vitwag
[dizaine une plus un] onze

vag-tiwag
une fois

m̄eldēl vag-tiwag vēpnegi vētēl
[cent une-fois plus trois] cent trois
tiwag   adv. ensemble

(1) (faire qqch) ensemble.

Kōyō qulqul tiwag.
Ils sont tous les deux de bons amis.

Ige mayanag kēy hag tiwag.
Les chefs sont en assemblée (ils siègent ensemble)

(2) (spéc) si le sujet est singulier, tiwag annonce un complément d'accompagnement marqué par la préposition mi ‘avec’.

Nēk to-hohole boyboy tiwag vēh mi namas nōnōm.
Tu as le droit de plaisanter (ensemble) avec ta belle-soeur.
tiwag mē  loc. avec cela, avec : anaphore sur le régime inanimé (cf. ).
tiwag mi  -. (cour) litt. “ensemble avec” : avec. Prépos. d'instrument [+chose] ou spéc. d'accompagnement [+hum].

tiwag [B]

mi ‘avec (Instrument)’

tiy1   [tij] intransitive verb. goutter, s'égoutter.

wōtiy

tiy1   transitive verb.

Nēk tiy ēwē hōw le-n̄ye.
⟨médicament⟩ Tu mets une goutte dans la bouche.
tiy2   [tij] pf.

(1) ⦗préfixé à un nom N⦘ vrai, authentique, prototypique; parfait.

Kē et-tamat te, kē ni-tiy et.
Lui n'était pas un fantôme, c'était un véritable être humain.

No ne-myōs so nok gen a nō-mōmō, a ni-tiy mōmō.
J'aimerais manger du poisson, du vrai poisson!

Na-pnō a qeso ni-tiy vōnō Toglag en, kēy ōl a so Lepnō Liwo en.
Le cœur du village de Toglag (le centre originel, la partie la plus ancienne ou la plus centrale) s'appelle le Grand Village.

No tit-vasem lō vēh te van tiy dēmdēm nan.
Je n'ai pas le droit de t'en révéler la signification profonde.

ni-tiy dēmdēm ne gatgat to-M̄otlap
les fondements de la langue mwotlap (la grammaire)

(2) spécial, spécifique.

Syn : am̄e

ni-tiy ēm̄ ba-ga
une maison spéciale pour le kava

Ni-tiy han aē.
Il existe un terme spécifique pour cela.

(3) ⦗préfixé à un qualificatif⦘ vraiment, tout à fait: valeur intensive.

Nēk mo-tot ni-siok nōnōm nōk, tiy wē, ay!
Ah çà! Tu t'es taillé une pirogue qui est vraiment parfaite!

Tiy mōyōs kokoym̄eg mino yeh so nok so tiok nēk hag en!
Mais c'est vraiment mon vœu le plus cher que de te raccompagner là-bas!

(4) ⦗préfixé à un verbe V⦘ éprouver le vif désir de (faire V).

Kē yon̄teg van a so kē tiy mitiy ēgēn.
Il ressentit alors une forte envie de dormir.

Nok tiy et lok se nēk.
J'ai très envie de te revoir.
tiyge  (ni-tiyge) [nitijɣɛ] noun. mât, spéc. de voilier (n-ok gamgam).

[ Mota turgae. ]

tiytiy  [tijtij] intransitive verb. ⟨liquide⟩  goutter, tomber goutte à goutte.

Nē-bē ni-tiytiy tēqēl.
L'eau coule goutte à goutte.
tiy… yeh  adv. Superlatif absolu: le plus X de tous.

No ni-tiy tam yeh nēk, Wotlōlan.
C'est toi que j'aime le plus, Wotlôlan.

Tiy mōyōs kokoym̄eg mino yeh.
C'est mon désir le plus vif.

Mahē gōh en, tiy isqet yeh hay lē-bē liwo.
Ce village est le plus proche du grand lac.
tog1   [tɔɣ] intransitive verb. rester, partic. demeurer qqpart plusieurs jours (opp. hag, rester qqpart peu de temps); vivre qqpart.

Kamyō no-togtog le-pnō vitwag.
Nous habitons dans le même village.

Kēy tog van i tog i tog i tog i tog en, na-may ma-qal kēy.
Ils vécurent ainsi longtemps, longtemps, longtemps… jusqu'au jour où survint la famine.

Tog tog i van en…
⟨formule de conte⟩ Il était une fois…
tog1   (no-togtog) noun. façon de vivre, mœurs.

No-togtog nonoy itōk.
J'aime la façon dont ils vivent.

No-togtog Vila na-maymay.
La vie à Vila est difficile.
tog2   [tɔɣ] mod. Prohib

Tita nonon tog ēgēglal !
Que sa mère n'en sache rien !
tog3   [tɔɣ] mod. marque du Conatif. Suit un verbe à l'Aoriste, avec valeur désidérative ou injonctive

(1) particule modale à valeur conative: ‘essayer de V’, ‘faire V pour voir’. Rem. On trouve parfois un croisement entre la tournure en { V + tog } et l'équivalent bislama en { traem + V } (<angl. try), ex. Nēk traem gen egal tog? (Essaye) de goûter pour voir? / Tu peux goûter, s'il te plaît?

egal ‘essayer’

Dō et tog so iyē qele nen?
Voyons voir de qui il s'agit.

Lep tog me, nok yon̄teg tog!
Passe-moi donc (les écouteurs), que j'écoute un peu (pour voir)!

Lep me n-ēwan, nok gen egal tog!
Donne-moi un fruit, que j'y goûte (pour voir)!

Magtō, nō-wōgit kē me-qlen̄ tō anoy; ba nēk qoy tog so kē ave.
Vieille devineresse! Le prince a disparu hier. Pourrais-tu essayer de voir en rêve où il se trouve?

(2) (par ext) atténue la force d'une injonction en la présentant comme une simple tentative. Sém. Le Conatif tog constitue toujours un ordre poli – à la différence de V+ ‘fais V d'abord/un instant’, qui demeure compatible autant avec la nuance de politesse (‘Viens un instant!’) qu'avec l'injonction pressante (‘Viens dès maintenant!’).

Na-gasel mino me-qlen̄. Dō sok tog!
J'ai perdu mon couteau. Cherchons-le! / Si on le cherchait? / Tu veux pas qu'on le cherche?

Vap lok si tog?
Tu peux répéter (s'il te plaît)?

Atmi matyak tog me!
Réveillez-vous!

Imam vatag hay. Ōl tog kē!
Tiens, mon père est là-bas. Tu peux l'appeler, s'il te plaît?

Vētleg tog n-et ni-van tog tekel wutwut !
Envoie donc quelqu'un, qu'il aille voir de l'autre côté de la montagne!
tog4   (no-tog) [nɔtɔɣ] noun. <Bot> sorte de roseau (Graminée), bsl. Waelken. Miscanthus floridulus. ◈ Cette plante est utilisée dans un jeu traditionnel lié à la récolte des ignames, le nē-kēt.

[ Mota togoa reed’. PNCV *tok(a,o)arrow shaft’. ]

tog mi na-tqa-n  expr. ⟨femme⟩  litt. “rester avec son ventre” : être enceinte. Parf. simplement Kē mi na-tqa-n. Elle est avec son ventre.

t[e]qe~

Syn : ētan

Wolqōvēn en mo-tog mi na-tqan: me-psis hōw en, na-tm̄an.
⟨introd. de conte⟩ La femme tomba enceinte, puis donna naissance à un garçon.
tog qōn̄  [tɔɣ k​͡pʷʊŋ] intransitive verb. litt. “rester toute la journée” : partir en pique-nique, en famille ou entre amis ; aller en forêt ou sur la plage afin d'y passer la journée, pour l'amusement ou le repos.

Syn : hag qōn̄

tog [1A]

na-Tno Tog qōn̄

Dōyō van tog qōn̄ a Qōyē.
Nous irons passer l'après-midi à Qôyê.
t[o]gotgo   [tɔɣɔtɣɔ] adj. rapide.
t[o]gotgo   (togotgo) ~ totgo  adv.

(1) rapidement, vite.

Vēl totgo!
Dépêche-toi!

(2) (parf) tôt.

Syn : ēgē

Talōw a le-mtap en, nēk matyak togotgo.
Demain matin, tu te réveilleras tôt.

[ Cf. Mota tagogoiquickly’. ]

togtil  (no-togtil) [nɔtɔɣtil] noun. <Ethn> nom d'un diable.
togtō  [tɔɣtʊ] loc. :

(1) ⦗entre deux propositions P1-P2⦘ alors, dans cette hypothèse, ‘si c'était le cas’: introduit l'apodose des systèmes contrefactuels. Rem. Ne se traduit généralement pas en français.

So kē ta-vap tō me hōw en, togtō nok so lep !
S'il me l'avait demandé plus tôt, [alors dans ce cas] je la lui aurais donnée!

(2) ⦗P1 sous-entendu⦘ dans le cas contraire, sinon.

Tan̄a so tita mino aē ! Nēk m-ēh lok. Togtō nēk bah.
Heureusement que ma mère était là! Elle t'a sauvé la vie; sinon, c'en serait fini de toi.

Nēk me-myin̄ no, togtō no mal mat!
Tu m'as porté secours; sinon (sans cela) je serais mort!

(3) ⦗en indépendante, suivi du Parfait⦘ pour un peu; avoir failli (faire V).

sisqet

Togtō no mi-titeg.
Pour un peu je trébuchais, j'ai failli trébucher..

tog + tō.

togyon̄  (no-togyon̄) [nɔtɔɣjɔŋ] intransitive verb. litt. “rester (tog1) calme (yon̄1)” : se taire, faire silence.

Togyon̄!
Tais-toi!

Atmi togyon̄, atmi togyon̄ tog ! Na-ln̄e eh vanvan me gēn.
Taisez-vous, s'il vous plaît, faites silence! J'entends une chanson qui s'approche.
tokel  (no-tokel) [nɔtɔkɛl] noun. <Pois> Carangue, poisson récifal.

d[i]lit

(1) (spéc) Carangue bleue. Caranx melampygus.

(2) Carangue noire. Caranx lugubris.

(3) Carangue à points jaunes. Carangoides orthogrammus.

t[o]kol  (na-tkol) [natkɔl] noun. <Ornith> Sterne à Nuque noire, oiseau, 35 cm. Sterna sumatrana.

[ Mota takolo. ]

tokosm̄eg  [tɔkɔsŋ​͡mʷɛɣ] adv. (consommer un liquide: verser, boire+) à l'excès, en dépassant la dose requise.

meh ‘trop’

Nēk mi-lin̄ tokosm̄eg na-waēn, tō kē m-ōy luwluwyeg.
Tu as versé trop de vin, et il a débordé.

Kēy tog inin tokosm̄eg, den na-ga tiple vēhyu mi kēy.
Il ne faut pas qu'ils boivent trop, car le kava pourrait les rendre malades.

Tog galeg tokosm̄eg.
Ne gaspille pas (le parfum).
tol  (no-tol) [nɔtɔl] noun. (Arg) (vulg) gros phallus.

lwe~ ‘pénis’

[ Mota tole (?)long, tall’. ]

tomag  (no-tomag) [nɔtɔmaɣ] noun. <Bot> variété sauvage d'igname au goût sucré, Dioscoreacée. Dioscorea esculenta.
tomtak  [tɔmtak] transitive verb.

(1) (fam) laisser tomber ‹qqch, qqn›, oublier. Synt. Uniquement à l'impératif 2sg; souvent associé à vege et à van.

ukēg

dēm veteg

Tomtak van!
Laisse tomber! (N'en tiens pas compte, ce n'est pas grave.)

Sowo kē ne-leg, ba tomtak vege kē van.
Si elle est déjà mariée, laisse-la tomber.

(2) (rare) ⦗+ so + complétive⦘ litt. “laisse tomber que…” : bien que….

Tomtak vege van sowo n-ēm̄ gōh nu-su, ba no ne-myōs.
Cette maison est certes toute petite, mais je l'aime bien.
ton̄ton̄  [tɔŋtɔŋ] intsf. Intensificateur de sis ‘‹marée+› monter, enfler’: d'où jusqu'à ras bord.

Ne-met yow gōh mō-yō ba kē mi-sis ton̄ton̄.
La marée montante a atteint son maximum.

Nē-sēm mino mi-sis ton̄ton̄.
⟨poésie⟩ J'ai de l'argent plein à craquer.
tot  [tɔt] transitive verb. trancher

(1) hacher, trancher ‹qqch, spéc. végétal› à l'aide d'une hache ou d'un couteau, en donnant un coup sec avec la lame.

tot na-lēt
couper du bois (à brûler)

tot ni-vinhe
couper des bambous

tot na-ptel
cueillir des bananes (on coupe un régime à l'aide du couteau)

tot na-gayga
couper une liane / une corde

Iqet e van nen tō tot na-gvēg. Kē mo-tot mi tot en, tot sisgoy.
Alors Iqet s'en alla couper un tronc de Syzygium. À force de coups de hache (tot), il finit par l'abattre (tot sisgoy).

No ne-myōs so kōmyō van tot me no-yomtig, nok vet no-boyboy.
Je veux que vous alliez me chercher [litt. me trancher] des feuilles de cocotier, afin que je tresse un panier.

Ige mo-tot mat kē.
[les gens l'ont haché-tué] Il a été tué à coups de machette.

(2) tailler le bois pour réaliser ‹un objet›; sculpter ‹statue (na-tmat, no-totgal)+›.

teh ‘tailler’

tot n-ih
fabriquer un arc

tot ni-siok
tailler une pirogue

tot nē-qētēnge b-ēm̄
tailler les poutres pour une maison

tot na-tmat
sculpter une statue rituelle

No mal dēmdēm so nok so tot na-han ēvēp.
Je me suis demandé à l'avance quel esprit (n-ēvēp) j'allais sculpter.

[ POc *toto(k)hack off’. ]

tot gal  [tɔt ɣal] transitive verb. trancher à moitié (gal ‘mentir’), entailler un objet d'un coup de lame, sans le couper complètement ; par_ext. sculpter.

totgal

tot lat  [tɔt lat] transitive verb. trancher dans le sens de la largeur, couper en deux ‹qqch› au moyen d'un instrument tranchant.

Iqet mo-tot, mo-tot i tot en, tot lat.
Iqet donna des coups de hache, encore et encore, jusqu'à couper l'arbre en deux.

Kēy mal totot lat na-mya bē liwo tō kēy qan̄yis ēgēn.
Ils coupent l'anguille géante en tranches, puis la font cuire dans le four.
tot woy  [tɔt wɔj] transitive verb. trancher dans le sens de la longueur, scinder en deux ‹qqch› au moyen d'un instrument tranchant.

Iqet ni-yop na-baybay nonon e ni-tot woy ni-siok.
Iqet brandit sa hache, et fracassa la pirogue.
tot yak  [tɔt jak] transitive verb. <Techn> tailler pour enlever, se débarrasser de ‹qqch› d'un coup de lame.

(1) éliminer une chute de bois après avoir scié à moitié (so_gal).

(2) tailler dans la pierre.

Na-lke, na-gasel t-am̄ag, a kēy mo-tot yak den ne-vet.
La hache na-lke, c'est le couteau de nos ancêtres, qui était taillé dans la pierre.
tot yuw  [tɔt juw] transitive verb. abattre ‹un arbre› à la hache.

Kē ni-tot yuw nē-tētēnge vitwag, kē ni-tot ni-siok aē.
Il abat un arbre, et y taille une pirogue.
totgal   [tɔtɣal] transitive verb.

(1) litt. “tailler (tot) pour de faux (gal)” : tailler dans un bois souple (ex. fougère arborescente na-qtag) une effigie, spéc. un démon (na-tmat); sculpter.

Syn : teh

(2) (par ext) dessiner, faire un portrait.

yap ‘écrire, dessiner’

(3) (mod) photographier, filmer ‹qqch, qqn›.

Kē so ni-tototgal ēntēl.
Elle veut nous prendre en photo.
totgal   (no-totgal) noun.

(1) image, représentation visuelle, gén. graphique.

no-totgal vet
statue de pierre

Yolqōvēn mino Wako ma-yap qēt tō no-totgal nan.
Mon épouse Wako en a dessiné toutes les illustrations.

(2) (partic) photographie; parf. vidéo.

No me-lep bel ēwē no-totgal nan.
J'ai pris la photo en cachette.

(3) (parf) représentation abstraite, par_ex. évocation poétique.

No me-lep ēwē kē qe so no-totgal nōnōm a nēk galeg tō na-mwumwu me lelo vōnō mino agōh.
(à travers ce poème) j'ai voulu te représenter [litt. j'ai voulu prendre une image de toi] alors que tu fais ton travail ici, dans mon pays.
tot-matap  adj. litt. “coupe-matin” : le matin très tôt.

Kēy gengen tot-matap.
Ils prennent leur petit-déjeûner très tôt le matin (avant de partir).
toto  [tɔtɔ] préd. non, ne fais pas ça!. Équivalent enfantin de nitog.

Syn : tapu

totogyeg   [tɔtɔɣjɛɣ] sb. ⦗+ N sans article⦘ le premier.

-negi ‘suffixe ordinal’

totogyeg et a kē ma-vaysig hag lō-wōl
le premier homme qui a marché sur la lune

qētēg hiy no-totogyeg kē ni-van hiy bahnegi
de la première à la dernière (photo)

(2) (absol) la première fois.

Totogyeg mino ēagōh.
C'est aujourd'hui la première fois pour moi [c'est ma ‘première’].
totogyeg   loc. en premier, avant toute chose.

Totogyeg, nēk so van vēhge imam nonon.
Avant toute chose, tu dois aller demander à son père.
totot  (no-totot) noun. la taille, la sculpture: nom d'action de tot.

tot

No-totot tamat nan me-qlen̄ tō, ba kēy may totot lok se ēgēn.
L'art de la sculpture [statues d'esprits, tamat] s'était perdu, mais il a été ressuscité.
t[o]wol   [tɔwɔl] adj.

(1) large.

(2) ⟨visage⟩  aux traits grossiers.

Ant : mununuy

t[o]wol   (na-twol) noun. largeur
t[o]wotwos  (na-twotwos) [natwɔtwɔs] noun. <Ornith> Échenilleur de Polynésie, oiseau, 16 cm. Lalage maculosa.

t[o]woyig   [tɔwɔjiɣ] adj. facile, aisé.

Syn. relevé : tagasēp

Ne-twoyig ēwē me hiy no.
C'est facile pour moi, je trouve ça facile.
t[o]woyig   (towoyig) adv. aisément, facilement, volontiers.

nē-vētvētleg yobem towoyig
la machine à envoyer les lettres facilement (le fax)

Kimi ige togtog la-taon en, kimi na-n̄ayn̄ay towoyig!
Vous les habitants de la ville, vous vous fatiguez facilement!

No-sot gōh kē ne-mhamhay towoyig.
Cette chemise se déchire facilement.

Ige m̄alm̄al me gōh kēy n-akmēhteg towoyig.
Les filles d'ici elles se fâchent pour un rien.

[ Mota togawora (?)easy’. ]

towtow  (no-towtow) [nɔtɔwtɔw] noun. <Techn> nom dérivé du vb tow.

(1) instrument pour mesurer: règle, équerre.

(2) action de mesurer, calculer, composer.

toy  (no-toy) [nɔtɔj] noun. <Bot> nom d'une plante. Decaspermum neo-ebudicum.

toyak  (no-toyak) [nɔtɔjak] noun. <Bot> nom d'une plante (Anacardiacées). Ervatamia orientalis.
t[o]yo  (na-tyo) [natjɔ] noun. <Ornith> Pigeon à Gorge blanche, Collier blanc, bsl. nataroa. Columba vitiensis.

[ Mota taroa. ]

1   [] conj.

(1) ⦗+ Aoriste⦘ et puis, alors: marque un événement comme succédant au précédent dans le temps.

Tō?
Et alors?

Tō kē ni-tay ēgēn. Tō kē ni-se n-eh.
Alors il se mit à tailler (sa pirogue); et puis il entonna une chanson.

Disko wow leptō, tō nok m̄ōl, tō mitiy.
La soirée disco battait son plein, [et puis] je suis rentrée [et puis] je me suis couchée.

(2) ⦗après protase temporelle ou conditionnelle⦘ alors, à ce moment-là (ne se traduit généralement pas).

Toy goy nen en, tō kē ni-in lō na-ga.
À la fin de son discours, [alors] il boit la première coupe de kava.

Nō-mōmō so ni-wot en, tō nēk yap kal.
Si le poisson mord, [alors] tu ferres.

(2) donc, si bien que: marque une proposition comme la conséquence logique du précédent.

Imam mino mal vasem nēk me a lo-totgal, tō nok et vēglal nowmat nēk.
Mon père m'avait déjà montré une photo de toi, du coup je t'ai reconnue tout de suite.

Nēk so mi-yim kē, ub:tō nēk ak metewot kē, tō ni-tiy het yeh.
⟨en subordonnée⟩ Si tu lui lances une pierre et que tu le blesses, là ce serait encore plus grave.

Egoy imam, kē tiple et nēk ub:tō kē ni-boel.
Fais attention à ton père, de peur qu'il ne te voie et qu'il ne se mette en colère.

(3) ⦗+ Aoriste ou Prospectif⦘ afin que, en sorte que.

Lep tog na-gayga tō nēk lēg van aē.
Va donc chercher une corde, afin de l'attacher.

Nok so woswos galsi ne-yep en, tō kē ni-maymay.
Il faut bien clouer la planche, pour qu'elle soit solide.

(4) ⦗focus prosodique sur c'est pourquoi, c'est pour cela que.

ub:Tō nok vēhge nēk en.
C'est précisément pour cette raison que je te pose la question.
2   [] asp. particule post-verbale, entrant dans diverses marques aspectuelles composites.
2   (… tō) asp.

(1) Présentatif.

(2) (spéc) ⦗verbe de position statique + + déictique⦘ dans cette situation, en ce moment. Mrph. Les verbes concernés sont: hag, tog, yōs, en; les déictiques les plus usités sont de 1er degré (gōh, , gōskē). Noter la prononciation exceptionnelle de tō kē en [tʊŋgɪ].

hag tō nōk en
à ce moment-là

yōs tō kē
dans la situation actuelle

en tō gōskē
dans ce cas précis, en l'occurrence

tog tō qiyig agōh
de nos jours

(1) ⦗Aoriste à valeur désidérative⦘ présente une instruction comme un préalable avant toute autre action: d'où ‘d'abord’, ‘dans un premier temps’. Rem. On emploie plus souvent la tournure, sémantiquement équivalente, du Prioritif (en bah… en).

Nēk van tōh ! Nok qoyo van atgiy.
Vas-y d'abord; j'irai après.

Dōyō so kaka, ba… nēk van tō Alkon!
J'aurais bien aimé que nous discutions, mais bon… Fais d'abord ton voyage à Gaua (et on se verra après).

(2) (d'où) ⦗Aoriste à valeur d'ordre⦘ forme une injonction atténuée (opp. Aoriste seul): ‘un instant’, ‘s'il te plaît’.

tog [3] ‘Conatif’

Kē ni-van tō me!
Qu'il vienne me voir un instant.

Hey Wotlōlan ! Kal lō tō me!
Hé Wotlôlan! Sors de là, deux secondes!

[ Mota ti. ]

3   (°na-tō) [natʊ] noun. montagne

[ Mota tauwe. PNCV *tavuamountain, hill’. ]

4   (°na-tō) [natʊ] noun. conque

[ Mota tauwe. PNCV *tavuiconch shell’. POc *tapuʀitriton shell’. ]

tōap  (nō-tōap) [nʊtʊap] noun. <Ornith> Colombe à Longue queue, 31 cm. Macropygia mackinlayi.

Syn : keykeybeye

tōh  [tʊh] mod. (rare) ⦗en injonction⦘ variante expressive de , à valeur d'invite polie.

Nēk gen tōh na-mayap gōh!
Mange-moi donc cette papaye.

Nēk mitiy tōh! Bah en, dō van.
Fais d'abord une sieste; nous irons ensuite.
t[ō]qō  [tʊk​͡pʷʊ] transitive verb. <Ethn> poser un interdit sur son propre champ ‹nē-vētan, nē-tqē+›, pour y empêcher les intrusions de toute personne étrangère.

ak goy

No mal tōqō mahē gōh kē, n-et tit kal bat vēh te ; ba so iyē ma-van me gōh ?
J'avais posé un interdit sur cet endroit, personne ne pouvait y pénétrer ; qui donc a bien pu oser venir ici ?

[ Cf<°tabʷú-a. Mota  teq . PNCV, POc tapuaa thing or place made taboo; a mark or sign set up’.  *tabusacred, forbidden’. ]

tōqōn̄  [tʊk​͡pʷʊŋ] loc. tel jour précis; le jour précis où… (dans le passé ou le futur). Préfixe tō- de valeur inconnue.

qōn̄ ‘jour’

Tōqōn̄ a kamyō dēn̄ me Alkon en.
(C'était) précisément le jour où nous sommes arrivés à Gaua.

Tōqōn̄ a nēk so m̄ōl lok me den Vila en, nēk vasem lō me.
Le jour où tu voudras revenir de Vila, préviens-moi.

Nok dēm lok tōqōn̄ anen a dō ma-van tō hōw en.
Je me souviens exactement de ce jour où nous étions allés nous promener.
t[ō]qōtqōs  [tʊk​͡pʷʊtk​͡pʷʊs] intransitive verb. <Anat> ⟨sang⟩  affleurer abondamment sur la surface de la peau, par ex. sur une muqueuse.
t[ō]qōyon̄  (na-tqōyon̄) [natk​͡pʷʊjɔŋ] noun. <Pois> Scolopsis, poisson récifal. Sc. cancellatus.

tōti~   (nō-tōti~) [nʊtʊti] -. <Poét>

(1) tronc d'arbre, partie centrale d'un végétal ; partic. la plante dans son entier.

qēg ‘tronc (de bois)’

(2) (métph) commencement, début.

Syn : qētēqtēg

Ant : ulsi~ ‘cime, fin’

tōti qēthiyi~

No te-se vēh, ba na-lēk mō-qōn̄ nō-tōti eh.
Je peux chanter, mais j'ai oublié le début de la chanson.

nō-tōti bōk
première page / couverture du livre

(3) (spéc) ⟨chant⟩  incipit de chant coutumier (n-eh_liwo), caractéristique de son genre musical ; d'où genre musical, style.

(4) cause, motif, raison d'une situation.

Ige bē-vēnan kēy me-pgapgal bō-tōti lōwlō.
Son gouvernement (Soudan) mène une guerre pour / au nom de la religion.

Nō-tōtēn iyē ? – Nō-tōtēn ige mayanag !
La faute à qui ? – La faute aux chefs ! [litt. La cause de cela, c'est les chefs]
tōti~   (tōtēn) adv. litt. “la cause-de-cela (c'est...)” : à cause de, pour ‹tel motif› ; exprès, intentionnellement.

No me-lep tōtēn veg be-mwumwu me Vanuatu en.
Je l'ai acheté exprès pour travailler ici au Vanuatu.

Kē m-in tōtēn tō Lōlō!
Il a bu (de l'alcool) à cause de Lôlô (i.e. pour aller le bastonner).

[ Mota totiua stump’. ]

tōti qēthiyi~  -. ⟨fleur⟩  tige.

tōti~ [A]

Syn : qēt-hiyi~

Na-tweh tēnge gōh, nō-tōti qēthēyēn me-mlat.
Cette fleur a la tige cassée en deux.
tōtō  [tʊtʊ] préd. faire dodo, dormir. Équivalent enfantin de mitiy.

tōw  (nō-tōw) [nʊtʊw] noun. <Bot> canne à sucre. Saccharum officinarum.

Syn : suk

[ POc *topu. ]

tōy  [tʊj] transitive verb. balayer ‹feuilles+›; nettoyer ‹endroit+› à l'aide d'un balai.

hintōy ‘balai’

Kē ni-lep ni-hintōy, ni-tōytōy na-pyēyag, na-yo bak – ni-vēl sey van vētmahē vitwag.
Elle prend un balai, balaie les feuilles mortes, les feuilles de banian, et les rassemble en tas.

Na-qyan̄ nen en kēy nō-tōy velqōn̄: na-wawah a na-wawah.
Ce tunnel est entretenu régulièrement: il est toujours parfaitement propre.

Kē ni-tōy bah en!
Laissons-la passer le balai!
t[ō]yōp  (na-tyōp) [natjʊp] noun. <Bot> “Chou des îles” (Malvacées), bsl. Aelan_kabis. Abelmoschus manihot.
t[u]kuk  [tukuk] transitive verb. ⟨animal, oiseau⟩  agripper, saisir entre ses griffes ; (par ext.) saisir entre ses mains, et tenter de retenir ‹qqch de petit et mobile: animal+›.

tēqēy

Tō kē me-tkuk maymay ne-men en.
Alors il saisit fortement l'oiseau entre ses mains.
t[u]qul  [tuk​͡pʷul] transitive verb. jeter un bâton contre ‹qqch›; assommer ‹oiseau+› à l'aide d'un bâton.

lam̄ ‘bastonner’

tuqutqul qeyet
chasser la roussette (à l'aide d'un bâton)
tusu  [tusu] adv. un peu, pendant un instant. Restrictif des prédicats, à valeur quantitative.

su [1] ‘petit’

su [2] ‘Diminutif’

Nok in bah tusu.
Laisse-moi boire un coup d'abord.

Amyō su m̄ōkheg tusu.
Reposez-vous un instant.

Tusu ēwē.
Un tout petit peu.
tutu  (nu-tutu) [nututu] noun. <Ornith> poule, coq ; poulet. Le radical ancien *to se retrouve dans certains composés: n-il-to ‘plume de coq’, ni-til-to ‘œuf de poule’.

nō-bōlbōltē tutu
le panache du coq (sa queue)

hewhew nu-tutu
plumer une poule
tuw  [tuw] transitive verb. dénouer, détacher ‹corde+›.
tuw bōt  intransitive verb. <Ethn> litt. “détacher l'ombilic” : coutume liée à la naissance d'un enfant: la tante paternelle (titamas) porte en collier (oy) l'ombilic de son neveu, jusqu'à ce que ce dernier, plusieurs années plus tard, lui fasse présent de viande (nē-phog, ni-mit). Ce présent est destinée à “détacher l'ombilic” (tuw_bōt), i.e. remercier la tante pour sa sollicitude depuis la naissance (cf. encadré). Après avoir détaché l'ombilic, la tante le plante avec un jeune cocotier : cf. bōtbōt.

bōt

t[u]wuh  [tuwuh] transitive verb. bander ‹son arc, n-ih›.

Tuwuh n-ih namun, tō at tēqēl hōw lē-vētan tō kay ēgēn.
Il bande son arc, fixe le sol du regard, et y décoche sa flèche.

tuwuh na-maskēt
bander / tendre le harpon mécanique
tuytuy  [tujtuj] adj. (rare) sauvage, non apprivoisé.

Ant : m̄ey

no-qo tuytuy
cochon sauvage
▲ Back to top ▲