Promenade ethnolinguistique à Motalava

French
 
Version française


 

 

Nuit
Un mythe de Motalava:
L’origine de la Nuit

 

Presentation of the myth Mwotlap–French version French version

Le mythe de la Nuit

©  A. François 

Il était une fois les peuples des îles Banks, autrefois.

Ils n'avaient pas encore de lois, ils ne savaient pas où était Dieu ; le seul Dieu qu'ils connaissaient, c'était le leur : Ikpwet.

Ikpwet, c'était donc leur dieu à eux. Et c'est lui, Ikpwet, qui créa toutes les îles ici dans les Banks.

Et après avoir créé le monde, ici du côté des Banks, il créa les hommes et les y fit entrer.

Pour faire entrer les hommes dans le monde, il en créait un puis lui donnait un nom, il en créait un autre, puis lui donnait un autre nom.

Et lorsqu'il eut créé tous les hommes, il finit de leur donner tous leurs noms, et puis – c'est aussi lui, Ikpwet, qui créa sa propre femme, Rôlêy. Et sa mère s'appelait Kpwatgoro.

fleurs

©  Sawako François 

C'est ainsi qu'il créa les siens. Autour de lui ils étaient douze : ils avaient pour noms, si je me souviens bien, Compagnon l'Esprit-Vif, Compagnon Feuille-de-Bambou, Compagnon l'Esprit-Lent, Compagnon la-Teigne, Compagnon Savant …
Ensuite, il y a certains noms que j'ai oubliés.

Ils demeurèrent un certain temps comme cela, sans trop savoir quoi faire.

Ils ne savaient pas comment était la nuit, comment était le jour ; et comme ils restaient là sans rien faire, Ikpwet se tourna vers eux, et dit "Eh, les amis ! Ne bougez pas, je m'en vais chercher quelque chose, pour faire venir la nuit et le jour."

Il se rendit vers l'Ouest, dans l'île d'Avap, d'où il ramena un coq, ainsi qu'une pierre d'obsidienne.

 

Lorsqu'il revint avec tout cela, avec l'obsidienne, il s'adressa à ses frères, et dit : "Bon ! Vous allez écouter ce que je vais vous dire. Je vais faire venir ~":

~ Ah oui, j'oubliais, il était allé chercher une pierre d'obsidienne, un coq, et aussi la Nuit. Il est allé chercher la Nuit.

Lorsqu'il fut revenu, il leur déclara "Vienne la nuit, vienne le jour !"

Eux demandent "Mais Vienne la nuit, qu'est-ce que ça veut dire ?"

Et lui : "Tout à l'heure, quand vous sentirez que vos yeux, comment dire ? qu'il leur arrive quelque chose, alors vous devrez les fermer, et puis dormir."

Voici la nuit qui s'approche.

"Mais au fait, comment nous réveillerons-nous ?"

Il leur répond "Ne vous en faites pas. Voici la solution : le coq que voici. Lorsqu'il fera cocorico, je veux dire lorsqu'il se mettra à crier, à chanter cocorico, ce sera pour vous le moment de vous réveiller.""Entendu", disent-ils. 

Restés assis tandis que le soir tombe, ils finissent leur dîner, et soudain se rendent compte :

"Oh là là ! (s'écrie l'un d'entre eux). Qu'est-ce qui arrive donc à mes yeux ?"

Ikpwet lui dit "Ferme-les !", et le voilà qui ferme les yeux.

Alors il s'endort, et sent que son nez se met à ronfler !

Et comme cela continuait pendant un certain temps, eux aussi finirent par tous s'endormir. Ils dormirent ainsi longtemps, longtemps ~ jusqu'au moment où Ikpwet se leva, et où ils entendirent le coq chanter. Cocorico ! Cocorico !

"Allez, c'est l'heure de vous réveiller, réveillez-vous donc !"

Et ils se réveillèrent.

nuit

©  Sawako François 


C'est à ce moment-là qu'Ikpwet saisit son obsidienne, et se mit à déchirer la Nuit, dans toute sa longueur. Il déchira le ciel, là-haut.

Et comme il déchirait la nuit dans toute sa longueur, l'aurore fit son apparition. Et justement, notre expression à nous, dans notre langue ici aux Banks, que "l'aurore déchire" pour dire "le jour se lève", elle vient d'Ikpwet, car c'est lui qui déchira le ciel ce jour-là.

Et lorsqu'il eut ainsi déchiré l'obscurité, le jour se fit, et le coq chanta encore une fois.

Et voilà, c'est fini, et leur vie continua ainsi.

 

 

 
Top
 
 
 

©   Alexandre François 2017